Se connecter pour vérifier ses messages privés 
 FAQ
   Rechercher   Membres   Profil         Connexion 
 
Cellule d'isolement

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Star Wars RPG Index du Forum -> Galaxie principale -> Reste de la Galaxie -> Bordure Extérieure -> Kessel
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Jens Vostu
Ordre Sith

Hors ligne

Inscrit le: 07 Aoû 2018
Messages: 17
Niveau: 0
Rang: Novice

MessagePosté le: 05/09/2018 17:14:49    Sujet du message: Cellule d'isolement Répondre en citant

Voilà Jens seul. Seul dans cette pièce capitonnée et hermétiquement séparée du reste du monde. Un petit espace au bas de la porte, fermable et ouvrable depuis l'extérieur seulement, servira à lui fournir plateaux repas et objets d'entrainement. Il est seul, complètement seul....et il en explose de joie !
Enfin, il est seul ! Sans sa femme ni sa fille pour attendre qu'il s'occupe d'elles, sans détenu pour le déranger, sans garde pour surveiller ou le mater, sans chef qui le pousse à travailler toujours plus.... Enfin, il est seul avec lui-même, et ça lui fait du bien.

La première chose qu'il fait est de s'allonger sur le modeste lit pour se reposer. Il a cependant plus de mal à s'endormir que ce que sa fatigue lui laissait présager, car son cerveau n'arrive pas à trouver le calme. Sans guère de contrôle, il reçoit des bribes de sa conversation avec la directrice et sa secrétaire, bribes qui se mélangent avec d'autres souvenirs plus anciens qui s'y rattachent d'eux-mêmes.

Ainsi, malgré lui-même, il refait une énième fois le bilan de sa vie. Son parcours, ses épreuves, ses choix, les choix qu'il aurait pu faire, sa situation actuelle, et l'avenir proche dont lui a parlé Kalanis. Il pense aussi beaucoup à la Force, la bénissant de lui donner une chance de peut-être sortir de cette prison tout en la maudissant de ne pas s'être révélée plus tôt à lui. Et encore, peut-être est-ce en fin de compte une bonne chose qu'il ne l'ait jamais remarqué plus tôt, auquel cas cela aurait pu devenir un outil dans les mains de sa maitresse. Et quel outil ! Il en frissonne rien que d'y penser.

Puis, lorsqu'il sent que l'introspection perd de son émule et de son intérêt, il conclut une fois pour toute qu'il a bien agit en commettant les actes qui l'ont mené directement dans cette prison. De son point de vue, et au delà de la Force ou de tout espoir de fuite, il lui semble que Kuat était une prison bien plus redoutable que Kessel. C'est sur ces songes que le sommeil finit par le gagner....

Jens se réveille un temps plus tard, temps qu'il estime de quelques heures mais qu'il n'a en réalité aucun moyen de vérifier. La bouche pâteuse et les yeux gonflés, il se redresse. Il aperçoit alors un plateau repas qui a été poussé par l'espace au bas de la porte, désormais refermé, qui contient l'habituelle bouillie peu ragoutante et plusieurs petits objets, tels des crayons et des instruments de maintenance.
Intrigué, il se lève et va voir. Son estomac proteste par un fort gargouillement son idée de ne pas manger, mais il choisit de porter son attention en premier sur les objets. Précisément, il découvre trois stylos, un cutter à fusion, une clef à molette et un datapad. Il saisit le cutter et le datapad et tente de les allumer. Aucune réaction. Il cherche alors un peu et ouvre finalement les compartiments contenant usuellement les cellules d'alimentation des appareils, et découvre qu'ils sont vides. Un petit sourire apparait sur ses lèvres.

C'est donc là-dessus qu'il va devoir s'entrainer. Il repose les objets, puis trempe un doigt dans l'assiette. C'est froid. Il porte ensuite son doigt à la bouche pour le nettoyer, et s'aperçoit sans joie que la mixture est toujours aussi fade et grasse. Malgré une nouvelle incitation de son ventre à le combler, il refuse. Il prend tous les objets destinés à l'entrainement, délaissant là le plateau, et retourne au lit où il les dépose pour les regarder.

Les mains postées sur ses hanches, il se demande quoi choisir. Et alors qu'il se demande ça, une autre question arrive aussitôt: Que faire avec l'objet choisit ? Tenter de le soulever ? De le pousser ? De le faire venir à soi ? Et, sans répit, une troisième question s'ensuit: Comment faire ?

Finalement, il se rassied. La suite de questions amène son esprit à se replonger dans les quelques traités sur la Force qu'on lui avait fait lire lorsqu'il était adolescent. Les Jedi, les Sith, mais certains peuples particuliers aussi. Les textes qu'il avait lu portaient principalement sur l'histoire des ces ordres et peuples à travers les millénaires, et les impacts qu'ils ont eu sur la galaxie. Seulement, il peine désormais à se souvenir.

Il se rappelle qu'il avait été singulièrement dissipé durant ce cours précis, sur la Force. Déjà, parce qu'il était adolescent. Et ensuite, parce que....à quoi bon ? Il était convaincu, à l'époque, de ne pas posséder la Force, et sa condition d'esclave ne lui laissait guère d'espoir d'un jour rejoindre un ordre de Forceux. S'intéresser à la Force n'aurait été qu'un rêve futile, une échappatoire qui l'aurait distrait de ses tâches. Hors il avait un grand besoin d'être parfaitement concentré sur ses devoirs envers ses maîtres et supérieurs.

Et pourtant, maintenant, il regrette son défaitisme de l'époque. Il aurait certainement pu tirer profit de ces informations aujourd'hui. La colère monte en lui. Plus encore, si à l'époque il avait su qu'il possédait la Force, il aurait pu profiter de sa situation pour en apprendre plus. S'entrainer en cachette. Il aurait fait en sorte que personne ne sache rien, et peut-être qu'il s'en sortirait mieux aujourd'hui. Non, il est certain qu'il s'en serait mieux sortit. Il maudit la Force une fois encore, intérieurement. Sans être un connaisseur, il comprend ce qu'est la télékinésie et la télépathie. En considérant ces deux facultés largement utilisées et connues des Forceux, il imagine une multitude de scénarios à divers moments de sa vie, manipulant et contrôlant l'esprit de sa femme, la pliant à sa volonté.

Contrairement à elle, et sans pour autant prétendre être un saint, il ne l'aurait pas forcé à faire des choses malveillantes. Pas par plaisir ni par vice, en tout cas. Il n'aurait pas non plus cherché à prendre le pouvoir. Il aurait simplement été heureux d'être dans son ombre, en sécurité. Et par son emprise sur elle, il aurait pu adoucir ses manières, contrôler ses excès, et peut-être même aurait-il pu en faire une femme ambitieuse et constructive plutôt qu'une catin des bas quartiers comme ce à quoi elle se destinait elle-même.

Il maudit la Force encore une fois en son fort intérieur, toujours emplit d'une colère froide et tenace. Tant de gens auraient pu profiter de sa bonté à lui, ou en tout cas, de son absence de malveillance. Tant de gens auraient pu se voir éviter les souffrances qu'ils ont enduré au contact de sa femme s'il avait eu un moyen de la contrôler.... Mais ça, c'était avant.

C'était avant que son code moral et éthique personnel ne s'effondre. Aujourd'hui, il ne croit plus en rien. Ou plutôt si, il croit en des lois et en des valeurs primales et primitives. Compter sur soi-même, survivre et profiter de tout ce qui améliore et agrémente sa vie. Tout, même et surtout, au détriment des autres. Il estime qu'il a assez donné, qu'il est temps de prendre, et maintenant que la vie semble lui donner une seconde chance, il compte bien la saisir fermement.

Il se relève avec énergie, saisit un stylo et le place à l'écart du reste pour commencer l'entrainement. Tant pis, il va procéder à l'instinct. Puis soudain, il échange le stylo pour la clef à molette, qui est l'objet le plus volumineux de tous. Après tout, s'il arrive à assommer un aqualish, il peut agir sur la clef aussi.

Il se concentre intérieurement, se focalisant sur une pensée unique: Bouge. Il s'imagine la clef se mouvoir, reculer ou frémir en tentant de reculer, comme si elle était poussée par des rafales de vent qui tentent de la faire s'envoler sans totalement y parvenir. Il tend ensuite le bras tout en continuant son effort mental, se répétant parfois "Bouge" intérieurement pour appuyer les images qu'il fabrique.

Toutes les quelques secondes, lorsqu'il est évident que sa tentative précédente est vaine, il donne un à-coup de la main pour renouveler l'injonction de sa volonté. Il agit ainsi pendant quelques minutes, faisant preuve de patience, mais d'une patience qui l'agace. Il finit par augmenter le rythme des à-coups et par intimer à haute voix l'ordre qu'il se répète mentalement, et ce de manière de plus en plus ferme. Voyant que rien de plus ne se produit, et qu'il commence à se sentir lui-même ridicule, il s'énerve.


-Bouge ! Bouge ! Bouge !!! BOUGE !!!

Rien. Frustré, il se détourne en serrant les poings et en crispant son visage pour ne pas lâcher une longue file de jurons. Mais la rage, au lieu de se calmer, s'amplifie subitement et s'empare de lui. Il se retourne vers le lit en lâchant un fort "PUT*** !!!" et donne un coup de pied dans le vide, comme s'il voulait frapper le sommier.

Alors, la rage laisse place à la surprise. Comme pour l'aqualish, une vague de Force brute a frappé le lit et les objets dessus. Le sommier a tremblé, le matelas s'est légèrement soulevé, l'oreiller et la couette ont roulé sur un tour ou deux, et les différents objets ont glissé de quelques centimètres.

Alors, la surprise laisse place à la joie. Il lève les bras en l'air en signe de victoire, effectuant quelques petits pas de danse au passage, avant de se remettre en place pour retenter l'expérience. Cette fois, il compte agir de tout son être, se campant sur ses jambes, et positionnant ses bras comme s'il allait repousser un assaillant. Il se concentre, affiche un faciès sérieux voire grimaçant de faux efforts, et réitère. Mais rien. Il recommence. Rien. Il poursuit ses efforts, s'investissant autant que possible du désir et du besoin de se défendre avec la Force. Mais rien de nouveau se produit.

Finalement, il se rassied sur le lit, conscient qu'il n'arrivera à rien de plus ainsi. Il lui faut trouver un moyen, une méthode plus précisément, pour que la Force veuille bien répondre à sa volonté. Il se met ainsi à réfléchir, et quand une idée lui vient, il la teste avant de retourner à ses réflexions...

_________________________
Entretien avec une directrice

Casier
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 05/09/2018 17:14:49    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Gelmir
Ordre Sith

Hors ligne

Inscrit le: 19 Fév 2008
Messages: 3 930
Niveau: 5
Rang: Seigneur Noir
Autre: Seigneur de Ravage/Gouverneur de Nar Shaddaa

MessagePosté le: 23/09/2018 18:51:22    Sujet du message: Cellule d'isolement Répondre en citant

Après une longue traversée de plusieurs heures dans le couloir tortueux viable de la Gueule, l'Iridium se positionne dans l'orbite de la planète Kessel. Le Destroyer Providence joue de son imposante stature, comme prélude à la communication à venir, avec la direction de Kessel. Dans le même laps de temps le Seigneur Noir, Darth Malraas, rejoint ses quartiers privés pour enfiler l'armure légendaire et Prédatrice qui l'a vu naître au sein de la Galaxie. Tout en vérifiant les connectivités de son HUD, le Zabrak autorise une entrée dans la résidence de fonction. Une armure noire fait son apparition, et se prosterne immédiatement une fois la porte refermée, poing droit contre le sol, tête baissée. Gelmir poursuit ses vérifications, offrant son dos à l'invité.

-Kessel et Shaddaa sont liées par des contrats commerciaux. La planète pénitentiaire loue les services d'entreprises extérieures pour extraire les diamants des astéroïdes de la Gueule. La visière teintée du casque émet une lueur bleutée, signe de son activité. Il se tourne alors vers le Sith. Ces cristaux sont acheminés jusqu'à Shaddaa où ils sont redistribués et expédiés partout dans la Galaxie. Je veux les données relatives aux déplacements des transporteurs et la sécurité sur chaque convois en provenance de Kessel.

Le Sith relève la tête.

-Où puis-je trouver ces données ? Dit-il, les yeux éclairés par la lueur du Côté Obscur.

-C'est là que vont intervenir tes talents. Explique le Maître en scellant un gantelet. Ces données se trouvent dans le bureau de la Ministre des Affaires Extérieures sur Nar Shaddaa. Gelmir abandonne la seconde partie de l'habillage, au profit du Sith. Tu bénéficieras d'une fenêtre de plusieurs minutes pour t'infiltrer dans les locaux et dérober les données.

Un datapad virvolte dans le vide de la pièce jusqu'aux mains plaqués d'un rêvetement militaire, du Sith. Sur le flanc de l'appareil, une datapuce électronique est figée dans le port.

-La puce a été programmée pour abaisser le firewall et extraire spécifiquement des dizaines de fichiers. Il est inutile d'ajouter que tu dois impérativement attendre la fin du processus pour extraire l'appareil. D'un doigt, le Seigneur Noir montre le datapad. Mais la tâche n'est pas aisée, ouvres.

Le Sith presse le bouton d'allumage. La zone du quadrant populaire 3 de Nar Shaddaa est affichée en plus de sa Garnison QP3 dédiée au périmètre. La totalité des forces défensives sont représentées ainsi que le temps estimé avant intervention et cela, pour chaque véhicule.

-Depuis la tentative d'assassinat de la Ministre, la sécurité a été renforcée aux abords de son bureau. Le personnel se compose de Ravageurs expérimentés qui n'hésiteront pas une seule seconde à ouvrir le feu. Seulement, la majorité se trouve être des locaux recrutés, peu formés et à l'expérience très peu développée.

-Comment puis-je passer, le Sith relève les yeux de la machine, une telle sécurité ?

-Une localisation théorique et des codes d'accès sont marqués sur le datapad. Ils t'ouvriront les portes des Entrepôts Privés, tu y retrouveras la Sith Asidna Balgora. Elle t'aidera à réaliser une diversion grâce aux restrictions de l'espace Aérien de Nar Shaddaa, de quoi baisser la vigilance au sein de l'édifice. La créature Sith rumine en son fort intérieur, assez perceptible pour que l'action soit flairée. Toutes les données sont enregistrées et je serais présent pour assurer la réussite. Bien... Prévois l'essentiel et aiguise tes sens, nous en reparlerons.

Le Sith baisse la tête en signe de soumission et de compréhension.

-Même les hommes qui prétendent connaître la mort, craignent ma fureur. Achève-t-il naturellement avant de disparaître.

Quelques minutes tardives après l'entretien obscur, le Gouverneur de Nar Shaddaa se présente sur la plateforme d'arrimage de Kessel. La Directrice Ejdel Kalanis se tient au bout de la rampe de débarquement et accueille par un sourire bienveillant, le responsable de cette belle et fleurissante économie collaborative. Lord Vicious le "Roi des Ombres" et deux droïdes se présentent comme les gardiens de la sécurité du Maître des Ravageurs. Une poignée de main ferme est échangée.

-Gouverneur, c'est avec un grand plaisir que nous vous accueillons sur Kessel. Son sourire se reflète sur le heaume de fer de son invité.

-Directrice Kalanis. Il tend le bras vers l'édifice, afin de l'inviter à la marche. C'est un plaisir de faire enfin votre rencontre, Nembro Medoliiskin m'a dit beaucoup bien de vous. C'est grâce à ses recommandations que vous occupez désormais cette place. Il achève sa phrase le temps d'une inspiration rapide.

Parlons de ma venue voulez-vous ? La Ministre Mélissandre m'a fait parvenir un message concernant un adepte de la Force, je serais assez bref et expéditif, je ne suis ici que pour cela.

-Je comprends tout à fait. Elle sourit de nouveau par politesse, bien loin d'être déçue de ne pas avoir le Seigneur des Ravageurs plus longtemps dans ses locaux. Il se trouve dans une cellule d'isolement, des gardiens vont vous accompagner.

Derrière son écran métallique, le Seigneur Noir peine à croire qu'il pourrait avoir un accès éventuel aux bases de données du centre pénitencier, sans éveiller de larges soupçons. La politique étant étroitement liée avec les Hutts, il serait plus que regrettable d'insinuer le doute auprès des Maîtres de l'Empire Hutt et du Cartel. C'est pour cette raison que les informations de l'événement qui conduira au détournement des diamants de Kessel, seront extirpées des entrailles administratives Nar Shaddaa. La simplicité offre un arrière goût luxueux mais doit cependant avoir une géométrie stratégique plus que parfaite, divine.

Deux Gardiens, salariés de Kessel and Security, accompagnés de droïdes HK, pressent la marche, une fois les invités détachés de la Directrice. Des tours sont nécessaires, des escaliers empruntés rudement martelés par les bottes lourdes de leurs possesseurs, vibrent avec résonance, annonçant l'arrivée. Des couloirs sont empruntés, des portes de sécurités déverrouillées, des checkpoints sous haute surveillance traversés. La porte de la cellule se dessine sur la roche même de Kessel, des grilles de ventilations pour seules misérables fenêtres, témoignent de la nature tout à fait exacte de cette cellule. Un des gardiens dirige son passe sur un scanner ancré au mur. De petits vérins pouvant supporter une traction -ou une poussée- de plusieurs tonnes, s'éloignent de leurs anneaux de duracier. L'épais blindage bascule sur le côté, ouvrant la voie au Seigneur Gelmir.

Désireux de préserver son identité, pour le moment, celui-ci se présentera comme un messager plutôt que comme le digne régent du Nouvel Ordre Sith. Un jeune homme se trouve face à lui, de longs cheveux bruns se dessinant derrière sa nuque pour distinction immédiate et marquante, contrastant avec ses yeux clairs. Plutôt grand, plutôt fin et plutôt de bonne constitution physique. Une légère émanation de la Force est perceptible, Le Seigneur Noir est sur la mesure et engage la conversation.

-Tu es donc Jens Vostu de Kuat, l'heureux prodige de la Force enfermé sur Kessel ? Que fais-tu donc ici ?
_________________________
Casier de Gelmir
Même les hommes qui prétendent connaître la mort, craignent ma fureur.


Dernière édition par Gelmir le 07/10/2018 12:16:26; édité 2 fois
Revenir en haut
Jens Vostu
Ordre Sith

Hors ligne

Inscrit le: 07 Aoû 2018
Messages: 17
Niveau: 0
Rang: Novice

MessagePosté le: 30/09/2018 19:47:54    Sujet du message: Cellule d'isolement Répondre en citant

Jens est surprit lorsque la porte de sa cellule s'ouvre. Le stylo qu'il faisait léviter avec peine et force de concentration chute aussitôt sur le sol, avant qu'il ne se relève hâtivement pour voir entrer le visiteur.

Lorsque le Sith pénètre dans la pièce, Jens se tient droit face à lui, à quelques mètres de la porte afin d'être à une distance qui ne soit ni agressive ni craintive. Comme s'il avait été prévenu et prêt pour le recevoir.
Le jeune homme a ainsi le temps de détailler visuellement son visiteur, se demandant un instant s'il s'agit là d'un Sith ou d'un Jedi. Après tout, il n'a encore jamais vu ni l'un, ni l'autre. Pourtant, l'armure aux teintes sombres ainsi que le masque à l'apparence dominatrice lui indiquent qu'il a à faire à un enfant de Bogan. C'est alors que le visiteur déclare:

-Tu es donc Jens Vostu de Kuat, l'heureux prodige de la Force enfermé sur Kessel ? Que fais-tu donc ici ?

*L'heureux prodige ?* se répète Jens intérieurement avec une once d'amusement.

La voix mécanisée du visiteur ne lui permet malheureusement pas d'en apprendre davantage sur lui, hormis le ton calme et mesuré dont il fait preuve, dans lequel la curiosité se fait sentir. Jens tique également sur la question de son interlocuteur, qui le déstabilise un peu, car il s'était attendu à ce que Kalanis le briefe avant de l'envoyer à sa rencontre. Peut-être l'a-t-elle fait, d'ailleurs, mais le visiteur choisit de poser quand même lui-même la question ? Dans un cas comme dans l'autre, le prisonnier n'a rien à cacher, alors il ne voit pas l'utilité de mentir ou de taire certaines choses, s'il bien qu'il répond spontanément:

-Je purge une peine à vie...monseigneur, dit-il en s'inclinant légèrement mais avec respect.

Le "monseigneur" lui est venu en tête en même temps qu'il répondait, si bien qu'il parait naître après une hésitation. Mais Jens a sciemment rajouté ce mot, car il espère qu'il l'aidera à déterminer qui il a en face. Il pense qu'un Jedi refusera une telle dénomination, alors qu'un Sith sera plus enclin à l'accepter. Peut-être que cette petite ruse lui permettra d'en apprendre un peu plus. Cependant, sa réponse n'est pas encore achevée, si bien qu'il continue:

-J'ai tué pour obtenir plus de liberté. Cette liberté, on me l'a offerte en m'envoyant ici. Et depuis que dame Kalanis a découvert que je possède la Force, j'ai l'espoir que quelqu'un comme vous m'amène vers encore davantage de liberté.

_________________________
Entretien avec une directrice

Casier
Revenir en haut
Gelmir
Ordre Sith

Hors ligne

Inscrit le: 19 Fév 2008
Messages: 3 930
Niveau: 5
Rang: Seigneur Noir
Autre: Seigneur de Ravage/Gouverneur de Nar Shaddaa

MessagePosté le: 07/10/2018 14:39:40    Sujet du message: Cellule d'isolement Répondre en citant

Le Seigneur Noir sous couvert de l'anonymat représentée par son armure légendaire, consacre ses dons dans la Force pour sonder son interlocuteur. Le titre d'appel "Monseigneur" n'est pas anodin et semble employé pour correspondre au moins, à la culture des Sith. Se pourrait-il que Jens Vostu soit un adepte de formation ou du moins, assez brillant et cultivé pour connaître les codes ? Quoi qu'il en soit, le détenu décrit rapidement les raisons de sa venue sur Kessel et son espoir d'être un peu plus que libre.

-La dernière ligne des préceptes Sith dit ceci : "La Force me libérera". Il existe un cheminement s'obtenant initialement au creux de la servitude. Nul homme ne peut décider du goût de la liberté sans avoir adsorbé les entraves de la servilité. Le Seigneur Noir cesse quelques instants, pour reprendre ses explications. Le seul décisionnaire de ta libération n'est autre que toi. Par la passion et le pouvoir tu descelleras les entraves psychologiques de ton esprit, jusqu'à t’affranchir des contraintes qui régissent l'univers.

Darth Malraas fait léviter le stylo dans la cellule, jusqu'à lui.

-Cette simple application est pour toi un apprentissage, mais pour moi, la mémoire procédurale joue un rôle essentiel dans cette interaction. Si tu sais marcher, tu l'as appris et aujourd'hui tu n'as pas besoin de savoir que pour se faire, ton pied gauche doit passer devant le droit, le droit devant le gauche et ainsi de suite, pour effectuer un déplacement quel qu'il soit. Le Seigneur Noir fait léviter le stylo derrière son heaume, le perdant de vue. La mémoire spatiale, savoir où l'on se trouve, où l'on s'est trouvé et où se trouve le stylographe, quel intérêt à savoir tout cela ?

Le stylo revient par dessus l'épaule de Gelmir, jusqu'aux pieds de Jens.

-Tu dois connaître sa place dans l'espace, où qu'il soit avant de décider de le soumettre à la force de ta volonté. Ensuite avec le temps et à l'instar d'un enfant ayant appris à marcher, tu pourras saisir le stylographe sans penser une seule seconde à la démarche à suivre pour le faire. Les gardiens m'ont expliqués que le seul moyen pour toi, de réussir les exploits de la Force, résidait dans la colère. Gelmir sert le poing devant son casque. Sers toi de cette colère, trouves refuge dans ses bras et soulève l'objet.
_________________________
Casier de Gelmir
Même les hommes qui prétendent connaître la mort, craignent ma fureur.
Revenir en haut
Jens Vostu
Ordre Sith

Hors ligne

Inscrit le: 07 Aoû 2018
Messages: 17
Niveau: 0
Rang: Novice

MessagePosté le: 14/10/2018 17:35:26    Sujet du message: Cellule d'isolement Répondre en citant

-La dernière ligne des préceptes Sith dit ceci : "La Force me libérera". Il existe un cheminement s'obtenant initialement au creux de la servitude. Nul homme ne peut décider du goût de la liberté sans avoir adsorbé les entraves de la servilité. Le Seigneur Noir cesse quelques instants, pour reprendre ses explications. Le seul décisionnaire de ta libération n'est autre que toi. Par la passion et le pouvoir tu descelleras les entraves psychologiques de ton esprit, jusqu'à t’affranchir des contraintes qui régissent l'univers.

En entendant les paroles de son interlocuteur, un sourire appréciateur et confiant déforme les coins de la bouche de Jens. Ainsi, c'est un Sith qu'il a en face de lui. Mais son sourire cache certaines choses, en vérité. La première est qu'il semble au prisonnier que le Sith résume sa vie sur Kuat. Sa longue servilité, et dans un passé encore proche, sa décision de se libérer de sa condition. La seconde chose qu'il cache concerne davantage le Sith lui-même, car son ton détaché et formateur exprime une volonté de combler les lacunes de Jens, comme s'il ignorait son parcours sur et depuis Kuat. Kalanis le lui aurait-elle caché ? Ou peut-être s'en moque-t-il, considérant que cela n'a guère d'importance ? Ou peut-être encore, joue-t-il simplement avec lui en feignant de connaitre la vérité....

Quoi qu'il en soit, Jens ressent un élan de satisfaction mêlé de courage à correspondre, de par son vécu, aux attentes du Forceux. C'est alors que le Sith fait léviter un stylo jusqu'à lui, et reprend:

-Cette simple application est pour toi un apprentissage, mais pour moi, la mémoire procédurale joue un rôle essentiel dans cette interaction. Si tu sais marcher, tu l'as appris et aujourd'hui tu n'as pas besoin de savoir que pour se faire, ton pied gauche doit passer devant le droit, le droit devant le gauche et ainsi de suite, pour effectuer un déplacement quel qu'il soit. Le Seigneur Noir fait léviter le stylo derrière son heaume, le perdant de vue. La mémoire spatiale, savoir où l'on se trouve, où l'on s'est trouvé et où se trouve le stylographe, quel intérêt à savoir tout cela ?

Le stylo revient par dessus l'épaule du Sith, jusqu'aux pieds de Jens.

-Tu dois connaître sa place dans l'espace, où qu'il soit avant de décider de le soumettre à la force de ta volonté. Ensuite avec le temps et à l'instar d'un enfant ayant appris à marcher, tu pourras saisir le stylographe sans penser une seule seconde à la démarche à suivre pour le faire. Les gardiens m'ont expliqués que le seul moyen pour toi, de réussir les exploits de la Force, résidait dans la colère. Gelmir sert le poing devant son casque. Sers toi de cette colère, trouves refuge dans ses bras et soulève l'objet.

Ca y est, le moment de l'épreuve est arrivé. Le moment où Jens doit prouver ses capacités, et montrer aux yeux des autres qu'il a progressé depuis sa mise en isolement. Il baisse donc le regard sur le stylographe, les paroles du Sith emplissant encore sa tête, et inspire profondément.

*La Force me libèrera.*


Le jeune humain, immobile et sans quitter l'objet des yeux, se concentre. Il s'apprête à faire un premier pas important après toutes ses nombreuses tentatives hasardeuses, et pour reprendre l'exemple du Sith de l'enfant qui apprend à marcher, il prend le temps de calculer le reste de la trajectoire avant de se lancer.

*La Force me libèrera !*


En même temps qu'il prononce ces paroles dans sa tête, Jens déploie son bras en direction du stylo, ouvrant sa main en crispant ses doigts comme s'il devait tenir l'objet avec force pour qu'il ne lui échappe pas. Il s'imagine alors saisir le stylo à distance, comme s'il utilisait un de ces bâtons articulés dont se servent les nettoyeurs des rues, cette image lui permettant de se focaliser sur la notion de "connaissance de l'espace" dont lui a parlé le Sith.
Après un instant, Jens remonte le bras dans l'espoir que l'objet suive le mouvement. Mais rien. Il réitère son action, grognant de mécontentement et se répétant intérieurement la phrase du précepte Sith afin de s'aider. Toujours rien.

Le désespoir monte subitement en lui. Il se voit déjà rester ici pour le reste de sa vie, juste à cause d'une occasion manquée, alors qu'il se sait capable de réussir. Sous le coup de l'émotion, il tourne tout à coup les talons pour faire quelques pas, serrant les poings par l'énervement et la frustration. Puis, après un inspiration bruyante, il tend son bras dans un geste brusque vers le stylo et renouvelle l'injonction de sa volonté dans la Force tout en s'exclamant:

-La Force me libèrera !


Cette fois, il n'attend pas avant d'enchainer une nouvelle tentative. Il fait ainsi plusieurs mouvements dans le vide, ordonnant à chaque fois mentalement sa volonté tout en répétant la phrase Sith à haute voix:

-La Force me libèrera ! La Force me libèrera !! La Force-me-libè-re-ra !! JE-ME-libère...rrrRRRAI !!

Jens n'a pas fait attention à la déformation de la phrase, et pourtant cela semble débloquer quelque chose, car le stylo saute d'un coup dans la main du jeune homme. Surprit, il n'ose plus bouger. Il n'est pas sûr de ce qu'il a vu, le mouvement ayant été très bref, mais il ne peut que constater qu'il ne voit plus l'objet au sol et qu'il n'a pas entendu de bruit de chute....

Il se concentre aussitôt sur les sensations émanant de sa main. Son poing n'est pas fermé, ses doigts toujours écartés et crispés comme s'il tenait une boule à l'intérieur. Sa paume ne lui révèle aucun contact avec aucune matière solide, mais le bout de certains doigts semble légèrement effleurer quelque chose.

Alors, sans moyen d'information supplémentaire, il finit par incliner lentement la tête pour s'assurer de ce qui se passe. En même temps, il pivote tout aussi lentement sa main pour la tourner vers le plafond, afin de mieux voir. Et c'est avec une joie immense qu'il découvre le stylographe flottant entre ses doigts, comme s'il était en stase.

Jens envoie une nouvelle impulsion de "contrôle" par le biais d'une brève secousse de ses doigts, afin de maintenir avec sûreté son emprise sur l'objet, prévenant tout risque de perte de contrôle due à un relâchement psychologique momentané. Ensuite, il ouvre petit à petit ses doigts pour laisser la place à l'objet de s'élever sans rencontrer d'obstacles, ce que le stylo fait. Puis, arrivé à une dizaine de centimètres au dessus de la paume, Jens fait un effort pour cesser le mouvement, ce qui fonctionne à sa plus grande satisfaction.

Mais le prisonnier est joueur, et considérant l'épreuve déjà réussie, il tente une expérience tant qu'il en a la possibilité. Ainsi, il tourne ses doigts sans bouger le reste de la main, de la même manière que s'il ouvrait un pot de confiture, imaginant en même temps qu'il donne une impulsion comparable à la création d'un petit tourbillon. Avec émerveillement, il voit le stylo s'animer lentement, entamant un lent tournis sur place.

Après avoir observé le phénomène quelques instants, Jens reporte son attention sur le Sith, un sourire de "défi accomplit" sur les lèvres.
_________________________
Entretien avec une directrice

Casier
Revenir en haut
Gelmir
Ordre Sith

Hors ligne

Inscrit le: 19 Fév 2008
Messages: 3 930
Niveau: 5
Rang: Seigneur Noir
Autre: Seigneur de Ravage/Gouverneur de Nar Shaddaa

MessagePosté le: 23/10/2018 21:03:47    Sujet du message: Cellule d'isolement Répondre en citant

Comme il le supposait, l'épreuve donnée est composée de trois éléments clés, crochetant les verrous psychologiques afin d'abaisser les barrières culturelles. La matière est fondamentalement la seule chose à laquelle les primates ne peuvent faire abstraction, dès que celle-ci est représentée de manière visible dans un espace, qu'importe son volume. Le précepte premier de tous les initiés de la Force est immanquablement celui soulignant que "la Force est un tout", énonçant de ce fait, une universalité, qu'importe les courants et autres dérives liés aux religions. Dès lors, il convient de poser l'élément principal du "tout" et d'écarter la matière sensible, palpable, de la science infusée par des générations de philosophes et de scientifiques aguerris. La Force est "tout" au plus profond de la matière.

L'initiation de Jens Vostu s'amorce par l'instinct basique des primates, une vision par le cortex visuel, tenant lieu d'analyse. Naturellement, décider un mouvement se traduit par une manoeuvre physique, plus que mentale. L'oeuvre est un mimétisme de préhension et l'imaginaire empoigne -très certainement- le stylographe. Nul ne peut dénigrer ce mécanisme, tous les initiés sont passés par une telle phase et par ailleurs, celle-ci inaugure tous les essais qui suivent. Mais le futur apprenti fini bien assez tôt par comprendre, que la démarche est vouée à l'échec, qu'elle ne révèle rien de plus que la vérité écrasante : Le "tout" se situe au-delà de la matière physique.

L'impatience est ainsi donc notée, la deuxième phase est engagée, la deuxième clé.
La colère déforme la réalité, le caractère même de l'apprentissage et de la concentration.
La contrariété se place au creux de l'instruction, gâtant l'étude, insinuant le précepte Sith "Par la passion, j'ai la puissance". Cette puissance créée inconsciemment pour plier la Force et engendrer un effet, causant une réalité. La tâche accomplie n'est qu'un mécanisme naturel, faisant oeuvrer la Force par la puissance liée à la passion. La réussite est un échec, car la compréhension du phénomène ne repose sur rien de concret. Oui, le stylographe lévite, réagit à la volonté d'animation et la surprise se déchiffre parfaitement sur les traits de Jens Vostu.

La Force ainsi empoignée, permet au désormais novice, d'user de talents éphémérisés par l'instant. Fier de cette puissance déployée, il se joue de la pesanteur et jubile avec émerveillement devant le Seigneur Noir. La contemplation achevée, Jens Vostu se détourne de sa rêverie, le visage accrêté de fierté. Sous son armure de "Général Gelmir", le Seigneur du Nouvel Ordre hoche la tête, la dernière clé étant suspendue pour le moment.

-C'est effectivement suffisant, novice.

Le Seigneur se tourne vers les Gardiens de la Kessel and Security, dévoilant son approbation pour la sortie.

-Remerciez la directrice, je n'aurais malheureusement pas assez de temps à lui accorder, nous partons immédiatement.

Les Gardiens comprennent que la documentation relative au décès du détenu KN10765M, sera l'affaire de la Directrice Kalanis. Gelmir intime l'ordre à Jens Vostu de le suivre en dehors de sa cellule d'isolement. Cerclés par le "Roi des Ombres" et les deux personnages font machine arrière et se retrouvent bien assez tôt devant la plateforme d'arrimage où trône une navette militaire. Gelmir s'arrête un instant sur l'initié.

-A bord du croiseur en orbite, tu seras présenté au Seigneur Noir des Sith, ne lui fais pas regretter de t'avoir libéré de Kessel...

Le verrou magnétique de la porte se referme une fois les passagers montés.
Ainsi débute la nouvelle de Jens Vostu.

(Tu peux décider de répondre ou pas, je vais écrire un petit quelque chose sur Nar Shaddaa pour continuer ce RP et arriver sur la planète).
_________________________
Casier de Gelmir
Même les hommes qui prétendent connaître la mort, craignent ma fureur.
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: 15/11/2018 22:15:29    Sujet du message: Cellule d'isolement

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Star Wars RPG Index du Forum -> Galaxie principale -> Reste de la Galaxie -> Bordure Extérieure -> Kessel Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Created by MOONCLAW/MAËVAH(EU-Sinstralis/EU-Illidan) phpBB template "WarMoonclaw01"
forked end designed by Knarf, Kyopé, Rylen, Mufus, Lyash, Lyzs & Gelmir
Traduction par : phpBB-fr.com