Se connecter pour vérifier ses messages privés 
 FAQ
   Rechercher   Membres   Profil         Connexion 
 
Opération Frappe Noire

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Star Wars RPG Index du Forum -> Galaxie principale -> Reste de la Galaxie -> Bordure Extérieure -> Dromund Kaas
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Tericarax
CSI

Hors ligne

Inscrit le: 09 Fév 2010
Messages: 612
Niveau: 5
Rang: Lieutenant / Scientifique
Autre: Ex-responsable Hopital Central de Taris

MessagePosté le: 21/04/2017 20:27:41    Sujet du message: Opération Frappe Noire Répondre en citant

RP à consulter: http://star-wars-rpg.soforums.com/t6773-Renouveau-d-un-paria.htm?start=45#p…


----------


Qu'est-ce qui différenciait une conquête du cataclysme ? La guerre interplanétaire remontait aux premières heures du voyage sidéral. S'il était bien une chose que les espèces savaient faire mieux que tout, c'était certainement de se massacrer. Il y avait eu des phases de stabilité, à l'échelle globale, mais jamais de paix véritable et universelle. Cela était un fait. Même en exceptant les espèces intelligentes,le reste de la chaîne alimentaire n'avait de cesse de se dévorer et de s'abattre pour sa propre subsistance au dépend de celle des autres. Leurs outils n'étaient pas aussi évolués, leurs raisons étaient plus primaires, mais quelle importance au fond, quand la forme conservait sa nature si définitive ?

Qu'est-ce qui différenciait la conquête du cataclysme ? L'extinction subite de toute une culture, écrasée par son conquérant était-elle distincte de la disparition d'une espèce mise à mort par son prédateur ? Le caractère accidentel, songea Menz Farray. C'était le caractère involontaire du cataclysme qui le séparait de la conquête. C'était un incident imprévisible et incontrôlé quand un astéroïde heurtait une planète et que les formes de vie à sa surface étaient annihilées. Il n'y avait là aucune volonté, ni de l'astéroïde, ni de la planète, ni des espèces. C'était, de même, un accident, lorsque les dragons des sables de Tatooine avaient manqué de provoquer l'extinction de leurs proies, en les consommant sans aucune forme de régulation ; un manque de clairvoyance de la part de ces bêtes primitives, plutôt qu'un vrai calcul. Mais, ajouta mentalement le Siniteen, la conquête pouvait générer un cataclysme. Si l'on pouvait dissocier les deux sur la base de la volonté, il était surtout important de comprendre que la conquête pouvait entraîner un cataclysme en tant que conséquence.

Une voix rocailleuse s'éleva, diffusée par des interphones dans les murs :


« - Sortie d'hyper espace dans sept minutes. Les protocoles d'activation des troupes ont été enclenchés. Menz, à vous d'jouer. »

L'intéressé se trouvait dans ses quartiers, assis sur un lit dur. La pièce était étroite, le strict nécessaire des quartiers militaires ; on faisant avant tout dans la sobriété pour ce genre d'opération. Qu'à cela ne tienne, le Siniteen avait emmené avec lui plusieurs objets, des casse-têtes et autres pour se divertir. Il se connaissait, à force. S'il avait choisi des petits problèmes pour s'occuper, il avait également conscience de ce que la fantastique intelligence propre à son espèce impliquait ; il se serait ennuyé peu après le décollage, s'il s'en était tenu uniquement aux petits bibelots.
Aussi avait-il emporté avec lui de la lecture. Sortie tout droit des Vestiges de l'Empire, directement de ce qui avait été récupéré sur Cathar. Si primitifs les Cathari fussent-ils, ils avaient au moins eu la décence de répertorier les légendes Sith. Il n'avait pas fallu longtemps à Menz Farray pour s'apercevoir que les légendes (si on les considérait comme comportant une part de vérité) étaient incomplètes. En particulier, s'il était fait mention de l'Empereur des ténèbres qui avait mené les Sith à la gloire, le chevalier Jedi qui l'avait vaincu, lui, demeurait anonyme. C'était quelque chose qui était tout à fait troublant. Certes, on ne parlait pas nécessairement d'événements historiques avérés...Mais à l'aube de la Guerre des Clones, les Sith eux-mêmes étaient considérés comme une fable. Si les populations pouvaient continuer à voir d'un œil mystique les Sensitifs, nul officier de la Confédération n'aurait su faire de même ; l'existence des Jedi comme de leur antagoniste était une indiscutable certitude. On avait documenté la plupart de leurs forces surnaturelles, étudié longuement des contre-mesures dans le cas d'affrontements directs. Leur passé lui-même ainsi que les légendes de leurs peuples n'étaient pas à considérer comme exactes ; les Umbaran avaient beau être tout à fait existants, ils adoraient faussement la Nuit comme divinité, quand tout bon Siniteen savait pertinemment que les récurrences et les lois axiomatiques étaient les véritables maîtres de l'univers !

Démêler le vrai du faux dans des légendes de sensitifs (naturellement hyperboliques donc) n'était ps chose aisée. Mais Menz s'étonnait du temps qu'il avait fallu à l'Etat Major pour démêler le sens de certains versets et fresques et pièces technologiques. Quand il observait lui les documents qu'on avait (en copie hologramme naturellement) mis à sa disposition, les imbrications lui semblaient évidentes et immédiates pourtant ! Bah. Les autres espèces ne pouvaient pas toutes avoir le génie d'un Siniteen, c'était compréhensible. Il se leva de son lit et attrapa une petite bille en verre, percée (un casse-tête en trois dimensions. Le but était de réussir à faire tourner les axes internes de la bille pour lui donner à terme une forme cylindrique). Il était temps de se mettre au travail.


Lorsqu'il arriva sur le pont de commandement, un humanoïde l'y attendait. Sa peau était épaisse et verte, ses traits étaient durs. Il revêtait un uniforme séparatiste ample, qui dissimulait une carrure large. De son crâne s'étirait une longue corne nacrée, torsadée et cerclée d'autres spirales osseuses plus petites. C'était un Koorivar. À côté de lui, un siège,ou plutôt une grande cloche s'élevait du sol. Un disque au plafond et un autre sur la plate-forme en marquaient les contours, mais les murs étaient d'énergie ; c'était une prison électrique. Elle était entourée par trois gardes magna, mais c'était une précaution tout à fait superflue. Le personnage qui s'y trouvait était un Zabrak, qu'on avait découvert et enchaîné. Ses jambes s'achevaient à des genoux amputés, dissimulés sous un pantalon sobre blanc. On lui avait donné au moins un bas pour se vêtir, mais c'était bien le seul accoutrement autorisé pour le prisonnier ; le reste de son corps, c'est à dire son torse, ses bras et son visage, étaient à nu. Ses poignets étaient liés par des menottes d'acier, qui réagissaient fermement au champ magnétique de sa prison, et le maintenaient en chaînes plus efficacement que la meilleure cage de barreau n'eût pu espérer le faire. C'était une commande spéciale aux ingénieurs géonosiens, qui avaient adapté leurs prisons pour sensitif en une version plus...Portative, compte tenu des circonstances exceptionnelles. Toutefois, l'apport en énergie était considérable ; on avait mis la prison sur le pont de commandement parce que c'était la seule façon d'avoir accès à tous les câbles d'alimentation nécessaires. L'officier sur le pont, le cornu, effectua un bref salut du menton.


« - Bienv'nue sur la plat'forme de commandement Menz, dit-il d'une voix de roche. Nous serons sortis dans une minute. »

« - Les droïdes sont opérationnels Dirich ? » Demanda le Siniteen à l'intention de son interlocuteur. L'autre hocha affirmativement de la tête en réponse.

« - Je suis pas certain que ce soit bien pertinent de lancer toute une division comme ça dans le noir. Gaspillage de ressources dans une zone vide pour assiéger un caillou. »

« - Je n'en serais pas si sûr. J'ai vérifié à nouveau pendant le voyage les documents sur lesquels l'état major s'appuie. Ils avaient confié le tout au CRDA vous voyez. Ils ont mis le temps, mais ça m'a l'air pertinent. Nous avons bien une planète cartographiée dans la zone. Et, je suis d'accord avec les hommes du CRDA, ça semble correspondre fortement avec la « capitale noire » dont il est question dans les documents des Vestiges. '' Un monde englouti, que l'Empereur maître des tempêtes fit sien ''. »

« - C'vous qui avez fait le calcul des coordonnées d'toute façon. Au pire on aura juste fait un détour pour rien. Quelques millions de crédits gaspillés, c'rien. »

Les calculs auraient été trop longs à faire par ordinateurs seuls. Le système entier baignait dans une nébuleuse charmante, la Caldeira Sombre, qui rendait difficile les voyages en hyperespace. Ceci, bien entendu, si l'on avait pas au préalable établi une carte de la région. Si tous les mondes n'étaient pas connus (pour d'évidentes raisons pratiques, dont la distance aux premiers mondes civilisés), on avait tout du moins une idée de l'itinéraire à suivre. Un autre avantage du fantastique cerveau Siniteen était l'aisance avec laquelle ils effectuaient même le calcul le plus complexe ; c'était pour cela que Menz Farray, par soucis d'efficacité, avait effectué lui même le calcul des sauts pour la flotte entière. Il avait eu besoin de l'aide de plusieurs droïdes astronomes pour estimer les risques possibles et ce qu'impliquait le saut dans la zone. Mais là où les ordinateurs auraient prit, pour la flotte entière, une bonne journée de calcul, l'équipe restreinte n'avait pris que quelques heures. C'était ça, la supériorité de son espèce. Il ne put s'empêcher de remarquer à quel point la tâche aurait été plus simple si un seul bâtiment s'était déplacé. Bouger l'ensemble de la cinquième division avait complexifié la tâche de façon factorielle. Mais les ordres étaient les ordres, il n'avait pas le choix des troupes pour l'opération. Il se tourna vers le personnage emprisonné. Le Zabrak à la peau rouge supportait visiblement très mal sa captivité. Ses traits étaient épuisés, il ne tenait plus qu'à un brin de conscience. C'était un contrecoup malheureux de cette technologie ; elle endommageait le cerveau, à terme, et pouvait causer des lésions irréparables.

« - Dans d'autres circonstances, dit Menz à son ''hôte'' non consentant, j'aurais demandé qu'on soit plus clément avec vous. Des lésions cérébrales sont la pire forme de blessure qu'on puisse infliger à un individu pensant. Mais vous...Vous avez osé lever la main sur des citoyens séparatistes. Des innocents ! Des pauvres monsieur tout le monde, qui ne demandaient qu'à vivre tranquillement leur vie. Si je pouvais, je ferais intensifier les champs électriques, pour que vous souffriez plus encore. Mais nous avons mieux. Comme vous avez ôté la vie à notre peuple, nous annihilerons le vôtre. »

Le Zabrak, épuisé, émit néanmoins un sourire insolent, toujours fier.

« - Vous...Ne trouverez...Jamais...Les miens... »

L'espace blanc éclata en une soudaine obscurité parsemée de rares lumières froides. Devant la baie se dressait, encore quelque peu lointaine, une planète d'un bleu uni. Autour, loin sur leurs orbites, deux lunes gravitaient. Sur le côté ouest de la planète, une formation nuageuse s'agglutinait, juste à la limite du jour, sur l'hémisphère est. Un monde englouti...Cela concordait bien avec la couleur bleue de la planète...Et ces nuages d'orage...Les tempêtes bien sûr. Notre séparatiste se sentit soudain plein de fierté. Il était maintenant tourné vers Darich.

« - Hah ! Je vous l'avais dit ! Jubila-t-il. Huit mois qu'ils bossent sur leurs archives, à fouiller, fouiller, fouiller. Un calcul et paf ! Je vous le trouve ! Des primates au CRDA, de vrais primates. Hahah ! Quelques millions de crédits gaspillés. C'est plutôt des millions de crédits qu'ils devraient me donner oui ! Ahahah. Regardez comme ce monde est beau ! »

La victoire intellectuelle était le plus délicieux des triomphes pour le gradé. Il continua à se vanter, pendant que le reste de la flotte émergeait d'hyperespace. Chacun à sa place, pas un seul vaisseau heurtant un autre, malgré la taille imposante de la cinquième division. Ses calculs étaient par-faits ! Mais qui en aurait jamais douté ? La Mère du Raisonnement avait entendu ses prières et lui avait répondu. À quoi bon la Force, quand on avait un cerveau surpuissant et des turbolasers ?
À cette réflexion, son humeur changea du tout au tout. Il se rappela soudain ce pourquoi il était là, et sa vision revint sur le Zabrak emprisonné. L'état-major les envoyaient ici, car le colonel Cinder pensait qu'il y avait là des vestiges survivants à Cathar. Des restes Sith. Un Siniteen, malgré tout le brillant de son intelligence, était aussi un individu extrêmement émotionnel. Le simple souvenir du capitaine Buckler dans sa chambre d'hôpital entouré de droïdes médicaux suffit à faire entrer l'officier dans une colère aussi noire que subite. Il en avait presque les larmes aux yeux !


« - Sommes nous à portée de tir ? Réclama-t-il immédiatement. »

Dirich frotta sa corne tout en passant derrière l'écran de radars devant lequel était affairé un droïde.

« - Et à portée de radars. Mais c'est un peu prématuré. Faudrait p'tet confirmer une forme de vie sapiente m'sieur le vice cap'taine avant de tout atomiser... »

« - Vous me prenez pour qui, un singe ? Droïdes, lancez les scans et continuez l'approche à régime lent. Dites moi si d'autres de ces...Primates primitifs errent à la surface de la planète, dit-il à l'adresse du prisonnier maltraité »

«  - /Reçu, bien reçu./ » répondit un B1 de sa voix nasillarde tout en tapotant sur son écran.

Le Siniteen observa l'expression du captif. On avait réussi à lui extirper son nom sans trop de mal ; il était Dark Lynx, maître noir des Sith. Si l'on avait eu aucun mal à lui faire reconnaître sa culpabilité dans les événements de Muunilinst, qu'il avait même avoué avec une fierté fanatique répugnante, on avait pas réussi à lui faire avouer où avaient fui ses comparses en l'abandonnant là. Les interrogatoires musclés n'y faisaient rien, on avait fini par abandonner. Le CRDA et les organes séparatistes cherchaient activement des créatures qui auraient pu, dans la galaxie, distinguer le vrai du faux et lire les pensées. Mais l'assaut sur Korriban avait pris tout le monde de court. C'était sur l'ordre direct du colonel Cinder qu'on avait embarqué le Sith. Ses réactions étaient supposées cruciales, car dans l'état de faiblesse où il se trouvait, il n'aurait probablement plus la force de mentir. Ainsi donc, il étudia le visage (détestable et vil, si peu développé et archaïque) du Zabrak. Celui-ci arborait toujours un demi sourire d'assurance et de défiance à l'égard des séparatistes, mais la souffrance jetait une ombre sordide sur son visage.

Sur la baie, les radars affichèrent une vue lointaine de la planète. Plusieurs masses de points rouges étaient discernables. Une, en particulier, était plus massive que les autres. Mais ce n'était pas très flagrant. Ç’aurait pu être simplement une activité thermique particulière. Des geysers géants par exemple. Hm...Peut-être qu'il s'était trompé ? Le doute assaillit massivement l'esprit de Menz. Son cerveau démesuré signifiait également des émotions décuplées, et il se demandait à présent réellement s'il avait fait le bon choix. La planète était vraisemblablement abandonnée depuis longtemps...


« - Zoomez, dit Darich aux droïdes. »

L'image s'agrandit sur la zone. Il s'agissait d'une forêt marécageuse. Il y avait au centre une sorte de forme grise. Une montagne, peut-être, ou une sorte de lac. Dans le deuxième cas...On arrivait bien sur des geysers. Les tâches étaient certes éparses dans le lac, mais ça concordait bien...

« - Encore, insista le Koorivar. »

Le décor se précisa. C'étaient les cimes d'arbres tortueux et enchevêtrés, bel et bien marécageux. La zone grise, elle aussi, se précisa. Ce n'était pas un lac. On distinguait des arêtes, un relief, de la pierre. C'était de la roche taillée ; ni une montagne ni une étendue d'eau, on avait affaire à un bâtiment ouvragé. Construit d'une main intelligente, si primitive fut-elle. Les points rouges étaient éparpillés dans et à l'extérieur de la construction. Le doute n'était pas permis, il s'agissait bien d'une petite civilisation.

«  - / Estimation de population : 1 000 âmes, seuil de certitude à 98.7%./ » commenta le droïde qui s'occupait du radar.

Ils avaient bien trouvé une forme de vie. Hahah, c'était bien ça que pouvaient ressentir les archéologues lors des fouilles alors ? À nouveau victorieux, Menz Farray se sentit enivré par le parfum capiteux de la fierté. Ah, qu'il était bon d'avoir raison et les autres tort. Qu'il s'était fourvoyé à douter de ses capacités manifestement supérieures. Mais cela n'était pas tout à fait suffisant. Il se tourna vers le Zabrak.

« - Un message à faire passer à vos congénères avant qu'ils ne périssent ? »

« - Allez...En enfer. » articula faiblement le torturé. C'était toute la confirmation dont il avait besoin. Si l'esprit du Zabrak n'avait pas infirmé qu'il s'agissait de Sith, c'est qu'il avait probablement perçu le cas comme indéfendable à ses yeux. Ainsi étaient faits les esprits moindres ; puisque de leur point de vue il n'y avait aucun doute possible, il n'était pas possible de semer la confusion dans celui des autres. Ceci provenait, tout naturellement, de la souffrance manifeste où l'on avait plongé le terroriste. S'il avait été en pleine possession de ses moyens, il aurait probablement fait ployer à sa volonté l'équipage entier. Menz avait entendu que c'était ça qui s'était passé sur un monde séparatiste. Une sensitive républicaine avait réduit en esclavage un officier confédéré grâce à la Force et l'avait contraint à trahir. C'était une fin tout à fait tragique, mais le Siniteen n'avait pas l'intention de disparaître de la sorte. Son esprit n'appartenait qu'à lui et lui seul. Dark Lynx était très bien dans sa prison, à peine capable de répondre. C'était mieux ainsi.

Mais le doute n'était donc plus permis. Il avait obtenu la confirmation du maître obscur lui-même que ce qu'il avait sous les yeux était bien ce que les légendes aimaient à appeler un « bastion du Côté Obscur ». Il y avait après tout un bâtiment...Une forteresse, un temple peut-être ? Surtout, il était habité par plus de mille âmes. L'heure de la revanche avait sonnée.


« - Déployez les chasseurs, dit-il sur un ton soudain devenu sombre. Entamez le blocus. Que les contrôles droïdes assiègent la planète et les environs. Tout vaisseau non séparatiste sera abattu à vue, qu'il arrive ou fuie la planète. Évitons les mauvaises surprises. Faites descendre les autres chasseurs pour entourer cette forteresse, ou quoi que ce soit. Ne leur laissons pas l'opportunité de répliquer. Et gardez un œil sur les radars, je veux que les troupes s'orientent face aux êtres vivants. Que les Munificent assurent la garde des Lucrehulk pendant le déploiement. Au moindre corps qui va ou vient en hyperespace, je veux être prévenu. Que les frégates centrent leur radar uniquement et exclusivement sur cette tâche.  »

« - Engagez le brouillage des fréquences de communication, commenta sobrement Dirich de sa voix rocailleuse. Laissez uniquement une fréquence ouverte. S'ils doivent appeler à l'aide, il faut qu'ils puissent attirer leurs potentiels alliés. »

«  - / Bien reçu, bien reçu./ répondirent à l'unisson les B1 d'une seule voix nasillarde. »

Déjà les premiers Vautour et tri-droïdes se déversaient dans l'espace, apprêtés avant même la sortie en hyperespace grâce aux soins du Koorivar Dirich, précieux aide-de-camp du capitaine Buckler. Pour lui, et pour toutes les vies arrachées injustement lors de l'opération Frappe Noire, la Confédération allait aujourd'hui livrer justice de son poing de fer.

«  - /Blocus entamé vice-capitaine./ Configuration optimale atteinte dans quatre minutes dix secondes. Neuf...Huit.../ »

«  - /Brouillage des fréquences débuté./ Recherche exhaustive en cours.../ 300 fréquences actuellement inoccupées.../ 308.../ Recherche de canal actif.../ Effectif à 20%...23%.../ »

«  - /Déploiement des tri-droïdes et Vautours vers le sol./ Entrée en atmosphère effectuée./ Arrivée vers la surface dans sept minutes vingt secondes.../ »

Notre personnage écoutait les instructions en suivant des yeux à la fois les radars au sol et ceux orbitaux. Pour l'heure, aucun corps étranger n'était apparu aux abords de la planète, si ce n'était la terrifiante flotte confédérée. Une division entière, à laquelle s'ajoutait un autre croiseur d'unités spéciales au cas où. L'état-major avait investi beaucoup de ressources sur cette opération. Les autochtones auraient-il pu opposer une résistance à ce qui arrivait vers eux ? Cela était assez improbable. Après tout, le propre du cataclysme n'était-il pas qu'on ne pouvait pas lutter contre celui-ci ?



Cinquième division séparatiste déployée. Forces présentes :
5 Frégates Stellaires Munificent
2 Destroyer Providence
2 Vaisseaux de contrôle droïdes
1 Vaisseau de combat droïde

Destroyer Providence supplémentaire présent, commandé par la commandante Delia (non apparu dans ce RP, d'où le signalement ici car je n'ai pas fait l'exercice du détail de la flotte dans l'écrit). Ne déploie aucune troupe pour le moment.

Vautour des contrôles droïdes: ont pour tâche d'assurer le blocus autour de la planète et du périmètre, et vont aussi bien assurer l'orbite haute (pour épauler les bâtiments en cas d'invité impromptu) que l'orbite basse. Total déployé : 1 500 x 3 = 4 500 Vautour (environ 750 escadrilles). Il va de soi que le déploiement complet ne sera pas effectif directement et prendra plusieurs minutes. Il concerne l'entièreté du globe.

Vautours et tri-droïdes des Providence: descendent vers la surface, pour entourer la Citadelle. Ceci représente donc 240 Vautour et autant de tri-droïdes (soit 480 chasseurs au total). Ils doivent encercler le périmètre, et tireront donc sur tout hostile ; les Vautour, sitôt arrivés au sol, passeront en mode marcheurs pour faciliter l'encadrement de la population.
De même, cette opération de descente atmosphérique n'est pas instantanée et prendra plusieurs longues minutes.

Frégates Munificent: forment une garde rapprochée des contrôles droïdes.

Providence et contrôles droïdes: en stand by, s'approchent à très basse vitesse de Dromund Kaas

Aux potentielles victimes collatérales : nous vous ferons un joli cercueil couleur vert sapin.

_________________________

Casier d'un Kaleesh

Histoire d'un séparatiste

Formation → Corps à Corps
Level 1 → Corps à Corps
Level 2 → Corps à Corps
Level 3 → Corps à Corps
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: 21/04/2017 20:27:41    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Dark Oblivius
Nouvel Ordre Sith

Hors ligne

Inscrit le: 08 Mar 2008
Messages: 1 178
Niveau: 5
Rang: Seigneur Sith
Autre: Ex-Chevalier Jedi

MessagePosté le: 25/04/2017 08:04:22    Sujet du message: Opération Frappe Noire Répondre en citant

Le terme journée obscur était plus cocasse, mais cela résumait bien l'atmosphère de la planète. Il y avait bien une distinction entre la véritable nuit et les journées, mais la massa nuageuse et certainement la composition même de la couche protectrice de la planète avait la faculté d'assombrir le soleil.

La question étant, est-ce que les panneaux solaires pourraient tourner à plein régime ? Si le faisceau lumineux n'était pas si "lumineux"
les capteurs furent repenser pour capturer cette énergie gratuite et infinie. Les quelques machines commençant à aplanir leterrain en vu des constructions avaient besoin d'énergie. Mais les choses avançaient bien. Le temple encore en ruine il y a quelques semaines commençait à reprendre forme.

Toutefois nous étions bien loin de l'agitation qu'il pouvait y avoir il y a plusieurs centaines d'années. Le projet de l'Ordre était de refaire de cette planète une capitale du côté Obscur. Son oubli et sa discrétion était ses principales atouts.

Les premiers explorateurs des temples perdus à travers la planète venait de revenir. Quelques artefacts, quelques holocrons, rien de bien exaltant. Mais au moins maintenant, la carte devenait de plus en plus précise. Des futurs avant postes sans doute. Mais pour le moment, la plupart des ressources matériel étaient dirigé vers le temple.

Un centre de contrôle était entrain d'être préparé. Situé dans une ancienne salle d'arme au dessus de l'entrée principale. Les câbles d'alimentation venaient d'être relié au matériel. Deux anciens ingénieurs étaient entrain d'initialiser les machines. Le but était de savoir avec précision tout ce qu'il pouvait se passer aux abords de la planète.

Dark Sillious fut invité lors du lancement. Les écrans s'allumèrent montrant l'espace vide entourant la planète. Quelques astéroïde se baladant par-ci par là. Mais avant toute réjouissance pour cette avancée significative. Plusieurs échos apparurent sur les écrans et ce n'était assurément pas des astéroïde. 11 échos et vu la taille certainement des vaisseaux lourds.


- Ils sont entrain de se rapprocher, j'ai lancé un scan, et... Ce sont les Séparatiste Maître.

- Envoyez un message maintenant vers Tatooine, mise en quarantaine de la planète par une force extérieur, que personne ne prennent la direction de cette planète. A t-on des images ?

- Pas encore, le système n'est pas encore opérationnel à 100%.

- Que les Sith se rendent dans les catacombes. Je ne veux aucune résistance. Voyons voir dans quelle circonstance ils ont pu arriver ici.

- Message envoyé, étrangement il ne fut pas bloqué. Je vais essayer d'avoir une image, une fois fait, à qui dois-je l'envoyer ?

- Préparez un message pour holonet et le Sénat.

- Monsieur ?

- Si ce sont bel et bien les Séparatistes, ils attaquent illégalement une planète souveraine et sans défense. Cela peut nous donner un avantage. La diplomatie est la seule voie possible pour le moment.

Les alarmes rouges elles aussi très récente se mirent à hurler. La centaine de travailleur se précipita à l'intérieur du temple. Les Sith dirigé par la Main lui même arrivèrent dans la salle du trône. Invoquant la Force pour faire bouger l'immense paroi rocheuse. Sillious arriva à ce moment.

- Ils ne pourront pas vous détecter ici. Restez caché quoi qu'il arrive. Si jamais nous venions à être tué, par la Force je vous ordonne de les faire souffrir.

Coy - Le ciel s'assombri pour notre Ordre. Si les Séparatistes sont derrières tout cela, je doute que nous puissions nous battre.

- Je ferais tout pour protéger cette planète. Il est hors de question que ses impies s'accaparent ma planète.

Les 35 Sith rentrèrent de la pièce, la lourde roche se remit en place. Remettant sa capuche sur sa tête, Sillious s'entoura des plus puissants Prophètes et se dirigea vers la porte d'entrée.

- Que la Force soit avec nous mes frères. L'ogre Séparatiste va tenter de nous faire plier. Ne laissait rien paraître. Nous ne sommes pas une menace pour eux.

Aucun message ne fut envoyé à l'intention des Forces occupante. Les soldats déposèrent leurs armes dans des caisses à l'entrée.
Le but était simple, paraître faible et incapable de pouvoir faire du mal. Une résistance malgré la puissance des Prophète serait un simple massacre. La seule chance pour Dromund Kaas était la capacité de son illustre Prophète et s'exprimer....

_________________________
Casier= http://star-wars-rpg.soforums.com/t3914-Casier-n-200803.htm
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: 12/12/2017 05:42:03    Sujet du message: Opération Frappe Noire

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Star Wars RPG Index du Forum -> Galaxie principale -> Reste de la Galaxie -> Bordure Extérieure -> Dromund Kaas Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Legende

Nouveaux messages Nouveaux messages
Pas de nouveaux messages Pas de nouveaux messages
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets. Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.

Partenaires

Annuaires et top sites


Index | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB Fr © 2001 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com - Thème : Lyzs
Reproduction INTERDITE