Se connecter pour vérifier ses messages privés 
 FAQ
   Rechercher   Membres   Profil         Connexion 
 
Endor ne sera pas tienne
Aller à la page: 1, 2  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Star Wars RPG Index du Forum -> Galaxie principale -> Reste de la Galaxie -> Bordure Extérieure -> Endor
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Rylen Korr
Ordre Jedi

Hors ligne

Inscrit le: 19 Mar 2007
Messages: 3 795
Niveau: 5
Rang: Maître du Conseil Jedi
Autre: Grand Maître Jedi

MessagePosté le: 01/07/2017 16:40:25    Sujet du message: Endor ne sera pas tienne Répondre en citant


  1. Chitupa – Chef des Naa'fruu (leader)
  2. Lokee - Chaman des Naa'fruu (magicien, expert en potions médicinales)
  3. Luuki – Sous-chef des Naa'fruu (leader en second, expert en guerilla forestière)
  4. Woopee – Guerrier Ewok (troisième leader, expert en infiltration et camouflage)
  5. Killi – Guerrier Ewok (expert en combat de corps à corps, lance et dague)
  6. Kolgat – Guerrier Ewok (expert en combat à longue portée, arc et sarbacane)
  7. Gili – Guerrier Ewok (expert en combat de corps à corps, lance et dague)
  8. Growok – Guerrier Ewok (expert en combat à longue portée, arc et arbalète)
  9. Pikpik – Explorateur Ewok (reconnaissance)
  10. Wokee – Chef animalier (expert en faune sauvage)
  11. Touk – Chef cuisinier (expert en flore sauvage)

  12. Nass – Maitre Jedi (maître d'armes du Soresu), formateur de Kath et d'Uriel
  13. Hotar – Chevalier Jedi, diplomate
  14. Muyi Tano – Chevalier Jedi, formateur de Saecha Tan, expert en faune sauvage
  15. Saecha Tan – Novice Jedi, élève de Muyi Tano
  16. Kath Aplazm – Novice Jedi, élève de Nass
  17. Uriel Jai Veelar – Novice Jedi, élève de Nass

  18. Bareman – commandant clone (Fusil Blaster DC-15A)
  19. Snipeur – sergent clone (Fusil Blaster DLT-20A)
  20. Cody – sergent clone (Fusil Blaster DC-15A)

Une voix mélodieuse s'échappait des gigantesques territoires forestiers de la lune d'Endor. Mélange d'harmonie et de sauvagerie, elle était mêlée de tout ce que cachait la magnifique planète sur laquelle ils avaient mis les pieds : animaux pacifiques comme bêtes mortelles. Une véritable symphonie naturelle qui vous inspirait à la fois crainte et émerveillement. D'un côté la peur de voir foncer à tout moment sur vous une meute de loup-sangliers enragés, de l'autre la beauté de voir une telle nature si préservée depuis des siècles là où d'autres mondes avaient déjà vendu leur âme au diable.

Le jour se levait à peine sur le monde d'origine des fiers Ewoks. Le soleil commençait tout juste à percer la dense couche de feuillage formé par l'amas d'arbres gigantesques recouvrant cette région forestière. Il était temps car l'humidité grandissante de cette presque-jungle pouvait vous coucher en moins d'une heure si vous n'y étiez pas habitués.

Une humidité qui était nouvelle et anormale, à en croire les échanges des Ewoks les plus expérimentés dans le convoi. Après des années à les côtoyer, Nass avait appris à comprendre leur langue, l'Ewokese, qui faisait partie des plus faciles à s'approprier dans la galaxie tant elle était primitive. Tendant judicieusement l'oreille, le Maitre Jedi put entendre les craintes des autochtones quelques mètres devant lui et cela ne le rassura guère.

Un Ewok qui craint son monde natal n'est pas chose courante. En théorie (et d'après les connaissances accumulées par les Jedi en les observant), seules trois choses leur inspirait la peur sur leur lune : l'Esprit de la Nuit, les Gorax et le légendaire Désert de Salma que les Naa'fruu n'avaient jamais parcouru tant il était inhospitalier et méconnu. Alors s'ils se mettaient à craindre le climat et ses sautes d'humeur, il y avait forcément une menace à ne pas prendre à la légère.


- Ee chee wa maa. Na goo !

La troupe d'aventuriers avait quitté le village et le Sanctuaire depuis moins d'une heure, et lorsqu'ils virent le leader des Ewoks, Pikpik, s'arrêter brusquement, ils mirent de nombreuses secondes à comprendre qu'il fallait en faire de même. Le second du cortège, un autre Ewok du nom de Growok, s'arrêta lui trop tardivement et laissa son gaupa taper les fesses de celui de devant. Growok perdit l'équilibre et tomba à la renverse ! Provoquant le rire de tous ses compères poilus à l'arrière.

- Niak niak niak niak niak ! s'esclaffèrent les autochtones alors que Pikpik leur demandait de la retenue à l'avant.

Ce Growok était connu pour être un Ewok maladroit, le bouffon de service qui faisait rire sans le vouloir. Il était donc attachant de nature, et n'avait pas grand chose à faire pour le rester. Après s'être essuyé les fesses d'un revers de la main, il remonta difficilement sur sa monture et tenta d'oublier ce moment quelque peu gênant.

A l'avant, Pikpik garda la main en l'air, poing fermé, afin de signifier à l'ensemble de ses camarades de voyage que le silence était de mise et qu'ils devaient rester arrêtés jusqu'à nouvel ordre. Chitupa, le chef de la tribu qui était à l'arrière en compagnie du Maitre Nass, vint échanger quelques mots secrets avec celui qui dessinait leur chemin.

Et puis Pikpik décida de se remettre en marche.


- Yub yub ! dit-il à l'encontre de toute la troupe avant d'ordonner à son gaupa d'avancer.

C'est ainsi que les vingt compagnons se remirent en chemin, déterminés à parcourir le plus d'étendues boisées avant le prochain coucher de soleil.

Ils étaient onze Ewoks, six membres de l'Ordre Jedi et trois soldats clones à avoir été envoyés réaliser une quête improbable : réunir un maximum d'alliés afin de combattre et d'éradiquer de manière définitive la menace Sanyassan de la lune d'Endor. A dos de montures -les Naa'fruu avaient fourni pour l'occasion à chacun des gaupas, aussi appelés poneys Ewoks- ils avaient pris assez d'équipements et de vivres pour un voyage de plusieurs semaines dans les contrées inexplorées de la région forestière.

Guidés par le don inné pour l'orientation de Pikpik, ils pouvaient se perdre difficilement. Surveillés par l'expérience de Chitupa, chef de la tribu des Naa'fruu, ils ne pouvaient dévier de leur chemin initial. Et quoi qu'il arrive, Lokee, Chaman des Naa'fruu, serait là pour faire appel aux esprits et leur demander de la clémence ainsi que de la bonté.

Puis il y avait les Jedi et leurs alliés militaires, clones de naissance. Lorsqu'on analysait la composition de cette troupe de guerriers, on se rendait compte que chacun avait une pierre à apporter à l'édifice finale. Ces individus avaient tous des qualités différentes. Il y avait des purs guerriers, combattants dans l'âme. Certains étaient maîtres dans l'utilisation d'armes de corps à corps, tandis que d'autres étaient plus à l'aise dans le combat à longue portée. Il y avait aussi des diplomates innés, dont la présence était primordiale à l'aube d'une grande alliance espérée par les Naa'fruu pour bouter hors d'Endor les Sanyassans. L'aléatoire n'avait pas sa place dans cette quête, la préparation avait été optimale et il n'y avait nulle raison pour qu'elle échoue.

La seule crainte, qui était aussi une excitation pour bon nombre de ces jeunes Ewoks élevés aux récits légendaires, était de découvrir des lieux inexplorés, inconnus et donc par conséquent très dangereux. Ils allaient enfin savoir si les contes qu'on leur contait depuis leur plus jeune âge étaient tirés de faits réels ou s'ils n'étaient que mythes abusés et déformés.

Tandis qu'ils avançaient doucement mais surement au milieu des arbres gigantesques de la forêt d'Endor, ils arrivèrent soudainement dans une étrange clairière visiblement abandonnée. Une légère brise vint remuer les nombreux poils des guerriers Ewoks qui reconnurent immédiatement le lieu dans lequel ils venaient de mettre les pieds : ils se trouvaient dans la Clairière du Ewok Solitaire. Cet endroit portait bien son nom puisqu'il le devait à un vieil Ewok qui avait décidé de vivre reclus et isolé au beau milieu de cette zone dégarnie de feuillage et de troncs.


- Na goo, Naa'fruu ! cria le chef Chitupa d'une voix perçante.

La troupe s'arrêta simultanément dans un mouvement parfaitement orchestré. Comme l'avait fait Chitupa pour les membres de sa tribu, Nass se tourna vers les siens afin de leur expliquer la situation quelque peu floue pour ceux qui ne comprenaient pas le langage Ewokese.

- Le Croisement des Quatre Chemins ne se trouve plus très loin. Profitons de cet arrêt pour boire un petit peu et pour détendre les muscles, car lorsque nous reprendrons la route, nous nous arrêterons qu'au coucher du soleil. Soit dans plus de neuf heures.

Nass descendit de sa monture et regarda attentivement les horizons. Ce lieu était hautement symbolique pour l'Ordre Jedi depuis les tragiques évènements que l'on connaissait : ils n'étaient pas les premiers à le fouler.

- C'est donc ici que Phyl Reez et ses apprentis se sont rencontrés avant de combattre les Sanyassans dans la Montagne Noire. Nous marchons sur leurs pas... dit-il à voix basse.

A une dizaine de mètres de là où on avait réuni les montures pour les faire boire, à la limite de la forêt et de la clairière, l'on apercevait une carcasse conséquence à moitié enfouie dans la terre. Le squelette ressemblait à celui d'un loup-sanglier, reconnaissable à son imposante ossature qui était unique sur la lune d'Endor : il s'agissait du plus grand prédateur animal peuplant ces terres.

En le voyant, Nass ne put s'empêcher de s'esclaffer d'une manière qui était représentative de la façon dont riaient les Gungans. Il venait de faire le lien entre ce qu'il venait de voir et ce qu'on lui avait dit.

Ce loup-sanglier avait été terrassé par Phyl Reez et ses Novices avant de servir en partie de diner pour les membres de l'Ordre Jedi !

_________________________
- 1/ Soresu - III - Parades (Défense) =) Rylen en fait sa principale technique de combat -
- 2/ Shien - IX - Coup vif à l'adversaire (abandonnée au fil des années au profit de l'Ataru) -
- 3/ Sokan - VIII - Frappes rapides et brèves -

-Histoire du Maître Jedi-
-Possessions du Maître Jedi-
- Second perso: Rick O'lonell -


Dernière édition par Rylen Korr le 30/12/2017 00:27:16; édité 3 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 01/07/2017 16:40:25    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Kath Aplazm
Ordre Jedi

Hors ligne

Inscrit le: 10 Déc 2015
Messages: 601
Niveau: 0
Rang: Novice

MessagePosté le: 04/07/2017 14:32:00    Sujet du message: Endor ne sera pas tienne Répondre en citant

La nuit avait laissé place à un jour naissant. L'imposant cortège, monté sur ses destriers, avançait à une allure rythmée par le bruissement subtils des feuillages et les cris d'animaux dérangés par le passage de la troupe, inhabituelle quoiqu'assez discrète. Un éclaireur Ewok ouvrait la marche et préparait le terrain pour les aventuriers qui le suivaient. Car s'il était aisé pour un forestier expert tel que lui de se déplacer parmi cette jungle, même monté sur un petit gaupa, tous n'avaient pas autant de bouteille. Les Ewoks se déplaçaient cependant avec une certaine facilité, forts de la bonne connaissance qu'ils avaient de leurs montures et de l'environnement boisé, quoique le lieu fût fort éloigné du village Naa'Fruu.

On ne pouvait en dire autant du reste de la compagnie : en fin de colonne, Kath Aplazm, novice de l'Ordre Jedi, faisait les frais de cette nouvelle expérience. En effet, son gaupa, monture pour le moins étrange et capricieuse, avait une certaine tendance à l'agitation. Le jeune humain soupçonnait les Ewoks du village d'avoir volontairement dirigé vers lui cet animal plus irritable que ses semblables ; il se pouvait tout aussi bien que l'état d'anxiété de Kath, frappé quant à lui de mutisme, fût contagieux et que l'animal y réagissait. Quelle qu'en ait été la raison, la bête poussait en tout cas de fréquents hennissements qui attiraient les regards et elle déviait de temps à autres du chemin désigné pour aller brouter quelque fleur sans que l'Alderaani n'arrive à lui faire entendre raison. Il avait fallu à chaque fois qu'un Ewok attentif se positionne d'un côté de la route pour empêcher l'animal de vaquer à de meilleures occupations que celle qu'on lui imposait. Au bout de la cinquième incartade, le cortège avait dû se résoudre à entourer Kath et sa monture, formant un losange autour d'eux afin d'éviter d'avoir à se soucier d'eux trop souvent.

Et c'est ainsi que le novice Kath Aplazm s'était vu encercler par quatre Ewoks en armes, coupé du reste du groupe des occupants du Sanctuaire et surtout d'un visage amical. A gauche du jeune homme chevauchait un petit Ewok à l'air sévère, dont la monture semblait parfaitement calme, ce qui tranchait avec l'excitation de sa voisine. Et pour cause, son maître n'était autre que l'expert local de la flore autochtone. Kath eut un sourire figé en comprenant, après quelques minutes d'observations et de regards indiscrets, qu'il s'agissait également du cuisinier. L'animal ne désirait certainement pas connaitre la sauce à laquelle il serait mangé s'il désobéissait aux ordres. Les autres bêtes alentour paraissaient plus agitées, comme si quelque chose dans l'air les gênaient ; leurs cavaliers affichaient des mines graves sous leurs poils denses et restaient pour la plupart silencieux. La même atmosphère de mort régnait depuis le départ du village.

Pour ne rien arranger aux angoisses de Kath, les seuls Jedi qu'il apercevait, un peu en retrait derrière lui, n'étaient autres que son instructeur Nass et la jeune mais hostile Twi'Lek Saecha, qui faisait vraisemblablement aussi partie du voyage pour son plus grand ravissement. Un instant, l'Alderaani se demanda comment une créature aussi frêle qu'un gaupa pouvait supporter le poids du maître Gungan ; un tentative de ruade son propre destrier chassa ces questionnements mesquins et il reprit sa marche saccadée, plus proche encore de ses gardiens qui ne le quittaient plus d'une semelle, si bien qu'il lui était impossible de savoir ce que ses compagnons Bareman ou Uriel fabriquaient de leur côté.

Comme le novice tentait d'oublier cette situation en remerciant le ciel de ne pas les inonder à nouveau d'une nouvelle pluie, la troupe marqua soudain une halte. Instinctivement, mais avec un temps de retard, Kath porta sa main à l'épieu rudimentaire qui n'avait pas quitté son côté depuis quelques heures. Peu rassuré, il se releva d'un demi-décimètre sur le dos de sa monture et, ignorant ses protestations vigoureuses, jeta un regard vers l'avant, guettant des yeux l'éclaireur.

Le groupe paraissait avoir atteint une sorte de clairière sauvage. Chacun commença alors à mettre pied à terre. Immobilisé par le regard autoritaire du cuisinier Ewok, le gaupa de Kath ne broncha pas lorsque son cavalier se leva de sa selle. Heureusement surpris d'être ainsi épargné par une nouvelle ruade qui l'aurait assurément fait valser comme un frisbee corrélien, Kath eut un rire silencieux qui se transforma en jurons quand ses deux pieds s'enfoncèrent dans une profonde flaque de boue.

S'extirpant du bourbier avec difficulté, le novice laissa les Ewoks calmer son destrier et préféra se faire tout petit, de sorte à ne pas plus attirer l'attention sur lui. Fort heureusement pour lui, l'un des membres du cortège, un Ewok d'une apparence balourde mais au regard moins hostile que les autres, assurait le spectacle en se voyant trainer sur un bon mètre par la lanière du mord d'un gaupa un peu trop désireux de se sustenter. Kath constata que là où ses propres bourdes n'appelaient que haussements de sourcils et regards désapprobateurs, les Ewoks ne se gênaient pas ici à moquer leur camarade de quelques rires et remarques dans leur étrange langue faite de grognements et d'onomatopées aigües.

La farce semblait badine, mais l'Alderaani ne put s'empêcher de ressentir une forme de sympathie pour cet Ewok ‒après tout, il aurait bien pu être lui-même dans cette situation. Il se leva donc promptement pour apporter son aide à son compagnon de voyage. Comme il lui tendait la main pour l'aider à se relever, le guerrier lui lança un regard de feu et sauta sur ses jambes d'un bond en le bousculant. Il s'écarta rapidement du novice pour rejoindre le groupe formé dans un coin de la clairière par une demi-douzaine de ses compatriotes Ewoks, sans pourtant quitter Kath du regard. L'incendie de l'avant-veille était visiblement encore trop présent dans les esprits pour que le jeune homme espère quelque faveur ou quelque geste amical.

Penaud, le novice Alderaani rejoignit le centre de la clairière, s'aidant de son épieu comme d'un bâton de marche afin d'éviter de nouvelles flaques de boue. Il s'assit alors sur une pierre plate, à côté d'un clone qui nettoyait le canon de son arme et d'un Jedi d'apparence assez jeune. Kath reconnut en lui l'acolyte qu'il avait distingué quelques heures plus tôt aux côtés de maître Nass et lui adressa un salut discret de la tête. D'un regard derrière lui, il aperçut enfin Uriel, Bareman et le gros Gungan postés plus loin. Ce dernier paraissait inspecter la forêt avec une attention particulière. Suivant son regard, le novice humain aperçut alors les ossements d'une créature immense. Quel genre de monstre pouvait bien se cacher dans les tréfonds de cette maudite forêt, si loin du Sanctuaire ? S'il existait sur Endor quelque chose capable d'abattre une bête de cette taille, Kath espérait qu'elle fût de son côté.


- La forêt de cette lune recèle bien des mystères. J'espère que ce jour ne verra pas plus de catastrophes que la dernière fois...


Les yeux dans le lointain, le chevalier Jedi assis à côté de Kath venait de lancer en l'air cette phrase lascive aux accents sibyllins. Quelle dernière fois ? Quelles catastrophes ? Le clone ne releva pas la tête de son ouvrage mais hocha lentement le menton en signe d'approbation. Allait-on à la fin donner une explication claire de l'objectif de cette mission ?

- Les Sanyassans sont de féroces adversaires. Mais, si c'est la volonté de la Force, nous pourrons trouver une solution pacifique. Je me demande quelles sont nos chances...!


Kath fixait à présent le chevalier avec un intérêt mêlé d'ignorance. Les "ça-ni-à-sangs" ? Il avait entendu Nass les évoquer lorsqu'Uriel et lui étaient prisonniers des geôles Ewoks ; son ami kaleesh avait même été confondu à l'une de ces créatures. Etait-ce également des reptiles aux griffes acérées ? S'ils étaient aussi capables que l'était Uriel jai Veelar, il y avait sans doute lieu de les craindre. Mais pourquoi les affronter ? Kath s'étonnait que l'Ordre n'ait trouvé plus important de s'assurer que les hommes de Beemen Industries n'ait pas prévenu leurs collègues de la présence d'un Sanctuaire Jedi proche d'une de leurs colonies. Que les voies du Conseil lui étaient impénétrables !

- Assurément, elles seront maigres. Mais ce n'est pas des Sanyassans dont nous devrons nous méfier. Il règne ici quelque chose de plus inquiétant. Rappelle-toi de la Montagne Noire, Hotar.


Derrière le trio, un Jedi plus âgé s'avança. Kath le reconnut au premier coup d'œil, car il s'agissait du chevalier qui les avait capturés, Alya et lui, quand ils erraient dans la forêt quelques semaines auparavant. En quelque sorte, il devait à cet homme son entrée dans l'Ordre, bien autant que toutes les aventures qui l'avaient mené ici. La coïncidence était amusante, le regard que posait sur Kath la novice Saecha Tan l'était bien moins. Postée derrière son instructeur, la Twi'lek était interdite mais certainement pas animée des intentions les plus louables.

Kath ne savait plus que craindre, des monstres indigènes aux redoutés Sanyassans, des Ewoks féroces aux novices Jedi remontées. Quoique cette montagne noire renfermait, il était difficile de croire que cela soit plus terrible que tout ce qu'il lui avait déjà été donné de voir ici.


_________________________


Revenir en haut
Uriel
Nouveau

Hors ligne

Inscrit le: 03 Jan 2017
Messages: 36
Niveau: 0
Rang: Novice

MessagePosté le: 08/07/2017 21:07:02    Sujet du message: Endor ne sera pas tienne Répondre en citant

La voix de l’Alderaani débordait de nervosité. Les frasques du maître Jedi Gungan n’avaient pas épargné le jeune homme, qui avait sans cesse dû repousser ses limites pour satisfaire aux exigences de l’Ordre. Sans plus d’insistance, le kaleesh remercia l’humain pour sa franchise à propos des épreuves auxquelles il avait dû s’astreindre. L’ultime réflexion de Kath résonnait encore dans la tête d’Uriel bien après son court échange avec le soldat clone Bareman. L’alien ne pouvait se fier qu’à lui-même. Apparences trompeuses et préjugés sur les Jedi ne faisaient pas bon ménage. Le natif de Kalee en eut la preuve quelques instants après. Le questionnement intérieur du néophyte le poussa à interroger le Maître Jedi au sujet de la vision qu’il avait eu la première nuit passée au Sanctuaire. La réaction du natif de Naboo tranchait avec la gravité coutumière de ce dernier. Force fut de constater que le colosse amphibien usait de légèreté pour dédramatiser la situation. Quel que fût le portrait idyllique que maître Nass tenta d’esquisser, cette mission était un exutoire dont l’issue se mêlait à l’indicible menace voilée qui planait sur Endor.


Le Sanctuaire se trouvait désormais à une distance raisonnable du groupe d’aventuriers. Les premiers rayons dardaient à l’horizon, et avec eux, la rosée du matin vint s’ajouter à l’humidité anormalement élevée qui mettait les corps à rude épreuve. Chacun apprenait doucement à faire avec. Le groupe progressait assez bien, et les gaupas y étaient pour beaucoup. Il y avait dans cette expédition quelque chose d’avant-gardiste à de nombreux égards. Les Ewoks n’appartenaient pas au groupe des espèces les plus amicales de la galaxie. Pourtant, l’alliance de circonstances à laquelle Uriel assistait, semblait témoigner que dans les instants les plus incertains, la coopération inter-espèce fonctionnait. 

Lorsque la caravane stoppa brusquement son petit bonhomme de chemin au beau milieu d’une clairière, la satisfaction gagna les cœurs de la troupe. L’art de la monte n’était pas inné chez le kaleesh. Le répit à la douleur du bassin qu’éprouvait le reptile était bienvenu. Nass expliqua sobrement la situation en précisant qu’il s’agissait là de la dernière halte de la journée avant le crépuscule. Le natif de Kalee s’était porté à la hauteur de l’être des profondeurs aquatiques et l’entendit baragouiner une poignée de mots, qui peinaient à faire sens dans la tête fatigué de Jai Veelar. En revanche, la forme reptilienne comprit aisément que la carcasse gisant à quelques mètres de là lui était familière, ou du moins qu’il connaissait les détails de ce qui l’avait conduit à cette triste fin. Le colosse ne put se retenir de se tordre aux éclats comme à l’accoutumée.  
 
Ce court bivouac perturba quelque peu Uriel. Il lui rappela ses origines. Le peuple kaleesh ne s’était jamais caché d’être un peuple nomade. Uri repensa à tous ces arrêts à travers les vastes contrées de Kalee au sein de sa tribu. Même si les souvenirs de l’exil qui l’avait conduit où il se trouvait aujourd’hui demeuraient emprunts d’amertume, les bons moments l’emportaient sur la fin de son appartenance tribale. L’idée de vivre en paria ne l’avait jamais effleuré. Pourtant, c’était désormais sa condition pour le reste de sa vie. Une seconde famille lui avait ouvert ses portes. Des portes fragiles et passablement usées par l’impérieux besoin des Jedi à vivre cachés là où l’équilibre de la Force requérait leur présence. Etait-ce donc cela la tâche qui incomberait à Uriel ? Porter la Lumière partout où les ténèbres obscurciront les corps et les esprits. Il l’ignorait et préféra refouler ces questions au plus profond de lui-même. Sa quête d’identité, bien qu’inhérente à sa personne, passait au second plan devant les enjeux qui se pressaient auprès de lui.  
 
Ce questionnement intérieur l’avait poussé à s’isoler du groupe et à s’asseoir auprès d’un arbre à l'agonie. Soudain, un Ewok vint perturber les réflexions de la forme reptilienne. Loin d’être inconnu d’Uriel, la boule de poil n’était autre que la sentinelle qu’il avait menacé lors de l’évasion ratée de l’avant-veille. D’un geste bienveillant, le natif de Kalee l’invita à s’asseoir auprès de lui. Sans trop d’hésitations, l’ourson pataud s’installa confortablement à ses côtés.  
 
- Qui l’eut cru ? Le geôlier et son prisonnier marchent désormais côte à côte vers la vérité.  - Glowah !! Too !! 
- Tu comprends notre langue, n’est-ce pas ? (l’Ewok hocha la tête) J’aimerais pouvoir en dire autant.  
- Ish Killi. Ish Killi. 
- Killi ? Killi, c’est ton nom ? (l’Ewok hocha à nouveau la tête) Et bien sache, que c’est un honneur de pouvoir t’aider, toi et ton peuple, à ramener l’équilibre sur ta planète, et que moi, Uriel Jai Veelar mettrait tout en œuvre pour y parvenir.  
 
 
 
Par un savant mélange de compassion et de bonne volonté, le kaleesh persévéra encore et encore à lier le dialogue avec la petite créature velue. A défaut de comprendre ce qu’elle racontait, Uriel pouvait partager à l’autochtone comment il s’était retrouvé dans la cellule où leur chemin s’était croisé. L’histoire passionna le guerrier à la lance, qui retourna auprès des siens lorsqu’elle arriva à son terme. Uriel fit de même et se dirigea vers Kath et les quelques Jedi qui s’étaient rassemblés, lesquels semblaient discuter âprement. 

_________________________
Casier & Aventure

Fiche

Thème


Dernière édition par Uriel le 18/07/2017 19:50:28; édité 2 fois
Revenir en haut
Kath Aplazm
Ordre Jedi

Hors ligne

Inscrit le: 10 Déc 2015
Messages: 601
Niveau: 0
Rang: Novice

MessagePosté le: 13/07/2017 17:10:12    Sujet du message: Endor ne sera pas tienne Répondre en citant

Kath resta plusieurs minutes à discuter avec le groupe au milieu de la clairière. En vérité, ses interventions se résumaient à quelques hochements de tête, car il ne comprenait un traître mot de ce que le chevalier Jedi Hotar et son acolyte disaient. De la discussion, il retira seulement que l'instructeur de Saecha s'appelait Muyi Tano. Visiblement plus âgé que son collègue, il paraissait plus mesuré et plus expérimenté. Après tout, il avait reçu la charge d'instruire une élève, tâche privilégiée dont Hotar n'avait pas le bénéfice, si tant était que donner des leçons à un être aussi antipathique que la jeune Twi'lek en fût un.

A ce propos, Kath avait pourtant tenté le diable : conscient d'être parti sur de mauvaises bases avec sa camarade novice, l'Alderaani avait envisagé plusieurs approches afin de nouer le contact, en vain. Ses regards, sourires et grimaces gênées n'avaient trouvé qu'incompréhension, indifférence et désintérêt. Vraiment, si elle n'y mettait pas du sien, que pouvaient-ils espérer ? Ce n'était pas avec cette attitude qu'ils mettraient bientôt de côté leurs différend. Négligeant volontairement le fait qu'aucun créature de sexe féminin n'avait jamais répondu à de telles avances malgré son charme simple, naturel et manifeste, Kath se retourna vers les vrais compagnons qu'il pouvait compter sur cette lune.

La situation lui rappela une phrase d'un des frères alcooliques de son père, un fonctionnaire à la municipalité d'Aldera, amateur d'holofilms d'action, de courses de fonceurs et de sports d'équipe et surtout un grand consommateur de bière télosienne. "Les potes avant les pu...". Ce genre de réflexions avait coûté à l'oncle Aplazm de nombreuses promotions et quelques blâmes par le passé. En revanche, personne ne taxerait son neveu de sexisme sur un monde aussi éloigné de la civilisation et des règles du bon goût. Avec le sourire résigné de celui qui assume difficilement sa propre balourdise et renie avec autant de difficulté une éducation faite de désillusions amoureuses et de machisme bas de plafond, Kath détourna donc son attention sur Bareman et ses frères clones.

Prêt à leur demander s'ils n'avaient pas emporté un jeu de pazaak pour tuer le temps lors de pauses comme celle-ci, le jeune humain se ravisa, prenant conscience à l'expression interdite et grave des trois soldats qu'il n'y avait lieu ni de plaisanter, ni de jouer. Pourtant, Kath aurait échangé tout ce qu'il possédait pour un peu de temps libre et de répit hors de cette pesante atmosphère. L'air était lourd, les bêtes agitées. Même pour un être aussi peu perspicace que lui, cela signifiait quelque chose.

Comme un salvateur providentiel, Uriel arriva enfin à ses côtés, vraisemblablement attiré par les discussions qui avaient court. Dégageant un espace au sol afin que son ami siège à ses côtés, l'Alderaani tendit à nouveau l'oreille aux discussions qui avaient achevé sa concentration, quelques instants plus tôt. Il avait loupé une partie de l'histoire que semblait résumer le Jedi Tano en termes elliptiques.


- Maître Fàran ne le clamera pas tout haut, mais au fond, je crois qu'elle se sent affreusement responsable de ce qui est arrivé ce jour-là. Les Jedi ont perdu plus qu'un maître...


- Et le Conseil pense que l'Ombre et ses reliques sont encore présentes ?


Kath adressa un nouveau regard à Uriel. Il cherchait dans les yeux de son camarade kaleesh un embryon d'explication, tout à fait conscient que le néo-novice ne faisait partie de l'Ordre Jedi que depuis quelques heures seulement. Mais se pouvait-il qu'on ait dit à son ami quelque chose sur cette menace qui volait au-dessus de leurs têtes ? Il était difficile pour le novice humain de saisir les expressions de l'alien reptilien derrière son masque ancestral.


- A tout hasard, tu sais quoi que ce soit à propos d'un anneau ou d'une "montagne noire" ?, glissa Kath à mi-voix à son voisin. Son esprit lunatique n'avait peut-être pas saisi la teneur profonde de l'échange entre es chevaliers Jedi, mais certains des mots-clé s'étaient ancrés dans son esprit, comme martelé par l'écho de la Force pour qu'il ne les oublie pas. A moins que ces idées ne fussent que des réminiscences de contes enfantins que sa mère lui racontait lorsqu'il était petit.

Guettant la réponse du kaleesh, Kath se releva et observa Nass s'entretenir avec le chef Chitupa du coin de l’œil. Si une quelconque décision devait être prise sur la suite des opérations, elle émanerait de la tête pensante du cortège. Le novice ne fut pas tout à fait rassuré de constater que la direction effective de leur troupe reposait sur une petite boule de poils aux accents belliqueux et un Gungan bedonnant. Refoulant un nouvelle vague d'angoisse mesurée, Kath se résigna à leur faire confiance. Quel autre choix avait-il, de toute façon ? A affronter seul la jungle pour revenir au Sanctuaire, il courrait à sa perte, et il le savait.


- Je ne sais pas toi, mais je commence à avoir faim
, dit enfin Kath à l'adresse de son compagnon, rompant le silence qui s'était fait depuis quelques secondes. Les Jedi s'étaient dispersés et les clones s'étaient relevés, empoignant leurs sacs et leurs armes avec fermeté. J'espère que nous serons de retour pour le déjeuner. J'en ai assez de me nourrir de ces biscuits.

Avec une apparente désinvolture et beaucoup d'impertinence, il pressa le pas en direction des gaupa, l'épieu à la main. Avec sa bure rapiécée et sa barbe, naissante, il donnait l'air d'un parfait sauvageon, tout droit sorti d'un ermitage. Coïncidence ou pas, en s'approchant des montures, il crut discerner en haut d'un arbre plus petit que les autres une petite anfractuosité dans son tronc, juste sous la cime. La cavité était trop exigüe pour un homme, mais un Ewok aurait pu l'occuper. Du petit trou voletait un vieux tissu brunâtre, semblable à un linceul déchiré et pendouillant tristement si ce n'était pour les régulières bourrasques qui le secouait.

Avec l'espérance que l'occupant de ce curieux habitat ne leur soit hostile, Kath rebroussa chemin avec précaution. Mieux valait ne pas déranger la susceptible faune de la lune forestière s'il en avait la possibilité. L'Alderaani ne pensait pas un jour se dire cela, mais prudence était mère de sûreté. Était-ce le contact des Jedi qui l'avait poussé à s'assagir ? Dans l'esprit du novice s'installait plutôt une discrète mais insidieuse paranoïa...

_________________________




Dernière édition par Kath Aplazm le 24/04/2018 10:49:15; édité 1 fois
Revenir en haut
Uriel
Nouveau

Hors ligne

Inscrit le: 03 Jan 2017
Messages: 36
Niveau: 0
Rang: Novice

MessagePosté le: 18/07/2017 19:23:01    Sujet du message: Endor ne sera pas tienne Répondre en citant

A mesure qu'Uriel se rapprochait de l'attroupement des Jedi, les échanges se firent de plus en plus perceptibles. Perceptibilité n'impliquait pas nécessairement clarté. L'arrivée impromptue de l'alien au beau milieu de la conversation le projetait irrésistiblement dans l'incompréhension la plus totale. Conscient de quelle était la place qui lui revenait de droit, celle de l'écoute attentive, le jeune kaleesh vint se placer aux côtés de son camarade Alderaani qui s'était généreusement déporté d'un pas de côté sur la droite. A entendre l'un des Jedi accomplis de la troupe, il semblait qu'un maître Jedi s'était éteint récemment. Aucun des membres de l'assistance ne se hasarda à revenir sur l'identité du défunt, ce qui ne manqua pas d'attiser la curiosité du natif de Kalee. Puis, le groupe embraya sur un autre sujet, sans que cela n'éveillât le moindre commencement de réponse. 

Le compère humain du novice semblait lui aussi souffrir du manque d’explication. Les deux hommes échangèrent un regard médusé qu'Uriel agrémenta d'un haussement d'épaules dont il avait le secret. A la suite de la démonstration de sa méconnaissance des sujets Jedi, Uri dut affronter la question qu'il avait craint depuis la première nuit au Sanctuaire. Kath Aplazm lui demanda des éclairages à propos d'un anneau ou d'une "montagne noire". Immédiatement, la réminiscence du mal-être dans lequel ses visions l'avaient conduit réapparut. Et avec elles, le souvenir des mots maladroits de réassurance de Maître Nass, lesquels semblaient au mieux emprunts de faux, au pire couverts par un voile de Peur. A voix basse, Uriel glissa ce qu'il avait sur le cœur :

- Tu te souviens de la nuit de notre rencontre.. Evidemment que tu t'en souviens.. On jouait notre vie à ces instants de péril imminent. Eh bien, lorsque nous sommes rentrés dormir au Sanctuaire, j'ai fait les frais d'un rêve des plus étranges... (Uriel raconta son rêve tel qu'il s'était manifesté à lui). La montagne et l'anneau me sont apparus.. J'ignore ce que cela peut bien vouloir dire. Quoi qu'il en soit, j'en ai parlé au Maître Nass par craintes. Craintes, qu'il a écartées d'un revers de manche en m'assurant que nous n'étions pas en danger. Je ne suis plus un bambin. Je sais reconnaître un mensonge quand j'en vois un. Nass m'a menti. Pas par vice, mais par paternalisme. Ce faisant, il met, à mon humble avis, le groupe en danger. N'ébruites pas mes craintes au sein de la troupe, mais sois sur tes gardes quelque chose se trame au plus profond de ces forêts d'apparence si placide.

L'un des Jedi se tourna vers les deux compagnons et s'exclama : 

- Dis donc vous deux, vous voudriez pas faire profiter tout le monde de vos messes basses.

Un silence de marbre s'installa plusieurs secondes. Le visage interdit, Uriel se tourna vers le natif d'Alderaan, implorant une diversion. Un trait de génie de l'humain permit aux deux compères d'échapper à d'autres questions indiscrètes. L’attroupement s'éparpilla. La forme de vie reptilienne suivit l'homme de tête, visiblement déterminé à en découdre avec n'importe quel gibier. Quand soudain, le guerrier à l'allure téméraire fit volte face pour une raison qui demeurait étrangère au kaleesh. Uriel mit de côté ses doutes et commença l'ascension de l'arbre pour atteindre la cime afin de vérifier que la cavité sur laquelle s'était focalisé l'humain ne contenait rien. Profonde et obscur, le reptile se hasarda à glisser une main à l'intérieur. Première erreur. En une fraction de secondes, un essaim de guêpes émergea et fit basculer le natif de Kalee qui manqua de s'écraser au sol. Ses réflexes lui avaient toutefois permis de se rattraper à l'une des branches en contrebas, qu'il ne tarda pas à lâcher devant la charge de l'essaim, tant et si bien, qu'il se lança dans une course effrénée à travers la forêt pour échapper aux maudits insectes. Bientôt à bout de souffle, la créature se voyait déjà couverte de piqûres. Une chance, qu'un petit ruisseau se trouva à quelques mètres de là. Ni une, ni deux, l'homme au masque ancestral se jeta dedans et y plongea entièrement le corps, le temps que l'essaim n'aille ailleurs. 

Épuisé par cette mésaventure, Uri parvint néanmoins à rejoindre le camp sous les éclats de rire du convoi, en particulier des Ewoks, qui ne s'étaient pas gênés pour rappeler ô combien la faune endorienne était vicieuse. Si tous riaient aux éclats, un se garda bien de rire. Maître Nass s'élança dans un sermon duquel Uriel ne retint rien, si ce n'est que les Jedi ne se comportent pas comme des galopins.

_________________________
Casier & Aventure

Fiche

Thème
Revenir en haut
Rylen Korr
Ordre Jedi

Hors ligne

Inscrit le: 19 Mar 2007
Messages: 3 795
Niveau: 5
Rang: Maître du Conseil Jedi
Autre: Grand Maître Jedi

MessagePosté le: 28/07/2017 01:10:37    Sujet du message: Endor ne sera pas tienne Répondre en citant

Quelque part au loin : un écho. Un signal strident dans la Force qui vint déranger les tympans du Maître Jedi. Ce dernier, occupé à observer son environnement proche et à scruter le moindre fait et geste de ses jeunes apprentis, eut tout juste le temps de se concentrer afin de réceptionner au mieux l'appel que ce dernier disparut aussi rapidement qu'il était apparu.

Ses alliés Jedi d'expérience, Muyi en tête, ne semblaient avoir rien perçu. Ils discutaient paisiblement, l'air de rien. Nass passa très vite à autre chose et laissa derrière lui cette faible perturbation d'origine inconnue. Si elle était si importante que cela, elle ne tarderait pas à se manifester de plus belle.

Cette clairière aidait étrangement à apaiser les sens. Havre de paix au milieu de la tourmente forestière, elle apportait de la quiétude ainsi que de la sérénité. Tout ce dont avait besoin un Jedi pour se sentir apaisé avant de rentrer dans une zone de turbulences. Car pendant de nombreux jours, et sans savoir quand est-ce qu'ils reviendraient de leur voyage, Nass et ses compagnons aventuriers allaient subir des épreuves qui allaient les marquer à jamais.

Respirant une dernière fois l'air trop oxygéné de ces terres, le natif de Naboo regretta presque de perdre le confort dans lequel il baignait depuis trop longtemps. Ce retour aux sources guerrières, il l'avait souhaité depuis de longues années maintenant. Lui qui n'avait pas vécu la Bataille de la Forge Stellaire, il se sentait comme redevable envers les nombreux Jedi qui y avaient survécu. A son tour d'aller frôler le danger et de servir les intérêts de l'Ordre Jedi sur le terrain, désormais !

A une dizaine de mètres de sa position, les Ewoks s'étaient rassemblés afin de se discuter dans leur langue primitive. C'était une belle preuve d'union et de camaraderie que Nass ne retrouva pas chez les Jedi, aux premiers abords. Il se savait quelque peu détesté par ses deux Novices, mais pire encore il avait senti de la tension entre l'élève de Muyi Tano et Kath Azplam. D'après les dires du formateur de la Twi'lek, la mésentente durait depuis leur première rencontre. Ce n'était pas le meilleur moyen de rassembler une troupe à l'aube d'un conflit destructeur. En qualité de Maître Jedi et de plus haut gradé de l'Ordre ici présent, Nass se décida à y aller de ses méthodes afin que tout le monde fasse passer l'intérêt collectif avant son intérêt personnel. Mais tandis qu'il s'apprêtait à appeler tous ses compères Jedi, les rires des Ewoks l'amenèrent à tourner le regard dans la direction opposée. Là-bas, il perçut son élève Kaleesh en proie à des guêpes de la taille de sa main.


*Maudit soit Kath Aplazm, il a fini par le contaminer !* pensa immédiatement le Gungan qui n'avait toujours pas l'assurance que l'Humain avait appris de ses dernières erreurs au Sanctuaire. Et pourtant, Nass aurait juré avoir aperçu quelques secondes auparavant le Novice aux cheveux (trop) longs se rapprocher du trou duquel s'étaient échappées les insectes volants. Se pouvait-il qu'il ait évité de justesse l'erreur commise par Uriel en se servant, une fois n'est pas coutume, de sa tête ? Le Maître Jedi aurait besoin d'une meilleure preuve pour en venir jusque là.

En attendant, la honte provoquée par le Kaleesh devait être effacée. Se faire ainsi dévisager par les Ewoks... Nass était un Gungan, et comme tout Gungan la fierté passait avant le reste. L'estime qu'il avait pour son élève en avait pris un coup.


- J'espère que tu galoperas aussi vite lorsque tu auras une horde de barbares à tes trousses, jeune pitre ! L'Ordre Jedi se passerait de vos clowneries, surtout en ces temps galeux !

Très étrangement, Nass avait inclus d'office Kath dans la faute commise par Uriel. Était-ce par habitude ? Ou bien était-ce volontaire ? Comme une piqure de rappel à l'encontre de celui qui avait encore tant à prouver aux yeux de son formateur.

A quelques mètres de là, la jeune Saecha Tan laissa échapper un sourire malicieux. Sans le montrer, l'élève de Muyi Tano devait se ravir intérieurement des sermons que prononçaient le Maitre Nass à l'encontre de ses élèves. L'Ordre Jedi avait beau être une famille soudée, les Novices restaient en compétition permanente dans leur quête qui devait les mener à devenir Padawans auprès d'un Maître : tous n'auraient malheureusement pas cette chance. L'aventure ne faisait que commencer, et pourtant Saecha se savait déjà en avance sur ses compères mâles : elle n'avait encore commis aucune faute.

Bien heureusement pour Kath Aplazm et Uriel Jai Veelar, Muyi ne tarda pas à lui en trouver quelques-unes. Et elles étaient méritées.


- Jeune fille, je suis attristé de ressentir en toi des émotions qui ne devraient pas être celles d'un élève que l'on dit si prometteur. Je ne perçois devant moi qu'un esprit puant l’égoïsme et la haine. Rien de ce qu'on doit retrouver chez un Jedi, encore moins chez un Novice doué et talentueux.

Comment ça ? Se pouvait-il qu'il y ait encore plus dur formateur que Nass ? Le Gungan, bien que connaissant les méthodes de son compère, fut presque surpris de la réaction de celui-ci. Car en plus d'être bien plus sévère que lui, sa remontrance envers la dénommée Saecha masquait immédiatement les reproches faits à Uriel et à Kath. Nass ne pouvait se permettre qu'ils en oublient ses mots et décida d'en rajouter une couche. Elle aussi purement méritée.

- Jeunes Novices, si vous avez été choisis pour cette quête, c'est avant tout car vous avez beaucoup à apprendre sur vous-même, encore plus que tous les autres Novices de votre génération. Mais par dessus tout, vous représentez l'Ordre Jedi. Vous n'êtes plus en train de chasser de manière bestiale vos proies, dit-il en regardant Uriel, vous n'êtes plus en train d'affoler la libido de répugnants esclavagistes, déclara t-il brutalement en fixant la jeune Twi'lek, bien remontée en écoutant le Gungan, ni en train d'arpenter les boites de nuits du Noyau afin de convenir aux besoins de vos hormones ! finit-il en dévisageant sévèrement le seul Humain, vous êtes ici, rassemblés sous la même bannière, afin de ramener la paix et la justice là où elles sont menacées. Et non pas pour vous comporter comme des enfants Coruscantis trop gâtés !

Au loin dans la clairière, seul Growok continuait à rire de sa voix grasse. Il se fit alors sévèrement recadré par le chef Chitupa qui vint lui porter un coup de bâton dans les jambes. Le jeune et gros guerrier s'écrasa contre la terre sèche et stoppa immédiatement son gloussement, sans aucune difficulté apparente.

Ils avaient beau être enfantins lorsqu'ils le voulaient, les Ewoks restaient des individus plus qu'intelligents. Ils avaient un fort respect de la hiérarchie et ils connaissaient le statut de Nass au sein de l'Ordre Jedi : même sans connaître le langage Basic, ils se doutaient bien de l'importance de ses mots à ce moment-là.


- Dans quelques heures surement, nous allons connaître les premières difficultés de notre aventure. La fatigue va se faire sentir, l'éloignement du Sanctuaire également. Les forces de la forêt d'Endor vont nous engloutir peu à peu et nous ne pourrons nous appuyer que sur nous-mêmes et sur la Force si elle veut daigner nous répondre. Mais si elle constate que nous sommes incapables de nous rassembler, elle ne sera d'aucune aide pour nous. Car elle n'apporte rien aux esprits les plus égocentriques et les plus déconnectés de la réalité, fit-il en laissant échapper un large filet de bave, preuve de sa colère passagère vis à vis des trois Novices, certains d'entre nous ne reviendrons pas de cette quête. Certains vont mourir, OUI ! Sortez de votre berceau et ouvrez les yeux jeunes sots, ce n'est pas le moment pour jouer au clown ou pour se délecter du malheur des autres. Car lorsque nous serons opposés à nos ennemis, seule notre solidarité nous permettra de nous en sortir vivants.

Visiblement irrité de l'image que donnait les trois jeunes individus à l'ensemble de l'escouade, Nass donna un coup dans le vide face à lui et s'en retourna vaquer à ses occupations. Immédiatement, il alla à la rencontre du chef Chitupa et du Chaman des Naa'fruu afin de discuter de la quête. Il avait trop vu ses Novices pour aujourd'hui.

Personne à part lui ne pouvait savoir s'il avait été réellement énervé par le comportement de ses troupes ou s'il avait exagéré ses paroles pour qu'elles produisent un déclic chez les jeunes adolescents de la Force. L'effet avait quoi qu'il arrive fonctionnait chez la plupart des membres prenant part à l'aventure puisque même les trois clones participèrent à l'échange virulent. A commencer par Bareman qui, astiquant son blaster sur un rocher à plusieurs mètres du reste des Jedi, haussa le ton afin de se faire entendre.


- Certains d'entre nous ont décidé de faire partie de cette quête pour gagner une mort honorable. Mais pour cela, ils comptent sur le soutien de chacun. Même si vous n'êtes pas encore totalement Jedi, nous faisons entièrement confiance en vos capacités qui dépassent largement les nôtres. Vous avez tout à prouver, et cette quête est une aubaine pour parfaire vos talents. Ne la gâchez pas.

Ni énervé, ni compatissant, l'habituel barman et cuisinier du Sanctuaire Jedi semblait avoir laissé un message d'importance majeure entre ses mots. Son ton neutre cachait autre chose. Les clones avaient leurs propres secrets, visiblement.

Tandis que le temps se couvrait au dessus de leur tête, Nass tapa dans ses grosses mains vertes et gueula assez fort pour que toute la forêt avoisinante se réveille. L'heure était au départ.


- Nous y allons. Remontez sur vos montures et n'oubliez rien. Les plus sages d'entre-nous ne repasserons ici que dans plusieurs semaines, annonça t-il comme pour en rajouter une couche à l'égard des trois disciples qu'il avait fortement recadré quelques minutes auparavant.

C'est ainsi que les Ewoks, les clones ainsi que les Jedi repartirent de la Clairière du Ewok Solitaire. Marchant sur les pas d'une poignée de Jedi seulement qui avaient, jadis, arpenté ces terres dans le but de sauver Endor d'un conflit ravageur. Mais tous n'étaient pas revenus. Et ça, Nass ne l'oublierait pas d'aussitôt et comptait le faire comprendre très rapidement à ses compagnons de voyage.

A peine reparti, le Gungan scrutait déjà le cœur de Kath et d'Uriel afin de ressentir la moindre émotion de travers. A partir de maintenant, il n'y avait plus de place pour les fautes. Ils avaient tout intérêt à ne plus en commettre pour leur bien mais surtout pour celui d'Endor.

Endor... Quelle lune pouvait se targuer d'être aussi paisible et dangereuse à la fois ? Cette dualité, on la retrouvait dans tous les aspects du monde forestier. Les Ewoks étaient en perpétuel conflit avec les Sanyassans, là où les terres dominées par les étendues boisées se confrontaient quelque part au Nord au Désert de Salma, aride et sec. Les Jedi connaissaient bien cette opposition permanente avec leur combat historique contre le Côté Obscur de la Force. Ils retrouvaient constamment ce duel, où qu'ils aillent, et Endor ne dérogeait pas à la règle. Cette guerre était bien la leur. Leur présence était amplement justifiée.

Le Croisement des Quatre Chemins. Ils y étaient. Comme son nom l'indiquait, il s'agissait d'un croisement entre quatre sentiers différents. Celui de gauche menait au Nord selon les indications de Pikpik, l'explorateur Ewok de la troupe. A partir de là, il y avait moins d'un jour de marche pour atteindre la Montagne Noire, repère le plus éloigné du Sanctuaire Jedi.

Les choses sérieuses commençaient. Peu de personnes avaient foulé ces terres, même parmi les Ewoks. Et très peu en étaient revenues.

_________________________
- 1/ Soresu - III - Parades (Défense) =) Rylen en fait sa principale technique de combat -
- 2/ Shien - IX - Coup vif à l'adversaire (abandonnée au fil des années au profit de l'Ataru) -
- 3/ Sokan - VIII - Frappes rapides et brèves -

-Histoire du Maître Jedi-
-Possessions du Maître Jedi-
- Second perso: Rick O'lonell -
Revenir en haut
Kath Aplazm
Ordre Jedi

Hors ligne

Inscrit le: 10 Déc 2015
Messages: 601
Niveau: 0
Rang: Novice

MessagePosté le: 01/08/2017 13:51:13    Sujet du message: Endor ne sera pas tienne Répondre en citant

Les mots d'Uriel raisonnaient encore dans l'esprit du novice Kath Aplazm : Nass savait ce qui les attendait à la Montagne Noire et n'en avait rien dit. L'Alderaani n'avait cependant plus besoin de se convaincre de la démence de son maître. Non, ce qui le préoccupait vraiment était le fait que le Conseil et les Jedi qui accompagnaient le groupe aient désigné pour cette expédition trois novices presque inexpérimentés et, en ce qui concernait Kath, parmi les moins doués.
Cette histoire de dettes aux Ewoks avait un sens, les décisions de l'Ordre en avaient beaucoup moins. A mesure que leur troupe avançait, le novice humain commençait, lentement mais sûrement, à saisir du bon sens et de la raison dans les actes des locaux, quoiqu'il les jugeât toujours à l'aune de leurs cris primitifs et de leurs attitudes belliqueuses.

Comme Kath restait immobile devant l'arbre qu'il avait observé plus tôt, interdit et pensif, Uriel en entreprit l'escalade. Le kaleesh s'agrippait aux branches avec une certaine dextérité que lui conférait sa morphologie reptilienne, sous le regard néanmoins dubitatif des quelques autochtones massés à quelques mètres de là. Mais que faisait-il ? Toujours plongé dans ses pensées, Kath s'écarta brusquement lorsque la masse de son ami tomba du haut de l'arbre. Ni une ni deux, Uriel s'enfuit dans les bois, poursuivit par une horde d'insectes aussi grands que le poing.

Effrayé mais cependant soulagé de ne pas avoir été pris pour cible, le novice s'éloigna à grandes foulés pour se retrouver à l'endroit où se tenaient les Jedi un instant plus tôt et où Bareman nettoyait toujours son fusil. Décidément, Uriel, tout comme lui, apprenait à ses dépens ce qu'il en coûtait de déranger la faune endoréenne. Si l'aventure sur cette lune était un cauchemar, il n'allait pas en s'améliorant. Kath repensa à nouveau à la prémonition du Kaleesh concernant l'anneau et la Montagne. Non, tout irait certainement de mal en pis... et il n'y avait pas besoin de ressentir la Force ou de prophétie pour le deviner.

Quelques instants plus tard, à quelques enjambées de là, non loin de la lisière de la forêt, Uriel jai Veelar repointa le bout de son nez. Il fut accueilli par une copieuse salve de réprimandes que Nass lui adressa fort logiquement. Quoiqu'il fût assez satisfait de ne faire pour une fois l'objet de telles paroles, Kath eut la désagréable impression que son maître Gungan s'en prenait également à lui. Haussant les épaules, il se retourna vers d'autres exclamations dans son dos : le chevalier Jedi aux cheveux gris qui avait mené Alya et Kath au Sanctuaire s'en prenait à son tour à sa propre élève. Saecha affichait une moue agacée.
Comme elle détournait le regard de son instructeur, ses yeux et ceux de l'Alderaani se croisèrent à nouveau. Elle ne devait trouver dans les yeux de l'humain qu'un air compatissant mais, semblant piquée au vif, elle tourna la tête avec véhémence. Décidément, il était dit que Kath ne comprendrait jamais les femmes.

Muyi Tano avait fini sa diatribe envers son élève, mais celle-ci fut directement suivie d'un nouveau discours accablant, venu de maître Nass cette fois. Ce dernier invectiva directement les trois novices sans distinction ; tous avaient certainement, dans son esprit du moins, de bonnes raisons de se reprocher quelque chose. Kath avait fini par s'habituer au ton de son professeur et à attendre de telles remontrances, si bien que le regard ferme de Nass ne le fit plus plier comme la veille. Mais comme il encaissait les mots du gros Gungan, il ne constata pas qu'autour d'eux, un silence pesant s'était établi.

Les mots de Nass se firent plus lourds, chargés de sens. Comme un écho, le ciel s'était couvert de nuages gris prévoyant sans doute une nouvelle tempête pour les heures à venir. La voix de la Force frappa soudainement les tempes de Kath, qui cherchait du regard Uriel, Bareman, ou même Woopee, en quête d'une diversion à ses pensées lancinantes. La forêt, la mort... et la solidarité ? Nass avait bien choisi son moment pour un discours sur l'amitié. Entouré d'Ewoks qui un jour plus tôt voulaient sa mort, de clones muets et de Saecha, Kath se sentait on ne peut plus seul.

Si elles prenaient la forme d'une mise en garde nécessaire et enfin bienvenue compte tenu des révélations d'Uriel sur sa vision, ces paroles avaient achevé de saper le courage de l'Alderaani. Fatigué de corps, le moral détruit, le novice s'écrasa sur une souche d'arbre en contemplant ses pieds. Des murmures inaudibles, comme provenant des quatre coins de la forêt, lui sifflaient dans les oreilles et sa tête se remplissait peu à peu d'images rappelant les flammes de la forêt et les cadavres calcinés des mercenaires de Beemen, ranimés et vengeurs.

Ce flot stygien de destruction s'interrompit au son de la voix caverneuse mais posée de Bareman. Le clone, qui frottait avec calme et énergie un chiffon sale sur le canon d'une arme depuis plusieurs minutes, se fendit lui aussi d'une recommandation, moins accusatrice cette fois-ci mais tout aussi chargée. Kath tenta de croiser son regard, mais le soldat ne releva pas la tête de son ouvrage. Il craignait de comprendre ce que la seule vraie figure amicale qu'il avait côtoyée au Sanctuaire avant l'arrivée d'Uriel voulait dire...

Prenant ses joues entre ses mains, les coudes sur les genoux, Kath ferma les yeux et se vida l'esprit. Quand il les rouvrit, le ciel paraissait plus agité et les Ewoks avaient détaché leurs gaupas, plusieurs se mettant déjà en selle. Nass frappa dans ses mains avec énergie et la troupe se remit sur pied comme un seul homme, l'éclaireur Ewok, Nass et le chef Chitupa en tête. A la traîne derrière, Kath tarda à maîtriser son gaupa qui semblait n'avoir rien perdu de son entrain. Après plusieurs secondes de lutte, le novice lâcha les rennes de l'animal qui rua soudainement, les yeux révulsés. Un Ewok, qui se trouvait non loin de là, dérangé par l'une ou l'autre éclaboussure de boue que la monture répandait autour de lui, vint prêter main forte à l'Alderaani.

Le novice et son acolyte furent bien impuissants devant l'agitation de la bête, qui se cabrait et ruait en hennissant de façon déchirante. Si ce destrier avait déjà causé quelques problèmes au groupe, rien n'expliquait sa réaction. Le gaupa semblait décidé à ne pas faire un pas de plus sur le sentier que suivaient déjà une bonne moitié de la cohorte. Les yeux révulsés, elle projeta finalement l'Ewok au sol d'un coup de tête et, arrachant son mord, elle fila à perdre haleine dans la direction opposée. Au bout d'une poignée de secondes, la monture avait disparu et ses cris s'étaient éteints.


- Tisti, ilili !, pesta l'Ewok en se relevant. Il frotta ses petits bras velus et s'éloigna avec un haussement d'épaules ronchon vers son propre gaupa, celui-ci parfaitement docile. Kath resta bras ballant, médusé. Déjà qu'on lui avait d'abord refourgué le poney le plus nerveux de la lune forestière, il allait maintenant devoir parcourir le reste du chemin vers la Montagne Noire de la Mort de l'Espace à pied. Heureusement que maître Nass et le chevalier Tano étaient déjà assez loin, sans quoi Kath craignait que cette incartade soit la dernière.

- Les créatures vivantes, même les plus primitives, ressentent la peur. Là où nous utilisons des mots, certains animaux n'ont parfois besoin que d'un contact pour communiquer avec ce qui les entoure.


Kath leva la tête. Le visage fermé et les yeux violets de la Twi'lek Saecha le fixaient. Dressée sur son gaupa immobile, elle toisa son camarade novice de longues secondes avant de reprendre.

- Toi aussi, tu as peur. Il l'a senti.

L'Alderaani ne sut que répondre à cela. Était-ce une moquerie ? Un quolibet ? Il ne comprenait pas ce que la Twi'lek essayait de prouver. N'avait-elle pas compris ce qu'on lui avait dit un peu plus tôt ? La solidarité et l'entraide seraient leur seule ressource face à ce qui devait s'annoncer.


- On va être en retard. Monte.


Ou lui avait-elle donné un conseil ? La jeune novice continuait de le fixer, figée dans une expression sévère et feignant mal la désinvolture. Kath se fendit d'un sourire gêné et obtempéra sur le champ : il n'avait pas le choix. Peut-être cet acte de camaraderie prouverait-il à Muyi Tano que Saecha n'était pas aussi égocentrique qu'il le prétendait. Peut-être cette coopération fortuite rachèterait-elle aux yeux de Nass la perte du gaupa de Kath Aplazm. En tout cas, les deux novices n'avaient plus grand chose à perdre. Qui sait, cet évènement était peut-être la graine d'une belle amitié ?

- Merci, Saecha. Tu sais je suis déso...


- Tais-toi. Et ne t'avise pas de me toucher.

Les deux compagnons se mirent en route d'un coup de talon, rattrapant le groupe qui avait déjà progressé au milieu de la forêt. La route fut longue et silencieuse, uniquement rythmée par les hurlements du vent et les cris des animaux de la forêt, qui se faisaient néanmoins de plus en plus rares. Quand le groupe fit une nouvelle halte, Kath put observer derrière la fine épaule de sa camarade Twi'lek un étrange croisement qui fendait les arbres en différentes voies. Un frisson lui parcourut l'échine. D'instinct, l'Alderaani baissa les yeux pour retrouver son arme. Ce faisant, il distingua les mains d'un mauve violacé de la novice qui lui tenait compagnie. C'était léger, mais elle tremblait.

_________________________




Dernière édition par Kath Aplazm le 17/02/2018 15:29:59; édité 1 fois
Revenir en haut
Rylen Korr
Ordre Jedi

Hors ligne

Inscrit le: 19 Mar 2007
Messages: 3 795
Niveau: 5
Rang: Maître du Conseil Jedi
Autre: Grand Maître Jedi

MessagePosté le: 06/10/2017 02:39:46    Sujet du message: Endor ne sera pas tienne Répondre en citant

Les fluctuations de la Force étaient bien trop souvent mystérieuses et inexplicables. Tel un courant d'air venant glacer la joue trop peu velue d'un Humain ou d'une Twi'lek, c'était un fait naturel et presque fataliste que personne -ni même le plus grand des Jedi... s'il en existait un- ne pouvait influencer.

Le sentier de la Montagne Noire était recouvert d'une terre boueuse et presque mouvante. Plus la troupe gagnait du terrain et plus les arbres devenaient mornes. Tel un automne corellien un peu trop puissant, la nature semblait subir l'assaut invisible d'une entité qui ne lui voulait que du mal. Incapable de se protéger, impuissante face à ces -présumées- attaques répétées, la terre Endorienne se laissait mourir à petit feu. On aurait dit qu'elle s'était fait une raison, et qu'elle avait abandonné avant même de combattre.

Était-ce pour cela que la civilisation Ewok vouait un culte sans nom aux arbres de leur lune ? Les autochtones avaient-ils compris que l'âme de la Vie résidait dans la végétation ? Que ses racines étaient les mêmes que celles qui accrochaient les troncs à la terre ? Une grande ignorance accompagnait encore et toujours les étrangers lorsqu'ils souhaitaient comprendre les téméraires Ewoks. Cette quête pouvait-elle permettre aux Jedi de mieux les cerner ? De mieux les appréhender ?

Comme un signe annonciateur de ce qui attendait les aventuriers dans un avenir proche, l'une des montures -très étrangement celle de Kath Aplazm- fut foudroyé d'une peur soudaine et disparut dans la brûme qui recouvrait la forêt. Personne ne put empêcher l'animal de s'en aller, pas même Gili qui était venu porter secours à son compère Jedi. Cette malheureuse péripétie amena Saecha Tan, l'élève de Muyi Tano qui était en froid avec Kath, à partager son gaupa avec le Novice malchanceux. La perte du poney pouvait-elle être le point de départ d'une relation durable et amicale ? Le futur le leur dirait.

Confortablement installé sur sa bête, Nass observa du coin de l'oeil cette amitié naissante. Il ressentait dans le cœur des deux jeunes adolescents de la Force des sentiments nouveaux. Mélange d'appréhension et de désir mutuel. Celui de se connaître d'avantage, peut-être ? De faire un pas l'un envers l'autre, de se cotoyer d'avantage durant la quête. Ce n'était pas rare au sein de l'Ordre que des Novices en viennent à se rapprocher de telle manière, bien au contraire.

Croisant le regard de Nass, Tano fie la moue. Lui-aussi restait attentivement concentré sur les émotions qui parcouraient les organes de son élève. Et il avait parfaitement ressenti le changement de température de la Novice Twi'lek lorsque la main maladroite de Kath Aplazm avait frôlé sa hanche... !

Plusieurs heures s'étaient écoulées depuis que la troupe de guerriers avait franchi le Croisement des Quatre Chemins. Le trajet n'avait pas réellement avancé si l'on imaginait les milliers de kilomètres qui restaient encore à parcourir dans les étendues boisées d'Endor. Mais la Montagne Noire approchait à grands pas. Son sommet obscurci par un ciel noirâtre était déjà visible au loin, à travers le dense feuillage qui surplombait les regards des aventuriers Ewoks, Jedi et clones. Sa position peu éloignée aurait pu inciter Chitupa et les leaders Jedi à accélérer la démarche collective afin de l'atteindre avant la tombée de la nuit mais le vent avait redoublé d'intensité depuis peu. Il devenait dangereux de rester dehors par ce temps -d'autant plus que les gaupas étaient de plus en plus difficiles à gérer- c'est pour cela que les autochtones et leurs alliés décidèrent d'établir un campement temporaire à l'entrée d'une caverne sans danger. Celle-ci se trouvait en lisière de la forêt et était parfaitement positionnée pour les protéger du vent violent.

Tandis qu'une poignée de Ewoks, accompagnée des trois fidèles clones, se nommèrent d'eux-mêmes pour la garde des gaupas et pour la surveillance de l'entrée de l'antre, le reste de la compagnie se réfugia à l'intérieur de la cavité naturelle. Autour d'un feu de camp, ils se décidèrent à sortir quelques mets délicieux de leurs réserves de nourritures afin de remplir des estomacs trop peu remplis. Le feu réchauffa les esprits de chacun alors qu'au dehors de la grotte, le vent terrible de la lune d'Endor continuait à souffler de plus belle.

Le moment était parfait pour que les Maîtres Jedi passent du temps avec leurs élèves. C'est dans cette optique que Nass ordonna à Uriel et à Kath de le suivre en retrait du reste de la troupe. Et contre toute attente, il ne resta pas à l'intérieur de la caverne... mais sortit au grand air ! Et Muyi Tano fit de même avec son élève Saecha. Preuve que les deux formateurs avaient une idée derrière la tête.

Surpris par une telle initiative, les clones et les Ewoks qui montaient la garde sous un temps apocalyptique stoppèrent leurs conversations afin d'assister à l'initiation Jedi. Que comptaient-ils réaliser comme tâche avec une météo pareille ?

Lorsque Muyi et Nass attrapèrent à tour de rôle une lance déposée non loin de leur position par les Ewoks qui étaient de garde, les élèves de l'Ordre Jedi ne pouvaient plus avoir de doutes sur l'exercice qui les attendait. Il s'agissait vraisemblablement d'une initiation au corps à corps... dans un environnement hostile.

Et vu le visage des deux Maitres Jedi, ils n'étaient pas là pour chômer ou pour plaisanter : ils désiraient mener les jeunes initiés au bout de leurs efforts afin de les préparer à la quête pour laquelle ils se trouvaient ici.

_________________________
- 1/ Soresu - III - Parades (Défense) =) Rylen en fait sa principale technique de combat -
- 2/ Shien - IX - Coup vif à l'adversaire (abandonnée au fil des années au profit de l'Ataru) -
- 3/ Sokan - VIII - Frappes rapides et brèves -

-Histoire du Maître Jedi-
-Possessions du Maître Jedi-
- Second perso: Rick O'lonell -
Revenir en haut
Kath Aplazm
Ordre Jedi

Hors ligne

Inscrit le: 10 Déc 2015
Messages: 601
Niveau: 0
Rang: Novice

MessagePosté le: 02/11/2017 20:24:07    Sujet du message: Endor ne sera pas tienne Répondre en citant

Le ciel s’obscurcissait à mesure que le groupe progressait dans la forêt d'Endor. Les arbres étaient plus petits, rabougris, et ce n'était pas leur ombre qui noircissait ainsi l'atmosphère ; à mieux y regarder, Kath observa que la boue noirâtre qui recouvrait le sol sur leur passage maculait l'entièreté des bois, çà et là couverte de cendres et de tas de carbone calcinés. Curieusement pourtant, cette scène ne ressemblait en rien aux restes d'incendie qui avait valu au novice alderaani sa participation à cette croisade. Ce qui était à l’œuvre ici était bien plus incompréhensible. Les animaux semblaient fuir les lieux, comme ils avançaient, et on n'entendit vite plus que le son lourd des sabots des gaupas mêlé au souffle d'un vent toujours plus violent.

Bientôt, la troupe grimpa sur une colline qui dépassait les cimes des arbres malades de cette zone de la forêt. Au loin, on distinguait maintenant très nettement la Montagne Noire, dont le sommet imposant semblait toujours les nuages. Ceux-ci, gris et denses, laissaient présager d'une nouvelle tempête à venir. Se pouvait-il que la météo calamiteuse de la lune forestière ait un quelconque rapport avec cet endroit ?

Kath fit la moue. Il n'était définitivement pas rassuré. Un bref regard autour de lui lui indiqua qu'il n'était pas le seul : la mine de Bareman était fermée tendis que Muyi Tano fronçait les sourcils d'une étrange manière. Les yeux du novice ne croisèrent cependant pas ceux de Nass, qui chevauchait en tête et paraissait imperturbable. Pour la première fois, Kath salua intérieurement le calme de son professeur ; il fallait un sacré paquet de nerfs pour rester impassible devant un tel spectacle.

Saecha décocha soudainement un coup de coude dans les côtes de son passager de fortune, qui en eut le souffle coupé et lui lança un regard accusateur. C'était déjà la troisième fois en moins d'un quart d'heure. La Twi'lek fit mine de ne rien avoir senti, mais le sourire fiché sur son visage, derrière des yeux interdits, en disait long. Cependant, Kath avait bien compris que le calme de sa camarade n'était que façade et que ces gestes brusques n'étaient que de vagues tentatives de distraction, afin d'éviter de penser à ce qui allait arriver une fois qu'ils seraient arrivés à destination.

La troupe se remit en marche, les gaupas ne cessant plus de hennir de fatigue face au vent qui redoublait d'intensité à chaque minute. Au bout d'une heure, son souffle était si puissant que quelques Ewoks faillirent s'envoler de leur monture si les clones n'étaient pas venu à leur secours pour resserrer les harnais et les cordages qui les maintenaient sur les poneys. Il ne devrait décidément pas être possible d'avancer plus loin avant le lendemain, en espérant qu'une plus grande tempête ne se levât pas. Fort heureusement, une caverne logée non loin permit au groupe de s'abriter. Ce refuge de fortune fut accueilli par nombre de guerriers comme une délivrance, puisque tous s'y engouffrèrent aussitôt descendus de leur monture avec des cris de soulagement.

Les uns commencèrent alors à aménager l'abri, préparant un feu et sortant leurs gourdes à demi vides, les autres attachèrent les gaupas à l'entrée en prenant soin de les couvrir également des dangereuses rafales du vent. Au milieu de cette troupe en émoi, une seule silhouette semblait toujours inflexible. Perdu dans ses pensées, Nass observait les flammes danser le long des parois de la grotte. Kath ne l'avait pas perdu des yeux depuis leur arrivée : à quoi le gros gungan pouvait-il bien penser ? Le novice alla s'installer près du feu en engouffrant un morceau de nourriture qu'on lui avait tendu. Le morceau de ...--qu'est-ce que c'était, au juste ?-- était caoutchouteux, gluant mais assez agréable au palais pour quelqu'un qui n'avait plus mangé que des biscuits depuis deux jours.

Assis sur une pierre plate aux côtés de son ami Uriel, Kath décida d'un instant se relâcher. Le jour d'aujourd'hui avait déjà été assez plein d'aventures pour qu'il laisse la tension et le doute ronger sa soirée. Il se laissa donc tomber en arrière, faisant reposer son dos fourbu et courbaturé contre la paroi froide de la caverne. Les mains derrière la tête, il ferma les yeux, ne prêtant plus attention à rien et bascula dans un demi-sommeil uniquement rythmé par les bavardages alentours et le lointain écho de la Force. Isolé dans cet abri, Kath pouvait à nouveau ressentir sa présence, mais celle-ci paraissait beaucoup plus chaotique, beaucoup plus distante que d'habitude. Il haussa les épaules ; pour une fois que ce satané écho était assez discret pour le laisser dormir, il n'allait pas s'en plaindre.

Le ton impérieux de la voix de Maître Nass vint briser les songes naissants de l'Alderaani. S'il n'avait pas bien saisi la substance des mots de son instructeur, Kath comprit à la mine d'Uriel et à la démarche du Gungan qu'ils avaient été appelé à une nouvelle tâche. Quelle corvée allait-il leur imposer, cette fois ? Après une journée pareille, ne méritaient-ils pas un peu de répit ? Se levant de mauvais gré, Kath rejoignit alors son camarade Kaleesh à l'entrée de la grotte. A l'extérieur, Nass s'arrêta le long d'une petite pente rocheuse et se tint, interdit, accompagné de Muyi Tano et de Saecha, sa robe flottant au vent. Sous une telle lumière obscure, le Gungan paraissait plus imposant encore et sa stature rappelait celle de la Montagne Noire elle-même. Kath et Uriel eurent un frisson avant de s'avancer à leur côté ; en ce moment, leur maître avait l'air si calme et au même instant si brutal que ni l'un ni l'autre n'osa le questionner.

Nass et Tano eurent un bref échange. Derrière eux, les deux novices sentirent le regard curieux des clones et des gardes Ewoks. Il leur était difficile d'entendre plus loin qu'à deux mètres, car, à l'extérieur, le vent soufflait avec une telle force que les rires d'Hotar et les gazouillis des autochtones se perdaient dans un hurlement glacial. Conscients que des explications seraient difficiles dans ces conditions, les deux Jedi les plus expérimentés ne cherchèrent pas à instruire leurs élèves de la raison de leur présence ici.

Nass attira à lui une lance plantée non loi, Muyi Tano en fit de même avec une autre. A ce moment précis, le regard d'Uriel s'anima d'une flamme que Kath ne lui connaissait pas. Qu'est-ce qui pouvait bien lui prendre ? Tout compte fait, l'Alderaani savait assez peu de choses sur son compagnon. Cette réflexion éveilla en lui un étrange sentiment de solitude, qu'il chassa immédiatement. De son côté, Saecha eut un spasme qu'elle maquilla en portant la main à son sabre laser. Comme ses doigts se refermaient, elle put sentir son arme lui échapper et filer entre les mains de son mentor, qui lui tendit en échange la lance qu'il avait ramassée.

Kath n'entendit pas ce que Tano dit à son apprentie. Dehors, il avait du mal à se concentrer, devant sans cesse lutter contre les bourrasque pour ne pas perdre pied sur les pierres humides de l'entrée de la caverne. L'écho de la Force, si ténu un instant plutôt, avait complètement disparu. Ce n'était plus ses tempes mais son cœur qui battait à tout rompre. De la peur ? De l'adrénaline ? Il ne savait pas. Il avait bien compris pourquoi Nass lui tendait cette lance, pourquoi Saecha se tenait devant lui et pourquoi chaque muscle de son corps se crispait. Il ne savait pas si c'était le fait de la météo, du regard spectateur des clones ou de l'ombre de la Montagne au loin, mais lui aussi, Kath Aplazm, brûlait d'en découdre.


- Je passe en premier, si tu veux bien, dit-il à Uriel, posté à sa gauche. Il n'avait pas laissé le temps à son ami de répondre et s'était avancé, la lance à la main. En face de lui, Saecha grimaçait d'une étrange expression, où se mêlait ce que Kath interprétait comme du mépris et de la suffisance. Cela l'agaça particulièrement. Les deux jeunes gens avaient partagé la même monture pendant plusieurs heures et pourtant, aucun des deux ne semblait avoir vraiment fait un pas vers l'autre. Ils s'étaient contentés de regards gênés, ennuyés ou absents, et le moindre geste qu'ils avaient eu l'un envers l'autre s'était avéré être un coup sournois.

En temps normal, Kath aurait sans doute essayé de calmer celle qui l'avait secouru quand son gaupa avait mis les voiles, peu aimablement en vérité. Mais, en l'instant, il sentait naître en lui une flamme nouvelle. Pas la peur qu'il avait ressentie lorsque, pressé par l'urgence, il avait foncé au milieu de l'incendie de la forêt. Pas l'agacement qu'il avait éprouvé lorsqu'il avait pris Woopee en chasse lors de son arrivée. Pas même la Force, à laquelle il s'était ouvert si récemment. Le novice serra ses doigts contre le bois sec de son arme. Ce qu'il ressentait tenait plus du flot de violence incontrôlé, comme si le moment d'entrainement que ses maîtres lui offraient avait éveillé en lui un nouvel être, plus primaire.


- En garde, susurra Saecha, visiblement sûre d'elle. Uriel et Muyi Tano firent un mouvement de côté pour s'éloigner des combattants. Du coin de l'oeil, Kath aperçut Bareman se lever et approcher de quelques centimètres. Nass, lui, restait droit et imperturbable malgré le vent et le léger crachin qui commençait à tomber. Cette nuit, la tempête promettait finalement d'être rude.

Kath plongea ses yeux dans ceux de Saecha. Il se rappela leur rencontre dans la forêt, les instants passés à chevaucher en sa compagnie, les insultes et les coups bas. Il avait maintenant, et légitimement, l'occasion de la remettre à sa place. Et il n'y manquerait pas.


- Je t'en prie, les dames d'ab...

Le novice n'eut pas le temps de terminer sa phrase qu'il dut se baisser pour éviter un coup de lance qui filait vers son front. Déstabilisé, Kath glissa quelque peu et mit le genou gauche en terre, s'aidant de son arme comme d'une canne pour vite reprendre ses appuis. Le temps qu'il y parvienne, Saecha était déjà sur lui. Un coup de bâton violent vint heurter sa lance, dont la pointe se rompit. Propulsé en arrière, l'Alderaani tituba. Il n'était que spectateur de la force de sa camarade Twi'lek, qui repartit à la charge d'un bond. Tenant son épieu à deux mains, elle enchaina trois frappes sèches que Kath esquiva. En confiance, l'Alderaani tenta une contre attaque en balançant d'une main molle son arme en direction du flanc de son adversaire.

Triste erreur : un coup violent sur son poignet vint le désarmer. Lâchant prise, Kath hurla de douleur mais évita de peu la lance qui filait droit sur son visage. Ce faisant, il perdit l'équilibre et se retrouva de nouveau un genou au sol. Il voulu bouger sa main droite, mais son poignet violacé se figea, grossissant en un sérieux hématome. S'aidant se son bras gauche, Kath para un nouvel assaut. Le bruit sourd qui suivit lui fit craindre le pire. Heureusement, Saecha avait mis tant de vigueur dans sa frappe qu'elle avait elle-même brisé la pointe de sa propre lance. Mais imperturbable, elle était repartie à l'attaque et le suivant de ses larges mouvements trouva la joue de Kath, qui s'étendit de tout son long.

Il avait été battu sans même mettre en danger son adversaire. Le novice serra les dents en se relevant sur les fesses. Il voulut regarder Uriel, mais le visage de son ami était caché par la pluie et les bourrasques violente. Seuls les traits de la novice Twi'lek lui apparaissaient. Elle semblait satisfaite.


- Alors, tu en veux encore ?

Saecha Tan l'avait battu à plates coutures. Certes elle était plus entrainée que lui, et sans doute consciente du manque de pratique de son partenaire. Il n'en restait pas moins que, plus que la joue de Kath, c'était son égo qui était meurtri. Il avait souvent été passé à tabac du temps de ses soirées à Aldera. Mais étalé en vingt secondes par une gamine qu'il dépassait de deux têtes, ça jamais.

- Ça suffit, Saecha.


Muyi Tano avait levé la voix. Mais ses mots ne parvinrent pas aux oreilles de Kath, qui fixait toujours son adversaire avec une rage grandissante. Saecha venait de le quitter des yeux. Croyait-elle qu'il allait se laisser vaincre ainsi ? Bouillonant de l'intérieur, il attrapa la lance qui roulait non loin et, ni une ni deux, frappa devant lui de toutes ses forces. La Twi'lek, qui ne s'attendait visiblement pas à ce que l'Alderaani se relève, croyant le combat terminé, encaissa le coup avec un cri de surprise. Kath enchaina en lui frappant les jambes, la faisant tomber à genoux. Il leva alors les bras pour abattre son arme en direction du crâne de la novice sonnée mais une force étrange l'empêcha d'aller au bout de son geste. Nass, d'une main ferme, retenait son arme derrière lui.

Le Gungan ne bougea pas. Il attendit que ses yeux croisent ceux de son élève avant de le déposséder de son arme d'un geste habile. Kath reprit peu à peu ses esprits. Qu'est-ce qui lui avait pris ? Jamais il n'avait ressenti une telle bestialité le parcourir, pas même aux pires moments de son existence. Il leva la tête. L'horizon lui paraissait lointain, gris. Seule la forme de la Montagne noire se démarquait, plus nette et effrayante que jamais. Il baissa les yeux. Saecha le fixait, impuissante, le regard empli d'incompréhension.

Kath cracha tout d'un coup ses poumons. Un coup de poing violent l'avait ramené à la réalité et propulsé à quelques mètres tout à la fois. S'il avait pris l'habitude des châtiments corporels infligés par son professeur, il redoutait tout de même celui qui allait suivre. Peu perspicace de nature, il avait conscience que ce qui venait de se passer n'était pas du goût de Nass... du goût d'un Jedi. Mais comme il attendait une remontrance, rien ne vint. Sonné et abasourdi, Kath resta assis dans le froid. Uriel dépassa sa position et se saisit de l'arme qu'il avait laissé trainer au sol.

Alors que son ami entamait une joute avec l'élève de Muyi Tano, l'Alderaani sentit une grande honte l'envelopper. Alentours, personne ne prêtait plus attention à lui. Les gardes vaquaient à leurs occupations, les clones riaient, les deux novices s'affrontaient sous le regard des deux Jedi expérimentés. Ni le vent, ni la pluie, ne perturbait quiconque et l'évènement passé semblait tout à fait oublié. Pourtant, Kath, qui s'était relevé et massait son poignet douloureux, fut saisi d'un frisson. Il avait la désagréable sensation que quelque chose dans cette Montagne au loin était en train de l'affecter. Et à en croire le mutisme persistent de Nass, il n'était pas le seul.

_________________________




Dernière édition par Kath Aplazm le 17/02/2018 15:28:56; édité 1 fois
Revenir en haut
Rylen Korr
Ordre Jedi

Hors ligne

Inscrit le: 19 Mar 2007
Messages: 3 795
Niveau: 5
Rang: Maître du Conseil Jedi
Autre: Grand Maître Jedi

MessagePosté le: 12/12/2017 08:38:52    Sujet du message: Endor ne sera pas tienne Répondre en citant

Il avait observé les duels dans un mutisme saisissant. Mais cette fine observation silencieuse lui avait permis de déceler bien des détails, que ce soit dans le comportement de ses élèves ou dans celui de l'environnement Montagneux qui les guettait au loin.

Pour la première fois de la soirée, Nass n'avait plus envie de rire, ni même de blaguer et encore moins de faire preuve de sarcasme comme il en avait eu l'habitude au Sanctuaire avec ses Novices. Il commençait lentement mais surement à vivre de sa personne ce qu'Elyna Faràn avait perçu lorsque Vendar, Phyl Reez et ses élèves étaient partis pour leur quête qui les mena jusqu'à la Montagne Noire.

Elle avait senti le Danger.

On aurait pu penser que le comportement de Kath Aplazm durant son duel face à sa consœur Twi'lek aurait gêné voir déçu -une énième fois- le Maître Nass. Bien qu'il devenait habitué aux fautes proposées par l'élève Alderaani, le mentor Jedi n'était pas dupe. La réaction d'Aplazm n'était pas normale. S'il avait combattu Saecha Tan au Sanctuaire, le jeune Humain se serait avoué vaincu dès la première chute et n'aurait à aucun moment tenté de se relever afin de se venger. Or, ici-même au cœur de l'environnement de la Montagne Noire, Kath s'était laissé submerger par les émotions négatives qui empoisonnaient la nature dans laquelle ils se trouvaient.

L'ennemi attaquait déjà, sans même qu'ils n'aient l'opportunité de se défendre.

S'il ne prenait pas la menace à la légère, Nass n'en faisait tout de même pas la fin du monde. La présence de nombreux Jedi aguerris et à la sagesse confirmée autour des Novices créait une sorte de barrière qui les protégeait temporairement. Néanmoins, qu'en serait-il une fois à l'intérieur de la célèbre Montagne sans âme ? N'y avait-il pas un risque pour que Saecha, Kath ou Uriel succombent aux ténèbres et commettent des fautes impardonnables sous l'influence d'un Mal qu'ils ne pouvaient ni voir ni affronter ?

La réussite de cette quête reposait sur une seule donnée : que l'ensemble des compagnons de voyage restent unis et regroupés du 1er au dernier jour. Les Novices, entourés de leurs Maîtres, ne pouvaient succomber à un quelconque mal itinérant. Mais que se passerait-il s'ils venaient à être séparés .... ?

Fidèle à sa ligne de conduite, Nass évacua ses pensées négatives. C'est en voyant le mal de partout et dans toutes les circonstances qu'on finit par l'attirer à soi. Il fallait rester positif et penser au moment présent. Lire l'avenir et tenter de le déceler n'avait attiré que des malheurs aux Jedi ces dernières décennies.

Le duel entre Uriel et Saecha toucha à sa fin après de nombreuses minutes de lutte franchement intéressante. D'un côté, la fougue et le talent de la Twi'lek fut remarquables étant donné qu'elle avait déjà combattu Kath Aplazm auparavant. De l'autre, les origines Kaleesh d'Uriel furent facilement perceptibles et se montrèrent à la hauteur de l'enjeu du duel. L'affrontement fut équilibré et Uriel aurait pu surpasser son adversaire si Nass n'avait pas interrompu le combat avant. Essoufflée, Saecha Tan salua dignement ses deux adversaires mâles sous le regard paternel de son Maître formateur qui, par ce geste, incita grandement son élève à reprendre son souffle et ses esprits.

L'heure était au repos et au regain d'énergie. Du moins le croyaient-ils.

Contre toute attente, la paire de formateurs ne renvoya pas les trois élèves Jedi à l'intérieur de la caverne afin de se reposer. En effet, les deux Maîtres surprirent les jeunes Novices en les attaquant sans qu'ils ne s'y attendent un seul instant. L'effet de surprise fut tel que Saecha Tan trébucha en arrière tandis qu'Uriel se prit la jambe droite aussi dure qu'un rocher de Nass en plein dans les côtes.

Seul Kath Aplazm avait su éviter la fourberie de son Maître. Car le jeune Humain avait été sur ses gardes avant même que l'idée ne passe par la tête du Gungan et de son compère Muyi Tano.

Sans que le temps météorologique n'évolue de manière positive (c'était tout le contraire), les heures s'écoulèrent étrangement vite. L'entrainement au corps à corps sembla durer une éternité, tant les formateurs des trois jeunes élèves Jedi étaient déterminés à vouloir imposer des conditions de spartiate à leurs initiés. La transpiration à peine visible sous cette bruine nuptiale, c'est en contrebas d'un ciel bien obscur et avec les jambes alourdies par la fatigue que les membres de l'Ordre retrouvèrent la chaleur et la sécheresse de la caverne pour s'y reposer. Enfin, sembla penser Saecha en se laissant tomber bien très (ou trop) près des bras de Kath Aplazm. Elle ne manqua pas de s'en éloigner de quelques centimètres lorsqu'elle comprit l'erreur fatale commise par inadvertance, allant même jusqu'à insinuer par le regard que c'était l'Alderaani qui l'avait approché.

La Force a ses raisons que la raison ignore.

De l'autre côté du feu, Nass préférait lui réchauffer ses muscles amphibiens à côté d'un feu agréablement jaunâtre à défaut d'avoir une belle Gungan qu'il pouvait câliner à souhait. Aussi fort soit-il -fruit de plusieurs années d'exercices physiques quotidiens et répétés qui lui avaient forgé cette réputation de dur à cuire- le natif de Naboo ressentait à petit feu le poids des années sur ses épaules.

Comme beaucoup de Jedi qui avaient été dans son cas, personne ne connaissait son âge exact. Dans l'Ordre, on jugeait par les mots, par les actes. La sagesse était souvent un révélateur censé des années d'une personne, mais elle n'était heureusement pas réservée aux plus anciens ayant respiré l'air de cette galaxie. Dans le cas de Nass, on se doutait qu'il avait dépassé depuis longtemps l'âge de siéger au Conseil, et c'était une donnée suffisante pour avoir un aperçu de son passé.

Un brin de nostalgie lui parcourut l'échine lorsqu'il repensa à toutes ces années passées, et à tout ce que l'Ordre Jedi avait perdu dans les deux dernières décennies. Les jeunes Novices n'en savaient rien, et c'était le moment idéal pour leur parler de l'histoire qui était la leur depuis qu'ils avaient choisi leur voie...

Cela faisait partie de la formation d'un Jedi que de connaître le vécu des siens. L'Ordre était riche de plusieurs millénaires d'existence, et peu dans la galaxie pouvaient se targuer d'avoir une aussi longue vie. C'était en partie grâce à la transmission du savoir que l'Ordre Jedi et ses traditions pouvaient se perpétrer dans le temps. Si les Novices avaient toujours accès à des cours d'histoire durant leur apprentissage au Sanctuaire, c'était surtout grâce à la relation Maître / Padawan que l'effort devenait pratique. C'est d'ailleurs pour cette raison qu'un élève avait toujours plus de chances de suivre la manière de penser de son mentor plutôt que celle prônée par le Conseil : ce dernier ne s'insinuait que très peu dans la pédagogie prônée par ses Maître, leur accordant une confiance généralement aveugle. Les cas d'interventions directes dans les formations en pairs étaient très rares et c'était l'une des marques de fabrique de l'Ordre depuis la nuit des temps.

Mais il arrivait de temps à autre que des Maîtres déviants et à la limite des normes influent sur le destin de leur Padawan. On voyait alors chez ces derniers des reproductions aggravées du comportement de leur ex-mentor, ce qui posait souvent soucis au sein du cercle du Conseil.

A la réflexion, Nass ne put s'empêcher de penser à Rylen Korr, celui qui n'était plus qu'une légende dont on ne savait que très peu de choses tant sa dernière apparition remontait à très loin dans le temps. Néanmoins, le Maître Gungan sut qu'il était vain de partir sur ce terrain-là et d'évoquer le défunt Maître Jedi car il risquait de rentrer dans des détails complexes qui auraient vite fait de laisser perplexes des Novices bien trop jeunes pour être tenus au courant de ces choses-là. Il se garda bien de parler de l'ex Grand Maître de l'Ordre, et interrompit d'ailleurs assez vite son monologue en l'absence de questions de ses protégés.

Ce n'était pas par ennui qu'il l'avait décidé, mais bien parce que sa conscience lui intimait de se reposer au moins quelques heures pour ne pas fatiguer son organisme vieillissant. Il valait mieux pour toute la troupe de s'endormir afin de reprendre des forces, car le lendemain s'annonçait encore plus dantesque que la veille : s'ils se levaient assez tôt, ils seraient aux portes de la Montagne Noire avant le lever du soleil.

Et c'est ce qui arriva le moment venu.

Ils avaient quitté la caverne avant la fin de la nuit, et s'étaient retrouvé en bas des cavités rocheuses du sommet obscur sans qu'il n'y ait une seule lumière dans le ciel. Le contexte rendait la montagne encore plus effrayante, comme l'en atteste la réaction des Gaupas qui donnèrent des sueurs froides aux valeureux Ewoks dont les poils s'étaient subitement dressés comme un seul homme. Malgré l'absence d'ennemis physiques sur leur trajet jusqu'à présent, Nass ressentait parfaitement le défi que représentait le trajet à l'intérieur même de la Montagne Noire.

C'était le chemin le plus court -et le seul connu, d'ailleurs- pour atteindre le fleuve Chureelung, lui précisa le chef Chitupa dans sa langue maternelle. Littéralement « le fleuve des montagnes qui mène au néant » en langage Ewokese, Chureelung était vital pour leur quête car l'emprunter revenait à éviter plusieurs semaines de marche périlleuse dans les montagnes.

Dans la mythologie Naa'fruu, ce court d'eau était apparenté à un serpent. L'on racontait que ceux qui l'empruntaient finissaient par se perdre dans les contrées lointaines d'Endor. La légende narrait d'ailleurs le tragique destin d'un explorateur Ewok d'il y a plusieurs centaines d'années qui emprunta le courant du fleuve mais qui s'égara au fil de sa traversée. Après avoir remarqué qu'il tournait en rond, il tenta de remonter le fleuve afin de revenir sur ses pas mais échoua. Il finit par se noyer de désespoir, rendu fou par ce labyrinthe fluvial...


- Qui veut faire demi-tour ? Plaisanta de sa voix grave Bareman tandis qu'il tapotait de manière paternelle l'épaule de Kath Aplazm, présent à ses côtés.

Le mythe, raconté par Kolgat et traduit en direct par Hotar pour les non-autochtones, avait le don de faire rire les militaires qui y voyaient plutôt un conte pour enfants. Le genre d'histoires que l'on racontait aux mômes Ewoks pour qu'ils ne s'éloignent pas des terres de leur tribu. Ce n'était pas le cas de Nass qui savait pertinemment que les histoires et autres légendes de ce genre, si elles ne devaient pas être avalées tel quel -il y avait toujours une part d'exagération provoquée par la transmission orale du mythe au fil des siècles- avaient néanmoins une morale forte et réelle. Le récit de Chureelung devait tous les mettre en garde sur les nombreux affluents du fleuve et sur le paysage vicieux, certainement coupable aux yeux du Gungan de tromper le voyageur et de lui faire perdre son sens de l'orientation.

Il était intriguant de constater comment les Ewoks vivaient et avançaient grâce à la seule force de leur imaginaire collectif. Ils se laissaient guider par les histoires et mythes que leurs aïeux leur avaient transmis, sans douter un seul instant de leurs fondements. Aussi sages et expérimentés soient-ils, les Jedi et les clones ne pourraient pas aller bien loin sans les connaissances des Naa'fruu, dont le cerveau de la taille d'un holocron était aussi fiable qu'une véritable cartographie.

La montée du chemin rocailleux menant à l'entrée de la Montagne Noire fut gravit sans encombre. La fatigue, si elle se faisait ressentir chez certains membres de la troupe, ne semblait pas (encore) assez influente pour peser sur les esprits. Et puis les gaupas machaient bien le travail depuis leur départ, personne n'était en conditions de se plaindre.


- Les Naa'fruu ont donné rendez-vous à leurs cousins de la tribu Chùria, les « Ewoks de la montagne », au sommet de cette pente. D'après ce que le Chef Naa'fruu m'a dit, les Chù' ont une très bonne connaissance de la région montagneuse. Ils nous serons d'une très grande aide pour la suite de notre voyage, expliqua Muyi Tano à ses comparses, le regard figé en direction du sommet de la Montagne Noire, il fut un temps lointain où les Chù' avaient établi le cœur de leur tribu dans les profondeurs de cette montagne. Ils en ont été chassés il y a plusieurs décennies par on ne sait quel danger. Aujourd'hui, ils vont y remettre les pieds pour la première fois depuis très, très longtemps...

La pluie s'était quelque peu calmée, facilitant la progression jusqu'à l'entrée de la Montagne Noire. Cependant, à la place de la bruine quotidienne s'était désormais installé un épais brouillard aussi humide que les marécages dans lequel s'enfonçait dangereusement la troupe des valeureux guerriers. La visibilité était tellement nulle qu'apercevoir l'arrière train du gaupa de devant relèverait presque du miracle.

Pour Bareman, dont le fusil blaster était toujours à portée de mains, c'était le contexte parfait pour une embuscade digne de ce nom.

Il leur fallut près d'une heure pour atteindre le sommet peu élevé (quelques centaines de mètres tout au plus). L'entrée de la Montagne Noire, haute d'une dizaine de mètres, leur faisait désormais face. L'antre ténébreux semblait taillé dans la pierre, vestige d'une époque lointaine où les Ewoks de la montagne avaient du être à l'origine de sa création. Quelques ossements animaux recouvraient le sol rocheux, comme pour annoncer le sort de ceux qui oseraient pénétrer ce territoire maudit.


- Ton offre de retour au Sanctuaire marche toujours, Bareman ? S'exclama de manière insensible Cody en descendant de sa monture.

Il en fallait beaucoup plus pour impressionner des vétérans de la Guerre des Clones. Mais comme pour les légendes, il y avait toujours une part de vérité dans le rire d'un clone.

_________________________
- 1/ Soresu - III - Parades (Défense) =) Rylen en fait sa principale technique de combat -
- 2/ Shien - IX - Coup vif à l'adversaire (abandonnée au fil des années au profit de l'Ataru) -
- 3/ Sokan - VIII - Frappes rapides et brèves -

-Histoire du Maître Jedi-
-Possessions du Maître Jedi-
- Second perso: Rick O'lonell -
Revenir en haut
Kath Aplazm
Ordre Jedi

Hors ligne

Inscrit le: 10 Déc 2015
Messages: 601
Niveau: 0
Rang: Novice

MessagePosté le: 25/12/2017 23:55:10    Sujet du message: Endor ne sera pas tienne Répondre en citant

Uriel et Saecha venaient de terminer leur passe d'armes. Kath ne l'avait pas observée, bien qu'il eut sans doute été profitable pour lui de s'inspirer des gestes de ses camarades. Sitôt remis sur pied, il s'était dirigé vers la grotte, esquivant le regard de ses instructeurs. Resté à l'abri dans son entrée, il constata le salut que lui fit la Twi'lek, qui n'avait pipé mot depuis qu'il l'avait rosée, emporté par sa rage. Le kaleesh n'adressa pas plus d'attention à son ami Alderaani. Sentait-il lui aussi cette atmosphère délétère dans l'air? Nass et Muyi Tano étaient aussi plongés dans leurs pensées, si bien que tous étaient silencieux et qu'on n'entendait que la pluie et le vent.

L'esprit plus clair qu'auparavant, se tenant le flanc là où Nass l'avait frappé, Kath aperçut le subtil échange de regard entre les deux Jedi expérimentés. Une seconde plus tard, les deux professeurs avaient fondu sur leurs élèves, les frappant avec force. Le novice alderaani, posté en retrait et curieusement plus alerte --car sans doute moins fatigué que ses collègues--, n'eut qu'à reculer de deux pas pour éviter un coup qui le visait. Saecha et Uriel eurent moins de chance et finirent tous deux étalés sur le sol. Sans s'en rendre compte, d'instinct, Kath avait tendu le bras vers son arme. Alors qu'il croyait qu'elle était posée contre quelque rocher un instant plus tôt, là voilà qui se trouvait dans la paume de sa main, comme si elle avait voyagé de plusieurs mètres par elle-même. Étrange. L'Alderaani sourit en faisant tourner l'épieu Ewok entre ses doigts.

Heureusement pour lui, l'attaque des deux Jedi s'avéra être une nouvelle leçon, bien que Kath n'en saisit pas vraiment le sens. Il ne fallut que quelques mots de Muyi Tano, des remarques adressées çà et là pour corriger une posture ou l'autre, et les affrontements reprirent. La surprise et la rage se changèrent petit à petit en une énergie plus saine, comme chacun des novices s'oubliait, chassant ses émotions et ne s’imprégnant que du présent : les bourrasques du vent, les hurlements du tonnerre, la froideur de l'averse, la douleur de l'effort. S'il se mordait la lèvre avec vigueur pour ne pas flancher, Kath tint la cadence imposée par ses maîtres pendant une heure --ou deux ? Après tout, Nass l'avait confronté à pire épreuve, et le gros Gungan mis à part, son novice avait tout de même survécu à un feu de forêt qui avait mis ses nerfs à plus grande contribution.

Au bout de ce qui sembla être une éternité, l'entrainement s'acheva enfin. Rompus, les novices quittèrent le promontoire pour aller se réchauffer à l'abri de la caverne, où les Ewoks avaient allumé un grand feu. Kath grelottait, se frottant le corps d'une main et palpant ses hématomes de l'autre. Il constata que ses blessures le dérangeaient, mais qu'il avait réussi à les oublier tout l'exercice durant. Il avait toujours été assez athlétique ; peut-être que son corps jeune s'adaptait aux méthodes de Nass... à moins que la fatigue ne lui ait fait perdre son sens de la douleur.

Il s'assit près du feu, fixant les flammes avec intensité. Le mouvement calme des flammes et le crépitement des braises le calmaient comme il se laissait doucement sombrer dans une demi-somnolence. Il ne remarqua pas Saecha qui s'assit près de lui, mais reprit conscience quand elle lui effleura le bras. Le bond en retrait que fit la Twi'lek à ce moment surprit Kath, qui fut en un instant tiré de sa torpeur. Qu'est-ce qui lui prenait encore, à celle-là ? Elle le fixait en fronçant les sourcils. Sans qu'il sut dire pourquoi, Kath décela beaucoup moins de reproche dans ses traits qu'auparavant. Il était trop fatigué et trop peu perspicace pour interpréter correctement l'expression de sa camarade novice et se contenta de lui adresser un sourire las, replongeant son regard dans les flammes.

Le visage de Jarrik lui apparut, paniqué. L'homme semblait toujours l'implorer de l'aider, les yeux embués alors que sa peau fondait dans ses orbites. L'Alderaani laissa éclater une exclamation qu'il étouffa du mieux qu'il put en se prenant la tête dans les mains. L'incendie avait peut-être marqué pour longtemps la tribu des Naa'fruu et leur forêt sacrée ; il avait aussi laissé en Kath Aplazm une trace indélébile. Les tavernes d'Aldera n'avaient pas préparé l'adolescent rêveur qu'il avait été à affronter les dangers auxquels le jeune adulte qu'il était était confronté. Lorsqu'il était parti en quête d'aventures, il n'aurait jamais pensé que la mort serait sa première rencontre avec la réalité.

Alors qu'il recommençait à broyer du noir, aspirant des deux narines l'épaisse fumée du feu de camp, Nass vint s'asseoir près de ses élèves. Kath ne leva pas un œil vers lui, contemplant juste son imposante silhouette se répandre sur les parois orangées de la caverne. Le maître Jedi prit la parole, plus solennel que jamais. Et pour la première fois, le jeune novice eut l'impression d'avoir en face de lui un professeur. Pas le violent crapaud qui le vilipendait à longueur de journée, mais un véritable savant, aussi docte et sage que les maîtres du Conseil qui l'avaient accueilli. "Au commencement, il y avait la Force...".

Kath écouta tout, de bout en bout, même s'il ne comprit pas l'entièreté de ce que raconta Nass. Les légendes de Tython, la destruction d'Ossus, Arca Jeth, les guerres contre les Mandaloriens, l'installation des Jedi sur Coruscant... Comme Nass décrivait l'histoire de l'Ordre Jedi, tous se rassemblèrent autour de lui : pas seulement les novices, mais aussi Muyi Tano, Hotar et quelques Ewoks curieux. Ils s'étaient rassemblés en cercle autour du feu, écoutant Nass dans un silence religieux ; seuls Tano et son élève Saecha se risquèrent à quelques interventions, brûlant de raconter l'une ou l'autre anecdote sur la grande Nomi Sunrider ou sur la rédemption du chevalier Revan.

Ce lot d'informations tantôt indigestes, tantôt passionnantes acheva d'assommer de fatigue les deux novices Uriel jai Veelar et Kath Aplazm. Aucun d'eux ne questionna Nass sur le passé récent de l'Ordre : il sembla arrêter son récit à la prise de pouvoir des Sith sur l'Empire de G.Man et abrégea la fin de l'histoire sans la nuancer, se contentant d'évoquer les conditions difficiles dans lesquelles se trouvait l'Ordre. Son récit, riche en détails et enseignements, s'était fait lacunaire et ses traits s'étaient tirés, donnant à son visage d'amphibien une bien étrange allure. Hotar, qui ne manquait pas de bavarder avec ses voisins, s'était fait suffisamment silencieux pour qu'une tension impalpable soit perceptible.

Mais la fatigue avait possession de tous les corps, et les esprits sombraient à leur tour. Muyi Tano frappa dans ses mains avec autorité, un clone bailla et l'on rangea vite les ustensiles utiles pour le départ du lendemain. Il était difficile de savoir l'heure qu'il était tant le ciel s'était assombri ces dernières heures, mais les organismes auraient besoin de repos pour braver les tempêtes qui ne s'annonçaient pas en diminuant. Chacun trouva un endroit où se coucher, exception faite d'une poignée de sentinelles, tout le monde tenta de s'endormir. Kath n'eut aucune difficulté à trouver le sommeil. Il passa néanmoins une très mauvaise nuit, mal assis contre une pierre pointue, le visage de Jarrik lui revenant sans cesse.

* * *


Des coups secs près de lui le réveillèrent en sursaut. Woopee le regardait avec méfiance, deux bâtons rudimentaires entre les mains, et vociférait à la cantonade comme pour réveiller ceux que la nuit n'avait pas encore libéré. Autour du feu de camp, tous s'affairaient dans l'obscurité, scellant les Gaupas et allumant des torches. L'aube n'avait pas encore pointé le bout de son nez et nulle lumière ne pénétrait les épais nuages à l'extérieur. La compagnie s'engagea dans le défilé rocheux en contrebas ; cette fois, Kath dut mettre pied à terre, comme plusieurs de ses compagnons d'ailleurs, car les bêtes agitées ruaient en tout sens et semblaient refuser d'avancer à moins d'être rassurées, ou littéralement trainées vers l'avant. Tous les poils de Kath Aplazm se dressèrent. Pourtant, il n'avait pas froid.

Quelques temps plus tard, la cohorte parvint à un nouveau chemin rocailleux qui s'élevait sur le flanc de la montagne. La vive allure à laquelle le groupe progressait ne s'en trouva pas affectée, mais Kath, observant le nouveau chemin qui sinuait à perte de vue, se perdit un instant en songes. Les mirages qui avaient fui sa nuit paraissaient vouloir le hanter de jour, car il aperçut, perdu dans la brume, ce qui semblait être une sorte de cours d'eau. Tandis que les Ewoks dissertaient avec anxiété à ses côtés, le jeune novice voulut s'approcher d'une des rives, contemplant les oscillations de l'eau. Celle-ci n'avait rien de comparable avec celle du lac de l'Arbre Sacré ou avec celle des méandres des ruisseaux qui encerclaient le Sanctuaire ; on n'y voyait pas son reflet et ses mouvements étaient difficilement perceptibles, comme s'il s'était agi d'un élément similaire à celui qui composait la roche des montagnes.

Avec une plaisanterie, Bareman porta une tape virile mais amicale dans le dos de l'Alderaani, qui manqua de tomber à terre et sortit de ses rêveries. Il jeta un regard confus mais agacé au vieux clone qui lui répondit d'un rire clair. Au moins, le vieil aubergiste n'avait rien perdu de sa bonhommie. Son bon sens et son humour étaient bienvenus. C'était que le mythe de Chureelung, un Ewok rendu fou par ses voyages au cœur de ces contrées, n'avait rien de rassurant. Heureusement, Kath, distrait comme à l'accoutumée, n'avait rien écouté de ce qu'Hotar disait. Les flots de parole ininterrompus du sympathique mais frivole chevalier glissaient sur son esprit mal réveillé comme la pluie sur ses joues et il se contentait de hocher la tête d'un air entendu pour ne pas passer pour le mauvais élève qu'il était. Très franchement, les vieilles histoires avaient toujours plu à l'Alderrani, mais les récits de la veille lui avaient tant empli le crâne qu'il lui faudrait une bonne semaine pour digérer toutes les informations utiles à son apprentissage. Aucune chance qu'il retienne quoi que ce soit de cette légende Ewok, dont les soldats clones riaient abondamment.

A force de s'élever, les Jedi et leurs compagnons Ewoks parvinrent au sommet d'une pente qui annonçait le début de marécages peu engageants. Les Gaupas maitrisés, il fallut remettre le pied à l'étrier pour espérer progresser en restant plus ou moins sec. Kath enfourcha donc derrière l'un des clones, un homme du nom de Cody. Le poids des deux hommes faisait trembler les jambes de leur pauvre monture qui ne manqua pas de s'enfoncer dans toutes les ornières.
Au bout d'une demi-heure de marche dans les marais, au beau milieu d'un brouillard de plus en plus épais, la bête se cabra et Kath tomba à la renverse, la tête la première. Une flaque de boue amorti sa chute mais, en se relevant, il constata qu'il avait égaré son épieu. Cody lui ordonna d'une voix autoritaire de le rejoindre afin de ne pas s'écarter du groupe. Mais Kath, persistant à se raccrocher à la seule chose qui le rassurait depuis le début du voyage, avança à tâtons entre les herbes.

Au bout d'une minute, la voix du clone n'était plus que clameurs lointaines et il ne distinguait plus rien autour de lui. Le novice se cramponna à un arbrisseau, évitant une nouvelle flaque plus profonde, et se saisit de la forme longue et noire qui devait être son arme. Le manche du bâton était froid et humide, presque visqueux. Soudain, Kath poussa un cri, relâchant le serpent qu'il venait de saisir. Ce faisant, il perdit l'équilibre et tituba en arrière,n s'enfonçant dans un trou plein de vase. Il s'en extirpa sans attendre et courut dans la direction opposée, pris de surprise et de panique. Son pied vint buter sur une pierre que le hasard avait placé sur son chemin et il s'étala à nouveau de tout son long, face contre terre.

Kath s'immobilisa. Ce n'était pas la douleur, la fatigue ou les bêtes qui le clouaient ainsi au sol. Ses tempes battaient comme jamais elles n'avaient battu et il sentait son crâne trembler. Grâce à son entrainement avec Nass, il avait compris qu'une telle sensation n'était pas le fruit du hasard : la Force communiquait avec lui. Et ce qu'elle lui montrait n'était pas ce qu'il désirait voir : devant ses yeux, à perte de vue, l'eau noire recouverte de brume. Seule une lueur perçait les volutes gris et éclairait cette vision angoissante : une petite flamme, ténue mais bien nette. Kath tenta de s'en approcher, mais chacun de ses mouvements l'amenait plus loin de cet espoir fugace. Le novice s'immobilisa donc à nouveau.

Il tourna la tête. Il aurait juré qu'une voix l'avait appelé. Il l'avait entendue distinctement. Ses mots disaient "Regarde-la". Comme il s'était retourné, la flamme lui faisait face. Elle semblait vivace, comme si elle se nourrissait sur du bois vif, mais elle n'émettait nulle chaleur et nulle lumière. Kath la regarda donc brûler, se consumer et s'éteindre. Quand son cœur sembla sur le point de mourir, le visage de Jarrik lui apparut comme un flash lumineux et il tomba en arrière, aveuglé.

Il lui sembla qu'il était resté des heures au sol quand il parvint à se relever, s'appuyant sur un morceau de bois. Des mains, il bâtit le brouillard sans parvenir à s'orienter, car ses yeux ne distinguaient plus rien et ses oreilles étaient sourdes. Seul résidait le battement de l'écho dans sa tête qui rythmait la litanie de ses pas. Il marcha des heures durant, s'appuyant sur sa canne de fortune et se lamentant, progressant dans des directions aléatoires. Lorsqu'il commença à ne plus sentir ses jambes, il s'assit. Où était-il ? Et les autres ? Sa vue ne lui était pas revenue. Il sentait la mélancolie et l'apathie se nourrir de son être, tels deux fauves incarnés qui lui déchiquetaient les entrailles, tandis que ses pieds s'engluaient dans une boue sombre. Son âme saignait.

L'image de maître Nass, indistincte, se dessina alors dans l'horizon brumeux. Plissant les yeux, Kath tendit la main vers lui, poussant un cri inaudible. Ce faisant, il sentit une nausée monter comme le Gungan se retournait vers lui, lui souriant et faisant mine de se moquer de lui. Qu'attendait-il pour l'aider ? La tête de l'Alderaani tournait sans discontinuer et il se sentait chavirer. Les visages de Saecha et d'Uriel apparurent, lui lançant des regards de dédain. "A l'aide !", essaya-t-il de crier... mais ni la Twi'lek ni le Kaleesh ne bougèrent, préférant disparaitre dans le néant.


Enfin, une silhouette sombre, au visage indescriptible, apparut derrière Kath. Sa présence était apaisante, calme. Dans cette immensité de tristesse, elle semblait tout à fait hors de propos, mais elle chassait le brouillard autour d'elle tel un phare perçant les nuées de la nuit. L'homme --ou la femme ?-- lui tendit la main. Il la saisit sans hésitation, plongeant ses phalanges entre celles de l'inconnu. Son toucher était chaud et rassurant. Le jeune homme voulut apercevoir son sauveur, mais il ne vit qu'une main, décorée d'un anneau. Derrière elle, la brume se dégagea et Kath aperçut enfin le reste de la compagnie.

- Ah, tu es là
, dit Cody d'un ton amusé. Je croyais t'avoir perdu, mais on dirait que le p'tit Jedi s'est débrouillé seul.

Le clone ne semblait pas plus alarmé que cela ; aucune autre personne n'avait accordé son attention à Kath, qui fut dépassé par Saecha, à cheval sur son Gaupa. Comment pouvait-elle arriver maintenant alors qu'il avait fallu des heures à Kath pour parvenir ici ? Le novice regarda derrière lui : la brume était bien moins épaisse que dans son souvenir et il pouvait apercevoir plusieurs autres compagnons qui émergeaient du brouillard. La silhouette sombre, elle, avait disparu.

- Quand...quand sommes-nous arrivés ici ?, demanda Kath au clone d'une voix plus qu'hésitante.

- Tu as pris un vilain coup ? Ça fait à peine trois minutes qu'on est là...

Sur ces mots, Cody partit rejoindre Bareman en maugréant, tenant son Gaupa fermement par les rennes. Kath resta interdit un moment. Il regarda ensuite ses vêtements. Sa bure était usée par le trajet, mais ne portait que peu de traces de sa chute dans les marécages : juste quelques traces de boues sur son épaule et au niveau de ses fesses. En lieu et place de ce qu'il avait pris pour un bâton, il trouva son épieu, aussi sale et ébréché que la veille. Que venait-il de vivre ? Il n'en avait pas la moindre idée. Il se souvint alors du rêve d'Uriel et des quelques paroles qu'il avait entendu Muyi Tano prononcer à propos d'une Montagne Noire et d'un anneau. Cette vision le perturbait plus qu'il n'osait le penser et il resta silencieux en s'approchant du groupe.

La force avait communiqué. Jamais il ne l'avait sentie aussi clairement qu'aujourd'hui, jamais il n'avait ressenti aussi fort qu'il en faisait partie, qu'il était lié à elle. Mais son message n'avait jamais été aussi flou. S'arrêtant aux côtés de Nass, il se figura son sourire mauvais et frémit. Le novice détourna le regard vers ce vers quoi tous étaient tournés : une immense antre rocheuse, s'ouvrant comme une bouche carnassière dans la montagne. Et dans l'obscurité Kath vit à nouveau promptement l'ombre qui lui avait tendu la main. Son cœur se réchauffa un peu et il serra son épieu entre les mains avec courage.

_________________________


Revenir en haut
Rylen Korr
Ordre Jedi

Hors ligne

Inscrit le: 19 Mar 2007
Messages: 3 795
Niveau: 5
Rang: Maître du Conseil Jedi
Autre: Grand Maître Jedi

MessagePosté le: 30/12/2017 00:33:17    Sujet du message: Endor ne sera pas tienne Répondre en citant

Ils n'étaient peut-être pas sensibles à la Force, mais tout être vivant -qu'il soit intelligent ou non- était capable de renifler une odeur nauséabonde. Celle de cette impressionnante caverne était telle que les gaupas ne souhaitaient pas faire un pas de plus en sa direction. S'il était bien prévu de les laisser repartir au camp des Naa'fruu -le chemin à l'intérieur de la montagne ne leur étant sûrement pas adapté- on avait l'étrange sentiment que les animaux préférés des autochtones, même menacés, n'auraient pas mis un seul pied au sein de la Montagne.

C'était un indicateur très fiable lorsqu'on souhaitait avoir un aperçu de la dangerosité d'un lieu.

Que dire de la Force alors, si ce n'est qu'elle provoquait des remous aussi importants qu'un séisme de grande ampleur ? Chaque individu, qu'il soit Ewok, gaupa, clone ou Jedi avait son propre repère pour analyser ces phénomènes. Et ce qui finissait par différencier ces êtres, c'était leur interprétation des données obtenues. Si les animaux choisissaient généralement de ne pas s'approcher de ce qu'ils ressentaient comme mauvais pour leur survie, les êtres intelligents étaient susceptibles d'aller en direction du danger si leurs motivations en valaient la peine. Leur quête valait le coup de prendre le risque de faire face à un Mal atroce, et ce n'est pas la peur de la mort qui allait les refroidir : ils l'avaient accepté avant même de quitter leurs proches.


- Manna manna... Sleesh... Yun Yum ! Na'chin Chù.

Touk venait de mettre la main sur des sacs de vivre près de l'entrée du mont obscur. D'après lui, ces provisions étaient celles de leurs cousins de la tribu Chùria, qui avaient certainement du les abandonner en même temps que leurs montures avant de rentrer dans les profondeurs de la montagne.

Réfléchissant quelques instants au contexte, Chitupa ordonna finalement à ses guerriers de faire fuir les Gaupas et de ne prendre que le minimum nécessaire. L'ordre se relaya parmi les Jedi et très vite, l'ensemble des voyageurs se mit à observer au loin le départ des montures, bien ravies de quitter ce lieu sinistre. La séparation peina grandement le responsable animalier des Naa'fruu, le dénommé Wokee, mais le petit bonhomme de fourrure fut très vite consolé par son ami Touk qui lui expliqua que les bêtes retrouveraient très facilement le chemin de leur tribu.


- Maître, ne devions-nous pas rencontrer les Chù' ici-même et rentrer dans la Montagne Noire à leurs côtés ? On dirait que Lokee est mécontent de la tournure des évènements...

Nass était tout aussi perplexe qu'Hotar. Les préparations d'un long voyage permettaient avant tout de se rassurer, de savoir où l'on mettait les pieds et de pouvoir affronter avec le plus d'assurance possible les différentes étapes du trajet. Mais voilà qu'ils affrontaient déjà un imprévu alors qu'ils n'avaient même pas dépassé le stade de la Montagne Noire...

Ceci ne plaisait guère au Maître Jedi mais il se retint de le montrer auprès de ses jeunes troupes. Ils avaient été prévenus dès le départ que cette quête ne serait pas de tout repos. Chacun était conscient des risques encourus en s'engageant sur cette voie et évoquer ne serait-ce qu'un petit doute quant à la tournure que prenait l'expédition ne ferait qu'amplifier le sentiment de peur général.


- Restons concentrés sur l'instant présent et ne supposons rien d'autres que ce qu'on perçoit dans l'immédiat. Il se peut que leurs cousins aient pris un peu d'avance pour préparer le terrain avant notre arrivée.

Oh non, il ne le pensait pas. Nass savait pertinemment au fond de lui que la vérité était loin d'être aussi plaisante à entendre.

Après avoir pesé le pour et le contre, il fut décidé de continuer la route ou, du moins, de partir à la recherche des Ewoks de la tribu Chùria. C'est dans cette optique que les vingt membres de la communauté alliée s’enfoncèrent prudemment dans les profondeurs de la Montagne Noire. Comme prévu, les cavernes de cette dernière étaient austères et bien mystérieuses. Il s'en dégageait une ambiance indescriptible, comme si les parois de cette grotte profonde habitaient un esprit belliqueux qui observait minutieusement les nouveaux arrivants afin de connaître leurs motivations. Les Naa'fruu n'avaient pas attendu longtemps pour s'armer de leurs armes primitives. Les clones avançaient au pas, scrutant chaque recoin de l'intérieur de la montagne aussi attentivement que s'ils se trouvaient dans une simulation militaire. Seuls les Jedi gardaient une sérénité à toute épreuve, accordant une confiance aveugle envers la Force qui était la seule assermentée à pouvoir décréter s'il fallait se préparer au combat.

Un étrange courant d'air parcourut l'échine de Nass alors qu'au loin, dans la pénombre, se dessinèrent d'étranges silhouettes allongées au sol. Prudents, les Ewoks qui étaient en tête de peloton s’arrêtèrent brusquement afin de s'assurer qu'il n'y avait aucun danger. S'avançant à une allure d'insecte, Pikpik renifla une odeur exécrable ce qui l'obligea à se boucher le nez. Ses yeux perçants, une fois qu'ils eurent accepté sans avoir réellement le choix les relents de l'environnement peu accueillant, lui montrèrent une série de cadavres de petite taille couchés par terre à plusieurs mètres de lui.

Nass était trop loin de la scène pour voir avec ses propres yeux ce qu'il y avait au travers de leur chemin. Mais la Force, elle, le lui avait déjà appris.


- Chù Fruk ... DEEEEEEN !

Au milieu d'une impressionnante flaque de sang flottaient une multitude d'Ewoks transpercés par des flèches et éventrés par des lames. Ils étaient tous morts.

Les Naa'fruu furent affolés par cette vision d'horreur. D'abord attristés de voir leurs cousins de la tribu Chùria dans un tel état, ils se précipitèrent à leur chevet sans même s'assurer qu'il ne s'agissait pas d'une éventuelle embuscade. Ce sont les clones et les Jedi qui se chargèrent de cette partie-là en se déployant avec réaction et justesse autour de la scène de crime, prenant les devants et protégeant leurs confrères autochtones au cas où les assassins se trouvaient toujours dans la zone.

Muyi Tano, d'ordinaire si calme, avait immédiatement sorti le manche de son sabre laser. Comme pour se préparer à un affrontement imminent avec l'obscurité de la Montagne Noire.


- Les charognards sont déjà passés par là. Leur mort remonte à deux ou trois jours, peut-être plus... précisa Bareman en dévisageant les rongeurs qui étaient en plein travail sur le cadavre d'un des défunts.

L'atmosphère puait la mort. Les courants d'airs transportaient une odeur âcre, mélange de cadavres en décomposition et d'une chair impropre à la consommation. Cela n'empêchait pas les rats et autres petits carnivores habités par le diable de se délecter des derniers restes de ces valeureux Ewoks qui n'avaient jamais craint un seul instant cet endroit infâme. Un lieu qui avait été jadis leur montagne.

Ils étaient morts chez eux, sur la terre de leurs aïeux.

_________________________
- 1/ Soresu - III - Parades (Défense) =) Rylen en fait sa principale technique de combat -
- 2/ Shien - IX - Coup vif à l'adversaire (abandonnée au fil des années au profit de l'Ataru) -
- 3/ Sokan - VIII - Frappes rapides et brèves -

-Histoire du Maître Jedi-
-Possessions du Maître Jedi-
- Second perso: Rick O'lonell -
Revenir en haut
Kath Aplazm
Ordre Jedi

Hors ligne

Inscrit le: 10 Déc 2015
Messages: 601
Niveau: 0
Rang: Novice

MessagePosté le: 20/01/2018 17:35:58    Sujet du message: Endor ne sera pas tienne Répondre en citant

L'esprit toujours confus, secoué par la curieuse rencontre qu'il avait faite dans les marécages à l'extérieur, Kath suivit la troupe sans mot dire, comme elle s'avançait dans les profondeurs des rochers. Il regarda d'un air las les gaupas se presser loin des flancs de la montagne, tout heureux d'enfin pouvoir regagner les terres plus hospitalières des abords du Sanctuaire. Le novice aurait adoré en faire de même, mais il ne trouvait pas en lui l'audace de décamper. De plus, il avait été étonnamment ragaillardi par sa dernière aventure et, pour la première fois depuis le départ, il attendait les épreuves du voyage avec une certaine impatience.

Uriel et Saecha, à ses côtés, étaient tout aussi silencieux, mais les jeunes gens échangèrent plusieurs regards interrogateurs en pénétrant dans le ventre de la Montagne. Muyi Tano n'avait-il pas évoqué une rencontre avec une autre tribu d'Ewoks ? Hothar avait paru désarçonné, lui aussi. A en croire les réactions de chacun, quelque chose se déroulait qui n'était pas prévu au programme. On alluma des torches avec des morceaux de bois secs et les clones activèrent les lampes qu'ils avaient emportées avec eux.

Progressant en file indienne, car le passage dans la roche ne permettait pas à plus de deux personnes --même aussi petites qu'un Ewok-- de progresser de front, la compagnie s'arrêta bien vite. Fermant la marche, cramponné à son épieu et scrutant fiévreusement les murs humides de la grotte, Kath ne comprit pas tout de suite de quoi il était question. Jetant un œil vers l'avant de la troupe, il aperçut la suite des couloirs sinueux de la montagne ; ils semblaient plus larges et plus sombres encore que l'espèce de hall qu'ils venaient de traverser. Une sorte de souffle le fit tressaillir. Il n'avait pas froid, mais ce courant d'air porta à ses narines une odeur pestilentielle qui lui donnait la nausée. Diantre ! Il n'avait plus senti une telle odeur depuis sa dernière sortie dans une discothèque low-cost des bas quartiers d'Aldera... et depuis son dernier passage sur les cendres de l'incendie qu'il avait provoqué. Au fond de lui, l'Alderaani espérait vraiment que cette puanteur émanait des restes d'une bonne cuite. Mais il savait pertinemment qu'il se trompait.

Un cri retentit, qui fit sursauter Saecha et l'un des Ewoks qui avançait devant elle. Ce dernier se précipita vers l'avant, repoussant de ses petits coudes poilus un Hothar silencieux qui se tenait devant lui et s'enfonçant dans les ténèbres à la suite des ses camarades. Les clones s'échangèrent un regard entendu, pour lui emboîter le pas sans attendre. Ainsi, Kath, Uriel, Saecha et leurs instructeurs arrivèrent les derniers sur les lieux. Tous, à l'exception de Nass qui restait hors du champ de vision du novice Aplazm, se saisirent de leurs armes. Kath se mit à trembler devant le spectacle horrible qui se tenait devant ses yeux.


- Ce n'est pas une grotte... C'est un tombeau, jura Cody dans sa barbe.

Les Naa'Fruu étaient couchés, éplorés, auprès des corps de leurs cousins, morts. Il n'y avait eu aucun survivant et l'assaillant avait fait preuve d'une rare barbarie : certains Ewoks étaient percés de flèches noires, d'autres portaient des marques de coups d'épée. Un guerrier Naa'Fruu hurla de tristesse et son cri sourd se répercuta sur les parois rocheuses dans un écho, comme le début d'une litanie. Mais ce cri du cœur n'était pas un hommage, juste l'expression d'une immense tristesse et de l'incompréhension de tous.

Des images horribles revinrent aux yeux de Kath : les mercenaires transpercés de lances, le feu et le jeune Ewok décédé. Dans son mépris pour ces créatures poilues qui lui avaient mené la vie dure, Woopee en tête, il en avait presque oublié toute la souffrance que les Ewoks avaient pu ressentir depuis quelques temps. Derrière les coutumes étranges et les réactions parfois primaires des autochtones, il y avait des âmes, sujettes aux émotions communes qu'étaient l'amour, la tristesse, la colère et la haine. Le novice s'imagina un instant perdre ses parents, son ami Dew ou la belle Sh'ao, restés sur Alderaan. Il ne s'était jamais pensé capable d'empathie avec des créatures qui avaient essayé de l'immoler par le feu quelques jours plus tôt ; il s'était trompé.

Kath et ses compagnons aidèrent les Naa'Fruu à rassembler les corps sans vie des Chù' et à les aligner. L'opération dura plusieurs dizaines de minutes, car il fallait enlever les flèches des corps et rassemblés les effets personnels --partiellement pillés-- des défunts. Ce faisant, la troupe était restée silencieuse, le shaman Lokee glissant uniquement l'une ou l'autre directive afin de préparer du mieux qu'il était possible les cadavres à une sépulture digne. Quand les corps furent alignés contre la paroi, à plusieurs dizaines de mètres de l'entrée de la caverne, l'Ewok Killi jeta une torche contre un petit tas de bois non loin, qui prit feu. Kath ne savait pas ce que cela signifiait, mais il imaginait qu'il devait s'agir d'une sorte de rituel ; peut-être les morts seraient-ils ainsi veillés jusqu'au retour des Naa'Fruu ?

Si beaucoup semblaient vouloir rester là à se recueillir, ce n'était pas le cas du chef Chitupa. On avait connu l'Ewok plus loquace, mais il s'était enfermé dans un mutisme persistant. Cramponné à son bâton, il paraissait bouillir de rage à un tel point qu'aucun de ses guerriers n'osait l'approcher à moins de quatre pas de distance. Il semblait sur le point de hurler un grand cri de guerre mais se retenait avec difficulté.

Quant aux Jedi, ils furent les premiers à reprendre la route. De l'avis de Muyi Tano, la compagnie ne pouvait pas rester là plus longtemps, car la vision d'horreur n'envahirait que trop vite les esprits chagrins. Le sombre pouvoir de la Montagne était déjà à l’œuvre et il fallait l'empêcher de se réveiller pour de bon. Kath, contrairement à son habitude, emboîta donc le pas à Nass et Tano. Derrière les silhouettes de ses professeurs, il ne voyait que ténèbres.

Plissant les yeux dans l'obscur lointain, il crut à nouveau apercevoir l'ombre des marais : grande, dotée d'une large carrure, elle semblait porter sur la tête une sorte de couronne, mais il n'en était pas sûr. Ses contours étaient flous et dansaient à la lueur des torches. Personne d'autre ne semblant l'apercevoir, Kath haussa les épaules. Il s'agissait probablement du fruit de son imagination féconde, rien de plus. Mais soudain, il s'immobilisa net. Uriel, qui marchait derrière lui, lui percuta l'épaule et se fendit d'un grognement. Le novice se retourna pour aider son compagnon, qui le scrutait d'un regard interrogateur.


- Tu entends ça ?

La compagnie avait marché plusieurs minutes et était parvenue à une sorte d'embranchement. Difficile d'estimer quelle distance ils avaient parcouru jusqu'ici tant il était difficile de se repérer, à la seule lumière des feux des Ewoks. De part et d'autre du couloir, qui s'ouvrait en plusieurs chemins, un gouffre se dessinait, plongeant à perte de vue dans les tréfonds de la terre. Kath déglutit. Il avait entendu un bruit, il en était sûr. Devant lui, Nass s'était lui aussi arrêté, mais lui tournait le dos. Le Gungan n'avait pas adressé la parole à ses élèves depuis la veille. Que pouvait-il bien se passer dans son esprit torturé ?

- De quoi tu parles ?, lança Saecha, qui arriva à la hauteur des deux novices. Je n'entends rien.

Kath blêmit. Ses tempes battaient, mais il ne savait pas si c'était l'effet du stress ou de sa concentration. Le bruit résonna à nouveau. Lointain, grave, inquiétant. Le son d'une masse qui frappe frénétiquement sur un tronc : sourd mais régulier.

- Je ne sais pas. On dirait... des tambours. Des tambours résonnent des profondeurs.

Les Jedi se retournèrent comme d'un seul homme. Jusqu'alors, on avait toujours pu apercevoir la sortie, seule source de lumière naturelle en ce lieu confiné. Ils étaient parvenu trop loin dans la Montagne pour encore l'apercevoir. En d'autres termes, il était peut-être déjà trop tard pour faire demi-tour. Quoi que soit le danger qui se cachait dans les entrailles de la Montagne noire, ils allaient devoir l'affronter. Instinctivement, Saecha sortit la lame de son sabre laser, tandis que Kath et Uriel avaient brandi leurs épieux. Un cliquetis derrière l'épaule de l'Alderaani lui indiqua que Bareman et ses gars avaient eux aussi préparé leurs armes. Le bruit s'intensifia peu à peu, se fit plus régulier.

-Je te dis que je n'entends rien...


Saecha et Kath se regardèrent. Ils savaient aussi bien l'un que l'autre qu'elle mentait. Dans ces circonstances, pas étonnant qu'elle cherche à se rassurer.
_________________________




Dernière édition par Kath Aplazm le 17/02/2018 15:27:57; édité 1 fois
Revenir en haut
Kath Aplazm
Ordre Jedi

Hors ligne

Inscrit le: 10 Déc 2015
Messages: 601
Niveau: 0
Rang: Novice

MessagePosté le: 17/02/2018 15:24:53    Sujet du message: Endor ne sera pas tienne Répondre en citant

De longues minutes passèrent sans qu'aucun des membres de la troupe ne dit mot. Chacun se contentait de mettre un pied devant l'autre, observant le précipice avec inquiétude et dressant l'oreille à tout bruit suspect, ce qui ralentit considérablement la progression. Quelques torches en vinrent ainsi à s'éteindre et la marche vers le cœur de la Montagne continua dans une obscurité presque totale. Toutefois, les clones, qui ouvraient à présent la marche, braquaient leurs lampes électriques vers l'avant afin d'éclairer le chemin, ce qui permit à tous d'avancer sans risque. La progression n'était néanmoins pas sans risque : comme Bareman put s'en apercevoir en levant les yeux vers les corniches de pierre qui se multipliaient en hauteur, les méandres de la roche pouvaient cacher de nombreuses choses et un guet-apens pendait au nez de la cohorte qui peinait à se regrouper.

Les bruits des tambours résonnaient encore par intermittence, provoquant des bonds incontrôlés dans le cœur de Kath à chaque fois qu'ils se manifestaient. A ses côtés, ni Uriel ni Saecha ne paraissaient plus rassurés. Les trois novices pouvaient cependant se réconforter en se disant que leurs sages professeurs étaient avec eux. Cette image fut mise à mal quand la lumière vacillante d'une torche éclaira le visage de Hotar, dont les yeux trahissaient l'anxiété. Les Jedi se devaient de chasser d'eux la peur et le chevalier paraissait lutter de tout son être pour ne pas céder à la panique. Un coup de coude de Muyi Tano lui remit les idées en place et il parut plus assuré par la suite. Quant au maître Nass, ses traits semblaient figés dans une expression grave qui n'invitait pas à la discussion ; Kath constata d'un œil que la main de son instructeur était fermement serrée sur sa ceinture --et probablement son arme de Jedi.

Le chemin dans la montagne, qui se faisait tantôt étroit, tantôt large, arriva à un nouvel embranchement. Des escaliers naturels semblaient permettre l'accession aux corniches et aux hauteurs déjà entrevues, tandis que l'autre chemin possible plongerait la compagnie au centre de la terre. Les compagnons n'avaient plus beaucoup de solution : ils devraient faire un choix. En cet instant, les tambours avaient cessé de résonner, ne permettant pas à la troupe de discerner leur origine. Impossible donc d'avoir une idée du chemin à prendre sur une base semi-objective. Les clones paraissaient n'avoir aucune ressource à leur disposition pour prendre une décision, quand les Ewoks, hors de leur forêt sacrée, semblaient quant à eux désorganisés, la perte récente de leurs cousins et amis pesant encore sur tous les esprits. Pour les Jedi, la situation était claire : ils allaient devoir s'en remettre à la Force.

Mais alors que Muyi Tano fermait les yeux dans une posture méditative, un craquement sourd se fit entendre non loin. Tous les regards se tournèrent vers un petit puits situé non loin d'une nouvelle anfractuosité rocheuse. Un petit Ewok, vraisemblablement le cuisinier du village, affichait un air désolé, cachant de son petit corps poilu le rocher qui s'effritait et auquel il venait apparemment de chipoter. Ce faisant, il se cogna contre ledit rocher qui bascula en arrière dans un nouveau craquement et tomba dans le puits, provoquant un tintamarre digne du plus beau carnaval Naa'Fruu. Tous les yeux se figèrent sur le puits, le temps que le rocher achève sa longue et lente chute dans l'abîme, puis les muscles se relâchèrent.


- Bougre de Touk !
, jura Nass avec sévérité. Jetez-vous dedans la prochaine fois, cela nous débarrassera de votre stupidité !

Les yeux du chef Chitupa indiquaient qu'il partageait l'appréhension du maître Jedi. Le petit cuisinier venait de signaler leur présence, si du moins le groupe avait pu progresser sans se faire repérer. Le silence qui suivit fut d'autant plus pesant qu'il s'accompagnait d'un vent de peur. Comme pour matérialiser l'angoisse, le souffle d'une brise inhabituelle au tréfonds de la terre souffla sur la compagnie, achevant d'éteindre les derniers brandons des Ewoks. A peine éclairés par les cellules énergétiques de clones, les compagnons avaient peine à distinguer leurs propres pieds et l'émoi commençait à soulever la plupart d'entre eux.

Et soudain, l'Ombre apparut. Distincte, claire dans l'obscurité qui planait pourtant. Les traits de la silhouette étaient flous mais, elle paraissait se détacher de la pénombre et indiquer le chemin. Tendant le bras, elle fit signe à Kath de la rejoindre vers le chemin profond. Le novice regarda d'ailleurs autour de lui, tentant désespérément de distinguer les réactions de ses amis. Mais dans les ténèbres, il ne vit rien. Ses tempes battaient fort et, cédant à l'angoisse, il s'engagea de quelques pas vers l'avant et cette Ombre si rassurante. Et comme il avançait, celle-ci reculait, comme disparaissant à l'horizon et l'invitant à la suivre. Kath fit encore quatre pas. Puis trois. Puis deux. Au dernier pas, il sentit le sol se dérober sous ses pieds : la structure sur laquelle reposait la troupe était une sorte de promontoire rocheux qui s'affaissait sous le poids de ses hôtes. Avec un bruit sourd, la stalagmite qui retenait difficilement le bord de la plate-forme venait de rompre. Kath jeta un oeil derrière lui : l'entrée de la salle était bien trop loin pour y retourner. Le groupe n'avait plus le temps d'attendre et devait choisir immédiatement entre les paliers ascendants et le couloir menant à l'abîme.

Kath tenta de se jeter vers l'avant pour atteindre une corniche, mais un bras fort le plaqua dans une direction opposé et il chuta tête la première sur le sol qui s'écroulait. Derrière lui, les cris des Ewoks et des clones se multipliaient.


- Kreeth Ehda, Naa'Fruu, kreeth Edah !!
, s'emporta Lokee en courant en tous sens.

- C'est un piège ! Il faut courir, vite !, reprit Snipeur sur la même intonation alarmée.

Un épais rocher venu du plafond s'écroula soudain sur la structure en décomposition. Heureusement, il ne sembla toucher personne, mais Kath ne put s'en assurer, car un fut traîné en arrière par la même main qui l'avait abattu par terre. Ses yeux piquaient, attaqués par le nuage de sable et de poussière qu'avait soulevé la chute du roc. Les cris se firent plus nombreux et plus stridents, puis retentirent quelques tirs de blaster. La cohue était immense mais l'Alderaani n'en vit rien, toujours tiré par le col par une force invisible et plongeant au cœur de la roche. Sa tâte heurta soudainement la paroi d'un mur et il perdit connaissance.

* * *


Quand Kath ouvrit les yeux, il se trouvait dans une sorte de petit vestibule de pierre. Le novice se jeta sur ses pieds, en alerte. Où était-il ? Au loin, on pouvait apercevoir un lac souterrain, aux eaux noires comme la nuit. Des gémissements attirèrent son attention et il courut à l'aveuglette en direction de ce qu'il avait reconnu comme étant les plaintes d'un Ewok. Zigzaguant dans la pénombre, il heurta plusieurs obstacles avant de parvenir à un amas de petits cailloux qu'il déblaya à l'aide de ses mains nues et de son épieu. Une main poilue lui agrippa fermement le poignet et l'Ewok Woopee s'extirpa des décombres avec un grognement soulagé.

- Churee Ehda. Chyse Na-chin ! Chyse Naa'Fruu !

Le petit guerrier regarda Kath avec des yeux implorants. Que voulait-il dire ? Le novice ne parlait pas la langue des Ewoks et n'avait jamais tenté de se rapprocher d'eux. Pourtant, le ton de voix paniqué de Woopee lui pinçait le cœur. S'il n'avait pas compris son compagnon, Kath saisissait sa détresse. Aidant l'Ewok à se relever, l'Alderaani, dont les yeux s'habituaient progressivement aux ténèbres, distingua enfin les contours de la grotte. A une extrémité, le couloir était bloqué par des amas rocheux. L'espèce de pont sur lequel ils se trouvaient tous peu de temps auparavant --combien de temps avait-il dormi ?-- s'était vraisemblablement écroulé et ils n'avaient eu d'autre choix que de s'engouffrer dans le couloir du bas.

Les silhouettes de plusieurs membres de la troupe se regroupèrent au centre du vestibule. Kath aperçut ainsi les visages de Bareman, des Ewoks Kolgat et Growok, de Saecha... et de maître Nass. Où étaient tous les autres ? Des vingt compagnons partis du village Naa'Fruu, ils n'étaient ici que sept.


- Nous avons été séparés du reste du groupe, pesta Bareman dans sa barbe, inspectant d'un œil inquiet son arme. Je ne sais pas s'ils sont encore en vie. Pas de doute en tout cas, la route était piégée. Qui que ce soit qui a abattu ces Ewoks à l'entrée nous attendait également.


Un clone, trois Ewoks, un maître Jedi et deux novices. C'était tout ce qu'il semblait rester du groupe. Peut-être les autres avaient-ils réussi à emprunter l'autre passage et remonter par d'autres couloirs ? Cette information était invérifiable. Kath pria intérieurement pour qu'Uriel, Hotar, Tano et les autres s'en soient sorti. Nass les avait prévenus : tous ne reviendraient pas de cette expédition guerrière. Mais pour pleurer les morts, il fallait des vivants. Et dans sa situation, la compagnie amoindrie était tout sauf tirée d'affaire.

La lampe de Bareman avait dû recevoir un mauvais coup, car elle clignotait faiblement et menaçait de s'éteindre, risquant du même coup de réduire à zéro le faible éclairage dont le groupe bénéficiait encore. Le clone s'assit en tailleur, inspectant l'objet pour tenter de le réparer, tandis que les Ewoks rassemblaient leurs armes dispersées et brisées aux quatre coins de la grotte exiguë. Ils ne pourraient avancer sans faire une nouvelle halte. Cependant, ils ne pouvaient s'éterniser ici : les tambours résonnaient à nouveau.


- Maître, nous devons sortir d'ici, dit Saecha, étouffant un sanglot. La jeune Twi'lek tremblait comme une feuille, serrant le manche de son sabre laser des deux mains. Kath la rejoignit et lui passa une main sur l'épaule, dans un geste rassurant. elle se retira instantanément, claquant d'un revers de la main les doigts du novice alderaani qui resta interdit. Plus que la peur, c'était l'incompréhension et le déni qui l'habitaient en cet instant. Allaient-ils vraiment périr ici, enterrés dans la Gorge du Monde ?

- Non, nous devons continuer, dit-il à mi-voix, mais non sans assurance. Les tempes de Kath battaient à nouveau. Il sentait l'Ombre à ses côtés, qui le guidait. Était-ce elle qui l'avait sauvée de l’éboulement ? Il le croyait. Il n'avait jamais eu de chance dans la vie. Mais aujourd'hui, une bonne étoile veillait sur lui. Toujours hésitant, le novice laissait monter en lui un sentiment d'invincibilité qu'il ne décelait pas lui-même. A chaque pas de plus dans cette Montagne, il sentait grandir sa peur...mais avec elle, une nouvelle puissance. Inconnue, chaleureuse. La silhouette qu'il ne cessait d'apercevoir n'était pas son ennemie. Passionnée, puissante, cette apparition semblait réveiller en lui de nouveaux sentiments. La Force, le pouvoir... Kath n'était pas sans assurance. Avec cette nouvelle alliée, il pourrait briser les chaînes qui le maintenait depuis trop longtemps entravé. La Force le libèrerait et il pourrait aider Saecha, Uriel, les Ewoks... tel était son devoir.
_________________________


Revenir en haut
Kath Aplazm
Ordre Jedi

Hors ligne

Inscrit le: 10 Déc 2015
Messages: 601
Niveau: 0
Rang: Novice

MessagePosté le: 24/02/2018 18:35:32    Sujet du message: Endor ne sera pas tienne Répondre en citant

Rien ne se passa durant les minutes qui suivirent. Tandis que Nass et Bareman discutaient à mi-voix, l'air alarmés, les Ewoks finissaient de se préparer à continuer leur avancée dans les gouffres de la Montagne. Mentalement, Kath répétait les formes de combat que lui avaient enseigné ses instructeurs la nuit précédente. Il doutait cependant que ce savoir lui soit directement utile, car il manquait énormément de pratique. En y réfléchissant un peu plus longtemps, l'Alderaani constata avec amertume qu'il n'avait pas retenu grand chose de ce qu'il avait vu. Du reste, s'il était présent au Sanctuaire depuis maintenant plusieurs lunes, son enseignement Jedi n'avait que très peu avancé : il avait tout juste reçu une leçon d'histoire entre les différents exercices physiques de Nass. Rien de bien probant.

Enhardi par la situation, le jeune humain brandit son épieu et reproduisit le peu dont il se rappelait dans l'air, sous le regard intrigué de Woopee. Les gestes du novice étaient gauches et rigides, comme il s’essayait maladroitement à copier les mouvements de la forme de combat qu'on lui avait enseignée. De quoi s'agissait-il, encore ? Cho-shi ? Chien-chaud ? Saucisse ? Shii-Cho, c'est ça ! Un ensemble de mouvements d'escrime assez rudimentaires, qui devaient constituer les bases de son entrainement au sabre. Parfait pour affronter des ennemis qui se cachaient pour attaquer, utilisant majoritairement des pièges et des arcs, ironisa Kath silencieusement.

Saecha avait observé la scène avec sévérité. Au départ encore sous le choc de ce qui venait d'arriver, elle avait fini par se relâcher en apercevant Kath, qui faisait ces singeries à côté d'elle. La jeune novice avait déjà suivi plusieurs cours plus aboutis tout au long de son initiation au sein du clan du Dragon. Particulièrement douée, elle avait déjà été associée à plusieurs missions Jedi aux côtés de divers instructeurs et était en outre bien plus avancée que son camarade dans le maniement des armes et l'exercice des arts Jedi. Ainsi, elle ne pouvait qu'apprécier les nombreuses erreurs qu'il faisait en balançant à gauche et à droite son arme grotesque et primitive.


- Tiens-toi plus droit
, dit-elle en affichant un sourire supérieur et en fronçant les sourcils. Relâche tes épaules.

A cette remarque, Kath s'arrêta pour la fixer un instant. Observant qu'elle ne détournait le regard, il haussa les épaules puis se replongea dans son exercice, gardant tout de même le conseil de sa camarade à l'esprit. Dans cette nouvelle posture, il paraissait moins pataud de l'extérieur, mais se fatiguait néanmoins beaucoup plus. Au bout de cinq minutes d'exercice, il s'arrêta pour reprendre son souffle, couvert de sueur. Ses tempes battaient toujours aussi fort, sur le coup de l'effort cette fois-ci.

Kath savait bien que tout ce pseudo-entrainement ne le mènerait à rien. Il devait d'une part garder ses forces pour les défis à venir, et d'autre part il avait pleinement conscience que des mois de pratique ne l'auraient pas aidé à progresser dans ces conditions. Il lui fallait un professeur. Il jeta un œil au Gungan Nass, qui achevait d'aider le clone Bareman à réparer sa lampe d'éclairage. Depuis sa première leçon avec l'alien, la rancœur de Kath à l'égard de son professeur n'avait cessé de grandir. Comme souvent depuis le début de cette aventure, l'Alderaani fit une liste des reproches qu'il adressait intérieurement au maître Jedi. Que n'aurait-il pas donné pour échanger sa place avec Saecha et bénéficier des lumières du chevalier Tano ! Qui savait ce qu'il était advenu de lui...

Se mordant la lèvre inférieure, Kath reprit ses mouvements de plus belle, investi d'une énergie nouvelle qui était celle de la rage et de l'aigreur. Chacun de ses coups dans le vide était rythmé par un coup de tambour venu des tréfonds de la Montagne. Les Ewoks, sur le qui-vive, commençaient à s'impatienter car cela faisait un bon quart d'heure qu'ils étaient resté dans cet endroit de la grotte. Au bout de nouvelles minutes, Nass finit enfin par rejoindre ce qui restait de la petite compagnie. Posant une main sur l'épaule de son novice, il l'arrêta net.


- Ne gaspille pas tes forces. Tu en auras besoin
, grogna le Gungan après une seconde de réflexion. Nous devons reprendre la marche si nous voulons retrouver les autres.

En effet, la voie qu'ils avaient empruntée pour en arriver là était actuellement bloquée par d'énormes rochers. Quand bien même ils auraient réussi à dégager un orifice assez grand que pour rejoindre le croisement où ils avaient perdu le reste de leur groupe, ils se trouveraient trop exposés à une embuscade, en contrebas des corniches. S'ils désiraient avoir une chance de survie, ils devaient s'enfoncer plus profond dans le sol, comme l'avait suggéré Kath peu avant. Nass ouvrit donc la marche aux côtés du commandant clone Bareman, qui éclairait le chemin à l'aide de la seule source de lumière qu'il leur restait. La compagnie suivit le faisceau blanc à travers un grand escalier qui semblait être la seule sortie de la salle dans laquelle ils se trouvaient.

Descendant les marches de pierre une par une, ils constatèrent avec angoisse qu'ils s'éloignaient des battements de tambours. Autant qu'il en était, ils avaient toujours pu estimer la distance qui les séparait de leurs adversaires en gardant l'oreille dressée. Désormais, ils ne pourraient plus se fier ni à leurs yeux ni à leurs oreilles pour évaluer le danger. Perturbé, Kath, qui fermait la marche au côté de l'un des Ewoks, Kolgat, serra plus fermement son arme contre lui, frappant régulièrement de sa hampe les parois rocheuses qui l'entouraient afin de bien se rendre compte de son environnement, tel un aveugle l'aurait fait. Cette manière de procéder était certes basique et probablement peu efficace, mais elle lui permettait de se rassurer. Au bout d'un moment à avancer à tâtons, il constata que son compagnon Ewok s'aidait de sa lance pour ratisser le sol devant lui avec vivacité dans la pénombre. En l'imitant, il put éviter quelques trous et cailloux pointus sur lesquels il aurait probablement buté s'il avait continué à progresser aléatoirement en se fiant à son seul instinct de survie. Ce n'était pas la première fois que les réflexes de pisteurs des Ewoks le surprenaient; il prit bonne note de ne plus sous-estimer ces créatures dont il commençait seulement à saisir l'intellect.

Quelques instants plus tard, Kath et son voisin s'arrêtèrent net. Un son étouffé devant eux les avait alarmés. Kolgat repoussa l'Alderaani de sa main libre et pointa la pointe en silex de son arme vers les ténèbres, sifflant entre ses dents. Deux sifflements lui répondirent et il sembla se détendre. Le novice humain n'avait pas compris ce qui venait de se passer mais il suivit son camarade, qui le tirait par la manche avec énergie pour l'attirer vers le reste du groupe qui s'était arrêté. Au bout d'une bousculade assez violente au cours de laquelle Kath se fracassa l'épaule contre un rocher, tous se figèrent, maugréant chacun un mot ou deux pour signifier aux autres que tout allait bien.


- Pourquoi est-ce qu'on s'arrête ?, lança Kath en chuchotant.

- On est au bout de notre descente
, répondit Bareman. ...Mais ma lampe a rendu l'âme. Il va falloir redoubler de prudence.

- Facile à dire, on n'y voit rien !

- Sers-toi simplement de la Force.

- "Simplement" ?

- Silence, tous les deux., les interrompit fermement maître Nass. Le ton du Gungan ne laissa aucune place à la contestation.

Les sept compagnons se rassemblèrent au pied de l'escalier. Leurs yeux s'habituaient à peine à l'obscurité totale et même un soldat aussi entrainé que le clone avait des difficultés à saisir son environnement proche. Dix secondes de silence suivirent pendant lesquelles tous se fixèrent tour à tour. A l'exception sans doute de Nass, qui pouvait user de la Force pour se repérer, les autres étaient complètement désorientés. Saecha, qui n'avait cessé de lancer des regards affolés derrière son dos, finit par sortir le manche de son sabre de sa ceinture.


- Non, Saecha, ne f...

Une lame à la couleur vive sortit instantanément du manche stylisé de l'arme de la Twi'lek, illuminant les alentours. Aveuglé par cette intense et soudaine source de lumière, Kath détourna le regard en se protégeant les yeux de son avant-bras. Son mouvement de recul lui fit percuter une formation rocheuse et il tomba contre une marche de l'escalier, s'occasionnant un nouvel hématome. De son côté, la novice resta interdite. Pourquoi le maître Jedi avait-il tenté de l'empêcher d'allumer son arme et d'ainsi leur fournir assez d'éclairage pour continuer ?

- Jééédaaaaïïïsssss...


Kath se figea. Comme tous les autres, il avait entendu ce sifflement, qui résonnait encore contre les parois de la grotte dans laquelle il venait de descendre. A la lumière du sabre laser, l'Alderaani aperçut que l'endroit était bien plus grand que chacune des salles qu'ils avaient déjà traversées et que de nouvelles corniches, plus larges que les précédentes, s'étendaient sur plusieurs niveaux. En les atteignant, ils pourraient sans doute remonter au niveau de celles des salles antérieures et espérer rejoindre les membres manquants de leur compagnie...


- JEEEEDDDDAAAAÏÏÏSSSSS !


Cette fois, le sifflement s'était changé en un cri d'outre-tombe. Sur le coup de la panique, Saecha eut le réflexe d'éteindre son sabre laser. Une fraction de seconde plus tard, il y eut un nouveau sifflement et un bruit sourd résonna à quelques centimètres des oreilles de Kath; quelque chose venait de frapper la paroi de l'escalier et de retomber au sol. Le novice posa par réflexe une main à terre et se saisit d'un objet long, fin et aiguisé. Si cette flèche l'avait touché, il serait probablement mort. Le novice n'eut pas le temps de prévenir ses partenaires. Aux différents niveaux que Kath avait entraperçus peu avant d'être attaqué, des torches s'allumèrent, une à une, éclairant des ombres massives et imposantes. Les tambours, muets depuis de longues minutes, résonnaient à nouveau, accompagnés de grognements indistincts. Cette fois-ci, plus de doute : le danger était là. Kolgat et Woopee se fendirent d'un hurlement de rage.

- Les Sanyassans...!

- Eh bien, mes amis, j'espère que la Force est avec vous, lança Bareman avec appréhension, armant du même coup son fusil blaster. Parce qu'on dirait que c'est pas notre jour...
_________________________


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: 20/06/2018 04:33:54    Sujet du message: Endor ne sera pas tienne

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Star Wars RPG Index du Forum -> Galaxie principale -> Reste de la Galaxie -> Bordure Extérieure -> Endor Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: 1, 2  >
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Created by MOONCLAW/MAËVAH(EU-Sinstralis/EU-Illidan) phpBB template "WarMoonclaw01"
forked end designed by Knarf, Kyopé, Rylen, Mufus, Lyash, Lyzs & Gelmir
Traduction par : phpBB-fr.com