Log in to check your private messages 
 FAQ
   Search   Memberlist   Profile         Log in 
 
La Table Blanche

 
Post new topic   Reply to topic    Star Wars RPG Forum Index -> Galaxie principale -> Géonosis
Previous topic :: Next topic  
Author Message
Asavar Phocas
Indépendants

Offline

Joined: 29 Feb 2016
Posts: 289
Niveau: 0
Rang: Diktat de Corellia
Autre: L'Homme d'Acier

PostPosted: 27/05/2018 22:24:16    Post subject: La Table Blanche Reply with quote

"Ouvre les yeux."

Le Skakoan était gagné par un sentiment de plénitude alors que les volutes de fumée qui l'entouraient décrivaient des arabesques aux formes étranges. Ou étaient-ce des nuages ? Non, il était plus probable que cette étonnante brume ne puisse être identifiée avec précision. Ce lieu lui-même ne pouvait être identifié. Un ciel d'un jaune orangé intense, sans horizon, s'étendant à perte de vue, y compris sous la brume. Le vide semblait ne pas connaître de limite. Il n'y avait rien. Le silence était de marbre et aucune forme de vie, aucune activité ne venait perturber ce décor irréel, à une exception près. Le Skakoan se tenait sur une gigantesque colonne de métal perçant les nuages et dont la base ne pouvait être aperçue tant elle était lointaine. Mais, avait-elle seulement une base, ou se prolongeait-elle également vers l'infini ? Le natif de Skako était attentif à cet environnement mystérieux et observait avec un intérêt apparent la moindre spirale décrite par la brume, les plis de sa longue robe bleue flottant doucement, portés par une douce brise. En y regardant de plus près, certaines de ses formes semblaient être porteuses de sens. On en venait presque à distinguer... Une écriture ? Le regard de l'alien en scaphandre se porta vers le livre qu'il tenait dans sa main. A l'ère des datapads et de la technologie du voyage spatial, ce genre d'objet archaïque était devenu une rareté. Néanmoins, celui-ci était voué à ignorer le passage du temps, et tant qu'il y aurait des Skakoan vivants, cet ouvrage ne disparaîtrait pas. Il était l'héritage le plus sacré de toute une civilisation, un artefact intemporel jouant un rôle central dans une culture marquée par le changement, la science et l'innovation continue. Le Skakoan ouvrit le livre et plongea dans la lecture des antiques runes. Cette étude emplissait son esprit de sérénité et il commença à psalmodier, ses murmures et les sons atypiques du langage des natifs de Skako venant rompre le silence du lieu. Ce livre, il l'avait étudié des milliers de fois, mais sans jamais parvenir à atteindre l'état nécessaire à l'accomplissement de sa quête.

"Ouvre les yeux."

L'être engoncé dans sa combinaison pressurisée fit volte-face et cinq nouvelles colonnes se révélèrent à lui à travers les volutes de brume, chacune étant surmontée d'un de ses congénères. Les robes des nouveaux-venus étaient plus amples que ce que portaient d'ordinaire les Skakoan. Elles avaient plutôt l'allure de capes venant dissimuler la majeure partie de leurs scaphandres. Quatre colonnes étaient plutôt en retrait, et les Skakoan qui les surmontaient semblaient plongées dans une forme de méditation se manifestant par l'usage répété de mantras au sens ésotérique. La cinquième colonne était plus proche du Skakoan. Le personnage qui le surmontait tenait lui aussi un grimoire aux textes sacrés. Il lut quelques lignes à haute voix, employant un ton sentencieux, puis referma le livre. Les cinq individus parlèrent alors à l'unisson sur un ton solennel.

"Entends-tu notre parole, voyageur ?"

Le Skakoan ferma les paupières l'espace d'une seconde. Lorsqu'il les rouvrit, il se trouvait dans une vaste salle aux parois métalliques. Une lumière diffuse éclairait le lieu austère, sans que l'alien puisse en identifier la source. Face à lui, une gigantesque porte aux lourds battants constituait le seul élément marquant du décor. Au sommet de cette porte maintenue fermée se trouvaient ce qui semblaient être des paupières, fermées elle aussi. Le Skakoan fit le vide dans son esprit et murmura une formule issue des textes saints. L'œil s'ouvrit, sa pupille de lumière se pointant dans la direction du visiteur.

"Tu n'es pas encore prêt, voyageur. Entends-tu notre parole ?"

Un sentiment de frustration gagna le Skakoan solitaire. Il avait tant espérer réussir, mais une fois encore, la porte demeurait fermée devant lui, l'œil se contentant de l'observer avec curiosité.

"Ouvre les yeux."

Le personnage en scaphandre et en robe bleue se résigna. Son heure n'était pas encore venue. Le Très Haut estimait visiblement qu'il devait encore faire ses preuves.

"Ouvre les yeux, Vardek Bortan."





Vardek Bortan se réveilla dans la navette le conduisant de Duro à Géonosis. Il avait laissé au haut-prospecteur Tondar la charge de surveiller l'exploitation minière récemment installée et était retourné en urgence sur la planète capitale de la Confédération sur demande du conseil. Un contretemps regrettable, mais la mission qui lui avait été confiée était de la plus haute importance. En tant que membre des pères fondateurs de la CSI et leader de l'une des plus importantes corporations séparatistes, il avait en effet été désigné pour codiriger la délégation chargée de négocier avec l'émissaire de la République. C'était l'avenir de la galaxie entière qui se jouerait durant cette rencontre, et il revenait au Contremaître du Techno-Syndicat d'éviter une guerre inutile ou, du moins, de servir les intérêts de la Confédération. Son exploitation de cortose attendrait, car pour la première fois depuis fort longtemps, il devait redevenir la voix de la CSI. Il y avait quelque chose de grisant là-dedans. Derrière son masque, le natif de Skako sourit. Soudain, un de ses assistants fit irruption dans la cabine : ils allaient bientôt atterrir à l'astroport de Toskrew City. Dans quelques heures, les superpuissances sauraient si, une fois de plus, elles seraient amenées à en venir à la guerre.

_________________________
Back to top
Publicité






PostPosted: 27/05/2018 22:24:16    Post subject: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
Iroey
CSI

Offline

Joined: 07 Jul 2011
Posts: 3,115
Niveau: 3
Rang: Lieutenant
Autre: Escouade Amandine du 38

PostPosted: 29/05/2018 02:43:47    Post subject: La Table Blanche Reply with quote

Alors que la navette de Bortan approche la planète, une signature d'un vaisseau allié se fit soudainement avertir sur le radar, une frégate récusant flottant droit devant, celui-ci ayant un nom assez reconnu parmi les vaisseaux confédérés : le Golden Brother. Ce grand vaisseau envoya alors une communication bien précise, une voix robotique à vous donner des frissons dans le dos leur disant :

-Bienvenu sur Géonosis monsieur Bortan... Pour des raisons de sécurité, la rencontre se ferra ici même dans mon vaisseau pour mieux vous encadrer et vous protéger d'éventuelles menaces... Je vous attendrai dans le hangar...

La voix se coupa alors, laissant le haut dignitaire à ses pensées. Pour ce qui est de la voix entendue, il ne s'agit d'autre que le tout récemment promu commandant Iroey. Suite à sa rencontre au conseil séparatiste, le cyborg avait tout fait rapidement pour mettre des mesures de sécurité très stricte voir même exagéré selon certains. Il avait en effet demandé le paquet en terme de protection pour cette rencontre. En comptant les légions de droïdes de combat présent dans les soutes ainsi que ceux qui comporte l'équipage, des IG-100 avait ont été déployer ainsi qu'un commando d'intervention spéciale d’on il ne connaît que très peu de choses. La chose que la machine a peu entendre concernant cette division spéciale est qu'ont l’appelle le Surge. De son côté, Iro était passé voir des représentants du C.R.D.A, ceux-ci le connaissant légèrement vu ses anciennes collaborations avec le lieutenant Tericarax ainsi que ses petites recherches scientifiques quand il a fabriqué un poumon artificiel sur Taris ou encore ses plans pour une bombe bactériologique ave le virus causant la transformation en rakgoule.

La raison de pourquoi il a été les voir était simple, ne voulant laissé aucune possibilité derrière lui, l'officier avait demander au C.R.D.A de lui fournir quelque chose de discret qui serrait efficace contre les sensitifs. Ses craintes sont très simples. Ayant lui-même eu à faire face à la puissance d'un seigneur Sith tout en ayant perdu son mentor à cause d'une certaine générale républicaine sensible à la force, le responsable de la sécurité de cette rencontre n'avait aucune confiance en cette délégation républicaine. Ce qu'il ne comprit pas cependant c'est qu'on lui avait remis des caissons avec en son intérieur d'étranges lézards. L'un d'eux avait apparemment été utilisé sur Mygeeto pour contrer les défunts terroristes de l'ordre noir qui ont attaqué ce monde important séparatiste. De ce que le cyborg a entendu aussi étrange que cela puisse le paraître, ces reptiles ont comme particularité étrange d'annulé la sensibilité à la force d'un sensitif à proximité et le rendre aussi vulnérable qu'un être vivant non sensible à la force.

Bien que sceptique, le militaire ne pouvait se fier qu'aux résultats concluants des recherches de son mentor qui ont évidemment séduit le C.R.D.A pour faire l'élevage de ces créatures à sang froid dans des buts purement scientifiques en se basant sur ses recherches. Évidemment, le prototype a grandement contribué au développement de ce projet sans même avoir mis un pied dans l'un de leurs laboratoires. Le fait qu'il est ramené les archives du lieutenant et son datapad personnel a grandement donné de l'aide aux chercheurs séparatiste.

La réalité rappela rapidement l'officier supérieur, celui-ci marchant rapidement vers le hangar où devrait normalement se poser le cofondateur de la glorieuse confédération. Avec le peu de temps dont il disposait, la machine avait rapidement préparé un comité d’accueil pour les hauts dignitaires qui représentera sa nation lors de ces négociations. Espérant que cela ferrait le charme, le robot accéléra la cadence, sa cape battant derrière lui, son corps faisant moins de bruit à chacun de ses pas vu sa flexibilité et son agilité accrue sur ses précédents corps. Iro arriva d’ailleurs tout juste au moment ou la navette entre dans le vaisseau, deux grandes lignes de droïdes B1 se tenant de chaque côté d'un grand tapis bleu fondé avec des lignes blanches de chaque côté, ces couleurs représentant bien entendu les couleurs de la nation souveraine séparatiste !

Iroey attendit au bout des deux rangées de robots, un individu avec un scaphandre sortant de la navette avec son escorte. À en fier à ses connaissances personnel, il s'agit d'un skaokan, une race qui ne respire pas de l'oxygène dut à son port d'un scaphandre pour respirer hors de leurs mondes. Mais peu importe leurs origines, la C.S.I accepte toutes les races sans distinction parmi eux, le cofondateur étend justement la preuve de cette vision sociale. Au moment précis où Bortan mit un pied sur le sol, tous les B1 se tournèrent l'un en face de l'autre, chacun de ces automates regardant l'autre en face de lui de l'autre côté du tapis, arme en main contre le torse. Du point de vue de l'invité, ont ne pouvais voir que deux parfaite rangé de machines de guerre parfaitement synchronisées pour saluer son arrivé, l'étrange géant de fer attendant au bout de cette ovation glorieuse.

Le commandant attendit donc que le haut dignitaire marche entre ses troupes, celui-ci arrivant finalement devant lui, le grand cyborg gardant le dos droit pour claquer des talons en faisant un salut militaire pour enfin se présenter.


-Je suis le commandant Iroey... Matricule 000... Je suis celui qui sera responsable de vous tenir en sécurité sur ordre direct du général Valkoinen et du consulat... Mes troupes se chargeront de vous escorter avec vos partenaires à la salle des négociations... Vous êtes le premier arrivé, le Vice-Roi de la fédération commerciale n'est arriver n'y le diplomate républicain...

À peine discuter que six IG-100 entrèrent dans le hangar, ceux-ci portant des bâtons électriques en main ainsi que des vibrolames à la taille. Un bruit retentit soudainement, une autre navette cette fois-ci d'origine neimoidienne se posa à côté de celle de Bortan, la rampe descendant, révélant une créature excentrique.


Vice-Roi de la F.C Anko'o


Darjus Anko'o : Vice-roi de la fédération commerciale. Vêtu de ses plus beaux habits rappelant ceux d'un véritable monarque, il avança à son tour au travers de l’allée de machines conçues par son peuple les neimoidiens. Rapidement, Iroey constata à quel point de politicien est grand ! Il doit bien avoir une tête et demie de plus qu'un B1 ! Les droïdes de combat ne sont pourtant pas reconnus pour être petit, mais au contraire ! De plus, son corps sous ces couches de vêtement distingué semble on ne peu plus musclé. La couleur jaunie du visage de l'extraterrestre laisse aussi à présager qu'il ne passe pas la majorité de son temps sur son monde natal au climat tropical. Ne regardant pas autour de lui, il avança rapidement sur le tapis pour rejoindre le duo en face de lui, tenant fermement une canne taillée dans un bois d'un blanc pur. Avec surprise, ce haut dirigeant alla directement rencontrer, Vardek et ouvrit la parole.

-Vous devez être Vardek Bortan... C'est un plaisir de vous rencontrer ici... Un très bon choix que le consulat à fait de mettre entre nos mains expertes cette situation nuisible... Et si nous discutions en chemin...?

Le nouvel arrivant disparut aussi vite qu'il fut arrivé, celui-ci invitant le skaokan à le suivre jusqu'à la chambre des négociations, le militaire restant derrière, les magna-gardes encadrant rapidement les hauts dignitaires. Ne reste plus que l'ambassadeur républicain et son escorte à arriver.

_________________________

Thou Art Bring Thy Fear...


Casier d'Iroey:

Thème:

Formation de base:
Close combat

Formation Lv1:
Close Combat

Formation Lv2:
Close Combat

Formation Lv3:
Close Combat
Back to top
Asavar Phocas
Indépendants

Offline

Joined: 29 Feb 2016
Posts: 289
Niveau: 0
Rang: Diktat de Corellia
Autre: L'Homme d'Acier

PostPosted: 06/06/2018 13:56:18    Post subject: La Table Blanche Reply with quote


Vardek Bortan, Contremaître du Techno-Syndicat


Bortan n’avait encore jamais eu l’occasion de traiter avec le nouveau vice-roi en personne. Et il considérait que c’était pour le mieux. Les Neimoidiens avaient toujours su s’attirer le mépris du Contremaître du techno-Syndicat, notamment en raison de leur lâcheté, mais le prédécesseur du chef de la Fédération du Commerce avait au moins fait preuve d’audace en s’opposant au régime républicain pour cofonder la Confédération des Systèmes Indépendants. La Fédération du Commerce, le Techno-Syndicat, le Clan Bancaire Intergalactique et, dans une moindre mesure, l’Alliance des Corporations et la Guilde du Commerce : tels étaient les piliers du mouvement séparatiste. Les leaders de ces mégacorporations étaient les visages de la Confédération en tant que pères fondateurs de celle-ci. Cependant, la Fédération du Commerce avait en quelque sorte perdu de sa superbe en perdant son Vice-Roi. Son nouveau dirigeant… Il n’avait pas la même aura que les autres chefs de corporation, et aux yeux de ceux-ci, il resterait à jamais un parvenu, quoi qu’il fasse. Ce jugement était sans doute dû à l’orgueil que ces hommes d’affaires avaient tiré du succès de l’Etat qu’ils avaient fondé.

Ainsi, Bortan fut envahi par le dégoût et l’amertume à la vue du Neimoidien. Pourquoi diable fallait-il qu’il participe à ce sommet ? De quel droit parlait-il au nom de la Confédération, lui qui n’avait rien fait pour assurer sa place actuelle dans la géopolitique galactique ? Le Skakoan se résigna. Le Consulat devait avoir ses raisons pour avancer un tel pion.


- Plaisir partagé, Vice-Roi. Je n’ai pas encore eu l’occasion de vous féliciter, mais c’est désormais chose faite. Je suis sûr que vous ferez honneur à votre prédécesseur.

Le Neimoidien proposa au Contremaître de discuter en attendant l’arrivée de la délégation républicaine. A contre cœur, le leader du Techno-Syndicat accepta. Anko’o avait beau être un parasite à ses yeux, il n’était pas nécessaire de détériorer les relations entre les compagnies pour autant, surtout après la conclusion d’un contrat sur l’exploitation commune d’un champ d’astéroïdes. Bortan espérait simplement que les républicains ne tarderaient pas. La Chancellerie avait visiblement chargé le sénateur de Mustafar, Blokkus Terriblic, un Hutt, de s’assurer du bon déroulement des négociations. Bortan espérait que ce fameux sénateur ferait preuve de plus d’honnêteté que ses congénères, les représentants de cette race n’étant pas réputés pour leur bonne foi.

Alors que les deux dirigeants de compagnie dépassèrent les lignes de B1, le Contremaître identifia le bruit caractéristique de son datapad, lui signalant qu’il venait de recevoir un message. Et quel message ! La chancelière par intérim avait visiblement jugé bon d’organiser une conférence de presse en pleine période de négociations. Et pas en compagnie de n’importe qui, puisque le Grand Moff Valiant lui-même était présent aux côtés de la jeune humaine. Derrière son masque, le Skakoan ricana. Après une apparition publique aux côtés des autorités républicaines et compte tenu des circonstances de son arrestation, il était fort à parier que le général ne serait plus Grand Moff pour longtemps. Après tout, sa remplaçante, la boroskaise Ashe, semblait correspondre bien plus aux exigences du Consulat concernant l’administration de son régime vassal.

Mais c’est la suite du message qui amusa le plus Bortan. Tout en le faisant bouillir de colère. Cette petite arrogante… Cette misérable gamine, incapable de représenter sa pitoyable République de manière responsable. Elle qui prétendait vouloir la paix… Tenir de tels propos en pleines négociations était pratiquement équivalent à une déclaration de guerre. Bortan se sentit revigoré : ces négociations promettaient d’être particulièrement distrayantes, et le sénateur Terriblic devrait réaliser un véritable tour de force pour sauver sa nation des flammes de la guerre, désormais.

Quel dommage… La CSI n’avait jamais voulu de la guerre. Tout ce que la République avait à faire, c’était de livrer Yvanol à la justice séparatiste pour qu’elle réponde de ses crimes commis sur le sol confédéré. Ce simple acte aurait suffi à mettre fin aux tensions entre les superpuissances ! Mais visiblement, la République était désormais aveuglée par son hybris. Yvanol ne suffisait plus : désormais, le prix à payer pour sauver la paix serait beaucoup plus élevé. Et Bortan prendrait un malin plaisir à rendre aux républicains la monnaie de leur pièce.

_________________________
Back to top
Iroey
CSI

Offline

Joined: 07 Jul 2011
Posts: 3,115
Niveau: 3
Rang: Lieutenant
Autre: Escouade Amandine du 38

PostPosted: 10/06/2018 06:39:13    Post subject: La Table Blanche Reply with quote

À peine le premier reçu que le prochain dignitaire séparatiste était arrivé. Iroey resta en retrait, le Skakoan l'ignorant visiblement comme s'il rien d'autre qu'une machine sans émotion qui ne fait que son travail. Cela ne fit rien au cyborg qui resta droit comme un I, celui-ci les regardant discuter brièvement ensemble, le duo disparaissant dans le corridor derrière lui, les six magnaguards les escortant jusqu'à la salle en guise de sécurité renforcée. Songeant à la sécurité, il lui faut toujours trouver un moyen de dissimuler l'un de ces reptiles dans la salle où se déroulera la rencontre. Que faire ? Devrait-il miser tout sur l'ignorance des gens présents dans cette pièce et prétexté qu'il ne s’agit que d'une créature servant de décoration dans la pièce ? Ou bien devrait-il les cacher par exemple dans un espace de stockage présent dans la salle de conférence ? Iro continua de réfléchir à la question, une autre possibilité s'affichant dans sa tête. Il ignore d’où proviennent ces créatures ! Et si ces créatures n'étaient pas connues au monde ? Le montrer directement à tous risquerait de causer plus d'ennuis. Le commandant utilisa alors son communicateur et envoyer un message en binaire crypté vers le commando Surge présent dans le vaisseau pour leurs dire d'amener rapidement les 4 caissons contenant les lézards et de les mettre dans la pièce de rangement ou se déroulera le sommet.

Aussitôt le message a faible porté reçu par le commando de sécurité, ceux-ci se déplacèrent rapidement dans les corridors avec les caisses de métal contenant les créatures surnaturelles. Ces caisses de métal sont munies de petits trous pour permettre aux Yslamarirs de respirer le temps que cet événement se déroule. Ils furent placés dans cette penderie, la porte étend refermer et verrouillé une fois l’escouade sortit. Peu importe si ces choses son caché dans cet endroit, la porté de son champ incapacitant est plus que nécessaire pour couvrir la pièce en entier et eut-être plus. Suffit maintenant d'attendre la délégation républicaine, la machine fit signe à un B1 en retrait comme étant son assistant, l'officier lui disant alors :


-Maintenant que nos représentants sont arrivés... Préparer l’accueil pour la délégation républicaine...

Le droïde aux peintures jaunes hocha simplement de la tête, interpellant l'équipe de manutention, d'autres robots arrivant avec deux portes-étendard, ceux-ci étend déposé devant l'un des espaces vides ou devrait se poser les vaisseaux des invités tant attendus. Ceux-ci sont des drapeaux de la République fédérale. La dernière fois que les armoiries ce la confédération des systèmes indépendants avait été si prêt de ceux-ci remonte aux attaques terroristes qui ont frappé des mondes séparatistes importants. Cela fait déjà si longtemps. Il avait dans ces temps-là son premier corps, celui avec lequel il a rencontré pour la première fois le lieutenant sur Taris. Qui aurait cru que cet asthmatique sans émotion est put déclencher en lui ses premières émotions. À l'époque, il l'ignorait, mais cela se résumait à de la compassion pour son supérieur, celui-ci ayant tenté bien que mal de lui fabriquer de nouveaux poumons avec des matériaux limités. Son prototype fut accepté en cadeau, mais il ne l'utilisa sans doute jamais et qui sait se qu'il est devenu depuis la mort de son nouveau propriétaire. La nostalgie envahissant le militaire, celui-ci supervisa ses robots mettre en place les préparatifs, se rappelant ces moments qui ont forgé son histoire.


Vice-Roi de la F.C Anko'o


Le neimoidien regarda alors l'extraterrestre avec un regard neutre, celui-ci se demandant bien comment le contremaître réagirait à sa présence. Mais vu le masque de celui-ci sur son visage, il est malheureusement impossible de déchiffrer ses émotions. Il ne dut se fier qu'à la parole de celui-ci qui répondit être tout aussi honoré, le félicitant pour sa promotion en tant que Vice-roi de la fédération commerciale. Les deux émissaires quittèrent les docs pour se rendre lentement vers la salle, escorter par un nombre impressionnant d'IG-100. Darjus se caressa le menton en regardant ces machines, ne remarquant pas son homologue qui regarde son datapad. Il ne fallut pas non plus beaucoup de temps pour le puissant personnage à prendre le sien aussi, ayant reçu un message. Regardant les écrits en marchant aux cotés du scaphandrier, Anko'o fronça des paupières et grommela quelque chose en pak-pak, rangeant vigoureusement l'appareil sous sa robe cérémonielle.

-Ces républicains... Ils préfèrent écouter les paroles d'une générale déchue au lieu de se fier au peuvent que nous avons en notre possession ? Ce n'est pas comme si nous avions demandé l'impossible ! Mais on nous accuse de fausser des preuves... C'est vraiment honteux !

Visiblement, l'extraterrestre est énervé par cette nouvelle, celui-ci ayant le visage plissé par les émotions. Ce diplomate ne risque pas de ne pas être au mis courant de leurs parts lors de cette rencontre !

_________________________

Thou Art Bring Thy Fear...


Casier d'Iroey:

Thème:

Formation de base:
Close combat

Formation Lv1:
Close Combat

Formation Lv2:
Close Combat

Formation Lv3:
Close Combat
Back to top
Blokkus
République Fédérale

Offline

Joined: 19 Aug 2008
Posts: 729
Niveau: 3
Rang: Sénateur de Mustafar
Autre: Vice président au commerce

PostPosted: 28/09/2018 09:44:18    Post subject: La Table Blanche Reply with quote

'Ne négocions jamais avec nos peurs, mais n'ayons jamais peur de négocier'
JFK
   


En provenance de Dantooine, 'le perle de Lave' ,la navette diplomatique de la République apparu dans l'espace réel au dessus de la planète capitale de la Confédération des Systèmes Indépendants.Le sénateur Blokkus avait eu l'idée de faire un détour par Dantooine afin de convaincre Senara, une chevalier Jedi, de l’accompagner dans son périple plénipotentiaire.
A son bord, il y avait également toute une équipe d’enquêteurs du Bureau Fédéral d'investigation: tout d'abord
Sisco un analyste vidéo, son alter égo Felicy Ossy une cyber enquêtrice, deux agents fédéraux Burkee et Collar désignés volontaires et chargés de la sécurité , la Chef de section: Maur Ann qui faisait office d'agent de liaison et enfin l'agent de terrain Malone aux compétences bien mystérieuses.
Tout ce beau monde se trouvait donc dans l'espace passager sauf Malone qui faisait office de pilote, ayant déconseillé au Hutt d'utiliser un droid pilote dans l'espace confédéré pour le BFI c'était tendre le bâton pour se faire battre.
L'intercom s'activa, Malone depuis son cockpit étant au micro:

-On est arrivé à destination.
Je détecte de nombreux vaisseaux de guerre en orbite.

C'était une évidence, Géonosis était la capitale de la CSI et peut être voulait il en profiter pour en mettre plein les yeux au sénateur, ce qu'ils ignoraient c'est que notre bon Blokkus avait un bandeau sur son visage il avait décidé de faire une petite sieste pendant le voyage.
Malheureusement pour lui, il fut réveillé par le brouhaha ambiant, certains agents préparaient déja leur affaire tandis que d'autres avaient le regard fixé sur la planète orangée.
Pour la plupart voire tous, il n'avait vu la capitale séparatiste qu'en holo, c'était presque un choc que de se retrouver en plein territoire confédéré, un peu comme se jeter dans la gueule du loup.
Après avoir baillé à s'en être détaché la mâchoire, Le sénateur prit la parole, la voix encore pâteuse.


-Bien les choses sérieuses commencent alors mes amis...

   

Il se frotta les yeux encore endormi, tandis que Maur Ann se dirigeait vers le cockpit, l'air soucieux.

-On a été contacté?

Malone avait les yeux rivés sur un vaisseau de guerre planté entre lui et la planète séparatiste.


-A l'instant! on a des coordonnées pour atterrir.
Dans la soute de ce vaisseau.


Blokkus qui s'était levé pour faire quelques étirements, avait entendu une partie de la conversation.

-On ne se pose pas en surface alors? quel manque de classe de la part de nos hotes.
Sur Mustafar j'aurai organisé un banquet!
   

Maur et Malone échangèrent un regard entendu, décidément les natifs de Nal Hutta ne pensaient qu'a manger et pour confirmer leur pensées, le sénateur engloutit une dizaine de barres chocolatées, voyant leur mine ébahies, il prit soin de leur préciser
.

-J'ai toujours un petit creux au réveil, que voulez vous?
Agent: veuillez nous diriger vers notre destination.
   

Le Hutt fit un petit brin de toilette pour enlever la moustache de chocolat qui ornait son visage gélatineux, il se colla également un coup de déodorant sous ses aisselles visqueuses, voila, il était fin prêt pour les négociations.
Escorté par des chasseurs droids, 'le Perle de lave' se dirigea en pilote automatique vers la soute indiquée.
La navette se posa en douceur dans le ventre de la frégate séparatiste, les pinces d'amarrage se refermèrent sur les trains atterrissage de la navette Néomodienne dans un claquement sinistre.
Sisco après avoir sursauter prit subitement la parole en s'essuyant le front.


-J'ai un drôle de pressentiment.

Blokkus se retourna et sourit au jeune geek de toutes ses dents.


-Tout va bien se passer mon garçon...
Chevalier Dai-Tan: percevez vous quelque chose déjà?

   

Si le sénateur posait la question ce n'était pas pour se rassurer mais surtout pour tester son "conseiller spécial". Elle avait eu tout le loisir pendant le voyage d'étudier les accusations de la CSI concernant l'affaire Yvanol , Senara avait même eu accès au rapport militaire et confidentiel de la générale ainsi que la version, certes censurée, de la session extraordinaire du Sénat.
Maur donnait ses derniers ordres avant de descendre de la navette, on oubliait l'armement lourd, pour l'occasion Burke et Collar armés de simples pistolets blaster avaient revêtu une tenue de cérémonie et resterait de part et d'autres de la rampe d'accès de la navette, la chef de section y tenait, les deux agents resteraient 24 heures sur 24 aux abords du perle de lave.
Pour les autres membres de l'équipe, aucune arme n'était autorisée seul Cisco et Felicy avaient le droit d'emporter leur datapad et une multitude de clés USB contenant leur programme d'analyse et décryptage, elle invita aussi Sénara a laisser son sabre laser à l'intérieur du vaisseau et à revêtir une tenue officielle qui ne la désignerait pas d'office comme une Jedi.
Le représentant de Mustafar lui n'avait pas d'arme, se sentant nu sans ses magnaguards, il avait acheté et fait modifier un bouclier 5260 en betaplast, juste au cas ou... Il tapa soudainement dans ses mains, oui il était temps de débarquer.


-Et c'est parti pour le show!
   

La rampe s'abaissa dévoilant une lumière artificielle, Burke et Collar comme à la parade descendirent en premier et se postèrent de chaque coté de l'issue au garde à vous, Maur, impeccable dans son uniforme de chef de section descendit les marches observant aux alentours les droids de combat; elle nota la présence de deux portes étendards, ainsi le drapeau de la République Fédérale flottait aussi dans la soute de ce vaisseau.
Après un simple regard à Senara, l'invitant à le suivre de près, Blokkus descendit avec une certaine classe la rampe d'accès, lui aussi observait les droids, mais il était à la recherche d'organiques, il espérait qu'on allait pas le forcer a dialoguer avec une machine.
Il vit un rassemblement hétéroclite d’espèce a coté de porte drapeau, il s'en rapprocha tout sourire son équipe dans son sillage traversant une haie d'honneur de droids, Malone en costume noir fermait la marche l'air mauvais.


-Salutations, je suis Blokkus Terriblic, sénateur Mustafarien.
Au nom de la République Fédérale je vous remercie pour votre hospitalité.

   

Le Hutt fit une courte révérence par manque de souplesse, il prit le soin de présenter son équipe.

-Voici les agents Maur Ann et Malone du Bureau Fédéral d'Investigation, les cyber-enqueteurs Felicy et Sisco et la conseillère Dai Tan.
   

le Hutt pris soin de ne pas nommer la chevalière par son vrai grade, il espérait que les séparatistes ne se rendraient pas compte immédiatement de la véritable "nature" de Senara. Par contre il oublia volontairement de présenter les deux gardes, après tout ce n'était que du petit personnel et il ne se souvenait toujours pas de leurs noms.Il attendait maintenant de savoir à qui il avait affaire exactement...


   
   

_________________________
Regardons les choses en face : si le crime ne payait pas, il y aurait très peu de criminels.


http://star-wars-rpg.soforums.com/t3889-Casier-d-un-Hutt.htm

http://star-wars-rpg.soforums.com/t1670-Blocus-le-Hutt.htm?q=#p18252
-Un Destroyer Ravageur-
-Un croiseur Harbinger-
-Deux Transports Acclamators-
-Un cuirassé Keldabe-
-Deux corvettes Correliennes-
-Un vaisseau de combat Droid-
-Une navette Neimodienne-
-Un croiseur MC 80-
-Escadron (x8 )
Back to top
Senara
Ordre Jedi

Offline

Joined: 09 Aug 2010
Posts: 658
Niveau: 2
Rang: Chevalier Jedi
Autre: Ex-Jedi Rebelle

PostPosted: 30/09/2018 19:28:30    Post subject: La Table Blanche Reply with quote

Depuis qu'elle avait été promue chevalier Jedi, Senara avait l'impression d'avoir passé plus de temps dans des vaisseaux pour des voyages spatiaux que sur des planètes.
Comme un rappel ironique de son enfance, avant que la Force et l'Ordre ne s'invitent dans sa vie.

Quoi qu'il en soit, les jours passés à bord du Perle de Lave du sénateur mustafarien lui avait permis de vraiment profiter du voyage puisque, pour une fois, elle n'était pas aux commandes.

Elle s'était consacrée au début à la lecture des documents que lui avaient transmis les Républicains. Elle en tirait un bilan en demi-teinte. Senara pensait pouvoir croire les assertions de la générale Yvanol, telle qu'elles étaient rapportées dans son rapport (sic). Elle n'aurait pas été étonnée que la CSI n'ait monté un chausse-trappe et que certains ambitieux n'en ait profité pour prendre le pouvoir en voulant rejeter la culpabilité sur un régime opposé. Il n'en demeurait pas moins qu'elle trouvait très léger (et osé) de la art de la République d'envoyer secrètement des troupes en territoire séparatistes, même si c'était pour de bonnes raisons (et encore, la rouquine doutait du bien-fondé de ces raisons)...
Tout cela risquait de ne pas lui faciliter la tâche.


* Il faut que je reste concentrée sur l'objectif. La paix est plus importante que toutes ces manigances politiciennes. La paix passe avant tout.*

Après avoir soigneusement étudié les dossier républicains, Senara se plongea dans la méditation.
Elle ne se faisait aucune illusion, la mission qu'elle s'était elle-même attribuée allait être pour le moins compliquée. Elle doutait des désirs de paix de la CSI, qui était après tout un régime militarisé qui vivait par les conflits. Elle doutait même des réelles motivations de la République, et plus encore de celles de son représentant.
Au milieu de ce panier de crabes politiques, elle se sentait déjà bien seule.

Mais elle était Jedi, elle ne pouvait pas laisser la moindre place au doute dans son esprit. D'où l'importance de ses séances de méditation.

Senara cherchait au cœur de la Force des réponses à ses interrogations, à ses inquiétudes. Malheureusement, la Force était particulièrement troublée ces temps-ci.
Elle percevait des images, des sensations, mais le plus souvent, pas sur ce qu'elle cherchait.
Elle eut une impression très désagréable, à un moment, la certitude que, quelque part, le côté Obscur était à l'oeuvre, se relevant du coup asséné par la bataille de la Forge Stellaire.
Il s'en fallut de peu que cette découverte ne lui fasse perdre sa concentration.


*Ce n'est pas le moment... Il faudra que je regarde ça de plus près, mais plus tard... Là, je dois rester concentrée sur la rencontre à venir...*

Oui, mais voilà, quand elle essayait de percevoir à travers la Force des informations sur ce futur, elle n'obtenait que des images floues, des impressions contradictoires, et surtout, la sensation d'avancer dans un brouillard.
Si elle avait dû décrire son expérience au sortir de sa méditation, elle aurait dit que c'était comme si la Force n'avait pas de prise sur ce futur.
Cela n'avait aucun sens. La Force était en toute chose. Et les sensitifs pouvaient, à travers elle, atteindre toute chose, y compris, avec un bon entraînement, les choses passées et futures.
Et dans cet exercice, l'hypersensibilté de Senara pouvait, pour une fois, s'avérer un atout, et non une malédiction.

Elle sortit de sa cabine plusieurs jours plus tard, sans plus de réponses, en tout cas, sans réponses claires et précises.
On approchait de Geonosis. De mémoire, elle n'y avait jamais mis les pieds. Elle n'en aurait pas mis sa main à couper, mais elle n'avait aucun souvenir d'être venue dans cette zone de la galaxie.

Elle revit le sénateur Blokkus pour la première fois depuis leur départ de Dantooine. Toute l'équipe du sénateur était réunie. En les rejoignant, Senara fut frappée par la tension qui régnait dans la salle. Si elle n'arrivait toujours pas à percevoir les émotions du Hutt, que ce soit grâce à la Force ou grâce au langage cynétique, il était évident que les autres républicains étaient, pour le moins, nerveux. Certains le cachaient mieux que d'autres, mais quoi qu'il arrive pas assez bien pour la Jedi. Et après tout, il y avait de quoi. Si la CSI était décidée à faire la guerre, la délégation républicaine ne pesait pas lourd dans la balance, et leurs vies (à part celle du sénateur) ne valaient pas grand chose.


*Je fais corps avec la Force. La Force est avec moi.*

Avec un léger sourire, Senara s'avança jusqu'au cockpit pour suivre avec les autres l'atterrissage. (Peut-on parler d'atterrissage quand on se pose dans un vaisseau?)

-J'ai un drôle de pressentiment.

C'était Sisco, un des cyber spécialistes, qui avait dit ça. Le sourire de Senara s'accentua, surtout après l'intervention de Blokkus.

*Est-ce que je perçois quelque chose? Houla..*

-Le problème n'est pas de percevoir quelque chose. Mais de savoir ce que l'on perçoit.


Elle se tourna vers le geek.

-Il est tout à fait normal d'avoir "un drôle de pressentiment". Vous entrez pour la première fois dans l'espace séparatiste, je suppose? Et qui plus est, en orbite de sa capitale. Et votre mission est cruciale pour la paix. Tout cela vous rend nerveux. Et votre nervosité s'exprime dans ce "pressentiment". Rassurez-vous. La Force est avec nous. La paix ne peut que survivre à cette épreuve.

*Est-ce que je perçois quelque chose? Ça c'est une bonne question...*


Tout en parlant, Senara laissait sa perception s'étendre au vaisseau séparatiste qu'ils avaient atteint. Les droïdes, nombreux, perturbaient ses sens. Ils ne réagissaient pas comme les créatures organiques dans la Force. Malgré tout, elle obtenait certaines informations. Et notamment... Il lui fallut quelques secondes pour comprendre ce qui avait attiré son attention. Il y avait un espace qui lui échappait totalement dans le vaisseau. Elle avait bien failli le louper. Elle ne s'était rendue compte de son existence que parce qu'il y avait... comme un creux dans la structure du vaisseau. L'absence de perception, en fait. Malheureusement, elle n'avait pas le temps de s'appesantir sur ce problème existentiel...

-Je perçois bien des choses, Sénateur. De l'hostilité, un peu. De la curiosité, beaucoup, et même quelques traces d'amitié et de bienvenue. Il est malgré tout trop tôt pour que je puisse analyser tout cela de façon utile. Je ne crois pas avoir perçu la présence des responsables chargés de négocier avec vous.

Senara haussa les sourcils quand on lui présenta une tenue... "civile"... Pourquoi le sénateur tenait-il à cacher sa qualité de Jedi? La rouquine n'était pas sure d'apprécier ça... Elle avait suffisamment dû cacher sa nature pendant la Purge... Et elle ne pouvait s'empêcher d'y voir une manœuvre contre les séparatistes...
Si elle resta ostensiblement impassible, intérieurement, elle se sentait froncer les sourcils.

La délégation républicaine fut accueillie dans le vaisseau séparatiste par une troupe assez originale, qui semblait être dirigée par un cyborg.
Le sénateur fit les présentations, laissant soigneusement dans l'ombre le titre "Chevalier Jedi". Quand il eut fini, Senara fit un pas en avant et pris la parole d'autorité.


-Je tiens à préciser que je suis ici en qualité d'observatrice et de conseillère indépendante. Je ne suis ni républicaine, ni séparatiste. Ma mission est de m'assurer que tout soit fait de part et d'autre pour éviter la guerre, et que cette rencontre débouche sur une réaffirmation formelle de la paix galactique.

Elle s'apprêtait à en dire un peu plus, quand elle fut interrompue par un afflux d'images et de sentiments qu'elle ne parvenait pas à bloquer et dont l'origine lui échappait.
_________________________
Back to top
Iroey
CSI

Offline

Joined: 07 Jul 2011
Posts: 3,115
Niveau: 3
Rang: Lieutenant
Autre: Escouade Amandine du 38

PostPosted: 01/10/2018 07:31:12    Post subject: La Table Blanche Reply with quote

Le temps file… Iroey s’affairait à terminer les préparatifs pour accueillir la délégation républicaine dans son vaisseau. Bien entendu, tout ceci n’avait rien de très amical comme signe de bienvenue, mais le tout nouveau commandant avait plutôt misé sur le côté sécurité de la rencontre que sur l’esthétique. Après tout s’y on avait souhaité un accueil chaleureux ont aurait convié la tache de la réception a une autre personne que lui. Cependant, Iro avait essayer tant bien que mal de faire apparaitre une once de bienveillance en affichant les couleurs de leurs invités par la mise de l’étendard républicain là ou devais se poser le vaisseau tant attendu des négociateurs.

Après quelques minutes qui semblèrent durer des heures, un OOM envoya un message crypté en binaire au haut gradé cyborg, celui-ci le lisant par son décodeur relié à son cerveau. Le droïde lui annonçait l’arrivée de la navette avec à son bord l’équipe annoncée par la chancellerie… L’archétype envoya un message de la même façon à l’OOM responsable de le remplacer sur le pont pour que la navette reçoive les coordonnés pour se garer dans le hangar de son destroyer et ne plus faire trainer cette histoire bien inquiétante.

L’appareil se posa à l’endroit prévu dans le hangar, le prototype attendant de l’autre côté de celui-ci, les lignes de B1 étant de chaque côté de la navette, offrant une allée cérémonielle en temps normal pour un officier séparatiste. Seulement, en voyant le regard de certain des délégués, il put y sentir une méfiance. Par contre, Iroey fut plus surpris de la suite, une grande créature en forme de larme descendit la navette avec derrière lui une humaine. C’est donc cela un fameux Hutt ? L’officier séparatiste n’avait jamais eu l’opportunité d’en croiser un avant ce jour. Celui-ci semblais moins répugnant que ce qu’ont peu dire des grands seigneurs du crime de l’espace Hutt…

Pour ne pas paraitre davantage comme un tortionnaire, la machine avança à son tour entre les lignes de ses soldats, sa cape avec les effigies de la C.S.I battant sous son avancée soudainement. Il se plaça alors le dos droit comme un I devant le responsable du groupe, celui-ci se présenta comme étend Blokkus Terriblic, celui-ci présentant en globalité son équipe. En guise de respect baissa la tête en signe de salut avant de la relever et dire de son processeur vocal peu amical :


-Je suis le commandant Iroey… Au nom de la Confédération des Systèmes indépendants, je vous souhaite le bienvenu dans mon bâtiment de guerre : le Golden Brother. Lors du sommet de Géonosis, je serai responsable de la sécurité et du bon déroulement de la rencontre… Je tiens déjà à excuser l’accueil… Le temps n’est pas aux accolades… Vous avez cependant ma gratitude pour avoir tenu promesse pour entamer les discussions avec l’alliance séparatiste. Pour des raisons de sécurité, toutes formes d’armes ne seront pas acceptées dans la salle… Des détecteurs aux rayons X ont été déployés à l’entrer dans la pièce à cet effet. Cependant, sachez que vous aurez droit à votre escorte jusqu’aux lieux de la rencontre… Nos représentants vous y attendent déjà… Là-bas, boissons et amuse-gueule vous seront offerts pour rendre les discussions plus confortables pour les deux partis… Le voyage a dû être long depuis l’espace républicain…

Le géant de fer se stoppa alors, la rousse au côté de l’extraterrestre prenant la parole à son tour pour lui expliquer la raison de sa venue. Un délégué indépendant prônant pour la paix ? Cela n’avait pas été au programme, mais rien ne va à cette encontre. Les liens sont en ce moment plus sécurisé qu’une prison à sécurité maximale.

Mais, un phénomène étrange se produit, un mal de tête… Non un mal à son cerveau… Une étrange douleur fantomatique assaillit le cyborg, celui-ci semblant déconnecté quelques secondes… Pendant ces quelques secondes, une vision floue assaillit la demoiselle, devant elle, au lien d’avoir le grand androïde menaçant se trouvant maintenant une jeune femme aux longs cheveux ténébreux-plat, ses yeux de la même couleur affichant des émotions exprimant une forme de confusion. Celle-ci fut rapidement remplacée par un regard neutre la dévisageant.




La vision cessa aussi vite qu’elle fut arrivée, la femme ayant disparu, la machine étend de nouveaux devants elle, la dévisageant… Iroey sentit une étrange connexion entre lui et cette rouquine. Ce qu’il ne savait pas était cependant que devant lui se trouve une authentique Jedi, et que celle-ci a sans doute ressenti ses capacités à se connecter à la force avec tout ce qu’il lui reste d’organique dans son corps, c’est-à-dire son cerveau.

En ne voyant aucune autre question de la part de la délégation, le titan d’acier leur fit signe de les suivre celui-ci les guidant vers le lieu de la rencontre. Il entra en premiers suivis du groupe, le Vice-Roi de la fédération commerciale se levant de son siège à l’autre bout de la table, celui-ci s’appuyant légèrement sur sa canne en bois blanc poli, baissant sa tête et signe de politesse. Chacun avait un siège à cette table, la porte se refermant derrière eu quand tout le monde autorisé fut entré dans la pièce. Comme promis, des dégustations étaient sur la table pour les invités. Une bouteille de vin corellien était servie au dignitaire séparatiste par un robot de type 3PO, celui-ci en offrant au sénateur de Mustafar.



Vice-Roi de la F.C Anko'o


Ce fut cependant contre l'habitude que le grand et robuste neimoidiens prit la parole en premier, celui-ci utilisant le langage des Hutts !

-Bienvenu Sénateur Terriblic. Je suis Darjus Anko’o Vice-Roi de la fédération commerciale et voici Vardek Bortan… Contremaitre du Techno-Syndicat et membre cofondateur de la C.S.I. celui-ci ouvrira avec vous les discutions pour se sommet en orbite de Géonosis…

Le grand extraterrestre s’assied alors après ce message de bienvenu relativement surprenant. Qui aurait cru qu’un neimoidien pouvait parler dans cette langue et avec une telle finesse ! Les discutions seront donc ouverte par monsieur Bortan, le leader de la F.C. se rasseyant, laissant à son homologue Skakoan le luxe d’expliquer la situation auquel ils doivent faire face lors de ces discutions.


Vardek Bortan, Contremaître du Techno-Syndicat


Contrairement à son homologue neimoidien, le Skakoan se montra moins chaleureux avec son accueil. Alors que le vice-roi de la fédération commerciale avait fini de parler depuis un moment, Vardek Bortan se leva à son tour lentement, le bruit de son respirateur étant le seul entendu mit à part celui de l’équipement électrique de la pièce et le grondement des moteurs du destroyer.

-Sénateur Terriblic… Mes homologues s’étant chargés de votre accueil, je vais m’occuper de nous lancer dans le vif du sujet… Les propos lancés par la chancelière à l’encontre de la C.S.I ont grandement fait jaser au sein du gouvernement séparatiste… Et cela n’aidera en rien les discussions… La confédération des systèmes indépendants reste ferme sur sa demande… Nous voulons que la générale républicaine qui a causé du tort sur nos mondes soit jugée par un tribunal séparatiste… Nous restons ouverts aux discussions lors de ces négociations, mais nous ferons preuve de fermeté en ce qui concerne cette demande… Après tout il ne faut pas prendre à la légère des accusations de falsification de preuves… Ce à quoi nous sommes prêts à démentir lors de ce sommet en orbite de Géonosis…

Après ce message clair, le contremaitre s’assied dans son siège, Le Vice-Roi sirotant une gorgée du vin dans le verre chromé devant lui, le droïde protocolaire offrant à son tour de quoi se désaltérer à la délégation républicaine. Les amuse-gueules étaient quant à eux entre les deux chefs de délégations, des craquelins avec des fromages divers et petits fruits étend sur un plateau à porter de tous. Contrairement à ce que laisse à croire la froideur du dirigeant du techno-Syndicat, un stress et un inconfort gronde en lui depuis son arrivée dans cette salle... Un sentiment de vide intérieur, comme si quelque chose lui avait été arraché de force. Qui avait donc choisi la C.S.I pour être le responsable de la sécurité ? Qu'avait donc fait ce commandant Iroey ?

_________________________

Thou Art Bring Thy Fear...


Casier d'Iroey:

Thème:

Formation de base:
Close combat

Formation Lv1:
Close Combat

Formation Lv2:
Close Combat

Formation Lv3:
Close Combat
Back to top
Blokkus
République Fédérale

Offline

Joined: 19 Aug 2008
Posts: 729
Niveau: 3
Rang: Sénateur de Mustafar
Autre: Vice président au commerce

PostPosted: 09/10/2018 10:46:41    Post subject: La Table Blanche Reply with quote

Un mélange de sentiments et de ressentiments c'est tout ce que Senara avait pu percevoir, même sans être sensitif Blokkus aussi aurait pu le prédire également, il commençait à se demander si tous ces Jedi n'étaient pas charlatan après tout? et voila qu'elle se présentait à leur hôte séparatiste comme une observatrice indépendante, bon au moins elle n'avait pas vendu la mèche en balançant un 'que la Force soit avec vous' comme ces illuminés en avaient l'habitude.
Un droid de combat , un certain Iroey ,commandant du destroyer, annonça la couleur concernant le protocole de sécurité, pas d'arme, des rayons X ect... du moment qu'il n'y avait pas de fouille à cos cela ne gênait pas particulièrement le Hutt, sa seule arme était sa langue acérée pour ces négociations.Mais ce brave droid apportait aussi une très bonne nouvelle, on allait leur servir à manger, c'était parfait, Blokkus détestait négocier le ventre vide!
Les bases ainsi établie cet Iroey conduisit en silence la délégation jusqu’à la pièce ou devait se tenir ce sommet de Geonosis tant attendu , que ce soit par la République fédérale ou la Confédération des Systèmes indépendants
Les Républicains furent accueillis en grandes pompes, les deux dignitaires séparatistes se présentèrent à leur tour le vice roi de la Fédération, rien que ça et un contremaitre du techno syndicat.
Un Neimodien et un Skakoan... les négociations promettaient d'être âpres. Si Anko'O offrit un verre de vin et parlant Hutt en guise de bienvenue ce Vardek, lui, ne perdit pas son temps en attaquant frontalement la vice chancelière et la République en particulier.
Après avoir bu quelques gorgées de ce bon vin Correlien, Blokkus détestant négocier la gorge sèche, il entreprit de répondre aux accusations du séparatiste.

-Il fallait vous attendre à ce genre de réaction après tout, vous avez décidé vous même de diffuser sur holonet le meurtre de ce monsieur Blaum faisant fi de la présomption d'innocence.
La générale Yvanol a juré ses grands dieux devant le Sénat que c'était un complot venant de vos propres services, le seul témoin, ce Tericarax a malheureusement péri, c'est bien pratique.

     

Puis le Skakoan enchaina concernant les demandes de la Confédération, il voulait qu'on leur livre la générale,si cela avait garanti la paix, Blokkus l'aurait bien fait lui même la faisant charger ligotée et bâillonnée dans la soute du "Perle de lave" cependant livrer Yvanol sans procès aurait été reconnaitre sa culpabilité et par extension la culpabilité de la République Fédérale, c'était bien évidemment impensable.


-Démentir est une chose contremaitre, prouver les choses en est une autre.
J'apporte avec moi deux choses précieuses, primo , le témoignage de la générale devant le sénat que vous pourrez confronter à vos propres informations.

     


Le Hutt tendit une datapuce contenant le rapport de l'opération Nuages noirs, un droid s'en empara sans doute les renseignements vérifieraient s'il n'était pas piégé par un explosif ou un virus informatique avant de le disséquer.



Arrivée en orbite d’Utapau, j’ai appris qu’il y avait une menace Sith sur Félucia. Avec les informations obtenues des séparatistes, j’en ai conclu que dix gardes et moi-même pouvions assurer notre mission sur Utapau. Ne… sentant pas d’hostilité de la part de mes interlocuteurs, j’ai décidé d’envoyer le reste des effectifs à l’autre bout de la galaxie. Ils y ont été guidés par un officier séparatiste et ont reçu des ordres appropriés une fois sur le terrain. Ils sont maintenant sur le chemin du retour. Leur mission est un succès et nous attendons les rapports détaillés. Pour ma part, je me suis rendue sur Utapau avec mon escorte et une équipe. Une fois là-bas, les soldats se sont mêlés aux équipes séparatistes afin d’aider au pistage des fugitifs. Avec le chef des opérations de la CSI, le lieutenant Tericarax, je suis allée interroger le seul témoin de l’attaque Sith. Tarun Blaum, l’administrateur du port d’Utapau. Celui-ci était totalement troublé. Après quelques minutes, un sniper portant l’uniforme confédéré a essayé de l’abattre. Je l’en ai empêché, mais nous n’avons pas pu l’arrêter. Blaum ne souhaitait toujours pas parler, j’ai donc dû faire appel à la Force pour obtenir les informations que nous désirions. J’ai obtenu un nom que je n’aurais apparemment jamais du prononcer… Sharkaran Eldjurath. L’endroit était sous surveillance et nous venions, le lieutenant, mon escorte et moi-même, d’apprendre qu’un grand nom de la CSI menait de sombres affaires sur Utapau. Le lieutenant m’a prévenue de ne pas chercher plus loin, que ces histoires ne ferait que de nous mettre en danger, mais nous ne savions pas que nous étions sur écoute. Je n’ai pas eu le temps de réagir. Les droïdes qui montaient la garde ont tué Tarun Blaum et ils ont tenté d’en faire de même avec nous. Nous avons résisté, puis nous avons cherché un moyen de nous enfuir. Nous nous sommes dirigés vers une station de traitement des eaux pour passer au niveau supérieur à l’abri des regards. Le plan était de profiter des connaissances du lieutenant sur les plannings d’approvisionnement afin de nous échapper à bord de l’une des navettes. La station était surveillée. Mon escorte a décidé de faire diversion pour que nous puissions l’atteindre. Ce que nous avons fait. Malheureusement, le Sith que nous cherchions se trouvait là. Il devait lui-aussi chercher une issue et il nous a attaqués. Il souhaitait prendre mon sabre, mais il n’a pas réussi à l’avoir. Il s’agissait certainement d’un maître, dire qu’il nous a donné du mal serait un euphémisme. Mais, nous nous en sommes sortis. Cependant, le vacarme causé par le combat a rameuté les troupes séparatistes. Et, cette fois, c’est le lieutenant Tericarax qui a décidé de créer une diversion pour que je m’en sorte et pour éviter l’incident diplomatique. Il avait bien l’intention de s’en sortir, cependant. Alors, pendant qu’il occupait les droïdes, je me suis rendue aux hangars qui étaient presque déserts. Je me suis servie d’une clé qu’il m’a confiée pour démarrer le chasseur avec lequel je suis revenue jusqu’ici. Avant de partir, j’ai tenté de retourner à la station pour aider mon partenaire d’infortune. J’aurais voulu le sauver car il était un témoin, mais aussi parce que, sans lui, j’aurais perdu la vie contre le Sith. Mais, j’ai échoué. Il est tombé dans le vide, couvert par le feu des droïdes. Alors, je me suis échappée seule. J’ai passé le blocus grâce à un contact du lieutenant.
Générale Yvanol
    

    

Après quelques gorgées de cet excellent millésime, le natif de Nal Hutta reprit la parole, l'ambiance de la pièce semblant s'être refroidie soudainement.


-Et secundo une équipe d’enquêteurs, j'aimerai que durant nos négociations ils aient libre accès à vos bandes de surveillance concernant l'assassinat de Mr Blaum et aux rapports de vos enquêteurs ainsi qu'aux résultats de l'autopsie.
Leur conclusions auront un impact certain dans ce sommet.
Et comme vous l'avez vous même souligné, nous sommes tous des gens de bonne volonté autour de cette table, je demande également la libération immédiate des  gardes Républicains qui ont été injustement emprisonnés.
J'accepterai toutefois que ceux ci soient au moins détenus à bord de ce vaisseau que nous puissions rassurer leur famille sur leur état de santé après nous être entretenus avec ces braves soldats de la République, vous ne connaissez pas ce problème vous qui disposez d'une armée mécanique...
     


Exigence et contre proposition c'est ainsi que fonctionnait tout accord commercial et quand il s'agissait de commercer les Hutts étaient toujours les plus habiles.Mais Blokkus ne se faisait pas d'illusion, il savait qu'il aurait à batailler autour de cette table blancke.

_________________________
Regardons les choses en face : si le crime ne payait pas, il y aurait très peu de criminels.


http://star-wars-rpg.soforums.com/t3889-Casier-d-un-Hutt.htm

http://star-wars-rpg.soforums.com/t1670-Blocus-le-Hutt.htm?q=#p18252
-Un Destroyer Ravageur-
-Un croiseur Harbinger-
-Deux Transports Acclamators-
-Un cuirassé Keldabe-
-Deux corvettes Correliennes-
-Un vaisseau de combat Droid-
-Une navette Neimodienne-
-Un croiseur MC 80-
-Escadron (x8 )
Back to top
Senara
Ordre Jedi

Offline

Joined: 09 Aug 2010
Posts: 658
Niveau: 2
Rang: Chevalier Jedi
Autre: Ex-Jedi Rebelle

PostPosted: 03/11/2018 14:51:25    Post subject: La Table Blanche Reply with quote

Mais qu’allait-elle faire dans cette galère ?

Il lui était difficile de rester concentrée.
Entre les très nombreuses impressions perçues à travers la Force, sa propre inquiétude vis-à-vis de cette entrevue, celle des autres qui angoissaient plus qu’elle, ses efforts pour se repérer au milieu de vaisseau et ses tentatives pour glaner des aperçus du futur (ça, je ne vous le conseille pas), Senara ne savait plus où donner de la tête.

Et d’un coup, tout s’arrêta. Et c’était presque pire.
En entrant dans la salle de conférence, Senara marqua un temps d’arrêt. Et elle dut faire appel à toute sa volonté pour repartir sans trahir la panique qui montait.
Elle ne ressentait plus rien. C’était comme si la Force avait subitement disparu.
C’était incroyable comme une chose qu’on pensait garantie, aussi naturelle que respirer, prenait tout son sens lorsqu’on en était privé. Senara ne s’était jamais considérée comme une utilisatrice intensive de la Force, elle estimait qu’elle en faisait un usage très modéré, voire même restreint. Mais maintenant qu’elle ne pouvait plus s’appuyer dessus, elle se rendait compte de la place réelle qu’occupait cette force dans sa vie quotidienne.
Elle dut faire appel à toute sa discipline et à ses habitudes de méditation pour retrouver son calme. Heureusement, la tenue qu’on lui avait prêtée était un peu trop grande (les vêtements l’étaient toujours) et dissimulaient ses mains, qui seules auraient pu trahir sa tension passagère.
Elle se concentra à nouveau sur ce qui l’entourait. Le mystère de la disparition de la Force pouvait attendre un peu. Au moins le temps qu’elle se soit assurée que la paix survivrait à cette rencontre.

La jeune Jedi observa les représentants de la CSI. La Confédération n’avait pas envoyé n’importe qui. Senara en était réduite à s’appuyer sur la lecture du langage cinétique pour lire entre les lignes des discours politiciens.
Le Neimoidien qui prit la parole en langue Hutt en premier, par exemple, avait l’air inquiet et nerveux. D’un autre côté, ces Neimoidiens avaient toujours l’air effrayé.
Pour ce qui était du Skakoan… Ma foi… vous avez déjà essayé d’observer un type caché dans un scaphandre ? Si on s’en tenait à ses paroles, lui n’avait pas peur, n’était pas près à transiger et se moquait bien de plonger la galaxie dans une nouvelle guerre sanglante.

Senara ferma les yeux. Les dirigeants séparatistes semblaient bien décidés à aller jusqu’au conflit. Même s’il y avait eu falsification des preuves, comme le disait le sénateur Blokkus, elle était prête à parier que la CSI nierait tout de même l’évidence et continuerait à réclamer la tête de la générale Yvanol sous peine de guerre. La rouquine commençait à penser que la théorie du coup monté, pour mener au conflit, était peut-être plus plausible qu’elle ne l’aurait cru au départ.
Elle ne faisait toujours pas confiance au Hutt, elle restait convaincue qu’il avait ses propres intérêts dans toute cette affaire. Mais au moins, il se rangeait du côté de la paix.


-J’aimerais moi aussi avoir accès à vos données. J’ai pu consulter les archives républicaines. Il est important que je puisse avoir la version des Confédérés.
J’appuie également la demande du Sénateur concernant les prisonniers que vous détenez. Ils ont le droit à un traitement correct sous la supervision de l’envoyé républicain.
Représentants de la Confédération et de la République, nous sommes ici pour trouver une solution qui maintienne la paix. La galaxie se remet à peine du dernier conflit global. Je pense que toutes les personnes présentes ici refuseront de cautionner une escalade qui mènerait à la guerre.

*Et j’aimerais bien comprendre pourquoi cette salle semble coupée de la Force... Pour ça, il faut en sortir...*

_________________________
Back to top
Asavar Phocas
Indépendants

Offline

Joined: 29 Feb 2016
Posts: 289
Niveau: 0
Rang: Diktat de Corellia
Autre: L'Homme d'Acier

PostPosted: 15/11/2018 10:04:30    Post subject: La Table Blanche Reply with quote


Vardek Bortan, Contremaître du Techno-Syndicat


Vardek Bortan était stupéfait. Le vide qu’il ressentait dans cette salle était insupportable, et la logique plus que contestable du discours du Hutt n’améliorait pas son humeur.

- Je ne peux qu’approuver vos paroles, Sénateur. Démentir est une chose, apporter une preuve en est une autre. J’approuve ces propos et vous les retourne. Lorsque nous avons accusé votre générale du meurtre de l’administrateur Blaum, nous n’avons pas lancé des paroles en l’air, et l’enregistrement que vous semblez refuser de prendre au sérieux, Sénateur, il constitue, avec le compte-rendu des événements ayant suivi l’assassinat et durant lesquels la générale Yvanol et le lieutenant Tericarax ont affiché conjointement une attitude hostile à l’égard des forces confédérées, la preuve que nous apportons à notre accusation. Vous avez vu l’enregistrement, Sénateur, et je suis certain que vos… experts ont eu tout le temps du monde pour le décortiquer. Avez-vous trouvé la moindre esquisse de preuve potentielle justifiant les déclarations absolument honteuses de votre chancelière par intérim ? Je serais tenté de parier que non. Toute accusation s’appuie sur des faits, et le témoignage désespéré d’une officière en cavale, qui plus est tombée en disgrâce au sein-même de votre force armée… jusqu’à ce que vous soyez en mesure de fournir le moindre fait susceptible d’appuyer les propos de l’accusée, ce n’est pas une preuve, Sénateur, c’est une thèse. La science juridique est subtile, et la présomption d’innocence n’est pas un voile derrière lequel on se dissimule pour échapper à la justice. Tâchez de vous en souvenir. Cette petite objection m’amène à la première exigence du Consulat : des excuses publiques de la Chancellerie pour les propos intolérables ayant été tenus par sa représentante à l’égard de la Confédération. Ce point est non négociable. Néanmoins, si vous persistez à croire en la théorie abracadabrantesque de la générale Yvanol selon laquelle la Confédération s’amuserait à abattre ses plus respectables citoyens et ses officiers les plus renommés... Les enregistrements du jour des faits sont entièrement à la disposition de vos enquêteurs, mais j’affirme qu’ils perdent leur temps. Ils sont même libres de faire toutes les investigations qui leur chantent sur ce... Sharkaran Eldjurath. Après tout, comme l’a souligné la conseillère Dai Tan, l’ensemble des convives réunis autour de cette table ne désire que la préservation de la paix galactique, et c’est un bien maigre coût à payer.

Le Contremaître du Techno-Syndicat marqua une pause. Il ressentait cruellement le besoin de respirer et de retrouver ses esprits. Il n’aurait su dire par quel prodige il ne pouvait plus ressentir la présence du Très Haut, cette aura familière et chaleureuse qui l’avait baigné toute sa vie durant, mais il était hors de question de laisser entrevoir l’état de confusion totale dans lequel il se trouvait en cet instant. Plus urgent encore, il était inconcevable de laisser cet imbécile opportuniste d’Anko’o s’adresser aux émissaires de la République au nom de la Confédération. Vardek Bortan n’était satisfait d’avoir cet insecte, cette larve répugnante à ses côtés que pour une seule raison : il appréciait le fait que ce larbin se charge de faire tout le travail de mise en confiance à sa place. Il exécrait feindre la politesse. Bortan se força donc à reprendre la parole.

- Concernant le sort de vos gardes, il va sans dire qu’ils seront immédiatement libérés et renvoyés vers leurs familles dès lors qu’un accord aura été trouvé. Cependant, je ne dispose d’aucune information concernant les conditions de leur détention, ces derniers n’étant pas sur Géonosis à l’heure actuelle, puisque leur incarcération a été confiée à nos alliés impériaux. C’est avec le Grand Moff Valiant que la République aurait dû en discuter tant qu’il était encore sur Coruscant… du moins, si on considère qu’il dispose toujours d’un pouvoir effectif sur l’Impérium, ce qui semble incertain. Néanmoins, nous pouvons nous renseigner auprès des autorités impériales, si cela peut contribuer à calmer vos craintes. Cependant, ces gardes sont des prisonniers précieux, tout mauvais traitement serait déplacé. Ainsi, je ne me fais pas trop de souci à leur sujet.

Bortan croisa les mains devant lui. Derrière son masque d’acier, sa voix était bien moins autoritaire et menaçante qu’au début de son intervention. Derrière les grésillements robotiques, elle aurait presque pu paraître compatissante. Sans doute fournissait-il un semblant d'effort pour amadouer ses interlocuteurs et les mettre dans de bonnes dispositions pour négocier la paix. Peut-être même que la souffrance qu'il ressentait à cet instant précis rejaillissait sur son ton.

- Mais comprenez une chose, Sénateur. Une nation confédérée a perdu au cours d’événements tragiques un homme exceptionnel. Tarun Blaum était un honnête serviteur de l’Etat, apprécié de tous. Il était presque un père pour Utapau. La planète entière est endeuillée, et quels compagnons serions-nous pour Utapau si nous ne parvenons pas à rendre justice pour eux ? La Confédération est en colère, Sénateur. Elle est en colère contre les coupables de ce meurtre ignoble. Elle est en colère de n’avoir pas pu protéger ce grand homme d’un funeste destin. Nous respectons l’angoisse des familles de vos gardes, Sénateur, sincèrement. Alors je vous demande de respecter la peine d’Utapau. Que Lyzs Yvanol soit coupable ou pas - même si les preuves suggèrent qu’elle l’est quasiment certainement - justice doit être rendue pour Utapau. Laissez-nous organiser ce procès. La Confédération s’engage à ce que celui-ci soit loyal jusqu’à son terme, et nous sommes même disposés à laisser des observateurs républicains y assister afin de garantir le respect du droit de la générale à un procès équitable. Peut-être pourrions-nous l’organiser sur un terrain neutre avec l’accord d’une nation indépendante ! Qu’en pensez-vous, Sénateur ? Pouvons-nous travailler en ce sens afin de garantir une bonne fois pour toute la fin de l’escalade des tensions ? Pouvons-nous cesser ces chamailleries infantiles et travailler main dans la main pour épargner des millions de vies ?

_________________________
Back to top
Iroey
CSI

Offline

Joined: 07 Jul 2011
Posts: 3,115
Niveau: 3
Rang: Lieutenant
Autre: Escouade Amandine du 38

PostPosted: 16/11/2018 02:28:33    Post subject: La Table Blanche Reply with quote

Quelques deux jours avant le début des négociations… Les ombres sont désormais déjà en marche… Peu après la révélation de la trahison de Sharkaran, le maréchal Cinder avait contacté trois des consuls qui n’avaient pas été affectés par sa traitrise. Jamais il n’aurait cru avoir à faire cela de doute sa vie, mais il le fit, il dénonça à ceux-ci les agissements du traitre dans une discussion holographique ou leurs trois visages le regardait en profondeur. Étend main du consulat, il ne pouvait garder le secret et ressortit toute l’histoire qu’il avait entendu sortir de la bouche du lieutenant Tericarax qui n’était pas mort contrairement aux sources officielles. La fourberie du membre despote du quatuor régnant dans les ombres de la C.S.I fit plisser le visage de tous les consuls. Devait-il croire les paroles de Lam Cinder ? devait-il croire aux allégations de cet homme qui toujours servit la confédération avec une passion et une dévotion sans fin ? Cet homme a toujours fait le travail et a toujours agi au nom de l’alliance séparatiste et jamais celui-ci n’a utilisé sa position pour atteindre des fins personnelles.

Alors encore une fois. Devait-il faire confiance aux graves accusations du meilleur assassin qu’il est jamais eu ? La réponse est oui. Toute l’histoire qu’il avait racontée aux trois hommes devant lui concorde à tout point à ce qui est arrivé, en cas d’assassinat de monsieur Blaum, non seulement le travail aurait été assigné à Cinder, mais en plus cela n’aurait jamais été envisageable ! Planifier des assassinats au sein même de son gouvernement ou de son peuple sans raison apparente est un crime de haute trahison. Beaucoup d’autres crimes furent discutés entre ses hommes prenant la situation du Kilik avec un sérieux des plus froid. Les trois consuls n’étant pas corrompus ne purent que venir à une conclusion… Pour sauver la confédération et empêcher une guerre créer sur un tissu de mensonges, il leur faut éliminer toutes traces de l’existence de Sharkaran Eldjurath, désormais châtier du rôle de consul.


End of An Era


Avec le pouvoir qui leur fut conféré, les trois consuls formant le nouveau consulat par intérim en attendant la nomination d’un nouveau mirent en place une manœuvre pour se débarrasser une bonne fois pour toutes de toutes les traces qu’avait laissées derrière lui ce malfaiteur. Les banques de donner, les comptes, diplômes, certificat de baptême, en résumé tout ce qui est à son nom et permettant de le retracer désormais inexistant. Peu importe, où l’ont pu regarder, même la chaine de commandement de l’armée droïde fut mis à jour pour que le nom d’un consul ne s’affiche plus si on ordre est donné par celui-ci. À partir de maintenant, en cas d’une modification d’ordre à la demande du consulat, cet ordre ne pourra être valide qu’avec la validation digitale du consulat au complet pour éviter qu’un autre abuse de sa situation de pouvoir et décide de faire à sa guise.

Une fois toute trace de l’existence de l’insectoïde éliminé a tous jamais et même de l’intégralité des nombreux historiques. Une personne cherchant avec un datapad en se branchant a leurs banques de donné ou même les banques de donné externe de la C.S.I ne trouveront rien du au critère de sélection des consuls. Car à la base, seule une personne sans historique peut avoir ce titre alors autant soit dire que le Kilik n’avait aucun passé avant de devenir ce qu’il était.

La suite des choses fut une décision auquel personne lors de cette rencontre n’aurait souhaité devoir faire. Avec la situation de crise que fait face l’interne de la confédération, après la suppression de tous les donneurs du consul, il était maintenant temps de supprimé tous les nuisible… L’ex-consul et tous les gens ayant pu avoir affaire avec lui. Une purge des officiers du DSP. Sharkaran n’ayant pas de famille comme chacun des consuls élimine déjà un grand nombre de témoins à devoir se débarrasser. Car encore une fois, un consul ne peut utiliser sa vraie identité en public pour des raisons de protection. Cinder fut mis à la tête de cette terrible tache mettant sa dévotion à rude épreuve. Mais vu la gravité des choses, il accepta et après un bref salut militaire, les communications encrypter disparurent et toutes traces de cette conversation aussi. Le reste, la salle besogne…

Alors que les négociations sont en cour, un appel d’urgence de la part du consulat convoqua monsieur Eldjurath au lieu de réunion secret habituel. Les négociations avaient échoué ? Son plan pour monter la confédération contre la République fédérale avait-il réussi du même coup ? Rapidement, le Kilik se dirigea vers la salle secrète. Une fois là-bas, il attendit devant la porte automatique. Celle-ci s’ouvrant devant lui, révélant un homme avec un masque noir, celui-ci semble tendre quelque chose vers lui. Il n’eut pas le temps de réagir qu’une vive lumière rouge jaillit de ce que tien l’homme au masque, la tête de l’extraterrestre ayant un trou entre les yeux. Son regard devin vide et son corps s’écrasèrent sur le sol lourdement, l’homme au masque noir rangeant son pistolet à projectile muni d’un silencieux à sa taille. Lam Cinder n’eut aucun remords à ce qu’il venait d’être fait. Pour le bien de la galaxie, une vie venait d’être sacrifiée… Au même moment, des droïdes de type BX étaient en train d’effectuer le reste du travail, faisant disparaitre les quelques officiers ayant déjà eu affaire à lui par le passé. Le seul ordre étend affichable dans leurs banques de donné étend le protocole 93-36 ne pouvant retracer aucun officier officiel de la C.S.I encore en activité. De plus, les droides aurront tout aussi leurs mémoires remis à zéro après cette mission secrète.

Quand tout fut fini, les corps furent disposés dans des incinérateurs industriels pour leurs corps furent brûlé jusqu’a qu’il ne reste plus rien du tout, même pas de la poussière. Ainsi signait la fin d’une ère et la fin d’un nouveau… Les flammes ardentes de l’incinérateur se reflétant sur les verres fumés couvrant le masque de la main du consulat. Personne ne pourra jamais retrouver de traces de l’ex-consul sauf des dires d’une générale républicaine essayant de sauver sa réputation ou bien encore du lieutenant qui était désormais introuvable, son ancien sous-officier est le cyborg chargé de la défense des représentants de l’alliance séparatiste lors du sommet. Celui-ci aurait été très exigeant concernant les dispositifs de sécurité pour écarter toutes les possibilités… Reste à espérer que tout se passera bien là-haut et qu’une entente sera conclue… Une guerre ne diviserait que davantage la galaxie.

_________________________

Thou Art Bring Thy Fear...


Casier d'Iroey:

Thème:

Formation de base:
Close combat

Formation Lv1:
Close Combat

Formation Lv2:
Close Combat

Formation Lv3:
Close Combat


Last edited by Iroey on 20/11/2018 21:29:28; edited 1 time in total
Back to top
Blokkus
République Fédérale

Offline

Joined: 19 Aug 2008
Posts: 729
Niveau: 3
Rang: Sénateur de Mustafar
Autre: Vice président au commerce

PostPosted: 20/11/2018 12:00:54    Post subject: La Table Blanche Reply with quote

Le sénateur Mustafarien avait su dans quoi il s'embarquait quand le représentant de commission de la diplomatie lui avait proposé de faire office de médiateur entre la République fédérale et la Confédération des Systèmes Indépendants cependant il ne s'était pas attendu à autant de réticence lors de ses soi disant négociations.
La République avait déjà fait un grand pas en envoyant, une personne de son importance, le représentant de Mustafar et vice président de la commission au Commerce en territoire séparatiste sans aucune garantie de sécurité et pourtant ce contremaitre Bortan semblait freiner des quatre fers tous les efforts diplomatiques consentis de ce coté de la table.
La chevalier Dai-Tan abondait au moins dans son sens dans l'immédiat désirant examiner les informations de la CSI et en demandant également à voir les prisonniers.
Mais contre toute attente le Skakoan décida de rebondir sur les propos du Hutt les déformant en sa faveur.Sans doute pensait il qu'un enregistrement diffusé sur holonet pouvait faire office de preuve mais c'était mal connaitre le scepticisme naturel des natifs de Nal Hutta ou la paranoïa des agents du Bureau Fédéral d'investigation.
Cependant un point attira l'attention du sénateur, Vardek définissait les agissements de Tericarax comme une attitude hostile  envers les forces de la CSI... n'était ce pas ce même sous officier qui avait demandé l'aide de la Garde Républicaine au nom de la Confédération lors de la crise surnommée 'du lac des Phénix'?
Le contremaitre descendit en flèche la générale Yvanol, mais qui pouvait le blâmer, pas Blokkus bien évidemment qui avait été un des plus hostiles à la générale lors du débat au sénat. Il avait prévenu , il l'avait proclamé haut et fort , on ne devait pas envoyer de troupe dans l'espace Confédéré, mais ces naïfs confrères ne l'avaient pas écouté et voila ou on en était maintenant.
http://star-wars-rpg.soforums.com/t6162-S-ance-R-publicaine-n-2.htm

-Je me dois d'abord de préciser un point, la général Yvanole n'est pas en cavale, elle a été retirée du service actif à titre conservatoire, le temps que l'enquête donne ses conclusions.La présomption d'innocence n'est pas un vain mot chez les Républicains.
  

En fait lors de la séance exceptionnelle confidentielle concernant cette triste affaire, le sénat avait décidé de la mettre aux arrêts tout en la laissant circuler librement dans l'espace Républicain, un moindre mal.
http://star-wars-rpg.soforums.com/t6827-S-ance-Exceptionnelle-Ferm-e-au-Pub…
Aux dernières nouvelles celle ci était toujours sur la capitale Républicaine, une fuite aurait été un symbole de sa culpabilité et ce n'était pas trop dans l’intérêt de Lyzs.
Tel un procureur, le contremaitre avançait ses arguments et contrarguments on pourrait croire qu'on jugeait la vice chancelière dans cette salle, il fallait remettre les choses en ordre.

-Effectivement je n'ai pas de preuve à vous opposer monsieur Bortan, nos agents du Bureau Fédéral n'ayant aucun élément hormis le témoignage de la générale et une holo diffusée librement sur l'holonet à leur disposition.
Nous voulons voir l'original pour nous faire vraiment une idée, nous voulons interroger les éventuels témoins organiques présents également et j'aimerai bien rencontrer personnellement ce fameux
Sharkaran Eldjurath qui semble la clé de l'histoire.
Et il n'est pas exclu que certains de mes enquêteurs demandent à accéder au lieu du crime.
Car avant de faire des excuses, il faut savoir reconnaitre ses torts n'est ce pas? et on en est pas encore la...

  

Après avoir attaqué Jagabanda, Vardek parla enfin des prisonniers.Quelle ne fut pas la surprise du chef quand le contremaitre annonça que les prisonniers n"étaient pas entre des mains d'acier séparatistes mais entre celle d'Impériaux.
Si on avait su... on aurait pu sans doute exiger la libération de ceux ci en échange de celle du grand Moff Valiant! mais pourquoi les services de Renseignements n'avaient pas eu cette information! et quel était le role de l'Impérium dans cet imbroglio?
Blokkus fulminait, il détestait être pris au dépourvu dès qu'il rentrerait sur Coruscant, il demanderait des comptes au directeur du Renseignement.Mais pour le moment, il devait donner le change et gagner du temps.


-Dois je comprendre que nos Gardes Républicains sont aux mains des nostalgiques de l'ex Empereur Omega? je dois avouer que cela est très surprenant, et surtout pas très rassurant.
Cela n'a pas l'air de vous inquiéter mais moi oui, ainsi que toute la République toute entière.
Je ne crains que si nous ne pouvons être mis en présence de nos gardes ou rassurer concrètement sur leur état de santé, les négociations n'ont aucune chance d'aboutir, c'est une condition non négociable, nous avons déja fait un grand pas , en venant ici en orbite de Géonosis, à votre tour de faire un geste.

  

Ensuite Vardek sortit tout un laïus sur la perte d'un être cher en l’espèce le fameux Tarum Blum.Vint ensuite l'idée d'un procès d'une général Républicaine par un jury séparatiste! quel symbole! autant plaider coupable à la rigueur! C'était purement et simplement inacceptable!
Et ou serait détenue Yvanol durant son procès? sur Cathar peut être? Non! fallait pas rêver le Sénat ne l'accepterait surement pas, toutefois Blokkus devait mettre de l'eau dans son vin.Et en parlant de vin, le sénateur  s'enfila une bonne rasade avant de poursuivre:


-Sans doute pouvons nous accepter l'idée un procès sur un terrain neutre, terrain qui serait à définir à l'avance mais la République ne se contentera pas d'envoyer des observateurs lors de ce procès retentissant elle y enverra des juristes et des avocats pour en faire partie prenante.
Cependant je ne peux penser à l'hypothèse d'un procès sans que l’enquête Républicaine ne soit aller à son terme.Car a vous écouter la générale est d'ores et déjà déclarée coupable.

  

Alors oui Blokkus voulait résoudre cette crise entre les deux superpuissances mais pas à n'importe quel prix...Et surtout il fallait trouver une preuve que cet assassinat était bien un complot venant de l'intérieur même de la  Confédération mais pour cela il fallait espérer qu'on laisse ses agents travailler.

_________________________
Regardons les choses en face : si le crime ne payait pas, il y aurait très peu de criminels.


http://star-wars-rpg.soforums.com/t3889-Casier-d-un-Hutt.htm

http://star-wars-rpg.soforums.com/t1670-Blocus-le-Hutt.htm?q=#p18252
-Un Destroyer Ravageur-
-Un croiseur Harbinger-
-Deux Transports Acclamators-
-Un cuirassé Keldabe-
-Deux corvettes Correliennes-
-Un vaisseau de combat Droid-
-Une navette Neimodienne-
-Un croiseur MC 80-
-Escadron (x8 )
Back to top
Senara
Ordre Jedi

Offline

Joined: 09 Aug 2010
Posts: 658
Niveau: 2
Rang: Chevalier Jedi
Autre: Ex-Jedi Rebelle

PostPosted: 26/02/2019 15:49:25    Post subject: La Table Blanche Reply with quote

Vanité. Tout est vanité.
Orgueil. Fierté. Arrogance.
Tant de mots.
Un seul et unique sentiment.
Elle avait été folle d’accepter d’accompagner le sénateur Mustafarien sur Geonosis.
De croire qu’elle pourrait agir, être utile à quelque chose dans cette grande partie de poker où se jouait la paix et l’avenir de la galaxie.
Elle, simple petite chevalier Jedi, qui n’avait même pas l’expérience de l’âge à mettre dans la balance.
Et voilà qu’elle se trouvait là, coincée au milieu de négociations dont les subtilités lui échappaient en grande partie. Coincée dans un vaisseau de la confédération où, inexplicablement, elle n’avait plus de connexion à la Force.
Le peu d’atouts qu’elle aurait pu utiliser lui étaient inaccessibles. Cela ne lui était jamais arrivé auparavant. Cela l’inquiétait. Cela représentait une menace pour l’Ordre. Si la CSI avait trouvé le moyen de faire disparaître la Force, qu’allaient devenir les Jedi ? Qu’allait devenir la galaxie ?

Senara s’était formée plus ou moins seule durant ces années où les tout jeunes apprentis sont normalement confiés à la tutelle de professeurs au sein de leur classe d’âge. Elle s’était formée en lisant des archives qu’elle était chargée de classer, lors de la fuite de l’Ordre sur Hoth. Elle avait sans aucun doute eu accès à des documents qu’on ne lui aurait jamais laissé lire autrement. Et elle s’était forgé sa propre philosophie. Une philosophie qui, sans aucun doute, aurait pu paraitre hérétique à certains chevaliers et maitres s’ils l’avaient découverte.
Mais l’un des avantages d’évoluer dans un Ordre en pleine reconstruction, et confronté à de nombreuses catastrophes, c’est que personne n’avait le temps de s’inquiéter de ses idées.
Enfin… Personne ne lui avait causé d’ennui à ce sujet depuis la Forge stellaire et la méfiance de Melchior…
Tout ça pour dire que, avec le temps, Senara avait développé sa propre pensée, bien loin des dogmes de l’Ordre, où elle avait érigé en loi absolue le respect de toute vie.
Mais même dans sa philosophie personnelle, on retrouvait l’un des principes fondamentaux de l’Ordre (principe que l’on retrouvait aussi chez les Siths d’ailleurs) : l’immuabilité de la Force. Sa présence perpétuelle, inconditionnelle, indubitable.
Que ce principe soit remis en cause, comme c’était le cas actuellement, et tout son monde s’écroulait.

En plus, elle avait mal à la main. Ça la brulait. Comme quand elle portait l’ezeru. L’ezeru…
Senara regarda sa main gauche. Où les stigmates dus à l’anneau maudit s’étaient peu à peu effacés jusqu’à n’être plus que de pâles arabesques sur sa main. Elle regardait cette main sans vouloir y croire. Les cicatrices étaient de retour, l’élançaient de nouveau.
Jugulant péniblement le nouvel accès de panique qui menaçait de la submerger, Senara fit appel à toutes les techniques de méditation apprises au Temple.
Elle avait tant de choses à prendre en considération. Et la moindre n’était pas le suivi des discussions tellement importantes autour d’elle. Elle allait devoir partager son attention.

Entre les « grands hommes » qui discutaient de l’avenir galactique autour d’elle. Entre la douleur qu’il fallait juguler (sans aide de la Force). Et entre la résolution de ce mystère si grave : que se passait-il ici pour que la Force vienne à lui manquer ?

Il fallait oublier ses doutes, ses inquiétudes, sa responsabilité même dans sa situation présente. Elle était là. Que cela soit une erreur ou non, elle n’avait pour le moment aucun moyen de le savoir.
Elle était là, et il fallait qu’elle en tire le meilleur parti possible.

Les discussions se poursuivaient, toujours aussi tendues, agressives, même. Les deux parties persistant à montrer les dents, sans vouloir, pour l’instant, ni mordre ni reculer.
Senara ne voyait pour le moment aucune raison pour elle d’intervenir à nouveau.

Aussi, laissant une partie de son attention suivre les débats, se concentra-t-elle sur l’autre problème. Comment la CSI s’était débrouillée pour faire disparaître la Force ? Quelle machine infernale avaient-ils inventée ? Et, surtout, y avait-il moyen de contourner ce problème pour atteindre la Force malgré tout ? Avec acharnement, elle tentait, encore et encore, mais pour l’instant toujours en vain, de renouer son lien avec la Force.
Pourtant, à force, elle commençait à percevoir quelque chose. Mais, c’est précisément à ce moment-là qu’elle dut reporter son attention totale sur les négociations à l’entour, qui prenaient un tour plus pressant.

Décidément, chacun campait sur ses positions. Et Senara ne voyait pas comment elle pouvait influencer les débats. Les Jedi ne représentaient plus, à l’heure actuelle, une force de persuasion comme autrefois. De toute façon, en ne la présentant pas comme un chevalier Jedi, Blokkus lui avait enlevé le peu de crédit qu’elle aurait pu tirer de son statut.



Bon, je suis profondément désolée (et honteuse) pour ce temps de réponse atrocement long...
Après avoir littéralement passé des heures devant une page blanche (enfin un fichier texte) j'ai enfin réussi à écrire quelque chose.
Ça ne fait pas avancer les discussions, mais bon...
Maintenant, je retourne m'enfouir honteusement dans un coin...
(et m'occuper de Maar accessoirement)

_________________________
Back to top
Contenu Sponsorisé






PostPosted: 22/08/2019 19:08:32    Post subject: La Table Blanche

Back to top
Display posts from previous:   
Post new topic   Reply to topic    Star Wars RPG Forum Index -> Galaxie principale -> Géonosis All times are GMT + 1 Hour
Page 1 of 1

 
Jump to:  

Index | Create a forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Conditions générales d'utilisation
Created by MOONCLAW/MAËVAH(EU-Sinstralis/EU-Illidan) phpBB template "WarMoonclaw01"
forked end designed by Knarf, Kyopé, Rylen, Mufus, Lyash, Lyzs & Gelmir