Se connecter pour vérifier ses messages privés 
 FAQ
   Rechercher   Membres   Profil         Connexion 
 
Endor ne sera pas tienne
Aller à la page: <  1, 2
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Star Wars RPG Index du Forum -> Galaxie principale -> Reste de la Galaxie -> Bordure Extérieure -> Endor
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Rylen Korr
Ordre Jedi

Hors ligne

Inscrit le: 19 Mar 2007
Messages: 3 820
Niveau: 5
Rang: Maître du Conseil Jedi
Autre: Grand Maître Jedi

MessagePosté le: 02/04/2018 02:41:31    Sujet du message: Endor ne sera pas tienne Répondre en citant

Agenouillé près d'une tête quasi-squelettique arrachée de son tronc, Nass constata l'extrême violence de ce récent affrontement. Les Chù' avaient été attaqués par surprise, encerclés et enfermés dans l'étroitesse de la caverne. Les regards figés de certains cadavres étaient aussi riches en détails qu'un enregistrement holographique qu'on aurait pris au moment des faits : les guerriers Ewoks n'avaient même pas eu le temps de comprendre ce qui leur arrivait.

Tout autour d'eux, la scène de crime laissait apparaître flèches, lances et dards. C'était l’apanage des animaux et des barbares de ne pas camoufler leurs meurtres, aussi violents soient-ils. Ces cadavres d'autochtones transpercés et dévorés de toute part devaient servir d'avertissement concret à ceux qui tenteraient de suivre leurs pas au sein de la montagne. Et c'était plutôt réussi.


- C'est trop dangereux de rester là. Nous devons continuer, ordonna le Gungan en fixant du regard Chitupa.

Le Chef Ewok était d'accord avec le Maître Jedi. Cependant, le danger auquel ils étaient tous confrontés ne devait pas leur faire oublier les traditions de leur peuple. Ils devaient prendre le temps d'honorer la mort de leurs cousins et c'est pour cette raison que le leader des Naa'fruu laissa Lokee, le chaman de leur tribu, réciter des incantations au dessus du cadavre de chaque défunt. L'un après l'autre, le magicien abaissa les paupières de ses cousins abattus qui n'avaient pas eu le temps de les fermer par eux-même.

Ces manières pouvaient laisser perplexe face à la dangerosité du lieu. Mais c'était ainsi que vivaient les téméraires Ewoks : ils ne pouvaient avancer sans respecter leurs coutumes. Le conflit viendrait tôt ou tard et Nass savait parfaitement qu'ils répondraient présents le moment venu lorsqu'ils feraient face à leurs ennemis.

La patience était définitivement une de leurs vertus majeures, même en période de crise. C'est là que l'on reconnait la sagesse d'un peuple.


- Évitez les bruits inutiles et préparez-vous au pire, annonça d'emblée Bareman à destination des jeunes Novices peu habitués à ces situations mortelles.

Les trois clones retrouvaient là une atmosphère qu'ils n'avaient pas connu depuis des années. Ils étaient de nouveau dans leur élément favori, celui qui les avait fait naître et celui pour lequel ils étaient de cette galaxie. Un retour aux sources qu'ils allaient prendre très au sérieux car leur mission restait avant tout la protection des Jedi et de leurs alliés : si l'un d'eux s'arrêtait en cours de trajet, ils le vivraient comme un échec cuisant.

Il fallut moins de deux minutes pour que Lukee ait terminé ses incantations spirituelles à l'égard des disparus. Un après l'autre, et après s'être transmis des consignes strictes de sécurité à adopter durant le passage au sein de la Montagne Noire - trois mètres maximum entre chaque personne, ne pas communiquer sauf cas extrême, et laisser les Novices ainsi que les Ewoks les moins aguerris au milieu de la file durant la traversée des cavernes- l'ensemble de la troupe se mit en marche. Suivant l'unique chemin proposé par la Montagne Noire, ils s'engouffrèrent dans les méandres de l'obscurité dominante.

Après avoir gagné en altitude jusqu'à présent, voilà qu'ils redescendaient six pieds sous terre. Telle la descente aux enfers qui leur avait été longtemps promise depuis qu'ils avaient perçu le sommet de la Montagne Noire tout au long de leur périple dans les contrées inexplorées d'Endor.

C'était toujours étrange de constater la manière dont le temps se répète à travers les âges. Il fut une époque pas si lointaine où d'autres Jedi avaient certainement emprunté ces mêmes couloirs étroits, confrontés à cette même peur de l'inconnu.

Là, dans l'ombre, Nass fut brièvement confrontée à un visage familier, celui d'un vieil homme barbu et recouvert de blessures vivaces. Il eut tout juste le temps de le visualiser qu'il disparut, comme si son imagination lui jouait des tours. A l'heure actuelle, il ne pouvait réellement savoir ce que cela signifiait, mais il ne put s'empêcher de repenser aux différentes mises en garde dont Elyna Faràn, sage Membre du Conseil, lui avait parlé avant son départ du Sanctuaire.

Le Gungan se demanda même si Vendar Olorin s'était imaginé sa propre mort avant même qu'elle ne survienne des mains du traître Skawalker. Bien qu'il savait ces pensées dangereuses, Nass se savait influencé négativement par la Montagne Noire. Il lutta de toutes ses forces pour reprendre ses esprits et il fallut un regard de Muyi Tano en sa direction pour qu'il revienne silencieusement à la raison : son ami avait été le seul à ressentir la légère fluctuation dans la Force provoquée par son bref écart de conduite, imperceptible à l’œil nu.

L'instant présent devait être la seule pensée digne d'intérêt au sein de cette Montagne Noire. Et pour cause...

Et pour cause.

Bien plus de deux heures s'étaient écoulées depuis leur arrivée dans la Montagne Noire. Et les péripéties n'avaient fait que s'accentuer. La troupe s'était disloquée, séparée à la suite d'un piège certainement tendu par les mêmes qui avaient abattu les Ewoks de la tribu Chu' à l'entrée des cavernes souterraines. Bareman, Nass, Saecha, Kath et trois Ewoks s'étaient ainsi retrouvés de leur côté, sains et sauf mais sans nouvelles du reste de la bande.

Le Maître Gungan, gêné par cet évènement qu'il n'avait pas su maitriser, sut qu'il s'agissait simplement de la conséquence logique de la perturbation qu'il avait ressenti quelques minutes avant l'embuscade : les quelques secondes de relâchement mental passées à réfléchir à autre chose qu'à l'environnement de la Montagne Noire lui avaient été fatales et avaient failli mettre un terme à leur quête. Il devait en tirer une leçon forte et devait se montrer à la hauteur de son rang.

Reprenant leur chemin en direction du seul passage qui leur était ouvert, les désormais sept compagnons se retrouvèrent assez rapidement dans le noir, la seule lumière artificielle de l'arme de Bareman s'étant éteinte. Lorsque les Ewoks émirent un son qui voulait dire "stop", Nass avait déjà senti le danger qui les guettait. Mais le pouvoir de la Montagne Noire était tel qu'il n'était même plus certain de pouvoir se reposer sur la Force. Et pour cause.

Ce faible moment d'hésitation l'empêcha d'arrêter à temps le geste brusque de la Novice Saecha qui, en allumant son sabre laser de manière irréfléchie et naïve, montra leur position exacte au sein de la caverne à leurs ennemis.

Là dans la pénombre, leurs premiers adversaires directs les observaient. Par dizaines, les Sanyassans avaient enfin décidé de finir ce qu'ils avaient commencé avec les Ewoks de la tribu Chu'.

Les premières flèches -empoisonnées ou non, Nass ne comptait pas attendre d'en recevoir une pour le savoir- ricochèrent sur les parois rocheuses vers lesquelles ils se trouvaient. Bareman fut le plus rapide à se mettre en position de combat, armant son arme blaster comme à la glorieuse époque de la Guerre des Clones. La première réaction de Nass quant à lui fut de placer son sabre laser en position de défense, non pas pour lui mais pour ses compagnons qui n'étaient pas protégés contre les armes à distance des Sanyassans.

C'est alors qu'il se décida à foncer. Bravant ce territoire maudit sous une pluie de flèches microscopiques qui affluaient au dessus de leur tête.

Dans un réflexe incroyable et tandis qu'il décapitait la tête d'un maraudeur barbare bien prétentieux qui s'était aventuré à quelques pas de lui, le Maître Jedi utilisa la Force pour arrêter momentanément un projectile mortel qui faillit s'abattre dans le dos du guerrier Woopee. Instantanément et comme s'il avait lu la trajectoire de la flèche, Bareman s'agenouilla en direction de la corniche opposée à leur position avant de déverser une pluie de munitions laser vers l'auteur de cette attaque fourbe. Leur coordination leur avait permis de gagner un répit de quelques secondes et ils purent gagner un premier niveau sans encombre.

Là, à une dizaine de mètres, la première horde de Sanyassans apparut, certains escaladant les parois rocailleuses aussi facilement que d'habiles araignées. Leur visage, squelettique et presque dénué de chair, ne trompa cependant pas le Maître Jedi qui décela en eux une vie, primitive mais bien existante. S'ils avaient une conscience qui les plaçait au rang d'espèce intelligente au même titre que les Humains, Ewoks ou Gungans, ils disposaient cependant de mœurs dépassés, qui faisaient de la violence et de l'agressivité leur première réaction lors de la rencontre d'autres espèces.

Face à cette réalité belliqueuse, Nass et les siens ne pouvaient que répliquer par le conflit. C'était là la limite du pacifisme qui contredisait toute logique idéaliste.

Plusieurs minutes s'écoulèrent, celles-ci furent heureusement non mortelles pour les sept alliés qui franchirent un parcours non négligeable sous l'assaut de nombreux barbares. Ils eurent la chance d'affronter des adversaires qui ne faisaient visiblement pas de la tactique leur point fort : en venant les affronter au corps à corps, les Sanyassans empêchaient quasiment toute attaque à distance de leurs compères restés en retrait sur les corniches opposées et les niveaux supérieurs. Cela ne les empêcha pas toutefois de tirer quelques flèches qui vinrent cependant s'écraser contre les murs ou, encore mieux, sur leurs propres confrères.


- Ce sont de pauvres baroudeurs : ils n'ont pas de leader ! fit remarquer Bareman entre deux salves de blaster en direction des hauteurs.

Nass tourna momentanément la tête en direction du clone, distrait par ses dires. Le cuisinier du Sanctuaire Jedi n'avait pas tord, ces Sanyassans se lançaient dans la bataille sans aucune réflexion, attaquant à la volée sans coordination alors que l'environnement et leur nombre leur donnaient d'innombrables occasions de terrasser facilement le petit groupe d'autochtones et leurs alliés. S'ils avaient eu un chef, Nass et les siens auraient été balayés depuis longtemps.


- Maître, attention !

Ce cri d'alerte venant de Bareman ne suffit pas à faire réagir assez vite le natif de Naboo. Déconcentré par les mots du militaire, il ne vit pas le guerrier barbare un niveau plus haut qui venait juste de lui sauter dessus, la dague pointée vers sa nuque.

Tandis que les deux aliens s'attrapaient mutuellement pour ne pas céder de terrain à l'autre, l'arme blanche du Sanyassan effleura la bure du Maître Jedi. Ce dernier sentit la délicate lame lui percer timidement la peau. S'il avait pas été secouru oralement par son allié clone, Nass aurait déjà rejoint la Force.

La faible douleur provoquée par la coupure éveilla tout de même les sens du talentueux guerrier qui se remit rapidement d'aplomb. Le Maître Jedi et son adversaire avaient basculé un niveau plus bas, écrasant au passage deux Sanyassans qui ne résistèrent pas au poids inimaginable contenu dans le corps du dénommé Nass. Ce dernier, fier Gungan et habile combattant à mains nues, attrapa l'épaule droite du tas d'os qui lui servait d'ennemi avant de lui presser la chair comme une vulgaire pâte à modeler. Le baroudeur cria non pas de douleur mais de haine, bavant littéralement sa folie sur le visage d'un Nass qui ne manqua pas de répliquer en lui crachant à la gueule : les Gungans aussi avaient une réputation dans le domaine ! S'en suivit une longue lutte physique, durant laquelle les puissants muscles du Maître Jedi ne suffirent étrangement pas à lui faire prendre le dessus sur un vaillant Sanyassan qui n'avait pas dit son dernier mot.

Balançant son regard à droite puis à gauche, le spécialiste du Soresu aperçut une grosse pierre qu'il prit dans sa main afin de frapper la tempe de l'alien. Ce dernier, certainement sonné, laissa une seconde de répit à Nass, seconde qui lui suffit à reprendre l'avantage afin d'envoyer valdinguer son vis à vis dans le gouffre avoisinant. L'affrontement remporté, le Maître Jedi se remit sur ses pattes amphibiennes et sauta sur la corniche du haut, sur laquelle combattaient encore ses compagnons.

Le visage gluant -résultat de la drôle de galoche à sens-unique que le Sanyassan venait de lui imposer- le natif d'Ohto-Gunga s'essuya les joues d'un revers de la main avant de se tourner aussitôt vers ses amis.


- Moi qui pensais que seul un Gungan pouvait aussi bien utiliser sa langue !

Drôles de mots dans un contexte aussi mortel. C'était comme si l'attaque surprise du Sanyassan lui avait réveillé les sens, endormis depuis leur approche de la Montagne Noire. Nass était-il en train de retrouver son élément ?
_________________________
- 1/ Soresu - III - Parades (Défense) =) Rylen en fait sa principale technique de combat -
- 2/ Shien - IX - Coup vif à l'adversaire (abandonnée au fil des années au profit de l'Ataru) -
- 3/ Sokan - VIII - Frappes rapides et brèves -

-Histoire du Maître Jedi-
-Possessions du Maître Jedi-
- Second perso: Rick O'lonell -
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 02/04/2018 02:41:31    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Kath Aplazm
Ordre Jedi

Hors ligne

Inscrit le: 10 Déc 2015
Messages: 635
Niveau: 0
Rang: Novice

MessagePosté le: 02/04/2018 18:30:37    Sujet du message: Endor ne sera pas tienne Répondre en citant

Alors que le voyage depuis le Sanctuaire Jedi avait été long et parfois monotone, laissant souvent le temps à une atmosphère silencieuse de s'installer, les évènements présents s'enchainaient à une vitesse folle. La procession guerrière et l'attente angoissante avaient laissé place à la folie du combat ; l'ennemi s'était enfin montré et le groupe réduit de compagnons devait lui faire face. Kath ne savait presque rien des Sanyassans. Tout juste qu'il s'agissait d'une espèce d'humanoïdes reptiliens qui devaient ressembler un peu à des Kaleesh, puisque les Naa'Fruu avaient capturé Uriel en le prenant pour un maraudeur. Au-delà de ça, l'Alderaani devait s'en remettre aux quelques mots qu'Hotar avait prononcés dans une conversation que le novice avait saisie, à l'occasion d'une halte dans la forêt : les Sanyassans venaient d'un autre monde et étaient de violents combattants à l'intelligence relativement limitée.

Limités ou pas, Kath n'aurait pas le temps de le découvrir s'il finissait comme les Ewoks qu'ils avaient retrouvé à l'entrée de la Montagne. Ces assaillants maitrisaient l'art de la surprise et du guet-apens, mais heureusement un peu moins celui de la précision au tir à l'arc : la pluie de flèche qui s'abattit sur le groupe ne toucha pas un seul des compagnons, à la faveur de la pénombre encore présente au niveau où se trouvait la troupe. Mais pour progresser, la petite compagnie devait atteindre les niveaux supérieurs et ainsi s'exposer à la lumière des torches. Afin de gagner quelques précieuses secondes, Bareman distribua une salve de tirs blaster à destination des archers, permettant ainsi à Nass, Saecha et aux Ewoks de rejoindre la pente rocailleuse en face d'eux et de commencer à la gravir. Le maître Gungan, le sabre laser désormais activé, couvrait ses camarades en détournant les flèches de sa lame et au moyen de la Force.

Quant à Kath, il s'était dans un premier temps rabattu contre les murs rocheux qu'il avait commencé à raser, se mettant à l'abri derrière l'une ou l'autre stalagmite, cramponné à son arme. Il dût très rapidement se remettre à découvert car ses compagnons s'éloignaient et il devenait l'unique cible des flèches. Esquivant en sautillant les projectiles qui le visaient, il se prit les pieds dans sa bure et perdit l'équilibre. Cette chute fut salvatrice puisqu'il sentit un nouveau trait lui caresser le cuir crânien, emmenant avec lui quelques cheveux châtains. Continuant sa progression en rampant à quatre pattes, Kath parvint enfin près de Woopee et Kolgat qui s'efforçaient de rester dans le sillage de Nass afin de ne pas être touchés. Saecha, elle, tentait tant bien que mal d'imiter l'instructeur Jedi, mais ses gestes étaient beaucoup plus lents et bien plus maladroits que ceux du Gungan, de sorte qu'elle dut rapidement renoncer à trop s'exposer. Ce n'était pas la première fois que Kath constatait la différence de niveau qu'il existait entre un novice et un maître Jedi, mais celle-ci ne lui avait jamais semblé si abyssale. Nass portait à lui seul toute la compagnie, bien aidé par les tirs précis que Bareman adressait aux assaillants.

En deux bonnes minutes, les compagnons avaient atteint le premier niveau des corniches et se heurtaient maintenant à une horde de Sanyassans déchaînés qui les attendait. Armés de lames de tailles diverses et de lances aux extrémités contondantes, les maraudeurs s'abattirent sur la troupe avec une violence que Kath n'avait encore jamais vue chez des êtres sensibles. Heureusement, ils n'étaient pas spécialement coordonnés. Le second à s'avancer reçut la hampe du premier en plein visage et hurla de douleur, quand le troisième s'écroula en avant lorsque le quatrième le poussa pour arriver au corps-à-corps le premier. Cette bande désorganisée n'en retsait pas moins féroce : l'un des assaillants fit basculer Nass sur un promontoire en contrebas et une lutte acharnée s'initia entre les deux combattants. Pendant ce temps, les flèches sifflaient encore et la pluie de traits ne semblait pas vouloir s'arrêter. Kath, toujours en retrait, concentrait l'essentiel de son énergie à l'esquive des projectiles, tentant tant bien que mal de suivre la progression de ses compagnons qui repoussaient les Sanyassans avec brio. En effet, la supériorité de l'armement des Jedi et du clone Bareman ainsi que la cohésion évidente des Ewoks avaient eu facilement raison des premiers rangs des Sanyassans, qui battaient en retraite sur les corniches supérieures en poussant des cris d'alerte incompréhensibles. Resté derrière la file en compagnie de Kath, Growok sautait sur les maraudeurs couchés au sol et les achevait en poussant des cris de rage et de colère, ses petites mains poilues trempées d'un sang épais et visqueux.

Nass, victorieux de son affrontement, vint très vite rejoindre les combats et, le sabre laser à la main, prit la tête de la petite cohorte afin de ne laisser aucun répit aux maraudeurs qui n'en menaient plus large ; une dizaine des leurs venaient de tomber sous les coups de Nass, les tirs de Bareman ou les traits des Ewoks. Kath, passif jusque là, se concentrait sur la Force pour éviter les flèches qui se faisaient de plus en plus rares à mesure que les archers refluaient vers les niveaux supérieurs. Ses yeux s'étaient à présent parfaitement adaptés à la demi-pénombre et il avait pu compter les adversaires qui restaient encore. Ils devaient encore être une bonne douzaine. Cependant, cela ne devait pas constituer l'entièreté de leurs forces : les Ewoks avaient parlé d'une véritable armée. Où se cachaient les autres ? Peut-être étaient-ils en train d'affronter le reste du groupe mené par Muyi Tano. Ou peut-être étaient-ils tapis dans l'ombre, attendant le moment propice pour frapper...

Arrivés sur la seconde corniche, la troupe marqua le pas. La plate-forme était bien plus étroite que la précédente, et si les rochers offraient une protection contre les tirs de flèche, il était difficile d'y avancer à plus de deux de front. Nass et Bareman continuaient à presser de l'avant pour ne laisser aucun repos à leurs adversaires et pour atteindre le troisième niveau le plus rapidement possible, mais les Ewoks qui les suivaient avaient bien de la peine à garder cette cadence effrénée. Bien qu'aguerris, ces combattants Naa'Fruu n'avaient jamais vécu un tel affrontement et avaient besoin de plus de temps pour reprendre leur souffle, d'autant que leur petite taille les obligeait à fournir deux fois plus d'effort quand il s'agissait de gravir des pentes rocheuses l'arme à la main. Derrière, Woopee s'appuyait sur son épieu en se frottant le front, poussant râle de fatigue. Cela faisait plus de cinq minutes que les combats avaient débuté et il commençait à épuiser ses forces. Kath attrapa le petit guerrier par la taille et, avec un grognement, souleva le guerrier qui se fendit d'un sifflement de surprise. Portant le guerrier Ewok sous le bras, Kath avança sur plusieurs mètres ; Woopee tenta d'abord de se débattre, mais s'arrêta dès la première flèche afin d'éviter de déconcentrer l'Alderaani et de risquer de se faire toucher. Du reste, cette assistance, quoique brutale et maladroite, était bienvenue.

Kath avait fait ce qu'il pouvait pour assister ses camarades mais ses gestes gauches et son inexpérience l'handicapant sérieusement, il avait dû se résoudre à se contenter de soutenir ses partenaires du mieux qu'il pouvait, en soulevant Woopee ici, en soutenant Growok là, ou en évitant une chute mortelle à Saecha qui avait manqué d'assurance en déviant une flèche d'un geste de son sabre laser. Pourtant, dans la pente menant à la troisième corniche, il dut enfin brandir son arme : alors qu'il fermait la marche, un Sanyassan surgit derrière lui. Celui-ci, sans doute tombé quelques instants plus tôt, avait du remonter derrière eux pour les prendre à revers. Il fallait admirer l'endurance du maraudeur qui ne montrait pas de signe de douleur ou de fatigue après avoir fait une chute de dix mètres. Plus robuste qu'une partie de ses congénères, le maraudeur était armé d'une énorme masse et hurlait en crachant alentour une bave puante et gluante. Kath jeta un oeil derrière son épaule : il avait dix bons mètres de retard sur ses camarades et ne pouvait donc pas espérer leur aide immédiate.

Déglutissant avec difficulté, le novice esquiva un premier coup de masse qui s'écrasa au sol, puis, se baissant, il évita un coup de poing que lui assénait le colosse. Les gestes du Sanyassan n'étaient pas particulièrement rapides, mais il était si fort qu'un nouveau coup de sa masse rudimentaire fendit la roche en s'écrasant, provoquant une levée de poussière que Kath avala partiellement. La gorge emplie de poussière et les yeux gonflés, le novice tituba et encaissa un coup de genou dans les côtes qui le fit valser au sol. Le souffle coupé, Kath suffoqua en donnant un coup de son épieu devant lui, à l'aveuglette. Le Sanyassan se saisit instantanément de l'arme pour ramener Kath à lui dans un mouvement puissant, puis, abandonnant sa masse abîmée, il roua de coups le jeune homme, lui assénant plusieurs coups de poings et un grand coup de tête.

A chaque nouveau coup encaissé, Kath sentait sa conscience le quitter, et les maigres efforts qu'il faisait pour se débattre n'étaient pas suffisants. Après un dernier coup de poing, le maraudeur Sanyassan jeta le novice au sol et, ramassant sa masse, se prépara à l'achever. La vision de Kath se brouillait. La grotte, les torches, le Sanyassan... tout n'était plus qu'ombre et brouillard. La tête à l'envers, il aperçut encore au loin la silhouette de Saecha. La Twi'lek venait de tomber à genoux, visiblement touchée par quelque chose. Woopee, à ses côtés, venait de valdinguer au sol en lâchant ses armes. Devant, Bareman se démenait en frappant un ennemi de la crosse de son fusil, une flèche plantée dans la cuisse. Et Nass ? Le novice ne le voyait plus. Kath leva les yeux vers le plafond et rencontra le regard du Sanyassan qui s'apprêtait à mettre fin à son existence.

Et soudain, il la vit. Plus clairement que jamais, l'Ombre. Celle-ci semblait entourer le maraudeur qui ne se doutait de rien. Gigantesque, elle dessinait le contour d'un homme en armure, un anneau brillant au doigt. Son visage était masqué mais on pouvait distinguer des yeux rouges comme le sang au fond d'orbites profonds. Cette image était beaucoup plus inquiétante que celle qui l'avait tiré des marais ou qui l'avait aidé à trouver son chemin dans la grotte, mais elle dégageait la même chaleur, la même assurance... L'Ombre tendit la main, passant au travers du Sanyassan qui semblait figé sur place. Kath lança une main ensanglantée et désespérée en direction des doigts vaporeux de l'apparition. Il ne savait pas ce qu'il voyait, si tout cela était réel ou le fruit de son esprit fatigué. Mais cette silhouette mystérieuse l'avait aidé dans son passé récent. N'avait-il pas déjà vaincu ses doutes grâce à elle ? A ses côtés, il ressentait la Force, plus que jamais.

L'Ombre disparu soudainement quand Kath se saisit de sa main. Les yeux du novice s'écarquillèrent comme il était pris d'une sauvagerie nouvelle. Ses tempes se mirent à battre et la colère s'empara de son esprit : allait-il mourir ainsi, après tous les efforts qu'il avait fourni pour rester en vie ? Était-ce son destin de disparaitre sous les coups d'un monstre sinistre dans un lieu oublié, lui qui avait rejoint Endor afin de devenir Chevalier Jedi ? N'avait-il pas abandonné le confort d'une vie sur Alderaan, une famille aimante et paisible pour devenir un héros ? Dans un accès de rage, Kath ferma le poing de sa main toujours tendue en avant ; ses doigts se refermèrent sur son épieu, qui venait de frapper la joue du maraudeur en volant vers lui. Le Sanyassan grogna, une grimace terrifiée se dessinant sur son visage disgracieux.

Le novice se releva d'un bond, comme si toutes ses blessures n'avaient pas existé. Galvanisé, il para un coup que lui assénait son adversaire et contre-attaqua dans un geste sauvage. Son effort fut tellement violent que l'arme Ewok qu'il brandissait se brisa sur la nuque du Sanyassan qui tituba en lâchant sa masse. Sans attendre, Kath se rua en avant, plongeant son crâne dans le ventre de son assaillant. Les deux combattants roulèrent dans la pente rocheuse pour retomber sur la corniche inférieure. Ils mirent une poignée de seconde à retrouver leurs esprits mais l'Alderaani, plus petit et plus mobile que le colosse qu'il affrontait, put se relever plus rapidement pour lui lancer un coup de pied dans la mâchoire.

Le guerrier hurla de douleur. Kath, lui, n'avait plus d'yeux que pour le maraudeur, ignorant maintenant totalement les quelques flèches qui le visaient encore. Il se jeta sur son adversaire pour lui rendre tous les coups qu'il avait reçu de sa part, frappant une fois, deux fois, trois fois... Ce combat ne ressemblait à aucune joute d'entrainement Jedi, ni à l'une des rixes qu'il avait pu observer dans les cantinas les moins bien famées d'Aldera. Cet affrontement bestial ne se solderait que par la mort de l'un des combattants.
Parvenant à se dégager, le Sanyassan roula en arrière. Les regards des deux adversaires se croisèrent à nouveau. La haine se mélangeait à la peur dans les yeux du maraudeur qui ne s'attendait vraisemblablement pas à une telle résistance de la part du maillon faible de la compagnie qu'il attaquait. Kath brûlait maintenant d'un feu violent qu'il venait d'allumer. Il n'y avait plus de ténèbres, plus de grotte, plus de Jedi... Juste le farouche esprit de survie d'un animal blessé.


- Jéédaaaïïï... Tuer toi !
, grogna le maraudeur en reprenant contenance. Grande gloire tuer Jéd...

Les yeux du Sanyassan se révulsèrent. Il porta la main à son cou musclé, qu'une flèche venait de transpercer. Il jeta un dernier regard vers les corniches, mais son cri de rage fut étouffé par une exclamation de victoire. Woopee, un arc à la main, fit un grand signe à Kath, alors que le maraudeur s'écroulait, mort. Le novice resta un moment interdit, ses tempes bouillonnant toujours plus fort. Cet affrontement n'avait pas eu la conclusion qu'il espérait. il se voyait déjà ouvrir le ventre du monstre, lui déchirer les boyaux, se repaitre de sa chair comme un loup. Mais le Sanyassan était mort, et ses alliés fuyaient dans les tunnels, repoussés par Bareman et les autres.

- Ils battent en retraite, il faut se regrouper !
, s'exclama le clone en levant le poing.

- Yub nub !, cria Kolgat en tirant son épieu du corps sans vie d'un maraudeur.

Kath reprit soudainement conscience de ce qui l'entourait. La douleur de ses membres le frappa et il mit un genou en terre, se tenant le côté d'une main et frottant son nez ensanglanté de l'autre. L'adrénaline lui permettait de ne pas s'écrouler, mais il était déjà sérieusement amoché. De leur côté, ses compagnons n'avaient également pas été épargnés. Le novice sentit dans la Force la respiration saccadée de Saecha, essoufflée, ou les râles de Woopee. Seule la présence de Nass paraissait indétectable, comme si son aura sereine avait disparu dans cet océan de violence et de mort. Bon débarras, pensa Kath, qui ne s'était toujours pas calmé et serrait le poing. Le Gungan pouvait bien avoir disparu sur Correlia, il n'en avait cure. L'animosité passive qu'il éprouvait envers son professeur n'avait cessé de grandir ces dernières heures et il en était arrivé à un stade où plus rien n'avait d'importance si cela concernait le maître Jedi.

Se relevant douloureusement sur ses deux pieds, l'Alderaani entreprit de remonter la pente rocheuse pour rejoindre le reste du groupe. Arrivé à la hauteur de la compagnie, Kath put constater l'ampleur des dégâts. Bareman soignait une blessure de flèche qui paraissait relativement bénigne mais assez douloureuse et les Ewoks avaient l'air globalement sains et saufs, mais un peu sonnés. Quant à Saecha, elle gisait étendue sur le flanc, Nass penché à ses côtés.


- Elle a pris un coup dans les reins, ce n'est pas joli-joli
, expliqua le tenancier de la cantina du Sanctuaire quand ses yeux rencontrèrent le regard hargneux mais interrogateur de Kath. Regardant les blessures du novice, il ajouta à mi-voix : ...je leur avais bien dit qu'il ne faut pas prendre des gamins en mission...

Les tambours recommencèrent à battre au cœur de la Montagne. Les Sanyassans avaient beau avoir laissé plusieurs des leurs dans cette escarmouche, ils seraient bientôt de retour en nombre, armés de renforts. L'espoir le plus solide de la compagnie consistait à se remettre en route pour croiser Muyi Tano, Uriel, le chef Chitupa et le reste de la troupe, en espérant qu'ils n'aient pas eu à affronter une telle horde de maraudeurs. Mais avec Saecha sur le flanc et Kath blessé, cet espoir avait pris du plomb dans l'aile.

Nass se releva et fit face à son élève. Le Gungan était couvert de sang. Il avait probablement abattu plus d'ennemis à lui seul que le reste de la troupe mais avait encore l'air parfaitement calme, quoiqu'un peu fatigué. Kath détourna un instant le regard et tenta de masquer ses contusions ; il refusait d'offrir une nouvelle image de faiblesse à son sévère professeur. Il n'avait pas besoin de ses réprimandes et de ses remarques. Il avait triomphé seul d'une situation mortelle, en usant de la puissance de ses émotions et de la Force. Qu'aurait-il accompli s'il s'était servi du maigre enseignement que lui avait dispensé le maître Jedi ? Probablement rien. Ah ! Elle lui avait servi, l'histoire de l'Ordre, dans ce combat mortel. Et ses leçons au sabre ? Kath n'avait pas lui-même de sabre laser. A quoi cela l'avait-il aidé, en définitive ? Si l'Alderaani avait encore la vie sauve, il le devait uniquement à lui-même. Et à cette Ombre si souvent salvatrice, qu'elle soit louée.


- Que faisons-nous maintenant... "maître" ?

Le visage de Kath étaient interdit mais ses yeux défiaient clairement le Gungan. Il n'avait jamais été aussi prêt à se battre qu'actuellement, même désarmé. Son affrontement avec le Sanyassan avait libéré quelque chose en lui. La Force l'entourait, il la sentait. Elle résonnait dans ses tempes et dans la caverne comme les tambours des maraudeurs. L'heure n'était plus aux palabres. La guerre avait commencé.
_________________________


Revenir en haut
Rylen Korr
Ordre Jedi

Hors ligne

Inscrit le: 19 Mar 2007
Messages: 3 820
Niveau: 5
Rang: Maître du Conseil Jedi
Autre: Grand Maître Jedi

MessagePosté le: 06/04/2018 11:04:50    Sujet du message: Endor ne sera pas tienne Répondre en citant

Sagesse et affrontement. Harmonie et violence. Force contre force. Le conflit était omniprésent. Même dans les tréfonds de la galaxie.

Était-ce un aveu de faiblesse de la part de l'Ordre Jedi ? Était-ce une nouvelle preuve de la dure réalité de l'univers ? Le passé semblait revenir à eux comme un vieux souvenir qu'on aurait tenté de dissimuler dans un coin perdu de la mémoire : le dogme Jedi s'était bien crée sur des ossements recouverts de sang, il y a des millénaires en arrière. Et il lui faudrait encore de nombreux sacrifices pour survivre au temps, seul immortel du monde des vivants.

Le pacifisme était un idéalisme louable et bienvenu dans une galaxie chaotique. Cependant il restait un fervent ennemi de la réalité quotidienne : cet univers était dangereux et bestial. La violence triomphe toujours de la sérénité si cette dernière se laisse abuser par la beauté de son imagination.

Nass était d'origine Naboo. Un monde constamment opposé par ses deux races majeures : les Gungans parmi qui il naquit, et les Naboos majoritairement humains. Les premiers avaient toujours compris le caractère primitif de la vie, choisissant de vivre dans les profondeurs marines afin d'assurer à leur civilisation une protection contre les dangers extérieurs. Ce qui n'avait pas été le cas des Naboos, fervents idéalistes prônant le pacifisme et le dialogue même contre le pire des ennemis.

En repensant brièvement à ce passé si lointain, le Maître Jedi fit le parallèle avec la situation qu'il vivait actuellement sur Endor et fut définitivement convaincu que sa race avait toujours été bien plus en avance que celles des humains de son monde : ils avaient compris depuis des siècles que pour assurer la survie de leurs descendants, ils devraient les prémunir de ce qui se cachait dans la galaxie.

Les Ewoks avaient décidé de suivre la même voie que leurs lointains homologues amphibiens. Nass comptait bien les aider pour qu'ils aient ce droit à la vie.


- Nous continuons notre mission jeune Novice, répondit sèchement le Maître à son jeune Novice Alderaani, sans mettre fin au duel de regards qui s'était initié entre les deux partenaires, plus nous passons de temps ici, et plus nous nous exposons à ces guerriers Sanyassans.

Une flamme nouvelle surgissait des profondeurs des yeux de l'apprenti du Gungan. Là où la jeune Saecha avait succombé face à tant de violence fanatique, le jeune Kath Aplazm avait trouvé d'étranges ressources pour résister et répliquer avec autant de fureur que ses ennemis.

La guerre semblait être une nécessité dans ce contexte épineux. Mais à qui profitait-elle ... ?

Quelques gouttes de sang lui tombèrent sur les lèvres, le ramenant ainsi à la triste réalité du moment. Ce dernier n'était pas forcément propice à une longue réflexion mais plutôt à une vive réactivité, seul moyen de ne pas périr dans cette Montagne et de poursuivre la quête qui était la leur et qui se faisait oublier dans un tel affrontement.

Le groupe avait une épine dans le pied en la personne de la jeune Saecha Tan, dont le coup aux reins l'empêchait de se déplaçait à une bonne allure. Prenant ses responsabilités, Nass l'attrapa délicatement par l'épaule afin de l'inviter à se laisser porter mais il fut dépassé par Bareman qui avait visiblement eu la même idée et qui avait été plus prompt à réagir.


- Vous serez plus utile sans poids sur les épaules, Maître, lui précisa t-il sagement en se débrouillant comme il le put pour coordonner Saecha d'un bras et blaster de l'autre, et puis elle pourra me protéger si besoin, conclut-il en invitant la jeune Twi'lek à garder son sabre laser actif jusqu'à ce qu'ils soient tirés d'affaire.

L'expérience du combat dont faisait preuve le clone était décidément très utile aux côtés des deux jeunes Novices et des trois Ewoks qui vivaient là leurs premiers véritables affrontements. Nass s'estima heureux de ne jamais avoir douté de l'efficacité de ces hommes.

Tandis que les tambours se faisaient de nouveau entendre avec vigueur dans les profondeurs des cavernes - était-ce un énième signal d'alerte à destination des aventuriers ? - Nass ralluma son sabre laser et, suivit de ses amis, il ouvrit de nouveau la marche vers leur destin commun.


Le Gungan tendit son arme dans un mouvement perpendiculaire vers l'avant, direction à prendre pour fuir cette caverne inamicale. Loin dans la presque pénombre - les torches avaient quelque peu éliminé l'obscurité du lieu- apparaissait une arche qui semblait définir une porte de sortie intéressante pour le groupuscule composé des sept compagnons. C'est vers cette ouverture que Nass amena ses alliés.

Quelques minutes suffirent au Maître Jedi et aux siens pour se frayer un chemin entre les différents niveaux qui les séparaient de l'arche, fuyant de peu une nouvelle horde de barbares qui était apparue des profondeurs et qui avait accompagné le retour de ces mystérieux battements de tambours.

Ils venaient d'arriver dans une immense salle, à l'ambiance aussi noire que celle qui avait précédait les débuts des hostilités. Seule une faible lumière inconnue provenant du toit de la structure caverneuse éclairait le centre de l'étrange lieu. Se pensant momentanément en sécurité, les Ewoks profitèrent du bref moment de répit pour s'orienter et pour tenter de déceler une porte de sortie dans le trou noir qui leur faisait face. Mais derrière eux, les Sanyassans approchaient dangereusement. Pire encore, de nombreux barbares apparurent de part et d'autre de la salle dans laquelle ils avaient mis les pieds. S'ils ne se dépêchaient pas d'atteindre l'autre bout de cette place naturelle, ils seraient vite encerclés.


- Maître Nass ! Ils sont trop nombreux, nous devons fuir et vite !

Toujours aussi perspicace, Bareman laissa momentanément Saecha contre un pilier rocheux afin d'attraper une grenade qui pendait autour de sa taille. Se retournant instantanément, il la balança aussitôt dans le trou de l'accès qui leur avait permis d'accéder à cet endroit. Le projectile, à son explosion, laissa échapper un bruit sourd et bref ainsi qu'une forte lumière aveuglante dont l'éclat se propagea jusqu'à la position de la troupe. Fort heureusement pour eux, ils n'avaient pas été directement en contact avec elle et ne pouvaient donc pas en subir ses effets néfastes : il s'agissait d'une grenade flash, aussi appelée grenade aveuglante, utilisée pour éblouir temporairement des ennemis humanoïdes. De quoi permettre à leurs arrières d'avoir quelques instants de répit.

C'était maintenant ou jamais : ils devaient parcourir l'étendue qui s'ouvrait à eux ou ils finiraient transpercés par les flèches de leurs ennemis.
'Boum'

S'armant de courage et mettant leur endurance à rude épreuve, les sept alliés se retrouvèrent à mi-chemin lorsqu'ils se rendirent à l'évidence : ils n'arriveraient pas au bout de leur périple avant les Sanyassans, la faute en partie à un poids non négligeable en la personne de Saecha, blessée et temporairement invalide. En parallèle, les maraudeurs barbares qui leur faisaient face s'étaient incroyablement multipliés; les voilà qu'ils affluaient en nombre tout autour d'eux, remplissant presque l'étendue de leur champ de vision. Ils finirent par les encercler, interrompus dans leur passion guerrière par les armes laser de Nass et de Saecha qui semblaient faire peur à plus d'un barbare dans l'attroupement général.

Ils connaissaient ces sabres. Ils avaient vu ce qu'ils provoquaient. Aussi nombreux étaient-ils, personne n'avait envie de se faire découper par ces "bâtons lumineux".
'Boum'

Reprenant leur souffle, les trois Ewoks furent paniqués, s'agitant sur place et priant les esprits dans leur langue natale d'agir pour les protéger. Bareman, en bon soldat qu'il était, avait une main sur sa ceinture d'explosifs, prêt à se sacrifier pour emporter un maximum de ses ennemis dans les tréfonds de la mort.

Transpirant à pleines gouttes, usé par les efforts entrepris depuis plusieurs dizaines de minutes pour échapper à ces brutes, Nass évalua nerveusement la situation. Le sabre laser vers le bas, il semblait s'être résolu à se battre jusqu'à ce que mort s'en suive : ils n'étaient pas assez nombreux ni assez talentueux pour survivre à autant de belligérants.
-Boum-

'Boum' ... 'Boum' ... 'Boum' ...

La terre trembla brusquement. Les secousses à intervalles régulières s'intensifièrent même, atteignant une puissance telle que Growok tomba à la renverse avant de se relever à la hâte, bien aidé par ses compères Kolgat et Woopee. Mais le plus notable dans l'histoire fut la réaction des Sanyassans qui, paniqués, s'affolèrent et disparurent dans la pénombre. Laissant les sept compagnons seuls et livrés à leur sort.

Que se passait-il pour qu'ils décident, d'une seconde à l'autre, de fuir le combat ?


'Boum' 'Boum' 'Boum' 'Boum' 'Boum'

Au loin sur leur droite, les tremblements de terre engendrèrent un écroulement lent mais régulier. Une énorme cavité se dessina, laissant s'échapper une couleur rougeâtre venant tout droit des profondeurs de la Montagne. Celle-ci prenait de l'ampleur à mesure que les battements des tréfonds des cavernes s'intensifiaient.

'Boum'

Quelque chose -quelqu'un ?- était en train de se diriger droit vers leur position.

- Na na na na na ! s'emporta Woopee, la peur se lisant dans ses deux petits yeux globuleux.

Bareman venait immédiatement de comprendre ce que la boule de poils avait voulu signifier à ses compagnons : il savait exactement ce qui se cachait sous ses pieds et n'avait visiblement pas envie d'y faire face.

Dans un élan collectif, les aventuriers se remirent en marche, courant comme jamais vers l'unique sortie qui se trouvait à l'opposée de l'ouverture depuis laquelle semblait se précipiter l'étrange danger qui avait fait fuir les Sanyassans.

Devant l'urgence de la situation, Nass n'avait pas voulu sonder la Force pour en apprendre d'avantage. Mais celle-ci lui envoyait des ondes incroyables, signe qu'un terrible danger s'apprêtait à s'abattre sur lui et les siens.

Arrivés devant la seule sortie de cette gigantesque caverne, le Gungan eut l'étrange réaction de s'arrêter momentanément afin de s'assurer que les échos qu'il recevait de la Force étaient vrais. Si celle-ci ne mentait pas... Alors le temps leur était compté.

Seuls les Ewoks n'avaient pas stoppé leur course, prenant la première place du groupe et fuyant à toute allure un danger qu'ils estimaient trop proches pour contempler tranquillement son arrivée.


- Courez... ordonna t-il solennellement à ses amis, poussant violemment Kath vers l'ouverture lui intimant de ce fait de ne pas traîner et de ne pas l'attendre.

Le Maître Jedi voulait le voir de ses propres yeux. Il voulait savoir ce qui se cachait dans cette Montagne Noire et découvrir ce qui, quelque part, leur avait lancé un terrible appel de détresse dès leur arrivée dans ces tombeaux caverneux. Car l'amphibien savait désormais que cette chose attendait depuis des heures de se réveiller pour prendre part au combat.

Nass craignait que leurs actions ne l'aient réveillé.


- Ne m'attendez pas ! s'emporta t-il en lançant des éclairs du regard à Bareman qui s'était momentanément arrêté pour laisser le temps au Maître Jedi de rejoindre le groupe.

Au même moment, un terrible séisme secoua les lieux. La Montagne trembla, à tel point que le plafond se mit à déverser par centaines des cailloux de diverses tailles. Adossé à un mur et luttant de toutes ses forces pour ne pas chuter, Nass faillit être emporté par un bloc de plusieurs tonnes mais il était tellement sur ses gardes qu'il fit le bon déplacement pour l'éviter. Le calme revint de nombreuses secondes après, du moins en apparence.

Car la Force, elle, continua à s'agiter. Jusqu'à laisser apparaître l'inévitable.


'GROUUUUUUUUUUAH'

Au loin dans la caverne qu'ils venaient tous de quitter - à l'exception de Nass - apparut un effrayant Dragon Condor de plusieurs dizaines de mètres de hauteur et de longueur. Et à la vue de sa large gueule qui faisait peut-être le double de la taille de Nass, il n'avait pas apprécié le boucan qu'avaient crée les quelques mortels habitant sa montagne.

Le conflit l'avait réveillé mais lui avait surtout ravivé son appétit. Le Maître Jedi se demanda presque si les Sanyassans et les tambours n'y avaient pas été pour quelque chose.

Conscient qu'il ne pourrait pas lutter contre une bête de cette taille, l'éminent guerrier de l'Ordre se précipita sur les pas de ses alliés qui avaient déjà parcouru un peu plus de cinquante mètres. Sa force physique et son endurance, bien que mis à rude épreuve depuis de nombreuses heures, étaient bien au delà des capacités actuelles du reste du groupe, amputé par de nombreuses faiblesses longtemps compensées par le Maître Jedi. Sans même évoquer la morphologie des Ewoks ou les blessures de Kath, le véritable poids restait Saecha, dont la survie se résumait en un seul nom : Bareman.

Mais même le clone avait ses limites et avec un équipement aussi lourd que celui qu'il portait depuis le début de cette aventure, le corps de la jeune Twi'lek devenait une inquiétante faiblesse qui allait leur coûter tôt ou tard une fâcheuse conséquence.

Le chemin parcouru par la petite communauté en un temps aussi réduit était plutôt important compte tenu du temps qui leur avait fallu pour fuir les Sanyassans quelques instants plus tôt. Les barbares, visiblement effrayés par la créature qui s'était invitée à la bataille, les avaient momentanément délaissés sur le chemin qu'ils avaient décidé d'emprunter mais ils firent à nouveau leur apparition au loin à l'horizon, perchés sur les hauteurs en attendant l'arrivée prochaine de leurs proies.

Loin devant eux se dressait un pont rocheux, le seul accès qui les séparait d'une éventuelle porte de sortie. C'est cette passerelle naturelle que les Sanyassans espéraient protéger, conscients qu'il s'agissait de la seule route de survie viable pour les quelques autochtones et leurs alliés qui s'approchaient.


- Dum dum ! Khazad ! beugla Woopee en pointant de sa lance le pont, comme si cette vue l'avait quelque peu rassuré quant à leur chemin vers la sortie de la Montagne.

Arrivés les premiers, les trois valeureux Ewoks empruntèrent la tête du groupe et se lancèrent dans la traversée de la structure naturelle, sans une seule crainte quant à leurs ennemis barbares situés en hauteur et qui se mirent à tirer des flèches en direction du pont. C'était comme si les autochtones poilus s'étaient convaincus de inefficacité des Sanyassans dans le combat à longue portée, ou alors était-ce simplement de la témérité ?

Bareman et Saecha furent les suivants à se présenter face au seul accès qui leur était offert. Rejoints aussitôt par Kath Aplazm, les trois compères purent observer l'incroyable gouffre qui s'ouvrait à eux. La profondeur du vide était telle qu'il n'y avait que de l'obscurité sous leurs pieds, signe qu'il valait mieux éviter de s'y projeter. Qui que soit le créateur de cet édifice reliant les deux bouts, ils pouvaient lui dire un grand merci car il leur avait sauvé la mise.

Encore fallait-il traverser le pont sains et saufs. Encore fallait-il survivre au danger qui se rapprochait doucement dans leur dos : l'effrayant Dragon-Condor qui gagnait du terrain par rapport à leur position.


- Passez devant ! ordonna le soldat clone aux deux Novices Jedi en transmettant le corps blessé de Saecha à son ami Kath.

En bon soldat d'expérience, Bareman s'assurait que les plus jeunes et les plus faibles soient hors de portée de tout danger. Il ne manqua pas de tirer plusieurs salves de blaster en direction des hauteurs pour couvrir la traversée de ses deux partenaires Jedi puis il reporta alors son attention sur Nass.

Le Gungan, sabre laser en mains, venait juste d'arriver. Dans son dos, le dragon le surplombait de plusieurs dizaines de mètres. Des frissons parcourent Bareman de la tête aux pieds tandis que son regard était porté vers son ami Jedi, l'invitant à traverser le pont le plus vite possible à ses côtés.

D'un geste de la main sans équivoque, Nass le poussa vers l'avant.


- Guidez-les, Bareman !

Cet ordre était précis, sans détour. Pourtant, le clone y perçut 1.000 sous-entendus. Parmi eux, celui qu'il avait jamais espéré entendre.

- Par la Force ! barrez-vous d'ici ! gueula t-il une nouvelle fois en repoussant violemment le clone en direction du pont.

Le militaire n'était pas naïf. Comme tous les clones, il avait été doté d'une personnalité réaliste, créée pour répondre aux exigences de la vie et notamment de la guerre. En pareilles circonstances, il n'y avait pas de place pour une hésitation et chaque choix de ce type devait être accepté pour le bien commun.

Bareman traversa le pont et rejoignit le reste du groupe. Une troupe au complète A l'exception du Maître Jedi, désormais piégé au milieu du pont par un dragon menaçant qui avait trouvé en Nass un festin à la hauteur de sa stature.

A l'abri vers ce qui semblait être la sortie des cavernes tant recherchée, et sachant ses amis sains et saufs, Bareman se tourna alors vers la structure qui reliait les deux bords du gouffre. La scène était surréaliste : d'un côté, l'illustre Maître Jedi, le sabre laser tendu vers son ennemi; de l'autre côté, le dragon Condor, surplombant le petit mortel à la peau verte sans crainte ni peur. L'animal, qui n'avait semble t-il pas eu de repas convenable depuis un certain moment, beugla tellement fort que les parois rocheuses de la Montagne semblèrent trembler devant cet écho si puissant. C'était là un dragon anormalement grand et dangereux qui possédait un étrange pouvoir.

De ses yeux semblaient ressurgir une flamme maléfique. Le dragon-Condor était habité par une aura malveillante. Même Bareman pouvait le déceler de sa position. Se pouvait-il que Nass l'ait ressenti ? Se pouvait-il qu'il ait compris bien avant les autres à quel danger ils auraient à faire ?


- Vous ne passerez pas !

La voix, bien menaçante, de Nass retentit elle-aussi comme un écho perçant dans les profondeurs de la Montagne Noire. Le Maître Jedi était lui aussi habité par une force impressionnante, celle d'un homme qui était prêt à tout pour défendre ses convictions. Comme l'en atteste le coup de sabre qu'il porta au sol sous ses pieds, un geste brutal qui faillit faire céder le pont sur lequel il se trouvait en compagnie de la bête.

L'attaque indirecte de ce petit être amphibien déplut au gigantesque dragon. Ce dernier répliqua instantanément en envoyant un coup de patte en direction de Nass, qui se protégea avec son arme en fervent adepte du Soresu.

Là-haut sur les niveaux supérieurs, et tandis que l'activité Sanyassan avait été éclipsée par le duel divin qui avait lieu sur le pont, Bareman aperçut une poignée de Sanyassans basculer étrangement dans le vide. Leur attention semblait avoir été redirigée vers quelqu'un d'autres. Le destin venait-il leur donner un coup de mains bienvenu ?

Le moment était on ne peut mieux choisi pour aller aider Nass. Mais alors que Bareman s'apprêtait à tirer dans la direction du dragon, son blaster lui fut retirer des mains par une force invisible. Il essaya vainement de le récupérer, puisqu'il fut projeté au sol et dans l'incapacité de se relever.


- Vieux timbré ! Ne faites pas ça !

Bareman se débattait contre un ennemi invisible. La rage se lisait sur son visage. Il avait d'ores et déjà compris qui en était à l'origine.

- Je suis un serviteur de la Lumière, seule alliée de la Force. Le Côte Obscur ne vous servira à rien, flamme du Mal ! hurla le Maître Jedi à l'encontre de son adversaire animal, Vous... ne passerez... PAS !

Joignant le geste à la parole et tandis que le dragon s'apprêtait à gober le petit être arrogant qui lui barrait le chemin, Nass effectua une poussée de Force d'une puissance inimaginable qui repoussa violemment le Dragon, l'envoyant s'écraser comme un vulgaire jouet contre la paroi rocheuse au bord du gouffre.

Dans un cri strident, la bête tenta comme elle le put de se rattraper mais elle tomba dans le vide. En voyant l'issue de l'affrontement, Bareman laissa retomber toute la pression de l'évènement en reprenant un souffle que la gravité de la situation lui avait retiré.

Jusqu'à ce que le dragon, dans sa chute, ne tente un baroud d'honneur en frappant de sa gigantesque aile droite le dessous du pont.

L'édifice, fragilisé par le bref duel, vacilla et se fragmenta. Nass perdit son équilibre, laissa échapper son sabre laser qui rejoignit le gouffre et le dragon qui y avait déjà chuté, puis il tomba lui-même à la renverse. Le Gungan se retrouva alors suspendu au dessus du trou noir, retenu par sa seule main gauche qui avait à sa charge tout un corps à porter.

Bareman croisa une dernière fois le regard agité du Maître Jedi, qui était parvenu à redresser sa tête. Les lèvres du Maître Jedi bougèrent, mais le clone fut incapable d'entendre ce qu'il tenta de lui dire.

La seconde d'après, le pont bascula définitivement dans les abysses. Nass avait rejoint son valeureux adversaire dans le tombeau de la Montagne Noire.

_________________________
- 1/ Soresu - III - Parades (Défense) =) Rylen en fait sa principale technique de combat -
- 2/ Shien - IX - Coup vif à l'adversaire (abandonnée au fil des années au profit de l'Ataru) -
- 3/ Sokan - VIII - Frappes rapides et brèves -

-Histoire du Maître Jedi-
-Possessions du Maître Jedi-
- Second perso: Rick O'lonell -
Revenir en haut
Kath Aplazm
Ordre Jedi

Hors ligne

Inscrit le: 10 Déc 2015
Messages: 635
Niveau: 0
Rang: Novice

MessagePosté le: 24/04/2018 00:03:10    Sujet du message: Endor ne sera pas tienne Répondre en citant

Le feu qui brûlait dans les yeux de Kath se réverbéra un instant dans les orbites globuleux de son instructeur. Alors qu'il tombait dans l'abîme noire et profonde de la Montagne Noire, le Gungan avait lancé un ultime regard en direction du groupe amoindri. S'il avait eu le temps d'observer les compagnons un à un, il aurait vu la mine éteinte du clone Bareman, les visages déconfis de Growok, Kolgat et Woopee, les lèvres tremblantes de Saecha... le novice humain qui fermait la marche du groupe, quant à lui, était interdit, les joues creusées et les sourcils froncés dans une expression étrange.

Étrange, c'était bien ça. Kath ne savait que ressentir en cet instant. De la tristesse ? Il n'avait personne à pleurer, sinon un maître qu'il n'avait jamais porté dans son cœur. De la peur ? Il avait été pris de panique quand l'ombre gigantesque du Dragon Condor avait succédé aux hordes de Sanyassans, mais l'adrénaline l'avait gardé de toute imprudence. Du soulagement ? Le pire restait à venir, en effet. De l'angoisse ? Mais que pouvait-il leur arriver de pire ? Des émotions crues se mélangeaient dans l'esprit de l'Alderaani, ainsi que beaucoup de questions. Et il n'était assurément pas le seul à se les poser.

Mais personne ne parla. Tous regardaient le gouffre dans lequel s'enfonçait Nass, comme ralenti par une force surnaturelle. Chacun des mouvements du maître Jedi paraissait ralenti, lourd. Et soudain, il disparut. Sans un bruit, au bout d'une chute lente et silencieuse. La scène se figea, le temps d'une respiration.

Un craquement sourd ramena les esprits dans le moment présent. Et maintenant, qu'allaient-ils faire ? Les Ewoks semblaient exténués par leur course, et leurs compagnons humanoïdes étaient tous les trois blessés. Kath regarda à sa gauche : Bareman, qui aidait Saecha à marcher d'un bras robuste, mettait un genou en terre. La fatigue et l'abattement touchaient même les plus forts. Kath regarda à droite : Woopee et Kolgat pansaient le bras de Growok, qu'une flèche Sanyassan avait effleuré. Enfin, Kath regarda le pont, brisé par l'aile gigantesque du monstre qui avait emporté son maître. Un instant, il crut apercevoir l'Ombre qui l'avait accompagnée, mais celle-ci s'évapora en un instant, comme happée par le vide en dessous d'elle, ne laissant plus une trace de sa présence. Le jeune homme se frotta les yeux pour être sûr d'avoir bien vu mais la forme avait bel et bien disparu quand il rouvrit les paupières. Au loin, en direction des cavernes, le novice pouvait par contre distinguer les formes des maraudeurs qui accouraient, intrigués par la disparition des hurlements du Dragon millénaire. Ils ne tarderaient pas à parcourir la distance qui les séparait de la troupe affaiblie en s'aidant des corniches et des couloirs dissimulés. La seule solution pour Kath et ses compagnons était encore de continuer vers la voie qui se dégageait derrière eux et de profiter du répit que Nass leur avait offert.

Au fur et à mesure que les secondes passaient, l'énergie combative de l'Alderaani descendait et il retrouvait peu à peu ses esprits. S'il n'avait pas encore assez de recul pour apprécier la situation, il se surprit à repenser à Nass. Le gros Gungan s'était sacrifié pour les sauver. Un geste noble de sa part, et très inattendu. Etait-il aussi insensible qu'il le laissait paraitre ?


- Je ne peux pas croire que maître Nass soit parti...
, sanglotta Saecha, la main plongée contre son flanc. Des rictus de douleur venaient briser son expression d'infinie tristesse. Kath ne connaissait pas la nature de la relation qui l'unissait au maître d'armes, mais l'évènement semblait affecter la Twi'lek bien plus que lui. L'Alderaani essuya une larme qui coulait sur sa joue. Est-ce qu'il pleurait ? Ce devait être le stress.

- Remettez-vous en route, nous ne sommes pas tirés d'affaire, ordonna Bareman d'une voix grave, mais calme. S'il était avant tout un homme d'action et de combat, le vieux clone n'était pas tout à fait dépourvu d'empathie. Il paraissait accuser le coup de la disparition du leader de la cohorte avec philosophie. Mais comme le groupe reprenait sa progression, Kath constata que le tenancier de la cantina se retournait de temps à autre pour regarder le vide derrière eux.

Au bout d'une demi-heure d'une marche silencieuse mais rapide, les six guerriers, la mine sombre et basse, parvinrent à un embranchement. Une grande pente éclairée les mènerait vers la sortie, tandis qu'un autre couloir descendait vers les profondeurs obscures. S'ils devaient à nouveau croiser les maraudeurs, ce serait à cet endroit. Bareman suggéra qu'ils avancent avec encore un peu plus de prudence, mais il ne put retenir Growok qui s'élançait déjà vers la lumière du jour avec un cri de soulagement, son bras blessé en écharpe.

Alors qu'il observait les arrières de la troupe d'un œil anxieux, Kath se retourna d'un bond. Non, Growok, attention !...Il crut avoir le temps de crier, mais aucun son ne sortit de sa gorge serrée. L'Ewok venait de s'effondrer au sol, les pieds pris dans une corde et le visage médusé. Tout comme l'entrée, la sortie de la Montagne était piégée. ils s'étaient fait avoir comme des bleus. Le jeune Ewok eut bien de la chance de ne pas recevoir sur le crâne l'un des énormes rochers qui tombèrent du plafond pour leur barrer la route. Il devait y avoir sur Endor un Dieu pour les inconscients, sans qui ni Kath ni l'imprudent Growok n'auraient survécu aussi longtemps.
Cette nouvelle mésaventure bloquait la progression du groupe. Le jeune humain, pris d'une colère alimentée par sa fatigue, s'avança d'un pas rageur. Il releva l'Ewok d'un bras et sans ménagement.


- Barré congénital ! Ça ne t'a pas suffi de tomber dans un piège ? Il faut qu'on se les bouffe tous ?!

Le jeune homme n'avait plus aucune retenue dans ses paroles. Nass disparu, il n'avait aucune raison suffisante de retenir ses frustrations. Distribuant un grand coup de pied dans un caillou, il se cogna l'orteil et lâcha un juron. A côté de lui, l'Ewok ricana, puis s'en alla retrouver ses congénères. Kath ne lui adressa pas un regard. Il scrutait les parois rocheuses, espérant trouver quelque espace où se glisser pour enfin revoir le jour. Bon sang ! Ils étaient si proches du but, et pourtant si loin ! Le novice frappa la pierre de ses paumes, sans ressource. Son front bouillait de rage et d'abattement. Derrière lui, Saecha s'était avancée en boitant, laissant Bareman s'assurer que leurs arrières étaient bien couverts.

- Calme-toi... il y a bien un moyen de sortir. Réfléchis : que ferait maître Nass s'il était dans...


- Qu'il aille au Diable !
, hurla Kath, plus à la cantonade qu'à l'adresse de sa camarade.

La Twi'lek dévisagea l'Alderaani, les sourcils froncés.

- Et toi, t'as pas envie de donner un coup de main ? Ou tu vas te contenter de regarder et de juger, comme d'habitude ?

- C'est normal, tu sais...d'être triste, répondit Saecha d'une voix faible après quelques secondes de silence. Moi aussi, je voudrais que ça ne se soit pas passé comme ça. Mais souviens-toi du code : il n'y a pas de Mort, il n'y...

- Ferme-la ! Fermez-la tous, avec vos concepts à deux balles. J'en ai plus qu'assez de vous entendre, toi et les autres, me parler de Force, de philo' et de principes Jedi. Ça n'a servi à rien, ici. C'est pas une expédition, c'est l'Enfer !

- Maîtrise ta colère. Tu es fatigué...nous sommes tous fatigués. Et puis...cette Montagne est nocive.

- Ah ouais ? C'est quand tu t'es pris un coup dans le bide ou quand le Dragon a butté Nass que tu t'en es rendu compte ?

Un claquement vif se répercuta sur les murs de la grotte. Saecha grinça des dents, secouant sa main devant elle. Kath, de son côté, se frotta la joue d'un revers de sa bure. L'avait-elle giflé ? L'Alderaani mit un instant à comprendre ce qui venait de se passer. Les deux novices se fixèrent pendant une longue minute, sans mot dire. Saecha paraissait sur le point de fondre en larmes, mais plus encore, elle semblait prête à frapper à nouveau. Détournant le regard, Kath posa son dos contre la caverne et massa ses cuisses endolories, honteux.

- Désolé...C'est pas ce que je... enfin...

La Twi'lek se renfrogna et s'assit au sol. Elle avait de nouveau du mal à soutenir la douleur que lui infligeait sa blessure. Kath voulut encore lui parler, mais Woopee s'interposa, poussant le novice sur le côté, pour apporter une assistance nécessaire à la combattante alitée. Kolgat et Growok, remis de ses émotions, arrivèrent peu après, Bareman à leur côté.

- Bon. Je vais leur donner un peu de leur propre came... J'ai piégé l'embranchement derrière nous avec des explosifs légers. Ça devrait nous donner un peu de temps pour dégager la route.

Comme on pouvait s'y attendre, le clone avait pensé à tout. La tête froide même dans les pires des moments, ce soldat entrainé avait plus d'une corde à son arc et comptait bien survivre encore de longues années. Relevant Kath d'un geste brusque, il l'enjoignit à se joindre à lui pour déblayer la voie. A force d'efforts, les deux humains finirent par faire bouger d'un des rochers jusqu'à dégager un passage suffisamment large pour permettre aux Ewoks de sortir en se faufilant. Woopee prit la tête, en bon pisteur expérimenté, suivi d'un Growok bien moins enthousiaste qu'auparavant.

Alors que Kolgat arrivait enfin de l'autre côté, une explosion retentit. Bareman saisit son fusil poussant de toutes ses forces sur les rochers à l'aide de l'une de ses épaisses bottes et de ses larges épaules. Les maraudeurs seraient un peu ralentis par les éboulements et les pièges laissés derrière lui par l'ancien soldat, mais ils les rejoindraient rapidement malgré tout. Ils devaient fuir, il ne leur restait pas beaucoup de temps. Kath tenta de prêter main forte au clone, mais c'était peine perdue : le rocher ne bougerait plus. Le novice regarda Bareman d'un air désabusé, mais le soldat ne lui prêtait pas attention ; des formes se dessinaient déjà au bas de la pente.

Même au prix d'efforts titanesques, Bareman et Kath ne parvinrent pas à faire bouger le rocher d'un demi-centimètre. Le clone sembla se résigner et, braquant son arme vers les ténèbres, il abattit les deux premiers Sanyassans qui arrivèrent dans sa ligne de mire. Saecha, miraculeusement debout, faisait tournoyer son sabre laser avec l'énergie du désespoir.


- Tu dois nous ouvrir le chemin, allez !

- Facile à dire, ça ne bouge pas !

- Sers-toi simplement de la Force !

Kath avait déjà entendu Saecha prononcer cette phrase. Tout semblait si simple pour la Twi'lek. Bien sûr, elle avait reçu un enseignement digne de ce nom, auprès d'un instructeur rigoureux, elle. Évidemment qu'utiliser la Force devait lui sembler aisé. Mais, manque de pot, Kath n'avait pas eu cette chance. Lui avait fait ses premières classes auprès de Nass, un maître sévère, qui ne lui avait rien épargné, de l'apnée dans les ruisseaux en passant par la traversée à la nage du lac Fektur et l'escalade de l'arbre Wrorshyr... Kath écarquilla les yeux, frappé par une évidence qu'il n'avait pourtant pas saisie jusqu'alors. Jamais il n'avait pensé un jour réussir de telles épreuves et pourtant, il y était parvenu. En bon dernier et avec difficulté, certes, mais il avait réussi tous les défis que le Gungan leur avait imposé, à lui et ses camarades Alya, Bhaal, Clerys, Endolorean, Arnhal... A côté de cela, bouger un rocher d'un demi-mètre ne semblait pas une tâche si insurmontable.

Le novice se concentra sur le rocher, figé dans le sol. Les tirs de blaster et les jaillissements du sabre laser frétillaient à ses oreilles, et ses yeux arrivaient difficilement à ignorer l'action qui se déroulait juste à côté de lui, d'autant qu'une flèche faillit le défigurer. Kath déglutit, puis ferma les yeux. Il ne voyait plus que des ombres, mais il sentait les flèches se déplacer dans l'air, les mouvements de Bareman pour les esquiver... Et devant lui, la masse informe de la pierre qui leur barrait le passage. Elle était immobile, mais ses contours noirsfluctuaient, comme s'il s'était agi de petites flammèches. Quelle sensation étrange. Un instant, Kath se sentit comme hors du temps et de l'espace. Il avait vécu pareille expérience dans les marais, peu avant de rentrer dans la Montagne. Etait-ce encore une illusion ? Il tendit la main vers l'ombre et la caressa de ses doigts. Elle était froide, mais dure. Doucement, il déposa sa paume contre elle et tenta de s'en saisir, pour l'écarter.

Mais l'ombre ne bougea pas. Les tempes de Kath se mirent à battre comme il persistait à attraper des bords qui se dérobaient à lui. Soudain, une silhouette réapparut à ses côtés. Il la reconnaissait bien, car c'était elle qui l'avait accompagné tout au long de son parcours dans la Montagne. Allait-elle à nouveau lui montrer le chemin ? Kath sourit, le cœur emplit d'une courage renouvelé. Avec l'aide de l'esprit de la Montagne, il allait déplacer le rocher et Saecha, Bareman et lui pourraient enfin s'échapper. Cependant, la silhouette à l'anneau ne bougea pas. Quand l'Alderaani se tourna vers elle, implorant son assistance, elle se contenta de croiser les bras.


- Pourquoi ?...pourquoi me laisser maintenant ?
Les traits du visage de la créature se précisèrent. Ils paraissaient humain, mais Kath n'avait jamais rien vu de pareil. La silhouette n'était plus du tout amicale, ses dents étaient acérées et son sourire mauvais. Elle leva son bras gauche, et celui-ci se changea en un visage terrifié.

- Jarrik ?!

La créature éclata de rire et leva la main droite. La paume de sa main s'embrasa et chacun de ses doigts, changés en arbres, prit feu jusqu'à ne laisser qu'un moignon carbonisé. Kath tomba en arrière, pétrifié de terreur. Il n'avait jamais rien vu de tel. il tenta de rouvrir les yeux, mais n'y parvint pas, heurtant juste sa tête à la pierre dans un mouvement de recul. La silhouette s'approcha de lui. Ses contours vacillants changeaient de forme au gré de ses pas. Le novice distingua le visage de Voxe, celui d'Elyna Faràn, de Fic Drecko, d'Uriel... Et soudain, celui de Nass. Kath ne put définir l'émotion qui s'empara de lui quand il reconnut le nez grotesque de son défunt mentor, mais elle le poussa à sauter, le poing fermé vers l'avant. Son bras traversa la créature qui disparut dans l'air.

Pris d'une douleur intense au bras, Kath rouvrit soudainement les yeux en criant de douleur. Son poing droit était ensanglanté et brun comme la boue, couvert d'un immense hématome. Malgré tout, l'Alderaani fut pris d'un éclair de lucidité et se roula sur le côté, à la recherche de Bareman ou de Saecha. Un bras lui attrapa la jambe et le traina en arrière sans qu'il puisse résister. Un instant plus tard, il était dehors, entouré de trois Ewoks qui poussaient des cris victorieux. A ses côtés gisait un immense rocher, marqué en son centre par un impact violent, pas plus gros qu'un poing... Des gouttes de pluie vinrent frapper le visage du novice, qui sentit à nouveau la caresse du vent dans ses cheveux. Il n'avait jamais été aussi soulagé de retrouver le mauvais temps de la lune forestière.

_________________________


Revenir en haut
Rylen Korr
Ordre Jedi

Hors ligne

Inscrit le: 19 Mar 2007
Messages: 3 820
Niveau: 5
Rang: Maître du Conseil Jedi
Autre: Grand Maître Jedi

MessagePosté le: 17/05/2018 23:21:21    Sujet du message: Endor ne sera pas tienne Répondre en citant

Il y avait de ces images inoubliables qui vous marquaient à jamais. Il y avait de ces souvenirs qui vous glaçaient le sang lorsque vous les relisiez dans votre esprit, même des années après.

La mort du Maitre Jedi Nass en faisait désormais partie pour l'éternité.

Sa chute avait eu l'effet d'un coup de poignard dans le dos : on ne s'y attend pas jusqu'à ce qu'il survienne et vous frappe instantanément. Le monde n'est alors plus le même. Vous êtes dans l'incapacité de réagir, d'y apporter une solution visant à l'empêcher de se produire. La stupeur laisse alors la place au remord. On se pointe du doigt, on s'accuse de n'avoir rien fait pour changer le cours des choses. Sauf que l'on n'y pouvait rien : quand quelqu'un était décidé à se sacrifier, sa volonté était plus forte que tout.

Mais comment pouvait-on encore espérer une issue heureuse à cette quête lorsque le plus puissant de tous les protagonistes n'était même pas parvenu jusqu'à la moitié du voyage ?

La sortie des cavernes fut une maigre consolation à l'égard des pertes qu'ils venaient de connaître. La Montagne Noire avait englouti leur plus précieux leader, de surcroît le plus puissant et le plus fort d'entre eux. Elle les avait également séparé, les rendant ainsi plus vulnérables et plus fragiles pour la suite de leur périple. Et comme si leur malheur n'était pas assez grand, le groupe déjà bien inexpérimenté était affaibli par des blessures diverses. Et avec une Saecha qui ne pouvait pas continuer à marcher à une bonne allure sans l'assistance d'un de ses compères, ils seraient forcément ralentis dans leur trajet.

Ce qui n'était pas le cas de leurs ennemis Sanyassans qui étaient cent fois plus nombreux et pour qui les rattraper était un jeu d'enfant.

La pluie vint les frapper de plein fouet alors qu'ils retrouvaient à peine l'air frais de la lune forestière d'Endor. L'eau salée distillée par gouttes depuis le ciel était une aubaine pour leur corps, une manière de les nettoyer de la maladie de la Montagne Noire. Soulagé de pouvoir enfin rafraîchir son corps meurtri, Bareman leva la tête au ciel et ferma les paupières afin de savourer ce moment d'harmonie et de quiétude. Ce bref échange avec les éléments lui rappela qu'il n'avait pas bu depuis une éternité, c'est ainsi qu'il attrapa sa gourde et qu'il la déposa délicatement sur sa langue pour en extirper le contenu. Celle-ci était quasiment vide. Il poussa un juron avant de se recentrer sur sa mission.


- Ne nous arrêtons pas plus longtemps. Rejoignons immédiatement le fleuve si nous ne voulons pas nous faire rattraper par les maraudeurs.

Bareman était désormais le leader de ce groupe décomposé. Il devait montrer la voie à emprunter à deux jeunes Novices Jedi qui avaient encore tout à apprendre de la vie, et il devait grandement épauler trois jeunes Ewoks qui, malgré leur bravoure et leur expérience du combat de guérilla, restaient bien trop légers pour faire face à des hordes de Sanyassans seuls.

Le clone rechargea son arme, remarquant au passage que les munitions commençaient cruellement à manquer. Le visage sévère, il ne montra aucune émotion négative qui aurait pu démoraliser les troupes. Pourtant, il était conscient qu'il ne pourrait pas mener bien loin ses alliés en l'état. La quête avait toujours reposé sur le leadership des Maîtres Nass et Tano pour être menée à bien. Sans eux, ils étaient perdus.

Mais il mourrait pour les mener aussi loin que possible. Quelqu'un de cher à ses yeux s'était sacrifié pour qu'ils survivent, ils devaient honorer sa mémoire et faire en sorte que sa mort ne soit pas vaine.

La Montagne Noire était censée être un passage vers "l'autre monde". Le territoire dans lequel ils avaient mis les pieds était un lieu que peu de Naa'fruu avait déjà visité tant il était éloigné de leurs terres, et aucun Jedi ne s'était aventuré aussi loin que la Montagne Noire. En repensant à toutes les histoires qu'il avait entendu à propos des territoires inexplorés d'Endor, Bareman pensait découvrir un autre monde en mettant les pieds ici. Pourtant, il n'y vit que du déjà vu : des montagnes à perte de vue. Ils étaient toujours au milieu de la chaîne de montagnes qu'ils avaient commencé à gravir avant d'entrer dans les cavernes obscures de la Montagne Noire.

Devant eux, une multitude de petits sentiers étroits s'ouvraient entre les parois rocheuses des sommets. Ces derniers disparaissaient dans les nuages, comme engloutis par les cieux. La pluie apportait avec elle une importante brume qui empêchait Bareman et les siens de voir l'horizon à plus de cinquante mètres devant eux. Ils avançaient donc à l'aveuglette, prudents mais certains d'y trouver au bout ce qu'ils recherchaient tant : Chureelung, "le fleuve des montagnes qui mène au Néant".

C'est ainsi que l'on pouvait résumer leur quête : ils ne savaient pas où ils allaient mais ils y allaient tout de même, quand bien même ils y trouveraient la Mort au bout.

Dans la précipitation, le tenancier du Sanctuaire Jedi avait presque oublié le reste du groupe dont ils avaient été séparés dans les profondeurs de la montagne. Y avait-il une chance qu'ils aient survécu ? Étaient-ils parvenus à quitter les cavernes infestées par le danger ? Le doute l'assaillit subitement. Bareman se passa la main dans les cheveux et regarda désespérément le ciel, certainement à l'idée d'y recevoir un soutien divin.

Seuls des clones de sa nature étaient capables de se battre dans de telles conditions sans éprouver la moindre faiblesse mentale. Bareman avait connu d'innombrables expériences dans sa courte vie accélérée, et pourtant il continuait à faire face à de terribles épreuves que peu de gens dans la galaxie pouvaient se targuer d'avoir eu à affronter.

Les trois Ewoks avaient pris la tête du groupe, menant les deux Novices Jedi et le militaire vers leur objectif lointain. Saecha, aidée par Kath, semblait avoir récupéré de ses blessures bien qu'elle était toujours incapable de tenir la cadence seule. Le clone barbu fermait lui la marche, étant le plus à même de surveiller leurs arrières avec la technologie militaire avancée dont il disposait.

Au loin derrière lui, il lui sembla entendre des cris sourds. S'arrêtant subitement pour mieux concentrer son énergie sur le pouvoir de son ouïe, Bareman sut une énième fois que sa science des combats ne l'avait toujours pas lâché : leurs ennemis étaient toujours derrière eux, prêts à profiter de la moindre seconde de relâchement de leurs proies. Le clone se remit alors en marche, accélérant le pas et pressant ses alliés d'en faire de même.

Si les Ewoks allaient bon train, il n'en était pas de même des deux Novices Jedi. Saecha était toujours incapable de tenir seule le rythme imposé par les autochtones à l'avant du groupe. Sans un coup de mains du destin, ils se feraient rattraper par les Sanyassans en plein milieu de ces montagnes.


- Ti ti ti ! Chureelung !

L'écho si caractéristique du langage des Ewoks parvint jusqu'aux oreilles de Bareman qui ne voyait même plus les petites boules de poils, perdus à plusieurs dizaines de mètres devant lui dans la brume éparse de l'atmosphère des sommets Endoriens. A les entendre ainsi aussi joyeux et ravis, le tenancier du Sanctuaire Jedi sentit l'adrénaline lui parcourir l'ensemble du corps, lui donnant la force d'accélérer un peu plus malgré le poids de son équipement et la fatigue des épreuves vécues dernièrement.

Au détour d'un virage à 90°, il retrouva ses compagnons poilus, lesquels étaient en train de sautiller sur place en pointant avec le bout de leurs armes primitives une zone en contrebas. A la vue de cette magnifique fresque réelle, Bareman laissa échapper à son tour un cri de joie certainement provoqué par la fatigue nerveuse.

Plusieurs dizaines de mètres sous leurs pieds s'étendait Chureelung, "le fleuve des montagnes qui mène au Néant".

Comme ses deux amis, Growok semblait particulièrement heureux de la vue qui leur était offerte. La grosse peluche lâcha même quelques mots dans sa langue natale qui amusèrent visiblement ses compagnons, ceux-ci se donnant mutuellement des tapes sur la tête comme pour exprimer leur humeur joviale.


- Je ne connais pas l'Ewokese par cœur, mais il me semble que le "Gros Wok" vient de dire que les Sanyassans... ne savent pas nager ! AHAHAHA ! explosa de rire Bareman tout en envoyant une grosse tape amicale dans le dos de la pauvre Saecha, déjà bien amochée, Tu ne seras plus un poids pour nous lorsque nous serons sur le fleuve ! En avant toute !

Les Ewoks n'avaient pas attendu leurs alliés pour emprunter le sentier menant tout droit au fleuve. Définitivement remobilisé par leur avancée dans cette quête, Bareman suivit leurs pas en ayant invité les deux Novices Jedi à passer avant lui. D'ici quelques minutes, ils se laisseraient guider par le courant de Chureelung afin d'atteindre les terres inexplorées d'Endor.

Au delà du gain de temps énorme, ils pourraient en profiter pour se reposer ainsi que pour soigner leurs blessures. Et puis ils seraient bien plus protégés des embuscades Sanyassans en milieu aquatique !


Citation:
Encore fallait-il trouver un moyen de locomotion pour la traversée du fleuve... [lancer de dès]

1, 2, 3 ou 4- En arrivant sur le bord de Chureelung, les six compagnons tombent par miracle sur une vieille barque en bois assez grande pour tous les accueillir.
5 ou 6- En arrivant sur le bord de Chureelung, les compagnons découvrent une vieille barque en bois... sans fond ! comment vont-ils pouvoir se laisser guider par le fleuve ?
Résultats des dés : 4 (Lien du registre du Hasard)

_________________________
- 1/ Soresu - III - Parades (Défense) =) Rylen en fait sa principale technique de combat -
- 2/ Shien - IX - Coup vif à l'adversaire (abandonnée au fil des années au profit de l'Ataru) -
- 3/ Sokan - VIII - Frappes rapides et brèves -

-Histoire du Maître Jedi-
-Possessions du Maître Jedi-
- Second perso: Rick O'lonell -
Revenir en haut
Kath Aplazm
Ordre Jedi

Hors ligne

Inscrit le: 10 Déc 2015
Messages: 635
Niveau: 0
Rang: Novice

MessagePosté le: 21/05/2018 22:22:40    Sujet du message: Endor ne sera pas tienne Répondre en citant



La compagnie était parvenue à s'extraire de la Montagne Noire. Elle se regroupait maintenant sous le crachin caractéristique de la lune forestière d'Endor, mais ne marqua aucune halte car les vils maraudeurs Sanyassans ne connaitraient pas de répit avant de les avoir planté sur des piques acérées. Bareman avait pris la direction du groupe pour le guider hors de ces lieux maudits. S'il était affecté par la mort du maître Nass, le clone n'en laissait rien paraitre. Dans le chef des jeunes novices Kath Aplazm et Saecha Tan, c'était tout le contraire. Tous deux blessés, l'une au flanc, l'autre à la main droite, couverts d'hématomes, ils étaient rompus. Mais ce n'était pas tant leur état physique qui pêchait que leur moral, à présent au plus bas.

Cette expédition avait été un échec. La surprise leur avait certes permis de porter un coup aux guerriers reptiliens, mais celui-ci n'avait fait que les énerver d'autant plus. Ils avaient échoué à venger les guerriers Ewoks tombés au combat. Pire, ils avaient perdu plus de la moitié de leur compagnie. Qu'étaient devenus Muyi Tano, Cody, Uriel, Chitupa et le reste ? Il fallait prier qu'ils aient connu un destin plus enviable que Nass.

Saecha tentait tant bien que mal de cacher son visage sombre, sur lequel les larmes se mélangeaient à la pluie. Elle aussi avait peut-être perdu un maître, un ami. Ses quelques sanglots rythmèrent leur marche. Kath, qui l'aidait à marcher en suivant péniblement la trace des trois guerriers Ewoks, sentait un sentiment de culpabilité et de tristesse monter à chacun d'entre eux.

Depuis qu'il avait quitté la Montagne Noire, ses pensées lui paraissaient plus claires, malgré la fatigue et les émotions qu'il venait de vivre. Il commençait uniquement à réaliser ce qui venait de se produire. Quelque chose dans cette grotte abyssale l'avait affecté et relâchait désormais son emprise sur lui. Kath ne savait si c'était le vent ou la pluie, mais il se sentait à nouveau en vie. Il pouvait sentir la nature autour de lui, plus silencieuse que jamais, comme endeuillée. Il pouvait entendre les battements de son cœur comme il marchait péniblement, évitant une flaque de boue. Enfin, il pouvait à nouveau souffrir.

L'expérience qu'il avait connue dans la Montagne avait été unique. Un instant, il s'était senti invulnérable, prêt à écraser seul toute une armée de Sanyassans. Le suivant, il s'était retrouvé démuni, privé de tout ce qu'il prenait pour acquis. Sans le vouloir, la faible étreinte qu'il gardait sur l'épaule de Saecha pour la maintenir debout se resserra. Celle-ci lui jeta un regard perdu, mais ne dit rien. Les deux novices continuèrent leur route, pressés par Bareman qui couvrait leurs arrières. Les maraudeurs continuaient de progresser.

Petit à petit, le visage de Jarrik que Kath entrevoyait encore derrière les buissons se métamorphosait. Les traits du mercenaire devenaient plus flous, indiscernables. Ses yeux noirs étaient maintenant jaunes, son teint pâle virait au vert... Au bout d'un instant où il se secoua la tête, Kath découvrit enfin la tête de Nass. Génial ! Un nouveau fantôme venait le hanter. Était-ce parce qu'il avait laissé son maître à la mort comme il avait laissé le soldat de Beemen ? Non. Le Gungan avait choisi son destin et son sacrifice avait profité à ses compagnons. Cette dernière leçon Jedi mettrait longtemps à parvenir à l'Alderaani. Pour l'heure, le remord commençait tout juste à le ronger.

Quelques minutes plus tard, les cris réjouis des Ewoks tirèrent Kath et Saecha de leurs tribulations. S'il ne parlait pas l'Ewokese, le jeune homme crut reconnaitre le mot "Chureelung" dans la voix de l'une des boules de poils. N'était-ce pas le nom du fleuve maudit dont Hotar et Tano avaient parlé lorsqu'ils avaient approché ses eaux, peu avant d'entrer dans la Montagne ? Le novice eut rapidement la confirmation de sa supposition. Au bout du chemin qu'ils venaient de quitter se trouvait le lit de l'imposant cours d'eau. Celui-ci traversait sans doute les souterrains les plus profonds des monts avoisinants pour rejaillir en cet endroit. Ses eaux noires, calmes et tranquilles, conservaient ce caractère inquiétant qui avait déjà marqué les compagnons plusieurs heures auparavant.

Afin d'atteindre ses berges, les compagnons descendirent encore l'un ou l'autre passage rocailleux. De là, ils pourraient continuer leur avancée en suivant le fleuve. Kath ne partageait pas l'enthousiasme débordant dont faisaient preuve ses camarades. Certes, le Chureelung leur offrait une nouvelle piste à suivre, mais ils ne savaient toujours pas ou aller. Pis, ils seraient bientôt morts de fatigue, si les flèches des Sanyassans ne les abattaient pas d'ici là. Comme pour confirmer sa crainte un cri rauque s'éleva de derrière son épaule. Pour une fois, le novice espérait qu'il se fût agi d'une des créatures carnivores d'Endor. Celles-là, au moins, ne savaient pas manier un arc.

Kath aida Saecha à s'asseoir une minute sur une pierre. La blessure de la Twi'lek, qu'il avait enfin pu observer de plus près, ne paraissait pas aussi sévère que prévu : ses jours n'étaient pas en danger. Mais elle devait être horriblement douloureuse et handicapante. A la place de sa camarade, le jeune homme aurait sans doute perdu connaissance.


- Tu... Comment ça va ?


- Comme un lundi, lui répondit l'initiée en plongeant ses yeux violets dans le regard inquiet de son partenaire. Et ta main ?

- Peut-être quelque chose de cassé, je ne sais pas... je n'ose pas trop y toucher.

Cet échange n'avait duré que quelques secondes, mais il avait permis aux deux jeunes gens de souffler un peu. Si par le passé ils n'avaient eu que prises de bec et tracas, tout ce dont ils avaient besoin à présent était un peu de réconfort, les paroles d'un ami. Si cette aventure devait être la dernière pour les deux compagnons, Kath préférait qu'elle termine ainsi. Retroussant les manches de sa bure déchirée, il laissa la Twi'lek l'aider à essuyer le sang de sa main, poussant quelques grognements de douleurs lorsqu'elle appuya sur ses phalanges bleues.

Derrière eux, Woopee et Kolgat aidaient le clone Bareman à pousser dans l'eau quelque chose de lourd. En entendant le bruit de raclement que produisaient leurs efforts, Kath se retourna. Une barque ? La simple vue du petit véhicule fit naître un espoir nouveau au sein de la troupe. Les visage s'étaient éclairés. Il y avait peut-être un moyen de fuir cet enfer ! S'ils parvenaient à remettre l'embarcation à flots, peut-être pourraient-ils rejoindre une autre région et...et... l'avenir était encore flou. Mais le principal actuellement était de se tirer de là. La situation était critique, et cette solution inespérée.

La barque paraissait en bon état et capable de supporter leur poids. A qui pouvait-elle appartenir, que faisait-elle là ? Trop grande pour un Ewok, elle ne pouvait avoir été laissée là que par des créatures sensibles de grande taille. Selon ce que les Ewoks avaient communiqué au groupe, les maraudeurs évitaient d'ordinaire les points d'eau. Cela expliquait leur odeur corporelle douteuse, s'était empressé de rajouter Bareman, pour détendre l'atmosphère. Peu importait finalement la provenance de cette barque, les compagnons furent heureux d'y embarquer sans attendre.

Quoique large et assez longue, l'embarcation n'était pas conçue pour accueillir plus de trois ou quatre passagers. Fort heureusement, la taille des Ewoks ne posait pas de problème et Saecha restait très légère pour une humanoïde, de sorte que chacun trouvât sa place. Bareman insista pour prendre les rames, mais Growok et Kolgat les lui arrachèrent des mains, signifiant clairement que le tavernier en avait assez fait jusqu'ici et méritait un peu de repos. Du reste, les peluches avaient beau être petites, elles ne manquaient pas de muscles et pourraient tenir la cadence des eaux du fleuve pendant un bon moment.

Bareman finit par s'installer au bout de la barque, afin de garder un œil sur le rivage où s'agglutineraient bientôt les maraudeurs qui les poursuivaient. La main posée sur son fusil blaster, le vieux clone était prêt à les accueillir. Au milieu, Kolgat et Growok s'activaient. Malgré leur bonne volonté, il leur fallut plusieurs minutes pour bien prendre en main le déplacement délicat d'une embarcation aussi grande. La barque fit plusieurs tours dans l'eau avant de se stabiliser et de suivre enfin le sens du courant, heureusement assez faible. Saecha et Kath s'assirent côte à côte à la proue. Lorsque le novice se renversa vers l'arrière, prenant manifestement ses aises, Woopee lui sauta sur les genoux, ce qui arracha un cri étouffé à l'Alderaani et quelques éclats de rire au groupe.

Les minutes s'écoulèrent comme des heures dans le silence. Au loin, la Montagne Noire disparaissait progressivement derrière les rares arbres et les rochers. Kath relâcha son souffle. Et maintenant ? Il regarda Bareman réviser les mécanismes de son arme, Woopee laisser traîner la pointe de son épieu dans les eaux profondes, les deux autres Ewoks maintenir le cap ... Saecha, elle, avait fermé les yeux, les mains posées sur son flanc. Ses lèvres frémissaient doucement mais son visage paraissait légèrement moins tendu qu'auparavant. La compagnie avait beau être éreintée, blessée, fatiguée, elle avait gagné en motivation et en cœur depuis qu'elle avait rejoint le fleuve.

Au bout d'environ une heure --difficile de connaitre l'heure du jour à présent--, la pluie s'arrêta, laissant place à une brise légère, qui aurait pu être agréable si les vêtements de Kath n'avaient pas été si humides. De faibles lueurs semblaient jalonner leur parcours, au loin. Des lampes, ou de nouvelles illusions ? Cela pouvait bien être de nouveaux campements Sanyassans. De loin, ces feux évoquaient à Kath les lampions des campagnes d'Alderaan, où sa famille et lui se rendaient une fois par an quand il était enfant, pour échapper à la vie stressante de la ville. A ces occasions, ses sœurs et lui passaient du temps à jouer dans les champs jusqu'à la tombée de la nuit. C'était il y a bien longtemps, car près de dix ans avaient passé depuis lors. Kath se demandait ce qui pouvait bien se passer pour les autres, au loin, dans le reste de la galaxie. Son regard se perdit dans le ciel gris. Dans sa tête, résonnait un petit poème alderaani, que son père lui avait appris un jour.

Dans la plaine les baladins
S’éloignent au long des jardins
Devant l’huis des auberges grises
Par les villages sans églises.

Et les enfants s’en vont devant
Les autres suivent en rêvant
Chaque arbre fruitier se résigne
Quand de très loin ils lui font signe.

Ils ont des poids ronds ou carrés
Des tambours, des cerceaux dorés
L’ours et le singe, animaux sages
Quêtent des sous sur leur passage.(1)

* * *




- Alors, gamin, bien dormi ?

Les yeux de Kath s'ouvrirent sur un ciel sombre. La nuit était à présent tombée et la barque flottait à l'aveuglette, guidée uniquement par les avertissements de l'attentif Woopee qui faisait la vigie sur les épaules de Bareman. Le novice voulut se frotter les yeux mains sa main droite lui faisait toujours mal. Il ne s'était pas senti sombrer comme ça depuis la dernière cuite qu'il avait prise avant son départ d'Alderaan. La fatigue l'avait visiblement rattrapé. Mais il n'était pas le seul : il constata vite que Saecha dormait à poings fermés, la tête posée sur l'épaule de son voisin. Kath adressa un sourire gêné au clone.

- Désolé... qu'est-ce que j'ai raté ?

- Oh, pas grand chose. Des montagnes, des montagnes, et encore des montagnes. A chaque fois que je crois en voir la fin, une autre semble sortir de terre !
, grommela le clone dans sa barbe. Les Ewoks ne connaissent pas plus la région que nous. Si nous...

L'estomac de Kath gargouilla soudainement. Bareman et le novice échangèrent un regard inquiet. La faim commençait à se faire sentir. Or, la plupart de la nourriture avait été laissée sur les Gaupas à l'entrée de la Montagne, ou dans les sacoches des différents membres du groupe. Kath avait perdu les siennes au cours de la bataille et les vivres transportées par Bareman étaient immangeables car détrempées par la pluie. Les maigres ressources alimentaires qui restaient étaient portées par les Ewoks, qui les gardaient jalousement. Quant aux quelques bandages disponibles, ils avaient tous été utilisés pour soigner la pauvre Saecha.

Une halte paraissait à présent aussi nécessaire qu'inévitable. La compagnie avait de plus en plus de mal à naviguer dans la nuit noire. Kolgat et Growok avaient également émis le besoin de se reposer. Kath les aida donc à attirer la barque vers une berge et à l'empêcher de dériver à l'aide de rochers. Puis les Ewoks allèrent dresser un campement de fortune à l'abri d'un ravin, dans une petite crique située à quelques mètres de là.

Une fois un modeste feu allumé sur quelques brindilles à l'aide du briquet de Bareman, on s'assigna des tours de garde. Kath prit logiquement le premier, car il était l'un des seuls à avoir pris un peu de repos. Saecha, de son côté, avait besoin d'encore un peu de temps pour récupérer. Elle prêta à l'Alderaani son sabre laser afin qu'il ait une arme avec laquelle se défendre si un danger approchait. Les doigts du jeune homme se refermèrent sur l'objet métallique avec une certaine hésitation. C'était la première fois que Kath prenait entre ses mains l'arme traditionnelle des Jedi.
Des mois auparavant, il aurait rêvé de brandir l'une de ses armes. "Kath Aplazm, chevalier Jedi". C'était ainsi qu'il s'était présenté à la première personne qu'il avait rencontrée sur Endor. Ironique, tant il était éloigné de l'idée qu'il se faisait des héros de son adolescence. Lui, il n'avait de Jedi que le titre de novice. Au delà, ne lui restait qu'une bure déchirée et un maître décédé. Méritait-il de porter une telle arme un jour ? Il n'était pas apte à en juger.

Le novice partit s'asseoir près de l'eau. D'une main distraite, il s'amusa pendant plusieurs minutes à y jeter des galets. Puis il laissa son esprit vagabonder dans la nuit en ranimant le petit feu de camp. Il avait trop faim pour articuler des pensées complexes et se laissait donc porter, au gré des stimulis extérieurs, par le cri d'un oiseau ou le souffle du vent. Dans son dos, il lui sembla ressentir les remous de l'eau aussi clairement que s'il était lui-même le fleuve. L'écho de la Force en lui se manifestait à nouveau, tranquille et apaisant.

Pris d'un ennui profond, Kath se mit à faire les cent pas le long de la berge du fleuve. Pour tromper la monotonie de la nuit, il répéta encore les mouvements de combat qu'il avait appris avec Nass et Muyi Tano, le sabre laser éteint. Ses mouvements étaient plus fluides qu'auparavant car il se concentrait en appliquant à présent les conseils de Saecha. Ses bras traversaient l'air avec moins de balourdise qu'auparavant. Comme quoi, il n'était peut-être pas une cause perdue, après tout.
Un mouvement derrière lui le fit tressaillir. D'un geste alarmé, il activa le sabre laser en se retournant brusquement. Dans son empressement, le novice tituba sur ses appuis et lâcha l'arme qui s'éteignit juste à temps pour ne pas lui trancher un pied. Il tomba lourdement sur ses fesses, secouant sa main meurtrie avec embarras devant la silhouette goguenarde de sa camarade Twi'lek.


- C'est pas encore ça, mais tu progresses !

- ...tu devrais te reposer, tu sais.

- Et prendre le risque de te laisser t'éborgner tout seul ? Jamais.

La remarque cynique de Saecha aurait blessé Kath s'il n'avait pas appris à connaitre sa camarade ces dernières heures. Au fond de lui, il commençait à apprécier la novice. Elle avait beau ne pas avoir l'approche aimable d'Uriel, elle paraissait dotée d'une certaine maturité et d'un sens de l'humour quand elle ne pleurnichait pas. De quelques années sa cadette, la Twi'lek avait peut-être encore beaucoup de choses à apprendre à son condisciple Alderaani.

- Je repense à Nass...
dit Kath après un petit rire ennuyé. Pour moi, il a toujours été le pire des profs. Mais ce qu'il a fait dans la grotte, c'était... j'sais pas comment dire. Je ne l'aimais pas, mais ça m'a marqué. Je ne pensais pas qu'il pourrait faire ce genre de truc...

Le visage de Saecha trahissait sa surprise. La Twi'lek n'imaginait sans doute pas entendre son camarade déballer ainsi ses états d'âme. Elle resta un instant silencieuse, les sourcils levés, puis sourit.

- Les gens ne sont peut-être simplement pas qui ils semblent être au premier abord. C'est simple !

Les regards des deux novices restèrent ancrés l'un à l'autre un long moment. Kath crut déceler une lueur de chagrin dans les yeux de Saecha. Ou était-ce son propre reflet ? Quand il rendit à la Twi'lek son sabre-laser, leurs doigts se rencontrèrent. Ils rougirent tous les deux en se détournant l'un de l'autre lentement. Mais derrière ce masque de gêne, au fond de lui, Kath était un peu réconforté. Il avait vécu plus d'aventures en quelques jours que n'importe quel homme sur Alderaan. Il avait vu son propre sang couler, frôlé la mort plus d'une fois. Dans ces circonstances, il était content de pouvoir compter sur des compagnons.

- Yjjjjjjjkÿr Jééédaiiiiis !


Le hurlement sauvage vint briser l'atmosphère de la scène. Saecha activa instantanément la lame de son sabre laser. Jamais réellement endormi, Bareman s'était quant à lui déjà jeté sur ses pieds. Tous deux avaient saisi la menace. Les Sanyassans les avaient retrouvés. Pour les six compagnons, l'heure du repos touchait à sa fin et la traversée reprenait. Kolgat éteignit le feu à la hâte tandis que ses frères Ewoks rassemblaient les diverses affaires sur la barque qu'ils remettaient à flots. Une flèche siffla non loin et ricocha sur une paroi rocheuse.

La troupe reprit la navigation à grande vitesse, Kath aidant les Ewoks à ramer malgré sa main endolorie. A l'arrière de l'embarcation, Bareman vidait les derniers chargeurs de son arme sur les quelques maraudeurs qui descendaient à leur niveau. Le tavernier clone cria plusieurs ordres que Kath n'entendit pas dans la cohue. Il comprit quelques secondes plus tard l'essence des injonctions en se baissant pour éviter une nouvelle flèche. "A couvert !". Ils devaient néanmoins s'efforcer de protéger la coque de la barque, sans quoi ils sombreraient tous dans l'eau glacée du fleuve Chureelung.

La navire de fortune parvint finalement à se mettre hors de portée des traits ennemis. Kath put encore apercevoir un maraudeur debout sur le rivage, qui hurlait au ciel des paroles incompréhensibles dans sa langue rocailleuse. Sans les comprendre, le novice eut l'impression qu'elles étaient adressée à sa génitrice et à toute sa famille. Quelle vulgarité.





(1) Du célèbre poète correlien Guyo ap O'linner.
Les Saltimbanques - Guillaume Apollinaire, Alcools, 1913

_________________________


Revenir en haut
Kath Aplazm
Ordre Jedi

Hors ligne

Inscrit le: 10 Déc 2015
Messages: 635
Niveau: 0
Rang: Novice

MessagePosté le: 07/06/2018 18:28:54    Sujet du message: Endor ne sera pas tienne Répondre en citant

Les heures qui suivirent la dernière halte furent longues et ennuyeuses pour tout le groupe. Les Ewoks avaient beau être robustes, leurs petits corps avaient atteint leurs limites au cours des derniers évènements. Exténués, ils dormaient les uns sur les autres au fond de la barque. Après avoir aidé Kath Aplazm à soigner sa main à l'aide d'une sorte d'attelle faite de bouts de bois récoltés au fond de l'embarcation, Bareman s'était finalement autorisé un roupillon, laissant le soin aux deux novices de diriger leur navire de fortune vers des eaux plus clémentes.

Ni Kath ni Saecha n'échangèrent un mot. Les deux novices s'étaient un peu rapprochés ces dernières heures, mais une distance existait toujours entre eux. Du reste, le calme de la nuit faisait remonter le souvenir de Nass à la surface du Chureelung. Les tripes nouées, les novices n'avaient pas réellement le cœur à la discussion. Ils se contentèrent donc de ramer avec le peu d'entrain qui leur restait, suivant le cours du fleuve à défaut de savoir où ils allaient.

Sorti de la brume, Kath distingua soudain une sorte d'embranchement à plusieurs centaines de mètres. Transpercé en son centre par un rocher immense que l'érosion n'avait pas abattu, le fleuve s'ouvrait en deux. Renforcé par un confluent, l'une des voies fluviales était large et ses eaux encore calmes, mais le courant semblait s'accélérer légèrement dans l'autre passage, plus étroit et bordé par les montagnes. L'Alderaani et sa camarade se regardèrent. Ni une ni deux, ils dirigèrent l'embarcation vers la gauche du fleuve afin de l'orienter vers le passage le moins dangereux.

Mais comme le courant se faisait plus intense, les efforts que Kath faisait à la rame n'étaient plus suffisants. Sentant les muscles de ses bras se déchirer face à la puissance du cours d'eau et son attelle lui rentrer dans la peau, le novice relâcha son emprise, laissant la seule Saecha lutter avec le Chureelung. Sans surprise, la Twi'lek céda elle aussi. Dans un effort désespéré de stabiliser la barque, elle planta sa rame contre le fond, plongeant la main dans l'eau glacée. Le petit navire parut s'arrêter.


- Qu'est-ce qu'y se passe ?!, lança Bareman, que les secousses avaient réveillé. D'une main ferme, le clone empoigna la rame de Kath pour venir en aide à Saecha. Alors que ses bras solides plongeaient à leur tour dans le fleuve, Saecha perdit l'équilibre après un craquement sourd. La Twi'lek bascula par dessus bord, emportant Bareman avec elle. Les deux compagnons chutèrent dans l'eau glacée avec grand fracas, faisant chavirer la barque qui se retourna sur le côté. Désormais éveillé, Woopee tenta tant bien que mal de s’accrocher aux flanc de l'embarcation pour la redresser, mes ses efforts furent minés par le poids bien plus élevé de Kath, qui faisait malheureusement pencher la balance en faveur d'une baignade non désirée.

Le groupe entier rejoignit donc la Twi'lek Saecha et le clone Bareman, dont les corps n'étaient toujours pas réapparus à la surface. Couchée à l'envers, la barque n'avait pas sombré et permit aux braves Ewok de se rassembler et de ne pas être emportés par le courant. Mais alors que chacun des membres de l'équipe tentait de s'y raccrocher, luttant pour ne pas boire la tasse, la barque arrivait au niveau de l'embranchement du fleuve, penchant dangereusement vers les rapides et les rochers.

- Lâchez la barque !
, hurla Bareman, qui avait sorti la tête hors de l'eau et dont les cheveux noirs masquaient totalement le visage. Cramponné à un tronc d'arbre, il aidait Saecha à éviter la noyade. Les Ewoks obtempérèrent sans attendre, plongeant sous l'eau pour attraper les quelques racines que la rive avait laissé à leur portée. Mais Kath n'avait pas entendu l'avertissement du tavernier et s'était extirpé hors de l'eau pour chevaucher la barque retournée. Il ne vit donc pas, dans son dos, le rocher tranchant sur lequel ladite barque devait aller s'encastrer quelques secondes plus tard, envoyant le novice valdinguer à plusieurs mètres dans un grand plongeon artistique.

Chanceux dans son malheur, l'Alderaani ne rencontra pas d'obstacle rocailleux pour freiner sa chute et se contenta d'un plat monumental à la surface de l'eau. Emporté par la violence du Chureelung, le jeune homme percuta de la main un nouveau rocher tranchant. Amorti par son attelle, le coup n'en fut pas moins douleureux, suffisamment en tout cas pour lui faire perdre le contrôle des évènements sur lesquels il avait pourtant une grande emprise. Les instants qui suivirent furent d'une grande confusion comme Kath sortait la tête hors de l'eau en crachant ses poumons, pour être de suite ré-englouti par l'onde déchaînée. Ses pieds rencontrèrent le fond à plusieurs reprises, ce qui le rassura quelque peu : s'il survivait aux rapides, il ne se noierait pas. S'il survivait...

Promené sur deux ou trois cent mètres au gré du fleuve, Kath arrêta sa folle chevauchée des eaux sur un petit rivage de galets et de limons. Couvert de boue, trempé et déboussolé, il se releva en hâte pour s'éloigner le plus possible du fleuve. Assis sur les fesses, il prit alors un instant pour souffler, recracher l'eau qu'il avait avalée et chasser les petits poissons et insectes qui s'étaient accrochés à ses vêtements. Ses yeux embués se posèrent sur le fleuve, à la recherche de ses camarades. Personne.

A moitié sonné, le novice se laissa glisser contre une pierre mouillée. Il avait bien du mal à ordonner ses pensées, encore trop chamboulé par ce qui venait de se produire. Reprenant peu à peu ses esprits, il posa la main sur une pierre pour se relever. Ses doigts se refermèrent sur une texture écailleuse. Kath tourna lentement la tête pour apercevoir le Sanyassan dont il venait de serrer mollement la main. Le bond qu'il fit vers l'arrière manqua de le faire replonger dans l'eau.
Il fallut bien une minute entière au jeune homme pour réaliser que le maraudeur en face de lui était mort depuis belle lurette. Son cadavre était rongé par les vers et ses vêtements presque décomposés. Cette vision provoqua un haut le cœur chez l'Alderaani, qui détourna le regard pour n'avoir à admirer l'anatomie du Sanyassan plus longtemps.


- Quelle horreur !

Le soldat reptilien avait dû succomber à la noyade et finir sa vie sur cette petite berge naturelle. Comme l'avaient dit les Ewoks, il n'était probablement pas bon nageur. Mais même le plus entraîné des athlètes aurait eu du mal face à la puissance du courant. Renforcé par les innombrables pluies diluviennes qui avaient inondé Endor ces derniers mois, le Chureelung était entré en crue. Hors de leur lit --d'ordinaire plus calme --, les eaux balayaient tout sur leur passage. La voie que Kath et ses compagnons avaient empruntée avait probablement été un sentier de montagne, jadis. Maintenant, elle était une véritable morgue aquatique.

Essorant sa bure de sa main valide, Kath cherchait désespérément un lekku, un poil de barbe ou un cri aigu qui lui permettrait de localiser ses compagnons. Il cria plusieurs fois vers le fleuve, appelant tour à tour Growok, Bareman, Woopee, ... Il allait perdre espoir, quand un avertissement en amont lui fit tourner la tête. Les trois Ewoks étaient assis à califourchon sur un gros tronc d'arbre et pagayaient à l'aide de leurs lances. La tête et les épaules hors de l'eau, Saecha et Bareman étaient cramponnés à l'arbre et aidaient leurs compagnons en peluche à diriger leur barque de substitution.

Le tronc alla se coincer contre une rive escarpée non loin de la position de Kath en se renversant perpendiculairement au courant. Assez grand pour relier les deux versants de la montagne qui bordait cet embranchement du fleuve, l'arbre sembla se stabiliser et finit par ne presque plus bouger, maintenu en position par deux épais rochers. Hésitant d'abord un peu, l'Alderaani entreprit de traverser ce pont improvisé pour rejoindre le reste de la troupe.

Il fut accueilli par une volée de jurons fleuris que lui lança Bareman. Le clone n'était pas seulement mouillé, il avait également perdu son arme et sa sacoche dans l'histoire. Pour les avoir côtoyés durant ce long voyage, Kath avait compris que priver les clones d'une arme en situation de crise était la dernière chose à faire pour garantir leur self-control. Cependant, Bareman avait de l'expérience et il se calma très vite, laissant le soin au vindicatif Woopee de continuer le harcèlement du novice.


- Nondiju de nondidju de nondijûûû !, jura-t-il encore, les mains sur les hanches. Le clone bouillonnait mais n'en rajouta pas plus. Il cherchait de quoi repartir. Mais devant la violence du courant, il devait se rendre à l'évidence : leur chemin devrait continuer par la terre. La compagnie ne savait pas combien de temps il lui faudrait pour rejoindre le cours principal du Chureelung et enfin rejoindre une terre habitée où elle pourrait demander une assistance. Allez, on se sèche et on avance, pas le choix !

Le clone se mit à escalader la falaise, espérant rejoindre un corridor de pierre en surplomb. Il échoua cependant à trouver des prises correctes et retomba lourdement sur ses pieds. Passer par là était suicidaire. Les Ewoks n'auraient pas la force de se hisser en haut, de toute façon. Et n'importe qui --Bareman regarda Kath d'un coin de l'oeil-- risquait de chuter et de se briser la nuque. Il semblait que le groupe était pris au piège entre les Montagnes grises et le fleuve noir. Il ne leur restait plus qu'à attendre de l'aide ou à mourir de faim.

Une heure s'écoula pendant laquelle Bareman broya du noir, à peine consolé par les Ewoks qui lui apportèrent quelques végétaux de provenance douteuse pour rassasier sa faim. Saecha, elle, avait fait passer sa frustration sur le tronc d'arbre à grands coups de sabre laser. Kath, enfin, se grattait le crâne, ennuyé, et se concentrait pour ne pas faire une nouvelle crise de nerfs. Avaient-ils échappé à l'enfer de la Montagne pour mourir d'une façon aussi ridicule ? A quoi servait l'entrainement d'un Jedi dans un cas pareil ? Lever deux-trois cailloux, brandir un sabre ou méditer sur l'existence étaient des compétences bien inutiles pour...

Kath interrompit sa pensée. Il observait les mouvements de sa camarade Twi'lek, comprenant peu à peu ce qu'elle était en train de faire. Saecha ne détruisait pas le tronc... Elle tentait de le tailler ! Les Ewoks avaient eux aussi compris ce que l'ingénieuse novice imaginait et l'aidaient à présent à stabiliser le tronc auquel elle avait donné une proue rudimentaire. Au bout de vingt nouvelles minutes, toute la troupe s'étant mise à l'ouvrage, le canoë fut prêt à l'emploi. Il paraissait encore un peu fragile, menaçait de filer, emporté par le courant, mais il était utilisable.

Emportés par un enthousiasme décuplé, les Ewoks se mirent à la barre tout en apportant de nouvelles modifications (purement esthétiques, pour la plupart) à leur nouvelle embarcation. Bien que primitifs, ils possédaient un sens du goût assez raffiné. Growok refusa même que Bareman n'organise pas par couleur les vêtements qu'il faisait sécher sur le bord du canoë. Quand le matin pointa son nez, les compères étaient fin prêts à partir, à moitié secs et ragaillardis par cette nouvelle halte.


- Je ne pense pas qu'on tienne à six là-dessus, hésita Kath en pointant du doigt le tronc taillé. Celui-ci tanguait dangereusement alors que seuls Saecha et Woopee s'y étaient installés.

- Tout juste, champion, lui rétorqua la Twi'lek d'un ton mordant. Mais à cinq, ça devrait aller, vu que le courant s'est un peu calmé.

Les deux novices se dévisagèrent. L'Alderaani avait peur de comprendre la situation.

- On va avoir besoin de quelqu'un pour pousser le canoë depuis la rive, renchérit Bareman avec un sourire en coin. Il adressa un coup de coude amical à Kath et lui tendit la corde ewok de facture grossière que Woopee avait transportée depuis le village des Naa'Fruu. Allez, t'en fais pas. Avec ça, tu devrais pouvoir nous suivre de pas trop loin.

Kath se fendit d'un rire jaune. Le segment de fleuve que la compagnie avait emprunté était long de plusieurs centaines de mètres, et c'était lui qui allait devoir le parcourir à la nage. Il s'apprêta à protester, puis se ravisa, tourna les talons et attendit en bougonnant que tous ses camarades soient montés sur l'embarcation. Cela ne servait à rien de se plaindre, la situation n'irait pas en s'améliorant de toute façon. Et puis, maître Nass ne l'avait-il pas forcé à traverser le Lac Fektur à la nage ? Le Chureelung, au moins, n'était pas habité par des monstres aquatiques... ou en tout cas, rien d'aussi effrayant qu'un Gungan obèse en colère.

Un remous dans l'eau fit hésiter l'Alderaani, qui jeta le haut de sa bure à Saecha et accrocha la corde à sa taille. Puis il prit son élan et donna un grand coup de pied au canoë qui tangua, bougea de gauche à droite et prenant de la vitesse, se stabilisa pour traverser les eaux du fleuve. Kath se frotta le front, à demi-satisfait. il ne remarqua pas que la corde qui le reliait à l'embarcation se tendait peu à peu pour l'entrainer d'un coup dans l'eau glacée.

_________________________


Revenir en haut
Rylen Korr
Ordre Jedi

Hors ligne

Inscrit le: 19 Mar 2007
Messages: 3 820
Niveau: 5
Rang: Maître du Conseil Jedi
Autre: Grand Maître Jedi

MessagePosté le: 14/06/2018 02:00:10    Sujet du message: Endor ne sera pas tienne Répondre en citant

Qu'est-ce qu'un arbre sans sa racine ? Qu'est-ce qu'un fleuve sans sa source ? Qu'est-ce qu'un peuple sans ses terres ?

L'air humide, qui suintait encore la récente bruine Endorienne, fut une aubaine pour les corps usés des six compagnons. Pour la première fois depuis longtemps, ils pouvaient reposer leurs muscles et délaisser leurs sens, lesquels avaient bien trop été mis à contribution depuis le début de leur quête. La fatigue physique -et surtout la fatigue mentale- s'étaient accumulées comme jamais durant les combats, camouflées par une surdose d'adrénaline qui avait été d'une grande aide au moment de quitter la Montagne Noire.

Né pour subir de telles pressions inhumaines, Bareman s'était surpris à ressentir des crampes au niveau de ses mollets alors que le groupe avait embarqué sur le transport fluvial depuis maintenant plus d'une heure. Un rire nerveux s'empara de son visage tandis qu'il enlevait momentanément ses lourdes chaussures pour se mettre à l'aise. L'odeur de ses pieds parvint jusqu'aux fines narines de Kolgat; le petit guerrier Ewok la renifla plusieurs fois avant d'en trouver la triste origine. Il jeta alors un regard noir à son ami clone en lui maugréant des mots autochtones.


- Relax, mon ami ! s'amusa le militaire en mettant ses bras derrière la tête, Tu sais désormais ce que ça fait de trainer avec des Ewoks toute la journée !

L'humeur était plutôt au beau fixe, oui. Comme on le disait sur certains mondes du Noyau, après l'effort venait toujours le réconfort. Dans ce sens, le fleuve Chureelung avait été une bénédiction : il leur avait permis de souffler quelques instants après avoir tant souffert au sein de la Montagne Noire.

Mais si les informations obtenues disaient vraies, cet instant de paix allait très rapidement céder sa place à des péripéties moins reluisantes.

Dans le ciel, au delà des couches nuageuses qui semblaient toucher la terre, la lumière cédait peu à peu sa place à l'obscurité de la nuit. Mis à part de courtes conversations entre les trois amis Ewoks, la barque avait été sans surprise très silencieuse. Kath et Saecha dormaient paisiblement, récupérant logiquement de leurs précieux efforts dans la Montagne Noire. Quant à Bareman, ses maigres tentatives pour fermer les yeux s'étaient transformés en échecs cuisants. Sa nature de soldat d'élite l'empêchait encore et toujours de penser à sa santé, et il s'était donc rabattu sur l'observation minutieuse de l'environnement dans lequel ils se trouvaient.

Des montagnes. Des montagnes à perte de vue. Ils avaient beau flotter depuis plusieurs heures maintenant sur le Chureelung, au gré du courant, c'était comme s'ils revivaient la même scène en continu. Une ligne droite, un virage puis... une ligne droite. Et un virage, encore un. Les monts rocheux alentours, eux, se distinguaient par les variations aléatoires de leur relief. Mais ils étaient bien trop similaires pour que leur image soit gardée en mémoire.

Les dernières lueurs divines s'éteignirent enfin. Les trois Ewoks s'affolèrent quelque peu, conscients que la nuit noire ne les aiderait pas à se repérer au milieu du fleuve. Après quelques centaines de mètres parcourus à l'aveuglette, ils décidèrent tous à l'unisson de s'arrêter pour se reposer autour d'un bon feu.

Qu'il était bon de se laisser aller au sommeil ainsi, la peau réchauffée par de vives et naturelles flammes...

Cette sensation récente faisait déjà partie du passé. Cela faisait très (trop) longtemps qu'ils n'avaient pas pu faire une pause digne de ce nom. Entre temps, ils avaient eu à faire à de nouveaux Sanyassans -le cadavre au fond de l'eau y compris- et ils avaient du trouver une nouvelle embarcation pour poursuivre leur route.

La brume n'avait cessé de s'accentuer sur le fleuve, entre les immenses montagnes qui le bordaient. Si la nuit laissait doucement place à la lumière bienveillante du jour, l'épais brouillard n'était pas aussi rassurant que l'obscurité qui venait juste de s'en aller.

Le Chureelung était si paisible, et pourtant il recelait une part de mystère grandissante. Ses eaux si tranquilles par endroits étaient toutefois glaciales, comme si elles gardaient enfouies au plus profond d'elles de dangereux secrets. Il n'y avait rien de réconfortant, si ce n'est le silence profond qui régnait en maître dans cette vallée profonde d'Endor.

Mais parfois, un simple cri d'oiseau était plus accueillant que l'absence complet de bruit. C'était comme si la nature s'était tue, décidée à ne plus accompagner le récit aventurier des six compagnons.

Bareman ronflait bruyamment lorsqu'il sentit la main étrangement froide de Woopee qui lui tenait fermement la cheville. Il ne sut depuis combien de minutes exactement le petit Ewok lui broyait le muscle, mais à l'expression de son visage, il avait une bonne raison de le faire.

Les trois autochtones tremblaient de peur. Ils étaient scotchés au canoé de fortune, comme s'ils craignaient une force invisible rodant dans les parages. L'aspect de leur horizon proche semblait être à l'origine de leur grande crainte, et ils ne semblaient pas vouloir partager leur inquiétude de leur plein gré. La réaction naturelle du clone fut alors de prendre un bâton lumineux de sa ceinture -le seul équipement utile qu'il lui restait...- afin d'apporter un peu de soutien moral à ses troupes. Woopee lui attrapa aussitôt l'objet afin de le coller près de soi.


- Comment vous dites, déjà ? "J'ai un mauvais pressentiment" ... annonça t-il à l'égard de Saecha à ses côtés et de Kath, toujours dans l'eau derrière leur barque de substitution.

L'atmosphère devint froid et austère. La troupe plongea dans un environnement hostile, dans lequel il était impossible de discerner ne serait qu'un insecte volant à plus de trois mètres devant eux. Était-ce le Néant tant promis par les contes et légendes autour du Chureelung ?

Même l'eau du fleuve devint livide. Son aspect s'était comme transformée, modifiée par l'ambiance de l'environnement qui était le sien actuellement.


- Kath, tu devrais remonter... dit-il en gardant les yeux rivés vers l'avant, Kath ... ?

En se retournant, Bareman constata l'inimaginable : il n'y avait plus aucune corde.

Kath Aplazm avait disparu dans les eaux du fleuve.


Citation:
Mystérieusement attiré par les profondeurs du fleuve, Kath Aplazm a perdu la corde qui le reliait à l'embarcation dans laquelle se trouvent ses compagnons. Va t-il s'en sortir ? [lancer de dès]

1 ou 2 - Kath se retrouve bien trop éloigné de ses camarades pour qu'ils puissent le sauver. Il ne peut s'en remettre qu'à un coup de chance pour survivre à la puissance mystique du fleuve...
3, 4, 5 ou 6 - Alors que les profondeurs allaient définitivement l'attirer vers une mort certaine, une étrange main vient sortir l'Alderaani des eaux. Kath se retrouve alors dans une petite barque miteuse, à côté d'un homme encapuchonné dont le visage est à peine visible...
Résultats des dés : 6 (Lien du registre du Hasard)

A peine sorti de l'eau, Kath put découvrir de quelle menace son mystérieux sauveteur venait de le sauver : partout autour d'eux venaient d'apparaître des dizaines de barques transparentes, chacune contenant des personnes différentes et difficiles à cerner dans l'épaisse brume qui n'avait toujours pas disparu.

Il était intéressant de noter que Kath et l'étanger avec lequel il voguait désormais sur le fleuve allaient dans le sens inverse de l'ensemble des barques fantômes... Que représentaient-elles donc ? Et qui étaient ces gens ?


- Ne croise pas leur regard, avertit sans détour l'homme qui venait de le sauver.

L'étranger se contentait de ramer de droite à gauche, la tête baissée et le dos tourné au Novice Jedi. Qu'arriverait-il à ce dernier s'il se décidait à regarder dans les yeux de ces gens qui semblaient perdus ?

Au même moment, une barque avec à son bord un Ewok sans fourrure frôla celle des deux hommes. Le natif d'Endor ne ressemblait plus qu'à un ensemble squelettique, bien plus proche du Sanyassan que du fier guerrier forestier.

Il n'y avait finalement pas forcément d'exagération dans les légendes autochtones.

_________________________
- 1/ Soresu - III - Parades (Défense) =) Rylen en fait sa principale technique de combat -
- 2/ Shien - IX - Coup vif à l'adversaire (abandonnée au fil des années au profit de l'Ataru) -
- 3/ Sokan - VIII - Frappes rapides et brèves -

-Histoire du Maître Jedi-
-Possessions du Maître Jedi-
- Second perso: Rick O'lonell -
Revenir en haut
Kath Aplazm
Ordre Jedi

Hors ligne

Inscrit le: 10 Déc 2015
Messages: 635
Niveau: 0
Rang: Novice

MessagePosté le: 12/07/2018 22:04:03    Sujet du message: Endor ne sera pas tienne Répondre en citant

Bien qu'il se fût reposé pendant quelques heures dans la barque avant d'entrer dans les rapides, Kath ressentait une fatigue douloureuse lui engourdir les membres alors qu'il nageait dans l'eau glacée, tentant tant bien que mal de rester accroché à la corde qui le reliait au tronc taillé. Les blessures qu'ils s'étaient occasionnées dans la Montagne Noire lui faisait souffrir le martyr comme il tentait tant bien que mal de ne pas garder le rythme de l'embarcation. Celle-ci n'avançait pas bien vite, mais le courant était puissant, le vent était froid. Les coups frénétiques que les Ewoks assénaient de leurs petites rames rendaient la nage de l'Alderaani difficilement supportable, lui qui n'était d'ordinaire pas spécialement prompt à l'exercice physique. Si Kath survivait à cette nouvelle épreuve, il pourrait indubitablement concourir au prochain triathlon de la contrée des Lacs de Naboo sans perdre la face, se dit-il un instant tout en évitant une nouvelle fois de boire la tasse.

De temps à autres, Saecha ou Growok se retournaient depuis le canoë pour vérifier qu'il n'avait pas coulé ou pour l'encourager d'un signe. Le regard faussement compatissant de ses compagnons arracha un sourire crispé au jeune homme : à leur place, n'aurait-il pas fait de même ? Personne ne voulait être celui qui affrontait les flots calmes et noirs du Chureelung. Il ne savait toujours pas pourquoi il avait accepté ce sacrifice ingrat. Peut-être savait-il qu'il n'y avait pas d'autre choix. Ou peut-être espérait-il que , de cette façon, le chemin s'achève plus vite. Quoiqu'il en fût, Kath n'avait certainement pas le loisir de sonder son subconscient en cet instant d'intense activité physique.

Pour oublier sa fatigue, il concentra son regard sur le ciel du matin, qu'il commençait à ne plus apercevoir distinctement. Une brume dense et grise s'était en effet levée, obligeant la compagnie à ralentir sa progression pour ne pas venir s'empaler sur les rochers tranchants qui fleurissaient le long des rives. Trop occupé à ne pas couler, tapant des bras et des jambes dans une eau toujours plus profonde, Kath ne remarqua pas immédiatement le lourd silence qui pesait dans la vallée. Plus un son ne résonnait, si ce n'était celui des éclaboussures et des ronflements de Bareman. Comment le clone pouvait-il dormir sur un tel navire de fortune ? Sans doute était-il vraiment exténué. Malgré ses capacités, son sang froid et son expérience, le tenancier de la cantina du Sanctuaire restait avant tout un homme, fait de chair et d'os, mortel comme tous les autres.
La barque ralentit progressivement. Kath lâcha la corde peu à peu, se surprenant à philosopher sur son existence, sur Endor, sur la vie et la mort. Même des êtres aussi puissants que Nass pouvaient disparaitre du jour au lendemain, car il n'existait rien dans cette galaxie qui ne puisse fuir le destin réservé aux vivants. Qu'ils soient Ewoks, Sanyassans, Jedi, clones ou mercenaires, tous étaient égaux face à futur. A quoi bon le pouvoir, la victoire ou la gloire ? Sur Alderaan comme sur Endor, il n'y avait rien après la mort.

Une pensée folle traversa l'esprit du novice comme une évidence. Et qu'en était-il de la Force ? Son maître avait peu parlé à Kath de ce concept dont il n'avait conscience que depuis peu. Qu’advenait-elle une fois que les corps rongeaient la terre ? Se manifestait-elle encore ? Chez d'autres, sans doute. Était-ce pour ça qu'on la disait immortelle, "qu'il n'y avait pas de mort" ? Mais cette Force semblait irrémédiablement liée à la vie, au sensible, à la conscience. Avait-elle une raison d'être ? Pourrait-elle mourir si toutes les créatures de l'Univers s'éteignaient un jour ?
Toutes ces questions se perdirent dans les flots du Chureelung, alors que le corps de Kath s'engourdissait et qu'il se laissait balancer par les eaux lents et tranquilles du fleuve. Le jeune homme ferma les yeux en prenant une grande inspiration, le visage hors des flots. Sa tête commençait à geler et il avait du mal à garder les yeux ouverts. Pourtant, il se sentait en paix et tout à fait calme. Il n'avait sans doute jamais ressenti une telle plénitude, à part sans doute lorsqu'il avait contemplé le Lac Fektur et les forêts d'Endor du haut de l'arbre Wroshyr.
Doucement, le novice ferma les paupières, laissant l'onde guider ses membres. Ses tempes battaient au rythme de son cœur, lentement. Il ne sentait plus de douleur, plus d'inquiétude, plus aucune peine. Il se sentait libre, immatériel et pourtant si tranquille. Et sa conscience, peu à peu, s'évapora dans les eaux.

Son esprit déambula entre songe et déraison. Qu'était-ce que ce visage de grenouille, qui le regardait depuis la surface ? Que ce corps calciné qui nageait en cercle ? Que ces dizaines de corps reptiliens que formaient une ronde autour de lui ? Ils étaient là, mais ils ne les voyait pas, ne les entendait pas, ne les sentait pas. Certains semblaient jeunes, d'autres vieux, comme ayant traversé le temps et l'espace. Et autour d'eux, le silence, le néant. Le corps de l'Alderaani ondulait sans qu'il le bouge au milieu de cette gigantesque farandole aussi prodigieuse qu'effrayante.
Au milieu des ténèbres résonna un son, comme un gong, lointain. Kath ne le comprit pas entièrement mais son corps entier frissonna et ses muscles se raidirent. Il ressentait à nouveau le froid, l'angoisse, l'eau qui pénétrait ses poumons. Ses yeux s'ouvrirent brusquement, le temps d'être aveuglés par une lueur intense vers laquelle il se dirigeait en trombe.

Kath reprit conscience, trempé jusqu'aux os, à demi nu et crachant ses poumons. Il se trouvait sur une barque, bien plus petite que celle que son groupe avait trouvée dans la Montagne, mais diablement plus solide. Comme enchantée par une force surnaturelle, elle traversait les flots avec aisance, sans que quiconque ne soit à la rame. Le jeune homme n'eut pas l'occasion de faire plus d'observation. Couché sur le dos contre le bois humide, il peinait à retrouver son souffle, à moitié noyé. Ses environs étaient flous, indistincts. Où était-il ? Avait-il succombé au Chrureelung ? Où étaient Saecha, Bareman,...? L'Alderaani se redressa difficilement, haletant de façon saccadée, les yeux exorbités. Plus que jamais, il avait l'impression d'avoir vu la mort en face, sans pour autant l'avoir crainte. Ce sentiment lui laissait un goût indescriptible dans la bouche.

Le regard de Kath se posa sur le fleuve. Il semblait traversé d'embarcations grises, presque fantomatiques. Le novice plissa les yeux pour mieux les considérer. Était-ce ...? Non, ce ne pouvait... Une silhouette ressemblant à s'y méprendre à son défunt grand-oncle voguait en tête du cortèges des barques, qui avançaient à contre-courant, comme portées par un vent mystérieux. Sur une autre barque, Kath reconnut son gaupa, le flanc visiblement arraché et ensanglanté. Comment l'animal avait-il pu atterrir ici, alors qu'il l'avait laissé s'enfuir à près de cent-cinquante kilomètres de cet endroit ? Au moment où les yeux de Kath se posèrent sur le visage de Jarrik, une main se posa sur son épaule et le secoua.
Se saisissant d'un bond, le novice faillit retomber dans les flots et ne dut son salut qu'au rebord de la barque, bien plus stable que ceux du canoë que Saecha et les Ewoks avaient confectionné. Kath jeta un regard médusé à l'homme encapuchonné qui ramait à l'avant de la barque et qui ne s'était pas retourné pour l'observer.


- Ne croise pas leur regard.

- Qu'est-ce que..que..keuwâ ?!
, balbutia le novice, ahuri, les jambes écartées et les bras devant la tête.Heureusement, il reprit rapidement contenance. Il ne savait pas ce qui lui était arrivé où l'endroit où il se trouvait, mais il avait l'impression d'être en sécurité, du moins pour le moment. Cet homme ne paraissait pas agressif. Qui était-il ? Kath n'avait aucun moyen de le savoir, d'autant que l'inconnu cachait ses traits sous une épaisse capuche. Mais la voix de cette apparition miraculeuse lui rappelait quelque chose, un souvenir. Un son qu'il avait entendu au fond de lui-même, dans les tréfonds du néant, qui l'avait réveillé. Il ne se souvenait plus de grand chose, comme s'il avait rêvé, mais la sensation dérangeant qui l'habitait l'assurait aussi qu'il pouvait faire confiance à cet étranger aux manières si étranges.

- Qui êtes-vous ? demanda Kath d'une voix claire mais tremblotante, après quelques secondes. Et qu'est-ce que cet endroit ? Je n'ai jamais rien vu de tel.

Assis dans une position moins inconfortable, le novice jetait des regards alentours, tâchant tout de même de suivre le conseil du rameur et de ne pas croiser les yeux ces mystiques apparitions. Le ciel n'était plus visible, comme si les deux voyageurs naviguaient dans une grotte sans lumière, entourés d'un brouillard toujours plus épais. Kath sentit ses poils se hérisser de froid et de peur. Le conduisait-on en Enfer ? Ce guide miraculeux était-il le Charon de sa barque stygienne ? Il déglutit et tenta de se concentrer sur le dos de l'étranger, massant ses tempes douloureuses à l'aide de ses index frigorifiés. Tout cela n'était qu'un mauvais rêve, rien de plus.

Soudain, la lumière d'un sabre laser brilla dans l'obscurité de la brume. Kath tourna la tête vers l'éclat lumineux, reconnaissant les lekkus de Saecha et sa bure à travers le brouillard. Un sourire soulagé se dessina sur son visage comme il appelait sa camarade, faisant des grands gestes. La Twi'lek semblait avoir échangé le tronc d'arbre qu'elle chevauchait jusqu'alors pour une barque semblable à celle de Kath, mais elle aussi naviguait dans le sens contraire au courant...


- Eh, Saecha ! Ici, ici ! Je suis là !

Constatant que la novice ne l'entendait pas, le jeune homme chercha à capter son regard, plongeant presque ses yeux dans les globes sans pupille de la jeune Jedi. Le bois solide d'une rame vint fracasser l'arcade de Kath, l'assommant sur le coup.


- Ne croise pas leur regard
, répéta simplement l'homme encapuchonnée, accélérant le rythme de ses coups de rame.
_________________________


Revenir en haut
Rylen Korr
Ordre Jedi

Hors ligne

Inscrit le: 19 Mar 2007
Messages: 3 820
Niveau: 5
Rang: Maître du Conseil Jedi
Autre: Grand Maître Jedi

MessagePosté le: 06/08/2018 06:47:04    Sujet du message: Endor ne sera pas tienne Répondre en citant

Partout autour d'eux, les silhouettes fantomatiques tentaient vainement de se faire regarder. Une faible attention qui aurait fait d'eux des vivants, des choses palpables avec une conscience et une âme. Pourtant, ils n'étaient que des résidus de ténèbres qui ne voulaient rien de bon pour les visiteurs perdus des eaux du Chureelung.

C'était une lutte de tous les instants. Un combat pour assurer l'équilibre de soi. Mais comment réussir à ne pas faire peser la balance en faveur du côté de la lumière dans un tel environnement d'obscurité ? La nature avait fait de cet endroit un élément défavorisé depuis la nuit des temps. Trop sombre, trop noir. Le peu de lumière qui avait jadis existé en ces lieux - y en avait-il déjà eu ? ... - avait cessé d’émettre depuis très longtemps, si l'on se reposait sur la grandeur du territoire conquis par son ennemi de toujours. Y avait-il une seule et unique recette pour ramener l'équilibre de la Force dans ce monde de Mort ?


- C'est ce qui attend cette lune si nous ne faisons rien pour endiguer son fléau, annonça d'une voix terriblement convaincue le mystérieux individu encapuchonné.

A peine venait-il d'évoquer l'idée que ce marais aux morts pouvait à terme recouvrir toute la surface d'Endor que l'étranger se remit comme si de rien n'était à pagayer. Sans tenir compte de l'ampleur du malheur qui s'amplifiait de seconde en seconde, tout autour d'eux.

Les quelques mots prononcés par l'homme intensément barbu prouvaient au moins une chose : il était loin d'avoir vu pour la première fois de sa vie un endroit aussi maléfique. Le ton de sa voix, sa monotonie et le semblant de calme qui se dégageait de sa personne indiquaient qu'il avait vécu des évènements comparables, si ce n'est bien pires. Mais comment s'était-il retrouvé ici ? Comment avait-il rejoint le Chureelung et surtout, pour quelles raisons s'était-il porté au secours de Kath Aplazm si ce n'est par bonté ? Tant de questions qui restaient sans réponses, et auxquelles le principal concerné ne semblait pas vouloir répondre dans l'immédiat.

Quelque soit la nature de l'individu, les seuls éléments caractéristiques sur lesquels Kath pouvait se reposer étaient sa voix - définie par un timbre sombre et un débit assez lent -, son apparence vestimentaire - difficile d'observer quoi que ce soit dans l'obscurité et la brume ambiantes du fleuve, si ce n'est une vieille bure complètement décousue et abimée par le temps - ainsi que son apparence physique - ni grand ni petit, d'une masse svelte et même trop affinée pour un homme aux exigences physiques actuelles... -. Son visage, en partie camouflé par la capuche qu'il portait précieusement - souhaitait-il seulement montrer à quoi il ressemblait ? - était de toute façon quasiment imperceptible vu les conditions météorologiques actuelles. Seule une barbe touffue et même vulgaire, signe d'une hygiène qui laissait à désirer, pouvait être perçue sur la face du bonhomme.

Pour que le jeune Novice Kath Aplazm en vienne à se demander s'il ne faisait pas lui-même partie d'une barque imaginaire - comme celles qui l'entouraient depuis de nombreuses minutes désormais - il n'y avait qu'un pas d'Ewok qu'il ferait bien d'éclaircir au plus vite. Car depuis qu'il avait été sauvé de la noyade, c'était l'étranger qui était aux commandes du bateau sur lequel il se trouvait encore.

L'ambiance était d'une telle tristesse que la pluie refit son apparition. Mais contrairement à celle qui avait accompagné Kath et ses compagnons dès leur sortie de la Montagne Noire, celle du fleuve Chureelung était beaucoup plus douce. Si l'intensité était tout autant élevée et le rythme des cordes bien plus violent qu'à l'accoutumée, les fines gouttelettes donnaient l'impression d'être sous une douche grandeur nature. Appréciant visiblement cette atmosphère rafraichissante, l'étranger avec lequel se trouvait Kath se laissa aller à un moment de répit en abandonnant les pagaies dans la barque et en levant les yeux vers les cieux. L'étranger appréciait tellement cette sorte de bruine qu'il en ouvrit la bouche afin de boire une quantité non négligeable d'eau naturelle. Qu'elle soit consommable ou non ne semblait pas l'embêter et apportait un nouvel élément de réponse à Kath - si le coup de rame n'avait pas envoyé ce dernier dans un profond sommeil - : l'étrange gaillard n'avait pas bu depuis un certain temps.

Son attrait pour l'eau de pluie s'arrêta soudainement alors qu'une dernière barque fit son apparition dans le champ de vision des deux hommes. Distante de plusieurs dizaines de mètres du reste des chaloupes, elle accueillait en son bord un vieil homme barbu et coiffé d'un catogan. Immédiatement, celui qui menait Kath Aplazm vers une destination inconnue perdit son tempérament calme et adressa un intérêt non négligeable au vieillard qui s'apprêtait à croiser leur chemin sur le fleuve. Et tandis que leur barque respective se frôlait, le nouveau compagnon du Novice de l'Ordre eut un réflexe contrôlé de sa main droite. Comme s'il avait ressenti un attrait soudain pour le passager qui filait dans l'autre sens du cours d'eau.

Instantanément, et tandis que le vieil homme disparaissait lentement dans la pénombre recouvrant le fleuve, l'étranger se concentra à nouveau sur sa tâche. Celle de mener le bateau vers une destination moins sombre.

_________________________
- 1/ Soresu - III - Parades (Défense) =) Rylen en fait sa principale technique de combat -
- 2/ Shien - IX - Coup vif à l'adversaire (abandonnée au fil des années au profit de l'Ataru) -
- 3/ Sokan - VIII - Frappes rapides et brèves -

-Histoire du Maître Jedi-
-Possessions du Maître Jedi-
- Second perso: Rick O'lonell -
Revenir en haut
Kath Aplazm
Ordre Jedi

Hors ligne

Inscrit le: 10 Déc 2015
Messages: 635
Niveau: 0
Rang: Novice

MessagePosté le: 07/08/2018 18:35:07    Sujet du message: Endor ne sera pas tienne Répondre en citant

Une fine pluie vint réveiller le pauvre Kath, étendu de puis un moment -combien de temps exactement ?- sur le bois humide de la barque qui le menait vers les confins d'Endor les plus éloignés du Sanctuaire. L'Alderaani mit un moment à s'apercevoir que l'embarcation dérivait et n'avait plus de conducteur, car il dut bien passer plusieurs minutes à frotter son crâne douloureux. Il lui semblait qu'il avait énormément perdu connaissance ces derniers temps et cela l'inquiétait ; s'il n'avait pas su que le battement intense de ses tempes était une façon pour la Force de se manifester en lui, il aurait directement préparé une visite chez le médecin.

Au bout d'un instant, donc, Kath se rendit compte que l'inconnu qui dirigeait la barque avait cessé de ramer. Le visage légèrement levé vers le ciel, il paraissait profiter de l'averse. La pluie était certes moins violente que les derniers orages qu'Endor avait eu à subir, mais le novice n'arrivait pas à la trouver agréable. Son œil fatigué remarqua toutefois que l'homme encapuchonné buvait l'eau qui tombait du ciel, comme un assoiffé se serait compromis pour une goutte de vin à la sortie du désert. Qui pouvait bien être ce type ? Il n'avait pas daigné répondre aux questions de celui qu'il avait tiré des eaux et s'était simplement contenté de lui asséner un grand coup de rame.

Encore désorienté, le novice Jedi s'assit avec difficulté contre le bord de l'embarcation, prenant bien soin de ne pas la faire chavirer. Le regard malade du novice commença alors à décortiquer chaque bribe d'information dont il disposait. Où était-il ? Sur le Chureelung ? Le fleuve maudit était sinistre, bien entendu, mais la brume que les deux voyageurs traversaient n'avait rien à voir avec les eaux sombres que la troupe avait observées avant de s'enfoncer dans les ténèbres de la Montagne Noire.
Se frottant le front de la main, Kath lâche un grognement ; sa blessure était toujours vive. L'éclat de voix provoqua un mouvement chez l'inconnu, qui se tourna légèrement vers le novice. Kath put apercevoir une barbe abondante qui sortait de ses vêtements rapiécés. L'homme ne paraissait pas bien grand, et semblait même un peu maigrichon. Qui donc était ce type ? L'Alderaani plissa les yeux, tentant d'apercevoir l'un ou l'autre trait qu'il serait en mesure de reconnaitre sous la large capuche...mais en vain.

A mesure que la barque voguait, lentement au gré des flots, Kath reprenait contenance. S'il ne savait toujours pas où étaient ses compagnons et s'il était toujours aussi perplexe, la douleur de ses membres fatigués et blessés lui rappelait sans cesse sa condition d'être mortel. En outre, il se savait en vie, car capable de souffrir. Cette réflexion un poil hâtive l'amena à des considérations plus philosophiques : était-il impossible de souffrir en Enfer ? La douleur n'était-elle que le propre des hommes ?
Ces réflexions dans le vague étaient autant le produit de son esprit assommé que de l'atmosphère délétère des lieux. Celle-ci semblait également affecter l'autre occupant de la barque, qui était maintenant tourné vers une silhouette, perdue dans le brouillard. Kath eut beau regarder ce que l'étranger observait, il ne parvint pas à se figurer le visage de la personne qui obnubilait son sauveur. Était-ce un Jedi ? Il semblait porter la bure. Au-delà de cela, il était impossible pour Kath d'en savoir plus ; il ne connaissait pas assez les occupants du Sanctuaire, pour les avoir trop peu côtoyés.

Comme ils se rapprochaient de la barque qui transportait cette nouvelle ombre, le conducteur de la barque, qui avait lâché ses rames depuis plusieurs minutes, esquissa un geste en sa direction. Le novice tressaillit, comme pris d'une angoisse qui avait dû secouer tout leur véhicule. Il ne savait si c'était la pluie, mais Kath eut l'impression de geler sur place.
Puis l'homme reprit ses rames avec devoir, en silence, détournant le regard de cette barque fantôme pour à nouveau se concentrer sur les eaux opaques du Chureelung.

- Vous aussi, vous avez failli vous faire avoir, observa Kath avec détachement, son poignet brisé calé sous son aisselle. En s'adressant à son sauveur, le novice tentait à présent une autre approche : si cet inconnu s'enterrait dans son mutisme, il ne passerait pas le reste du voyage sans en apprendre plus sur lui. Une réaction, un geste... c'était tout ce qu'il lui fallait pour le moment. Ces trucs sont horribles. On dirait qu'ils sont encore plus réels que le dragon qui a chopé maître Nass...

Kath sourit dans sa barbe. Cet étranger ne resterait certainement pas de marbre à l'évocation d'un dragon ! Tout individu doté d'un tant soit peu de curiosité se serait intéressé à la créature, au moins pour questionner la véracité des propos du novice. Toutefois, Kath ne put s'empêcher de ressentir une pointe de tristesse en évoquant son maître Gungan. Mais, déterminé à ne pas retomber dans la mélancolie, il reprit :

- Vous avez soif, hein ? J'ai vu que vous buviez l'eau de pluie, tout à l'heure. Moi, je suis mort de faim. Depuis que mon groupe et moi sommes sortis de la Montagne, on n'a rien mangé. Faut dire, on était quand même poursuivis par des maraudeurs... Vous ne les avez pas vus ? Difficile de les rater, des tarés, des tarés j'vous dis ! Ils z'arrêtaient pas de crier comme des fous. Si j'avais eu un sabre laser, on aurait pu réfléchir à les bastonner, mais là... hors de question, surtout avec nos blessés. Eh ? Vous m'écoutez ? Je vous ai dit que je suis un Jedi ?


Kath n'avait pas oublié toute prudence en dévoilant sa qualité de Jedi -encore qu'il ne soit qu'un novice inexpérimenté- à cet inconnu. Seulement, il désirait obtenir une réaction de cet homme qui n'avait pas daigné le regarder en face depuis qu'il l'avait sauvé. Et puis, l'Alderaani n'était plus à un danger près. De toute façon, il y avait peu de chance que l'individu lui veuille du mal ; après tout, ne l'avait-il pas tiré des flots ? Pendant une seconde, Kath se tut,de peur que ses paroles ne donne envie à l'étranger de le balancer dans le Chureelung pour le faire enfin taire. Mais il reprit très vite le flot de ses paroles, évoquant les difficultés du voyage, les Ewoks abattus, le feu de forêt et les mercenaires de Beemen.

Masquant ses mouvements par ce brouhaha incessant, Kath tenta de se rapprocher, subtilement mais sûrement, de la position de l'homme encapuchonné, afin d'enfin de ne rien rater si l'inconnu se retournait vers lui. Il ne savait pas si son sauveur avait conscience qu'il s'approchait de lui, presque qu'assez près pour pouvoir lui retirer sa capuche, mais Kath n'en avait cure, sa curiosité ayant pris le pas sur tout autre sentiment. Tout d'un coup, une secousse violente dans la barque le fit retomber sur ses fesses, lourdement.


- Eh beh, vous avez la conduite agressive...
lâcha encore Kath en reculant, persuadé que l'inconnu l'avait fait exprès.
_________________________


Revenir en haut
Rylen Korr
Ordre Jedi

Hors ligne

Inscrit le: 19 Mar 2007
Messages: 3 820
Niveau: 5
Rang: Maître du Conseil Jedi
Autre: Grand Maître Jedi

MessagePosté le: 07/08/2018 21:06:36    Sujet du message: Endor ne sera pas tienne Répondre en citant

Le calme de l'étranger avait repris son bonhomme de chemin malgré l'étrange réaction qui avait suivi le passage de la dernière barque fantôme sur le fleuve du Chureelung. Imperturbable, imperceptible, l'homme barbu se contentait de guider le chemin de la chaloupe, donnant le sentiment de savoir où aller alors même qu'il ne connaissait rien de la situation du compagnon d'infortune qu'il s'était fait sur la rive.

Le rythme des coups de rame dans l'eau était parfaitement cordonné. Lents mais réguliers, les frottements contre la surface liquide du fleuve permettaient au petit bateau d'avoir une allure convenable pour son gabarit. Cela renforçait d'autant plus une faille énorme dans le comportement du capitaine de navire, puisque le moindre changement de comportement ou la moindre réaction émotive pouvait facilement se déceler dans sa manière de diriger la barque.

Le ralentissement fut bref et quasiment invisible. Mais le rythme de l'avancée du bateau avait réellement été modifié, au moment même où Kath évoquait l'affrontement entre le Maître Nass et le dragon.

Comme si de rien n'était, le mystérieux barbu reprit sa démarche devenue habituelle. Aucun mot ne sortit de ses cordes vocales. Le dos bien droit, les bras effectuant le même mouvement depuis de nombreuses minutes... Celui-ci était bien décidé à ne pas rentrer dans le jeu du jeune homme, quelque soit la persévérance de ce dernier. Mais ses mots, tous portés sur les aventures qu'il avait vécu ces derniers jours, ne pouvaient tomber dans l'oreille d'un sourd. Si le compagnon de Kath ne réagissait pas, ça ne voulait certainement pas dire qu'il se fichait royalement de la conversation proposée par le jeune passager dans son dos. Dans ce cas, il lui aurait déjà fait comprendre qu'il préférait d'avantage le silence à sa voix typique de la jeunesse branchée du Noyau.

La barque vacilla au moment même où le jeune homme semblait étrangement vouloir rentrer dans le périmètre de sécurité de son camarade. Celui qui avait la plus grosse barbe des deux n'eut aucune réaction trahissant son geste - avait-il vraiment provoqué ce soubresaut et si oui, comment ? - mais très vite, un son assez étrange provint du plus profond de sa gorge. C'était une sorte de rire, mais un rire nerveux, une réaction vraiment décalée qui semblait provenir de nulle part tant le personnage qui en était à l'origine se retenait de bouger ou de se mouvoir.


- Un Jedi ne se noie pas, jeune Novice, répondit-il brièvement en concluant son rire par un coup de rame bien plus rapide et bien plus puissant qu'à l'accoutumée.

Ce fut la conclusion de l'échange verbal le plus intéressant de toute cette contrée d'Endor.

Les minutes défilèrent de nouveau, effaçant encore une fois les péripéties passées. Le calme qui s'était réinstallé sur le fleuve pouvait donner une énième occasion de se demander si tout ceci était bien réel. Ça l'était, pour certains. Mais pas pour d'autres.

Cette apparence d'Endor était comme une métaphore galactique. L'être naïf qui se croyait intelligent était certain de tout connaître, mais le sage qui se savait ignorant était conscient qu'il ne connaissait rien de ce qui l'entourait. L'étranger qui accompagnait Kath, le Novice lui-même et les siens - encore fallait-il qu'ils aient survécu au Néant du Chureelung - venaient de pénétrer sur des terres inconnues, qu'aucun autre homme de leur génération avait jadis foulé. Les empreintes qu'ils laisseraient sur la terre ferme de ces lieux inconnus resterait gravée à jamais. Leurs actes bouleverseraient la nature de cette lune sur des siècles entiers et il faudrait attendre des milliers d'années pour qu'une nouvelle expédition de ce type vienne remplacer leurs chemins à peine tracés.

Chaque battement de cœur, chaque respiration et chaque réflexion provoquaient un écho qui se propageait jusqu'au fin fond de cette contrée d'Endor. Un seul coup de pagaie dans les eaux glacées du Chureelung et l'onde se propageait des centaines de kilomètres en aval. Rien n'était du au hasard, tout avait une source et tout était conséquence.

Une série de rapides loin d'être rassurants au départ s'avérèrent finalement peu inquiétants tant ils furent peu intenses. Une fois la barque revenue dans des eaux moins agitées, le fleuve sembla retrouver une quiétude qu'il n'avait plus eu depuis de nombreuses heures. La pluie était toujours vivace mais s'était relativement calmée, et le brouillard s'était quelque peu dissipé pour offrir d'avantage de lumière même si celle-ci était encore bien faiblarde. Le jour se levait petit à petit et il semblait vouloir gagner d'avantage de terrain que la veille, même si le combat semblait perdu d'avance tant l'obscurité allégorique gangrenait les lieux.

La paix retrouvée ne dura guère longtemps, car très vite une anomalie environnementale fit son apparition sur les flancs du cours d'eau. Kath Aplazm et l'étranger qui le guidait au milieu des eaux étaient les seuls individus dans un rayon de plusieurs dizaines de mètres - aucune trace de Bareman, Saecha et des trois Ewoks, mais la brume ne permettait pas de voir à une très longue distance. Pourtant, malgré cette sensation de solitude, le silence qui accompagnait l'avancée de la barque n'était pas naturel. Celui-ci donnait même à l'atmosphère un certain poids nouveau qui n'avait jusqu'à présent pas été ressenti.

Dans les forêts avoisinantes, à flanc de montagne, une oreille attentive pouvait facilement discerner des bruits de branches et de feuilles réguliers. De temps à autre, des sons animaliers accompagnaient les craquements du bois mort tombé au sol depuis des semaines, mais aucune bête vivant sur cette lune n'était réputée pour pister une barque avec à son bord deux hommes - qui plus est, deux hommes hors de portée d'une éventuelle attaque. Si le meneur de la chaloupe artisanale - qui ramait avec le même rythme depuis bientôt une heure maintenant - donnait l'impression d'être parfaitement serein, son ouïe était totalement concentrée sur les bruits alentours. Il avait déjà ressenti la potentielle menace qui, petit à petit, quadrillait la zone de manière parfaitement coordonnée.


Tandis que l'étranger ralentissait l'allure de la barque pour quasiment stagner sur les eaux du fleuve, une adorable mélodie se fit entendre sur le flanc gauche de la rive. Mélange de voix graves et de nature non animale, celles-ci étaient loin d'être désagréables et avaient même le don de capter l'attention de ceux qui l'écoutaient. L'inconnu encapuchonné remarqua même un petit oiseau venu se poser près de Kath, le regard luisant tourné vers les bois et le bec près à s'ouvrir pour participer à l'ariette improvisée.

- On dirait... une invitation.

Ces mots venaient droit du cœur. Le nouveau compagnon de Kath avait l'étrange sentiment que ces individus, quels qu'ils soient, s'adressaient directement à eux en leur instillant de la confiance à longue portée. Comme s'ils avaient pu ressentir de la méfiance spontanée dans le comportement des deux hommes et qu'en réaction, ils tentaient joyeusement de les amener à baisser leur garde.

Reprenant les rames en mains, l'inconnu à la barbe bien épaisse s'évertua à rapprocher leur barque de la rive gauche du fleuve, bien décidé à découvrir ce dont il s'agissait. L'appel était bien trop beau pour être ignoré, et continuer à avancer sur les eaux du fleuve en se sachant épiés ne leur remonterait pas le moral. Le bateau se rapprocha ainsi de la terre ferme en l'espace de quelques secondes - une prouesse remarquable de son capitaine improvisé si l'on accordait de l'importance aux courants actuels du Chureelung. Leurs pieds à nouveau en contact du sol d'Endor, l'étranger se lança de manière presque aveugle en direction de la mélodie qui n'avait jamais été aussi adorable que depuis sa naissance il y a quelques instants en arrière.

Visiblement, le récent sauveur de Kath Aplazm accordait peu d'importance à ce dernier, tant il se fiait uniquement à son seul instinct pour connaître le chemin à emprunter. Et pourtant, le Novice n'avait aucunement besoin de livrer d'importants efforts pour remarquer les coups d’œil réguliers en arrière du bonhomme avec qui il s'était - par un mystérieux hasard ? - retrouvé. L'homme à la bure aussi vieille que la galaxie s'efforçait néanmoins de rendre ces légères attentions les moins bienveillantes possible, par exemple en accélérant sa démarche afin de donner le sentiment de ne pas vouloir se faire ralentir par le jeune Novice Jedi.

Se souciait-il réellement de son camarade aux cheveux longs ? Beaucoup d'interrogations de posaient autour de cet inconnu qui était tombé du ciel comme par miracle pour venir en aide à Kath. La frontière entre le réel et le rêve n'en était que trop réduite, et il y avait de grandes raisons de se demander si l'esprit de l'Initié Jedi ne lui jouait pas des tours.

Peut-être était-il même déjà mort, ayant succombé à la folie du Chureelung et à ses eaux meurtrières. Aplazm était-il assez fou pour se croire vivant ? Était il même assez vivant pour se croire dément ? Tout était réuni pour se poser les bonnes questions : les spectres du fleuve sortis de nulle part, l'étranger apparu de nulle part, la gracieuse mélodie de la forêt née de nulle part... Même la météo était porteuse d'interrogations qu'il ne fallait pas sous-estimer, avec cette pluie douce venue de nulle part remplacer les averses glaciales qui n'avaient pas cessé depuis la fuite de la Montagne Noire.

Et comme si les éléments actuels n'étaient pas assez flagrants, la forêt dans laquelle les deux hommes venaient de mettre les pieds n'avait jamais été aussi majestueuse que toutes les sylves réunies de leurs rêveries les plus travaillées. Les grands et magnifiques arbres d'Endor semblaient taillés pour plaire, tandis que de nombreux feuillages chutaient lentement des cieux afin d'entourer les deux visiteurs d'une grâce naturelle. L'odeur parfumée de l'endroit semblait provenir directement de la mélodie toujours jouée tant elle lui ressemblait, séduisante et suave à la fois. Rien au monde ne pouvait donner envie de rebrousser chemin tant ce sentier était tentant. Mais la tentation n'était-elle pas un pêché ?

Cette pensée apparut bien trop tardivement. Apparus de nulle part, d'étranges spécimens camouflés par la nature ambiante et armés de lances primitives entourèrent de manière extrêmement menaçante les deux visiteurs. Immobiles et parfaitement coordonnés, ces individus étaient fins et grands, et leurs grandes jambes dénués de graisse ne passaient pas inaperçues. Si leur corps n'était pas très imposant, leur minceur s'avérait plutôt être une sveltesse à toute épreuve, tant leur approche de Kath et de son compagnon avait été réalisée sans aucun geste brusque qui aurait pu trahir leur arrivée. Bien qu'ils soient en position de dominant et donc de prédateur sur une lune telle qu'Endor, ils ne donnaient pourtant pas l'impression d'être sauvages, ce qui les aurait certainement amené à sauter sur leur gibier humain sans qu'ils n'aient eu le temps de s'en rendre compte. Au contraire, leur réaction était plutôt celle d'individus préférant la capture à la mort immédiate. Il s'agissait donc certainement d'être intelligents - toujours dans la définition Endorienne du terme, bien spécifique à elle en comparaison des termes galactiques.

Leur morphologie mise à part, ils semblaient étrangement avoir quelques similitudes avec les Ewoks. Leur caractère primitif, leurs connaissances de la nature environnante et leurs actions groupées ressemblaient mystérieusement à celles qu'employaient les petites boules de poils. Était-ce une caractéristique commune à toutes les espèces intelligentes de la lune d'Endor ? Ou peut-être que ces boules sur tige étaient de lointains cousins de la famille Ewok ? Peu de réponses pouvaient être trouvées sans d'avantage de renseignements sur leur communauté.

Et c'est justement vers celle-ci que Kath et son compagnon dont il n'avait strictement aucune information semblaient se diriger, puisque ceux qui venaient de les capturer s'étaient silencieusement mis en route à leurs côtés - leurs lances toujours pointées dans le dos des deux visiteurs. Et l'étrange mélodie, elle, continuait toujours à répandre sa grâce à travers la majestueuse forêt de cette contrée inconnue...

_________________________
- 1/ Soresu - III - Parades (Défense) =) Rylen en fait sa principale technique de combat -
- 2/ Shien - IX - Coup vif à l'adversaire (abandonnée au fil des années au profit de l'Ataru) -
- 3/ Sokan - VIII - Frappes rapides et brèves -

-Histoire du Maître Jedi-
-Possessions du Maître Jedi-
- Second perso: Rick O'lonell -
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: 15/08/2018 18:14:31    Sujet du message: Endor ne sera pas tienne

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Star Wars RPG Index du Forum -> Galaxie principale -> Reste de la Galaxie -> Bordure Extérieure -> Endor Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: <  1, 2
Page 2 sur 2

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Created by MOONCLAW/MAËVAH(EU-Sinstralis/EU-Illidan) phpBB template "WarMoonclaw01"
forked end designed by Knarf, Kyopé, Rylen, Mufus, Lyash, Lyzs & Gelmir
Traduction par : phpBB-fr.com