Se connecter pour vérifier ses messages privés 
 FAQ
   Rechercher   Membres   Profil         Connexion 
 
Justice controversée et Espoir d'un renouveau

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Star Wars RPG Index du Forum -> Galaxie principale -> Alderaan -> Aldera -> Astroport commercial
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Anastasia
Indépendants

Hors ligne

Inscrit le: 28 Déc 2016
Messages: 63
Niveau: 0
Rang: Politicienne

MessagePosté le: 20/04/2017 17:21:02    Sujet du message: Justice controversée et Espoir d'un renouveau Répondre en citant

A l’instar de ma pensée, le temps semblait se couvrir peu à peu de nuages grisonnant. Le vent, qui n’était ce matin qu’une simple brise était devenue bourrasque. Sous cette menace, les avenues, rues et ruelles se désertaient peu à peu. les quelques rares téméraires qui restaient courraient pour se réfugier à l’abri lorsque les larmes commencèrent à ruisselèrent. Vainement, elles s’écrasaient dans un implacable clapotis contre les fenêtres du véhicule dans lequel je me trouvais. Ces gémissements parvenaient même à camoufler les vrombissements du moteur et le son des propulseurs. Je regardais passivement les éclats des gouttes de vie descendre avant d’être contrainte de disparaitre, à cause de la gravité, de mon champ de vision. Ainsi, cette eau qui venaient des endroits les plus insalubres qui soient et parfois plus bas que terre connaissaient un jour le luxe d’une divine ascendance vers les cieux… jusqu’à ce qu’insatisfait par ces dernières, l’Empyrée les chasse implacablement de son paradis.

Ce fond de pensée me fit m’interroger de manière quelque peu paradoxale au destin de la Vice-Reine Ridinia. Elle avait connu une fulgurante ascension avant de se rétamer magistralement dans son idéologie. Puis de la même manière qu’un message nerveux passerait d’une synapse à une autre, je me questionna sur ma propre existence. Après tout, j’avais vécu dans le parfait Eden jusqu’à huit ans, puis je chus sur terre… et me voici de nouveau en train de chercher à atteindre les astres. Mes ailes fracturées réparée par l’intervention d’une divine grâce semblaient bien inaccoutumé. Alors que tous laissaient à penser que moi, la digne héritière de l’influente famille de Valiesky allait connaitre les glorieux chemins de la prospérité, par une cruelle harangue, le destin redessina ces routes en les rendant aussi sinueuses que chaotiques. Gardant comme seule lumière ma foi pour me guider sans ses limbes, je traçai tant bien que mal ma voie… Puis lorsque l’apothéose vint, l’échec faillit de nouveau annihiler mes maigres filets d’aspirations lorsque Tyria me sortit de justesse de cet enfer.

Bien que cet exemple pouvait aboutir à de nombreuses théories sur l’importance de la volonté, la place de tout un chacun… la question qui se posait était la suivante : fallait-il pousser une goutte d’eau du nuage pour espérer que celui-ci devienne assez léger pour rester un peu plus longtemps dans un lieu paradisiaque… ou alors n’est-ce qu’une simple prison dorée… Devais-je oui ou non révéler les données que j’avais soigneusement placées dans mon sac à main… Devais-je faire choir Ridinia pour resplendir de nouveau ? Est-ce qu’au moins me poser cette question était légitime ? Après tout, la politique consistait en partie à saisir les opportunités qui se présentaient. D’autant plus que Tyria lui avait démontré à plusieurs reprises que les bons sentiments ne servaient à rien dans le domaine… Preuve en est par l’utilisation de miséreux sur Kessel…

Je suis une jeune enfant candide. Elle était d’une certaine manière la grande sœur que je n’avais jamais eue. Evidemment, je la jalousais, elle avait la lumière et moi, j’étais l’ombre… Elle était noble, j’étais pouilleuse… elle était le macaron j’étais le brouet… Pourtant de cette rivalité fraternelle était nait intrinsèquement une amitié. Amitié qui s’était évaporée avec la mort de Tyria et qui se retrouvait enterré sept pied sous terre. De cette nébuleuse, la voix de mon garde du corps assis à ma gauche m’extirpa.

-Nous sommes arrivés mademoiselle de Valiesky.

Emboitant le pas de mes protecteurs, à peine le premier pas mis dehors, je fus accueilli de plus belle par un homme qui déplia un large parapluie pour me couvrir de la pluie. Non sans un sourire amusée malgré la mélancolie qui pouvait pour les plus avisés se lire, je lui répondis sur un ton geai :

-Merci bien mon bon monsieur, mais j’ai toujours dans mon véhicule mon propre parapluie. Je vous remercie malgré tout de l’attention que vous me portez.

-Bien madame, veuillez excuser mon ignorance quand à ce sujet.

Cet homme repartit par la suite rejoindre ses quartiers tandis que je dépliais mon accessoire :

-Je vous suis messieurs.

Accompagnée de trois gardes du corps et d’un membre de mon ministère, nous prime la route des hangars à vaisseaux. Le vent plutôt fort me forçait à tenir mon parapluie de sorte que le panneau de toile ne se retourne pas. Ce qui n’était pas très évident. D’autant plus que les personnes qui m’accompagnaient:

-Mademoiselle, souhaitez-vous que je me charge de vous protéger de ce temps en empruntant votre ombrelle ?

-Ai-je l’air d’avoir des soucis de motricité monsieur ? dis-je sur un ton ironique qui semblait surprendre mon interlocuteur

-Non madame mais…

Je lui coupais la parole :

-Vous voyez, je vais bien. Pas de fauteuil roulant, pas de bras cassé, pas de fièvre, je n’ai pas froid. Honnêtement, je vous remercie de la prévenance que vous faites preuve à mon égard. Toutefois, je suis capable de me débrouiller toute seule. Je sais bien que vous appliqué le protocole dont vous avez obligation de le respecter. Je vous rassure donc, vous le faites très bien.

Un sourire léger mais existant fit rougir mon interlocuteur qui baissa le regard en bafouillant quelque excuses. S’il y a bien une chose que je regrettais, c’était la perte de mes libertés au profit de ma soit disant sécurité. Ce qui ne manquait pas de provoquer quelques rixes et autres tensions sous-jacentes… mais j’aurais peut-être mieux fait d’accepter son aide lorsque les baleines sous la force du vent se sont cassaient. Fort heureusement, nous n’étions plus très loin de l’abri le plus proches. Après reçut pendant quelques secondes l’abondance eau du ciel, nous passâmes la porte d’entrée de la zone réservée aux membres des haute sphères alderaanis avant de prendre une navette direction l’astroport. Le voyage fut somme toutes plutôt court, décidant tant bien que mal de restreindre le flux de ma consciente afin d’éviter de penser à l’immense sottise de Ridinia.

A peine arrivé, nous fumes accueillis par la juge suprême Sapori, ainsi qu’une dizaine de gardes alderaanis prêt à recevoir un certains colis. M’approchant avec aisance de la dame à la teinte de peau foncée et aux longs cheveux lisses, je lui serrais la main :

-Ravie de vous revoir madame Sapori. J’escompte le fait de ne pas vous avoir trop fait attendre.


-C’est un honneur pour moi de rencontrer en personne celle qui est devenue récemment la Vice-reine. Ne vous tourmentez pas, nos hôtes ne sont pas encore arrivés. Il semblerait que la position de Vice-Reine vous sied bien. Il est dommage de commencer votre prise de fonction par une affaire aussi sordide mais une fois ce contretemps régler je suis certaine que vous pourrez commencer à entreprendre votre ambition de manière plus efficace. Mais nous n’allons pas rester ici debout alors qu’une salle nous a été préparée avec des sièges.

Suivant la juge Sapori, nous atteignîmes, une salle assez modeste en soit possédant une grande table avec une douzaine de chaises autours. Bien que je connaissais personnellement cette dame au haut statut, nos échanges ne dégageaient aucun trace d’une quelconque once de bon ressenti… pourtant ce n’était pas le cas ! Mais le protocole prévalait. La juge demanda à nos gardes du corps respectifs de nous laisser seuls temporairement dans la salle. Elle s’installa sur la première chaise qu’elle trouva et m’invita à mon tour à m’asseoir. Je m’exécuta.

-Comment allez-vous Anastasia ?

-B-Bien je vous remercie madame Sapori. Mais vous n’êtes pas obliger de me vouvoyez. Vous êtes mon ainée.

-Allons, vous n’êtes plus une enfant voyons. Qui plus est, vous êtes aujourd’hui la Vice-Reine. L’époque où vous n’étiez encore qu’une bambine est loin désormais.

Madame Sapori était une femme provenant de la plèbe. Je l’eus connu par le biais de ma défunte mère de substitution lorsque nous avons eu quelques troubles financiers et que cette femme acquitta cette dernière. Femme au grand cœur et avec des idéaux de justice noble, cela faisait plus d’onze années qu’elle siégeait à la cour de la gentry et d’ici quelques à peine plus d’une demie année, elle sera remplacée. Le dossier de l’affaire Kessel serait donc la dernière affaire sur laquelle elle aurait un pouvoir de décision. Il ne restait plus qu’à espérer que son successeurs serait aussi digne qu’elle.

-Vous avez très certainement raison. Mais j’en oublie la politesse. Je ne vous ai pas retournée votre question afin de m’enquérir de votre état.

-Disons que ce n’est pas la période la plus calme que la cour ait connue. Nous sommes harcelés par les journalistes et autres oiseaux de ce genre sur l’affaire. Et les rumeurs vont bon train ! Il me semble plus que judicieux qu’une fois la sentence donnée, il vous faudra intervenir pour calmer les mœurs des aldraanis et ainsi les rassurer.


Je fronçais les sourcils ne sachant que répondre à cela. Enfin, ce n’est pas que je ne savais pas répondre mais plutôt que j’étais prise entre deux sentiments contraires qui semblaient me plonger dans un gouffre. Soit je dissimulais la culpabilité de la Vice-Reine et n’entachait pas son prestige posthume soit, je lançais la lame qui anéantirais définitivement l’OPNA et propulserait Tyria au centre d’un scandale. Néanmoins, en choisissant la première option, je sacrifiais mon intégrité, les valeurs que je défendais, dissimuler des preuves à une autre personne que j’affectionnais et par-dessus tout je faisais une croix sur une arme à double tranchant… ma réflexion devait certainement être longuette puisque mon interlocutrice repris la parole :

-Quelque chose vous turlupine ?

Fouillant mon sac à main, je ressortais le précieux datapad et le posa sur la table :

-Bien sûr que je ferais un discours…. Néanmoins, j’ai bien peur que l’affaire Kessel ne prenne la tangente vers la disproportion.

-Pourriez-vous être plus claire ?


La juge était suspendue à mes lèvres. Je l’avais fait, désormais aucun retour en arrière n’était possible. Je m’apprêtais à libérer l’arme de sa prison…

-Juste avant de vous rejoindre, j’ai reçu au sein du palais la visite d’un hutt… celui-ci commença à lancer des inepties sur la précédente Vice-Reine et assura quel devait de l’argent à une soit disant société fantome… cependant, il s’est avéré que cette société est un penchant criminelle et que la Vice-Reine par le biais de l’OPNA est commanditée le meurtre du directeur de la prison de Kessel ainsi que l’exfiltration du diplomate alderaani travaillant pour l’Organisation des Planètes Non Alignées. La commande est consigné dans ce registre. Je n’en ai pas encore parlé au roi Organa et au conseil dirigeant…

-Vous avez bien fait… certainement auraient-ils souhaité étouffer l’affaire dans l’œuf. Toutefois, pourquoi Tyria Ridina aurait-elle commit une pareille bavure ? C’est invraisemblable. J’imagine que le hutt veut être payé pour obtenir son silence.

-effectivement, malgré le fait que la somme que sa demande soit plutôt faible niveau coût…


Une nouvelle fois, elle me coupa la parole :

-ce n’est pas une question d’importance de la somme mais d’éthique. La Justice doit être la même pour tous ! Qu’importe le statut et l’influence d’autrui, personne n’est censé se soustraire aux lois. Vous avez fait le bon choix.


Elle regardait attentivement la dette de Tyria avant de reprendre :

-Même pour une somme aussi menue, nous devons garder la tête froide. Accepter cette offre serait la porte ouverte aux chantages. Si une telle information venait à fuiter, ceci aurait eu l’effet d’une bombe si les médias avaient appris cela.

-j’ai argué le même raisonnement que vous. Toutefois, je pense que ce n’est là que le pic d’un iceberg. Cet accord n’aurait pu passer sans qu’aucun membre de l’OPNA ne s’aperçoive d’une telle demande. D’autant plus que vouloir libérer une personne pour qu’il évite un jugement… l’OPNA y est pour quelque chose c’est plus que probable.

-ne seriez-vous pas guider par votre animosité envers l’OPNA pour tenir de tel propos ? Il suffit qu’elle ait influençait une seule personnalité ou deux pour faire taire le passage de ce message.


Il est vrai que je voulais voir l’organisation de Ridinia disparaitre. Cette affaire était un ressort pour moi pour en terminer une fois pour toutes avec cette immondice qui nous avait couté cher… trop cher…

-Je suis désolée…


-Toutefois, il est certain que nous allons réquisitionner toutes les archives de l’OPNA. Faites malgré tout attention à ne pas vous laissez guider par vos émois. Cela pourrait vous envoyer dans les tréfonds d’un abime. Le peuple vous a plus que largement montré la confiance qu’il avait dans votre idéologie. Ne laissez pas un simple bouton vous démangez plus que cela.

Je ne savais pas pas comment me positionner vis-à-vis de mon interlocutrice. Etant de prime vexer, son sourire me fit comprendre qu’elle n’était pas là pour me faire la morale mais pour m’aviser d’un conseil précieux. Après tout, elle avait deux fois mon âge et possédait une expérience bien plus riche que la mienne. D’autant plus qu’elle avait atteint l’un des postes les plus importants d’Alderaan. Voulant répondre à son intervention, une personne pénétra dans la salle en narrant que le vaisseau de la commission diplomatique s’apprêtait à atterrir.

-Il semblerait que ce soit l’heure. Nous en reparlerons plus tard si vous le souhaitez mademoiselle de Valiesky. Je garderais avec grande attention les données que vous venez de me fournir.

-c’est tout naturelle madame Sapori. Ne me remerciez pas pour si tu peux.

Nous levant tour et accompagné d’une quinzaine de personnes dont une douzaine de garde, nous avancions dans le corridor qui nous mènerait droit à nos invités… et à un avenir incertain.
_________________________


La douceur triomphe de la dureté, la faiblesse triomphe de la force. Lao-Tseu



Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 20/04/2017 17:21:02    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Star Wars RPG Index du Forum -> Galaxie principale -> Alderaan -> Aldera -> Astroport commercial Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Legende

Nouveaux messages Nouveaux messages
Pas de nouveaux messages Pas de nouveaux messages
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets. Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.

Partenaires

Annuaires et top sites


Index | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB Fr © 2001 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com - Thème : Lyzs
Reproduction INTERDITE