Se connecter pour vérifier ses messages privés 
 FAQ
   Rechercher   Membres   Profil         Connexion 
 
La Journée des Mémoires

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Star Wars RPG Index du Forum -> Galaxie principale -> Système de Japrael -> Ondéron -> Iziz -> Palais
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Elari'nah
République Fédérale

Hors ligne

Inscrit le: 26 Fév 2017
Messages: 553
Niveau: 0

MessagePosté le: 29/05/2017 22:27:51    Sujet du message: La Journée des Mémoires Répondre en citant

Le soleil était présent dans le ciel. Brillant comme à son habitude. Il commençait à être bas, annonçant la fin de la journée. Les rues, les squares, les terrasses et les parcs étaient remplies de monde. Iziz bouillonnait de vie. Pourtant, malgré les milliers de personnes à l’œuvre, la ville capitale du système était calme. Bien plus calme qu’habituellement. Aujourd’hui, aucune navette n’était autorisée à voler jusqu’au lendmain. Ni même un speeder, excepté ceux ayant une dérogation. ‘Le jour des mémoires’ était arrivé. Grande cérémonie inculquée dans la culture des Ondéroniens. C’était le jour des adieux, des pleurs, des souvenirs. Aucun abus ne serait toléré en cette journée. Chaque habitant avait en ses mains une lanterne en tissus. La coutume voulait que l’on y marque le nom de son disparu ou de ses disparus. Allumant une bougie à l’intérieur, cette lanterne, gardant l’air chaud de la flamme, monterait dans le ciel. Les préparatifs de chacun devrait se terminer car la Reine lancerait bientôt la sienne, ce qui serait le signal pour chaque habitant de lancer la leur. Celle de sa Majesté Amanoa partirait du Grand Parc d’iziz. Le plus grand de tous ceux présent dans la cité, c’était celui où le peuple Ondéronien avait érigé des statues de chaque reine du royaume. On y trouvait sur chaque stèle leur nom et leur époque. On pouvait aussi y trouver quelques figures emblématiques du peuple ou de personnalité morte pour le système. Il y avait une statue de plusieurs Jedi. Même s’ils n’étaient pas mort ici, ils avaient aidé à la survie de leur culture. Et ce par plusieurs fois.

Elari’nah était présente dans ce parc, avec toute la cours royale. De nombreux sénateurs étaient présent aussi. Certains qu’elle ne connaissait que de nom ou de vue suite à ce qu’elle avait lu après avoir eu accès aux séances du sénat. La nuit étaient tombée. La cité d’Iziz c’était meublée dans le silence. Un silence qui pourrait être pris comme effrayant. Elari avait marqué le nom de son clan sur sa lanterne. Elle n’avait dans son cœur que ce nom là à pleurer. Son garde du corps, le Lieutenant Hawkeye avait elle inscrit plusieurs noms. La sénatrice ignorait qui ils étaient mais elle regarda la personne qui était responsable de sa sécurité. Celle-ci semblait avoir oublier son rôle ce soir. L’esprit ailleurs, on voyait que seul le lâcher de sa lanterne avait de l’importance. Les personnes réunit en ce lieu ce soir étaient éclairés par les petites lumières blanches du parc. Disposée ici et là, via des lampadaires ou à travers des systèmes dissimulés dans les arbres, les statues et à certaines dalles qui ornaient le sol. Amanoa, habillée dans sa magnifique robe était posé devant une statue faite à l’effigie du mandalorien Atin Jnum. Celle-ci le représentait dans sa tenue de sénateur. Sur le socle en marbre, on pouvait y lire une inscription à côté des noms des morts lors de l’attentat à l’ambassade. *A Démolition Man, toujours dans la finesse, qui prit cette terre et la cultiva pour la faire s’épanouir.* Amanoa commença un petit discours qui était retransmit sur tout le système. Elle tenait sa propre lanterne dans ses mains.


-En cette soirée, nous sommes réunis pour nous recueillir sur ceux qui nous ont quitté.
S’ils nous ont quitté ce matin, hier, ou il y a quelques années ; il est de notre devoir et dans notre culture de ne pas les oublier.
Nous profitons de ce ‘Jour des Mémoires’ pour ne pas oublier ce désastre qu’a subit notre peuple il y a quelques mois. Notre ancien Sénateur rejoins aujourd'hui le parc de nos morts.
Amanoa marqua quelques secondes de silence.
Nu kyr'adyc, shi taab'echaaj'la. (Pas mort, juste allé très loin)

Observant un moment de silence en fixant sa lanterne, elle leva les bras et la laissa s’élever dans les airs. Lorsqu’elle fut assez haute d’une dizaine de mètre dans le ciel étoilé, le peuple d’Ondéron lâcha ses lanternes. Le ciel fut alors remplie de lanterne de forme divers et varié, généralement d’une trentaine de centimètre. Pour ceux qui étaient en hauteur, en plus de les voir survoler la cité d’Iziz, ils purent voir d’autre lanterne s’élever dans les airs, en direction de l’ancienne cité fortifié, Kira. La jeune sénatrice regarda sa propre lanterne s’élever dans le ciel, ayant une penser à sa famille.
_________________________
- TC du dernier des Renégats - Jeunesse - Flashback -
Il n'y a pas de destin mais ce que nous faisons.
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 29/05/2017 22:27:51    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Blokkus
République Fédérale

Hors ligne

Inscrit le: 19 Aoû 2008
Messages: 608
Niveau: 3
Rang: Sénateur de Mustafar

MessagePosté le: 06/06/2017 10:14:22    Sujet du message: La Journée des Mémoires Répondre en citant

"Le perle de Lave", la navette diplomatique du sénateur Terriblic se posa sur l'astroport privé du palais, c'était un des avantage quand on était membre du sénat Républicain.
Blokkus revenait tout juste de Rhen Var, une planète gelée, il était allé en tant que membre de la commission économique pour sonder les entreprises locales alors qu'il était en route pour Coruscant, il avait reçu deux messages, un en provenance de Bouton d'or, son droid secrétaire et protocolaire l'informant d'une invitation aux funérailles d'Atin Jnum, le deuxième était une communication cryptée, mais c'était une bonne nouvelle également, on avait finalement livré son ennemi juré dans les bas fonds de la capitale.
Enfin.. après tant d'années , il pourrait se venger du Twi'leck qui l'avait trahi et fait bannir de son propre clan. Mais Navarr'o attendrait encore un peu, en souriant le Hutt s'imaginait déjà les sévices qu'il lui ferait endurer.
Pour le moment, c'était un autre sorte d’événement qui l'attendait, des funérailles officielles d'un ex sénateur, Atin et lui s'était opposé à multiples reprises au sénat pourtant le Hutt respectait le mandalorien, après tout il était un des rares a avoir vu clair dans son jeu, l'accusant même lors de la séance numéro deux du sénat, sur l'affaire Kessel et une éventuelle participation militaire de la Garde Républicaine en territoire séparatiste de profiter de sa coupole au sénat pour régler des affaires personnelles, il avait presque visé juste.
Il était même arrivé aux oreilles du Hutt que le représentant de Japrael avait menacé de lui bondir sur le ventre, il aurait pu essayé tiens! Blokkus l'aurait rossé car contrairement aux autres membres de son espèce, il avait toujours entretenu son physique, un peu moins dernièrement a cause de ses responsabilités planétaires et de son gout immodéré pour les anguille de Carnovia et autres mets toutefois il restait tout de même un adversaire de poids pour quiconque voudrait le défier.
C'est donc flanqué de ses flammetroopers qu'il se dirigea dans la cour royale, un citoyen lui tendit une lanterne, c'était donc ainsi qu'on rendait hommage aux disparus, sur Nal Hutta on aurait organisé un grand banquet et bu à la santé du mort, Blokkus était déçu...
Le Hutt dénotait quelque peu au milieu de cette foule mais il s'en moquait, il était la pour rendre un dernier hommage, à l'aide de son lance flamme, un trooper alluma la lanterne, le Hutt al tenait à deux mains il leva les bras en l'air libérant l'hommage lumineux, celui ci s'éleva au milieu de centaines d'autres peut être même de milliers.
Blokkus lança en Huttese un au revoir dans sa langue natale, un hommage dans l'hommage:

-Mee jewz ku Atin Jnum!

Le représentant Mustafarien observa en silence sa lanterne disparaitre dans le ciel, puis il jeta un regard aux alentours à la recherche d'un visage familier ou de nourriture, il en profiterai pour présenter ses respects à Ela'Rinah et sans doute lui faire une ou deux propositions commerciales.
   
   

_________________________
Regardons les choses en face : si le crime ne payait pas, il y aurait très peu de criminels.


http://star-wars-rpg.soforums.com/t3889-Casier-d-un-Hutt.htm

http://star-wars-rpg.soforums.com/t1670-Blocus-le-Hutt.htm?q=#p18252
-Un Destroyer Ravageur-
-Un croiseur Harbinger-
-Deux Transports Acclamators-
-Un cuirassé Keldabe-
-Deux corvettes Correliennes-
-Un vaisseau de combat Droid-
-Une navette Neimodienne-
-Un croiseur MC 80-
-Escadron (x8 )
Revenir en haut
Elari'nah
République Fédérale

Hors ligne

Inscrit le: 26 Fév 2017
Messages: 553
Niveau: 0

MessagePosté le: 20/06/2017 20:55:14    Sujet du message: La Journée des Mémoires Répondre en citant

Elari'nah regardait toutes ces lanternes qui s'élevaient. Tant de nom. Tant de mort. Elle suivit de regarder la sienne voler jusqu'à ce qu'elle ne puisse plus la différencier entre les autres. Son regard quitta le ciel pour retourner au présent, à l'intérieur du parc, face à une statue de marbre. De coutume, après le lâcher de lanterne, le peuple d'Ondéron avait pur habitude de faire la fête toute la nuit. Citant, racontant des histoires et buvant à la mémoire des leurs. La jeune femme laissa dériver son regard sur le visage d'Amanoa. Celle-ci était occupé par les membres du conseils, encore et toujours... La sénatrice aurait espéré pouvoir passer un autre moment en sa compagnie. Voulant faire un pas pour aller à sa rencontre malgré la présence de toutes les personnalités du système, elle fut interrompu par un Hutt. Généralement considéré comme une limace géante et baveuse ne pensant qu'à son bien être personnel ; Elari fut surprise de voir le Sénateur Blokkus venir à elle.

-Bonsoir Sénateur Blokkus.
Merci à vous d'être venu pour cette journée des plus particulières.
Ne m'en voulait pas mais je suis tout de même surprise de vous voir ici.
Il me semble que mon prédécesseur ne vous portait pas dans son cœur, et réciproquement. Au vu de vos altercation au Sénat.
Marchons un peu voulez vous?
Le banquet nous attend au palais.


L'invitant à marcher à ses côtés par un geste de courtoisie, elle se mit à marcher avec lui ; suivit comme toujours par Hawkeye. Malgré les circonstances, peut-être que le Sénateur tenterait quelques accords commerciaux. Maintenant, tout dépendait de ce qu'il avait besoin, Mustafar n'avait rien d'intéressant pour le système à première vue...

Edit: Il n'y a pas de hors-d'œuvre (boisson, gateau) dans le parc étant donné sa place culturel.
Tout ceci sera disponible au Palais.

_________________________
- TC du dernier des Renégats - Jeunesse - Flashback -
Il n'y a pas de destin mais ce que nous faisons.


Dernière édition par Elari'nah le 21/06/2017 05:27:54; édité 1 fois
Revenir en haut
Sion Kumitomo
République Fédérale

Hors ligne

Inscrit le: 30 Juin 2015
Messages: 488
Niveau: 0
Rang: Sénateur de Kamino

MessagePosté le: 21/06/2017 02:04:44    Sujet du message: La Journée des Mémoires Répondre en citant

Dans la vie, tous les moments étaient compartimentés. Chaque chose, chaque action avait une place à un moment précis. Ce soir, après le bref mais non moins important message provenant d’Ondéron, il était clair pour Sion que l’heure était au recueillement.
Le Sénateur n’avait jamais été freiné par les règles, tentant avec plus ou moins de succès de jouer avec ses propres règles, faisant parfois fi de la morale usuelle lorsqu’il était nécessaire. Toutefois, il n’était pas un homme sans sentiments, sans raison et sans respect, sans honneur en somme. Atin Jnum. Sa mort ne l’attristait pas personnellement non, surtout pour les quelques remarques acerbes qu’il avait pu entendre au Sénat, à diverses occasions. Son caractère, disait-on. La plupart le décrivait comme un Sénateur au sang chaud, prompt plus à l’acte qu’à la parole – peut-être aux dépens de la réflexion, mais de tous ressortait une profonde volonté d’insuffler vie et dynamisme dans son monde. Et ça, c’était à honorer. Et puis… c’était une occasion comme une autre d’entrevoir un premier contact avec son successeur.

De ce message s’ensuivit une rapide mise en ordre des formalités administratives nécessaires sur son agenda et une brève annonce officielle de son chef de cabinet pour que le discret vaisseau sénatorial s’envole dans le ciel noir et tempétueux de Kamino.

Cette fin de journée était chaude et la foute compacte n’arrangeait pas la situation. Sion tenait d’une main une lanterne en tissu, faiblement éclairée d’une lumière orangée tremblotante. Sa flamme paraissait si excitée que le Sénateur ne craignit qu’elle vienne lécher le tissu pour le réduire rapidement en cendre. Le regard qu’avait affiché Sion lorsqu’on lui avait remis cette lanterne lui avait permis de recevoir des explications. Une tradition qui visait à griffonner le nom d’une personne disparue pour ensuite lâcher le fragile bout de papier dans les airs. D’un air dubitatif, il s’en était donc saisi.
Il jetait des regards circulaires autour de lui, fixant les visages les uns après les autres. Ses sources lui avaient confirmé que la Sénatrice était une femme et, occupé par diverses affaires planétaires, il n’avait pu s’y intéresser de plus près et formuler des félicitations. Voilà qui se règlerait peut-être ce soir.
Le message de la Reine était à l’image de la cérémonie pour l’instant, simple et presque spirituel. Puis, son lampion s’éleva lentement, imité par un grand nombre d’autres dont le mien, éclairant le ciel d’une multitude de points lumineux. Derrière la Reine reposait maintenant une statue aux traits familiers. Sion réalisa que Jnum était particulièrement apprécié et quoi de mieux qu’être apprécié par son peuple. Même sans vouloir œuvrer dans le plébiscite, l’approbation d’une personne était l’approbation implicite de sa politique. Le silence ambiant, visages tournés vers le ciel, puis, très vite, les bruits, les paroles, les éclats de rire et quelques pleurs. La vie reprenait et ce qui semblait être une fête se préparait.

Enjambant quelques mètres pour rejoindre une zone moins densément occupée, le Sénateur remarqua une présence des plus singulières qu’il serait bien mal aisé de manquer : un Hutt. Et pas n’importe lequel, Blokkus lui-même. Bien rares furent les fois où Kumitomo put adresser la parole au Sénateur de Mustafar autrement que par coupoles interposées. Celui-ci glissait de tout son point, pesamment, accompagné d’une charmante demoiselle sur laquelle Sion ne pouvait apposer un nom connu.
D’un signe de la main chaleureux, celui-ci interpella les deux personnes et se joignit à eux.


- Oh, pardon, je dois interrompre votre conversation. J’en suis désolé. Bonsoir à vous, Sénateur Terriblic. Les moments où nous nous sommes rencontrés de la sorte se comptent sur les doigts d’une main. Félicitation pour votre poste de vice-président de la Commission du Commerce. – Il laissa échapper un rire. – Et vous, Mademoiselle. Enchanté, je suis Sion Kumitomo, Sénateur de Kamino. Je me dois d’être impoli, malheureusement, et de vous demander qui vous êtes. Je suis impardonnable. – conclut-il d’un ton qui se voulait léger.

Même s’il ne se retarderait pas sur Ondéron, discuter en bonne compagnie ne se refusait pas.

[HRP : j'ai fait ça sur un coup de tête au détour d'un moment tranquille. J'espère que ça ira, sinon, je suis sûr qu'Atin ne manquera de me le dire.]
Revenir en haut
Dam DOnOs
République Fédérale

Hors ligne

Inscrit le: 31 Jan 2011
Messages: 1 183
Niveau: 1
Rang: Sénatrice de Dantooine
Autre: Reine de Dantooine

MessagePosté le: 22/06/2017 14:42:32    Sujet du message: La Journée des Mémoires Répondre en citant

Voilà, une chose de faite !!!
De retour à bord du " Sceptre de Dam", l'entretien auprès de la représente de la Diplomatie Impériale avait pris fin. Je ne reviens pas sur cet épisode. Ma chère amie, Danta, toujours fidèle au poste attendait un petit résumé de ma part, un avis. Que sais-je ? Une réaction ? Je me sens toujours aussi lasse au retour comme à l'allée. Est-ce l'âge qui m'a rattrapé au passage ? Est-ce ces voyages incessants ? Ne dit-on pas que "les voyages forment la jeunesse " ? Ou peut-être un grand besoin de repos, de vacances. Que sais-je ?
A peine ai-je posé les pieds sur le vaisseau que ma Dantarie accapare toute mon attention. Elle me fait un contre-rendu des événements passés lors de ma visite sur Bogden. Il s’en est passé des choses !!
: Votre majesté, Monsieur le premier ministre Sir RAymond et le ministre de la Défense Mister MOUFLE souhaitent s’entretenir avec vous dès à présent. ... Je veux dire.... Dès que vous êtes prête. Ils seront présents sur l’écran numéro 2.
« - Cela ne peut attendre ? »
« - Il paraît que non, Majesté.... D’après des événements récents, une séance exceptionnelle a eu lieu au sénat... Pendant votre absence, le premier Ministre ... ainsi que le Ministre de la défense ... s’y sont rendu afin de représenter la couronne.... »
Après un léger silence, elle me fait un briefing de ce qui a été entendu et vu par nos compères, passant de A à Z le « fléau » des événements. Un flot de paroles sort de ce frêle corps qui s’agite autour de moi pour m’apporter de quoi me restaurer et me changer. La Dantarie, toujours fidèle à son poste de suivante, alors qu'elle doit tenir aujourd’hui un poste de second...Ce rôle,est bien plus important que celle qu’elle avait au début de mon couronnement. Pourtant, elle met un point d’honneur à rester à mes côtés comme à ses débuts. Est-ce une marque de reconnaissance ? De plaisir ? Il faudrait qu’un jour je penche sur la question auprès d’elle. Elle me fait un compte rendu des nouvelles récentes sur les mondes Républicains. L’accusation de la CSI sur nos groupes armés.
« - Et.... C’est pour cela qu’ils souhaiteraient s’entretenir avec votre Majesté, au plus vite, concernant ces différents incidents et afin de vous transmettre à vive voix leur rapport »
Pendant que Danta me donne les explications nécessaires, en me faisant un résumé de tout ce qui s’est passé lors de mon entrevue sur Bogden. Sans omettre de me faire part de l’attentat perpétré sur le sol de Naboo, suivi par celui qu’Onderon a subi. Je suis toute abasourdie.

« - Bien, bien, quand il faut y aller ! ... »

« - Majesté ! En attendant la connexion, je voudrais vous annoncer que j’ai donné l’ordre aux pilotes de faire route vers le Système de Japraël... Une journée de mémoire est organisée en honneur du Sénateur Atin Jnum ... Et... Je suis certaine que dès que vous auriez appris la nouvelle, vous auriez souhaité vous y rendre.
On ne me laisse pas vraiment le temps de me faire à l’idée que les nouvelles ne sont pas réjouissantes que d’autres se greffent. Et quand je dis d’autres, la dernière pourrait me laisser sans voix, mais non, j’ai du mal à comprendre, ce ne sont pas mes oreilles qui ont mal entendu. Retournée, bouleversée, je ne sais pas exprimer ce que je ressens, j’ai surtout peur d’avoir compris de travers
«- De quoi ?.. De quoi parles-tu ? J’ai du mal à comprendre, une journée de mémoire en l’honneur de ... ? Mais cela se fait lorsque la personne n’est plus de ce monde ? Aurai-je bien compris ? » Je ne fais pas d’amalgame ? N’est-ce pas une erreur ? Tant de question que je n’ose poser afin de ne pas inonder ma chère amie et surtout la peur de recevoir la réponse.
« - Désolée de vous l’apprendre ainsi, votre Majesté, mais une dépêche nous est parvenue pour nous faire part de la disparition du sénateur Atin Jnum, lors de cet attentat qui s’est déroulé sur Onderon. »
A l’annonce de la mort du Sénateur du Système de Japraël, Danta me fait signe de regarder sur son Datapad. Elle s’avance vers moi, le doigt pointé sur l’écrit afin que j’y prenne connaissance. A peine les yeux posés sur son petit appareil, la voix du ministre de la défense se fait entendre, réclamant, lui aussi ma disponibilité d’écoute sur l’écran sur lequel ils ont apparu.
Citation:

« - Votre majesté !!!... »


« - Messieurs.... »

Après les brèves salutations de coutume, je laisse la parole à Sir Raymond : « - Votre Seigneurie ! Fait le Premier ministre... Je pense que Danta vous a d’ores et déjà transmis le contre-rendu détaillé de notre rapport... S’arrêtant un court instant, le temps pour moi d’acquiescer de la tête, il poursuit : - La Nouvelle République Fédérale est menacée...Majesté ! Les choses vont de mal en pis depuis l’état soudain "comateux" du Chancelier... »
« - Sans oublier que la dernière séance, cette séance exceptionnelle, était aussi catastrophique que l’avenir qui s’annonce pour nos mondes ! » Annonce aussitôt Mister Moufle.
« - Heureusement que cette séance était fermée au public, car vraiment, on se serait cru sur un marché forain »
« - Tu veux dire, une arène de bataille de ...,... »
« - C’est à La Chancelière par intérim de mettre fin à ce genre de débordement... »
« - Ho, elle a essayé, mais dès le début elle s’est fait "lyncher" par les généraux... Un manque de respect total ! ...
- Ce n’est pas pour la façon dont cette séance s’est déroulée qu’on a souhaité cette audience au plus vite, Reine DOnOs... C’est surtout de choses plu importantes, de décision à prendre ... De la suite à donner... »

Je les regarde, un après l’autre. Dès qu’un commence une phrase, l’autre la termine. Ils sont à l’unisson. En duo, ils m’exposent ce qu’ils ont retenu, propositions et votes. Je les écoute. En silence, je mémorise les détails importants. La CSI demandant la tête d’une Générale Républicaine. Le sénat proposant l’envoi d’une délégation diplomatique, Echange d'un de nos prisonniers contre la Générale Républicaine. Je continue à écouter sans l’interrompre. La commission de l’armée qui doit reprendre les rênes afin de se préparer au pire. Pas élogieux, je l’avoue et cela ne va pas améliorer mon moral. A cette lassitude qui m’avait envahie s’ajoute cette inquiétude. **« Une Générale de l’armée républicaine accusée d’assassinat par la Confédération du Système Indépendant, cela pèse lourd dans la balance, il va sans dire. Surtout lorsque celle-ci refuse d’annoncer de sa bouche son innocence à la face du monde. Laissant planer le doute dans l’esprit des Républicains qui comptent sur sa protection... »**

« - Votre Majesté, vous devez rentrer immédiatement sur Dantooine. Nous devons sans plus attendre réunir l’assemblée des ministres...
« - Oui, Majesté ! Le Premier Ministre a raison, l’heure est plus que grave que nous pouvons imaginer. Dantooine ne doit plus prendre part à une organisation de ce genre que devient la Nouvelle République. Dantooine doit penser à se retirer, Majesté !
« - Que dîtes-vous là ? La paix est menacée et vous pensez que la Reine de Dantooine se retire en laissant les autres peuples à leur sort ? Nous devons nous serrer les coudes et apporter à nos concitoyens, à tous le Républicains la même aide, solidarité... Cette promesse de paix proclamée, chacun y a droit. Chaque planète, chaque peuple. Pensez-vous qu’il faut se retirer dès qu’une menace se fait sentir, Messieurs ? »
« - Les sénateurs se tirent dans les pattes, les responsables militaires donnent l’impression de déclarer la guerre aux dirigeants des planètes, si ce n’est à la Chancelière par Intérim en personne, à se demander ! ... Chacun s’accusant de tous les mots, les dégâts que subit la Nouvelle République Fédérale... »
« - La lutte pour le pouvoir est au centre de la vie politique ou autre. Depuis la nuit des temps, des clans ou même des familles se battent pour prendre le pouvoir ou s'y maintenir. Moi ce que j’ai toujours retenu c’est que dès lors que quelqu’un veut prendre la tête d’un rassemblement ou d’une gouvernance, c’est qu’il souhaite dominer l’autre. Alors que l’essentiel même de la vie, c’est le partage, le travail ensemble, en commun pour le bien de chacun... »
« - Majesté ! Nul n’ignore votre acharnement pour la paix... avant tout, vous devriez penser à vos administrés...
« - Et en ce qui concerne les CRS de Dantooine comme escorte, est-ce q....»
« - Non !... Un non qui peut paraître brusque aux oreilles de mes ministres et de Danta. Désolée d’être aussi abrupte, mais c’est un non ferme et catégorique... Lorsque la demande sera faite, nous ne pouvons l’accepter et l’honorer ... La Chancelière ne sait, et peut-être ne peut le savoir, mais lorsque la nouvelle République a été proclamée, Notre Souverain, en personne, avait proposé au Chancelier Suprême Nocturna de mettre nos CRS à la disposition de la Nouvelle République. Je m’en souviens encore mots pour mots, comme-ci c’était hier, et ils disaient : « c'est pour cela que je mets à dispositions des unités des Cohortes Royales de Sécurités, qui sont des agents de sécurités privés qui pourraient faire office de soldat de la paix. » Et le Chancelier n’avait même pas daigné y répondre que ce soit favorablement ou défavorablement. Cela nous a laissé déduire que la Chancellerie n’avait pas besoin de nos unités pour consolider des soldats de paix... Alors c’est avec regret, mais notre réponse restera négative, Messieurs... Pour revenir sur vote doléance... Mon retour immédiat sur Dantooine pour qu’on décide ensemble afin de savoir si Dantooine et la Nouvelle République continuera la route côte à côte... Noter qu’une réunion sera organisée et nous demanderons aussi son avis au Souverain... J’ai entendu votre inquiétude. Sachez que .... En ce qui concerne, le peuple de Dantooine, Monsieur le Premier ministre, vous avez raison, je dois y penser. Et c’est ce que je fais.... J’y pense et c’est parce que je pense à mon peuple que je traverse la Galaxie. Dans la liberté de chacun s’inscrit la liberté du peuple de Dantooine... Si vous souhaitez demander un référendum auprès de la population afin d’acquérir leur avis, concernant notre alliance avec la nouvelle République Fédérale, « Restons-nous Républicains ou prenons-nous notre indépendance ? ». Nous l’organiserons. Soit ! ET la voix de mon peuple reste souveraine, j’y obéirais. ... Et cela ne se fera pas avant mon retour sur Dantooine. ... Pour l’heure, je dois me rendre sur Onderon...

L’entretien terminé, je reste seule avec moi-même malgré la présence de Danta à mes côtés. Me voilà informé du pourquoi les ministres de la couronne souhaitaient s’entretenir auprès de moi avec autant d’insistance. Que va faire le gouvernement pour réparer les pots cassés et redorer le blason de la Nouvelle République aux yeux de ses concitoyens ? Voilà que cette question me tourmente. Je suis anxieuse. J’essaie de cacher ce sentiment à ma Dantarie.

« - Votre diplomatie n’est plus à prouver, Dam ! » La voix de Danta vient rompre ce silence oppressant.
« - Parlons-en de ma diplomatie, comme tu dis. Je viens de la bafouer en espace de quelques secondes par mon ton et par mes paroles lors de mon entrevue auprès de la représentante de l’Impérium... »
« - Humm ! L’Impérium est allié avec la CSI, toutes les occasions seront bonnes afin d’amener à bien leur rancœur... »
« - Je ne vois pas en quoi, ce qui a été dit ou fait lors de cette rencontre pourrait amener que ce soit du côté de L’Impérium ou même de la Nouvelle République à un conflit armé ou non. Ce n’était que des divergences d’opinion et d’attitude. »
« - Ha ! Vous m’intriguez ! »
« - Il n’y a pas de quoi... Je n’ai juste pas apprécié le comportement de l’envoyée Impériale et je suis sortie de mon confort habituel... Il est vrai que le ton est monté. A l’écoute de l’enregistrement, certains seront surpris de ne pas entendre mon calme légendaire...
« - De toute façon, s’il y en a qui s’est senti « offusqué »...
« - C’est auprès de Dantooine qu’ils devraient demander des comptes... C’est moi qui ai parlé... C’est ma voix. La République n’est pour rien du ton que j’ai employé. S’il ne suffit que de si peu pour déclencher une guerre ! ».
« - Ha! Ben qu’ils viennent. Dantooine saura les accueillir ! »
« - Dant...
« - Je plaisante Dam. Détendez-vous ! D’ailleurs, à leurs yeux, c’est la Nouvelle République qui a capturé le Général Valiant... Le Sénateur de Kamino on en parle ! »
« - C’est un autre débat, Danta. Et ce débat, je vais le laisser là où il est... »
« - Très bien, Dam. Pour boucler le sujet, l’enregistrement, c’est la copie ou l’original que vous allez transmettre à l’autre partie ? »
« - Que me demandes-tu là ? La copie n’est pas identique à l’originale ? »
« - Si, c’est...
« - Alors copie ou originale, quelle importance ! Transmettez l’original à l’Impérium et son double à la Nouvelle République ou vice versa, au moins que chacun puisse avoir son exemplaire. »
« - Oui,bien, bien... Allez, hop ! C'est bien ce que je disais. On va se détendre. Un bon bain, un bon massage ! ... Vous allez profiter pour vous reposer en primes, avant notre arrivée dans le Système de Japraël. »
Aussitôt dit, aussitôt fait. Danta ne me laisse pas refuser et s’empresse de me procurer ses bons soins et cela a l’air d’avoir l’effet escompté. Je me laisse aller à son bavardage, me berçant de sa voix et des mouvements de va et vient de ses doigts légers au dessus de ma nuque. Tout en exerçant une pression de ses mains expertes sur mes épaules fourbues, et afin de me changer les idées, elle profite de l’occasion pour me donner des différentes nouvelles, certaines assez réjouissantes, je l’admets. Cela prouve qu’il n’y a pas que des mauvaises qui peuvent arriver à nos oreilles. Et vite balayées par d’autres, méli-mélo de mauvaises et bonnes nouvelles. Tyria a quitté le devant de la scène, emportée par un mal inconnu, une nouvelle Vice-reine a été élue sur Alderaan, une certaine Anastasia. Cela me ramène aussitôt à la disparition tragique d’Atin Jnum...


Atin Jnum que je n’ai rencontré que peu de fois, pour ainsi dire que lors des séances du Sénat. Une figure forte de la Rébellion. Dans l’ombre comme beaucoup, il a œuvré. Un Mandalorien admiré par certain, détesté par d’autres et craint par grands nombres. L’image qui apparaît à mes yeux, c’est ce casque... Casque qu’il n’enlevait à vrai dire presque jamais. Quand est-ce la dernière ou peut-être même la seule fois que je l’ai vu sans ? Je fouille au fin fond de ma mémoire.
** « - Qu’importe » **
me dis-je. Tout ce que j’ai à retenir de ce sénateur c’est qu’il s’était battu pour le changement de régime. Le reste importe peu.
Homme de tous les combats ? Homme du seul combat, la liberté...La liberté de s’exprimer, la liberté d’être soi-même. Ses paroles reviennent à mes oreilles, des mots forts prononcés par ce combattant « Il fallait établir un nouveau système rapidement pour garantir une stabilité et ne pas sombrer dans le chaos... Lorsque cette république a vu le jour, j’ai été enthousiasmé et j’ai voté pour celle-ci même si je n’étais pas entièrement d’accord avec elle. Mais à ce moment-là, le jeu l’exigeait... »
Des mots peut-être sortis de leur contexte, aujourd’hui, mais des mots qui raisonnent en moi tel le clairon de la conscience...


*** ***



Iziz... Aujourd'hui, comme hier, aujourd'hui comme demain, aucun abus, aucune forme de violence quelle qu'elle soit ne saurait être tolérée. Et pourtant des faits récents perpétrés contre cette population leur rappellent et nous rappellent qu'il faut rester vigilant.

Me fondant dans la masse, de ma tenue le plus sobre possible, sans fioriture, dans la plus grande simplicité


Je viens assister comme tant d’autres rassemblés ici, à un adieu, ou à un « à Bientôt, on se retrouvera de l’autre côté »...

Tout cela était nouveau pour moi... Je ne connais pas cette tradition, comme bien d’autres d’ailleurs lorsqu'on perd un être connu, un être cher ou un être aimé.
« Le jour des mémoires » Une journée dédiée à la mémoire du disparu m’avait expliqué Danta. Une mémoire qui repose sur les témoignages que je peux capturer ici et là en me promenant au milieu de cette foule. Des mines tristes, des mines dures, des mines sans expressions, des conversations larmoyantes d’autres riantes. Chacun à sa manière, par sa culture, peut-être, apporte en ce jour en eux la mémoire d’Atin Jnum.
D’après quelques conversations auprès de différentes personnalités, Danta m’apprend que cette coutume n’est pas seulement dédié à l’ex-Sénateur du Système mais aussi à tous ceux qui sont passés de l’autre côté.

Le ciel s’assombrit ... Dès lors que je remémore le souvenir de ceux qui ont cessé d'être, qui n'existent plus. S’ils n’avaient pas existé, comment moi j’aurai pu.... Cela ne date pas d’hier, ni d’un mois, ni de deux, ni de trois mais pourtant.... En cet instant, je me dis qu'est-ce que j'aimerai qu'on me redonne l'occasion de leur dire que je les aime, et leur dire que c'est tellement dur sans leur présence. Un jour, quelqu’un m’a dit qu’il y a quelque chose de plus fort que la mort, c’est la présence des absents, dans la mémoire des vivants. Alors pourquoi leur absence me déchire toujours autant ? Une douleur frappe ma poitrine, je respire profondément.
Le ciel s’assombrit.... Le jour s’efface, la nuit prend la place...
Me voilà installée au milieu de tous les invités du monde du Système de Japraël. La silhouette de la nouvelle Sénatrice, jeune femme élancée, chevelure couleur de feu apparaît à mes yeux. Je baisse la tête, posant mon regard sur l’objet posé entre mes mains. Une lanterne conçue, on aurait dit, en papier, fixée sur un cercle. Relié au cercle par quelques fils de métal, un brûleur s’y trouvait, la petite flamme vacillante de couleur rouge orangée reflète sa lumière sur le contour blanc léger de la lanterne. Je persiste à ne pas quitter des yeux, mon regard se plonge dans la flamme, cernée par la combustion, elle demeure droite, presque immobile. La lumière s’intensifie.

Égarée dans mes pensées, la voix de la Reine Amanoa me ramène au temps présent. Élégamment vêtue, elle termine un court discours dans un langage que je ne connaissais pas, mais à mon avis des mots de circonstance, je pense.
Une pause et je la vois, bras levés lentement au dessus de sa tête. Les mains s’ouvrent légèrement laissant s’échapper sa lanterne. Celle-ci s’élève presque majestueusement, sans bruit, sans précipitation. Ce geste symbole, cette tradition voulant que l’hommage funèbre de chacun, présent en ce lieu, dignitaire, royauté, représentants politiques, guerriers, badauds, s'envolent au vent avec ces lanternes.



Ébahie par le spectacle, je scrute cette quantité innombrable de points lumineux qui montent de plus en plus haut dans le ciel d’Iziz, protégée par son épaisse muraille. ** Un moment hors du temps… J’assiste à de magnifiques lâchers de lanternes de la plus belle tradition. ** Soudain, je ne me rends compte que je tiens encore la mienne entre mes mains. Et là, je les laisse s’ouvrir lentement. Avec légèreté, ma lanterne prend la même ascension que les autres. Elle passe devant mon visage et rejoint ses petites camarades, emportant avec elle la petite carte griffonnée à la hâte et .... Emportant mes pensées....
** « La mémoire est le tiroir où nous gardons les absents. »**

Le temps qui s’est arrêté en espace de quelques secondes, du moins pour moi, reprend son cours. Des murmures, du mouvement, des sons de voix, c’est une façon de me dire qu’il faudrait bouger et avancer. Un geste discret à Danta et nous voilà prêt à suivre le mouvement. Comme tant d’autres, nous reprenons le cours des évènements. Je me faufile délicatement derrière quelques invités, individus, en essayant de ne pas les bousculer. Un pas à droite, encore quelques pas, attention petit virage à gauche, et me voilà face à la statue du Mandalorien, je lis l’inscription qui y est inscrite, gravée dans la pierre... ** « - Amusant »** Me dis-je.
« Majesté, il paraît qu’il faudrait quitter le parc et nous rendre à l’intérieur du palais.»
« - Oui, laisse-moi encore quelques secondes et je t’y rejoins »
Discrète, silencieuse, je reste debout face à cette représentation, ma manière à moi peut-être de rendre Hommage à l’ex-Sénateur Atin Jnum. Et en mon esprit des phrases jaillissent :
**« Nous voici aujourd'hui au bord du vide
Puisque nous cherchons partout ce visage
Le visage de celui que nous avons perdu.
Il était notre avenir et nous avons perdu notre avenir.
Il était des nôtres et nous avons perdu l’un des nôtres
Cette part de nous-mêmes a disparu.
On se questionne. Quelle était cette question ?
Nous voici seuls, lèvres serrées sur nos pourquoi.
Nous sommes venus ici chercher,
Mais chercher qui ? Chercher quoi ?
Chercher quelqu'un ou quelque chose ...
Chercher ce réconfort...... plus fort que la mort. »**


"Je crois qu’un homme fait ce qu’il peut, jusqu’à ce que son destin soit décidé." Était-il le dernier Renégat ?
_________________________
Revenir en haut
Elari'nah
République Fédérale

Hors ligne

Inscrit le: 26 Fév 2017
Messages: 553
Niveau: 0

MessagePosté le: 27/06/2017 08:35:56    Sujet du message: La Journée des Mémoires Répondre en citant

Elari n’avait fait que quelques pas avec le sénateur de Mustafar lorsqu’ils furent interrompus par un homme qui semblait déborder d’énergie. Il entra dans leur conversation tout d’abord par un signe de la main puis par une entré en parole qui se voulait légère mais qui pouvait sembler assez chaotique. La jeune femme le regarda. Il était vêtu d’un costume taillé sur mesure, assez chic à vrai dire mais qui restait des plus simples. Un traditionnel trois pièces. Elégant, classe, indémodable malgré les années. D’un visage plutôt rond traduisant des années de vécu par la présence de nombreuses rides, Elari pouvait lui donner l’âge de la cinquantaine facilement, voire peut-être un peu plus vieux. Un visage rond et un nez assez proéminent… Peut-être que si il le peignait, il pourrait entrer dans un cirque. En revanche, son ossature, sa stature et son physique laissaient clairement entendre qu’il n’était pas porté sur le sport. Mais lorsque l’on est Sénateur de Kamino, on n’a peut-être pas le temps pour ce genre de chose. Celui-ci se présenta de lui-même et parla directement au Sénateur Blokkus pour finir par adresser la parole à la jeune femme.

- Enchanté Sénateur Kumitomo.
Elari’nah, Sénatrice de japraël.
Nous étions en train de discuter avec le Sénateur, voulez-vous vous joindre à nous?


Elle lui serra la main avec une poigne assez rude. En effet, le sénateur était assez impardonnable. Pour une personne qui était au cœur de la politique de la nouvelle république, ne pas connaître les visages et les noms des systèmes importants était des plus décevants. A moins que le système de Japraël soit tant ignoré que cela dans la République, une chose qui ne serait pas surprenante au vu du peu d’échanges qu’ils effectuaient. Le sénateur offrait plus ici une interprétation comique que professionnel. Il fallait voir comment allé évoluer la conversation, et ce qui en découlerait.



Amanoa fit quelques pas dans l’herbe du parc pour se défaire de son assemblé et de la cour. Etre à son poste pouvait être glorieux comme fastidieux. Cherchant de l’œil, elle remarqua que la sénatrice du système était en pleine conversation avec un Hutt et une autre personne. Un Hutt sur Ondéron, voilà qui n’était pas courant. En l’observant, elle se demanda si ce n’était pas le Sénateur Blokkus. Le fameux Hutt dont la réputation au sénat n’était plus à faire et dont le défunt mandalorien voulait utiliser comme trampoline. Ses gardes du corps en passaient pas inaperçu en revanche. Quant à l’autre personne, elle avait déjà vu son visage mais plus. La Reine avait déjà fort à faire ici même, elle n’avait pas le temps de retenir les noms et la tête de chaque sénateur.

Profitant d’un vent léger qui lui caressait la peau du visage, elle remarque que la Reine de Dantooine était présente et qu’elle se tenait devant la statue de Jnum. Bien que vêtue d’une tenue qui se voulait probablement la plus sobre possible, sa tête ne passait pas inaperçu. S’approchant vers Dam Donos, elle écouta son poème et vint se mettre à ses côtés. Sa venue était une bonne chose mais aussi une mauvaise. Amanoa avait interdit l’accès du système aux chasseurs de primes après les derniers évènements via l’ambassadeur d’Hapès. Autrefois, il ne s’agissait uniquement de la lune en raison de la loi Eco-Gen, mais maintenant, tout le système leur était fermé.


-Jolie vers.
Vous nous honorez par votre présence Reine Donos.
Comment se porte votre République?

_________________________
- TC du dernier des Renégats - Jeunesse - Flashback -
Il n'y a pas de destin mais ce que nous faisons.
Revenir en haut
Blokkus
République Fédérale

Hors ligne

Inscrit le: 19 Aoû 2008
Messages: 608
Niveau: 3
Rang: Sénateur de Mustafar

MessagePosté le: 02/07/2017 17:37:37    Sujet du message: La Journée des Mémoires Répondre en citant

Notre bon Hutt observait le ciel  éclairé par tout ses lanternes, repensant avec Nostalgie à Nal Hutta et ses étoiles quant on vint l'aborder.
Une jolie femme c'est ainsi qu'il aurait défini la nouvelle représente du système d'Onderon, rien à voir avec la brute épaisse qu'était son prédécesseur mandalorien.
Visiblement les futurs échanges entre les deux planètes seraient sans doute plus agréables qu'avec le sénateur Jnum même si Blokkus connaissait bien le dicton qui disait qu'il fallait se méfier des apparences.
Du coin de l’œil il vit également des têtes connues, Sion Kuminoto, le sénateur de Kamino et Dam DOnOs reine de Dantooine qui eux aussi se mêlaient à la fête avec d'autres diplomates que Teriblic connaissait vaguement de vue.
Après les politesses d'usage celle ci s'interrogeait sur la présence du  représentant Mustafarien , il était connu de tous que lui et Atin ne s’appréciaient pas, leur joutes verbales au sénat en étaient la preuve.
Le Hutt sourit poliment à son hôtesse avant de répondre.


-la République a perdu un des ses plus fidèles défenseurs vous savez, vous n'ignorez sans doute pas qu'avant d'être sénateur , Atin était un combattant renégat luttant contre l'Empire et le totalitarisme.
   

Blokkus se retint de dire qu'a cette époque il considérait celui qu'on surnommait "la malédiction Renégate" comme un terroriste, faisant partie lui même de l'Empire, même si par la suite l'Omega lui avait forcé quelque peu la main.

-Et même si politiquement nous étions souvent adversaire, je respectais ses idées et ses convictions même si je déplorais son manque de diplomatie, c'est un bien bel hommage que vous lui avez organisé.
   

Tout en marchant la sénatrice lui indiqua la voie du palais, lui annonçant qu'un banquet les attendait.

*Enfin une bonne nouvelle!*
Mais hélas leur avancée vers la nourriture fut stoppé une première fois par ce fourbe de Sion, faisant grogner l'estomac de notre Hutt d'impatience puis il grimaça quand ce même Sion le félicita ironiquement pour son élection à la commission du commerce, son appendice caudal tapa bruyamment sur le sol,faisant se retourner quelques convives, mais le Hutt repris son expression de marbre, répondant à Sion en souriant.

-Effectivement nous avons rarement le plaisir de nous croiser dans l’hémicycle sénateur Kuminoto...
J'ai appris que vous vouliez relancer le clonage de façon industrielle, sans doute ignorez vous que je dispose moi même de clones pour ma sécurité, clones que j'ai acquis légalement sur votre planète du temps de la sénatrice Raven Scott.
Quel sort funeste pour cette pauvre Nautolan d'ailleurs... j'espère que vous aurez plus de chance, le destin des représentants Kaminoeins semblent souvent s'assombrir.

   

Raven avait du démissionner pour cause d'une maladie foudroyante, mais le Hutt pensait bien évidemment aussi a Othmée Lenia qui avait du abandonné le pouvoir subitement et mystérieusement.Avec le recul, il se disait qu'il en avait vu passer des politiciens aux dents longues durant ses différents mandats.
Après cette petite passe d'arme polie, le trio de sénateurs continua donc son avancée vers les marches du palais, Blokkus salivant déjà en pensant aux hors d’œuvres et autres mets qui l'attendaient, mais encore une fois, il du s’arrêter, son estomac protestant de plus belle.
La
Reine Amanoa écoutait la Reine DOnOs rendre hommage de façon poétique au disparu, la Gand avait toujours été une énigme pour le Mustafarien, elle ne semblait pas à sa place parmi les requins de Sénat, pourtant elle tenait bon contre vent et marée et souvent imposait ses décisions, elle avait même été élue présidente de la commission diplomatique et revenait d'une rencontre avec les Impériaux disait on.
Elle semblait si douce pourtant elle avait épousé un chasseur de prime, c'était un drôle de couple même si le Hutt préférait avoir affaire a Dam qu'avec son assassin de mari.Il fit une courte révérence aux deux souveraines.


-Mes hommages Reine DOnOs quel plaisir de vous voir hors du sénat...
La rumeur prétend que vous avez rencontré une délégation Impériale? qu'est ce que cela a donc donné?

   

Blokkus était curieux, si les rapports entre les deux systèmes s'étaient adoucis sans doute pourrait il proposer quelques contrats commerciaux dans l'espace Impérial, et avec cette guerre froide avec les Séparatistes, il valait mieux s'entourer d'alliés en ce moment.
Et rien de mieux qu'un banquet pour tisser des liens...

_________________________
Regardons les choses en face : si le crime ne payait pas, il y aurait très peu de criminels.


http://star-wars-rpg.soforums.com/t3889-Casier-d-un-Hutt.htm

http://star-wars-rpg.soforums.com/t1670-Blocus-le-Hutt.htm?q=#p18252
-Un Destroyer Ravageur-
-Un croiseur Harbinger-
-Deux Transports Acclamators-
-Un cuirassé Keldabe-
-Deux corvettes Correliennes-
-Un vaisseau de combat Droid-
-Une navette Neimodienne-
-Un croiseur MC 80-
-Escadron (x8 )
Revenir en haut
Elari'nah
République Fédérale

Hors ligne

Inscrit le: 26 Fév 2017
Messages: 553
Niveau: 0

MessagePosté le: 16/07/2017 09:34:37    Sujet du message: La Journée des Mémoires Répondre en citant

La soirée battait son plein, les politiciens présents profitaient du banquet qui avait été préparer au sein même du palais. Cela avait pris une bonne demi-heure mais tous avait finit par quitter le parc pour arriver à la grande salle du palais. On pouvait y voir le trône royal au fond, se distinguant de tous. Les conversations et les rires allaient bon train avec par moment quelques clash entre différents points de vue.

En dehors du palais, la population et les rues de la cité étaient à une ambiance festive, c'était la fête. Le moment ou l'on mangeait en souvenirs des morts, se racontant des bons souvenirs, des anecdotes à leurs propos. L'ambiance durerait probablement jusqu'à l'aube...


Suite à un manque de présence des joueurs, de leur motivation à faire vivre ce rp, de leur désintéré et de leur sketch pour répondre ; je clôture ce rp.
Merci à vous pour votre participation.

_________________________
- TC du dernier des Renégats - Jeunesse - Flashback -
Il n'y a pas de destin mais ce que nous faisons.
Revenir en haut
Jagabamda
République Fédérale

Hors ligne

Inscrit le: 03 Jan 2016
Messages: 69
Niveau: 0
Rang: Ambassadrice de Telos

MessagePosté le: 19/07/2017 15:15:59    Sujet du message: La Journée des Mémoires Répondre en citant

HRP :
"vu avec Atin via Mp, comme Rp déja écrit, je le poste ici :D"



Les festivités vont bon train sur le Système. La planète, plus particulièrement, le ciel d'Iziz est illuminé de lumière tel une voute de guirlande d'étoiles flottant dans l'air, dansant au grès du vent. On peut entendre des rires, éclats de voix aux quatre coins de ce monde.
Jagabamda en route pour Telos a accepté de faire un détour et de répondre présente à l'invitation de la Reine Amanoa et de la nouvelle sénatrice Elari'nah.

Cette journée, nuit, de mémoire, l'ambassadrice de Telos ne pouvait la décliner. Honorer ainsi nos chers disparus, la jeune femme le comprend aisément. Les us et coutumes de chacun doivent toujours être respectés et accueillis comme il se doit, du moins c'est ce qu'elle pensait. Appelée ici par le peuple du système de Japraël « Journée de mémoire », ces lâchés de Lampion sont bien différents de ce que la jeune Dorf avait vécu auprès des siens sur sa planète mais ont, presque la même finalité. Jagabamda ne le sait que trop bien. Les rituels divers, il en existe une quantité infinie sur Telos et la jeune femme en avait vécus depuis sa tendre enfance. Ces derniers se révèlent d'une grande diversité. Appelés "Rituels de passage", ils marquent des événements importants de la vie de la naissance à la mort. Plusieurs cérémonies peuvent avoir lieu avant la naissance d'un enfant, à la naissance elle-même et à des moments déterminés après celle-ci. Il est bien dommage que de nos jours, la plupart des familles n'ont plus le temps ou la volonté de tous les accomplir.

Parmi les nombreux rituels qu'il est tenu de célébrer tout au long de sa vie, les deux plus importants sont probablement le " Don du nom "et le « rituel du cordon sacré ». Le premier a lieu entre le dixième et douzième jour après la naissance. L'attribution du nom n'est pas faite au hasard, puisqu’il représente l'être profond et un mauvais choix pourrait se révéler catastrophique. Des critères astrologiques sont pris en compte, ainsi que les appellations du père et du grand-père, celui du dieu le plus vénéré de la famille, et tant d’autres critères. Et il est souvent là l'occasion d'un repas offert aux proches et aux amis.
Le rituel du "cordon sacré" s’avère important pour la classe supérieure de la population. Il confère le statut de caste et marque l'entrée officielle du jeune enfant dans la société. Il a généralement lieu entre l'âge de sept et douze ans. Le jour de la cérémonie, après avoir pris un bain et répété les mantras appropriés sous la direction d'un brahmane, plus particulièrement du "Pandit", on lui rase la tête. Puis il revêt pour la première fois le cordon sacré qu’il passe sur l'épaule gauche et laisse pendre sous l'aisselle droite. Il devra le porter tous les jours et observer les règles de sa communauté.

Jagabamda après s'être remémoré les différents rites de par chez elle, les yeux scrutant ces lanternes virevoltant au dessus de sa tête, essaie par la même occasion de suivre la sienne qui avait pris le même envol. La jeune femme se dit que "cette journée de mémoire", dans son univers c'est " Le rituel de crémation" qui à la mort, est un événement positif pour ses semblables.

**" Tout homme en naissant naît comme une dette due aux dieux, aux rishis, aux ancêtres et aux hommes"**
L'homme naît trois fois. La première fois, il naît de son père et de sa mère. Puis par le mariage, dont le sacrifie devient le lot, il naît pour la seconde fois. Et lorsqu’il meurt et qu'on le dépose sur le bûcher, comme de là il renaît, au ciel, c'est alors qu'il naît pour la troisième fois. C'est ainsi qu'il faut prendre, la crémation, elle constitue donc la troisième naissance.
Cette crémation est conçue comme un sacrifice où le sacrifiant nommé le "yajamâna" est aussi la victime. Ses funérailles sont le dernier sacrifice, le seul où la victime n’est pas le substitut du sacrifiant, mais le sacrifiant lui-même. Des chants sont effectués à l'intention du dieu du feu, pour lui prier d'accepter le sacrifice de la personne décédée. Les très jeunes enfants, qui n'ont pu se préparer à la mort, sont enterrés ou jetés à la rivière. Une crémation doit avoir lieu le plus tôt possible, mais aussi au moment le plus propice.

Jagabamda avait à la fois le cœur lourd et un léger rictus au bord des lèvres. Le cœur lourd car un des siens venait de quitter le monde des vivants et ce rictus car le système de Japraël par cette cérémonie l’a soulagé en un court instant de cette peine immense.
Revenant à la réalité, la jeune femme balaie du regard les invités présents, elle avait repéré le sénateur de Kamino, Sion Kumitomo rejoint par le sénateur de Mustafar, Blokkus en personne accompagné de la nouvelles Sénatrice Elari'nah, c’est ce qu’elle supposait car n’ayant pas eu l’occasion de la rencontrer encore. Un bref regard en leur direction, un regard quelle ne souhaitait pas insistant afin que cela ne soit pas interprété comme un manque de politesse de sa part, comme-si elle les épiait de loin. Détournant le regard, elle put capter l’instant unique des deux personnes, peut-être même les plus à l’écart de tout ce banquet de tout ce brouhaha de conversation, la reine de Dantooine Dam DOnOs marchant aux côtés de la Souveraine du Sytème de Japraël La Reine Amanoa.

Jagabamda ne souhaitait déranger tout ce petit monde et ayant elle-même une urgence de son côté ne pouvait rester plus longtemps en ce lieu, même si ce moment de festivité aurait peut-être pu lui apporter le plus grand bien. Malheureusement, la jeune femme sait qu’il est temps pour elle de s’éclipser.
S’éclipser, oui, mais pas comme une voleuse ou une personne manquant de respect à ses hôtes. D’un geste de la main, elle fait signe à celui qui l’avait accompagnée et en quelques instants celui-ci lui apporte de quoi écrire.

Citation:
Message à l’attention de sa Seigneurie La Reine Amanoa et la Sénatrice Elari’nah,
Majesté, Sénatrice,
Ne voulant pas vous soustraire à vos invités, et ne pouvant profiter de ce doux moment jusqu’au bout, je me permets de vous adresser cette missive.
Tout d’abord, je tiens à vous remercier de votre invitation afin que nous nous joignions à vous et au peuple d’Onderon pour honorer ainsi nos chers disparus. Il était là un moment spirituel, un moment majestueux autant pour nos yeux que pour nos cœurs. Cette tradition de votre monde est la plus belle qui soit. Je suis ravie que vous m’ayez donné cette possibilité d’y assister et l’occasion de pouvoir le vivre à vos côtés.
Les plus belles choses ont toujours une fin. Devant me rendre en toute urgence sur ma planète, Telos, pour des affaires familiales, je me dois malheureusement de prendre congé sans omettre de vous présenter mes hommages, sans oublier de vous remercier vivement de cet instant unique. Puisque je ne le peux de vive voix, cet écrit paraît peut-être peu orthodoxe, mais il était là, pour moi, la façon la plus polie de l’exprimer. En espérant lors de notre prochaine rencontre que j’aurais l’occasion de vous témoigner de ma gratitude.
En attendant ce moment, Majesté Amanoa, sénatrice Elari’nah, acceptez mes hommages et mes remerciements les plus respectueux. Cette journée de mémoire y restera gravée dans la mienne à jamais
.
Jagabamda Dorf, Ambassadrice de Telos
[/color]


Mis sous pli, le message fut laissé à un des représentants d’Iziz afin qu’il soit remis à qui de droit. Jagabamda se lève, regarde une dernière fois dans le jardin du palais posant ses yeux sur chaque être présent, puis quitte la pièce et prend la direction de la sortie.
Elle aurait aimé, pour une fois, avoir peut-être l’occasion de discuter avec chacun. Pour une fois de pouvoir se sentir un peu comme eux, mais ce moment n’est peut-être pas encore arrivé. Un soupir, elle aurait voulu se poser, mais elle ne peut. ** « Ainsi va la vie ! »** Se dit-elle


_________________________
"Sème un acte, tu récolteras une habitude, sème une habitude, tu récolteras un caractère, sème un caractère, tu récolteras une destinée"

Le-Coffret-bijoux :
http://star-wars-rpg.soforums.com/t6115-Le-Coffret-bijoux.htm#p64577



Second compte de Dam DOnOs
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: 21/11/2017 05:17:35    Sujet du message: La Journée des Mémoires

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Star Wars RPG Index du Forum -> Galaxie principale -> Système de Japrael -> Ondéron -> Iziz -> Palais Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Legende

Nouveaux messages Nouveaux messages
Pas de nouveaux messages Pas de nouveaux messages
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets. Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.

Partenaires

Annuaires et top sites


Index | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB Fr © 2001 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com - Thème : Lyzs
Reproduction INTERDITE