Se connecter pour vérifier ses messages privés 
 FAQ
   Rechercher   Membres   Profil         Connexion 
 
Une hospitalisation forcée !

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Star Wars RPG Index du Forum -> Galaxie principale -> Géonosis -> Hopital Zarn
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Hakad
CSI

Hors ligne

Inscrit le: 12 Juil 2016
Messages: 44
Niveau: 0
Rang: Recrue

MessagePosté le: 08/08/2017 12:21:24    Sujet du message: Une hospitalisation forcée ! Répondre en citant

Deux vertèbres cassées, trois côtes fêlés, je pense pas vraiment que j'aurai pu faire pire constat sur le moment. Osik, ça fait combien de temps que je suis dans le coltard, deux mois tout au plus ? À vrai dire je ne sais pas, j’ai pas vu le temps défiler et il a dû se passer énormément de choses pendant ma convalescence. Oh ma tête… Quand je la bouge celle-ci me fait encore mal, une légère douleur me traverse encore l’arrière du cou lorsque je me tourne - C'est que du superficiel, rien d’insupportable. Veriduur, dites-moi que je suis sur Mand’yaim haar’chak. Mais c’est tout le contraire, il y a des maudites lumières blanches accrochées au plafond qui m’explosent les rétines - Quel est le di’kut d’architecte qui a mis ça là ?! Ils veulent achever leur patients au réveil ces tarés, j’ai déjà assez de problèmes comme ça. Tient en parlant de ça des souvenirs de la CSI et de la formation me remontent à la tête comme un flash, les tests de sélection que j'ai foiré, j'avais complètement zappé tout ça. C’est un défi pour moi et je compte pas l’abandonner maintenant, il faut que je sors de ce lit et que j’y reparte. Après ces mois passés en rééducation, je me sens enfin de nouveau opérationnel.

Quelque chose attire mon attention, j’entends des bruits de pas qui se rapprochent. J’’arrive à apercevoir deux ombres qui se rapprochent dans le couloir adjacent de ma chambre. Oh.. Oh.. Par Kad’harangir, ils sont au niveau de la porte désormais. c’est les tas de ferailles qui se ramènent, ceux qui te taxent trois fois le prix de leurs prestations après juste avoir recouru à de la bobologie et recousu deux trois plaies. Attends, je crois qu'il y en a un qui veut me parler.

“ - Monsieur Ordo ? Je suis l’assistant FX-2089 , Vous vous êtes enfin réveillé.”

Je lui ris clairement au nez, nan mais je rêve “Monsieur Ordo.” Alors ça c’est la meilleure, on me l’avait jamais encore fait. Je vous jure ces beskar’ade, il a court-circuité son module de politesse ?

“ - Après une collectes des données du personnel médical, nous avons estimés que vous étiez apte à reprendre du service.”

Bah c’est pas trop tôt et c’est par où la sortie ? Parce que c’est pas que j’ai une de ces envies de me barrer sacrément urgente tu ne l’imagines même pas.

“- Donc nous avons estimés que vous pourrez ressortir dans quelques jours de l’hôpital. Cela vous paraît-il bien ?”

Me’ven ?! Mais je vais vite t'apprendre la réalité des choses petite. Je vais pas te laisser rêver d’une tel occasion de me pomper une deuxième fois mon fric par-dessus, j’ai pas des actions chez le Clan Bancaire Intergalactique moi. Pour le moment, je préfère la laisser parler et trouver un moyen de me.. Oh non, voilà que je jette mon coup d'oeil habituel à l'endroit où devrait être ma beskar'gam qui a disparu. Haar’chak, mais où a-t'elle pu bien passé?! Et ça fait que maintenant que je m'en rends compte. Foutue hospitalisation, c’est clairement pas le moment de surenchérir. Je crois que je vais devenir presque fou, déjà que ça me rend malade de la retirer autant de temps. Si je la retrouve pas, je crois bien que je vais finir par péter une durite et ça vaut mieux pas.

Hors de question de rester là à rien faire, il faut que je la retrouve. D'abord ma tête vire à droite mais aucun signe de ce côté, elle n’y est pas. Puis je vire à gauche toute, manquant de tanguer et de tomber du lit. Là non plus, Je ne la vois pas, elle n'est ni sous l'armoire de droite ni accroché à un de ces foutus portes-manteau.. Mais je suis idiot, une armure ça ne s'accroche pas ! Osik be bantha ! Elle est passée où ?! Ça serait pas l'autre au fond du couloir qui l'aurait choppé durant mon sommeil ? Elle était au niveau de l'armoire hier quand je le suis endormi. Et voilà que ses capteurs optiques viennent se figer sur moi, j’espère pour lui qu’il est entrain de calculer - C'est vrai que je dois avoir l'air d'un taré à regarder et à me pencher à droite et à gauche comme un débile profond. Oh, elle a pas fini de me fixer comme ça elle ? Copaani mirshmure'cye, beskar'adi ou tu veux un baiser keldabe dans la tronche ? Roule-moi une pelle tant que tu y es.

“ - Bien donc au vu des coûts des soins, si l’on additionne le montant des différentes services utilisés : Soins et Repos, Soin des Muscles et Rééducation puis Soin des Os et Rééducation. Nous atteignons donc un montant total de 320 crédits à payer pour…”

Bim pas le temps de réagir que je la choppe déjà par son bras robotique et que je la force à se rapprocher de moi prêt à la matraquer. La Beskar’gam avant puis les factures après, chacun ses priorités et les miennes sont déjà toutes vues. Aïe, les courbatures, une douleur me traverse le dos, j'avais complètement oublié ce petit détail. Pas le temps de se plaindre, je la tire un peu plus vers moi pour l’obliger à se cabrer.

“ - Où est ma beskar'gam beskar’ad ? Répond.”

Ma voix est fracassante, aussi froide que les dunes glacées de Hoth. Mon regard est perçant, il plonge au plus profond de ses capteurs optiques.

“ - Mon module de connaissance linguistique n’intègre pas la langue mandalorienne, pourriez-vous traduire votre demande ?”

Le second détail que j’avais oublié.

“- Mon armure. Elle est où ?”

Son index robotique de sa main droite se lève en indiquant la direction de l'armoire en métal, pour vu qu'elle y soit. Pendant ce temps-là, le tas de feraille à l’autre bout de la pièce vient à peine de capter que son copain droide vient de se faire attraper par un méchant mandalorien qui a un certain manque de bagarres depuis quelques semaines.. Ah baston quand tu nous tiens. Pas le temps de tergiverser dix années lumières, le deuxième tas de ferraille vole au secours de son collègue que je lâche au dernier moment.

“ - Mais vous êtes malade ?! “

Oh oui grand fou ! Si tu savais à quel point je suis taré dans ma tête, t’oserais même pas lever la parole comme ça sur moi. Par moment, j'ai des pulsions et des envies de me battre qui me prennent comme ça parfois.

“ - Oui et maintenant ouvrez l'armoire.”

Le droide me détaille de ses capteurs optiques quelques instants, enfin l’autre pas l’assistant fx-machin-truc.. D’ailleurs c'est quoi leur délire à se mettre tout en blanc dans cette pièce ? C’est presque aussi uniforme qu’un défilé de l’Imperium. Pouah mais que c’est moche, même les fenêtres elles sont blanches. Ils devaient être ric-rac niveau budget car là c'est un attentat à la créativité qu'ils nous font puis c’est pas fonctionnel du tout et c’est rangé n’importe comment. Heureusement que le droide médecin arrive à se débrouiller dans ce bordel rangé et ouvre la porte de l’armoire. Ma respiration se bloque un instant.. Ma beskar’gam, elle est là, j'ai les yeux qui pétillent comme à chaque fois que je la regarde. Ah la la, qu'est-ce qu’on en a vécu des choses ensemble ma belle, tu peux pas savoir à quel point tu m’as manqué. Pfiou, le beskar’ad avait raison. Tant mieux pour lui.

“ - Vous voyez ? Pas la peine de nous faire un cinéma pareil.”

Il me regarde d'une manière qui pourrait paraître circonspect si il était vivant.

“ - Je sors maintenant.”

Le droïde n’a pas compris qu'il n'avait pas le choix, je suis pas du genre à me laisser faire pour si peu. Je suis en parfait état de combattre et je m'en torche clairement le shebs de savoir ce qu’il en pense. Une main sur le lit et hop, je me lève sans trop de difficultés. Et pour ce qui est de la douleur, c’est dans la tête. J’ai trop perdu de temps à patienter dans ce lit d’hôpital, moi il me faut un bon bol d’air et reprendre la formation. J’ai une promesse à tenir.

“ - Mais vous ne..”

Je lui coupe à nouveau la parole.

“ - C'était pas une question. Donnez-moi la facture.”

Un pied devant l’autre, je marche vers l'armoire pour récupérer ma beskar’gam sous l’oeil stupéfait ainsi que contre-avis du personnel médical se composant essentiellement de deux tas de ferailles. Tiens étrange, les mirsh’osike de service n’ouvrent plus leurs clapets et se contentent juste de regarder. Il faut croire que ça calcule plutôt vite pour des droïdes, ils ont dû enfin intégrer dans leur algorithme que le dialogue n'était pas ma tasse de thé.

“Allez-vous arranger avec l'accueil.”

T’inquiète pas que je vais m’arranger.

”‘Lek ! Je me change. À moi la liberté !”.

J'y suis enfin. Un nouveau départ.
_________________________
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 08/08/2017 12:21:24    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Tericarax
CSI

Hors ligne

Inscrit le: 09 Fév 2010
Messages: 612
Niveau: 5
Rang: Lieutenant / Scientifique
Autre: Ex-responsable Hopital Central de Taris

MessagePosté le: 21/08/2017 17:57:48    Sujet du message: Une hospitalisation forcée ! Répondre en citant

Lorsque Hakad se présenta à l'accueil, il n'y avait pas que le personnel hospitalier qui l'y attendait. Le personnage était bipède, mais la désignation de « humanoïde » aurait été abusive ; il possédait un visage difforme, alien. Loin étaient les traits durs mais humains du commandant Demeci, oubliés ceux de ses camarades recrues dans l'aile DH-47 ! La peau de l'individu était épaisse et luisante, rigide comme la roche, couverte de poils fins qui vibraient à chaque murmure dans l'air. Sur l'exosquelette brun, six yeux dépourvus de pupille comme de paupière fixaient le néant. Noirs de jais, profonds comme la nuit, c'étaient des sphères silencieuses où brillaient la lueur figée de millénaires de prédation. Sous le visage monstrueux de la bête, deux crochets épais s'agitaient avec un sensible bruit de succion ; on distinguait parfois entre leurs poils des crocs discrets attachés à une bouche sans lèvre rougie et sanguine, qui formaient une mâchoire carnivore primitive. Deux pattes supplémentaires et segmentées naissaient à la moitié du visage, mais elles ne possédaient ni doigts, ni tentacules : c'étaient des appendices insectoïdes. Elles caressaient actuellement les deux crochets, dans un brin de toilette soignée. Le portrait arachnéen ne s'arrêtait pas là : car la créature possédait six bras, en plus de ses jambes. Ils étaient hérissés de poils épais et drus et ce n'étaient pas des griffes à leur bout mais bien des mains articulées – encore qu'elles ne possédassent que trois doigts fins en incluant le pouce et qu'aucun n'avait d'ongle à son bout. Par une pitié envers les yeux délicats sans doute, la monstruosité bipède avait fait le choix de revêtir un uniforme ; on ne saurait jamais si elle possédait un abdomen. Celui-ci était ample, tombant quasiment jusqu'au sol. L'arachnide ne devait guère être plus grand que l'humain, cependant sa tête affreuse était bien plus large ; l'uniforme ne permettait pas de distinguer s'il possédait ou non un cou. À sa cuisse droite – elle aussi une patte insectoïde monstrueuse, achevée par deux crochets noirs – reposait un blaster dans son holster. Le personnage tenait entre ses mains une chemise rectangulaire. Sur la première de couverture, on pouvait distinguer le symbole confédéré, et en lettres grossies « C.S.I. ». Lorsque le mandalorien arriva enfin à sa hauteur, il releva la tête vers lui.

« - Aaah ! Dit la créature. La jeune rrecrroue égaurrée. Jé souis lé caporral Dyke. »

L'arachnide géant prit un instant pour jauger l'humain, puis reprit, tout en fouillant dans les documents contenus dans la chemise.

« - Souivant voutrre perrte dé counscience lorrs des examens dans l'aile DH-47, vous avez été hospitalisé. Vôtrre échec vous a valou d'êtrre rrécalé aux examens dé sélection. Oun d'autrrres terrmes, vous avez été expoulsé dou circouit. »

Il tendit alors un papier à l'homme.



Citation:





Confédération des Systèmes Indépendants
Document Officiel -

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
------------------------
HAKAD ORDO
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Nom: Ordo Prénom: Hakad Espèce: Humain Age: 21 ans Planète d'origine: Mandalore Sexe: Masculin

Engagement initial: Armée régulière C.S.I.

DEMANDE D'INTEGRATION DES FORCES SPECIALES

Observations :
Le candidat a été repéré comme ayant le potentiel pour intégrer les sections d'élite séparatistes. Il a été envoyé au hangar DH-47 pour la phase de sélection et de formation complémentaire sous la surveillance du commander Unforgiven.
Le candidat dispose d'une forme physique et d'une force qui sont dans les moyennes attendues d'un humain. Le commandant Unforgiven a fait mention d'une ingéniosité notable au combat et d'un sens de la bataille qui dépassent ceux d'une simple recrue. Intégration initiale au groupe de sélection rang B, puis passage au rang A, où le candidat a été mis inconscient lors des affrontements de sélection. Hospitalisation de un mois et quatre jours suite à ses blessures à l'établissement Zarn.


Résultats de sélection:

ECHEC DEFINITIF


----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------






Pendant que le jeune lisait, la créature continua à lorgner autour de lui. Les droïdes chirurgiens et assistants allaient et venaient dans les couloirs. La majorité des patients accueillis dans l'hôpital Zarn étaient les recrues militaires réservées à l'élite. Ils étaient bien rares, les simples soldats de chair et de sang dans la Confédération, de nos jours. Tous avaient gagnés en grade. Dyke, de son temps, avait été une simple recrue lui-aussi. Mais à présent on préférait réserver ce rôle aux droïdes, pour choyer ceux et celles qui avaient le prestige d'entrer dans les académies séparatistes ! Les examens se durcissaient d'année en année, l'éducation des aspirants devenait approfondie avec le temps. La manipulation des armes était une chose, mais l'armée confédérée se devait de drainer dans toutes les sphères. Les génies des sciences et des connaissances allaient au C.R.D.A de nos jours. Ceux qui avaient des compétences mais redoutaient la mort devenaient techniciens. Ceux qui s'inscrivaient dans l'armée régulière sans tenter les examens de l'Elite étaient les plus rares ; c'étaient ceux qui, comme Dyke, devraient grimper depuis le bas de l'échelle, à la sueur de leur front.
Un des droïdes de l'accueil fit un mouvement dans la direction du gradé ; celui-ci ne le voyait pas, lui tournant le dos, mais il le sentit néanmoins. Un des nombreux bénéfices de sa morphologie particulière, outre une résistance hors du commun. Dyke était un Harch. Il tenait de sa mère une mutation qui avait favorisé depuis des générations la vision cinétique à celle des couleurs. Le monde autour de lui était en noir et blanc, mais il savait observer comme nul autre les mouvements et trajectoires. Une qualité immense pour les combats.

Il reporta son attention sur son interlocuteur.


« - Mais jé né soui pas ici pour faire lé grreffier dé l'administrration. Votre profil a été récommandé par le commander Unforgiven, oun officier dé prrrémière qualité dans la Confédération. Oune conséquences, jé veux vous offrir oune dernière chance. Souivez moi, récroue Ordo. »

Il fouilla dans son uniforme et déposa sur le comptoir de l'accueil plusieurs plaquettes de crédits. Le droïde de l'autre côté s'en saisit, tout en fouillant dans la base de données de son ordinateur.

« - / Patient : Hakad Ordo. Frais et honoraires en règle./ » dit-il d'une voix féminine douce et suave.

L'automate tendit une plaque électronique imprimée au jeune homme.


« - / Votre traitement est en cours de préparation à la pharmacie./ Le paiement était inclus dans les soins./ Un comprimé par repas pendant deux jours./ Vous pouvez reprendre l'exercice./ Bonne journée recrue Ordo./ Gloire à la Confédération./ Bonne journée mon caporal./ »


***

Après avoir récupéré le traitement du jeune homme, Dyke l'escorta hors de l'hôpital Zarn. Celui-ci était localisé en plein cœur de la capitale. Les raisons étaient multiples, mais la plus importante était la présence de droïdes spécialistes très performants, qui pouvaient traiter même les maux les plus rudes. Mais le caporal n'avait pas l'intention d'effectuer une petite promenade à pied dans les rues de Toskrew-city. Il y avait plus important à faire. À cette heure Ea, le soleil de Géonosis, était déjà haut dans le ciel. Il apportait avec lui son implacable chaleur qui donnait aux étrangers l'impression de cuire sur place. Mais en plein centre-ville, l'activité cessait rarement. Les speeders allaient et venaient sur le sol et même dans les hauteurs, apportant une ombre bienvenue aux étages les plus bas. Cependant, Géonosis n'était pas bâtie du sol vers le ciel comme Coruscant ; elle commençait plus profond sous la roche avant de se lancer vers les étoiles.
Or, c'est précisément dans les profondeurs que le duo descendait. Lorsqu'ils sortirent de l'hôpital, ils marchaient sur un sol taillé à même la roche ; de chaque côté, le vide, devant eux une terre battue sèche et ocre ; de chaque côté, des barrières érigées par le savoir-faire inimitable des géonosiens, ces insectes endémiques de la planète, les gardaient de toute chute intempestive. Des droïdes flottaient dans l'air, éclairant la caverne, où le soleil ne tombait jamais. Et des speeders passaient en flot continu sous le chemin où Dyke et Hakad avançaient : c'était un pont ! La rivière de véhicules se déversait vers d'autres forts émergés dans la roche, ou vers les galeries menant aux autres portions de la planète, pareils à des siphons dans la roche où s'engouffrait naturellement la circulation. Cependant, ce n'étaient pas les résidents, non. Car les géonosiens se déplaçaient rarement en speeders, en outre ils affectionnaient leurs propres ruches. C'étaient là tous les associés et responsables de la Confédération, et ceux qui venaient pour affaire, ou encore pour tenter d'obtenir le permis de résidence. Des colonnes lumineuses jaillissaient du plafond, bien plus haut : c'étaient les accès vers la surface. Ainsi était Toskrew-city : à mi-chemin entre la surface et les profondeurs, élancée vers les hauteurs modernes sans oublier ses profondes racines géonosiennes. C'était le symbole même du savoir-faire confédéré, l'alliance de la technique et de la culture locale. Les lumières lointaines étincelaient, vertes, bleues, jaunes, rouges, pareilles à des constellations dans la nuit étoilée. Telle était la face cachée de la capitale confédérée. Telle était la beauté secrète de Géonosis.

Leurs pas les menèrent face à une navette. Elle reposait sur des pattes insectoïdes, encadrée par deux B2, et sa forme était pareille à un étrange requin des mers de Naboo : car un aileron d'acier se hérissait juste après le cockpit. Ce modèle curieux était caractéristique des navettes confédérées : c'était un véhicule Sheathipede. Il portait sur son aileron une bande bleue, où était peint en blanc l'insigne confédéré. La recrue et le caporal pénétrèrent dans le vaisseau, et sous peu ils se joignirent à la circulation géonosienne.

L'intérieur de la navette était spacieux pour deux personnes. Les pilotes étaient deux droïdes B1, qui échangeaient ponctuellement quelques instructions de leur voix monocorde et nasillarde quant à la direction à suivre. Le vrombissement continu des moteurs se joignait aux bips ponctuels des écrans de contrôle, assurant que le silence n'existe jamais vraiment dans l'habitacle. Dyke inspirait régulièrement. Son uniforme se gonflait et se dégonflait à chacune de ses respirations. Il s'était assis, invitant la recrue à faire de même, tout en fouillant une énième fois la chemise, décidément pleine de documents. À la vérité, il s'agissait du dossier de Hakad, mais celui-ci n'avait pas besoin de lire le profiling effectué par les services du renseignement sur sa personne. Dyke avait étudié en détail l'humain, bien sûr. En un mois, on pouvait faire des merveilles, surtout quand la DCRS était mise sur le coup. On avait retracé la famille du jeune homme, on avait confirmé son âge aussi. Dyke ne s'était pas déplacé personnellement, mais il imaginait sans peine les agents, se rendant sur Mandalore pour confirmer les informations au sujet de la recrue. Il lui tendit une nouvelle feuille. Une de ses six mains fouilla dans la poche haute droite de son uniforme pour en tirer un stylo, et encore une autre main vint le débouchonner pour le tendre ensuite à Hakad.


« - Dé parrt votrre prroufil, jé prréfèrrre vous prrévénirr : vôtrre déxième chance doit êtrre...Sans bavourres aucounes. »

Les chélicères de l'individu bougeaient sur les côtés tandis que ses crocs s'agitaient et vibraient doucement à chacune de ses paroles.


« - Jé sais qué vous n'apprréciez pas vrraiment les papiers ou l'autorrité sour Mandalorrrre. Mais jé tiens à cé qué tout soit clairr. Si vous voulez rréussir, vous dévez souivre lé système. Respectez vos soupérieurs et accomplissez les orrdres, mais rréfléchissez à la perrtinence. Vous agissez pourr lé bien commun, pas pourr lé massacrrre sans foi ni loi. »

Citation:





Confédération des Systèmes Indépendants
Document Officiel -

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
------------------------
DEMANDE DE FORMATION SURGE
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Nom: Ordo Prénom: Hakad Espèce: Humain Age: 21 ans Planète d'origine: Mandalore Sexe: Masculin

Par la présente, le demandeur atteste vouloir entrer dans les forces spéciales séparatistes et s'engage spécifiquement à l'intégration du commando Surge. La formation sera entamée par le demandeur et ne pourra être arrêtée, à moins d'être expulsé définitivement suite à des échecs répétés ou un comportement jugé inadmissible par les formateurs. Tout matériel, arme, droïde, document, ou même information délivrée à l'oral dans le cadre de cette formation est propriété stricte de l'armée séparatiste. Le demandeur s'expose à la peine capitale conformément à l'article 369C alinéa 3 de l'information militaire en cas de divulgation totale ou partielle non autorisée d'informations concernant cette formation à une tierce personne jugée non habilitée à les connaître par l'état major confédéré.

Signature :


----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------






Dans le cockpit, la nuit souterraine changea au jour aveuglant de la surface géonosienne. Avec un ronronnement laborieux, la navette se hissa au-dessus du désert, jusqu'à dépasser les falaises. Les formes au sol semblaient minuscules. Mais le Harch continuait à fixer tranquillement Hakad. Dans son dos, les pilotes continuaient à diriger le vaisseau, cliquant sur leurs écrans verts pour ajuster la direction des réacteurs ou la poussée de ceux-ci. La navette eut tôt fait d'entrer dans une crevasse, à même la falaise. Une plate-forme en duranium accueillit l'appareil. Dyke se leva ; la porte de l'appareil s'ouvrait, laissant entrer le jour et sortir une plate-forme. L'insectoïde sortit au dehors à pas tranquilles. Ils étaient dans l'ombre de la falaise, mais le jour demeurait chaud. L'entrepôt auquel ils venaient d'arriver était dans la roche, à l'abri des regards indiscrets, une façon de faire typiquement géonosienne – confédérée même. Il se tourna vers la jeune recrue, attendant le retour du contrat. Il ne montrerait rien à la recrue tant qu'une petite signature n'était pas apposée là où il fallait.


« - Lé commando Surrge a été conçou dans lé bout d'accompagner des ounités bioniques trrès parrrticulières. Votrre prrofil dé mandalorrien m'intérresse forrtément en la matièrre...Mais avant céla...Il faut vous plier aux rrègles », commenta le caporal à l'intention de l'insignifiant bout de papier.


Frais médicaux pris en charge par la C.S.I

_________________________

Casier d'un Kaleesh

Histoire d'un séparatiste

Formation → Corps à Corps
Level 1 → Corps à Corps
Level 2 → Corps à Corps
Level 3 → Corps à Corps
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: 13/12/2017 04:34:45    Sujet du message: Une hospitalisation forcée !

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Star Wars RPG Index du Forum -> Galaxie principale -> Géonosis -> Hopital Zarn Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Legende

Nouveaux messages Nouveaux messages
Pas de nouveaux messages Pas de nouveaux messages
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets. Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.

Partenaires

Annuaires et top sites


Index | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB Fr © 2001 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com - Thème : Lyzs
Reproduction INTERDITE