Se connecter pour vérifier ses messages privés 
 FAQ
   Rechercher   Membres   Profil         Connexion 
 
Importantes retrouvailles

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Star Wars RPG Index du Forum -> Galaxie principale -> Alderaan -> Aldera -> Astroport commercial
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Sion Kumitomo
République Fédérale

Hors ligne

Inscrit le: 30 Juin 2015
Messages: 478
Niveau: 0
Rang: Sénateur de Kamino

MessagePosté le: 02/09/2017 12:50:13    Sujet du message: Importantes retrouvailles Répondre en citant

Au son des moteurs vrombissants du Consulaire C-70 éclatant de rougeur se déplaçait le Sénateur Kumitomo, candidat à la Chancellerie. Et l’importance de ce voyage était telle qu’elle transportait l’entière réussite de la candidature. Un échec d’aucune sorte n’était envisageable ou bien sa carrière et sa légitimité se terminerait avec un cuisant retour de bâton dans la figure.
Voici pourquoi cette rencontre serait la première : la situation difficile d’Alderaan et sa position ambiguë. Et ce n’est pas lorsque, éreinté par les voyages et discours, la fatigue se ferait ressentir qu’il pourrait envisager un tel pari. Tout ceci était présenté à la population comme un premier contact diplomatique dont l’issue inspirerait la confiance qui faisait actuellement cruellement défaut. C’était également officieusement le cas même si Sion espérait pouvoir sérieusement faire pencher la balance d’Alderaan vers la République. À l’aube des tensions galactique, chaque allié, chaque soutien devenait une pierre de taille pour la stabilité républicaine.

Pourtant, presque figurativement ignorant des intérêts en jeu aujourd’hui, Sion restait béatement assis devant le nouveau datapad dernier cri qu’il tenait fébrilement entre ses mains. L’une d’elle, sa main droite, grattait répétitivement de l’ongle le coin supérieur droite de l’écran. Puis, à l’expression victorieuse qu’affichait son visage, un bout de plastique se décollait légèrement. Pincé entre son pouce et son index blanchis, le visage lesté de toute forme d’inquiétude, ses traits arboraient une profonde satisfaction personnelle alors que le plastique s’enlevait doucement avec un bruit léger pour révéler l’écran exempt de toute trace.
Malheureusement pour le Sénateur, ce fut le moment tout choisi pour un conseiller qui entrait précipitamment dans la pièce. Celui-ci, les mots étouffés, regardait avec une surprise et une incompréhension totale le cinquantenaire, la mine joyeuse et les yeux perdus dans le vide, un filet de bave à l’extrémité de sa lèvre inférieure. « Hum, hum » finit-il par lâcher, gêné. Reprenant contact avec la réalité, le papier collant enroulé autour de son index, Sion dardait un regard réprobateur sur l’homme qui se tenait debout en face de lui. « Normalement, on frappe avant d’entrer ! » fulmina-t-il finalement avec un bruit de succion.

***

Les équipes protocolaires de chaque planète avaient préalablement convenu que le Sénateur Kumitomo attendrait son interlocuteur dans une pièce hautement protégée qui se trouvait à côté de l’aire d’atterrissage du vaisseau. D’une voix neutre, le pilote annonça finalement « Nous sommes arrivés à destination, Sénateur. J’espère que vous avez passé un bon voyage ». Quelques minutes passèrent pour laisser le temps aux volumineux moteurs de s’arrêter et le sas s’ouvrit finalement vers une passerelle métallique récemment nettoyée. La tête en l’air, Sion effectua plusieurs pas en avant, suivis de près par les gardes. Même d’ici, la planète donnait cette vague impression de calme et de paix alors seulement que l’on apercevait à peine le relief grâce à la gigantesque vitre qui s’étalait au plafond, révélant un ciel bleu vif.
Cette partie du spatioport était particulièrement spacieuse. Il avait été privatisé pour l’occasion de sorte que seuls des gardes et les invités marchaient à l’intérieur. Le Sénateur se prêta au rituel des poignées de main aux militaires déjà présents qui le dirigèrent vers la salle temporairement convenue dans l’attente de l’arrivée imminente.

A la droite du Sénateur se trouvait Kina Sa, une une conseillère en affaires étrangères kaminoanne. Elle était issue du parcours universitaire usuel : grandes écoles et concours. Puis, au sein du Ministère des Affaires extérieures, sa vivacité d’esprit et la faculté qu’elle possédait d’avoir systématiquement le recul nécessaire sur chaque situation l’avait vite rendue indispensable. C’était aujourd’hui une diplomate accomplie et une brillante kaminoanne en ce qui concernait les affaires stratégiques. Son apparence physique était très commune au peuple kamioan. Les regards se tournaient instantanément vers elle sur une planète où l’on avait peut-être jamais vu cette espèce.
A sa gauche se trouvait un humain : Bradean Wilald. C’était un orateur convainquant qui savait user de nombreuses techniques psychologiques pour rendre n’importe qu’elle idée attrayante. Le résultat dépendait souvent de l’état d’esprit de l’interlocuteur, bien sûr. Mais ses qualités étaient certaines et lorsque les discussions s’avéraient si lourdes de conséquences, Sion avait jugé sa présence utile. Son visage était anguleux, presque taillé à la hache. Ses yeux vifs ne cessaient d’observer son entourage. Son nez était aussi assez proéminent et une bouche charnue clôturait son faciès. D’un teint de peau légèrement hâlé, il avait un corps élancé et sportif.
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 02/09/2017 12:50:13    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Anastasia
Indépendants

Hors ligne

Inscrit le: 28 Déc 2016
Messages: 163
Niveau: 0
Rang: Politicienne

MessagePosté le: 02/09/2017 13:13:31    Sujet du message: Importantes retrouvailles Répondre en citant

“La république est le seul remède aux maux de la monarchie et la monarchie est le seul remède aux maux de la république.”Joseph Joubert


Une stupéfaction... oui c'était le mot. Qu'elle n'eut pas été la surprise du cabinet du vice-roi lorsque celui-ci reçut une demande de rencontre de la part de l'un des candidats lorgnant le poste de la Chancelier de la République. Qui aurait put songer il y a quelques jours que le sénateur Kumitomo de Kamino allait débuter sa tournée par Alderaan , monde devenu aujourd'hui comme certains se plaisent à la surnomméer « l'épine dans le pied » de la République. Depuis la révolution conservatrice alderaani, les deux entités avaient entretenus pour le moins des rapports houleux qui avaient flouté les lignes relationnelles. Et ce n'est certainement pas les derniers évènements survenus sur Alderaan qui ont permis d'éclaircir la situat... *bzzzzz*

La Vice-Reine de Valiesky venait de quitter la page holonet sur laquelle elle était pour redonner à la navette dans laquelle elle se trouvait un semblant de quiétude. Elle le savait, cette rencontre serait certainement décisive quant à l'affiliation de la planète où elle avait toujours vécu et ceci pour plusieurs motifs. Le premier et le plus évident, c'est que ce sénateur semblait être parti sous les meilleurs auspices pour remplacer la chancelière par intérim actuelle. Le second, encore criailleur, venait du fait qu'il s'agissait de la première vraie rencontre officielle et diplomatique entre un républicain et Alderaan. De fait, les impressions qui ressortiraient de cet événement aurait un impact non négligeable sur l'avis de la populace. D'autant plus que les derniers sondages avaient laissé pour le moins songeuse damoiselle de Valiesky. La dernière raison beaucoup plus dérobée que ses deux ainées, venaient du fait qu'en cas d'une rencontre peu fructueuse, le temps offrirait aux calomniateurs haut placés de préparer une tapageuse campagne qui conduirait indéniablement Alderaan aux mains de la neutralité. Ce qui n'était pas une résolution optative pour Anastasia.

Les sondages qui venaient de paraître à l'heure où le soleil blanchissaient les campagnes n'étaient pas lénifiant loin sans faux. Sur un panel de six milles personnes interroger, quarante cinq pourcent se disait pour le retour d'Alderaan au sein de la République Fédérale, quarante trois pourcent souhaité une Alderaan neutre mais ouverte tandis que six pourcent voulait que le monde du noyau s'isole. Le reste ne semblait aps avoir d'avis sur la question. Cette simple étude statistique avait arrimé dans l'esprit de la jeune femme un émoi important de doute quant à sa position pro-républicaine d'une part et d'autre part -et surtout- déposé une petite graine de pyrrhonisme dans son intellect au sujet de sa victoire lors des élections. Si un second sondage connotait que soixante huit pourcent des alderaani voulaient abandonner l'OPNA, cela n'était pas assez pour expliquer sa victoire. Il eut été aisé pour le conseil dirigeant de trouver un candidat favorable à la neutralité alderaani sans pour autant soutenir une doctrine isolationniste.
Néanmoins, la noble déchue ne pouvait se laisser aller à ce genre de simplettes futilités. Tyria l'avait prévenue, dans le monde politique, les frontières n'existent que pour les observateurs extérieurs ; à l'intérieur, c'est une quête permanente de survie dans lequel les duels imprévisibles sont légions. Quant à la vérité ? Celle-ci n'avait guère de sens dans un monde dont les factices codes s'interprétaient aux gré des envies de chacun. Seul le plus rusé pouvait prétendre au titre de roi... ou de chancelier !

Se contentant de se remémorer sa discussion avec son édile diplomatique qu'elle devait retrouver dedans le spatioport, les deux personnages avaient imaginé les raisons ayant poussé un potentiel chancelier en devenir à venir sur Alderaan. Ensemble, ils avaient hypothésé diverses propositions, certaines proches de la réalité et d'autres que l'on se plairait à nommer folie. Cependant, les deux fervent leaders de la mouvance pro-républicaine s'étaient accordés sur un fait, le sénateur Kumitomo allaient certainement tenter une manœuvre pour rapprocher la République et Alderaan. Et s'il s'avérait que c'était le cas, cette rencontre ne serait qu'une simplette préliminaire. Toutefois, conjointement, ils décidèrent de ne pas se fourvoyer et laisser l'espoir les désillusionner. Après tout le newcon et hérault du roi Sylve Bevnque serait aussi de la partie. Si certes, il serait relégué au simple rang d'observateur durant ce petit sommet, il n'en restait pas moins un élément imprévisible, un rouage dont l'utilité est une inconnue ce qui n'était pas pour plaire à la noble qui se gardait bien de montrer ostentatoirement les doutes qu'elle avait à son propos.

Le véhicule temporisa sa vitesse avant de s'arrêter. Un court instant après, un homme ouvrit la portière et fit place pour laisser la demoiselle sortir. Celle-ci portait comme à son habitude une tenue assez simple mettant toutefois en avant ses formes sans pour autant tomber dans les méandres de la vulgarité. Son pantalon comme sa traditionnelle veste affiché de sombres couleurs tandis que sa chemise blanche en col en V laisser poindre la blancheur de sa peau. Autour de son cou se trouvait toujours l'unique bijou familiale qu'elle tenait de sa mère. D'un maintien altier, elle entama une marche vive accompagnée de ses gardes du corps. Le ciel bleu et sans nuage apparent laissaient entrevoir le va-et-vient des vaisseaux qui faisaient le lien entre la planète et le spatioport. La Vice- Reine retrouva dans l'un de ces derniers Benvque et Cruco Multo. L'ambiance semblait pour le moins être glaciale et les salutations de rigueur l'étaient tout autant... Et cela se confirma durant le trajet où aucun des trois protagonistes ne décocha un mot. Une fois le spatioport atteint, la chétive délégation quitta le navire, vice-roi en tête. Après les contrôles d'usage par les forces de sécurité mise en place, le groupe suivait les autorités qui les conduisaient.

Si les invités républicains avaient été conduits dans une salle des plus voyantes, ces derniers allaient être reconduits dans une autre salle au dernier moment afin d'éviter toute plausible installation de micros ou encore d'une intervention malvenue d'un journaliste. Ainsi le chétif Alphan Robade intervint auprès des visiteurs. Ce dernier en plus d'avoir pour but de guider les protagonistes démocrates devait en quelques minutes leurs expliquer le protocole alderaani. Si ce dernier fut longuement déclassé et rangeait dans le vestibule, il avait fait un retour en force avec l'arrivée des conservateurs au conseil. Véritable bible pour les nouveaux conservateurs, il était certain que l'hérault du roi serait extrêmement attentif à la tenue des étrangers. Ainsi, le dévoué à la couronne expliqua au sénateur et à ses compagnons certains pans de ce texte. Il parla entre autres du fait que seule le vice-roi était habilité à pouvoir ouvrir la discussion et qu'il était d'usage de finir ses phrases par un mot désignant le statut de représentant de la couronne. Continuant son discours une fois arrivé dans une salle beaucoup plus sobre, il expliqua la révérence à faire avec le hochement de tête. Toutefois, il n'eut pas le temps de terminer ce qu'il narrait que deux hommes -Multo et Benvque- arrivèrent dans la salle. Plusieurs secondes s'écoulèrent avant que la Vice-Reine de Valiesky n'entre à son tour.



Après de brefs serrages de mains, chacun des membres pris place autours de la table. Du coté droit de la Vice-Reine se trouvait son édile tandis que l'hérault s'était placé à deux sièges à gauche d'Anastasia. Tout ce protocole l'exaspérait profondément mais la déchue jouait les faux- semblants. Elle parvenait tant bien que mal à ne pas figer son regard sur la kaminoan ici présente. Rencontrer un extra-terrestre de ce genre n'était pas anodin loin sans faux et cet acte n'était certainement pas dû au hasard. SIon Kumitomo essayait-il de flatter indirectement ses hotes en faisant un tel choix. La Vice-Reine se le demandait mais l'heure n'était pas aux interrogations mais à l'action.

- Nous, vice-roi d'Alderaan sommes ravis de vous accueillir en ce glorieux jour sur notre monde. Nous tenons tout d'abord à vous présenter Cruco Multo, édile diplomatique du cabinet du vice-roi et Sylve Bevnque, hérault du roi qui est présent en cette date en tant que simple spectateur. Nous sommes heureux de voir qu'Alderaan puisse attirer l'attention de personnes vivant sur un monde aussi lointain que Kamino toutefois, vous n'êtes certainement pas venue pour parler broderie. Nous irons donc droit au but et sommes prêts à ouïr les raisons de votre venue sur Alderaan.
_________________________



La douceur triomphe de la dureté, la faiblesse triomphe de la force. Lao-Tseu



Revenir en haut
Sion Kumitomo
République Fédérale

Hors ligne

Inscrit le: 30 Juin 2015
Messages: 478
Niveau: 0
Rang: Sénateur de Kamino

MessagePosté le: 02/09/2017 23:15:30    Sujet du message: Importantes retrouvailles Répondre en citant

Avec une pointe rieuse dans les yeux, ceux de Sion et de Kina se croisèrent instantanément aux paroles de l’humain malingre qui se présentait comme Alphan Robade d’une voix faiblarde, comme pour le reste de son long monologue. Le Sénateur et la diplomate se rappelaient avec amusement les paroles qu’ils avaient échangé plusieurs heures auparavant à bord du Consulaire. « Fais attention, l’avait-elle mis en garde. Les Alderaanis sont très attachés à leur protocole. Un peu à la manière de Dantooine d’ailleurs. » Ce à

quoi Sion n’avait seulement daigné opiner d’un rire moqueur : « Eh bien, je ferais la révérence et le baisemain alors ! » s’était-il exclamé. Il ne pensait pas si bien dire et la réalité les avaient vite rattrapés.
Le candidat évaluait d’un regard pensif la cohorte de garde qui accompagnaient la Vice-Reine, comme il venait d’être informé. Pensaient-ils que lui, Républicain, tenterait de tuer leur représentante ? Il étouffa un souffle. Ils furent pourtant vite guidés vers la salle qui serviraient de salle de réunion. C’était une grande pièce, lumineuse. Deux lustres pendaient pesamment au plafond dans un style minimaliste qui rappelait presque les standards kaminoans en matière de blancheur. Dans des tons crème et doré, une imposante table occupait la plus grande partie de la salle, en son milieu agrémentée de fauteuils qui n’avaient pas l’air particulièrement confortables.
En tout, seulement, six personnes seraient assises à cette table. Sion et ses deux assistants ainsi que la jeune Valiesky et les siens. « Jeune » était tout à fait le mot pour décrire la demoiselle. Le Sénateur ne lui donnait qu’entre 26 et 29 ans maximum à l’allure de son visage fin. De longs cheveux noirs descendaient en cascade sur ses épaules et son corps était cintré dans une tenue gracieuse. Mais elle était également jeune en politique. Tout juste élue, elle défendait malgré tout des opinions apparemment franches et tranchées. Enfin, pas si tranchées que ça. Alors qu’elle n’était que candidate et même après son élection, elle clamait haut et fort la nécessité pour Alderaan de rejoindre la République fédérale. Depuis, impossible d’en savoir plus. Dans les notes qui lui avaient été transmises se trouvait une information toutefois importante : un sondage, à prendre avec les pinces de la relative subjectivité, énonçait que pas moins de 45% des Alderaanis étaient délibérément favorables à la République. Ce qui signifiait une chose : il faudrait y aller patiemment et à tâtons.

Suivant scrupuleusement les paroles d’Alphan, personne ne pipa mot durant la première rencontre, lorsqu’ils furent introduits à Valiesky. Tous trois se courbèrent en une respectueuse révérence vers la jeune politicienne, ponctuée d’un hochement de tête, comme on le leur avait expliqué. Ils saluèrent également les deux personnes l’accompagnant. Toujours dans l’optique protocolaire au possible de cette planète, ce fut la Vice-Reine qui débuta la conversation d’une manière aussi banale au premier abord que franche et déconcertante. Stratégie ou simple action d’une politicienne débutante ?


- Nous sommes honorés d’être reçu sur Alderaan. C’est une première pour mon peuple que d’être ici et cela me ravit. Je fus témoin de la longue autarcie et errance que ma planète endura, Vice-Reine. – commença Kina Sa d’une voix éthérée coutumière aux Kaminoans.

Elle parlait lentement, ses mots soigneusement articulés teintés d’une once de tristesse pour la dernière phrase.

- Mes hommages et mes plus sincères remerciements, Vice-Reine. – se contenta Bradean.

C’était forcément au Sénateur que revenait la parole enfin. Plutôt détendu malgré tout, celui laissa flotter plusieurs minutes de silence.

- Avoir accepté de nous rencontrer est un signe fort et une décision que vous pourrez vanter à votre peuple, Vice-Reine. Vous rendez-vous compte... Vous, Vice-Reine charismatique d’Alderaan et moi, candidat à la Chancellerie de la République fédérale. – Silence. – Assis dans cette pièce avec les meilleures intentions. Nous portons tout deux un lourd fardeau sur notre existence, Vice- Altesse. – Nouveau silence.
Sion savait très bien qu’il jouait avec le feu. Les brefs regards interrogateurs de Kina étaient révélateurs.

- Nous portons un costume officiel devant la population qui ne demande qu’à être entendue et comprise... Et nous portons ce costume officieux qui nous barde de lourdes responsabilités pour que le monde auquel nous sommes attaché... vive, Vice-Reine !– Il ponctua cela d’un regard vers Valiesky. Enfin, reprit-il. Je tergiverse et je m’égare. On me le reproche souvent...
Je vois donc que vous faites preuve de franchise et d’initiative. Puis-je me permettre d’en faire de même ? Puis, avec tout autant de franchise, je répondrais à votre question. Vous-mêmes, pourquoi avez-vous décidé de nous recevoir, nous Républicains, qui plus est candidat à la Chancellerie ? Qu’est-ce qui vous a poussé à accepter notre venue, Vice-Reine ?– hasarda-t-il pensivement.

Il était clair que pour Kina et Bradean, cela ne correspondait pas au plan prévu. Sion avait délibérément décidé de sortir des sentiers battus et d’agir
différemment. Ni l’un ni l’autre n’aurait pu savoir ce qui l’avait poussé, aussi restaient-ils muets, dans l’expectative.
Revenir en haut
Anastasia
Indépendants

Hors ligne

Inscrit le: 28 Déc 2016
Messages: 163
Niveau: 0
Rang: Politicienne

MessagePosté le: 02/09/2017 23:27:52    Sujet du message: Importantes retrouvailles Répondre en citant

“Il est bien des endroits ou la pleine franchise deviendrait ridicule et serait peu permise.” Molière


Si jusqu'ici la Vice-Reine de Valiesky n'avait pas vraiment porté une attention particulière à la salle, elle se rendit bien vite compte que les lieux n'étaient pas très conviviaux. Si la sécurité était un facteur important, la pièce où ils se trouvait était pour le moins effroyablement désolante à ses yeux. Aucune couleur chaude, peu de décorations, aucun accord entre les styles... Mazette pensa-t-elle... Comment ne pas faire bonne impression pour un premier rendez vous... Quant à la question de savoir par quelles circonstances les deux délégations se retrouvaient là, il n'y avait aucun semblant de doute à avoir et pas de simulacre à faire... Elle jeta un rapide coup d'oeil à Bevnque.... Celui-là comptait bien jouer le volumineux tourment pesable en sicle jusqu'au bout... Il ne restait plus qu'à espérer que les invités ici présent ne tiennent rigueur à ce lieu ou du moins pas suffisamment pour en être contrarié et rendre cette visite potentiellement caduque.

Chacun des individus commençait à prendre ses aises. Cruco Multo déposait ses deux coudes sur la table avant de réunir ses deux mains, Bevnque quant à lui préférait poser ses patoches sur ses genoux. Anastasia, dans un premier temps, croisa ses jambes certainement dans l'intention d'éviter que ces dernières bougent lors d'un quelconque réflexe myotatique qui pourrait échapper à sa pensée. Toutefois après avoir pris la parole elle décida de les décroiser afin d'adopter une position plus confortable sur un dossier qui rendait l’exercice assez périlleux. D'autant plus que l’hôtesse ne devait aucunement laisser paraître une quelconque forme d'incommodité -et bien que l'application du protocole était déjà en soi un vecteur d'embarras assez envahissant-.

Les alderaanis écoutèrent avec attention les remerciements de la kaminoans, toutefois, la qualification de Kamino par planète autarcique pouvait semblait présomptueuse du point de vue de la demoiselle. Si elle n'avait que relativement peu de connaissances sur ce monde, les conditions extrêmes qui régissaient ces terres rendaient difficiles la tâche d'imaginer une civilisation s'autogérer seule dans de pareilles conditions. D'autant plus que les avancées scientifiques de Kamino étaient plutôt portées sur le domaine de la génétique. Néanmoins, la Vice-Reine n'en ferait rien. Elle n'était certainement pas à jour concernant les informations relatives à la planète aux océans déchainés... si on exceptait les clones... Et puis il était coutume de glorifier ses propos lors de ce genre de rencontre. Autre fait notable et ceux malgré sa voix séraphique, il eut été difficile de ne pas entendre la fin de sa phrase sonner comme un glas. Il était probable que cette dernière n'ait que rarement -voir jamais- voyagé dans la galaxie et qu'elle devait être l'une des rares personnalités de son peuple à pouvoir observer d'autres biomes. La réputation isolationniste des kaminoans pouvait être dans ce cas un fardeau bien lourd à porter.

Le second homme de main du sénateur préféra la simplicité et la droiture ni plus ni moins. Alors que les regards se tournaient désormais vers le sénateur Kumitomo, celui-ci ne dédaigna faire bouger sa margoulette. Des secondes qui devinrent minutes s'écoulèrent dans un silence aux aspects audible et insolent. Chacun attentait que le républicain ouvre son suçoir pour narrer ce qu'il avait à dire. Anastasia le fixer calmement et observait l'affable. Si au départ, elle pensait que ce dernier pouvait plausiblement avoir perdu ses moyens, elle se rendit bien vite compte qu'au contraire il affichait un air détendu... trop détendu... Si cela ne l'agaçait et même au contraire tendait à faire baisser son palier d'anxiété, le newcon était terriblement agacé et cela se voyait à ses traits malgré le paravent souriant qu'il s'efforçait de montrer. Anastasia se demanda un moment si l'homme qui était devant n'était pas un candide jambonneau tant son faciès semblait gentillet... Une furieuse envie de lui tirer les joues germa dans son esprit tant elles semblaient tendres... toutefois, elle réprouva bien vite ce désir... Si cet homme se présentait en tant que candidat à la chancellerie ces airs niais ne seraient que de simple leurres. D'autant plus qu'il s'agissait certainement d'une stratégie mise en place. Il ne fallait donc pas laisser l'estomac prendre le dessus sur le cerveau... Toutefois, les paroles de Kumitomo n'allaient en rien arranger les choses.

Sa tirade prenait l'aspect d'un discours grandiloquent qui était pour le moins surprenant. Utilisant des termes philosophiques dans un discours politique c'est une chose, les utiliser correctement, s'en est une autre... La première impression que laissaient transparaitre ses dires pouvait porter à croire que la charge politique qu'il avait, il la garderait jusqu’à sa mort... Autant dire que pour une entrée ratée... elle était fracassement ratée... et cela n'était pour plaire à personne... Si au plus grand déplaisir d'Anastasia, la noblesse appréciait les discours à l'eau de rose, elle abhorrait plus que tout les orgueilleux qui en faisaient trop. Sylphe continuait à garder son affreux sourire ce qui n'était pas sans inquiéter la Vice-Reine. Ce Kumitomo jouait à un jeu des plus risqués... et un revers pouvait vite arriver. Cette imprévisibilité était déconcertante et surtout désorientante... A l'instar des relations Alderaan/ République, tout semblait bien flou. Y-avait-il une réelle stratégie derrière ces élucubrations infatuées ?

Comble de la chose, le sénateur retourna une question à la Vice-Reine sans prendre le soin de répondre à celle précédemment posée. Autant dire que la vice-Reine était ravie d'avoir fait le déplacement car envoyé un tout autre émissaire aurait pour le moins amené cette discussion vers le néant le plus certain... et Anastasia ne pensait même au rapport que l'hérault allait faire au Roi Organa... Autant avouer que les propositions et particulièrement les négociations à venir allaient pour le moins être ardus à mener si le sénateur ne reprenait pas un ton sérieux rapidement. Si dans le cas présent, la déchue ne doutait pas de Kumitomo, l'ultraconservateur aurait surement l'intention de dépeindre un tableau bien noir au roi... Et elle n'était pas certaine de pouvoir compter sur Cruco qui était une personne très attachée aux valeurs alderaanis et trop honnête pour mentir devant sa Majesté.
Si, dès lors, la situation semblait critique, il était préférable d'émoustiller les sensibilités de chacun en faisant une remarque inconvenante. Durcissant son regard pour camoufler son ébahissement, la Vice-Reine fit rapidement le choix de suivre -pour le moment du moins- le jeu du républicain en faisant fi des premiers propos de celui-ci.


- Votre interrogation est des plus justifiées et de surcroit légitime. Néanmoins la réponse me semble, pardonnez-moi, plutôt convenue. Certainement n'avez-vous pas eu le temps de suivre l'actualité concernant notre monde. Nous souhaitons mettre un terme aux tensions entre la République Fédérale et Alderaan. Celles-ci sont inconvenantes et pour vous et pour nous. Aucun des deux partis n'a d’intérêt à continuer de vivifier la flamme d’absurdes querelles. De plus, la récupération de l'ambassadeur alderaani lors de la crise de Kessel et l'échec de l'Organisation des Planètes Non-Alignées on permit de briser les fourvoiements de nombreuses personnes quant à un pseudo-isolationnisme de bac à sable tatooinien. Voilà donc l'objectif que vise aujourd'hui notre cabinet, instaurer une relation amicale entre républicains et alderaanis. Quant à la question pourquoi vous, cela n'est pas sorcier. Votre statut de candidat vous retire indirectement une partie vos prérogatives de sénateur pour dorer votre insigne de représentant de la République. Ainsi, de simple personnage lambda au milieu d'une foule de sénateurs tout aussi lambda, en vous présentant, vous vous êtes directement placés sous les projecteurs de la scène galactique. Cette rencontre bien que discrète est certainement scrutée par de nombreux observateurs. De fait ce qu'il en ressortira pourrait aussi grandir votre image et celle d'Alderaan que les ternir toutes les deux.


D'ores et déjà, Anastasia avait décidé de poser les limites de ce que pourraient être les premières négociations entre le sénateur et Alderaan. Une simple amitié, quelques partenariats peut être mais rien de bien vraiment sensationnel ou prestigieux. Le goût dans sa bouche était encore amer lorsqu'elle sut que le conseil -sans son avis- lui avait coupé l'herbe sous le pied en proclamant de nouveau la neutralité alderaani. Et Sion Kumitomo venait de balayer d'un revers de main les espoirs de la rêveuse. Elle n'aurait pas dû combattre sur autant de fronts et accepter aussi précipitamment la demande du démocrate. A contrario, elle aurait pû penser à envoyer un briefing complet du protocole à la délégation. Pourquoi n'y avait-elle pas réfléchi? Cette simple idée devait bien lui être passée par la tête un moment ou un autre. Orgueilleusement, elle avait offert trop de confiance à sa volatile mémoire. Cette grave erreur d'appréciation permettait à Bevnque de jouir d'une situation complexe. S'il n'aurait pas l'audace d'outrepasser ses droits, le retour de bâton allait être douloureux. La noble chassa les moribondes idées de son esprit pour reprendre pieds dans la réalité. Elle ne devait pas rester neutre et savait qu'elle devait au moins lancer une pique envers ce sénateur pour éviter de perdre le soutien de Cruco qu'il lui serait extrêmement utile face à son antagoniste alderaani. Laissant place à la réflexion sur la manière de ne pas blesser ses interlocuteurs et ne pas paraître trop hautaine, d'une harmonieuse mais non moins sévère voix, elle reprit la parole :


- Avant que vous ne répondiez à la question que vous vous êtes appropriés et posés à vous-même, j'aimerais vous faire part d'une interprétation si vous le voulez bien. Car oui, vous le voulez bien.

Par ses mots, la Vice-Reine souhaitait asseoir son autorité, ici, elle était la représentante de l'Etat, de la planète et de son peuple. Son statut était équivoque à celui d'une divinité. Cela ne lui plaisait guère, car la déité qu'elle était ne survivrait pas à un tir de blaster dans la margoulette ce qui était assez amusant et ironique en plus d'être sordide. C'était une tendance de la noblesse qui passerait avec le temps....en tout cas elle l'espérait. Anastasia poursuivit toujours de manière solennelle :

- Voyez-vous mon cher, de notre côté, le peuple alderaani ainsi que nous-même n'affectionnons point la violence et sommes des fervents missionnaires du pacifisme. Or, il y a peu de temps, vous avez lancé un important référendum sur le clonage qui a été approuvé par la population pour être ratifié par des instances. Vous n'avez décemment pas choisi comme première visite Alderaan au hasard bien au contraire. Il ne faut pas être un politologue reconnu pour comprendre que vous souhaitez de nouveau former une grande armée républicaine à l'aide de clones. La question que je vous pose donc est simple : qu'attendez-vous d'Alderaan dans cette affaire ?

C'était direct certes, mais cette hypothèse titillait l'esprit jouvenceau de la demoiselle depuis déjà quelques jours. Elle redoutait que la visite du sénateur soit centrée autour de ce point au combien inquiétant. Elle avait imaginé de nombreuses théorie et divers enchainements d'évènement plus ou moins plausible d'arriver dans divers cas de figure. Elle aurait pu exposer quelques cas de figures à la délégation, toutefois, elle ne voulait pas se lancer dans un stérile examen délibératoire. Elle était la Vice-Reine et bien que ce statut protocolaire l'incommodait fort, elle se devait d'attendre les explications de son interlocuteurs et non de déblatérer diverses possibilités devant tous. Elle croisait les doigts pour que son interlocuteur ne commette pas de bourde cette fois-ci.
_________________________



La douceur triomphe de la dureté, la faiblesse triomphe de la force. Lao-Tseu



Revenir en haut
Anastasia
Indépendants

Hors ligne

Inscrit le: 28 Déc 2016
Messages: 163
Niveau: 0
Rang: Politicienne

MessagePosté le: 15/09/2017 08:24:28    Sujet du message: Importantes retrouvailles Répondre en citant



De manière certaine, Sion, de même que Kina et Bradean, eurent la désagréable sensation de voir leurs interlocuteurs se poster très vite sur la défensive. Les paroles de Sion, quoiqu’assez vagues, avaient manqué leur cible. Simple volonté de souligner la similitude de leurs rôles et positions et de leur dévouement qui prenait souvent le pas sur la vie personnelle, le Sénateur ne pouvait savoir avec certitude comment ses paroles furent interprétées. Probablement mal. Celui-ci croisa les mains en prenant une mine résolue et sérieuse.
La Vice-Reine était effectivement peu habituée à ce genre d’acrobaties. Elle ne réalisait pas la situation dans laquelle elle se trouvait et les promesses que leur simple rencontre, sans même évoquer les négociations, portait dans les cœurs.

Après tant de dissensions, tant de retournements, cela portait de nouveau l’espoir. Peut-être ne le réalisait-elle que de manière limitée. Pourtant, une chose était sûre, elle ne réalisait pas la position de faiblesse dans laquelle elle se trouvait.

- Bien, parlons sérieusement alors. – déclara-t-il. Il se trouve que la réponse à votre question répond également à la mienne. Je déplore les événements qui ont mené à la situation dans laquelle nous nous trouvons actuellement. Contre notre gré, nous sommes obligés de régler cela dans les meilleurs termes, et croyez-moi, c’est exactement ce qui m’anime, Vice-Altesse. Vous savez, continua-t-il. Ce n’est pas si anodin si Kina vous a parlé de Kamino de la sorte.

Kina acquiesça gravement aux mots du Sénateur. Elle comprit très vite que le candidat essayait de rattraper la mauvaise manœuvre. Elle avait aperçu, à plusieurs reprises, le regard mordant de Sylphe. Quelles que furent ses pensées, elles ne présageaient rien de positif pour la suite, à moins de changer la donne. Si elle avait pu, Kina aurait enjoint Sion d’éviter ce chemin. Il avait fait une erreur, importante mais pas décisive. Pas encore, tout du moins.

Elle ferma ses grands yeux puis enchaina à la suite de Sion, d’un regard entendu :

- Oui, Vice-Reine. Notre peuple a longtemps vécu replié sur lui-même. Bien sûr, nous avions besoin d’importer des ressources mais nos contacts extérieurs s’arrêtaient ici, vous savez. Nous avons toujours une place spéciale mais particulièrement éloignée dans la galaxie. Mais nous étions isolationnistes et la politique a longtemps encouragé cette pratique pour que nous puissions garder notre place avant-gardiste. Plus récemment, Othmée Lenia, bien que sa politique fut... bancale, avait pour projet d’ouvrir Kamino aux rencontres extérieures. Mais, privés de la source principale de notre économie, nous étions voués à vivre piteusement...

Tout cela pour vous dire, Vice-Reine, qu’il n’est plus possible de vivre seul dans le monde actuel. La communauté est plus à même de défendre ses intérêts. Mais l’intérêt principal est d’être soudés.


Ce n’était pas rien d’entendre cela de la bouche même d’une Kaminoanne sur une planète si éloignée de la sienne. Les paroles de Kina dépassaient le sujet de leur entrevue. Elle parlait avec le cœur. Même pour le Sénateur, c’était prenant. Réalisant que c’était à son tour de prendre la parole une nouvelle fois, il reprit :

- C’est pourquoi nous souhaitons également que les tensions entre Alderaan et la République cessent et, dans une mesure choisie, de pouvoir coopérer à nouveau. Je m’adresse à vous, Vice-Reine, en tant que candidat à la Chancellerie. Je m’adresse à vous avec une promesse de bonne volonté. Vous entendre évoquer cela me conforte dans cette optique ! Je me doute bien que nous sommes scrutés, c’est ce que j’évoquais.
Il s’apprêtait à continuer sur sa lancée lorsque la Vice-Reine l’interrompit, abruptement certes. Sion n’en fit pas cas, ignorant cela grâce à l’expérience. Et sa question permettait au Sénateur d’enfoncer un peu plus le clou. Il appréciait cette jeune représentant. Pêchant un peu d’expérience, elle était vivace et débrouillarde. C’était une chance, que ce soit pour la République ou pour Alderaan, que ce fut ce genre de personne. Un conservateur au pouvoir et cela aurait été un désastre. Il se félicita intérieurement en laissant Valiesky continuer.


A côté de lui, Bradean continuait de prendre des notes avec dextérité, l’oreille attentive et l’œil vif. Ce travail était important. Nombre d’informations transparaitraient dans ce texte et celles-ci ne seront exploitable qu’avec le recul nécessaire.

- Ma réponse, Vice-Altesse, sera franche et honnête cette fois-ci. Je n’attends rien d’Alderaan. J’agis pour l’intérêt général. Comme vous l’avez dit vous- même « celles-ci sont inconvenantes pour vous et pour nous », et j’en suis pleinement conscient.

Sion jouait la petite victoire plutôt que la grande défaite. Alderaan ne retournerait certainement pas de suite dans la République. A défaut, une relation amicale était un compromis de poids que la représentante lui avait offert sans même qu’il eut à formuler une quelconque demande. Décidé à ne pas précipiter les choses, il ne demandait effectivement rien à Alderaan... pour le moment. En fait, il aurait sans doute lancé l’idée si Valiesky et lui avaient été seul, ce qui n’était pas le cas. Le retour dans la République se négocierait lorsqu’il serait Chancelier et lorsque la situation politique sur la planète se serait stabilisé. Dans tous les cas, si cette amélioration était finalement scellée par la Vice-Reine et Sion, cela serait un point non négligeable dans sa campagne.

- Comme vous, je pense également au bien-être de la planète que je représente. C’est ce qui a motivé le référendum pour le clonage.

- Oui, coupa respectueusement Kina. Le clonage n’était pas simplement une activité destinée à créer des armées. A l’inverse, cela ne représentait qu’une toute petite partie de ce que nous faisions. Le clonage et les recherches sur la génétique faisaient vivre notre planète... qui dépérit depuis.

- Je fais devant vous cette promesse de campagne, Vice-Reine. Je ferais tout ce que je peux pour que les relations entre Alderaan et la République soient positives et fructueuse, tant politiquement qu’économiquement. C'est pourquoi j'ai décidé, eu égard à votre magnifique planète et à notre situation difficile, que cela soit ma première visite, Vice-Altesse.
_________________________



La douceur triomphe de la dureté, la faiblesse triomphe de la force. Lao-Tseu



Revenir en haut
Anastasia
Indépendants

Hors ligne

Inscrit le: 28 Déc 2016
Messages: 163
Niveau: 0
Rang: Politicienne

MessagePosté le: 15/09/2017 08:27:15    Sujet du message: Importantes retrouvailles Répondre en citant

“Le temps ne cicatrise pas les outrages du temps.” W.Aspenström


La « contre offensive » de la Vice-Reine, si ce terme n'était pas exagéré, avait pour le moins refroidi les échauffements du Sénateur Kumitomo. Bien entendu cette dernière avait aussi altéré la sensibilité des deux compères du républicain, néanmoins, Anastasia ne pouvait se permettre de laisser ce genre d'impudences de coté. Avait-elle bien agi ? Bevnque, conserver un air stoïque avec ce petit sourire carnassier qui lui sied si bien, contemplant la situation sous haute tension.Il avait été amer lors de sa débâcle face à Ridinia et Multo... échec cuisant encore au travers de la bouche, il avait trimé dur pour tenter de sauver sa face. L’humiliation subite était telle que l'histoire s'était acharnée sur lui de sorte à ce qu'il disparaisse des annales de cette dernière. Pourtant, il n'en fut rien. Brisant la destinée qui lui était attitrée, il avait trimé dur pour s'en sortir. Sacrifiant son orgueil et son honneur, il s'était prosterné auprès des puissants. Sacrifié son honnêteté fut un choix difficile mais il n'avait guère eut de choix. Il était indirectement devenu un maitre illusionniste. Toutefois, lui-même le savait, il était à la botte d'autrui. Son libre arbitre il l'avait sacrifié partiellement. Toutefois, bien que devenu pantin, il n'en restait pas moins dénudé de valeurs auquel il ne se déroberait point. Pour le moment, il n'avait pas véritablement transgressé de loi, et n'aurait aucune difficulté à lancer un baroud d'honneur et ceux même si ceci devait lui couter sa place.

C'est lui qui avait fait modifier la place où se tiendrait l'entretien et encore lui qui mettait implicitement une pression sur la déchue. Par son jeu de relation, il avait impunément fait miroiter un lourd protocole à la Vice-Reine. Protocole qu'elle aurait pu aisément laisser tomber en grande partie, toutefois, il eut été probable que les ultra-conservateurs montent aux fronts suivis par les oldcons. Quoique pour ces derniers rien n'était certain loin sans faux. Il tirait tout simplement profit d'une faiblesse de la haute dame. Etait-ce mal ? Selon lui et étonnamment oui. Toutefois, il ne le faisait pas pour lui mais pour la cause qu'il défendait. Sa colère envers la république était telle, qu'il préférait voir Alderaan négocier une entrée dans la CSI plutôt que ce conglomérat d'usurpateur. Non pas qu'il appréciait le régime des dissidents qui, selon lui, avait provoqué tout ce chaos galactique mais, les torts de la république étaient-elles qu'elle ne méritait aucunement d'exister. Fanatique d'histoire, il connaissait presque sur le bout des doigts la chronologie de l'Ancienne République ou du moins ce que l'on pouvait en savoir. Bien qu'il appréciait partager son point de vue et participer à des débats, il était assez rare de le voir déballer sa riche culture que peu pouvaient prétendre avoir. L'humilité était certainement l'une de ses plus grandes qualités. L'homme qui dépassait aujourd’hui la cinquantaine avait lui aussi idolâtrer l'ancienne république. Il l'avait chuté alors qu'en lui subsistait l’annonce d'un jeune adulte encore enfant. C'est cette raison qui l'eut poussé à se lancer politiquement. La barbarie et l’obscurantisme de l'Empire le dégoutèrent profondément. Toutefois la refondation de la nouvelle démocratie galactique fut pour lui le summum d'une profonde déception ; sous le fallacieux titre de République ce régime ressemblait plus à fédération où seules les planètes majeures avaient un poids. Incapable de se coordonner, le sénat s'était différencié entre sénateur et ambassadeur, comble de l'ironie pour un régime prônant l''égalité. Souhaitant uniformiser les diverses peuplades, le nouvel usurpateur en chef avait sauvagement chassé les protecteurs de la paix de son régime en le déclarant soit-disant laïque. Et il ne fallait pas aborder les soucis entre l'armée républicaine et la chancellerie... comble du désespoir.D'autant plus qu'il fallait souligner que la pseudo-République en marche d'oeuvre se montrait bien belliciste envers la CSI. Ainsi pour Sylve, elle était le vecteur d'une instabilité galactique certaine. Et il ne pensait même pas à son envie de tout contrôler et s’immiscer partout... Et ce n'était pas un nouveau chancelier qui changerait la donne et certainement pas ce Kumitomo, qui toujours selon lui, achèverait la marche de la guerre qui semblait se préparer, tant par son manque de diplomatie que son envie de remettre à jour le clonage. Il était certains, il n'allait pas le rater dans un rapport qu'il donnerait à des journalistes.

La Vice-Reine quant à elle pouvait sentir le soutien du regard de Cruco qui approuvait son action orale. Ceci lui redonna quelque peu la pêche, néanmoins, elle gardait comme impression que le sénateur s'était quelque peu moqué du protocole lorsqu'il engagea de nouveau la parole. « Parlons sérieusement ».... il pensait qu'elle n'était pas sérieuse... ou est-ce lui qui n'avait pas pris au sérieux cette réunion... Comment pouvait-on tenir de tel propos ? Alderaan n'était qu'une simple étape pour ce goujat ? Une simple convenue politique comme il en existe tant d'autres ? Cela laissa perplexe la demoiselle et ses deux partenaires alderaani... la suite n'était guère réjouissante, les mots employés par le candidat était fort, trop fort... une obligation ? Depuis quand les amitiés diplomatiques sont obligations ? Sous- entendait-il qu'Alderaan se devait d'être dépendante du régime. La Vice- Majestée ne savait décidément pas sur quel pied danser. Son partenaire pro républicain était tout aussi perplexe qu'elle apparement. Sylve retira son sourire avant que la kaminoan ne reprenne la parole. Cela n'était pas de bon augure. Anastasia se demander si le néocons n'allait pas intervenir et s'il elle devrait l'arrêter. Fortuitement, l'alien parlait avec plus de justesse que le sénateur ou du moins plus clairement.

Si Anastasia éprouva une certaine compassion quant aux dires de cette extraterrestre, celle-ci confirmait la pensée première que la jeune femme eut à l'encontre de la politique kaminoan. Néanmoins son discours était bien plébéien ; certainement faisait-elle cela pour Bevnque, mais il n'y avait que peu de chance pour que cela puisse le faire changer d'avis. A contrario, cela devait plus l'amuser qu'autre chose pour l'heure. Le sénateur reprit la parole. Par grace, et judicieusement, il expliqua enfin ce qu'il entendait par obligation, ce qui fit baisser la tension de plusieurs crans du coté alderaani. De plus, leurs motivations semblaient converger vers un même point. Nonobstant cela, le mot « promesse » fit tiquer la grande dame. Et cette fois-ci, ce n'était pas la faute du sénateur Kumitomo. Ce mot sonnait aux oreilles de la représentante d'Alderaan comme quelque chose n'ayant aucun sens véritable et qui tel le vent était tout simplement indomptable. Les politiciens et les gens, de manière générale, avaient la fâcheuse habitude d'user ce terme pour tout et rien le vidant ainsi de son sens premier. Très rapidement, elle rattacha son attention aux dires du sénateur.

Tout semblait enfin se stabiliser et le beau temps allait enfin peut-être poindre dans cette pièce lorsqu'une fois de plus, le démocrate usita une formule de phrase tranchante à savoir : « ma réponse [...] sera franche et honnête... cette fois-ci ». Comment pouvez t'on dire cela dans un tel moment ? Si la Vice-Reine aurait volontiers concédé le fait que la politique est un jeu de dupe, cette phrase semblait montrait que tous ces précédents dires n'étaient que simples balivernes. Fût-il le cas ? La politique c'était aussi l'art de l'éloquence. Kumitomo faisait-il exprès d'utiliser ces termes pour jeter le trouble ? Avait-il un intérêt à faire cela ? Avait-il cerné Bevnque ? Etait-ce une vantardise pour faire réagir ce dernier ? Ou ne s'était-il pas assez préparé à cette rencontre ? Tant de questions auxquelles la demoiselle ne pouvait répondre que son esprit en bouillonnait. Elle n'arrivait à cerner le personnage et à savoir s'il était guignol ou politicien manoeuvrant avec ruse.

Si cette réunion, ne s'était déroulé qu'entre le sénateur et la Vice-Reine, « l’honnêteté » aurait pus être de mise mais cette rencontre avait était organisé de sorte à ce que le pluralisme politique alderaani soit représenté. Cet entretien banal n’allait pas être un gage de soutien pour le sénateur... Et ce n'était pas de bon présage pour la suite des évènements. Si ce candidat était incapable de changer son registre de langage en fonction de situation, il serait bien incapable de pouvoir réunir un sénat divisé en diverses mouvances politiques... Anastasia savait que les paroles de chacun pouvaient posséder un sens explicite ou implicite et que chaque phrase était sujette à diverses interprétations. C'est ainsi que le choix de chaque mot était pesé avant d'être écrit sur une modeste feuille informatique ou papier. L'esprit de la demoiselle tentait de chercher ce que le sénateur pouvait avoir voulu signifier par cette phrase d'apparence outrageuse, refusant de croire le sens premier de la chose. Sylve s’arrêterait à l'apparat tandis que la Vice- Altesse se prenait au jeu Sisyphe. Cruco quant à lui impassible ne savait pas vraiment quoi penser de la situation. Sion Kumitomo avait brisé les vœux d'amitié entre Alderaan et la République avant même qu'ils ne naissent. Sur cette maigre piste, la Vice-Reine s’élançait à corps perdu non pas sans porter encore attention à ce que disait ses interlocuteurs. Néanmoins sa frénésie commençait à provoquer le mouvement incontrôlable de sa jambe gauche. Elle décida de lever sa plante de pied afin d'éviter que le beau monde autour de la table n'entendent claquer ses talons sur le sol.

Les propos de la kaminoan arrivèrent à point de nommer pour la Vice-Reine. Bien qu'ils n'eurent été fondamentalement rassurants et connotaient bien ce que de prime abord les alderaani avaient pensé sur la fabrication d'une nouvelle armée clone. Toutefois, le souhait de ne pas impliquer les alderaani dans un tel projet était plutôt positif. Après tout, il eut été possible que le plausible chancelier devant eux souhaite esquiver le sénat et trouver en une terre neutre une opportunité. La Vice-Reine se demandait malgré tout, si au lieu de se focaliser uniquement sur le clonage et la génétique, les kaminoans ne gagneraient pas à tenter de diversifier leurs domaines scientifiques. Cependant, ce n'était pas là l'affaire de la Vice-Reine. Encore, le sénateur prit parole.

Beaucoup de paroles pour peu de choses concrètes. Si Kumitomo et Valiesky étaient devant les caméras comme cela était effectivement prévu, ils étaient là pour parler de choses concrètes à l'abri des regards justement. Et pour le moment, la discussion retournait au parfait point de départ. Soit, le cabinet enverra la première demande si c'est ce qu'attendait Sion. D'un regard bienveillant elle donna le signal à son édile tandis que les traits de son visage se détendaient petit à petit. Jusqu'ici l'édile diplomatique avait pour le moins été discret et n'avait pas vraiment prit parti. Discrétion qui lui avait par ailleurs certainement couté son élection. Homme d'action, il ne s'était pas laissé influence par de volatiles pensées et était resté à l'écoute des républicains. D'une voix calme et posée il commença :


- Monsieur le sénateur Kumitomo, comme vous le savez, Alderaan et les mondes de la République souhaitent aujourd'hui plus que de simples promesses bien vides de contenues. Nous avons besoin de choses concrètes. Alderaan est reconnaissante du soutien du sénat lors de la crise de Kessel. La République n'eut de cesse de gagner en popularité et depuis ces tragiques évènements nous sommes confiants quant à la continuité de la croissance de la courbe de popularité républicaine. Toutefois, je pense que vous conviendrez du fait qu'il nous faille des éléments plutôt solides à apporter à nos peuples respectifs.

Instinctivement, elle comprit ce que son partenaire était en train de faire. Temporiser la situation. Mieux valait éviter de ce braquer et faire de ce rendez- vous au combien important un frugale festin pour les vautours. D'autant plus qu'arrêter l'entretien ici serait envoyer Bevque au sommet de la jouissance des plaisir et ceci, il en était hors de questions. Avec une ardeur nouvelle, elle prit parole d'un ton harmonieux:

- Ce que nous Vice Reine et Alderaan attendons, ce sont des gages de bonnes fois. Entendez là, bien évidemment, qu'Alderaan ne restera pas insensible à ces derniers et que notre monde réagira en conséquence des actions de la République. Cependant, nous apprécierions volontiers un effort sur les mots choisis de la part des républicains.

Une critique à double sens, visant aussi bien les propos tenus par la République à l'égard d'Alderaan que les dires du sénateur Kumitomo, les républicains avaient, semblait-il, la fâcheuse habitude de prendre ce qui était petit pour insignifiant ce qui n'était pas forcément très judicieux dans de nombreux cas. La Vice-Reine fixa tour à tour son édile puis l'héraut avant de reprendre d'une voix douce en regardant tour à tour ses invités :

- En ce jour, nous souhaitons donc savoir quels contenus cachent vos promesses visant à améliorer les relations entre nos deux peuples si nous puissions le dire ainsi.

La Vice-Reine n'avait pas l'audace de proposer quelque chose au républicain, puisqu'elle avait parfaitement conscience qu'Alderaan était plus fautive envers la République que la République envers Alderaan. De fait est, elle souhaitait entendre ce que ce Kumitomo souhaitait. Toutefois, elle espérait que cette fois-ci, aucune erreur d'appréciation ne viendrait rendre son discours en provocation. Chaque mot en politique compte. Même le plus insignifiant d'entre eux pouvait prendre des proportions inimaginables. Ils sont ceux qui figent le temps, qui l'inscrivent dans l'histoire... La prochaine erreur serait fatale. Les négociations seraient terminées. Elle avait déjà averti son interlocuteur et espérait, en renforçant le sérieux de la discussion amener celui-ci à parler de manière correcte. Sa jambe quant à elle, s’arrêta de trembler... Il était temps de voir si le semblant de supériorité qu'elle avait daigné laisser au sénateur allait être salvateur ou tueur...
_________________________



La douceur triomphe de la dureté, la faiblesse triomphe de la force. Lao-Tseu



Revenir en haut
Anastasia
Indépendants

Hors ligne

Inscrit le: 28 Déc 2016
Messages: 163
Niveau: 0
Rang: Politicienne

MessagePosté le: 15/09/2017 08:33:03    Sujet du message: Importantes retrouvailles Répondre en citant



« De simples promesses vides de contenue » ; « des gages de bonne foi » ; « nous apprécierions volontiers un effort sur les mots choisis de la part des républicains » ou encore « quels contenus cachent vos promesses »... Tant de détails qui montraient clairement que, malgré ce que les apparences laissaient entrevoir, Valiesky n’avait certainement pas le contrôle qu’elle prétendait avoir. Elle passait à côté de la réalité que le candidat tentait, tout en douceur et sous-entendus, de lui faire comprendre dans le principal but de ne pas alarmer ce fameux conservateur, cette belle épine. Rien que sa présence évoquait la puissance de la faction qui souhaitait la neutralité alderaani.

Puisque la méthode utilisée jusqu’ici n’avait porté aucun fruit, au contraire même, Sion décidait d’expliquer explicitement ce qu’impliquait leur rencontre. Après une profonde respiration, un coup d’œil rassurant vers Kina et une gorgée d’eau, Sion se prépara à parler plusieurs minutes pour mettre les dirigeants face au fait accompli. À mettre la Vice-Reine face au choix, qu’il soit immédiat ou futur, qu’elle aurait inévitablement à faire : affirmer ses convictions ou se laisser marcher sur les pieds par l’opposition sur sa planète. L’échec même de cette rencontre, s’il serait malencontreux pour la République, signifierait implicitement que Valiesky n’était pas capable d’assumer sa fonction et c’était avec certitude que Benvque, à en juger par sa mine satisfaite, se chargerait de confirmer ça.

« Je viens devant vous en tant que candidat à la Chancellerie. Je ne suis pas ici en tant que Sénateur ce qui me permet d’entrevoir des projets futurs pour la République entière. Je ne suis également pas ici en tant que Chancelier. Je ne peux m’engager autrement que par les projets et propositions qui nous permettrons de collaborer. Sachez que ces visions sont dans notre intérêt commun. Y défaillir ne serait pour Alderaan, pour la République ou pour moi que le début de fâcheuses conséquences. Et je ne suis pas là pour ça !

Des promesses bien vides de contenues, vous dites... Ma venue sur votre planète n’est pas une initiative vide de contenue. Ce n’est pas anodin d’envisager des projets futurs ; économiques, politiques et diplomatiques ; alors que nous traversons un no man’s land diplomatique. Après votre sécession, après votre indépendance, après votre demande d’aide alors que vous étiez si désespérés, après une ignorance mutuelle, après toutes les erreurs que vous avez commises, nous, républicains, faisons le premier pas pour le bien de nos mondes ce que les conservateurs
– Sion adressa un signe ferme et entendu en direction de Benvque – n’ont pas fait et ne veulent pas faire. Je sais que la neutralité ne vous plait pas, Vice-Reine. – Le Sénateur dirigea sa main vers le mur derrière, désignant à travers celui-ci, le monde extérieur. – Alderaan est une magnifique planète. Elle respire la vie, elle respire le dynamisme, elle respire la beauté... « Le joyau des mondes du noyau », la galaxie se plait à vous appeler. Regardez son état. Votre population ne s’y plait plus, Vice-Reine et vous le savez ! Nourriture, eau, importations de produits manufacturés, taxations supplémentaires, limitation des routes commerciales... et j’en passe. Je m’adresse à vous, M. Benvque. Qu’y gagnez-vous ? Qu’attendez-vous de la neutralité alors même que votre situation ternit jour après jour l’éclat de la perle alderaani ?

Les mots ont été choisis soigneusement, Vice-Reine. Kina vous a évoqué la situation kaminoanne d’il y a quelques années pour ne tombiez pas dans la même spirale. Pour que vous sachiez vers quelles eaux vous naviguez. Je sais que vous voulez la même chose que moi, Vice-Altesse. Je sais que vous n’êtes pas conservatrice. Je sais que vous êtes la personne la plus plus à même de prendre les décisions qui s’imposent.
– Il fixa longuement le magnifique regard de Valiesky. – Je la sens... cette lueur qui brille dans votre regard. – Un ange passe, pendant quelques dizaines de secondes.
Alderaan. Ce fut autrefois un monde fondateur de la République, d’une ancienne République que vous regrettez maintenant, M. Benvque. Et je la regrette aussi. Auparavant, la politique se résumait à la défense de l’intérêt général, à la défense des populations. Si nous parvenons à mettre de côté nos différends, ce qui nous oppose, pour nous concentrer sur ce qui nous rassemble, vous redonnez une chance à cette République d’exister et de jouer le rôle qui sera le vôtre !

La République fédérale aussi a eu des tords. Nous le savons et je suis prêt à l’annoncer publiquement une fois Chancelier si vous admettez les vôtres également. C’est pour cela qu’aujourd’hui, j’envisage un futur commun. Les Alderaanis pourront reprendre la place qui fut la leur. Alderaan est la pièce manquante de la République dont vous rêvez.
Concrètement, nous renégocierons les taxations qui vous accablent afin de libérer des fonds supplémentaires ce qui constituera un capital supplémentaire non négligeable pour vos importations et qui permettront également aux entreprises planétaires de dégager du capital supplémentaires liés aux exportations afin de réinvestir celui-ci dans votre économie. Lesdites exportations seront facilitées par l’accès plein et complet au marché républicain ainsi qu’aux appels d’offres.

Nous renégocierons les visas républicains qui pourront être accordés à la population alderaani : les flux de touristes et travailleurs renaitront. De plus, vous bénéficierez de nouveau de la protection militaire républicaine. Tout ceci n’est qu’une partie de ce que nous pourrons envisager ensemble. À terme, si vous le souhaitez, nous pourrons renégocier l’entrée d’Alderaan au sein de la République.

Tout cela ne pourra voir le jour que si je deviens Chancelier. De nombreux politiciens républicains ne seraient pas si compréhensifs envers votre planète et un nombre très limité d’entre eux, voire aucun, n’aurait été capable d’effectuer le premier pas que j’ai passé aujourd’hui. C’est d’un soutien mutuel dont nous avons besoin. »

Il conclu ainsi son monologue qu’il avait exposé d’un ton calme et ferme, avec toute la prise en main qu’il pouvait avoir, les yeux toujours fixés sur le visage de la Vice-Reine.
_________________________



La douceur triomphe de la dureté, la faiblesse triomphe de la force. Lao-Tseu



Revenir en haut
Anastasia
Indépendants

Hors ligne

Inscrit le: 28 Déc 2016
Messages: 163
Niveau: 0
Rang: Politicienne

MessagePosté le: 15/09/2017 08:33:39    Sujet du message: Importantes retrouvailles Répondre en citant

“Ce qui arrive en fin de compte, ce n'est pas l'inévitable mais l'imprévisible.”John Maynard Keynes


La tension ambiante dans la salle avait certainement atteint le maximum qui lui était possible d'atteindre. Si jamais un nouveau dérapage avait lieu, s'en serait fini pour la Vice-Reine et le sénateur. D'une pierre deux coups cela arrangerait bien le l'ultraconservateur. La diplomatie semblait être pied au dos mur, dans une impasse où aucune échappatoire ne viendrait la sauver. La Vice-Reine était pessimiste quant à la résolution de cet événement qui, selon elle, allait être un fiasco des plus total. Elle n'avait absolument pas le contrôle du cours de la discussion et la pression se faisait pesante. Si l'intervention de Cruco avait permis de sauver l'entretien d'une funeste destinée, elle n'était pas certaine de vouloir continuer ces échanges stériles.
Après tout, était-elle vraiment faite pour cette tâche ? Elle avait toujours eu le plus grand mal à contenir ses émotions, qui se l'avouait-elle, étaient telles les flots des rivières alderaanis lors des forts orages... un vrai ruissellement en somme. Instinctivement, elle le savait, elle n'avait certainement pas compris la pensée du dialogue de son interlocuteur néanmoins, elle tentait comme elle pouvait de se raccrocher aux sens des mots prononcés. Le prix de ce maigre rattrapage était une vision biaisée du discours du sénateur. Elle craignait, lors de sa prochaine ouverture de suçoir, de céder à la panique. N'était-il pas juste de s'exclamer de son illégitimité à la fonction ? Des élections aussi décousues lui avaient porté un coup au moral certain et des journalistes n'arrêtaient pas calomnier sur ce sujet pour le moins dérangent et ceux même si elle y avait répondu lors de sa première conférence de presse. Allait-elle rester toute sa vie cantonnée à son titre de déchue ? Ces improductives pensées l’empêchaient de prendre totalement pied dans la discussion et désormais, elle n'écoutait que monsieur Kumitomo d'une oreille.

Ainsi, les informations que débitait le démocrate n'avaient guère d'effet sur la noble destituée qui se trouvait en tout lieu sauf ici. Toutefois, si les cartes semblaient toutes avoir été abattues et le destin plié, il n'en fut rien. Le terme « votre »que martelait le sénateur de Kamino comme le ferait un forgeron avec du duracier encore chaud lui rappela qu'elle n'était pas là pour se laisser guider par ses moeurs mais pour représenter et la constitution alderaani et Alderaan. Tentant peu à peu de se raccrocher aux paroles de ses interlocuteurs, la Vice- Reine retrouva une assurance nécessaire pour maintenir un minimum un équilibre bien précaire. Chaque mot prononcé par le républicain lui apporter une bouchée d'air fraiche la rappelant ainsi dans la salle où elle aurait dû se trouver depuis le départ. Si les propos du sénateur Kumitomo étaient durs et quelque peu exagérés -et malgré leurs apparats vexants- il y avait un fond de vérité générale non négligeable. La planète qu'elle représentait sombrait peu à peu. Les réformes non abouties de son ancienne mentor, les échecs diplomatiques, l'inertie de la société.... étaient tous des signes avant-coureur d'une crise qui pourrait à l'avenir sérieusement handicaper le monde du noyau. Elle était songeuse quant aux manières dont elle pourrait sauver Alderaan de son manque de mouvance et savait d'ors et déjà, qu'elle allait devoir batailler dans une émulation acharnée. Toutefois, elle décida de chasser ses pensées pour se concentrer de nouveau sur ce que narrait le sénateur qui s'adressait désormais implicitement à Sylve Bevnque.

Anastasia tenait son rang et garder sa droiture sur son siège scabreux. Pour la première fois depuis le départ de cette conversation, elle discernait enfin un sens au propos du républicain. Bien que ses paroles semblassent quelques fois un peu vaseuses, la lumière semblait poindre dans l'esprit de la Vice-Reine et, ce qui n'était que lisière de ronces jusqu’ici devenait rapidement une radieuse lisière laissant entrevoir un champ des possibles conséquents. L'entreprise d'un retour d'Alderaan dans la République sans sanctions apparentes était une proposition des plus aguicheuses. Sur les quatre mondes fondateurs de la République, aujourd'hui il n'en restait plus que deux : Chandrila et Coruscant. Le symbole de liberté que fut Corellia et le symbole de paix que fut Alderaan ont disparu. La République Fédérale était bancale du fait qu'elle n'avait que trop peu -voire pas du tout- de valeurs fortes auxquelles se rattacher et de symbole à sa disposition pour rayonner comme elle le devrait le faire. Aujourd'hui, la Confédération des Systèmes Indépendants était pratiquement vu comme le régime salvateur des Sith. D'autant plus que l'affaire de la générale Yvanol jetait un trouble et l’absence de réponse républicaine véritable était pour le moins un signe que la République pouvait potentiellement flancher. D'autant plus que l'abandon de la chancelière par intérim n'était pas vraiment de bon augure. Si la déchue possédait un penchant utopiste, elle savait pertinemment que la République n'était pas non plus au mieux de sa forme. Quoiqu'il en était Sylve avait gardé son air neutre tout le long tandis que Cruco semblait quant à lui plus détendu et un léger sourire semblait s'afficher discrètement sur son faciès, il prit de nouveau la parole :

- Monsieur Kumitomo, sachez que nous sommes avant tout reconnaissants de l’intérêt que vous portez à notre monde. La République a fait preuve d'un courage exemplaire lors de l'affaire Kessel et cette gageure fut reconnue par Alderaan. Comprenez bien qu'en ce jour, Alderaan retourne cette gageure, qui bien que moindre reconnaissons-le, il tourna son regard vers la Vice-Reine qui acquiesça avec un léger hochement de tête, en vous invitant aujourd'hui à cette table. Cela peut vous sembler ridicule, toutefois, aujourd'hui les instances dirigeantes ne sont pas en faveur d'un rapprochement avec la République et cette rencontre ne fut pas des plus aisées à organiser, croyez- moi. Il jeta un rapide regard sur l'ultraconservateur. D'autant plus que cette rencontre sera, comme vous le savez, très médiatisée. Ce que souhaite aujourd'hui Alderaan c'est retrouver une voix et une stabilité certaine. Et nous entendons que le meilleur moyen de récupérer ce que nous cherchons et un retour au sein de la République Fédérale.

De Valiesky fit signe à l'édile de s'arrêter et prit parole :


- Vos dires nous touchent sincèrement sénateur. Néanmoins, ne craignez-vous pas qu'un retour d'Alderaan sans sanctions et contraintes ne provoque un haro général de la part de nombreux sénateurs ? Il nous semble à nous, Vice-Reine, que ce que vous préparez est une injustice. Il ne sous sera que peu utile de faire un retour sans recevoir de flagellations et cela nuirait à Alderaan plus qu'autre chose. Nous avons parfaitement conscience de vos intentions les plus louables et nous sommes très honorés, cependant, et sans nous harasser de fortes pénalisations, des mesures symboliques nous sommes un minimum nécessaire pour mettre en valeur la bonne foi alderaani. Cela serait un juste retour de bons procédés. N'allez pas croire qu'en nous tendant la main, nous allons vous manger le bras mon brave. Cela pourrait presque être offensant si vous étiez arrivés avec cette idée en tête.


Pour la première fois de depuis la rencontre un fin mais non moins réel sourire illumina le visage de la demoiselle, offrant ainsi à son faciès un aspect plus naturel. Si elle s'était effectivement permise un écart au protocole en utilisant une expression familière qu'elle n'avait décemment pas pris le soin de maquiller, elle reprenait enfin le contrôle d'elle-même. Elle savait que si Alderaan retournait dans la République sans laisser une dot, elle n'aurait que trop peu d'influence pour voir sa voix porter. Ainsi, les sanctions donneraient un peu plus de légitimé au retour alderaani républicain. Sur ceci, elle poursuivit :

- Voyez-vous, nous allons nous autoriser un court aparté. Il est assez ironique de voir qu'Alderaan et la République souffrent d'un souci commun : toutes les deux stagnent. Sans vouloir paraître outrecuidantes, nous pensons qu'il s'agit là d'une synchronicité. Bien que vous puissez penser que nous nous accrochons à de vielles sottises et une présomption passée, notre monde reste l’âme républicaine et lorsque celle-ci est blessée, le corps qu'est la république Fédérale l'est aussi. Cela doit certainement sonner comme une bien fade baliverne à vos oreilles et ce n'est là que notre point de vue personnel mais il nous paraissait intéressant de le partager.

Anastasia venait de s'ouvrir quelque peu à ses interlocuteurs laissant passer l'une de ses pensées fétiches. Peut-être les républicains l'avaient-ils trouvé ridicule, toutefois le sentiment de rejet de cette idée avait été battue par le souhait de partage d'une fantaisie bien singulière. Elle reprit avec douceur :


- Si notre soutien pourra vous paraître être une récompense bien maigre, nous tenterons de convaincre Alderaan de vous suivre. Ce soutènement ne vous garantira pas une victoire mais elle pourra, nous le pensons, renforcer le sérieux de votre candidature sénateur Kumitomo. De plus, nous souhaitons dès maintenant, si vous l'acceptez, apporter une preuve d'un engagement de dialogue entre vous et Alderaan.

Elle termina sur ce point et laissa de nouveau la parole à son édile qui gardait un air confiant et reprit la parole, satisfait par les dires de la Vice-Reine :

- Si vous le souhaitez sénateur, nous avons présélectionné une liste de candidats pouvant potentiellement intégrer votre équipe de campagne. Celui-ci en plus de vous aider dans diverses tâches, plausiblement représentait Alderaan et ainsi facilité les échanges entre nos deux partis. Bien entendu, vous être libre d'évoquer un refus. Il ne s'agit là que d'une de nos idées pour offrir à la galaxie une image d'une amitié renaissante. Cependant, je me demandais si vous n'aviez pas des hypothèses à émettre qui iraient dans ce sens là. Un acte véridique serait beaucoup plus chargé en symbolique qu'une simple poignée de main et un discours.

Bien entendu, pour la Vice-Reine, serrer la main de Kumitomo aurait été un symbole, toutefois, face à l'anxiété galactique, il fallait plus qu'un simple
contact physique pour rassurer des populations. Ce que voulait les pro républicains, c'était un signe fort qui ferait balancer une fois pour toute la balance du bon coté.

_________________________



La douceur triomphe de la dureté, la faiblesse triomphe de la force. Lao-Tseu



Revenir en haut
Sion Kumitomo
République Fédérale

Hors ligne

Inscrit le: 30 Juin 2015
Messages: 478
Niveau: 0
Rang: Sénateur de Kamino

MessagePosté le: 19/09/2017 20:00:54    Sujet du message: Importantes retrouvailles Répondre en citant

Enfin, le cul-de-sac qui se dessinait jusque là à l’horizon semblait se muer au fur et à mesure en un carrefour au centre de tant de possibilités futures. Sans réfléchir plus de quelques secondes, il saisit cette chance qui se profilait en plein vol pour rebondir sur les paroles tantôt de Cruco tantôt de la Vice-Reine. Plus il écoutait avec attention les paroles prononcées, plus ce chemin s'annonçait radieux. Et il le pensait sincèrement.

Sion entreprit alors :


« Nous sommes tous liés. Les instances dirigeantes, et la Vice-Reine, feront le meilleur choix pour Alderaan, celui de l’altruisme.
Il est vrai que la République vacille sous les menaces provenant de la Confédération. Ce ne sont plus des systèmes indépendants, ils sont maintenant rassemblés et gouvernés par l’argent et le pouvoir sans aucune autre reconnaissance humaine. Elle fait planer l’ombre noire d’une guerre totale qui signerait l’annihilation de nombreuses vies civiles et militaires pour appuyer sa demande illégitime. Mais la République n’est pas faible pour autant et Monsieur Cruco a parfaitement raison : nous vous donnerons les moyens de retrouver l’éclat que vous aviez dans votre passé.

Voyez-vous, avec les circonstances actuelles, il est très peu probable que quiconque présent au Sénat puisse refuser l’arrivée d’une planète chère à la République, quels qu’en soit les termes. Le poids politique d’un Chancelier n’est pas à sous-estimer et je suis décidé à vous redonner votre chance. Pour apaiser les tensions possibles et donner la meilleure impression possible à la suite de notre rencontre, j’envisageais que nous puissions annoncer notre décision ensemble, vous et moi devant les caméras, Vice-Reine. En effet, je pensais à ce qu’Alderaan offre au peuple républicain des excuses, une sorte de mea-culpa public.
Je sais très bien que vous ne pourriez supporter une taxe « punitive » temporaire et ça n’arrangerait pas la situation. Je sais également qu’une limitation militaire ne vous ferait aucun bien et n’apaiserait certainement pas les ressentis des deux côtés. La clef, c’est l’honnêteté, l’accessibilité et la franchise dont nous pourrons faire preuve. Reconnaissez les faits antérieurs, assumez vos choix et vos erreurs passées et montrez à la population et aux dirigeants que tout ceci est bel et bien enterré et terminé, Vice-Altesse. Aucune relation dominant-dominé mais des mondes égaux.

Je suis tout à fait d’accord avec vous et cette phrase mérite reconnaissance : « notre monde reste l’âme républicaine et lorsque celle-ci est blessée, le corps qu’est la République Fédérale l’est aussi. » C’est pourquoi votre soutien m’est plus que précieux et votre choix m’honore profondément, Vice-Reine. - Sion aperçut la liste qui s’affichait maintenant sur le datapad au centre de la pièce. Celle-ci contenait des noms bien évidemment inconnus aux yeux du candidat. – Ce sera avec plaisir que Kina et Bradean choisiront une personne pour rejoindre mon équipe de campagne et travailler à la défense de notre vision avec nous ! 
» 
Revenir en haut
Anastasia
Indépendants

Hors ligne

Inscrit le: 28 Déc 2016
Messages: 163
Niveau: 0
Rang: Politicienne

MessagePosté le: 24/09/2017 13:25:45    Sujet du message: Importantes retrouvailles Répondre en citant

Si le coche de départ avait été raté certes, toutefois, l'intense brume semblait enfin finir de se dissiper pour laisser place à un soleil radieux ouvrant un large choix de possibilités. La tension électrique dans l'air était retombée jusqu'au point de totalement disparaître. Il semblait difficile désormais que les choses puissent revenir dans le sens contraire et il valait mieux éviter cela. La petite délégation alderaani était passée à deux doigts d'un grave fiasco diplomatique qui aurait put mettre un terme à la carrière de la Vice-Altesse et ainsi permettre au conseil dirigeant d'asséner le coup final à la fonction du vice-roi pour restreindre ses pouvoirs.

Les propos du sénateur Kumitomo était juste, la Confédération des Systèmes Indépendants n'avait plus rien d'une confédération... à part un nom usurpé. D'autant plus qu'Alderaan comme de nombreux mondes du noyau restaient très méfiants vis-à-vis des armées de droids et du pouvoir très centralisé de ce régime rappelant au combien celui de la République chétive. A croire que les clivages étaient en train de disparaître... Néanmoins, Anastasia révéla un tort de la part du candidat à la chancellerie. Une guerre ne peut se faire que s'il y a au minimum deux belligérants. Or il était grossier de croire que la CSI n'était que le seul spectre faisant miroiter la guerre. La République était autant responsable que sa rivale de la grave période de tensions actuelles. Certainement était-ce là un moyen de se retirer un poids de la conscience. Néanmoins, lorsque Alderaan rentrera de nouveau dans la République, la Vice-reine escomptait bien jouer le rôle de l'opposition pacifiste.

Une nouvelle fois, la Vice-Reine ne pouvait acquiescer les propos du sénateur par rapport au poids du chancelier et du retour d'Alderaan. Il était peu probable que la République se paye le luxe de refuser le retour d'un monde en son sein d'une part et d'autre il lui valait mieux montrer un semblant d'unité face aux menaces extérieures. La CSI ne laissait en effet que peu -pas ?- de trace de discorde interne ce qu'il amplifiait son aura d'influence.

Par la suite, les paroles du sénateur sonnèrent tels d'harmonieux carillons aux oreilles des prorépublicains qui voyaient là un acte fort du sénateur à propos des taxes et il était évident et de rigueur qu'Alderaan devait s'excuser de son comportement. Anastasia avait d'hors et déjà lancé ce processus de mea culpa et rendu, à petit feux, des excuses à venir plus digestes pour la majorité de la population alderaani... ou du moins elle l'espérait.


- Nous n'avons aucunement de nouveaux propos à amener autours de la tablée. Votre proposition concorde avec nos désirs et nous pensons que nous avons là une suffisance d'élément assez importante pour conclure un premier accord quand à la conférence de presse qui se déroulera lorsque nous en aurons finie. Le mea culpa sera fait avec la dignité qui vous ait dût.

Monsieur Multo pouvez prévenir les journalistes que nous nous apprêtons à faire une sortie.


- Bien entendu madame.



L'entrevue ne fut pas bien longue certes certes, toutefois, cela montrait bien que les partis s'étaient mis assez rapidement d'accord. La conférence serait certainement légère au goût de certain puisque rien de concret n'avait vraiment était établie et au final seul la volonté de tout un chacun ferait office de gageure ce qui laissait une certaine marge d'instabilité. Toutefois, c'était déjà un grand bien qu'elle obtenait là vue la situation dans laquelle elle se trouvait. Quelques dizaines de minutes s'écoulèrent où les deux équipes griffonnèrent frénétiquement des notes sur leurs datapads.

Le groupe quitta promptement la pièce, accompagné des équipes de sécurité avant de se diriger sur la place des navettes réservées aux dirigeants du pays. Là, une foule de personnes, dont de nombreux vautours, était présente. L'installation du promontoire avait été fait de sorte que les protagonistes aient le regard porté sur Alderaan tandis que les journalistes et autres intrigants auraient les yeux rivés sur l'infinité de l'espace. Une fois chacun à son poste et le silence obtenu, demoiselle de Valiesky prit la parole :


- Aujourd'hui est un grand jour pour la planète souveraine qu'est Alderaan. Depuis déjà quelque années nous avons décidé de faire cavalier seul face à la galaxie pour certaines raisons. Si, le processus de sortie de la République était légal et démocratique, le trop plein de verves de certains de nos concitoyens ont rendu ce dit processus extrêmement lourd et étouffant. Notre conduite malencontreuse dirigée par un trop plein d'orgueil nous a obligée à suivre une ligne isolationniste. Pourtant lorsque nous étions en difficulté et seul, la République Fédérale n'a nullement hésité à se porter à notre secours sans recherche d'une quelconque rentabilité d'une part et d'autre part sans gageure d'être cordialement accueillie. Cet acte innocent montre bien à quel point, nous, Alderaan, avions tort. Aujourd'hui, il est venue temps de mettre un terme définitivement à une querelle qui n'a aucun sens et à arrêter de chercher de chimériques coupables. Nous le savons pertinemment, vous ici, les alderaani, les républicains ; Alderaan est intrinsèquement liée à la République de part les valeurs et les ambitions que ces deux entités partagent. C'est pour cela qu'en cette journée, nous annonçons officiellement le dégel des relations entre ces deux partis qu'est venue nous proposer le sénateur de Kamino, Sion Kumitomo, candidat à la chancellerie. Renouveler des liens d'amitié qui semblaient à jamais perdus et qui pouvaient, pour certains, paraître insignifiant était le pari osé de cet homme qui a décidé de faire d'Alderaan sa première visite officielle. Avec son équipe, ils ont débarqué avec les intentions les plus louables qu'ils soient et ils nous ont convaincu, Crucu Multo, Sylve Bevnque et nous Vice-Reine de la gageure de leur bonne foi. Nous ne pouvons qu'accepter la chaleureuse main qu'ils nous proposent et ainsi poursuivre notre chemin sur la route des négociations en toute pérennité et nous ne pouvons que les en remercier.

Un grand merci à vous sénateur.


La Vice-Reine fit une légère révérence à sieur Kumitomo avant de le laisser prendre la parole. Si il l'avait convaincu elle, il lui fallait désormais convaincre Alderaan par le biais de ce simplet échange qu'était la conférence. Elle lui avait déblayé le terrain qui désormais ne demander qu'à recevoir les douces graines qui symbolisait la renaissance d'une amitié autrefois disparue.
_________________________



La douceur triomphe de la dureté, la faiblesse triomphe de la force. Lao-Tseu



Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: 25/09/2017 01:59:06    Sujet du message: Importantes retrouvailles

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Star Wars RPG Index du Forum -> Galaxie principale -> Alderaan -> Aldera -> Astroport commercial Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Legende

Nouveaux messages Nouveaux messages
Pas de nouveaux messages Pas de nouveaux messages
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets. Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.

Partenaires

Annuaires et top sites


Index | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB Fr © 2001 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com - Thème : Lyzs
Reproduction INTERDITE