Se connecter pour vérifier ses messages privés 
 FAQ
   Rechercher   Membres   Profil         Connexion 
 
Une hospitalisation forcée !

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Star Wars RPG Index du Forum -> Galaxie principale -> Géonosis -> Hopital Zarn
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Hakad
Nouveau

Hors ligne

Inscrit le: 12 Juil 2016
Messages: 43
Niveau: 0
Rang: Recrue

MessagePosté le: 08/08/2017 12:21:24    Sujet du message: Une hospitalisation forcée ! Répondre en citant

Deux vertèbres cassées, trois côtes fêlés, je pense pas vraiment que j'aurai pu faire pire constat sur le moment. Osik, ça fait combien de temps que je suis dans le coltard, deux mois tout au plus ? À vrai dire je ne sais pas, j’ai pas vu le temps défiler et il a dû se passer énormément de choses pendant ma convalescence. Oh ma tête… Quand je la bouge celle-ci me fait encore mal, une légère douleur me traverse encore l’arrière du cou lorsque je me tourne - C'est que du superficiel, rien d’insupportable. Veriduur, dites-moi que je suis sur Mand’yaim haar’chak. Mais c’est tout le contraire, il y a des maudites lumières blanches accrochées au plafond qui m’explosent les rétines - Quel est le di’kut d’architecte qui a mis ça là ?! Ils veulent achever leur patients au réveil ces tarés, j’ai déjà assez de problèmes comme ça. Tient en parlant de ça des souvenirs de la CSI et de la formation me remontent à la tête comme un flash, les tests de sélection que j'ai foiré, j'avais complètement zappé tout ça. C’est un défi pour moi et je compte pas l’abandonner maintenant, il faut que je sors de ce lit et que j’y reparte. Après ces mois passés en rééducation, je me sens enfin de nouveau opérationnel.

Quelque chose attire mon attention, j’entends des bruits de pas qui se rapprochent. J’’arrive à apercevoir deux ombres qui se rapprochent dans le couloir adjacent de ma chambre. Oh.. Oh.. Par Kad’harangir, ils sont au niveau de la porte désormais. c’est les tas de ferailles qui se ramènent, ceux qui te taxent trois fois le prix de leurs prestations après juste avoir recouru à de la bobologie et recousu deux trois plaies. Attends, je crois qu'il y en a un qui veut me parler.

“ - Monsieur Ordo ? Je suis l’assistant FX-2089 , Vous vous êtes enfin réveillé.”

Je lui ris clairement au nez, nan mais je rêve “Monsieur Ordo.” Alors ça c’est la meilleure, on me l’avait jamais encore fait. Je vous jure ces beskar’ade, il a court-circuité son module de politesse ?

“ - Après une collectes des données du personnel médical, nous avons estimés que vous étiez apte à reprendre du service.”

Bah c’est pas trop tôt et c’est par où la sortie ? Parce que c’est pas que j’ai une de ces envies de me barrer sacrément urgente tu ne l’imagines même pas.

“- Donc nous avons estimés que vous pourrez ressortir dans quelques jours de l’hôpital. Cela vous paraît-il bien ?”

Me’ven ?! Mais je vais vite t'apprendre la réalité des choses petite. Je vais pas te laisser rêver d’une tel occasion de me pomper une deuxième fois mon fric par-dessus, j’ai pas des actions chez le Clan Bancaire Intergalactique moi. Pour le moment, je préfère la laisser parler et trouver un moyen de me.. Oh non, voilà que je jette mon coup d'oeil habituel à l'endroit où devrait être ma beskar'gam qui a disparu. Haar’chak, mais où a-t'elle pu bien passé?! Et ça fait que maintenant que je m'en rends compte. Foutue hospitalisation, c’est clairement pas le moment de surenchérir. Je crois que je vais devenir presque fou, déjà que ça me rend malade de la retirer autant de temps. Si je la retrouve pas, je crois bien que je vais finir par péter une durite et ça vaut mieux pas.

Hors de question de rester là à rien faire, il faut que je la retrouve. D'abord ma tête vire à droite mais aucun signe de ce côté, elle n’y est pas. Puis je vire à gauche toute, manquant de tanguer et de tomber du lit. Là non plus, Je ne la vois pas, elle n'est ni sous l'armoire de droite ni accroché à un de ces foutus portes-manteau.. Mais je suis idiot, une armure ça ne s'accroche pas ! Osik be bantha ! Elle est passée où ?! Ça serait pas l'autre au fond du couloir qui l'aurait choppé durant mon sommeil ? Elle était au niveau de l'armoire hier quand je le suis endormi. Et voilà que ses capteurs optiques viennent se figer sur moi, j’espère pour lui qu’il est entrain de calculer - C'est vrai que je dois avoir l'air d'un taré à regarder et à me pencher à droite et à gauche comme un débile profond. Oh, elle a pas fini de me fixer comme ça elle ? Copaani mirshmure'cye, beskar'adi ou tu veux un baiser keldabe dans la tronche ? Roule-moi une pelle tant que tu y es.

“ - Bien donc au vu des coûts des soins, si l’on additionne le montant des différentes services utilisés : Soins et Repos, Soin des Muscles et Rééducation puis Soin des Os et Rééducation. Nous atteignons donc un montant total de 320 crédits à payer pour…”

Bim pas le temps de réagir que je la choppe déjà par son bras robotique et que je la force à se rapprocher de moi prêt à la matraquer. La Beskar’gam avant puis les factures après, chacun ses priorités et les miennes sont déjà toutes vues. Aïe, les courbatures, une douleur me traverse le dos, j'avais complètement oublié ce petit détail. Pas le temps de se plaindre, je la tire un peu plus vers moi pour l’obliger à se cabrer.

“ - Où est ma beskar'gam beskar’ad ? Répond.”

Ma voix est fracassante, aussi froide que les dunes glacées de Hoth. Mon regard est perçant, il plonge au plus profond de ses capteurs optiques.

“ - Mon module de connaissance linguistique n’intègre pas la langue mandalorienne, pourriez-vous traduire votre demande ?”

Le second détail que j’avais oublié.

“- Mon armure. Elle est où ?”

Son index robotique de sa main droite se lève en indiquant la direction de l'armoire en métal, pour vu qu'elle y soit. Pendant ce temps-là, le tas de feraille à l’autre bout de la pièce vient à peine de capter que son copain droide vient de se faire attraper par un méchant mandalorien qui a un certain manque de bagarres depuis quelques semaines.. Ah baston quand tu nous tiens. Pas le temps de tergiverser dix années lumières, le deuxième tas de ferraille vole au secours de son collègue que je lâche au dernier moment.

“ - Mais vous êtes malade ?! “

Oh oui grand fou ! Si tu savais à quel point je suis taré dans ma tête, t’oserais même pas lever la parole comme ça sur moi. Par moment, j'ai des pulsions et des envies de me battre qui me prennent comme ça parfois.

“ - Oui et maintenant ouvrez l'armoire.”

Le droide me détaille de ses capteurs optiques quelques instants, enfin l’autre pas l’assistant fx-machin-truc.. D’ailleurs c'est quoi leur délire à se mettre tout en blanc dans cette pièce ? C’est presque aussi uniforme qu’un défilé de l’Imperium. Pouah mais que c’est moche, même les fenêtres elles sont blanches. Ils devaient être ric-rac niveau budget car là c'est un attentat à la créativité qu'ils nous font puis c’est pas fonctionnel du tout et c’est rangé n’importe comment. Heureusement que le droide médecin arrive à se débrouiller dans ce bordel rangé et ouvre la porte de l’armoire. Ma respiration se bloque un instant.. Ma beskar’gam, elle est là, j'ai les yeux qui pétillent comme à chaque fois que je la regarde. Ah la la, qu'est-ce qu’on en a vécu des choses ensemble ma belle, tu peux pas savoir à quel point tu m’as manqué. Pfiou, le beskar’ad avait raison. Tant mieux pour lui.

“ - Vous voyez ? Pas la peine de nous faire un cinéma pareil.”

Il me regarde d'une manière qui pourrait paraître circonspect si il était vivant.

“ - Je sors maintenant.”

Le droïde n’a pas compris qu'il n'avait pas le choix, je suis pas du genre à me laisser faire pour si peu. Je suis en parfait état de combattre et je m'en torche clairement le shebs de savoir ce qu’il en pense. Une main sur le lit et hop, je me lève sans trop de difficultés. Et pour ce qui est de la douleur, c’est dans la tête. J’ai trop perdu de temps à patienter dans ce lit d’hôpital, moi il me faut un bon bol d’air et reprendre la formation. J’ai une promesse à tenir.

“ - Mais vous ne..”

Je lui coupe à nouveau la parole.

“ - C'était pas une question. Donnez-moi la facture.”

Un pied devant l’autre, je marche vers l'armoire pour récupérer ma beskar’gam sous l’oeil stupéfait ainsi que contre-avis du personnel médical se composant essentiellement de deux tas de ferailles. Tiens étrange, les mirsh’osike de service n’ouvrent plus leurs clapets et se contentent juste de regarder. Il faut croire que ça calcule plutôt vite pour des droïdes, ils ont dû enfin intégrer dans leur algorithme que le dialogue n'était pas ma tasse de thé.

“Allez-vous arranger avec l'accueil.”

T’inquiète pas que je vais m’arranger.

”‘Lek ! Je me change. À moi la liberté !”.

J'y suis enfin. Un nouveau départ.
_________________________
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 08/08/2017 12:21:24    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Star Wars RPG Index du Forum -> Galaxie principale -> Géonosis -> Hopital Zarn Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Legende

Nouveaux messages Nouveaux messages
Pas de nouveaux messages Pas de nouveaux messages
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets. Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.

Partenaires

Annuaires et top sites


Index | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB Fr © 2001 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com - Thème : Lyzs
Reproduction INTERDITE