Se connecter pour vérifier ses messages privés 
 FAQ
   Rechercher   Membres   Profil         Connexion 
 
Affaires courantes et petits tracas

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Star Wars RPG Index du Forum -> Galaxie principale -> Reste de la Galaxie -> Bordure Extérieure -> Endor -> Sanctuaire du Nouvel Ordre Jedi -> Agora des Immortels -> Chambre du Conseil Jedi
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Kath Aplazm
Ordre Jedi

Hors ligne

Inscrit le: 10 Déc 2015
Messages: 648
Niveau: 0
Rang: Novice

MessagePosté le: 02/06/2018 15:41:00    Sujet du message: Affaires courantes et petits tracas Répondre en citant

Évènements précédents.

Seule au milieu de la Chambre vide du Conseil Jedi, Elyna Faràn méditait. Elle était venue ici un peu en avance, espérant profiter du calme olympien que lui conférait cet endroit pour rassembler ses pensées éparpillées en tout sens. Le souci constant avait creusé son front, auquel ne cessaient de s'ajouter de nouvelles rides. Pire, elle dormait de moins en moins. Depuis la disparition de Rylen Korr et celle de Vendar Olorin, elle faisait ce qu'elle pouvait pour maintenir un semblant d'autorité dans une assemblée de maîtres Jedi qui ne reconnaissait plus de président. D'Albus Fellwud à Odan Rurr, ils étaient nombreux à ne pas se satisfaire de la situation de l'Ordre et de la direction qu'il prenait. Récemment, même l'énigmatique "Barbe-Grise", l'un des rares maîtres à être entré dans l'Ordre avant elle, avait émis des réserves à propos de la réponse apportée par le Conseil aux récents évènements survenus sur Endor.

La maître Jedi ferma les yeux après une profonde respiration. Contrairement aux apparences, elle ne rentrait pas dans sa désormais célèbre Méditation Ascendante. Que lui restait-il à voir ? Elle avait perçu dans la Force la chute de Nass. Même le plus talentueux des bretteurs d'Endor n'avait donc pas survécu aux terribles épreuves de la Montagne...? Au point où les choses en étaient, Elyna Faràn n'était plus sûre de rien. Le voile de ténèbres jadis concentré autour du Mont Noir s'était étendu à plusieurs kilomètres du Sanctuaire, où des pirates avaient élu domicile. Cela aussi, elle l'avait vu. Un seul détail lui échappait pourtant...


- Bonjour, Elyna.

- Bonjour, Fic.


La maître Jedi baissa le menton pour saluer son collègue Nautolan. Si elle l'avait senti arriver, elle n'avait pas brisé sa concentraiton ; elle savait que son ami aurait le respect de la laisser se recentrer avant toute autre chose. Il s'était lui-même assis à ses côtés, en tailleur, et la rejoignit dans le silence pieux qui s'était installé ici. Pas un chant d'oiseau, pas un souffle de vent ne sifflait entre les lattes de bois du bâtiment. Tout n'était que quiétude...et chagrin.

Un à un, les maîtres du Conseil vinrent se joindre à la scène. Ils n'étaient pas là par hasard : il avait été décidé qu'ils se rassembleraient au plus vite car des informations devaient leur parvenir des quatre coins du Sanctuaire et de la lune d'Endor. En effet, on attendait le rapport de l'éclaireur Erwan Allister qui avait été chargé d'enquêter sur les pirates et l'emplacement de leur campement. Celui-ci ne devrait d'ailleurs pas tarder à se montrer, une fois l'assemblée au complet. En vérité, il attendait déjà depuis plusieurs minutes à l'extérieur, appuyé sur une balustrade, en pleine conversation avec les maîtres Yuda et Melchior, qui l'avaient accueilli à son retour.
Le Conseil devait également recevoir le maître Mer Hesnar, qui avait requis une audience afin d'exposer lui aussi un rapport de ses activités de médecin. Elyna Faràn expira longuement. Ses collègues et elle allaient avoir beaucoup de travail en perspective, car l'avenir ne s'annonçait pas plus clair.


- Tout le monde est là ?

La Jedi d'âge mûr balaya la pièce d'un regard attentif. Odan Rurr, qui seul manquait encore à l'appel, pénétra dans le Chambre, la mine sombre. Melgibad Stevens accueillit son léger retard d'une plaisanterie à laquelle ne répondit pas le vieux briscard, un léger sourire imprimé sur les lèvres. Moins calmes que leurs aînés en pleine méditation, les jeunes maîtres Arakorn et Tarka'gre discutaient avec un enthousiasme non dissimulé et une certaine véhémence.

- ...Tu n'y étais pas, Tarka. Tu n'as pas vu ce que j'ai vu.

- Mais je fais confiance à la Force, Phyl, et à nos élèves. Ils prouveront leur valeur...

- Ils sont peut-être déjà morts... Ne me dis pas que tu peux ignorer ce que nous avons tous ressenti.

Les yeux las de Ka Di Mounda rencontrèrent ceux d'Elyna Faràn. De leur longue expérience de maîtres, ils savaient qu'il était vain de parler de choses sur lesquelles ils n'avaient aucune emprise. Les évènements de la Montagne Noire étaient de ceux-là : tout à fait hors de leur portée, désormais. Mais ils ne pouvaient empêcher des maîtres plus jeunes de se répandre, tant qu'ils maîtrisaient leurs émotions et ne dépassaient pas le cadre du Code. Il en allait de la bonne direction de l'Ordre.
Il était en revanche beaucoup plus compliqué de faire respecter le calme et l'ordre lors d'une séance du Conseil lorsque les maîtres plus expérimentés rejoignaient des débats aussi houleux. Sentant qu'Odan Rurr allait s'immiscer dans la discussion entamée par ses collègues, Elyna Faràn décida donc de trancher dans le vif afin de couper court aux injonctions verbales.


- Ahem. Se râclant la gorge, la maître Jedi se repoussa au fond de son siège et leva la paume ne signe d'interruption. Elle savait que ce geste d'autorité déplairait à certains. En l'absence d'autre chef, l'Ordre devait s'en remettre à la sagesse de ses anciens, dont certains n'attendaient qu'un moment opportun pour contredire les autres. La question de la succession de Korr n'était plus revenue sur la table depuis assez longtemps. Elyna Faràn refusait cependant qu'il soit question d'autre chose aujourd'hui que de l'ordre du jour.

- Frères et Soeurs, n'oublions pas pourquoi nous sommes ici, l'assista Drecko. Le Nautolan avait lui aussi perçu la tension qui s'installait déjà en ces lieux. Ils avaient beau tous être sages, puissants dans la Force et respectés dans l'Ordre, il était parfois difficile de contenir leurs humeurs. Il sera toujours temps d'aborder d'autres questions une fois les premières réglées.

- C'est ça, à la prochaine lune !, grogna l'un des maîtres, le menton posé sur son poing. De toute façon, on a tout notre temps, pas vrai ?

- Ne soyez pas si mesquin, maître Rurr
, lui rétorqua le Céréen Ka Di Mounda. Vous savez bien que nous avons fort à faire.

- Entrez donc, Erwan !

Sans se faire prier, le chevalier Allister poussa d'un bras l'épaisse porte en bois et en duracier de la Chambre du Conseil. Il y pénétra d'un pas assuré, mais sa silhouette était courbée, comme s'il portait d'un coup sur les épaules le poids des vingt années qu'il avait passées à à parcourir la galaxie. D'un œil froid, il considéra l'assemblée qui s'était tue à son entrée. Âgé de plus d'une quarantaine d'année, il comptait plus de printemps que certains maîtres comme Tarka'gree ou Adi Jolian. Ne pas siéger au Conseil n'avait jamais été pour lui la source d'une quelconque jalousie. D'un certain point de vue, il s'estimait plus utile sur le terrain qu'à tergiverser des heures durant dans un si petit enclos. Mais parfois, on ne pouvait effectivement pas y couper. Se fendant d'un salut cordial mais minimaliste, il s'avança au centre de la pièce, prêt à faire son rapport.

- Pour ceux qui ne le connaissent pas, le chevalier Allister est un de mes anciens camarades, expliqua Stevens à ses collègues d'une voix enjouée. Mais la Purge nous a séparés. Erwan nous a récemment rejoint et s'est porté volontaire pour en savoir plus sur les crashs de vaisseaux et les attaques de bandits dans le secteur...

- C'est exact
. Tous les regards étaient à présent fixés sur le chevalier. Allister n'avait pas l'habitude de se retrouver sous le feu des projecteurs. S'il paraissait parfaitement décontracté, sa main droite frottait frénétiquement sa bure sale et rapiécée. Je me suis rendu dans la zone de forêt que les éclaireurs nous avaient indiquée, pas loin de l'ancien campement des renégats... Un sacré paquet de ruines.

- De Hell à Jnum, ils n'ont jamais été connus pour leur propreté !, s’esclaffa Notra Kwo.

- Continuez, s'il-vous-plaît. Elyna Faràn jeta un regard sévère aux autres maîtres pour leur intimer de garder le silence. La réunion pouvait durer des heures entières si chacun y allait de sa petite remarque.

- J'en ai profité pour prendre avec moi deux p'tits gars du Clan de la...de la...
(il hésita) de la Loutre Chantante, c'est bien ça ? Des novices qui n'ont pas froid aux yeux. Et heureusement, parce que ça n'a pas été une partie de plaisir. La zone est infestée de Loup-sangliers et autres prédateurs. Sans parler des pirates...

- Et alors, qu'avez-vous appris ?, s'impatientait déjà Odan Rurr.

- ...J'ai appris à ne pas interrompre les gens, rétorqua Erwan Allister avec un sourire mi-sincère, mi-cynique. Son ami Stevens lui lança un regard d'avertissement. Si son humour corrosif en avaient fait un camarade souvent apprécié, il n'était pas certain que tous les maîtres se satisfassent de cette insubordination. L'objectif premier étant de venir en aide au vieux Lagal, on n'a pas pu autant explorer qu'on aurait voulu. Mission accomplie en ce qui concerne le forestier, il est rentré ici. Pas sain et sauf, cela dit. Ces bandits ne sont pas des enfants de coeur, ils l'ont sacrément passé à tabac.

- Avez-vous compris ce qu'ils voulaient de lui ?

- Non, mais j'imagine qu'il vous en racontera plus une fois remis sur pied. Je n'ai pas eu l'occasion de discuter avec lui, mais les novices qui l'ont récupéré m'ont donné quelques infos sur ce qu'il leur aurait dit. Selon lui, ces pirates ne seraient pas de "simples pirates"... Étant donnés leur équipement, les commandes qu'ils voulaient lancer sur le marché noir et les caisses qu'ils avaient, je pencherais pour des contrebandiers... ou des esclavagistes.

- C'est tout... et qu'en est-il de leur chef, de leur base ? Le ton de Phyl Reez était calme, mais ses yeux trahissaient une certaine déception, comme s'il s'était attendu à des révélations autrement plus spectaculaires.

- Ecoutez, j'ai fait de mon mieux avec ce que j'avais, à savoir un blessé grave, deux novices, et un boulet ramassé en route. Allister faisait référence à A-ha, que l'on n'avait pas encore présenté aux maîtres. Nulle doute que s'ils découvraient le caractère du fils de Taharqua, ils comprendraient en quoi la tâche déjà complexe de Tseh et Vipers se serait transformée en calvaire s'ils avaient dû la continuer à ses côtés. Les novices ont aussi capturé un bandit. Le chevalier Davro Masa l'a amené aux prisons Ewok où il est enfermé avec les mercenaires de Beemen. Vous pourrez l'interroger, mais j'ai bien l'impression qu'il ne sait pas grand chose.

Les maîtres s'échangèrent tour à tour des regards ennuyés. La mission d'Allister était un succès, mais il allait falloir encore plusieurs semaines de soins et de questions pour recueillir tous les éléments du puzzle que formait cette affaire. Entretemps, il ne fallait pas compter sur les pirates pour rester sans rien faire. Après tout, leur campement avait été partiellement attaqué, leurs véhicules saccagés et plusieurs d'entre eux étaient morts. Tout ceci était transcrit dans le rapport écrit plus détaillé qu'Erwan Allister transmit à Ka Di Mounda.

- Bien... je suppose que nous savons tout ce qu'il y a à savoir pour le moment. Il faudra féliciter maître Al'kyor Zaun, puisqu'il semblerait que ses élèves se soient distingués. Quant à vous, chevalier, nous vous remercions de votre dévouement...

- Si vous me permettez, maîtres, il reste encore une chose... Allister croisa les bras, le visage partagé entre une gêne non exprimée et une expression de profonde réflexion. Jay Lagal aurait évoqué ..."Capoue". Cela vous dit-il quelque chose ?

Ce fut presque imperceptible, mais les silhouettes assises des membres du Conseil tressaillirent. Elyna Faràn et Fic Drecko se regardèrent, le regard empli d'incompréhension. Quelque chose leur disait qu'ils devaient connaitre ce nom, mais leur vaste mémoire ne leur était d'aucune aide. Ce sentiment paraissait partagé par presque toute l'assemblée.

- Capoue...Capoue... Je ne suis pas sûr..., glissa Albus Fellwud.

- Ah bon ? Parce que je n'ai aucune, mais alors aucune idée de quoi il s'agit.

- Nous devrions demander à maître Nocasta, les archives doivent sans doute en parler, ajouta Adi Jolian. Les appartés reprirent, chacun donnant à son voisin son opinion sur le sujet. Elyna Faràn prit ses tempes entre ses index, fermant les yeux. Le brouhaha ambiant la dérangeait. Au fond, quand ils le voulaient, les maîtres du Conseil pouvaient être aussi bruyants que leurs élèves. La cohue qui s'installait fut interrompue par la voix ferme mais basse de Melchior.

- Capoue et Isayidi. Rattatak. C'est ce que nous cherchons.

Le silence s'installa soudainement. Maître Yuda tourna son petit crâne chauve vers son collègue, la mine aussi surprise que morose :

- Certain, êtes-vous ?

"Barbe-Grise" n'eut pas à en dire plus. D'un geste hâtif, Elyna Faràn intima à Stevens de raccompagner son ami Allister au dehors, pour que le Conseil puisse discuter de cette information à huis clos. L’évocation de Rattatak n'était pas étrangère à l'instauration de ce nouveau climat. En effet, il y avait de cela plusieurs mois déjà, cette planète avait été évoquée entre ces murs. Devant les yeux ignorants d'Alya Thamriel et de Kath Aplazm, le Conseil avait appris la possible survie de Rylen Korr, en retraçant le trajet de son chasseur depuis la cité d'Isayidi. Cela ne pouvait être une coïncidence...

- Il semblerait que notre bon Grand Maître s'est fait des amis pas très recommandables...
ironisa Odan Rurr. Depuis plusieurs mois, le maître Jedi poussait pour qu'on nommât un nouveau Grand Maître à l'Ordre. Toute évocation de Rylen Korr représentait pour lui une opportunité de revenir sur les nombreux écarts du leader de l'Ordre et d'en faire le procès.

- Gare à vos paroles, maître Rurr. Nous n'avons rien de plus que des suppositions sur ce qui a pu se passer après la Bataille de la Forge Stellaire.

- Malgré vos dons, vous persistez à vous bander les yeux, maître Faràn. Nous avons déjà eu cette discussion, vous le savez...

- Cela ne sert donc à rien d'en débattre plus longtemps.

Une tension désagréable et presque palpable venait de s'installer. Les plus jeunes maîtres s'étaient pour ainsi dire emmurés dans le silence, figé comme des statues, tandis que les membres permanents du Conseil se fusillaient du regard. Seul Yuda paraissait encore calme et tranquille, presque somnolent. L'atmosphère lourde continua de peser quand un jeune padawan vint frapper à la porte pour annoncer l'arrivée de maître Hesnar. En son for intérieur, Elyna Faràn priait pour que les nouvelles que leur rapporterait le médecin Khil ne soient pas prétexte à un nouvel échange de piques.
_________________________




Dernière édition par Kath Aplazm le 11/06/2018 15:19:44; édité 1 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 02/06/2018 15:41:00    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Jil Charce
Ordre Jedi

Hors ligne

Inscrit le: 10 Déc 2016
Messages: 288
Niveau: 0
Rang: Novice

MessagePosté le: 02/06/2018 21:25:51    Sujet du message: Affaires courantes et petits tracas Répondre en citant

    – Décidément, chaque entrevue avec le Conseil me rend le statut de Chevalier plus confortable encore, lâcha platement Allister après avoir refermé la porte de la Chambre du Conseil.
    – Je te comprends, mon ami, lui répondit Stevens. Odan n’a pas un mauvais fond, mais son caractère... Le Maître secoua la tête sans achever sa phrase.
    – Si seulement il ne s’agissait que de cela. Mais certains membres me donnent l’impression désagréable d’avoir autant de secrets que les arbres sacrés des Ewoks peuvent avoir de cernes.
    – En effet. Je conçois qu’il soit plus simple, et peut-être plus sain, d’être un Jedi loin des intrigues de cour. Mais ces secrets sont nés de l’expérience, et cette expérience est précieuse, alors... Peut-être est-ce un mal nécessaire.

    Les deux vieux camarades furent interrompus par l’arrivée devant la Chambre d’un Khil de grande taille, précédé d’un Padawan en guise d’escorte.



    Maître Mer Hesnar


    – Ah, bonjour, Mer. Je suis heureux de vous compter de nouveau parmi nous.
    – Bonjour à vous, Maître Stevens, et merci, répondit le Khil d’une voix profonde et mélodieuse. Et bonjour à vous, ajouta-t-il en inclinant la tête à l’attention d’Allister.
    – Pour faire les présentations, Mer, voici le Chevalier Erwan Allister, un vieux camarade rescapé de la Purge ayant retrouvé le chemin d’Endor pendant votre absence. Et voici le Maître Mer Hesnar, dont les compétences en matière de médecine sont tout à fait remarquables.
    – Et qui est revenu faire son rapport au Conseil après de nombreux mois passés au chevet de certaines tribus Ewoks, comme de juste, reprit le Khil. Enchanté.
    – Enchanté. J’espère que vous aurez de bonnes nouvelles à leur apporter, répondit Allister, appuyant son propos d’un geste du menton vers la porte, parce que je crains que mon propre rapport les ait un peu hérissés.
    – Je vous remercie pour cette précision. Je commencerai donc par les mauvaises nouvelles et garderai les meilleures pour la fin. Mer Hesnar s’inclina. Je pense qu’il ne serait pas bon de faire attendre le Conseil plus longtemps, et vous souhaite une excellente journée. Maître Stevens, m’accompagnerez-vous à l’intérieur ?
    – Eh bien il semble que je fasse partie du Conseil, en effet, et votre rapport m’intéresse. Stevens prit congé d’Allister d’une légère accolade, et désigna la porte au jeune Padawan. Annonce-nous, mon garçon.


    * *


    L’immense silhouette du Khil dût se voûter pour passer la porte, lui qui avoisinait une taille de deux mètres. Le garçon resta à l’extérieur, et Melgibad Stevens suivit Hesnar, reprenant son siège pendant que le médecin s’avançait au centre de la Chambre.

    – Bonjour à vous toutes et à vous tous.

    Le Maître à la peau verte était campé bien droit face à ses interlocuteurs, imposant, les bras croisés derrière le dos tel un instructeur militaire. Lorsque les salutations d’usage furent terminées, sa voix chantante se fit à nouveau entendre.

    – Vous vous souvenez certainement des raisons de mon expédition en terres ewokes, mais mon départ remontant déjà à de nombreux mois, je pense utile de rafraîchir les mémoires.

    Les Naa’fruu avaient requis l’aide de l’Ordre dans le cadre d’une affaire qui les dépassait. Certaines tribus éloignées étaient frappées d’une maladie que leurs soigneurs, leurs chamans ou leurs fougérons – c’est ainsi qu’ils nomment leurs herboristes, cueilleurs de fougères – ne parvenaient pas à soigner.

    Les symptômes qui nous avaient été rapportés étaient plutôt sévères. Des accès de fièvre, de confusion, de désorientation ; des pertes d’équilibre ; des troubles respiratoires ; un nombre accru de fausses couches... Là où une société moderne saurait survivre malgré tout, les Ewoks dépendant de la chasse et de la cueillette, toutes leurs activités quotidiennes s’en trouvaient perturbées, causant malnutrition et accidents de chasse. Autant de critères, sans compter l’éventualité d’une contagion à grande échelle, qui rendaient nécessaire une intervention de notre part, et aucun d’entre vous ne s’y était opposé. Je m’étais alors proposé, estimant que mes compétences seraient plus utiles dans ce cadre que dans celui du Sanctuaire, où la vie est plutôt calme.


    – J’ai d’assez nets souvenirs de la conversation qui avait suivi, à propos du calme du Sanctuaire, intervint Rurr, un rien narquois, s’attirant les regards noirs d’une bonne partie des membres du Conseil.

    – Je n’en doute pas, reprit le Khil après un silence un peu trop long. Équipé du peu de matériel que j’ai pu soustraire de notre infirmerie, j’ai rallié la lointaine tribu des Daa’na, qui semblait particulièrement touchée par ce nouveau fléau. La tribu comptait déjà quelques dizaines de victimes à mon arrivée, dont le fougéron, dont l’aide m’eut été précieuse.

    Après quelques jours, j’ai pu atténuer leurs réticences face à l’étranger que j’étais pour eux, et ai pu me livrer à quelques analyses. Il ne m’a pas fallu très longtemps pour comprendre quelle était la cause de cette maladie. Il semble que le brassage de populations étrangères à Endor de ces dernières années ait apporté avec lui des parasites qui trouvent ici un terrain de jeu favorable.


    Quelques-uns des membres du Conseil échangèrent des regards consternés. Le vieux Maître Yuda sembla se ratatiner sur son siège.

    – Je ne peux dire qui en porte la responsabilité. Il peut s’agir de l’Ordre, des Renégats de Jnum, ou même des mercenaires de Beemen. Des animaux ont été introduits sur la lune, des chiens, des rats, peut-être ces agaçants gizkas... Je ne peux pas le déterminer. Toujours est-il que le parasite a pu passer d’eux aux Ewoks par le vecteur de la tique d’Endor, une vermine qui ne pose habituellement aucun problème au petit peuple, dont le métabolisme est habitué à cohabiter avec elles. Pour entrer dans le détail, il s’agit de plasmodium vivax : ceux d’entre vous qui ont des connaissances en la matière comprendront que, le parasite étant désormais lâché dans la nature d’Endor, les Ewoks devront maintenant composer avec la malaria.

    – C’est une nouvelle terrible, lâcha un Fic Drecko au visage décomposé. Notre présence aura décidément meurtri les Ewoks bien plus que de raison... Qu’avez-vous pu faire ? Que pouvons-nous faire ?

    – Eh bien, c’est une consolation relative, mais il m’a été possible de trouver un remède. Il se trouve que certains arbres d’Endor, qui n’ont pas encore de nom, possèdent une écorce aux propriétés salvatrices en cas de malaria. Par chance, c’est une espèce relativement répandue. Il m’a fallu quelques semaines, avec l’aide des chamans d’autres tribu, pour le repérer et en tirer un premier remède viable, produit d’urgence en petites quantités avec notre matériel moderne. Cela a permis d’endiguer la progression de la maladie, et de stabiliser les victimes les plus atteintes. J’ai chargé un Ewok très volontaire, Aaki’im, le fils du fougéron, de le distribuer aux autres tribus de la région, et ai mis ce temps à profit pour trouver des solutions que les Ewoks seraient à même de mettre en œuvre par eux-mêmes, qui ne disposent pas des mêmes moyens technologiques que nous, puisque la malaria étant désormais installée sur Endor, ils devront y faire face avec régularité.

    Après un mois supplémentaire, je suis parvenu au résultat voulu, et j’ai pu apprendre à la tribu des Daa’na à fabriquer eux-mêmes le remède. J’ai également trouvé des moyens pour eux de se prémunir des tiques. Des produits répulsifs à insectes, des pommades. Ainsi, nous ne devrions pas assister à un trop grand impact de la maladie sur la société Ewok.


    – Merci, Maître Hesnar. Elyna Faràn se redressa sur son siège. Je pense pouvoir parler au nom du Conseil dans son ensemble pour dire que nous vous sommes reconnaissants, et que nous saluons l’efficacité avec laquelle vous avez réussi à gérer cette situation malheureuse.
    – En effet. Vous êtes un membre inestimable de notre Ordre, enchaîna Albus Fellwood, et nos voisins Ewoks peuvent s’en réjouir. Si vous avez terminé l’essentiel de votre exposé, j’aimerais vous poser une question pour satisfaire ma curiosité, si vous me le permettez.
    – Eh bien, je pense avoir dit l’essentiel, en effet. J’ai déposé au rapport complet aux archives, qui contient toutes mes notes, si vous souhaitez le consulter.
    – C’est une excellente chose. Je me demandais simplement, puisque votre rapport semble ne couvrir que les deux ou trois premiers mois de votre absence, à quoi avez-vous occupé le reste du temps que vous avez passé loin du Sanctuaire ?
    – En premier lieu, répondit Mer Hesnar, à diffuser au plus grand nombre de tribus possible les connaissances nécessaires à la fabrication des différents produits. Il m’a semblé qu’il s’agissait d’une tâche prioritaire, et bien que les Ewoks échangent beaucoup entre tribus, j’ai estimé être le mieux placé pour cela. Ensuite, aucune affaire ne m’appelant au Sanctuaire, j’ai jugé utile de recueillir plus d’informations sur la faune et la flore de notre lune, m’étant rendu compte au contact des Ewoks que nos connaissances étaient des plus parcellaires. Toutes mes observation figurent dans les carnets que j’ai déposés aux archives.
    – En somme, vous avez estimé que vous ne pouviez pas accomplir votre devoir correctement en rentrant au Sanctuaire. C’était de nouveau Odan Rurr, dont la remarque tomba à plat, créant un silence tendu dans la Chambre.
    – Maître Rurr, reprit lentement le Khil, avec tout le respect que je dois à un membre du Conseil, il ne vous appartient pas de travestir mes mots pour les mettre au service de votre cause, de votre frustration, ni pour créer des tensions dans cette Chambre.
    – Maître Hesnar, votre rapport étant terminé, vous pouvez vous retirer si vous le souhaitez, intervint Fic Drecko pour rompre la tension. Nous pourrons reprendre cette discussion en privé, ajouta-t-il en jetant un regard à Rurr.
    – Maître Drecko, j’aimerais répondre à la question que Maître Rurr pose sans la poser, reprit Hesnar en levant la main en signe d’apaisement. C’est une question légitime. Même si je ne partage pas votre insistance à ce sujet, oui, en effet, j’ai estimé ne pas pouvoir accomplir mon devoir correctement au Sanctuaire. Il fit une nouvelle pause, pour peser ses mots. Il savait que le Conseil était tendu, et que ses paroles risquaient de provoquer de nouvelles discussions houleuses. L’Ordre s’est réfugié sur Endor pour d’excellentes raisons, je ne le nie pas. Mais ma mission, en tant que Jedi et en tant que médecin, est de servir les populations. En l’état, je ne peux pas remplir cette mission tant que l’Ordre reste confiné presque exclusivement sur cette lune. Je n’ai pas souhaité remettre en cause les décisions du Conseil, mais assister les Ewoks et explorer le potentiel médical de leur environnement m’a paru être la seule manière d’accomplir mon devoir, ce que j’estime ne pas pouvoir faire au Sanctuaire.

    Le silence retomba de nouveau un moment, le temps que les Maîtres pèsent la déclaration du Khil.

    – Maître Hesnar, nous vous remercions d’avoir partagé cet avis avec nous. Nous comprenons votre point de vue, et soyez assuré que cette question fait l’objet de nombreux débats parmi nous. Votre rapport étant terminé, vous pouvez vous retirer, conclut Faràn avec douceur et fermeté, pour pouvoir gérer plus sereinement la tempête que Rurr ne manquerait pas d’attiser dans les prochaines minutes.

    Mer Hesnar s’inclina profondément, les mains toujours jointes dans son dos, et quitta la Chambre du Conseil.

_________________________
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: 25/09/2018 12:09:42    Sujet du message: Affaires courantes et petits tracas

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Star Wars RPG Index du Forum -> Galaxie principale -> Reste de la Galaxie -> Bordure Extérieure -> Endor -> Sanctuaire du Nouvel Ordre Jedi -> Agora des Immortels -> Chambre du Conseil Jedi Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Created by MOONCLAW/MAËVAH(EU-Sinstralis/EU-Illidan) phpBB template "WarMoonclaw01"
forked end designed by Knarf, Kyopé, Rylen, Mufus, Lyash, Lyzs & Gelmir
Traduction par : phpBB-fr.com