Se connecter pour vérifier ses messages privés 
 FAQ
   Rechercher   Membres   Profil         Connexion 
 
Deux surprises pour le prix d'une seule.

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Star Wars RPG Index du Forum -> Galaxie principale -> Reste de la Galaxie -> Bordure Extérieure -> Base Vergesso
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Hivernus
Imperium

Hors ligne

Inscrit le: 15 Mai 2015
Messages: 677
Niveau: 2
Rang: Seigneur de Guerre

MessagePosté le: 03/08/2018 12:08:13    Sujet du message: Deux surprises pour le prix d'une seule. Répondre en citant

-------


Trou d'équipage de la passerelle du croiseur stellaire de classe Interdictor "Poing de Pandore".

-------




Sur le pont du “Poing de Pandore”, l’effervescence est totale. Le capitaine Netbers contemple la ceinture d'astéroïdes qui vient occuper l’ensemble de la baie vitrée. La gorge nouée par l’angoisse, il attend heure après heure, jour après jour, le moment fatidique où les forces de l’Association Natori lanceront leur assaut sur Base Vergesso. L’équipage du croiseur de classe Interdictor avait finalement trouvé l’utilité du complexe à côté duquel les forces ennemies s’étaient rassemblées : Des chantiers navals. Les capteurs avaient repéré une multitude de vaisseaux en cale sèche. Assez pour mettre en déroute les forces impériales, restreintes dans le système à un seul bâtiment de guerre et à son équipage plus ou moins entraîné aux situations de combat. L’officier impérial tourne la tête vers les marins penchés au dessus des consoles, dans la fosse de la passerelle. Ils sont jeunes. Bien trop jeunes. Durant les jours anciens, quand le pouvoir de l’Empire était à son apogée, il aurait été impensable d’avoir des membres d’équipage et des officiers de pont aussi jeunes. Tandis qu’aujourd’hui… Il n’y a bien que des gamins paumés ou rêvant de gloire pour revêtir l’uniforme impérial. Le capitaine Netbers se replonge dans le passé l’espace de quelques instants.

Il se revoit, lors de la bataille de la Forge Stellaire, assister à la destruction de l’imposante station spatiale. Notre homme n’a pas pleuré la disparition de la légendaire forteresse des étoiles… Mais dans les soubresauts de son agonie, la Forge Stellaire a emporté avec elle un flot des meilleurs officiers, soldats et membres d’équipage. Les forces impériales ne se sont jamais remises de ce fiasco. Malgré les efforts de quelques officiers supérieurs et des Sith, ces satanés Sith, l’Empire n’avait jamais pu reprendre l’initiative sur la vermine rebelle. Les troupes impériales avaient été continuellement repoussées jusque sur Cathar, dernier bastion d’un empire déjà mort. L’Impérium souffre aujourd’hui des blessures à peine refermées de son prédécesseur. Privé de l’expérience d’une grande partie du personnel militaire des deux empires dont il est issu, le régime impérial ne peut compter que sur une poignée d’officiers, de soldats et de matelots vétérans. Le reste a disparu lors de quelques batailles acharnées, massacré, fait prisonnier ou passé à l’ennemi.

Le capitaine Netbers balaye la passerelle du regard, la gorge crispée non plus par l’angoisse, mais par des échos de haine, des traces d’une vieille colère. Voilà ce qu’il reste de la gloire impériale d'antan : Quelques vieux militaires à l’esprit revanchard et une légion de gosses embrigadés ! Elle est belle l’armée impériale ! Oh oui ! Elle a fière allure ! Et voilà où l’officier en est aujourd’hui. Là, dans le trou du cul de la galaxie, à bord d’un antique croiseur stellaire dont l’équipage est constitué de jeunes gens rigoureusement entraînés mais cruellement inexpérimentés, de jeunes gens arrachés à leur monde natal à l’aide d’une propagande efficace qui sait comment embellir des choses tombées à l'état de ruines... Là, sous le commandement d’un seigneur de la guerre mystérieux qui ne semble pas se préoccuper du danger imminent que représente cette flotte positionnée à quelques dizaines d'astéroïdes de Base Vergesso. Se peut-il que la Grande Moff l’ait placé sous les ordres d’un incapable ? Netbers espère sincèrement qu’il se trompe au sujet de son supérieur… Et quand on parle du loup…

La silhouette décharnée du Chiss apparaît sur la passerelle du “Poing de Pandore”. Il est suivi de près par cette terrifiante femme au regard sadique qui lui sert de garde du corps et quatre stormtroopers de la Brigade Impera. La manifestation soudaine d’Hivernus sur le pont provoque la stupeur chez les officiers, qui se mettent instinctivement au garde-à-vous. Le capitaine Netbers ne fait pas exception à la règle. Dans la fosse, plusieurs membres d’équipage quittent des yeux leur console, redressent doucement la tête, puis se remettent au travail. Le commandant du croiseur soutient le temps de quelques battements le regard enflammé de l'humanoïde à peau bleue. Son corps se raidit instinctivement, des gouttes de sueur commencent à perler dans son dos. L’homme, troublé par l’éclat malveillant de l’oeil désormais unique du dénommé Hivernus, déglutit péniblement.


- Approchez, Capitaine. Débute simplement le Chiss, d’une voix tranquille qui apaise les pensées inquiètes de l’officier qui lui fait face.

Netbers, selon l’ordre de son supérieur, s’approche doucement. Autour d’eux, l’équipage est à nouveau pris par l’effervescence propre à la passerelle d’un vaisseau de guerre. La conversation entre le capitaine et le seigneur de la guerre sera donc plus ou moins discrète, entendue seulement de quelques matelots en contrebas, dans la fosse. Des marins qui seront sûrement repris par leurs supérieurs pour s’être laissé distraire durant leur service.

- Aucun incident à signaler ? Demande soudainement l'humanoïde à peau bleue.

- Un seul mon seigneur. Un incident mineur. Un astéroïde s’est dangereusement approché du croiseur. Nous avons du ouvrir le feu pour le pulvériser et éviter un événement potentiellement catastrophique. Indique le commandant du “Poing de Pandore”.

- Bien. Se contente de répondre Hivernus, avant de reprendre mystérieusement. Capitaine, il me faut le manifeste de cargaison du vaisseau et une liste complète de ses membres d’équipage.

- Je… Mon seigneur… Je ne comprends pas l’intérêt de votre demande. Avoue le capitaine, décontenancé par cette étrange réclamation.

- C’est simple Capitaine, très simple. Lâche énigmatiquement le Chiss, d’une voix teintée de froideur. Ceux qui ont essayé de m’assassiner se sont introduits sur Base Vergesso en toute discrétion, ce qui veut dire qu’ils sont arrivés en même temps que vous, à bord de votre vaisseau, ou qu’ils ont bénéficié de l’aide du Syndicat Tenloss lorsque ce dernier contrôlait encore la ville. Vous comprenez mieux à présent ?

- Je vous assure, mon seigneur, que nous ne sommes pas des conspirateurs. Réplique Netbers en croisant nerveusement les mains dans le dos.

- Je ne remets pas votre loyauté en question, ni celle de vos hommes. J’essaie simplement de trouver des réponses. Et ces réponses, je les aurai, d’une manière ou d’une autre. Déclare d’une froideur renouvelée le seigneur de la guerre.

Le capitaine s’apprête à dire quelque chose, ouvre la bouche, mais n’a pas le temps d’aller au bout de son action. Un lieutenant lève la tête et vient annoncer une nouvelle alarmante depuis le trou d’équipage.

- Monsieur ! Les senseurs repèrent trois vaisseaux en mouvement ! Indique le jeune officier d’une voix tendue mais maîtrisée. Deux frégates de modèle Nébulon-B et un croiseur de modèle Munifex. Leurs chasseurs sont lancés et se dirigent droit sur nous.

L’attaque que Netbers redoutait tant est enfin arrivé. Les vaisseaux chargés de lancer l’assaut sont ceux que le “Poing de Pandore” a déjà failli affronter lors de son arrivée dans le système, avec le renfort d’un troisième bâtiment de guerre et de sa chasse. La puissance de feu ennemie est largement écrasante. Le combat est perdu d’avance. Le capitaine se prépare déjà au pire. Fuir n’est pas une option envisageable. Des troupes impériales sont stationnées au sein de Base Vergesso et il n’est pas question de les abandonner à une fin tragique. De toute façon, le seigneur Hivernus s’opposerait à une telle décision. Combattre est donc la seule solution possible.

- Passez le vaisseau en alerte rouge. Ordonne le commandant du croiseur. Lancez les chasseurs !

- Annulez cet ordre. Intervient calmement le Chiss. Activez les boucliers déflecteurs et dirigez le vaisseau vers la ceinture d'astéroïdes.

- Mon seigneur…

- Je ne vous demande pas de comprendre Capitaine, obéissez, c’est tout. Lâche Hivernus d’un ton tranchant.

- A vos ordres. Navigation, modifiez le cap, dirigez-nous vers le champ d'astéroïdes. Artillerie, dégagez un passage sûr à travers la ceinture. Lance finalement Netbers aux membres d’équipage.

Le capitaine quitte la passerelle pour rejoindre le personnel de la fosse. L’officier observe la rotation du vaisseau sur les écrans de contrôle et retient son souffle. L’antique croiseur de classe Interdictor semble fuir le combat. Il se dirige droit vers son objectif et se fraie un chemin à travers les astéroïdes à grand renfort de tirs de turbolaser. Les chasseurs adverses s’engagent à sa suite sans se poser de question, filant à toute allure vers leur cible. Ils foncent droit dans le piège de l'humanoïde à peau bleue...

- Navigation, je veux une rotation complète du vaisseau sur tribord. Artillerie, préparez vous à faire feu à mon commandement. Continue le seigneur de la guerre de cette voix étrangement sereine.

L’imposant bâtiment de guerre effectue sa manoeuvre. Les chasseurs de la flotte ennemie se rapprochent peu à peu de l’objectif, armes chargées et prêtes à tirer. Piloter dans un champ d'astéroïdes donne l’impression de traverser une tempête de sable. Par chance, cette ceinture est composée de rochers plus petits que la moyenne, ce qui rend la navigation plus facile. Seuls les gros astéroïdes gênent la vue et représentent un réel danger. Du moins… C’est ce que l’on peut penser. Mais l’intervention d’un certain officier impérial borgne et unijambiste risque de remettre en question la “facilité” de navigation au sein du champ d'astéroïdes. Au signal du seigneur Hivernus, les batteries turbolaser se déchaînent sur les rochers flottant dans le vide spatial. L’enfer s’abat sur la chasse de l’Association Natori. Dans la communication de groupe, les pilotes entendent leurs camarades lancer des jurons, crier à l’aide, gueuler une dernière fois avant de laisser place à un silence troublant. En l’espace de quelques secondes, les chasseurs lancés aux trousses du croiseur stellaire de classe Interdictor ont vu leur nombre diminuer considérablement. Sur les trente-six appareils initiaux, il n’en reste plus que dix en état de voler. Les pilotes de l’Association Natori pensaient pouvoir se servir des astéroïdes comme d’une couverture… Mais pulvérisés par les tirs précis de quelques artilleurs, ces morceaux de roche se sont transformés en véritables projectiles capables de percer les boucliers déflecteurs d’un chasseur pour le réduire en charpie. Les chasseurs ayant réchappé au carnage se replient rapidement, afin d’éviter de subir le même sort que les autres appareils. Quelques manoeuvres habiles du Chiss ont permis d’éliminer le problème posé par la chasse ennemie. Mais l’affrontement n’est pas gagné pour autant… Les trois vaisseaux-mères de la flotte adverse sont toujours là, prêts à livrer bataille.

- Artillerie, quand serons-nous à portée du premier vaisseau ennemi ? Demande Hivernus d’une voix parfaitement modulée.

- Dans quatre minutes et trente secondes mon seigneur. Répond le lieutenant artilleur.

- Parfait. Désactivez les boucliers déflecteurs de la baie d’amarrage. Lancez les chasseurs TIE. Message aux chefs d'escadron : Vitesse maximum, déploiement pour attaque en zone. Ordonne ensuite l'humanoïde à peau bleue. Navigation, passez en vitesse d’attaque. Nous allons rejoindre le combat.

Les chasseurs TIE sortent du ventre du croiseur stellaire de classe Interdictor à toute vitesse et accélèrent quand ils sont lancés dans leur course folle. Le “Poing de Pandore” change son vecteur d’approche, quittant sa position défensive pour une manoeuvre offensive. Les appareils de la chasse impériale fondent sur les vaisseaux ennemis en formant une sorte de fontaine exotique. Les artilleurs ne savent plus où donner de la tête. Les chasseurs adverses rescapés sont pourchassés par les appareils impériaux et pulvérisés, submergés par le nombre. Les traits laser viennent zébrer l’espace et illuminent de couleurs diverses et variées la baie vitrée de la passerelle du “Poing de Pandore”. Respectant le timing, l’antique bâtiment de guerre engage le combat au bout de quatre minutes et trente secondes, soutenu par ses chasseurs. Privée du soutien de sa propre chasse, anéantie dans une stupide attaque, la flotte de l’Association Natori se replie en bon ordre. Le croiseur de classe Munifex couvre la retraite des deux frégates, supportant les assauts des forces ennemies.

Après trente minutes de manoeuvres et de combats acharnés, la bataille est terminée. Si les frégates Nébulon-B ont pu quitter le système, c’est à un âpre prix. Le croiseur de classe Munifex, n’ayant rien pu faire contre les attaques combinées des chasseurs et du bâtiment de guerre adverse, a finalement cédé. Dans l’incapacité de fuir le combat à son tour du fait des dégâts encaissés pour permettre au reste de la flotte de s’en servir, le vaisseau s’est retrouvé bloqué sur place, sa coque percée de part en part par les tirs des batteries ennemies. Son équipage, ou du moins ce qu’il en reste, s’est rapidement rendu aux forces impériales… Des troupes investissent en ce moment même la carcasse trouée du croiseur.

Hivernus, toujours sur la passerelle, inspire profondément. Sa première victoire en tant que commandant de flotte a une saveur particulière. Un goût… Enivrant. Il avait toujours rêvé de ce moment. Depuis son intégration dans la marine impériale, il ne rêvait que du jour où il pourrait prendre le contrôle d’un vaisseau pour le mener à la victoire dans les batailles. Aujourd’hui, c’est chose faite. Et pourtant, son petit moment de satisfaction personnelle prend rapidement fin. On lui apprend que les vaisseaux laissés en cale sèche dans les chantiers navals de Vergesso ont disparu, probablement happés par l’obscurité profonde du vide spatial. L’attaque lancée à l’improviste contre ses forces n’était en fait qu’une diversion destinée à couvrir la retraite globale des vaisseaux de l’Association Natori. Les voilà tous passés en hyperespace, laissant un complexe naval vidé de ses occupants. L'humanoïde à peau bleue ne comprend pas encore l’intérêt d’une telle manoeuvre. Mais ce seul fait l’empêche de savourer pleinement sa victoire.


- Passez sur écran les rapports de dégâts pour le “Poing de Pandore” et faites moi un compte-rendu. Lance finalement l'humanoïde à peau bleue.

On signale quelques dégâts mineurs sur la proue, mais dans l’ensemble, les boucliers déflecteurs ont tenu le coup, malgré la présence de canons à ion sur le croiseur de classe Munifex. Celui qui commande, ou du moins commandait, ce vaisseau n’a visiblement pas beaucoup d’expérience en matière de combat spatial. Ou peut-être que le bâtiment de guerre a souffert de sa misérable condition de vaisseau placé en cale sèche et qu’en conséquence, son armement a été provisoirement réduit. C’est une possibilité. Hivernus obtiendrait de toute façon des réponses en interrogeant les membres d’équipage faits prisonniers.

- Capitaine, dites aux commandants d’escadron de se présenter dans la salle de briefing dès que les chasseurs seront à bord. Annonce froidement le Chiss, se détournant de la baie vitrée pour planter son regard enflammé sur l’officier impérial. Passez le vaisseau en alerte jaune.

- A vos ordres, mon seigneur. Répond simplement le commandant du “Poing de Pandore”.

Le seigneur de la guerre se retire de la passerelle, d’une démarche lente et pénible. Il est immédiatement suivi de près par son escorte. Le capitaine Netbers observe la scène jusqu’à ce qu’il perde de vue la silhouette fragile de l'humanoïde à peau bleue. Finalement, l’officier en vient à se dire que son supérieur hiérarchique n’est peut-être pas si incompétent que ça. Toutefois, cette victoire est-elle due à la chance ou à de réelles compétences militaires ? L’officier est en droit de se poser la question. Mais pour l’heure, Hivernus a temporairement gagné son respect. Après tout, il a sauvé une poignée de pilotes impériaux d’une mort certaine et pour cette raison, le commandant du croiseur de classe Interdictor le remercie silencieusement.
_________________________
« Les empires naissent et s'effondrent... mais le Mal demeure éternel. »


Formation de base : (Close Combat.)
Formation lvl1 : (Close Combat.)
Formation lvl2 : Tireur d'élite.


Second compte : Baron Rissk !
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 03/08/2018 12:08:13    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Hivernus
Imperium

Hors ligne

Inscrit le: 15 Mai 2015
Messages: 677
Niveau: 2
Rang: Seigneur de Guerre

MessagePosté le: 16/08/2018 15:50:30    Sujet du message: Deux surprises pour le prix d'une seule. Répondre en citant

Le capitaine Netbers traverse à toute vitesse les couloirs du croiseur stellaire, un datapad coincé sous le bras. Il se dirige vers la cabine temporairement réquisitionnée par le seigneur Hivernus, située un niveau en dessous de la passerelle pour des raisons évidentes… L’officier impérial se raidit en arrivant devant la porte et rectifie machinalement les plis de son uniforme vert. Voilà déjà deux heures que le Chiss s’est enfermé dans la pièce. Nul ne sait réellement ce qu’il y fait, tel un secret bien gardé. Notre homme songe à la discussion qu’il a pu avoir avec son supérieur peu avant l’attaque. Se peut-il qu’il soit en train d’éplucher la base de données du vaisseau, à la recherche d’éléments compromettants ou suspects en lien avec la tentative d’assassinat ? C’est une possibilité… Netbers racle le fond de sa gorge. Interrompre le travail de recherche de l'humanoïde à peau bleue est la dernière chose qu’il souhaite faire, mais n’a t-il pas reçu l’ordre de fournir un rapport complet de la bataille au seigneur de la guerre lui-même ?
La porte se dérobe dans le mur avant même qu’il n’ait le temps de se préparer mentalement à ce que le Chiss peut lui révéler à propos de l’équipage ou de la cargaison… Si toutefois il y a bien un complot. Le commandant du “Poing de Pandore” s’avance dans la pièce principale et sent un souffle d’air se glisser le long de sa nuque. L’Anzat est dans son dos, prête à lui trancher la jugulaire à tout instant. Le capitaine Netbers sursaute mais tente de garder un calme typiquement impérial. Cette foutue femme ne rate jamais la moindre occasion… Elle semble prendre un malin plaisir à l’effrayer. Des gouttes de sueur commencent à perler dans son dos, comme un avertissement. Mais l’officier tient bon et se concentre sur Hivernus, immobile derrière le bureau qu’il occupe dans un silence religieux. L'humanoïde à peau bleue a l’oeil mi-clos. Seul un mince trait rouge filtre sous la paupière. Il semble plongé dans ses pensées. Le commandant du croiseur de classe Interdictor déglutit péniblement. Déranger le seigneur de la guerre pendant sa méditation n’est pas l’idée du siècle. Mais il ne peut plus reculer… Surtout pas avec cette folle au sourire dérangeant qui se tient derrière lui.


- Mon seigneur… Débute avec hésitation Netbers.

- Capitaine, je vous en prie, approchez… Je vous attendais. Répond mystérieusement le Chiss sans même ouvrir l’oeil. Quelles nouvelles apportez-vous ?

- Nous avons reçu le rapport des membres de l’équipe d’inspection, à propos du croiseur capturé. Il est en sale état, mais ils affirment qu’ils peuvent le sauver. Indique le capitaine.

- Estimation du temps nécessaire aux réparations ? Demande alors Hivernus, d’une voix profonde et posée.

- Environ trois semaines, mon seigneur. Un mois tout au plus. Continue l’officier impérial en guettant la réaction de son supérieur. On rapporte d’importants dégâts sur l’ensemble de la coque. L’hyperdrive a été salement amoché durant le combat et doit être remplacé.

- Il va falloir trouver la main d’oeuvre nécessaire à un tel chantier. En vient à conclure l'humanoïde à peau bleue.

- Très certainement mon seigneur. Nous avons commencé à interroger les prisonniers. Certains sont bavards… Ils affirment que les canons à ion du croiseur ont été démontés pour être installés sur un autre vaisseau. Ajoute Netbers d’une voix grave. Par ailleurs, ils ont aussi indiqué que les vaisseaux placés en cale sèche dans les chantiers navals appartiennent, pour la plupart, à un gros client. Mais ils n’ont pas plus d’informations à fournir.

Tout s’explique. Le seigneur de la guerre reste étrangement silencieux. Des liens se font entre les différents évènements. L’assassinat du directeur Kase, le retrait de la flotte via une manoeuvre parfaitement orchestrée… Oui. Les pièces du puzzle s’assemblent. Carth Kase avait probablement des informations à propos de ce qu’il se passait dans les chantiers navals. Il a été tué afin d’éviter de compromettre un client… Et si ce fameux client est un impérial, cela peut justifier l’envoi de commandos ou de pseudo-commandos impériaux. Du moins, c’est ce qui semble être le plus logique. De nouvelles questions se posent alors. Certaines choses restent confuses et il existe encore des zones d’ombre dans cette affaire. Trouver des réponses ne sera pas une tâche de tout repos. Quoi qu’il en soit, la campagne militaire personnelle de l'humanoïde a peau bleue a pris un chemin semé d’embûches, un chemin rempli de situations difficiles. Bien sûr, chaque guerre a ses batailles désastreuses, ses événements inattendus et mortels… Mais dans le cas du Chiss, la guerre prend un tournant particulier. Hivernus se retrouve ainsi à lutter sur tous les fronts, internes comme externes. Il se retrouve à combattre contre des ennemis inconnus et doit dans le même temps se charger des affrontements avec les forces du Syndicat Tenloss… Sans oublier les dirigeants du crime organisé de Base Vergesso, qui ne manqueront pas de lui faire payer cher la moindre erreur.

En y réfléchissant bien, il se retrouve dans la même situation que les deux empereurs ayant régné sur la galaxie avant l’instauration d’une nouvelle-république. Le mot “empereur” résonne étrangement dans la tête du seigneur de la guerre. L'humanoïde à peau bleue se souvient des propos déshonnêtes de son garde du corps. Devenir empereur… Le destin que l’Anzat semble avoir choisi pour lui. Pour autant, le simple fait de prononcer ce mot dans sa tête lui donne le vertige. Une sensation désagréable qui va de pair avec des relents infâmes de conspiration. Est-ce réellement ce qu’il souhaite ? A t-il l’étoffe pour être empereur ? Hivernus n’en sait rien. Il ne désire pas se projeter dans l’avenir, quand celui-ci est incertain. Pour l’heure, il lui faut se concentrer sur le présent. Il a une guerre a mener et des conspirateurs à trouver. Le Chiss inspire profondément et se redresse péniblement. L’oeil désormais unique s’ouvre et se braque le capitaine. La lueur malveillante de son regard enflammé en dit long sur sa personnalité. S’emparant de sa canne, il se dirige vers le hublot et entreprend de fixer la vaste étendue d’obscurité clairsemée d’étoiles que lui offre la vue. L’uniforme noir du seigneur de la guerre se gorge de la lumière de la cabine et semble la dissiper, comme tissé dans les ténèbres. L'humanoïde à peau bleue demeure une fois de plus immobile, silencieux et pensif. Netbers, qui l’observe en haussant un sourcil, n’ose pas perturber le cours tranquille de ses pensées.


- Rapport des pertes au combat ? Lance finalement Hivernus pour briser le silence.

- Cinq pilotes tués. On compte aussi quelques membres d’équipage blessés.
L’informe alors le commandant du croiseur stellaire en vérifiant sur son datapad.

Cinq pertes de trop... Mais le bilan aurait pu être plus lourd encore sans l’intervention judicieuse du seigneur de la guerre. Un soupir effleure les lèvres du Chiss. Les impériaux morts durant cette bataille sont perdus à tout jamais, et avec eux disparaît leur expérience. Les chasseurs sont remplaçables à souhait, leurs pilotes, beaucoup moins. La politique de l’Empire a toujours été axé sur la vision de soldats sacrifiables, mais de l’avis d’Hivernus, il est préférable de changer de doctrine. Aujourd’hui, ceux qui se battent pour l’idéologie impériale n’ont pas les moyens d’envoyer au massacre des centaines d’âmes dévouées juste pour la beauté de la chose. Les temps ont changé. L’Impérium doit évoluer et remédier au problème posé par la perte définitive de combattants expérimentés. Le seigneur de la guerre se tourne vers le capitaine Netbers et le dévisage le temps de quelques battements de coeur. Son regard ardent semble le transpercer et l’officier impérial fait l’effort d’affronter fièrement cet oeil aux flammes dansantes.

- Envoyez une escouade de reconnaissance au sein des chantiers navals. Il se peut que nos ennemis aient piégé l’endroit avant de le quitter. Ordonne l'humanoïde à peau bleue avec sa froideur habituelle.

- J’ai déjà donné l’ordre de passer au peigne fin le complexe, mon seigneur. Fait remarquer le commandant du “Poing de Pandore” en guettant à nouveau la réaction de son supérieur.

- Bien. Très bien. Vous pouvez donc disposer, Capitaine. Conclue Hivernus froidement. Lorsque les chantiers navals auront été fouillés, veuillez transférer un équipage à bord du croiseur de classe Munifex pour le conduire en cale sèche.

- A vos ordres, mon seigneur.

Le capitaine Netbers effectue un salut militaire et quitte la cabine sans même adresser un seul coup d’oeil à l’Anzat. Il semble bien content de s’en sortir en un seul morceau, sans la moindre réprimande. Et le fait que le Chiss n’évoque rien à propos de l’équipage ou du manifeste de cargaison indique clairement que tout est en règle. Du moins… C’est ce que l’officier espère. Mais il n’a pas de raison de se torturer l’esprit à ce sujet, car le seigneur de la guerre n’a rien trouvé de suspect dans le bloc de données qu’on lui a confié. Rien du tout. Les membres d’équipage ont été triés sur le volet par la Grande Moff en personne. Elle s’est assurée de ne prendre que des individus sans passé louche et dont la loyauté n'est plus à prouver. Pour ce qui est de la cargaison, tout semble en règle. L’hypothèse de membres d’équipage liés à la conspiration est, pour le moment, écartée. Les mystérieux commandos sont donc entrés au sein de Base Vergesso bien avant l’arrivée du “Poing de Pandore”, attendant le bon moment pour frapper. Ou bien, ils ont eu l’aide de complices déjà sur place pour passer inaperçu… Comme le soutien de Kamski ou de Camilla Valerius peut-être. C’est, du moins, ce que l’on peut supposer.

Hivernus n’a pas le temps d’enquêter en personne sur ceux qui essayent de l’éliminer à tout prix. On requiert sa présence ailleurs… Il a donc décidé de créer une unité spéciale chargée des investigations discrètes et des interventions rapides. Une unité tactique qui met l’accent sur la furtivité plutôt que sur la force brute, mais qui pourrait tout de même intervenir sur des théâtres d’opération violents en cas de nécessité. Et pour commander une telle force d’élite, quoi de mieux qu’un soldat expérimenté ? Le seigneur de la guerre semble avoir trouver le candidat idéal : Le lieutenant Garland, tireur d’élite du prestigieux corps des scout troopers. Militaire de longue date, il aurait participé à quelques unes des pires missions de reconnaissance possibles pour le compte de l’armée impériale, s’en sortant toujours plus ou moins indemne. On le dit particulièrement intelligent, bon meneur d’hommes et surtout… Très habile avec les armes. Selon les témoignages de quelques uns de ses camarades, il aurait abattu un gundark d’un seul tir dans la tête à une distance de cent mètres, armé uniquement d’un blaster de poing. Quoi qu’il en soit, du fait de son dossier exemplaire, le lieutenant Garland est la personne la plus compétente pour traquer des conspirateurs et intervenir dans les zones à risque sans avoir à demander un quelconque soutien militaire au premier problème venu.

La porte se dérobe à nouveau dans le mur et laisse entrer une silhouette en uniforme vert. Celle du lieutenant Garland. Personnage de haute stature au physique impeccable, portant une barbe bien entretenue qui cache habilement une longue cicatrice allant de l’oreille à la lèvre inférieure, le scout trooper a tout de l’officier impérial modèle. Il passe à côté d’Azah Suutrar sans sourciller, à l’inverse du capitaine, totalement terrifié malgré lui par la tueuse en série. Notre homme semble droit dans ses bottes et d’un sang-froid à toute épreuve. Des qualités utiles et sûrement vitales quand on est amené à servir dans le corps des scout troopers. Garland s’approche du bureau, fait claquer ses bottes, gonfle sa poitrine et redresse le menton.


- Je suis à vos ordres, mon seigneur. Indique l’officier en affrontant le regard enflammé du Chiss.

- Repos Lieutenant. Débute simplement Hivernus, avec sa froideur habituelle. Vous êtes un homme de grande valeur, Lieutenant, et il est dommage de gaspiller vos talents dans l’attente d’une mission digne de votre réputation… C’est pourquoi j’ai décidé de vous remettre le commandement d’une unité qui aura des tâches spécifiques à accomplir.

Le seigneur de la guerre marque un temps de pause. Il savoure ce moment de silence l’espace de quelques battements de coeur. L'humanoïde à peau bleue adresse un regard entendu à son garde du corps, qui lui sourit en retour. Il en revient ensuite à Garland, avec cet air indifférent qui le caractérise si bien.

- Une unité spéciale autonome qui n’aura de compte à rendre à personne, si ce n’est à moi. Continue le Chiss sur une pointe de mystère. Je vous laisse choisir vous-même les onze hommes qui serviront sous vos ordres. Vous pouvez les recruter dans toute l’armée s’il le faut, exception faite de la Brigade Impera. Vous avez deux heures pour trouver les soldats qui constitueront votre unité. Lorsque cela sera fait, vous rejoindrez Base Vergesso et vous irez directement vous adresser au Lieutenant Slaryn au sein de la Citadelle. Il vous donnera des instructions précises et vos premiers ordres de mission.

- Bien compris mon seigneur. Se contente simplement de répondre le lieutenant.

- Une dernière chose Lieutenant… Il se trouve qu’il y a tout une caisse d’armures prêtes à l’utilisation. Informe alors Hivernus en remettant au scout trooper une tige de décodage. Des armures spécifiques, qui seront nécessaires pour garantir votre anonymat et pour vous assurer la réussite. Ce sera tout Lieutenant. Vous pouvez disposer.

Garland se retire après avoir effectué un salut militaire impeccable. Lorsqu’il passe à hauteur de l’Anzat, cette dernière lui sourit étrangement. Mais l’officier ne semble pas prendre en compte ce curieux comportement et disparaît dans le couloir quand la porte de la cabine se referme. Le seigneur de la guerre s’empare du bloc de données posé sur le bureau et se tourne vers Azah Suutrar. La tueuse en série semble le dévorer du regard, comme à son habitude.

- Nous quittons le navire. Rassemblez ma garde rapprochée. Ordonne finalement l'humanoïde à peau bleue.

- A vos ordres… Mon seigneur… Souffle le garde du corps en effectuant une élégante courbette.

Les questions d’ordre militaire sont, pour le moment, réglées. Le fait de pouvoir compter sur la Brigade Impera et sur la future unité du lieutenant Garland pour couvrir ses arrières et enquêter sur la conspiration est une épine de moins dans le pied du Chiss. Hivernus a encore beaucoup à faire. Le monde de la politique est cruel et impitoyable. De ce fait, il faut lui accorder une certaine importance… Surtout quand les seuls adversaires sont des criminels endurcis à la tête d’empires financiers. Il y a fort à parier que ces derniers sont déjà en train de préparer leurs prochaines manoeuvres… Et cette simple pensée conforte le seigneur de la guerre dans son choix de s’investir d’avantage dans les affaires économiques et politiques de Base Vergesso. Après tout, sans le soutien de la population ou de la classe dirigeante, sa campagne militaire pourrait rapidement virer au cauchemar.
_________________________
« Les empires naissent et s'effondrent... mais le Mal demeure éternel. »


Formation de base : (Close Combat.)
Formation lvl1 : (Close Combat.)
Formation lvl2 : Tireur d'élite.


Second compte : Baron Rissk !
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: 18/08/2018 23:44:17    Sujet du message: Deux surprises pour le prix d'une seule.

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Star Wars RPG Index du Forum -> Galaxie principale -> Reste de la Galaxie -> Bordure Extérieure -> Base Vergesso Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Created by MOONCLAW/MAËVAH(EU-Sinstralis/EU-Illidan) phpBB template "WarMoonclaw01"
forked end designed by Knarf, Kyopé, Rylen, Mufus, Lyash, Lyzs & Gelmir
Traduction par : phpBB-fr.com