Se connecter pour vérifier ses messages privés 
 FAQ
   Rechercher   Membres   Profil         Connexion 
 
La Lune est rouge

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Star Wars RPG Index du Forum -> Galaxie principale -> Reste de la Galaxie -> Bordure Extérieure -> Système Mandalore -> Concordia
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Ohlig Arch
Indépendants

Hors ligne

Inscrit le: 09 Jan 2016
Messages: 51
Niveau: 0
Rang: Ambassadeur de Mandalore

MessagePosté le: 06/06/2017 21:54:35    Sujet du message: La Lune est rouge Répondre en citant




Onarth Cortassi
Grand Garde de Mandalore


L'assemblée avait été détruite. Les parlementaires décimés. L'autorité du Duc frappée de plein fouet. Et le ministre de la paix était mort.

Le vétéran se frottait le crâne, pensif. Il avait remis sa vieille beskar'gam, laissée depuis trop longtemps au placard, et son casque opaque cachait la tristesse de ses traits tirés. Il avait vraiment cru en ce régime qui s'écroulait maintenant sous ses yeux, presque entre ses mains. Il avait cru que la raison et des siècles de conflits auraient permis aux Mandaloriens d'ouvrir les yeux. Chaque jour qui passait, chaque nouvel attentat le rappelait à la jungle qu'était sa culture natale, faite de violence sans compromis. Oui, Onarth Cortassi était triste. Triste pour les amis chers qu'il avait déjà perdus, entre les guerres claniques absurdes et les attaques terroristes. Triste pour les compagnons qui œuvraient encore à Sundari pour maintenir un édifice dont les fondations d'argile étaient appelées à s'écrouler. Triste enfin pour le Duc, pour les Néo-Mandaloriens, pour cette idéologie que tout opposait à Mandalore et qui pourtant n'était que sa logique réponse.
Mais la logique haissait Mandalore, et inversement. Cela, Onarth Cortassi le savait également.

Pourtant, s'il était pessimiste quant à la suite des choses, le sang du Grand Garde n'en était pas moins celui d'un combattant. Pas de celui qui, comme ses aïeux, se battait pour la gloire et la grandeur. Mais de ceux qui avaient un combat à gagner, une revanche à prendre. Mandalore avait volé sa vie au soldat, le condamnant à la guerre. Une guerre qu'il comptait bien gagner.

Quelques temps plus tôt, il avait laissé derrière lui ses hommes et ses fonctions, transmettant son autorité au seul militaire en qui il avait confiance à la mort de Vrela, la capitaine Frenn de la Garde Royale. Fut-il resté à Sundari, Cortassi n'aurait pas mieux fait qu'accompagner son acolyte à droite et à gauche, entre une enquête lourde et pompeuse et une sécurité de principe et d'apparence à assurer. Le Grand Garde n'était pas naïf : présent ou pas, il ne pourrait rien si une nouvelle attaque venait à viser le Duc. Ses hommes étaient trop peu formés, trop démoralisés, et trop peu soutenus pour pouvoir rivaliser avec la vilenie dont avaient fait preuve les Death Watchs. Avec le cœur lourd, mais résolu, Onarth Cortassi avait quitté Mandalore. Pour mieux y revenir ? L'avenir le lui dirait.

Il foulait à présent les terres de Concordia. La nuit sur la lune boisée apparaissait claire, comme éclairée par les astres. Et de fait, le ciel était mauve et violet, percé de taches de lumière qui illuminaient les cimes. Le tableau eut été idyllique si l'expérimenté Mandalorien n'avait su ce que les forêts et les plaines de la petite lune renfermaient. Car, s'il ne faisait pas une entière confiance au Gouverneur Arch, Cortassi lui reconnaissait la qualité de l’opiniâtreté et de la loyauté. Les deux hommes partageaient ce trait de personnalité, et c'est donc tout naturellement que les quartiers de la Diplomatie avaient été la première cible du Grand Garde après l'attentat au Parlement. Pas qu'il soupçonnât une seule seconde Ohlig Arch de l'avoir orchestré, mais il savait que l'Arkanien conservait méticuleusement depuis plusieurs semaines les données recueillies dans des fichiers classifiés.
S'il n'avait partagé aucune information, les classements du Gouverneur étaient bien trop limpides pour l'esprit éveillé de l'enquêteur : toutes ses données centralisées tournaient autour de plusieurs thématiques. MandalMotors, le constructeur infiltré. Les Death Watchs, les coupables désignés. Et... Concordia. L'intérêt principal de la petite lune de Mandalore résidait dans ses mines de beskar, monopolisées depuis la prise de pouvoir des Nouveaux Mandaloriens à Sundari par ...Mandalmotors. Comble du hasard, les infrastructures de la lune, pourtant vitales pour l'économie de la planète pour les importantes ressources en minerais qu'elles exploitaient, n'avaient été frappées d'aucun attentat.
Il n'avait pas fallu longtemps au Grand Garde pour comprendre que ses hommes auraient beau retourner chaque caillou des déserts de Mandalore, fouiller la planète de Kaldabe jusqu'au plus petit hameau, ils ne trouveraient rien en dehors des quelques cellules terroristes déjà identifiées et démantelées. L'ennemi était ici, sur Concordia, et il entendait bien en finir avec lui.

Tapi dans l'ombre des arbres, le pisteur progressait rapidement vers les quelques zones habitées de la région ; il avait volontairement atterri hors de toute passerelle, rendant son arrivée pénible mais couvrant ainsi sa présence. Loin des exploitations minières, il aurait moins de chance de se faire repérer. Au bout de quelques lieues de marche passées à se retourner continuellement pour tendre l'oreille au moindre son, Onarth Cortassi s'interrompit et reprit son souffle. Les feux clignotant d'un engin de forage lui indiquaient la présence d'une communauté de mineurs, les bannières du célèbre constructeur MandalMotors flottant au vent. A l'abri des regards, le Grand Garde sortit une paire de jumelles archaïque mais fonctionnelle ; celles-ci devaient dater de l'époque de son grand-père, l'un des premiers commandos à suivre le Code...et l'un des derniers.
Un ou deux scans de la zone lui indiquèrent la présence de quelques formes de vie, trop éloignées cependant pour qu'il les identifie avec certitude. Même en plissant les yeux et en changeant de position, il ne pouvait être sûr de l'identité de ces personnes. Des mineurs ? Rien n'était moins sûr. Les évènements qui avaient récemment entouré Atin Jnum étaient la preuve qu'il valait mieux ne pas se fier aux apparences. Onarth Cortassi repensa au sénateur de Japraël : il avait quitté Mandalore bien vite pour quelqu'un n'ayant rien à se reprocher... Le lieutenant Frenn avait été mis au courant de l'affaire et ne manquerait pas de contacter Ondéron pour approfondir l'enquête.

Comme il remuait ces pensées, le Grand Garde perdait patience et se rapprochait peu à peu du campement des mineurs, sous le couvert des feuillages. Accroupi derrière un arbre, à quelques mètres d'un immense transporteur recouvert d'une bâche aux couleurs de la compagnie, il retira son casque et repassa les jumelles sur ses yeux. A cette distance, impossible de manquer la scène qui allait se dérouler devant lui : dans le silence de la nuit, un cri perçant se fit entendre. Puis un coup de feu. Pas de ceux que produisaient les blasters de série ou les pinces de forage, trop rudimentaires. Il s'agissait du son qu'émettaient les authentiques pistolets mandaloriens, plus sourd, plus mélodieux. Le soldat derrière l'homme de paix ne s'y trompait pas.
Un corps, visiblement celui d'un mineur, valsa de derrière le gros engin qui obstruait la vue de Cortassi. Il retomba lourdement, soulevant un fin nuage de poussière dans la clairière. Deux hommes vinrent immédiatement le relever et le trainer contre un bidon métallique. Les deux sbires portaient des beskar'gam noires marquées de croix d'argent. Une troisième silhouette s'approcha alors avant que le Grand Garde puisse analyser ce qu'il venait de voir. Pour ne rien manquer, il zooma rapidement sur le visage du nouvel arrivant, la mâchoire crispée. Les poings serrés du soldat se relâchèrent dans un mouvement de surprise.


- Mais..Mais..C'est...!


Un frémissement derrière lui lui fit tourner la tête. Il n'eut le temps que de grogner quand une crosse de fusil en acier vint lui percuter la tempe.

_________________________
" Ensemble, nous protègerons nos mondes et en chasserons la guerre. Nous instaurerons la paix, par la force s'il le faut ! " -- Ohlig Arch

[Second Compte de Kath Aplazm]

Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 06/06/2017 21:54:35    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Ohlig Arch
Indépendants

Hors ligne

Inscrit le: 09 Jan 2016
Messages: 51
Niveau: 0
Rang: Ambassadeur de Mandalore

MessagePosté le: 08/07/2017 12:58:49    Sujet du message: La Lune est rouge Répondre en citant




Onarth Cortassi
Grand Garde de Mandalore


Des hurlements déchirants tirèrent violemment Onarth Cortassi de sa torpeur. Ses yeux embrumés ne distinguaient, dans le flou de la nuit, que de vagues silhouettes dansant à la lueur des torches. Le Grand Garde tenta vainement de se relever comme il était prostré au sol : ses pieds étaient lourds et ses poings liés, accrochés derrière son dos à une machine agricole. Où était-il ? Que signifiait tout ce raffut ?

La réponse ne tarderait pas à tomber ; la position des timides étoiles indiquait que le jour n'était plus loin. Pour l'heure, on n'y voyait rien car il faisait bien trop sombre et les yeux de Cortassi lui faisaient mal. Combien de temps était-il resté inanimé ? Son ouïe ne le trompait cependant pas : devant lui, à quelques dizaines de mètres, on procédait bien à une mise à mort en règle. Des crissements métalliques et des râles de douleur s'échappaient d'une tente de campement, seul point lumineux au milieu des ténèbres. Assurément, il serait le prochain.

Les souvenirs du ministre néo-mandalorien étaient flous, indescriptibles. Le coup qu'il avait reçu à la tempe avait vraisemblablement laissé des séquelles et il n'arrivait pas à réfléchir posément. Haletant, il cracha ses poumons avec douleur. Un creux de terre battue recueilli son vomissement. Étant donnée la boue alentour, il n'était certainement pas le seul à avoir suivi le traitement qu'on lui imposait. Peut-être serait-il bientôt le prochain à rejoindre la tente et ses tortures ?

Onarth Cortassi ferma complètement les yeux et calma une nouvelle quinte de toux. Son corps était brisé, sans doute mis à mal durant son sommeil forcé, mais en se recentrant, il pourrait peut-être comprendre de quoi il ressortait. Ses souvenirs revenaient uns à uns ... L'enseigne des Death Watchs, les beskar'gam... et des fanions claniques. Lesquels ? Il ne se souvenait plus. Des évènements de la veille, son esprit ne se souvenait plus mais son corps en garderait profondément les marques.

Une ombre sortit de la tente, portant un objet lourd, et balança son fardeau sur un tas informe non loin. L'impact fut sourd. Un vent glacial se leva soudainement. Onarth Cortassi avait peur de comprendre : s'agissait-il de cadavres ? Si tel était bien le cas, ils devaient être plus d'une quinzaine, entassés les uns sur les autres. Toute la colonie de mineurs avait dû y passer.


- Voilà ce qu'on fait de la piétaille "pacifiste"...! Bon. Au suivant.

Les paroles de l'homme ne permettaient pas le doute : si quelqu'un en avait encore douté, voilà qu'il connaissait maintenant avec certitude l'identité des victimes... Celle des bourreaux était moins sûre. Des Deatch Watchs, oui, mais pas seulement. Cortassi avait fini par le comprendre en parcourant au fil des enquêtes les différentes régions de Mandalore : les terroristes n'agissaient pas sans aide. La seule puissance financière de MandalMotors n'expliquait pas tout, car il leur fallait également des lieux où stocker leurs armes et se cacher, et donc des gens pour les accueillir.
Sundari avait beau être plus ou moins en sécurité, quoique les récents attentats tendaient à prouver le contraire, le reste de la planète fourmillait de seigneurs locaux et des contrées entières restaient au main du cancer le plus traditionaliste de la culture mandalorienne : ses clans. Entre les Greysom et les Valentyr qui se livraient une guerre sans fin, la violence et son règne de terreur avait encore de beaux jours devant elle, Duc ou pas. Peut-être bien, finalement, que le dôme de Sundari ne protégeait réellement que les illusions d'une poignée d'idéalistes...

Le Grand Garde ne remettait pas en cause ses engagements. Pour autant, il avait toujours eu des doutes sur l'utopie néo-mandalorienne. Formé en guerrier, respecté en tant que tel, faisant carrière dans l'armée régulière, il était lui-même une absurdité dans ce rêve de paix. Pourtant, Onarth souriait. C'était peut-être son âme d'enfant qui faisait battre son cœur, mais il aimait ce rêve. Comme il aimait les récits de bataille des anciens Mandalors et de leurs croisades. Mais il désirait maintenant que ces légendes s'endorment dans l'histoire. Mandalore et ses enfants s'étaient assez battus, ils méritaient maintenant de grandir au-delà du feu et des armes.

Les paroles d'un précepte, si courant et répandu parmi les Nouveaux Mandaloriens qu'on en avait oublié l'origine lointaine, lui revinrent peu à peu : "les Clans mandaloriens mourront d'une mort qui durera des millénaires, jusqu'à ce qu'il ne reste que leur code, leur histoire et, à la fin, la coquille vide d'une armure qui ne sera que la coquille d'un homme trop facilement vaincu".
La survie et la réinvention de soi ne faisait ni état de lâcheté, ni d'abandon conscient de sa culture au profit d'une logique faiblarde héritée d'une caste de Républicains ou de Jedi. Cortassi ne le croyait pas ; il s'agissait de s'approprier ces paroles, d'en prendre acte et d'y réfléchir avec sang froid. Désormais, Mandalore devait oublier les gloires d'antan, s'oublier, pour devenir plus forte. De cette façon seulement, les Mandaloriens, à terre depuis des siècles, pourraient relever la tête, penser à l'avenir et cesser de vivre dans un passé révolu.

Le sourire aux lèvres, Onarth Cortassi se sentit à nouveau sombrer. Ses paupières lourdes se refermaient, comme deux hommes s'approchaient de lui. A leurs poignets, ils arboraient clairement les emblèmes claniques du clan Greysom.


- Enfin, les rats montrent leur vrai visage. A nous, maintenant, les amis...

Sur ces mots, le Grand Garde de Mandalore retomba dans l'inconscience. Dans la nuit, les étoiles s'éteignirent ainsi que les cris.
_________________________
" Ensemble, nous protègerons nos mondes et en chasserons la guerre. Nous instaurerons la paix, par la force s'il le faut ! " -- Ohlig Arch

[Second Compte de Kath Aplazm]

Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: 24/09/2017 11:21:59    Sujet du message: La Lune est rouge

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Star Wars RPG Index du Forum -> Galaxie principale -> Reste de la Galaxie -> Bordure Extérieure -> Système Mandalore -> Concordia Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Legende

Nouveaux messages Nouveaux messages
Pas de nouveaux messages Pas de nouveaux messages
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets. Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.

Partenaires

Annuaires et top sites


Index | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB Fr © 2001 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com - Thème : Lyzs
Reproduction INTERDITE