Se connecter pour vérifier ses messages privés 
 FAQ
   Rechercher   Membres   Profil         Connexion 
 
Une dernière soirée.

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Star Wars RPG Index du Forum -> Galaxie principale -> Reste de la Galaxie -> Bordure Extérieure -> Base Vergesso -> Citadelle -> Ville Haute
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Hivernus
Imperium

Hors ligne

Inscrit le: 15 Mai 2015
Messages: 808
Niveau: 2
Rang: Seigneur de Guerre

MessagePosté le: 04/01/2019 20:48:24    Sujet du message: Une dernière soirée. Répondre en citant

Ombres et lames… Mort et silence. Tel est l’art que les lames d’Hivernus offrent à leur illustre seigneur. Aujourd’hui, elles ont l’occasion d’assouvir ses désirs en lui offrant le sang de quelques vilains petits conspirateurs. Dans la demeure du directeur des Transports Ororo, les invités se mettent à acclamer une acrobate pratiquement dénudée. Le peu de pudeur qu’il lui reste est couvert par quelques feuilles d’or. La Twi’lek exécute une dernière pirouette et vient saluer le public avant de disparaître derrière un rideau blanc brodé d’or. Les convives, une petite dizaine d’individus, se vautrent dans leurs divans et mangent quelques plats d’exception servis par des esclaves. Malgré l’abolition de l’esclavage par le seigneur Hivernus, quelques riches personnages s’évertuent à garder leurs privilèges, même si cela doit leur coûter cher.

Walter Cole, en maître de cérémonie, occupe le bout de la grande tablée. Son rire gras traverse la salle, comme un grondement de tonnerre. Ceux qui partagent son dîner font rapidement de même. Ils semblent visiblement de bonne humeur et partagent un excellent moment ensemble. Selon la pègre locale, et sûrement bien d’autres, cette soirée est le summum de l’élégance. Le simple fait de se vautrer dans l’opulence est un signe de puissance. En résumé, le petit homme qui préside l’assemblée est aujourd’hui l’empereur d’un soir… Mais peut-être aspire t-il à plus. Une goutte de sueur coule le long de son visage et vient finir sa course sur le divan. Il avale un dernier morceau de poulet et repose sa fourchette en argent sur la table décorée d’une nappe de brocart blanc.


- Faites entrer les danseuses ! Messieurs… Mesdames… Profitez du spectacle ! Beugle le directeur des Transports Ororo en venant frapper dans ses mains.

Les invités se mettent à applaudir afin d’encourager les danseuses, qui ne tardent pas à faire leur entrée sur scène. Au son d’instruments sordides, une file de femmes vêtues de tissus diaphanes vient tourbillonner autour des convives. Ces derniers, particulièrement séduits par la danse érotique et les formes sensuelles de celles qui la pratiquent, se permettent quelques commentaires déplacés. Les jeunes femmes se contentent simplement de leur sourire, afin de rester agréables. Le moindre faux pas pourrait leur coûter la vie ou tout du moins un supplice qu’elles souhaitent éviter à tout prix. Un Zabrak se permet de donner une claque sur les fesses d’une danseuse puis vient l’attirer dans ses bras en lui adressant un sourire salace.

Les yeux du petit homme au crâne dégarni suivent les mouvements sinueux d’une magnifique femme aux cheveux rouges qui jongle avec quelques lames. Ils semblent absorbés par le futur plaisir de l’amour qu’elle va lui procurer dans quelques instants. Autour de lui, de nombreuses conversations animés s’entament, sans qu’il n’y prête attention, absorbé par ses pensées.


- J’ai entendu dire que Camilla Valerius s’est amourachée du Major Telsh. Indique un Rodien à sa voisine, une Whiphid borgne.

- La garce ! Elle tente sûrement d’obtenir de précieuses informations en jouant avec les sentiments de cet imbécile… Grogne cette dernière. Il s’agit là d’une belle manoeuvre politique…

- Ou peut-être qu’elle cherche simplement à se rapprocher du seigneur Hivernus afin d’obtenir quelques faveurs. Poursuit son interlocuteur.

- Les Valerius sont peut-être puissants, mais pas intouchables. S’ils tentent de nous la mettre à l’envers, ils paieront le prix cher. Ajoute à sa suite l’autre. Je me ferai un plaisir de lui arranger la face, à cette petite Camilla…

Les deux invités se mettent à rire, probablement rendus ivres par l’alcool qui coule à flot. Ils se perdent en conversations inutiles et délirent sur tout et n’importe quoi. Soudainement, la tête du Rodien bascule en avant et vient se loger dans un plat de fruits exotiques. Le bougre a visiblement pris un verre de trop. Celui qu’il ne fallait pas prendre. La Whiphid, qui a vu son comparse s’écrouler sur la table, ne semble pas s’en offusquer et se met à rire de plus belle. Les autres convives, trop occupés à bavarder et à profiter des danseuses, n’ont même pas remarqué cette scène invraisemblable. Les vapeurs d’alcool et la musique entraînante semblent avoir raison des individus allongés dans les divans.

Walter Cole grignote une part de tarte à la crème d’Eopie et sirote tranquillement son verre de liqueur Twi’lek. Il croise le regard de la danseuse à la chevelure rougeoyante, les yeux lourds de désir. La jeune femme étire ses lèvres en un sourire réceptif et continue ses déhanchements frénétiques. Le directeur des Transports Ororo lui fait signe de s’approcher et commence à caresser les cheveux de la danseuse quand elle vient se poser sur le divan à ses côtés. Nul, dans l’assemblée, ne semble remarquer la présence de l’ombre qui longe les murs et vient se mêler aux silhouettes féminines des gardes. L’alcool fait son effet. Le petit homme murmure des obscénités à l’oreille de la femme aux cheveux rouges, qui se contente pendant un moment de rire avant de se pencher pour répondre en retour :


[Thème] The Bloody Mistresses.

- Le seigneur Hivernus vous adresse ses salutations.

Le regard dévorant de la crapule se transforme en regard affolé. Walter Cole recule instinctivement, tombe à la renverse et se met à hurler comme s’il était égorgé comme un cochon.

- A moi la garde ! Tuez cette femme ! Elle a l'intention de me faire du mal !

Presqu’aussitôt, six gardes du corps vêtues comme les danseuses de tenues légères quittent l’ombre des alcôves pour porter secours à leur maître. Kiravah se saisit d’une des armes dont elle se servait pour jongler et active la lame, qui se met à vibrer. Les invités abandonnent dans la précipitation leurs divans. Les esclaves destinées à les divertir quittent rapidement la pièce. Les protectrices du directeur des Transports Ororo se rapprochent dangereusement de l’intrus. Les armes se mettent à briller dans la lumière. Puis soudain, une silhouette se retourne contre les autres. Une lame vient trancher la gorge d’une Farghul, qui s’écroule en portant ses mains à l’endroit où son liquide vital s’écoule rapidement. La créature féline s’éteint dans un long râle d’agonie. Les autres combattantes s’organisent déjà. Elles encerclent les deux femmes envoyées pour assassiner leur maître et passent à l’attaque, sûres et certaines d’avoir l’avantage.

Gardes du corps et assassins semblent pris d’une folie meurtrière. Les coups s’enchaînent sans jamais s’arrêter. Les lames s’entrechoquent et les femmes tournoient dans une danse mortelle. Sur le visage des unes comme des autres, la rage du combat domine. Seule Azah Suutrar affiche un sourire qui indique qu’elle prend plaisir à batailler. Malgré l’avantage numérique des assaillantes, aucun coup ne parvient à traverser la défense impeccable que leur oppose les deux intrus. Lorsqu’une arme s’approche dangereusement d’un point vital, une lame vient toujours bloquer l’attaque. Et lorsque la chose est impossible, une esquive sauve la cible d’une mort assurée. L’Anzat et sa partenaire aux cheveux rougeoyants semblent insaisissables. Seul l’acier de leurs lames confirme qu’elles sont bien réelles.

La fatigue commence à prendre le dessus sur la combativité des différents protagonistes. Les assauts sont moins précis et plus expéditifs. La tueuse en série, qui commence à se lasser de ce petit jeu, cherche à se dégager afin de prendre le dessus sur ses adversaires. Un large coup au ras du sol vient trancher le pied d’une assaillante, qui pousse un cri de douleur et bascule sur le côté. Azah Suutrar pare l’attaque d’une deuxième combattante et la repousse d’un violent coup de pied dans l’estomac. Pliée en deux à cause de la douleur, la donzelle n’a pas le temps de reprendre sa position de combat. La vibrolame de l’Anzat s’abat sur sa nuque. La tête rebondit contre un divan et roule sur plusieurs mètres, tandis que le corps décapité s’écroule lourdement sur le sol. La tueuse en série se tourne vers sa proie initiale. La protectrice de Walter Cole, privée d’un pied, voit une arme s’enfoncer dans sa poitrine et rejoint ainsi sa camarade.

De son côté, Kiravah prend lentement le dessus sur les deux forcenées qui tentent de l’éliminer coûte que coûte. Les vaines attaques d’une Twi’lek à peau verte et de sa comparse humaine se transforment désormais en gestes de survie désespérés. La lame de la femme aux cheveux rouges vient lacérer le flanc d’une des gardes du corps, qui recule instinctivement en portant une main à la blessure. La Twi’lek tente une charge afin de couvrir sa comparse, mais la silhouette adverse se contente de rouler sur le côté et passe dans son dos d’un mouvement fluide. L’arme traverse d’un bout à l’autre l'humanoïde à peau verte, qui observe d’un air hébété la lame qui se retire d’un geste sec de son ventre. Elle tombe la tête la première sur le sol, sans un mot. Kiravah se tourne ensuite vers la deuxième femme, mais n’a pas le temps d’engager à nouveau le combat. Dans un sifflement gémissant, la vibrolame d’Azah Suutrar vient s’abattre dans le dos de la dernière combattante.

En quelques minutes, la soirée de tous les excès s’est transformée en véritable massacre. Les cadavres de cinq gardes du corps jonchent le sol, certains baignant dans une flaque de sang. Au dehors, les détonations de quelques blasters indiquent que l’on se bat aussi pour sa survie. La Whiphid borgne rejoint la salle en titubant, tente de s’appuyer contre un mur et s’écroule brusquement, la poitrine fumante. Walter Cole, qui s’est réfugié sous un divan, se met à pleurer. A l’approche des deux femmes, il s’enfonce un peu plus dans sa cachette puis en vient à saisir fermement les pieds du mobilier.


- Non ! Non ! Laissez-moi ! Lâche d’une voix plaintive la crapule. Vous ne m’aurez pas !

Les lames d’Hivernus le tirent hors de sa misérable planque, contre son gré. Le petit homme se débat comme un dément, sans toutefois réussir à se défaire de l’étreinte des assassins envoyés par le seigneur Hivernus. Ses dernières forces l’abandonnent et il en vient vite à pleurer de plus belle, alors qu’on le jette à terre comme un malpropre.

- Pitié ! Pitié ! Je vous en conjure ! Gémit le directeur des Transports Ororo. Le seigneur Hivernus a gagné… Il a eu ce qu’il veut… J’accepte de me plier à ses conditions !

- Le seigneur Hivernus ne désire qu’une chose… Murmure sur le bout des lèvres l’Anzat.

- Oui ! Oui… ! Tout ce qu’il voudra ! Continue l’homme au crâne dégarni en hoquetant.

- Ta mort… Avoue la tueuse en série en venant lâcher un rire sinistre.

- NON ! NOOOON ! Pitié ! Je peux tout vous avouer… J’ai des informations ! Hurle Walter Cole, complètement terrifié. Je sais qui a tenté de l’assassiner !

- Chuuuut.
Souffle Azah Suutrar en posant un index sur les lèvres du pauvre homme. Le seigneur Hivernus sait qui a voulu le faire tuer… Et il viendra te rejoindre dans la mort lorsque son heure sera venue…

- NOOOOON ! NOOOOOON ! Beugle de nouveau la crapule de second rang. Pitié ! NOOOOOOOOOOON !

Les cris de l’homme, conjugués à ses pleurs incessants, pourraient troubler la plupart des gens normalement constitués. Mais les deux femmes qui lui font face ont été bercées dans l’art du meurtre. Il n’obtiendra aucun pardon, aucune pitié, de la part de ces furies là.

- Au nom du seigneur Hivernus, je vous condamne à mort. Se contente d’ajouter Kiravah en levant son arme.

Le directeur des Transports Ororo continue pleurer, le corps pris de spasmes, le regard affolé figé sur la silhouette aux cheveux rougeoyants qui s’apprête à lui ôter la vie. La lame s’abat finalement, sans prévenir. Le condamné à mort tombe en arrière, la gorge tranchée. Il remue encore quelques instants en tentant d’articuler quelques mots puis se fige. La mort est venue le cueillir, lui aussi. Mais les deux émissaires de l'humanoïde à peau bleue ne semblent pas en avoir fini ici. Leur oeuvre macabre n’est pas encore achevée. La tueuse en série se penche au dessus du corps de Walter Cole et lui ouvre la poitrine à l’aide de sa vibrolame. S’assurant d’ouvrir assez grand le poitrail de l’homme, elle en vient ensuite à retirer d’un geste sec le coeur. Cet organe sera une offrande de choix pour le seigneur de la guerre…

Alors qu’elles contemplent avec une curiosité morbide le carnage qu’elles viennent de commettre, les deux femmes sont interrompues par la venue de quelques soldats en armure grise. Le premier d’entre eux vient se porter à leur rencontre et fait claquer ses talons.


- L’endroit est nettoyé. Aucun n’a réchappé à la justice seigneuriale. Informe le lieutenant Garland.

- Excellent, sécurisez la zone en attendant l’équipe chargée de… Faire le ménage. Ordonne l’Anzat en jetant un coup d’oeil au Rodien mort à table.

- Bien Madame. Que fait-on des esclaves ? Demande alors le commandant de la Tempête Grise.

- Et bien… Libérez-les et envoyez-les dans le quartier de la Citadelle. Notre seigneur voudra sûrement s’entretenir avec elles.

- A vos ordres.

L’officier exécute un second salut militaire et retourne auprès des membres de son escouade. Quelques hommes de l’UTIR rassemblent déjà les nombreux corps et procèdent à une identification en règle. Un commando fait basculer le cadavre de la Whiphid sur le côté, d’un violent coup de botte, et prend des notes sur son datapad. L’imposante bâtisse de Walter Cole, feu directeur des Transports Ororo, vient de se transformer en véritable tombeau. Lui et ses invités auront au moins eu l’honneur de vivre une soirée particulièrement inoubliable… Une dernière soirée qui pourra servir d’avertissement à ceux qui ont envie de nuire au seigneur Hivernus et à ses projets.
_________________________
« Les empires naissent et s'effondrent... mais le Mal demeure éternel. »


Formation de base : (Close Combat.)
Formation lvl1 : (Close Combat.)
Formation lvl2 : Tireur d'élite.


Second compte : Baron Rissk !
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 04/01/2019 20:48:24    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Star Wars RPG Index du Forum -> Galaxie principale -> Reste de la Galaxie -> Bordure Extérieure -> Base Vergesso -> Citadelle -> Ville Haute Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Created by MOONCLAW/MAËVAH(EU-Sinstralis/EU-Illidan) phpBB template "WarMoonclaw01"
forked end designed by Knarf, Kyopé, Rylen, Mufus, Lyash, Lyzs & Gelmir
Traduction par : phpBB-fr.com