Se connecter pour vérifier ses messages privés 
 FAQ
   Rechercher   Membres   Profil         Connexion 
 
Reprogrammation forcée

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Star Wars RPG Index du Forum -> Galaxie principale -> Géonosis -> Secteurs militarisés -> Usine de droïdes
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Tericarax
CSI

Hors ligne

Inscrit le: 09 Fév 2010
Messages: 556
Niveau: 5
Rang: Lieutenant / Scientifique
Autre: Ex-responsable Hopital Central de Taris

MessagePosté le: 19/04/2017 16:18:18    Sujet du message: Reprogrammation forcée Répondre en citant

[Depuis: http://star-wars-rpg.soforums.com/t6436-Candidature-spontan-e.htm?start=30#… ]

Maria observa la jeune fille face à elle. Son regard était aussi éloquent que son silence ; pensive mais toujours dure, la séparatiste ne répondit pas vocalement à la recrue, mais ses iris étaient marqués par la déception et eux seuls suffirent pour faire passer le message ; June King (car c'était son nom) avait échoué. C'était une petite rousse que la confédérée avait elle-même repêchée et introduite aux autres recrues. Si elle n'avait pas excellé partout, elle avait toutefois démontré d'excellentes performances au tir. Maria s'était gardée de la complimenter, car rien n'était plus dangereux pour l'apprentissage qu'un ego trop flatté, mais elle avait la sensation que la soldate en devenir du nom de June serait très un agent séparatiste précieux dans le futur...Et qu'elle manquait encore d'expérience, de vision d'équipe.

Maria quitta l'adolescente des yeux. Son regard se promena sur le sol sableux et sec, avant d'arriver au pied de l'immeuble d'entraînement. Un amas circulaire de technologie gisait au sol, éclaté comme un gros œuf. Une fumée noire s'échappait de la coquille de métal, des étincelles surgissaient régulièrement au cœur de ce qui avait été jusqu'à il y a peu une fausse bombe. La bombe était une fausse, mais la chute avait été réelle ; le petit mécanisme factice avait été détruit par le choc et avait même produit une petite explosion dans ses derniers instants, quoi que pathétique et piteuse. Lorsque les dernières étincelles de vie désertèrent le pauvre dispositif, l'attention de la femme revint sur ses soldats en devenir. Oui, June manquait encore, comme la majorité ici, d'une vision d'équipe suffisante.


- Garde-à-vous soldats ! Tonna-t-elle. Comme un seul homme, tout le monde raidit le dos. Maria observait June et ses comparses sans colère. Elle savait pertinemment que la jeune fille échouerait, car elle s'était trouvée avec trois éléments perturbateurs et manquait encore de réel charisme pour fédérer ses équipiers. Vous êtes une équipe. Une grande équipe. Si l'équipe échoue, vous échouez tous. Votre réussite n'est déterminée que par la réussite de l'équipe. Que la bombe tombe d'un toit parce qu'elle vous a échappée ou que vous n'arriviez pas à la désamorcer, le résultat serait le même en situation réelle : la mort. Pas d'excuses. Vous avez tous échoués. Vous allez me faire une série de cinq cents pompes pour la peine, sac d'équipement sur le dos. Au sol, soldats ! À mon rythme...Une ! Deux ! Une ! Deux !...

Sous le ton courroucé de la lieutenante, les futurs agents C.S.I se mirent promptement dans le sable. Et les pompes débutèrent mécaniquement.

Ce fut aux alentours de la trois-cent soixante-neuvième pompe que la voix de Maria se tut. Un homme approchait dans sa direction, encadré par trois droïdes de terrain commando, modèle BX. Les BX étaient similaires aux B1. Leurs membres étaient des allumettes fines et précaires, leur visage était étrangement allongé et ovale. Mais ils se distinguaient de leurs congénères par leur coloris gris. Leur visage se dotait de deux photorécepteurs gris, pareils à des yeux. Leurs articulations étaient mieux conçues, c'étaient des droïdes d'intervention d'élite. L'homme qui s'approchait, lui-même, portait une tenue d'intervention. Il devait être plus grand que Maria d'une demi tête. Son visage était dissimulé sous un casque gris, masqué par un tissus en coton qui descendait jusqu'à son col. Plusieurs lumières étaient fixées sur le haut de son casque, mais c'était surtout son épaisse combinaison de combat qui trahissait son appartenance à un corps d'élite.

Les droïdes cessèrent leur marche rigide avec leur maître, qui fit un garde-à-vous à l'adresse de notre femme. Celle-ci renvoya la courtoisie, portant la main à sa tempe.


- Lieutenante Maria, je suis le capitaine Thieris Buckler, cinquième division.

- Capitaine... ? Nous n'attendions pas une visite de ce genre...


Elle se tourna vers ses propres recrues, qui se relevaient une à une, par curiosité de la scène atypique. Elles devaient elles aussi se mettre au garde-à-vous, on ne parlait pas de n'importe quel officier...

- Passons les formalités, dit l'homme, percevant ses pensées. Comment avance la formation ?

Maria observa à nouveau ses recrues, puis le casque de Buckler. La première phrase qui traversa ses pensées fut « Les équipes ont échouées pour l'instant à désamorcer une bombe mais j'ai bon espoir », mais elle ne la prononça pas. Ce n'étaient pas les échecs, mais les réussites qui intéressaient le capitaine. On dispensait après tout aux soldats des formations très accélérées, pour les approfondir ensuite selon leur spécialisation et à travers des interventions sur le terrain. La question de l'homme était simple : « les soldats sont-ils prêts à une première intervention ? ».

- Elle avance mon capitaine. Rien à signaler de particulier. Nous avons quelques experts en tir, ajouta-t-elle à l'intention de la jeune King.

- Bien, commenta son supérieur. Sont-ils prêts à un déploiement ?

- Négatif mon capitaine. Ils n'ont pas encore la discipline suffisante.


- Ce ne sera pas un soucis pour ce déploiement, lieutenante.

Ce déploiement ? C'était si vague...Maria ne pouvait pas juste abandonner ses petits protégés dans le noir de la sorte, elle en était simplement incapable. Elle savait pertinemment que ce qui allait suivre lui vaudrait sans doute une réprimande...Mais elle ne voulait décidément pas les lâcher sans savoir ce qui les attendait.

- La cinquième division ne peut-elle pas effectuer ce travail ?

Un des BX rétorqua d'une voix grave :

- / Erreur 2250-1. Vous n'êtes pas habilitée à connaître ces informations./ Protocole numéro 49-7, lieutenante vous...

- Allons, dit Buckler, faisant taire la machine. Allons. La lieutenante Gladmoore a parfaitement le droit de savoir pourquoi ses soldats sont réquisitionnés. Lieutenante, la cinquième division est déjà mobilisée pour une opération hors de Géonosis, en bordure extérieure. Ordres de l'Etat Major, sur demande de la commandante Délia. Les hommes se préparent à partir alors que nous discutons, et seront en hyperespace dans moins d'une heure. Je ne me joins pas à eux, car je sors tout juste de l'hôpital. Convalescence provisoire, qui fait que l'hyperespace m'est prohibé, à mon grand regret...
L'intervention se déroule sur Géonosis même, lieutenante. Vos hommes ne seront pas les seuls à intervenir, loin s'en faut, ils seront accompagnés et encadrés par un bataillon entier de droïdes.


Il lui tendit un datapad. Elle saisit l'objet. Un texte en lettres bleues était rédigé. L'en-tête indiquait « Affectation de mission ». Maria le parcourut des yeux, silencieuse. Le capitaine ne troubla pas sa lecture, lui aussi muet. Seuls les pompes des soldats venaient emplir le silence, un halètement continu et à l'unisson, sous la chaleur brûlante et sèche de la matinée Géonosienne.


***

Usine de production ZKK-4SOOFM-9
Surface de Géonosis

Le capitaine Buckler, jumelles en main se tenait à couvert derrière un ample rocher. Ses yeux scrutaient à travers les jumelles artificielles un bâtiment à peine sorti de terre ; c'était une usine de production, enfoncée dans le sol. Seules quelques cheminées et sas permettaient d'en distinguer l'existence. C'était un iceberg d'acier enfoncé dans une mer de sable, à bien des égards. Les jumelles de Buckler lui permettaient d'observer en infrarouge la scène, de très loin. À l'heure actuelle, il guettait un B1 qui avançait lentement vers l'un des sas. Le soldat de fer avait été mobilisé sur ses ordres, et progressait à un rythme de marche tranquille. Lorsqu'il se trouva à cinq mètres du sas, celui-ci s'ouvrit. Le droïde poursuivit sa marche. Brusquement, un laser rouge jaillit de la gueule d'acier sombre et fit exploser la tête du B1. Buckler abaissa ses jumelles et les rangea à l'arrière de sa ceinture, avant de se tourner vers les troupes, derrière lui.

Un bataillon entier, soit sept cents quatre-vingt quatre droïdes de combat. À ce chiffre tout à ait respectable s'ajoutait également une dizaine d'hommes et de femmes, aliens comme humains. Au milieu de l'essaim ocre de droïdes, les soldats fraîchement formés arboraient une tenue nécessaire pour survivre aux rayonnements nocifs de Géonosis en pleine journée ; une combinaison noire épaisse et un casque respiratoire, également doté de vision nocturne intégrée. Sur le casque comme sur les épaules, l'or confédéré revenait, ainsi que des bandes bleues subtiles et discrètes. Légère , c'était une tenue faite pour l'efficacité avant tout et l'une des nombreuses tenues des forces d'élite séparatiste pour l'intervention en terrain hostile. Toutefois, le casque était également conçu à la façon de ceux des Troopers de l'Empire Démocrate puis Sith ; un matériau étudié pour absorber les lasers et protéger son porteur en le faisant sombrer dans l'inconscience en cas de choc trop violent. C'était le même genre de tenue qui avait sauvé la vie au bon capitaine sur Muunilinst...Ça, et un droïde d'élite nommé Elder.


- Il s'agit d'une chaîne de production, indiqua Buckler. Selon nos rapports les plus récents, les droïdes à l'intérieur sont subitement devenus fous et agressent tout ce qu'ils considèrent comme une menace. Plusieurs ingénieurs et responsables des chaînes d'assemblage sont portés disparus et n'ont probablement pas réussi à s'échapper des chaînes de production. Leur sort est encore inconnu. Nos objectifs, soldats, sont simples. Neutraliser les droïdes hostiles. Sauver les travailleurs piégés dans la chaîne de production. Enfin, trouver l'origine de l'agressivité droïde pour arrêter le phénomène dans les plus brefs délais. Les activités thermiques indiquent que les chaînes de cette usine fonctionnent encore. Il est tout à fait possible que les droïdes continuent à produire des homologues avec la même défaillance de programmation. Soldats de fer, votre objectif sera les chaînes de production. Vous fournirez une couverture à nos unités de chair, dont la mission sera de trouver les ordinateurs qui programment les chaînes, et de les reprogrammer ou à défaut de les neutraliser.
Régiment, en avant, marche !


Et les droïdes se mirent en route, d'un seul mouvement, à en faire trembler le sol. Un OOM vint au côté de Buckler, et les deux prirent chacun une paire de jumelles pour observer la situation et la commander. Le capitaine serait volontiers allé directement sur le terrain, mais l'état major lui avait formellement interdit de repartir en tête d'escouade tant que ses blessures n'étaient pas entièrement guéries. À son plus grand regret. Qui savait où pouvait donc bien aller sa division, à la demande de la commandante Délia ? Menz et le reste de l'équipe sauraient se débrouiller sans lui ? Sous le soleil brûlant de Géonosis, le capitaine resta pensif, alors que les premiers droïdes pénétraient le complexe, harcelés par des tirs en provenance de l'intérieur.

_________________________

Casier d'un Kaleesh

Histoire d'un séparatiste

Formation → Corps à Corps
Level 1 → Corps à Corps
Level 2 → Corps à Corps
Level 3 → Corps à Corps
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: 19/04/2017 16:18:18    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
June King
CSI

Hors ligne

Inscrit le: 05 Avr 2016
Messages: 25
Niveau: 0
Rang: Recrue

MessagePosté le: 20/04/2017 13:41:01    Sujet du message: Reprogrammation forcée Répondre en citant

Lorsque June avait rejoint sa supérieure, qui se trouvait en bas du bâtiment, pour lui expliquer avec regrets l'échec - plus que ridicule et risible qui avait eu lieu sur le toit quelques instants plus tôt - de l'exercice, cette dernière lui fit comprendre, à l'aide d'un simple regard, toute sa déception et sa frustration qu'elle avait sur le cœur à cet instant. Avait-elle des remords d'avoir choisi June comme meneuse pour cet exercice ? Seule elle pouvait le savoir, et, peu importe ce que June disait pour expliquer l'erreur qui avait conduit son groupe à cet échec. Elle avait tout bonnement et simplement échoué dans son rôle de meneuse de groupe, et rien d'autre n'était à souligner.

Après sa petite explication afin de sauver, un peu, l'image de son groupe, les autres membres - toujours composé d'un Cathar, d'un Rodien et d'un Twi'lek - arrivèrent à leur tour... Heureusement que le bâtiment avait des escaliers en son centre, cela avait fortement aidé à une descente rapide pour ces derniers.

Quand les membres se placèrent en face de Maria, ces derniers n'étaient pas beaux à voir ; le Cathar avait les poils du crâne tout ébouriffés avec un peu de sang séché sur les poils à certains endroits, et une partie de son équipement avait été déchiré lors des échanges de coups. Le Twi'lek n'était pas mieux à regarder, il avait des griffures sur tout le visage avec la lèvre inférieure ouverte, et un mouchoir à l'intérieur de sa narine gauche pour arrêter le saignement, ainsi que, lui aussi, une partie de sa tenue déchirée. Quant-au Rodien, lui, se tenait la tête en gémissent légèrement quand cette dernière bougeait. Le coup qu'il avait reçu sur la tête avait dû être violent.

Il n'y avait pas à dire, c'était une belle équipe de bras cassés - au sens, presque, propre du terme - dirigée par une jeune fille émotionnelle et totalement imprévisible dans ses faits et gestes...


À peine descendu du toit, que les chamailleries recommençaient entre le Cathar et le Twi'lek, en face, même, de Maria. Pendant que June, voyant le Rodien encore sonné par l'écrasement du Twi'lek, lui demandait si tout allait bien. Mais tous s'arrêtèrent dans leurs petites occupations quand les mots "Garde à vous" résonnèrent en face d'eux. Ni une ni deux, tous se mirent aussi droit qu'un I en écoutant ce que Maria avait à dire et à leur expliquer : À savoir qu'ils avaient tous échoué et qu'il n'y avait pas d'excuses possible, du fait qu'en situation réelle, ils seraient tous morts et disloqués. Et, pour les punir, cinq cents pompes !

Hein ?! Fit June de surprise, en entendant le nombre de pompes à faire.

Mais pas le temps d'être surpris ou d'essayer de marchander le nombre de pompes, pour en faire le moins possible - comme essaya le Twi'lek - que Maria donna le rythme à suivre.


Faire un nombre, presque, irréalisable de pompes avec tout l'équipement d'entraînement sur le dos, accumulé à cela la fatigue du précédent exercice, et le soleil brûlant et asséchant qui frappait continuellement le cuir des recrues, était plus que difficile, voire, mortel pour certain. June en fut la première touchée ; elle s'écroula par terre vers la cent quinzième pompe, en se faisant écrasé entièrement par l'important poids de son équipement se trouvant sur son dos, en toussant à quelques reprises pour retirer un maximum de poussière qui stagnait dans ses narines et sa bouche tout et ayant le visage aussi rouge que le soleil lui-même, et en transpirant à grandes gouttes.

Ce fut avec un courage immense et une respiration rapide, en serrant les dents et en repositionnant les paumes de ses mains contre le sol, qu'elle se releva avec énormément de difficulté pour reprendre sa série et faire bonne impression durant cette punition, qu'elle croyait devoir finir avant les autres, et sans se plaindre, du fait qu'elle se considérait comme fautive si le groupe n'avait pas réussi à mener à bien l'entraînement.


Toujours dans une souffrance dés plus désagréable et épuisante, June continuait, tant bien que mal, ses pompes sous un mercure qui ne lui laissait aucun répit. Et, aucun nuage pour lui venir en aide avec un peu d'ombre, rien. Il fallait une concentration et un mental d'acier pour parvenir à réaliser cette punition... surtout avec des énergumènes perturbateurs, pires que des ennemis, qui n'arrêtaient pas de se disputaient à côté d'elle, brisant, ainsi quelques secondes, sa concentration durement obtenue lors de ce supplice.

Puis, n'en pouvant plus d'entendre le Cathar et le Twi'lek continuaient, encore, à se disputer. Et ce, même en faisant des pompes. June commençait à faire des petits commentaires.

Ils commencent doucement à me gonfler ceux-là ! Dis doucement June serrant les dents en se relevant lors d'une pompe. Arrêtez ! Je compte pas refaire une autre série de cinq cents pompes ! Dit-elle un peu plus fort en commençant la descente d'une nouvelle pompe, avant d'en avoir vraiment marre et de dire. Mais vous allez fermer vos mouilles, oui ? Ou vous voulez que je vous mette à chacun une avoine ?! Dit-elle en criant sourdement lorsqu'elle était proche du sol au moment d'une autre pompe, pour que Maria ne l'entende pas.

Forte heureusement, Maria ne regardait pas dans leur direction au moment des échanges... Ou tout au moins, elle ne regardait plus dans leur direction, mais quelqu'un d'autre. Il devait s'agir d'un haut gradé, puisque Maria se mit au garde-à-vous en le saluant militairement et respectueusement. Ce fut la première fois que June voyait Maria agir ainsi, avec au temps de respect. Elle l'avait déjà vu se mettre au garde-à-vous devant un supérieur, mais jamais de cette manière. D'ailleurs, ce fut si étrange, qu'elle demanda à ses recrues de se relever afin qu'elles fassent de même.


Soulagement et délivrance. Le supplice des pompes était fini, et s'envolait avec lui cette douleur qui devenait de plus en plus intense dans les articulations des bras. June se relevait difficilement sur ses jambes en essuyant légèrement son front juste avant de se mettre au garde-à-vous. Comme l'avait demandé Maria. Le Capitaine, qui se faisait appeler : Thieris Buckler, demanda ensuite des nouvelles des recrues, et savoir si elles étaient prêtes pour un déploiement.

Une mission ? Déjà ? Se dit-elle intérieurement.

La pensée de June était juste, puisque le Capitaine Buckler expliqua quelques détails à son sujet. À l'entende de cette dernière nouvelle, le Rodien faillit tomber dans les pommes. La pression était trop forte pour lui, apparemment. Mais si la pression était trop forte pour certain, d'autre, en en l'occurrence, étaient surexciter à l'idée de cette première mission. Le Cathar n'arrivait plus à cacher son sourire avec les yeux pétillants, et le Twi'lek tremblait d'excitation en sautillants discrètement. Tandis que June, qui était en nage, et assoiffée, écoutait attentivement la discussion de ses supérieurs.


L'heure était donc venue de se préparer pour la première mission. Chaque des recrues allèrent à son casier respectif dans la salle d'armement afin de se changer et de mettre leur uniforme de combat. C'était une tenue noire épaisse, renforcée sur les articulations afin de les protéger. Elle pouvait sembler lourde et encombrante, mais elle en était tout le contraire. Elle était souple et épousée parfaitement le corps pour de meilleures libertés de mouvement. Elle était aussi capable de protéger son porteur des effet néfastes du soleil de Géonosis ou de certaines radiations . Cette combinaison était aussi accompagnée d'un casque doté de nombreux options ; comme la vision nocturne, un recycleur d'air, ou encore, un système bien étrange, qui fait en sorte de plonger son porteur dans un coma artificiel après un choc violent. Quoi qu'il en soit, la préparation était importante, surtout qu'une fois dans le véhicule, les recrues ne pourraient pas faire marche arrière pour aller chercher des objets oublier.

Une fois la tenue adéquate sur chacune des recrues, celles-ci se dirigèrent vers les véhicules qui allaient les emmener pour le début de leur histoire au sein de la C.S.I. Pour leur première mission.


La route était passée rapidement. June n'avait même pas eu le temps de discuter avec les autres, ou de se perdre dans ses pensées - comme elle avait l'habitude de le faire - qu'elle était déjà arrivée, en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire. Quand la porte arrière du véhicule s'ouvrit, rapidement le soleil brûlant de Géonosis frappa de nouveau son visage en éblouissant ses yeux, la rendant aveugle quelques instants. Une fois la vision de ses yeux - encore larmoyants à cause du soleil - habitués à son nouvel environnement, elle s'avança dans un couloir créé par les droïdes afin de retrouver les autres recrues qui étaient toutes entourer par des centaines de droïdes, en écoutant le Capitaine Buckler donner des détails sur le mode d'opération de cette mission, afin de reprendre cette usine sous contrôle.

Une fois le speech du Capitaine Buckler fini, les droïdes se mirent en marche en même temps, créant un vacarme assourdissant pour les organiques présents. Les premiers pas firent trembler le sol au point de faire sursauter June en regardant autour d'elle en se demandant, quelques secondes, ce qu'il se passait, quand ils prirent la marche. C'était impressionnant, tous ces droïdes qui marchaient à l'unisson. Ils faisaient, certes, un boucan pas possible. Mais toujours en rythme.


Alors que les premiers droïdes passaient à l'attaque, à l'entrée de l'usine, les recrues commencèrent à douter et à discuter entre elles des pourcentages de survie pour cette première mission. June fit de même, elle commençait à réfléchir... Un peu trop, même. Surtout qu'au moment où elle sortit de ses pensées, elle était devant la porte de l'usine, où, à l'intérieur des droïdes combattaient déjà contre leurs semblables défectueux. Rien que d'apercevoir, depuis l'entrée de l'usine, tous ces droïdes combattre entre eux, laissait croire à gigantesque abattoir. Il ne manquait plus que le sang et tout y était.

Pourquoi devait-elle foncer là-dedans, tête baissée, en compagnie de ses camarades et de ses droïdes ? Pourquoi les organiques étaient avec les droïdes, d'ailleurs ? Pourquoi n'étaient-ils pas autre part ? Dans une autre entrée ? Toutes ses questions sans réponses... Surtout que de se demander tout ça lors d'une bataille n'était pas la meilleure des idées. En effet, perdue dans ses tonnes de questions sans réponses, June ne s'était pas rendu compte qu'elle était en plein milieu de la bataille - et que les autres recrues s'étaient déjà cachées pour esquiver les tirs ennemis - et qu'un droïde défectueux la prenait pour cible. Elle n'eut le temps que de fermer les yeux quand elle entendit le tir du blaster se déclencher.

Par chance, un droïde allier se mit entre elle et le tir, pour la protéger.

Ce "sacrifice" réveilla June, qui se cacha, tout de suite après, derrière une grande caisse métallique. Les droïdes ennemis étaient plus nombreux à l'intérieur que ce que le Capitaine avait dit, visiblement. Et la situation n'était pas vraiment à leur avantage pour le moment. Cette mission ressemblait plus à une mission suicide qu'à une mission de sauvetage. Et si elle n'était pas rapidement finie, les droïdes ennemis allaient très vite prendre d'avantage de la situation, du fait que cette grande usine continuait, sans s'arrêter, d'assembler d'autres B1.

Les tirs venaient de partout dans cette entrée d'usine, impossible de faire un pas sans être en danger, et la porte du fond n'était pas inaccessible, à cause des droïdes ennemis. La seule solution, à peu près, sûre, pour le moment : étaient les conduits d'aérations. Par chance, l'une d'elles était en bas d'un mur, sur la gauche de June. Dans un moment d'adrénaline, elle courut jusqu'au grillage d'aération - qui était assez gros pour qu'une personne puisse y entrer - et l'ouvrit avant d'y pénétrer à l'intérieur - sous l'œil, plus que surpris du Cathar qui n'était pas loin - et de prendre à gauche, afin de rejoindre l'autre côté de la porte inaccessible.
_________________________
Fiche du personnage
Casier (update : 19.06.17)
Revenir en haut
Tericarax
CSI

Hors ligne

Inscrit le: 09 Fév 2010
Messages: 556
Niveau: 5
Rang: Lieutenant / Scientifique
Autre: Ex-responsable Hopital Central de Taris

MessagePosté le: 06/05/2017 13:19:22    Sujet du message: Reprogrammation forcée Répondre en citant

Le sol éclata et vomit vers le ciel une cheminée rouge, jaune, grise, un champignon opaque et volatile qui se répandit comme du lait dans une tasse de thé ; un nuage haut et large, de coton – mais il était tissé de sable, qui étincelait sous le jour écrasant en de multiples paillettes, et des facettes ocres en traçaient le contour et le cœur. Mais du cœur du nuage jaillissaient des rayons lumineux, des faisceaux énergétiques rouges vifs, qui hurlaient en allant vers l'horizon, en plongeant vers le ciel, en meurtrissant les dunes alentours.
Leurs cibles n'étaient pas le décor Géonosien, dont les brûlures seraient oubliées à la prochaine tempête, non. Les tirs frappaient une armée mécanique qui plongeait à présent, armes en avant, droit dans la brume de sable. Les soldats étaient robustes et d'acier. Ignorant les déluges de sable comme de lasers, ils avançaient droit vers leur objectif. Parfois un tir ennemi en frappait mortellement un au visage, il s'effondrait, terrassé, mais ses camarades ne pleureraient pas sa disparition ; ils étaient des droïdes, et les droïdes étaient une armée que ni la peur, ni le temps, ni la mort, ni la menace n'arrêtaient.



« - / Entrée des troupes confirmées dans l'étage supérieur capitaine./ »

Le capitaine Buckler se détourna de la scène de guerre. Les lourds tanks confédérés arrosaient les couloirs intérieurs de tirs ravageurs, permettant aux troupes de se frayer un chemin dans les couloirs - chauffés à blanc et fondus par les monstrueux canons et par la puissance des armes laser.
La voix cybernétique qui venait d'annoncer la nouvelle appartenait à un droïde modèle OOM. Il se tenait raide, devant une carte en trois dimensions du champ de bataille, diffusée grâce à plusieurs caméras agencées en cube, qui projetaient l'hologramme complet et animé de la situation en temps réel. L'usine était un complexe principalement situé sous la surface, tout en profondeur.
Sous les sept étages de montages, une pièce centrale était éclairée de rouge, au milieu de la structure représentée en bleu. Dans les couloirs, les troupes miniaturisées étaient également représentées ; celles-ci remplissaient tout l'espace, combattant avec ferveur. Le relief industriel offrait un couvert propice pour les défenseurs, qui s'en servaient à merveille pour contenir l'avancée des troupes légitimes – les agresseurs justes que commandait Buckler.


« - / Selon nos données, le cœur de production est toujours pleinement actif capitaine. », indiqua le droïde.

La production sortait sans cesse de nouvelles troupes. Il était évident que le temps d'assemblage n'était pas instantané, mais le front était dans une impasse. Les forces à la surface ne pouvaient poser le pied dans le hangar, car celles déjà entrées était bloquées dans un affrontement qui serait vraisemblablement une guerre d'usure. Ce qui donnerait le temps à de nouveaux renforts fraîchement produits pour débarquer. Les troupes avançaient, mais trop lentement. À ce rythme, il serait impossible d'atteindre l'ordinateur, situé en plein cœur, dans la zone rouge.


« - Comment progressent l'équipe spéciale ? » s'enquit Buckler.

Le droïde montra plusieurs petites formes bipèdes dans la structure. Elles étaient éloignées du front, toujours en retrait de la bataille, mais terriblement immobiles aussi ; l'une d'elle était coincée dans des canalisations ! L'homme fronça les sourcils. C'étaient sur ce groupe que reposait tout le succès de l'opération, quelque part. Certes, il était aussi possible de faire entrer en jeu les droïdekas, mais c'était un coût additionnel exorbitant, quand on aurait tout aussi bien pu laisser les forces sapientes et organiques faire leur travail. Elles ne devaient, après tout, pas s'exposer trop au danger. Mais on était jamais trop prudent. Thieris Buckler engagea une communication directe avec l'un des droïdes sur le champ de bataille. C'était un B2 d'une rare compétence, grâce à quelques bugs de programmation qui lui avaient conféré une indépendance étonnante.


« - Sergent B-344, me recevez-vous ? »

« - /Affirmatif/. » répondit la voix aigu et vibrante du soldat de fer.

« - Regroupez tous les membres de l'unité d'intervention spéciale. Ils sont encore en formation, vous avez pour ordre de les garder vivants et de les amener jusqu'à l'ordinateur principal. Nous vous transmettons leurs coordonnées. »

« - /Oui mon capitaine./ »

Buckler quitta des yeux l'hologramme du bâtiment pour se tourner vers la grande cheminée de sable, toujours suspendue en l'air, mais qui descendait lentement vers le sol. Les lasers s'en échappaient toujours, et les légions robotiques s'y noyaient une à une, disparaissant dans l'obscurité de la terre sous ce linceul minéral en guise de ciel. Le sergent B-344 était un B2 exceptionnel. Il avait l'efficacité opiniâtre et les tirs précis caractéristiques de son modèle, mais il avait également un caractère moins brutal ; si un B2 classique n'hésitait pas à abattre les B1 face à lui pour avoir un angle de vue plus dégagé, B-344 savait faire preuve de plus de finesse. Il comprenait la notion de protection comme de sacrifice. Il serait un excellent guide pour les soldats de Maria dans ce terrain hostile. Lorsque l'humain se tourna à nouveau vers la carte holographique et posa ses yeux sur la localisation présumée de l'ordinateur central, il remarqua soudain un détail qui lui avait jusqu'ici échappé. Soudain curieux, étonné, il désigna à l'OOM ce petit point, juste à côté du cœur présumé. Le droïde hocha de la tête.

« -/ Ce n'est pas un droïde./ »

« - En effet, dit Buckler. C'est un humain. »



• Les objectifs pour ta personnage demeurent inchangés, comme tu t'en doutes
Nous allons à présent changer d'exercice RP.
• Tes objectifs HRP sont les suivants: tu vas devoir faire preuve d'indépendance dans le RP. J'entends par ici que, à moins que tu ne sois bloqué ou n'aies besoin d'aide, je te laisse avancer librement à l'intérieur du bâtiment. Appuie toi rigoureusement sur le contexte qui est posé (sur la localisation du front notamment), mais tu peux (je dirais même dois) en dicter aussi l'évolution dans tes RPs à venir: puisque cette histoire se construit à deux mais que tu en es l'actrice principale, tu as le même pouvoir de création que moi. L'usine ici produit des modèles B1 et B2, aucun prototype complexe et inédit. Tu auras également saisi que le droïde B2 B-344, sergent, va venir à votre rescousse pour vous regrouper et vous accompagner du mieux qu'il peut vers les plus bas niveaux. Note bien qu'il s'agit d'un personnage secondaire, donc voué dans la narration à guider et aider ta personnage, mais pas à effectuer les actions d'éclat.

En résumé, tu vas devoir prendre les initiatives dans les tours à venir, effectuer les descriptions et poser l'ambiance si cela s'avère nécessaire, en bref prendre le rôle "actif". Mes messages avec B-344 seront quasiment toujours en réaction à ce que tu feras, il est donc essentiel que tu fasses avancer.

N'hésite pas à avancer significativement, mais surtout à bien savourer l'instant et l'écrit. Comme tu l'auras deviné, mon emploi du temps est assez chargé IRL, aussi, si tu ressens le besoin d'avancer dans l'écrit, ne m'attends pas.

N'oublie pas que la patience est la première qualité d'un joueur sur un forum RP, mais que la patience signifie aussi et surtout "se donner le temps et la latitude pour bien développer une aventure RP", plus même que "attendre que mes camarades postent".

Teri'.

_________________________

Casier d'un Kaleesh

Histoire d'un séparatiste

Formation → Corps à Corps
Level 1 → Corps à Corps
Level 2 → Corps à Corps
Level 3 → Corps à Corps
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
June King
CSI

Hors ligne

Inscrit le: 05 Avr 2016
Messages: 25
Niveau: 0
Rang: Recrue

MessagePosté le: 11/05/2017 05:54:20    Sujet du message: Reprogrammation forcée Répondre en citant

La bataille, qui se passait dans le hangar de l'usine, était toujours aussi violente et infernale, et ce, même après plusieurs minutes. Il n'y avait aucun moment de répit, aucun moment pour la peur ou pour se poser des questions, ainsi qu'aucun moment où le doigt - se trouvant sur la gâchette - ne se détendait un peu, entre deux tirs.

La bataille pour accéder à l'intérieur de la bâtisse, afin de désactiver les droïdes de type B1 et B2 - qui continuaient d'être assemblés et de venir à la chaîne sur le champ de bataille, en ne laissant aucun moment de répit aux troupes mécaniques, comme organiques qui se trouvaient sur le terrain - ne semblait s'arrêter. Et pour couronner le tout, il n'y avait pas d'autres chemins ou moyens pour pénétrer l'intérieur de l'usine, que de franchir cette armée mécanique qui se dressait devant eux pour passer cette porte se trouvant au bout du hangar. C'était la seule porte et le seul chemin possible du fait que l'usine se trouvait sous terre.

Alors, comment faire ? Il faudrait qu'un miracle ne se produise pour que toutes les troupes organiques, et mécaniques, en ressortent vivantes...

Continuant d'avancer rapidement et légèrement en panique à cause des tirs de blasters qui traversés ces froides et sombres canalisations d'aérations métalliques, où l'on n'apercevait pas le fond, que June fut surprise par un son assez aigu qui venait de sa poche arrière gauche de la combinaison au bas du corps. C'était un "bip" aigu qu'elle avait souvent entendu durant sa formation, un son qui venait d'un petit appareil qu'elle avait complètement oubliée de mettre à son oreille avant le début de la mission. Ce son, qui se répété sans cesse, venait en réalité d'une oreillette de communication.

Se plaquant complètement au sol pour échapper aux tirs des blasters qui traversés les canalisations d'un peu partout, June mit son oreillette à son oreille gauche afin d'écouter la voix qui essayait de communiquer avec elle. Mais rien ! Il n'y avait que du bruit blanc et quelques parasites auditifs, et, la bataille qui avait lieu de l'autre côté des conduits n'arrangeait en rien l'écoute des quelques mots qui pouvaient être compréhensibles dans des circonstances normales, et ce, même en tapotant instinctivement dessus pour tenter de capter une meilleure qualité.

Après quelques secondes, June abandonna l'idée de capter le signal de son communicateur, et reprit sa route dans les canalisations en esquivant les tirs de blasters, comme par magie...

...Au même moment...

Alors que la bataille continuait de faire rage à l'entrée, l'une des recrues : Un Cathar, venait d'avoir une idée plus que folle et dangereuse, mais drôlement efficace : il demanda à plusieurs personnes de rassembler un maximum d'explosifs en tous genres, et un B1... n'importe lequel.


...Transition...


June - toujours présente dans les conduits d'aération - s'arrêta à un carrefour avec à sa droite une canalisation qui était plus petite que celle qui se trouvait en face d'elle. Regardant cette canalisation, elle commença à hésiter. Devait-elle prendre à droite ? Ou devait-elle continuer tout droit. L'envie de prendre à droite était forte, et voir un conduit plus petit que les autres était intrigant. Et, pour une raison inconnue, elle savait qu'elle allait faire une bourde en prenant une autre direction que tout droit, mais l'envie d'aventure prit très vite le dessus et elle tourna, finalement, à droite.

L'excitation commençait, tout doucement, à se faire ressentir de plus en plus. Surtout qu'elle était loin des tirs de blasters qui traversaient le métal des canalisations de tous les côtés. Se sentant plus en sécurité, grâce à cela, elle pouvait laisser ses émotions et ses envies prendre le dessus sur sa survie et sa sécurité.

Heureusement, la poisse légendaire de June fit de nouveau surface, et en avançant dans les conduits d'aération, June ne fit pas attention au trou qu'il y avait dans celui qu'elle empruntait, et chuta ! Le réseau d'aération de l'usine de production partait dans tous les sens : à la verticale, en horizontale, en diagonale. Ce que June découvrir à ce moment précis. La chute qu'elle venait de faire était un conduit vertical qui était joint au conduit qu'elle était en train de traverser... et, étant excitée par l'aventure, elle n'avait pas fait attention à ce trou dans lequel elle était en train de dévaler bruyamment.

Quand elle atteint finalement le fond du conduit, elle entendit dans son oreillette pour la première fois, et ce, très clairement, les mots : "Attention" et "chute". Ce qui lui donna un petit pouffement de rire, avant d'émettre un petit gémissement de douleur.

Me faites pas rire, j'ai mal aux fesses. Répondit-elle en rigolant un peu.

Mais la chance ne semblait pas vouloir la lâcher, aujourd'hui. Surtout quand elle entendit un droïde parlé et un autre qui lui répondit tout de suite après. Elle se mit alors à ne plus faire de bruit, et avança à pas de loup pour continuer son chemin. Mais à un moment, plusieurs tirs de blasters traversèrent le conduit d'aération dans lequel elle se trouvait. Elle venait d'être repérée, et elle savait que ces droïdes allaient donner l'information aux autres très rapidement.

...Au même moment...

Alors que June continuait son aventure à travers les conduits d'aération qui semblait plus que dangereux, le Cathar - qui accompagnait souvent June durant les formations en équipe - qui avait eu l'idée du B1 kamikaze, finissait de préparer à bien son plan. Le B1, qui avait été choisi, ne fit aucune résistance à l'idée de se suicider pour mener à bien le plan, et fut même fier qu'on l'ait choisi, lui, plutôt qu'un autre. Les droïdes avaient-ils, parfois, des sentiments ? Dans tous les cas, celui-ci n'en aura bientôt plus. Quand le B1 fut totalement prêt, le Cathar fit signe au reste du groupe que "l'opération explosion", comme il l'avait appelé au moment de sa création, pouvait commencer.


...Transition...


Toujours dans les conduits d'aération, June était en train d'esquiver les tirs de blasters des B1 déprogrammés en fuyant aussi vite qu'elle le pouvait. Elle n'avait qu'un seul chemin pour fuir et se sortir de cet enfer... mais les conduits, à cet endroit, étaient plus petits que les autres et rendaient son déplacement, à l'intérieur, plus difficile. Et pour couronner le tout, le conduit dans lequel June se trouvait, devenait de plus en plus fragilisé avec les impacts de tirs, et commençait à émettre d'étranges sons de froissement de métal.

En effet, le conduit d'ération se mit à s'écrouler lourdement alors que June était sur le point de le franchir entièrement. La chute de June fut assez violente, puisqu'un grand bout du conduit dans lequel elle était s'écroula sous ses pieds, mais aussi sur sa tête, l'assommant légèrement quand elle atterrit au sol et en face des B1 qui pointaient leurs blasters sur elle, en lui ordonnant de se rendre. Voyant June sans défense, l'un des deux B1 s'approcha d'elle, en la prenant toujours en joue. Mais June, dans un moment de réflexe ou de peur, prit un bout de métal du conduit d'aération, qui se trouvait à côté d'elle, et désarma le B1 en le frappant au niveau de ses mains tout en se protégeant, tout de suite, après, du tir du deuxième B1 avec le même bout de métal. Malheureusement, le métal fut transpercé par le tir du blaster qui toucha l'épaule droite de June.

Après avoir reçu le tir dans l'épaule, June lâcha par douleur, ou par surprise, le bout de métal qu'elle tenait pour se défendre, puis fonça sans réfléchir, la tête la première, sur le B1 le plus proche d'elle en le poussant violemment jusque sur le deuxième pour les faire tomber. Après cette action, elle se retrouva au-dessus des deux B1 qui s'excusaient entre eux, tout en demandant poliment à June de bien vouloir se relever pour qu'ils puissent la tuer amicalement. Ce que June ne voulait pas, bien sûr. Mais elle ne pouvait pas rester indéfiniment dans cette position, elle avait une mission à mener à bien, et devait vite en finir avec eux pour ne pas qu'ils puissent vite en finir avec elle. Elle regarda, alors, à droite et à gauche et vit un blaster à côté d'elle, et en se relevant elle ramassa rapidement l'arme, avec sa main gauche, et tira sur les deux B1 plusieurs fois, pour qu'elle soit sûre qu'ils soient complètement détruits.

Après avoir neutralisé les B1, elle lâcha l'arme au sol en se dirigeant vers, se qui semblait être, une sorte de grand panneau de contrôle, ou une immense console avec des boutons de plusieurs couleurs, et d'autres avec des chiffres dessus, et une fente pour insérer une clef, ainsi que des lumières qui clignotaient chacunes avec un rythme différent.

La pièce n'était pas spécialement grande et les murs étaient gris avec une grande porte à l'arrière. Mais ce n'était pas le plus important, le plus important était la vue qu'offrait la pièce juste derrière la console, il y avait une immense vitrine qui offrait une vue sur ce qui semblait être l'usine de production.

La vue était monstrueuse... En regardant par la vitrine, June vit, à quelques étages plus bas, au moins une dizaine de rangs avec une quarantaine de B1 et de B2 à l'intérieur. Tous avec une arme et prêt au combat. Sans parler de ceux qui étaient, encore, en production. En voyant ça, June essaya de contacter l'extérieur. N'importe qui et sur plusieurs fréquences.

Est-ce que quelqu'un de reçoit ? Demanda-t-elle en ne recevant que des parasites comme réponse Je vois une armée surréaliste de B1. Tous prêt au combat. Nos forces ne seront jamais assez nombreuses. Transmettait-elle via son communicateur, sans avoir d'espoir qu'une personne ne l'entende.

Mais, il fallait qu'elle avance, elle ne pouvait pas rester là, à attendre une réponse puisque derrière la porte... la seule porte de disponible, des bruits commençaient à se faisaient entendre.

...Au même moment...

Alors que June venait d'apercevoir l'usine de production et sa grande armée. Le Cathar lança son B1 piégé sur les forces ennemis. Le plan était fou, et plus que dangereux, mais diaboliquement efficace. Puisqu'au moment où le B1 se suicida dans une puissante explosion chez l'ennemi, une immense faille se créa, et toutes les recrues et droïdes en profitèrent pour enfin franchir la porte d'entrée, leur permettant, finalement, de pénétrer l'usine et d'arriver devant les ascenseurs et escaliers, pour se diriger vers les étages inférieurs, et stopper la production.
_________________________
Fiche du personnage
Casier (update : 19.06.17)
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: 24/06/2017 23:36:30    Sujet du message: Reprogrammation forcée

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Star Wars RPG Index du Forum -> Galaxie principale -> Géonosis -> Secteurs militarisés -> Usine de droïdes Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Legende

Nouveaux messages Nouveaux messages
Pas de nouveaux messages Pas de nouveaux messages
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets. Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.

Partenaires

Annuaires et top sites


Index | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB Fr © 2001 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com - Thème : Lyzs
Reproduction INTERDITE