Se connecter pour vérifier ses messages privés 
 FAQ
   Rechercher   Membres   Profil         Connexion 
 
Un vieux fou pour guider le talent
Aller à la page: 1, 2  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Star Wars RPG Index du Forum -> Galaxie principale -> Cathar -> Nids de Kiltik
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Korax Endatoménès
Imperium

Hors ligne

Inscrit le: 16 Mai 2016
Messages: 128
Niveau: 1
Rang: Major
Autre: Chevalier

MessagePosté le: 14/06/2016 21:16:53    Sujet du message: Un vieux fou pour guider le talent Répondre en citant

Korax marchait déjà depuis une heure, à peu près. Il était habillé comme à son habitude: il portait son long manteau noir sur un tee-shirt et un pantalon gris. Il portait son masque mais avait gardé ses lunettes dans la poche de son manteau, juste au cas où. Il faisait chaud et sec. Il savait pas exactement ce qu'il cherchait: les nids de Kiltik, sans doute une grotte ou au moins un trou.Le jeune homme avançait à pas rapides, mais pas très assurés; il avait peur de décevoir. Il observait la nature autour de lui sans y faire réellement attention. Il était entouré de plaines immenses, s'étendant à l'infini. C'était assurément différent de sa planète natale, Yaga Minor, couverte de forets impénétrables. Son esprit était focalisé sur le moyens de trouver l'entrée du quartier général des chevaliers impériaux.

*Il y aura sûrement des gardes à l'entrée, je dois donc chercher des soldats.* pensa l'ingénieur.

Et il se mit à scruter ce qui l'entourait pour voir le moindre signe de vie. C'était peine perdue, il ne pouvait pas regarder où il allait et scruter les alentours. Les indications que le chevalier lui avait données n'étaient pas très précises.

Enfin il arriva devant ce qu'il pensait être le camp où il devait aller. C'était un large trou, qui donnait sur un mur, probablement en béton et épais d'une trentaine de centimètres, un mur de bunker sur lequel une porte se dessinait. La porte devait être blindée car il ne voyait pas de poignée. À droite de la porte se trouvait une machine qui semblait être un lecteur de cartes. Il n'y avait pas de gardes, comme il l'avait pensé durant son trajet. Le silence était total. Il s'approcha, et commença à descendre dans le nid, la pente était douce mais le terrain inégal. L'humain faisait bien attention à ne pas glisser pour ne pas avoir l'air ridicule avant même son arrivée à la commanderie. Il arriva au niveau de la porte au bout d'une pénible minute et observa la machine plus en détails. Il s'agissait bien d'une liseuse de cartes magnétiques, la dessus il avait eu raison.


*La carte que le recruteur m'a donné sert sans doute à entrer, essayons.*

Le jeune homme sort la carte et la passe dans le lecteur. Il entends un bruit mécanique au niveau de la porte. La porte s'ouvre rapidement vers l'intérieur. Le bunker semblait récent, ni le mur ni même le lecteur de cartes n'avait d'éraflures ni de rayures. Le garçon réajuste son masque et son manteau et entre, le pas encore moins assuré, dans la grotte aménagée. Il était en avance, normalement... Il n'avait pas de montre, mais essayait d'être un minimum ponctuel pour faire bonne figure. Le bunker était fortement éclairé; le sol était fait de plaques de métal pour qu'il soit praticable.

Un chevalier, qui semblait méditer, était assis au sol. C'était un humain au cheveux gris, qui portait une barbe et une moustache fournie ainsi que l'armure réglementaire des utilisateurs de la force impériaux. Korax fit un pas pour s'approcher de l'homme qui se leva, jetant un regard intrigué sur la recrue.

_________________________
Ordre et Progrès.


Korax




[url=http://star-wars-rpg.soforums.com/t6581-Fiche-de-Korax-Endatom-n-s.htm[/url]
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 14/06/2016 21:16:53    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Hivernus
Imperium

Hors ligne

Inscrit le: 15 Mai 2015
Messages: 725
Niveau: 2
Rang: Seigneur de Guerre

MessagePosté le: 15/06/2016 12:14:22    Sujet du message: Un vieux fou pour guider le talent Répondre en citant



~ Chevalier Wilhelm Barristan ~ 


Le destin jouait parfois des tours étranges à ceux qui y croyaient. Un vieux fou, voilà ce qu'il était aux yeux de ses camarades durant l'apogée impériale. Bien que formé aux arts obscurs à l'instar de tous les chevaliers impériaux, Barristan avait rapidement été en désaccord sur la voie à suivre. La Force qui était utilisée comme une arme par les Sith et leurs adeptes, ne semblait être qu'un outil aux yeux de Wilhelm. A vrai dire, il accordait une certaine place à la méditation, très prisée chez les Jedi et bien souvent méprisée des Sith. Il n'accordait d'ailleurs aucune valeur aux codes Sith et Jedi, jugeant que la Chevalerie Impériale devait se munir de son propre code. Il ne cachait même pas son mépris pour les utilisateurs du Côté Obscur, dont les intérêts personnels les amenaient souvent à entrer en conflit et donc à semer la discorde dans l'Empire.

On se demande souvent comment il avait réussi à survivre à ses propos, qui pouvaient être considérés comme étant une forme de trahison envers le régime et son Empereur. Quoi qu'il en soit, il semblait évident pour lui de s'exiler afin de suivre sa propre voie. Il décida durant un temps de rejoindre le groupe clandestin du chevalier Froome, avant de disparaître à nouveau, tel un fantôme.
Il s'isola sur une planète paumée de la Bordure Extérieure, vivant alors comme un ermite au fond d'une cabane à peine plus grande qu'une cabine dans un vieux vaisseau cargo. Sans toutefois s'initier aux mystères et aux philosophies de la Force et du Côté Obscur, il semblerait qu'il passa plusieurs années à expérimenter techniques de combat et diverses façon d'employer la Force.
Lorsqu'il eût vent de la défaite de l'Empire et la fin de ses Vestiges, Barristan y vit là l'occasion de retourner dans la lumière, il avait passé trop de temps dans l'ombre, à attendre qu'une occasion se présente.

Le voilà sur Cathar. Une planète qui ressemblait à peu près à ce qu'il avait pu voir durant ses dernières années. Les mains posées sur ses genoux repliés, il méditait à même le sol. Il projeta son esprit dans la Force avec une certaine sérénité, confiant. Il pouvait sentir les battements de cœur réguliers d'un petit lézard qui escaladait sans précipitation l'une des multiples parois de l'endroit avant de porter son esprit vers un lieu plus froid et moins accueillant. Son corps fut parcouru d'intenses frissons l'espace d'un instant. Le Côté Obscur... il envahissait peu à peu le quartier général des chevaliers impériaux. Barristan avait mis en garde Famine sur sa façon d'entraîner les nouvelles recrues. En les initiant aux arts obscurs, elle faisait d'eux des proies de choix pour les Sith. Il était d'ailleurs étonnant qu'une adepte du Côté Obscur ait reçu le commandement de la Chevalerie Impériale... quand on savait que l'Impérium était supposé aider la CSI à traquer les survivants de cet Ordre.
Mais qui était-il pour donner ainsi son avis ? Il n'était qu'un soldat. Il suivait les ordres et acceptait cet état de fait.

Le chevalier se focalisa à nouveau sur sa méditation, quelque peu troublée par l'influence du Côté Obscur. Le vieil homme ne tarda pas à ressentir une présence dans son dos.


- Lorsque l'on se retrouve devant son maître, la moindre des choses serait de se présenter jeune homme, avança calmement le sensitif en armure rouge, avant de se relever. Mais passons... je suis le Chevalier Wilhelm Barristan, mais tu peux tout simplement m'appeler "Maître".

Barristan était relativement imposant pour une personne de son âge. On devinait aisément une musculature puissante sur un corps mis à rude épreuve durant de nombreuses et douloureuses années d'entraînement. L'armure et la cape que portaient les chevaliers impériaux ne font que renforcer cet aspect visiblement. L'homme détailla un instant son futur apprenti. Un gringalet portant un masque étrange, voilà qui était intéressant. Mais l'apparence physique n'avait que peu d'importance. Ce garçon avait sûrement de précieux talents à exploiter. Il restait toutefois un détail à régler...

- Il va falloir te trouver une tenue digne de ce nom, continua sèchement le chevalier en posant son regard noir sur les habits du natif de Yaga Minor, tu vas être amené à représenter l'Impérium et ses intérêts et ce n'est pas cet accoutrement ridicule qui fera de toi un des nôtres.

Barristan tourna les talons, faisant voler sa cape pourpre au passage. Il invitait silencieusement le nouveau à le suivre. Plusieurs minutes passèrent, durant lesquelles le duo arpenta des couloirs vides. Seuls les bottes qui tambourinaient le sol se firent entendre et empêchaient l'endroit de sombrer définitivement dans un silence morbide. Finalement, l'homme s'engagea dans un nouveau couloir, puis passa le seuil de l'armurerie. D'un simple geste de la main, il indiqua à Korax de rester à sa place, tandis que lui-même se mettait à fouiller dans un casier.
D'un revers de la main, il hôte une une fine pellicule de poussière accumulée sur une armure en cuir qu'il présente à l'aspirant-chevalier. Physiquement parlant, elle ressemblait vaguement à celle portée par les sensitifs impériaux. Les seules différences étaient qu'elle semblait plus légère que l'armure traditionnelle et offrait une protection moins importante que cette dernière. Mais elle suffisait amplement à protéger un apprenti.


- Ma première armure. Elle n'a pas beaucoup servi. Prends-en soin. Le vieil homme fit ensuite le tour de la salle, jusqu'à arriver aux râteliers des armes. Le Chevalier Impérial est avant tout un combattant. Est-ce que tu as reçu une quelconque formation ? Si la réponse est non, je te conseille vivement la vibro-lame. C'est une arme équilibrée et idéale pour les novices. Mais libre à toi de faire ton choix.

Vibro-lames, vibro-haches, piques de force et bâtons électriques, il y en avait pour tous les goûts. Barristan croisa les bras sur sa poitrine et guetta du coin de l’œil le gringalet. Son imposante barbe cachait presque le sourire qu'il avait en coin.


Je te laisses faire un petit tour par les utilitaires et modifier ton casier en fonction de ce que tu achètes. Sinon l'armure ressemble à ce qui suit en dessous.
 
 

_________________________
« Les empires naissent et s'effondrent... mais le Mal demeure éternel. »


Formation de base : (Close Combat.)
Formation lvl1 : (Close Combat.)
Formation lvl2 : Tireur d'élite.


Second compte : Baron Rissk !
Revenir en haut
Korax Endatoménès
Imperium

Hors ligne

Inscrit le: 16 Mai 2016
Messages: 128
Niveau: 1
Rang: Major
Autre: Chevalier

MessagePosté le: 15/06/2016 16:28:17    Sujet du message: Un vieux fou pour guider le talent Répondre en citant

Les deux hommes faisaient à peu près la même taille, mais le chevalier était taillé comme un roc. Korax, surpris par cette introduction, fit immédiatement claquer ses talons, par réflexe. Son nouveau maître paraissait strict, mais pas méchant, un caractère qu'on rencontre souvent dans l'Imperium. Barristan l'invita à le suivre. La recrue souffla, il s'attendait à bien pire, les officiers, qu'ils soient impériaux ou pas, avaient une très mauvaise réputation. Le chevalier s'engouffra dans un couloir qui s'enfonçait dans les profondeurs.

Les murs des corridors n'étaient pas murés, on y voyait la terre et la roche. Le sol et le plafond étaient en métal, le plafond étant soutenu par des colonnes qui montaient de chaque côté du chemin, à intervalle régulier. La base était un vrai labyrinthe, des chemins partaient de tous les côtés, dans toutes les directions. Tandis qu'ils évoluaient dans la base, Korax était un peu perdu. Il espérait qu'il n'aurait pas à trouver la sortie de ce dédale seul. Il n'avait pas un très bon sens de l'orientation sous la terre et n'avait pas fait attention aux directions à prendre aux croisements.

Au bout de quelques minutes, Barristan s'arrêta devant une porte. La base semblait déserte ils n'avaient croisé personne, ni entendu aucun bruit à part celui de leurs pas. Cela ne gênait pas le jeune homme qui savait que les chevaliers étaient peu nombreux et se doutait que la base avait été construite pour accueillir un grand nombre d'hommes. Le maître ouvrit la porte, c'était le salle d'arme. L'homme fit signe au natif de Yaga de ne pas bouger. Ce qu'il fit en se mettant au garde à vous. Barristan entre, ouvre un casier et en sort une armure en cuir un peu poussiéreuse et la tends au novice. L'armure est constituée d'un plastron léger muni d'épaulières en acier et de manches légères, de gants assez massifs, d'une ceinture large avec des poches, de jambières et de bottes.

Le chevalier lui demande ensuite de choisir une arme. Korax pose son armure sur la table au milieu de la pièce et se dirige vers les râteliers d'armes. Korax, ne s'étant jamais battu, suis les conseils de son maître et prends une vibro-lame basique pour aller la tester sur le mannequin prévu à cet usage. Il tient la lame dans la main gauche, en haut de la garde pour une meilleure prise. Il donne quelques coups dans le mannequin, principalement de la droite vers la gauche, avant de se rendre compte que ses coups manquent de force. Il réfléchit quelques secondes avant de trouver une solution: une lame plus longue mais aussi plus lourde trône sur un ratelier; il pourra donc compenser son manque de force par le pouvoir de l'inertie. Il retourne au niveau du mannequin et le frappe. Ses coups sont un peu moins rapides mais beaucoup plus puissants. Il se retourne et fait face au chevalier. Il lui demande:


-Puis-je prendre cette vibro-lame maître ?
_________________________
Ordre et Progrès.


Korax




[url=http://star-wars-rpg.soforums.com/t6581-Fiche-de-Korax-Endatom-n-s.htm[/url]
Revenir en haut
Hivernus
Imperium

Hors ligne

Inscrit le: 15 Mai 2015
Messages: 725
Niveau: 2
Rang: Seigneur de Guerre

MessagePosté le: 15/06/2016 22:50:58    Sujet du message: Un vieux fou pour guider le talent Répondre en citant



~ Chevalier Wilhelm Barristan ~



L'aspirant-chevalier décida de faire confiance à son maître et s'empara d'une vibro-lame. Voilà un choix judicieux. L'homme était bien souvent de bon conseil, malgré la sombre réputation dont il jouissait auprès de ses frères d'armes. Il se demandait d'ailleurs un instant ce qu'ils devenaient, avant de trouver cela stupide. Ils étaient probablement tous morts lors des différentes batailles opposant l'Empire aux rebelles. Ce fut le bruit de la lame fendant l'air qui le ramena à la réalité. Le chevalier détaillait en silence chaque mouvement exécuté par l'élève. Il était maladroit et grossier dans ses gestes. Il n'avait sûrement jamais touché à une épée de sa vie... du moins pas avant ce jour. Il tenait son arme à une main, comme s'il s'agissait d'une brosse à chiotte. Barristan ne pouvait pas lui en vouloir mais son visage restait implacablement froid et sans expression.
Néanmoins, le vieil homme eût la satisfaction de voir l'apprenti rectifier le tir tout seul, lorsque celui-ci décida de troquer son arme de fortune pour une lame plus longue et plus lourde. Un choix qui s’avérait intéressant. Le chevalier impérial comprit aisément la démarche du gamin qui frappait avec plus d'entrain le mannequin. Le fait qu'il prenne des initiatives était une bonne chose. Barristan ne voulait pas d'un demeuré attendant sagement qu'on lui donne des ordres. Car après tout, si le natif de Yaga Minor devait un jour être l'un des leurs, il lui faudrait gagner en autonomie.


- Puis-je prendre cette vibro-lame Maître ?

Le colosse en armure pourpre passa une main dans sa barbe fournie, avant de doucement hocher la tête. Le gamin manquait encore un peu de confiance.

- Et bien... si cette arme te convient, tu peux la garder. Répondit avec simplicité Barristan qui s'approcha ensuite de son interlocuteur sans s'arrêter de le fixer avec ses pupilles noires et dénuées d'émotions. J'ai quelques petits conseils pour toi. Tu tiens ton arme comme un paysan et ta position est mauvaise. Tu dois positionner tes pieds à la largeur des épaules si tu veux pouvoir porter des coups puissants sans perdre l'équilibre. Tu devrais également tenir ton arme à deux mains, histoire de frapper avec plus d'ardeur ton adversaire. Cela te permettra également de prévenir plus facilement les attaques adverses. Retiens ces deux petites choses et peut-être que tu survivras quelques secondes de plus à ton premier affrontement. Je pourrai t'apprendre deux ou trois choses supplémentaires mais je dois t'avouer que j'ai envie de voir de quoi tu es capable contre un véritable ennemi, armé uniquement de ta vibro-lame et de tes instincts de survie. Encore une chose... N'oublies pas d'enfiler ton armure !

On pourrait presque surprendre un sourire s'étirer le long de ses lèvres. Visiblement, l'armurerie ne semblait être qu'une antichambre pour une salle bien plus grande. Le chevalier passa au travers des étals d'armes et d'armures afin de rejoindre la salle des entraînements. L'endroit était tout simplement immense et divisé en deux zones. La première zone était entièrement consacrée au parcours d'obstacles qui se jetait directement dans le vide. Un gouffre apparemment sans fond s'offrait à la vue des deux impériaux de ce côté de la salle. On pouvait néanmoins entendre le torrent murmurer en contrebas. La seconde zone était aménagée de sorte à accueillir les combats les plus féroces qui soient et offrait suffisamment d'espace pour que plusieurs groupes s'affrontent en duel. Barristan se tourna vers son apprenti en souriant doucement, cette fois-ci, il ne se cachait pas derrière sa grosse barbe inexpressive.

Comme revenu d'entre les morts lors d'une vision cauchemardesque, un vieux droïde de combat de type Aggressor s'extirpait du gouffre à l'aide de ses griffes. Il semblait être rongé par la rouille à plusieurs endroits, tandis qu'à d'autres, il était légèrement recouvert d'une fine couche de mousse. Comme si la machine avait passé un long séjour dans un endroit peu recommandable, oubliée de tous.
Un bruit strident et désagréable envahissait peu à peu l'endroit, dont l'écho se répercutait sur les parois abruptes du ravin. Le droïde, qui n'avait aucune considération pour son arme, laissait traîner sa lame sur le sol. A croire que ses programmations déjà bien limitées étaient sérieusement endommagées. Bien qu'étant dans un état pitoyable, l'automate pouvait se révéler être un adversaire particulièrement coriace pour un novice. Il ne tarda d'ailleurs pas à lâcher d'une voix d'outre-tombe ce qui pouvait s'apparenter à un cri de guerre, grinçant et gerbant des étincelles. Il était prêt à charger le jeune impérial et redressa sa carcasse décolorée pour se donner plus d'importance.


- Voilà un adversaire à ta hauteur on dirait... Lâcha avec ironie le vieil homme. Ne t'occupes pas de moi et concentres toi sur ton ennemi !

Barristan hocha doucement de la tête pour faire comprendre à son apprenti qu'il comptait sur lui avant de se mettre hors de portée des deux combattants. Il n'interviendrait qu'en cas d'extrême nécessité. Après tout, il s'agissait là d'une épreuve que le natif de Yaga Minor se devait de réussir. Seul... Le droïde pivota doucement sa tête arborant un masque de guerre Farghul légèrement fendu en son centre - tête qui eût plusieurs soubresauts- et présenta sa vibro-lame à Korax, en guise d'invitation. Ce dernier avait la rapidité de son côté, l'automate avait l'expérience pour lui. Voilà qui promettait d'être intéressant.




« When it hits you like a wave,
You're gonna feel the pain,
Stand and face the rain
Like a war machine. »


Like a Machine, Thousand Foot Krutch.



Le droïde est légèrement au dessus de toi niveau combat. A voir comment tu te débrouilles pour le vaincre. Je t'ai mis en dessous une image de ce à quoi ressemble ce fameux "Aggressor".


_________________________
« Les empires naissent et s'effondrent... mais le Mal demeure éternel. »


Formation de base : (Close Combat.)
Formation lvl1 : (Close Combat.)
Formation lvl2 : Tireur d'élite.


Second compte : Baron Rissk !
Revenir en haut
Korax Endatoménès
Imperium

Hors ligne

Inscrit le: 16 Mai 2016
Messages: 128
Niveau: 1
Rang: Major
Autre: Chevalier

MessagePosté le: 18/06/2016 14:48:58    Sujet du message: Un vieux fou pour guider le talent Répondre en citant

Après la réponse affirmative de son maître, Korax revêt son armure, puis sa cape. La cape était en lambeau, elle servait plus à l'esthétique de l'armure qu'a dissimuler ou tenir chaud. Ensuite, l'apprenti accrocha le fourreau de son arme à droite de sa ceinture et y rangea son imposant sabre. Il posa son manteau sur la table et récupéra le contenu de ses poches, à savoir ses lunettes et son porte-monnaie, et remplit une poche rigide avec.

Une fois la recrue préparée, Barristan ouvrit une porte assez large qui se trouvait au fond de la pièce, et fit signe au jeune homme de le suivre. La porte donnait sur une salle immense. La salle devait être le lieu où les chevaliers s'entrainaient. Elle était coupée en deux: la première partie était un parcours du combattant, situé au dessus d'un immense puits sans fond, la deuxième était totalement vide et devait servir à l'entrainement au combat. Il n'y avait personne dans la salle, à croire qu'ils étaient seuls dans la base.

Korax avait à ce moment là un très mauvais pressentiment sur la suite quand il entendit un grincement provenant du gouffre sombre. Inquiet, il mit la main sur sa lame. Un vieux droïde tout rouillé sortit du trou. La boite de conserve faisait la taille du jeune impérial, était humanoïde et portait une épée dans la main droite. Le robot semblait avoir passé quelques mois voire quelques années dans une grotte humide, il était couvert de rouille et de mousse. Se doutant de ce que son maître attendait de lui, le diplômé de l'école d'ingénierie impériale sortit sa vibro-lame et la saisit dans ses deux mains. Le tas de ferraille tendit son épée vers son adversaire avant d'émettre un bruit de métal torturé, qui devait faire office de cri de guerre. Korax lui répondit par un grand cri guttural. Ça ne servait à rien mais ça lui donnait du courage pour un combat qui s'annonçait difficile.

Le jeune homme prit l'initiative en frappant un violent coup vertical que l'automate para avec son bras gauche avant d'asséner un coup horizontal. Pris de court, le gaucher fit un bond en arrière pour ne pas finir en pièces détachées. Il para le deuxième coup en ployant sous la masse de l'arme du robot. Malgré son séjour à l'ombre de sa grotte, le tas de ferraille n'avait pas perdu ses réflexes, ce qui n'arrangeait pas l'Impérial dont la tactique initiale était de viser les articulation, bien moins résistantes que le reste. Il avait remarqué ce défaut sur tous les droïdes qu'il avait étudiés. Après quelques minutes à forcer sur ses muscles pour parer les coups, il changea radicalement de tactique: il allait attaquer par assauts, un ou deux coups, avant de sauter en arrière pour esquiver les éventuelles représailles. Cette technique marchait mais il n'arrivait à atteindre que le bras gauche que la boite de conserve utilisait pour se protéger mais il nota un progrès car la machine avait plus de mal à parer des enchaînements de plusieurs coups. Deux minutes plus tard, alors qu'il venait de passer pour la première fois la garde du droïde, en n'infligeant qu'une énième rayure sur sa carcasse, il commença à ressentir la fatigue dans les jambes. Mauvaise nouvelle car il avait besoin de ses jambes pour éviter les coups et pour charger. Il reculait, il fallait trouver une solution quand son regard s'arrêta sur l'autre côté de la salle d'entraînement.


*Je vais essayer de le pousser dans le gouffre.* pensa-t-il, *si le tas de ferraille ne rompt pas avec le choc ou ne tombe pas dans le torrent en bas, ça me laissera le temps de souffler.*

Un sourire se dessina derrière l'effrayant masque de l'élève. Il continua à reculer, mais cette fois en direction du trou à l'autre bout de la salle. Il se mit au bord et para un coup de la machine. Il évita un coup vertical et répondit par un violent coup horizontal qui plaça son ennemi au bord. Il rassembla ses dernières forces pour se déporter sur le côté, avant de gratifier le droïde d'un bon coup de pied dans ce qui, dans le cas d'un humain, aurait été l'abdomen.

HRP: THIS IS YAGA !!!!!!


En tombant, la boite de conserve fit le bruit d'un sac poubelle dans un vide ordure avant de tomber dans le torrent qui l'emmena dans un bruit de métal. Korax, soulagé, s'éloigna du ravin et souffla, les mains sur les genoux. Il était crevé.
_________________________
Ordre et Progrès.


Korax




[url=http://star-wars-rpg.soforums.com/t6581-Fiche-de-Korax-Endatom-n-s.htm[/url]
Revenir en haut
Hivernus
Imperium

Hors ligne

Inscrit le: 15 Mai 2015
Messages: 725
Niveau: 2
Rang: Seigneur de Guerre

MessagePosté le: 19/06/2016 15:03:59    Sujet du message: Un vieux fou pour guider le talent Répondre en citant



~ Chevalier Wilhelm Barristan ~



Le gamin avait plutôt de bons réflexes, Barristan ne pouvait pas le nier. Néanmoins, l'affrontement en lui-même était une catastrophe visuelle. Deux protagonistes qui n'arrivaient pas à se toucher... Cela était d'un comique sans nom. De plus, les techniques d'esquives et d'attaques de Korax ne se révélaient pas assez efficaces pour faire pencher la balance en sa faveur. Pire encore, il se fatiguait contre un ennemi qui n'avait aucune notion d'endurance, puisque celui-ci n'était qu'une simple machine. Le droïde poussait d'ailleurs le garçon dans ses retranchements et le combat commençait à perdre de son intérêt... Jusqu'au moment où les deux combattants en virent à continuer la lutte au bord du gouffre qui semblait leur murmurer des avertissements à peine voilés.
Dans une ultime manœuvre périlleuse, l'Aggressor fut mis hors d'état de nuire et disparût dans l'obscurité du ravin, non sans lâcher un ultime grincement qui se répercuta sur les parois rocheuses, venant ensuite emplir la salle de sa funeste teneur. L'aspirant-chevalier s'écarta du gouffre afin de reprendre son souffle. Il n'était pas au bout de ses peines...
Le regard plongé dans le vide, le vieux chevalier projeta ses sens dans le ravin, à la recherche de l'automate maltraité. Sa perception heurta dans un premier temps quelques rochers avant de tomber sur ce qu'il recherchait. Sans avertissement, la carcasse dégoulinante et rancunière du droïde s'abattit dans un fracas assourdissant sur Korax et le fit chuter à terre.


- Pas mal pour un premier combat. Mais tu avais un avantage certain sur le droïde, un avantage dont tu n'as pas su tirer profit. La Force. Elle est l'allié le plus indispensable à un Chevalier Impérial, après ses compétences martiales. Tu aurais par exemple pu prévoir ce que je viens de t'envoyer grâce à elle. D'un simple mouvement de la main, Barristan projeta la Force dans le corps inutile et brisé du robot, qui flotta un instant dans les airs avant de retomber mollement sur le sol. Je dois l'avouer, cet Aggressor m'a bien amusé. Je vais sûrement le garder pour d'autres élèves. Bien... Il te faut maintenant te familiariser avec la Force. Tu dois la sentir bouillonner dans tes veines. Laisses-la guider tes instincts. Concentres toi et tu pourras l'utiliser à ton avantage, même dans les moments les plus difficiles. On va voir de quoi tu es capable sur le parcours d'obstacles.

Le chevalier guida le natif de Yaga Minor jusqu'au bord du précipice dont les eaux vives grondaient dangereusement. Une vieille passerelle en bois se balançait au dessus du vide et permettait aux élèves d'accéder à un mur naturel de deux mètres dont la partie cachée se jetait directement dans le ravin. Quelques mètres de vide plus loin, plusieurs plates-formes rocheuses se dressaient fièrement, elles-mêmes séparées les unes des autres. Encore plus loin, un défilé rocheux semblait être le seul chemin praticable pour continuer le parcours.
Il fallait néanmoins être extrêmement vigilant car le sol était rendu glissant par la chute d'eau qui passait juste au dessus de la tête de ceux qui s'engageaient sur cette voie.
Il fallait également prendre en compte les nuées de chauve-souris qui avaient été réveillées par les clameurs du combat. Ces petites créatures qui volaient dans tous les sens pouvaient se révéler dangereuses si l'on ne les évitait pas.
Juste après le défilé rocheux et ses dangers subtils, l'aspirant-chevalier serait amené à traverser une caverne plongée dans le noir le plus total. La première partie de la grotte en question était jonchée de stalactites et de stalagmites assemblées en un labyrinthe qu'il fallait traverser à l'aveuglette. Il arrivait parfois qu'un élève tourne en rond durant quelques minutes, à la recherche du bon chemin à prendre. Une fois le labyrinthe franchi, il restait un ultime obstacle à passer...
Tapis dans l'ombre et les recoins les plus reculés de la caverne, un Molosse Zobérien montait attentivement la garde, prêt à attaquer tout ce qui ressemblait de prêt ou de loin à un être-vivant qu'il ne reconnaissait pas comme étant l'un de ses maîtres.
Bien que n'étant pas très malin, le Molosse Zobérien était une créature imposante, féroce et très territoriale, pourvue d'un exosquelette très résistant... nul doute qu'il serait un adversaire coriace à affronter.

Et alors que l'élève s'engageait sur le pont, une voix retentit dans son dos.


- N'oublies pas ! La Force gamin ! La Force !


Molosse Zobérien.

_________________________
« Les empires naissent et s'effondrent... mais le Mal demeure éternel. »


Formation de base : (Close Combat.)
Formation lvl1 : (Close Combat.)
Formation lvl2 : Tireur d'élite.


Second compte : Baron Rissk !
Revenir en haut
Korax Endatoménès
Imperium

Hors ligne

Inscrit le: 16 Mai 2016
Messages: 128
Niveau: 1
Rang: Major
Autre: Chevalier

MessagePosté le: 23/06/2016 21:36:10    Sujet du message: Un vieux fou pour guider le talent Répondre en citant

Korax Soufflait encore quand la carcasse rouillé du vieux droïde Aggressor lui tomba dessus. Il tomba à la renverse, pris par surprise. Barristan tonna:

- Pas mal pour un premier combat. Mais tu avais un avantage certain sur le droïde, un avantage dont tu n'as pas su tirer profit. La Force. Elle est l'allié le plus indispensable à un Chevalier Impérial, après ses compétences martiales. Tu aurais par exemple pu prévoir ce que je viens de t'envoyer grâce à elle. Je dois l'avouer, cet Aggressor m'a bien amusé. Je vais sûrement le garder pour d'autres élèves. Bien... Il te faut maintenant te familiariser avec la Force. Tu dois la sentir bouillonner dans tes veines. Laisses-la guider tes instincts. Concentres toi et tu pourras l'utiliser à ton avantage, même dans les moments les plus difficiles. On va voir de quoi tu es capable sur le parcours d'obstacles.

Le jeune homme ne répondit pas. Il savait que toutes ses parades n'étaient pas dues à ses capacités en combat mais à un miracle, ou plutôt sûrement à la Force. Depuis son enfance, il jouissait d'une chance insolente qui venait de son affinité avec la Force.
Après s'être relevé, il suivit le chevalier vers le début du parcours d'obstacles.

Le parcours commençait par un pont suspendu composé de planches vermoulues et instables. Derrière la passerelle, il réussissait à distinguer un mur, mais il n'arrivait pas à en évaluer la taille. Il n'était pas serein, il n'avait pas le vertige mais il n'avait aucune envie de mourir d'une chute idiote. Quand s'engagea sur le pont glissant, il entendit la voix de son maître:


- N'oublie pas ! La Force gamin ! La Force ! 

La passerelle devait être l'obstacle le plus facile à passer. Korax faisait quand même bien attention à ne pas se vautrer sur le premier obstacle, il serait sans doute mort et aurait été inévitablement très ridicule. Galvanisé par ses craintes, il passa le premier obstacle sans problèmes.
Le deuxième obstacle lui faisait face. C'était un mur, lisse, de deux mètres. Il attrapa le haut du mur avec ses main, comptant s'en servir pour se hisser au dessus. Il était très concentré. Il sauta, ses main se décrochèrent du mur, et retomba sur ses pieds au dessus du murs. À l'atterrissage, il manqua de tomber, n'ayant qu'une plateforme de trente centimètres de large pour se réceptionner et sous le choc de ce qu'il considérait comme un exploit, n'ayant jamais vu de forceux avant.
Le troisième obstacle: des plateformes de pierre séparées de quelques mètres. L'apprenti concentré, qui ne savait qu'il ne pourrait pas faire un deuxième saut de deux mètres de haut, prit la décision de plonger, ayant ainsi une plus grande surface pour agripper la plateforme. Il sauta tomba à plat ventre sur la pierre. C'était un peu douloureux mais il était tellement concentré qu'il le sentait pas. Cette fois, il avait un peu de place pour prendre de l'élan, qu'il prit, et sauta. Cette fois il retomba sur ses pieds, de justesse... Et il continua comme ça jusqu'à la dernière plateforme, concentré et guidé par son instinct et manquant de tomber à chaque fois, la chance ne sourit pas tout le temps... Il était comme en transe, coupé du reste du monde: il n'entendait que sa respiration et ne voyait que le parcours, tout le reste semblait avoir disparu. L'obstacle suivant était une corniche sur laquelle coulait une cascade. Le défilé était entouré de chauve-souris éveillées par les bruits du combat contre la boite de conserve de type Aggressor. Il sauta, confiant. Il atterrit sur un pied, le deuxième ayant glissé sur le sol mouillé. Après avoir retrouvé son équilibre et repris son souffle pendant un court instant, il commença à avancer, collé face au mur, pour avoir de la marge si il glissait. En effet, la corniche était large d'une soixantaine de centimètres et lui laissait donc un petit peu de marge. La traversée de la cascade se fit sans encombre les chauve souris dans son dos ne l'ayant fait sursauter que deux fois, deux occasions de mourir en plus... Le jeune homme arriva donc devant une grotte sombre dans laquelle il ne voyait rien. Mais, bonne nouvelle, il n'y avait plus de gouffre.


*Il faudra que j'ajoute la vision nocturne à mon masque*, pensa-t-il

Il enleva son masque, devenu inutile dans le noir et l'attacha à sa ceinture. Privé de la vue, il devait utiliser ses autres sens et surtout la Force pour se diriger. Il ferma les yeux, laissant la Force le guider. Il distinguait à peine les murs naturels et l'entrée du labyrinthe de stalactites et de stalagmites. Il s'engouffra dans la brèche au milieu des pieux de pierre. Il évoluait dans le labyrinthe en suivant son instinct, chose qu'il ne faisait pas habituellement dans un dédale car il connaissait la technique, suivre le mur de gauche qui le mènerait forcément à la sortie. Mais là, il n'en avait pas eu besoin, son instinct, guidé par la Force, l'y avait mené par le chemin le plus direct. Il sortit du dédale rapidement, mais l'épreuve n'était pas terminée, il sentait une présence dans la grotte, une présence hostile...
Soudain il entendit des bruits de pas lourds et saccadés. Quelque chose le chargeait! Il fit un bond de côté et sentit une légère brise sur sa droite ajoutée à un boucan d'enfer. Le bruit s'arreta juste à côté de lui, et le novice prit un coup qui le jeta au sol. Il se releva, essayant de se calmer et se déplaça pour être en mesure d'échapper à la "chose" qui le voulait pour son déjeuner. Il fallait trouver la sortie, ou vaincre ce qui semblait être un animal sauvage. Il n'arrivait pas à se concentrer sur la sortie tout en esquivant la bête. N'ayant pas le choix, il sortit sa lame en se focalisant sur son agresseur. Pour esquiver plus facilement, il se plaqua contre un mur. Il discernait l'animal, une bête possédant de nombreuses paire de pattes, une carapace et des crocs. L'animal semblait apeuré par le "regard" de Korax qui se focalisait sur lui pour essayer de le calmer ou de le faire reculer. Au contraire, l'animal fonça droit sur lui en rage. Le jeune homme évita, et l'animal se prit le mur de plein fouet, il était sonné. Cette fois il reculait, croyant que la recrue lui avait asséné le formidable coup. Korax se focalisa alors sur les murs pour trouver la sortie. En effet, dans une vision de l'esprit, il voyait une porte. Il rangea sa lame et essaya d'ouvrir la porte mais sa main passa juste à côté de la poignée, heurtant la porte, ce qui lui confirmait que c'en était une. La porte n'était pas assez large pour laisser passer l'animal, ce qui rassura notre apprenti chevalier qui ouvrit la porte et sortit finalement. Il ouvre les yeux et éternue à cause de la lumière présente dans la salle. Il ferme la porte derrière lui et remet son masque. En face de lui, se tient son maître.

_________________________
Ordre et Progrès.


Korax




[url=http://star-wars-rpg.soforums.com/t6581-Fiche-de-Korax-Endatom-n-s.htm[/url]
Revenir en haut
Hivernus
Imperium

Hors ligne

Inscrit le: 15 Mai 2015
Messages: 725
Niveau: 2
Rang: Seigneur de Guerre

MessagePosté le: 24/06/2016 17:18:44    Sujet du message: Un vieux fou pour guider le talent Répondre en citant



~ Chevalier Wilhelm Barristan ~



Un clown ! Voilà ce qu'était son élève. Un clown ! Il manqua de chuter plusieurs fois à terre et le vieillard s'imaginait déjà Korax couiner lorsque celui-ci s’étalait sur le sol ou glissait le long de la cascade. Il sursauta plusieurs fois lors du passage de quelques chauves-souris et le chevalier pensa qu'il aurait été comique de le filmer tout le long du parcours, afin de se marrer un petit coup en visionnant cette vidéo en compagnie de ses amis. Mais il n'avait pas d'amis. Autant dire que rire tout seul à gorge déployée serait plutôt... étrange... déplacé... malsain. Mais on le prenait déjà pour un fou, qu'avait-il à perdre ?
Barristan haussa doucement les épaules, son petit moment d'euphorie venait de s'achever tout aussi brutalement qu'il avait commencé. Le gamin prenait la décision d'entrer dans la grotte. Le vieil homme se fiait dès lors à la Force pour poursuivre sa surveillance. Étonnamment, le natif de Yaga Minor s'en sortait plutôt bien. Soit il était chanceux, soit la Force était avec lui. Dans les deux cas... le résultat restait décevant aux yeux du maître. Le gosse n'avait visiblement pas une seule égratignure ! Barristan fronça ses sourcils broussailleux lorsque l'aspirant-chevalier passa la porte. Il passa une main dans sa barbe, perplexe. On pouvait entendre la Molosse Zobérien couiner et gratter derrière la porte.


- Et bien mon garçon... je ne sais pas quoi te dire. La première image qui me vient en tête, c'est celle d'un babouin particulièrement maladroit mais chanceux. En tout cas, cette chance, j'espère que tu vas la garder longtemps, parce que tu n'es visiblement pas une véritable machine de combat. Mais tu t'en es plutôt bien sorti pour un novice, passons ! L'homme marqua une pause, le temps d'humecter ses lèvres desséchées. La peur. Elle ronge tout être vivant normalement constitué de l'intérieur, quelle qu'elle soit. La détermination gamin, c'est tout ce dont tu as besoin pour dominer tes craintes. La peur mène au Côté Obscur. La volonté de ne pas tomber dans les abysses, c'est ta seule planche de salut. Ceux qui sont obsédés par leurs craintes succombent au Côté Obscur et finissent par s'y perdre. Un Chevalier Impérial affronte les dangers sans émotions. Tu comprends ?

Mais avant que l'apprenti ne puisse répondre à son maître, un rugissement se répercuta sur les parois et plusieurs tremblements ne tardèrent pas à suivre l'avertissement. Dans un craquement sourd, la porte se fendit en deux, tandis que le chien de garde insectoïde se ruait avec toujours plus de puissance contre le mur de la grotte qui faisait face à la salle d'entraînement.
La façade naturelle annexe à la porte fracassée ne tarda pas à voler en éclats sous les coups furieux de la bête. Les yeux injectés de sang, la créature adressa des aboiements au duo de sensitifs en claquant fermement ses puissantes mâchoires. Instinctivement, le vieil homme se dressa entre son élève et le Molosse Zobérien. Il portait le titre de chevalier et il se devait de l'honorer. Étrangement, la bête semblait hésiter à lancer l'assaut, se contentant de japper tout en griffant le sol avec ses pattes. Plusieurs petits filaments bleutés parcoururent les doigts de Barristan et firent reculer le chien de garde. D'un mouvement vif de la main, le chevalier lança un éclair de Force qui vint s'abattre avec violence à quelques pas du Molosse Zobérien. Celui-ci finit par trouver refuge dans sa grotte n'en sort plus. A l'endroit où l'éclair avait touché le sol, il ne restait désormais plus qu'un petit trou calciné. On pouvait facilement comprendre que l'animal enragé sur le moment n'ait pas envie de subir le même sort.


- Il va falloir qu'on lui trouve un endroit... plus approprié je pense. Constata avec son calme naturel le guerrier en armure. Bien. Ce que je viens de te montrer à l'instant nécessite une maîtrise poussée de la Force, et surtout... du Côté Obscur. Seuls les plus aguerris d'entre-nous peuvent se permettre d'utiliser les arts obscurs sans toutefois en abuser. La Force reste un outil et ne doit en aucun cas être utilisée à des fins personnelles. Barristan marqua une nouvelle une pause, histoire que l'apprenti puisse assimiler ses propos. Bien. Nous allons déjà commencer par le plus simple à maîtriser. Tu vas me faire flotter dans les airs ces cailloux pendant que moi je trouve une solution pour notre Molosse préféré. On va voir si la chance continue d'aller dans ton sens...

L'homme ricanait dans sa barbe. Au milieu de la pièce, trois tas de caillasses. Le premier est composé de trois petits cailloux tandis que le deuxième tas comporte deux morceaux dont la taille avoisine celle d'une main d'homme. Un unique rocher aussi imposant qu'un pouf constitue le troisième tas.

- Ah oui j'oubliais... Si l'exercice s'avère trop facile, tu me le refais plusieurs fois d'affilé ! Lâcha alors le vieillard en s'engouffrant par le trou béant laissé par la créature.
_________________________
« Les empires naissent et s'effondrent... mais le Mal demeure éternel. »


Formation de base : (Close Combat.)
Formation lvl1 : (Close Combat.)
Formation lvl2 : Tireur d'élite.


Second compte : Baron Rissk !
Revenir en haut
Korax Endatoménès
Imperium

Hors ligne

Inscrit le: 16 Mai 2016
Messages: 128
Niveau: 1
Rang: Major
Autre: Chevalier

MessagePosté le: 08/07/2016 22:52:56    Sujet du message: Un vieux fou pour guider le talent Répondre en citant

Korax sortait du parcours quand son maitre se moqua de lui:

- Et bien mon garçon... je ne sais pas quoi te dire. La première image qui me vient en tête, c'est celle d'un babouin particulièrement maladroit mais chanceux. En tout cas, cette chance, j'espère que tu vas la garder longtemps, parce que tu n'es visiblement pas une véritable machine de combat. Mais tu t'en es plutôt bien sorti pour un novice, passons ! La peur. Elle ronge tout être vivant normalement constitué de l'intérieur, quelle qu'elle soit. La détermination gamin, c'est tout ce dont tu as besoin pour dominer tes craintes. La peur mène au Côté Obscur. La volonté de ne pas tomber dans les abysses, c'est ta seule planche de salut. Ceux qui sont obsédés par leurs craintes succombent au Côté Obscur et finissent par s'y perdre. Un Chevalier Impérial affronte les dangers sans émotions. Tu comprends ?

Soudain, le mur qui le séparait du monstre insectoïde s'effondra sous la force d'une charge dudit monstre enragé. La recrue, surprise, fit un bond d'un mètre pour s'écarter de la trajectoire de la bête. Barristan, n'ayant probablement pas envie que son disciple ou lui finisse transformé en sandwich, s'interposa. Un éclair sortit de sa main pour s'écraser à quelque millimètres d'une patte du molosse avec un bruit d'explosion digne de celle d'un moteur de Tie mal réglé, laissant une trace noire fumante au sol. Il fallait bien l'avouer, c'était terriblement classe; l'apprenti chevalier n'avait, étrangement, pas envie de déplaire à son maitre et finir comme la viande de la cantine de son université, trop cuit. Le chevalier l'avertit:

- Il va falloir qu'on lui trouve un endroit... plus approprié je pense. Bien. Ce que je viens de te montrer à l'instant nécessite une maîtrise poussée de la Force, et surtout... du Côté Obscur. Seuls les plus aguerris d'entre-nous peuvent se permettre d'utiliser les arts obscurs sans toutefois en abuser. La Force reste un outil et ne doit en aucun cas être utilisée à des fins personnelles. Bien. Nous allons déjà commencer par le plus simple à maîtriser. Tu vas me faire flotter dans les airs ces cailloux pendant que moi je trouve une solution pour notre Molosse préféré. On va voir si la chance continue d'aller dans ton sens...

Le côté obscur, cette idée semblait bien abstraite... Une force qu'on ne devait pas utiliser, pourquoi ? La soif de savoir de Korax s'éveillait en lui. Il avait beaucoup de questions sur la Force à poser. Il voulait connaitre les propriétés physiques de cette Force, sa composition, était-elle composée de photon, comme la lumière ? Pourquoi ne l'utilisions nous pas pour bâtir de choses défiant les lois de la physique ? Il devrait poser ses questions plus tard, pour l'heure il devait faire l'exercice donné par son maître.

Soulever trois tas de caillasse, ça devrait pas être trop compliqué ! Mais il devait le faire avec la Force, ce qui rendait l'exercice bien plus difficile. Il s'approcha du premier tas, composé de trois misérables graviers. Il tenta d'abord de visualiser un gravier dans la force pour ensuite le soulever. Il voyait le gravier, très précisément, et voyait seulement les contours du reste de la pièce perdus dans le bleu nuit qui colorait tout sauf le petit gravier, qui avait sa couleur naturelle. Voir ainsi rassurait le jeune homme; il ne savait pas pourquoi, mais se sentait confiant. Il tendit le bras, et le gravier obéit à son ordre implicite, il se leva. Il laissa tomber le petit gravier; il était temps de passer à la vitesse supérieure. Il visualisa les trois graviers cette fois, toujours entourés par la grande salle fantomatique et couleur vide intersidéral. Il tendit les bras vers la caillasse, et les leva. Il voulait que les graviers se soulèvent et le leur ordonnait même mentalement. Les cailloux tremblèrent d'abord, hésitants, puis se soulevèrent du sol pour se placer au dessus des main de l'apprenti magicien. Il les fit se poser au sol, en face de lui et passa au deuxième tas. Les deux pierres qui le constituaient faisaient la taille de ses poings; un peu plus lourd que son stylo... Il partait donc désavantagé. Mais c'est pas deux misérables pavés qui vont le vaincre ! Il se focalisa sur la première caillasse. La visualisant correctement, il tendit la main vers elle et lui ordonna (mentalement évidemment) de se lever, de s'arracher du sol. La pierre obéit après quelques secondes à tournicoter au sol. Il la reposa au sol pour soulever les deux cailloux en même temps. S'il avait réussi pour un, il n'y avait pas de raison pour que deux ça ne marche pas. Reprenant le même rituel, le gaucher tenta de soulever les deux pierre mais cette fois, les cailloux tremblaient et tournaient au sol mais ne s'élevaient pas. C'est tout de même pénible, les pierres désobéissantes qui refusent de voler, vous ne trouvez pas ? Au bout de mains efforts (et de dix minutes), les morceaux de caillou plièrent devant la volonté de notre apprenti chevalier préféré et, doucement, quittèrent le sol. La dernière épreuve de l'exercice était une pierre, qui devait faire la taille de la tête du cafard mutant qu'il venait "d'affronter". Korax ne se découragea pas et recommença son petit rituel, faisant confiance à la Force pour en finir rapidement. Malheureusement pour lui, la Force en avait décidé autrement et il dut "combattre" pendant dix minutes ne serait-ce que pour faire trembler le rocher. Il perdit peu à peu patience. Il ferma les poings, en proie à la haine contre ce vulgaire morceau de caillasse. Il sentait son esprit exercer une pression sur son ennemi le pavé. Au bout de quelques secondes le rocher se fissura et se cassa net en deux. Korax, épuisé mentalement, s'assit et ferma les yeux pour suivre le conseil de son maitre et faire le vide dans son esprit pour le débarrasser des sentiment qui gênent sa concentration sur la Force. Trop occupé à faire le vide, l'élève ne s'aperçut pas que le maître revenait de sa "négociation" avec l'insecte géant...

_________________________
Ordre et Progrès.


Korax




[url=http://star-wars-rpg.soforums.com/t6581-Fiche-de-Korax-Endatom-n-s.htm[/url]
Revenir en haut
Hivernus
Imperium

Hors ligne

Inscrit le: 15 Mai 2015
Messages: 725
Niveau: 2
Rang: Seigneur de Guerre

MessagePosté le: 13/07/2016 17:40:29    Sujet du message: Un vieux fou pour guider le talent Répondre en citant



~ Chevalier Wilhelm Barristan ~



Le vieux chevalier revenait en effet de la grotte lorsque le rocher fut broyé sous ses yeux. La colère parcourait son élève à la façon d'une chaleur irradiante. Et pourtant... le natif de Yaga Minor rectifia le tir en utilisant la méditation afin de se calmer et de se purger de toute émotion néfaste. Ce gosse n'était sûrement pas le meilleur aspirant chevalier de l'Ordre, mais il y avait quelque chose en lui que ses comparses n'avaient pas... Quelque chose d’intrigant, qui piquait sa curiosité. Barristan haussa doucement ses sourcils broussailleux, en proie à une certaine réflexion. Il fut rapidement tiré hors de ses pensées par le Molosse Zobérien qui lâcha un grognement sourd en comprenant que quelque chose de mauvais venait de se produire.

- La colère, comme la peur, mène au Côté Obscur. Commença le vieillard en posant une main bienveillante et chaleureuse sur l'épaule de l'apprenti. Bien évidement, certains ici te diront que la colère te rend plus fort... Et c'est peut-être le cas en effet. Mais ce qu'ils oublient de te dire, c'est que cette colère t'embrume l'esprit et te rend bien moins vigilant. Certains te diront que le Côté Obscur est plus puissant que le Côté Lumineux, mais ils oublieront de te dire que ce même Côté Obscur va agir comme un parasite et videra peu à peu de ton énergie vitale.
Quoi qu'il en soit, tu n'es visiblement pas prêt pour ça. On ressayera plus tard. J'ai trouvé une occupation bien plus... paisible. Du moins en apparence.


Le chevalier ricana doucement dans sa barbe et quitta finalement la salle d'entraînement, docilement suivi par le chien insectoïde. S'assurant que le natif de Yaga Minor suivait le pas, Barristan arpentait silencieusement les couloirs de la base, toujours aussi vides. D'une certaine façon, le Côté Obscur avait déjà eu raison de l'endroit et le vieux chevalier se sentait de trop dans cet espace corrompu par les manigances de Famine. Il ne respirait que la froideur, la souffrance et la mort. Cela lui donnait presque la nausée.
Quelques minutes plus tard, le sensitif passa le seuil d'une nouvelle salle et commença à préparer son barda.


- Le tiens est déjà prêt gamin, lâcha sèchement le maître en désignant un paquetage posé dans le coin de la pièce, j'espère que tu es plutôt endurant et motivé, car une longue marche nous attend ! Tu vas voir... ça va te muscler les jambes et t'endurcir les épaules.

Une fois que l'aspirant eût enfilé son paquetage, le chevalier ne perdit pas une minute et remonta jusqu'à la surface. Visiblement, il n'avait pas choisi la meilleure période pour une promenade de santé. Le soleil illuminait le ciel dégagé avec force et les rayons chauffaient rapidement les armures des deux sensitifs. Et en effet la marche fut longue et harassante, même Barristan semblait souffrir de la chaleur dans les plaines désertes de Cathar. Mais le vieillard esquisse un sourire, bien qu’essoufflé et ne s'arrêtait pas de marcher. Un véritable forcené. Son apprenti devrait apprendre à porter un équipement conséquent lors de trajets importants. Car en tout temps, un soldat est l'esclave de son barda, qu'il doit traîner avec lui durant voyages pénibles et combats interminables.
Plusieurs heures défilèrent avant que le vieux chevalier ne se décide enfin à faire une halte aux abords d'une forêt. Dans le lointain, le soleil déclinait et commençait à se dissimuler derrière les collines. Le chant de quelques insectes des plaines vint emplir l'air d'une douce mélodie. Mais l'heure n'était pas à la contemplation. La nuit viendrait rapidement les surprendre et ils devaient s'installer au plus vite.


- Gamin, tu vas aller me chercher du petit bois pour le feu, ordonna simplement Barristan en s'installant sur une souche vermoulue, restes sur tes gardes, les forêts sur Cathar sont bien plus dangereuses que les plaines, même si elles se font plus rares...

Et évites de te perdre surtout !


Il observa un instant le gosse qui s'éloignait du campement de fortune avant de reporter son attention sur le Molosse Zobérien qui reniflait l'air avec insistance. Si la créature remarquait quelque chose de suspect, elle préviendrait automatiquement son maître. Le chevalier entreprit donc de racler le dessous de ses bottes afin d'enlever la terre qui s'y était accumulée. Il préférait de loin l'environnement pur et frais de la nature que l'air conditionné et chargé des installations impériales. D'une certaine façon, il avait l'impression de revivre, et inconsciemment, il se projetait des années en arrière, quand il apprenait à survivre en milieu hostile.



"Petite" marche de plusieurs heures sous un soleil d'enfer avec un équipement particulièrement lourd (armure + paquetage)
N'hésites pas à décrire ce qui t'entoure et les impressions/ressentis de ton perso'
Tu as également le droit de te perdre dans la forêt et pourquoi pas... faire des rencontres ?

Je t'ai donné quelques pistes, voilà voilà, utilises les à bon escient !

_________________________
« Les empires naissent et s'effondrent... mais le Mal demeure éternel. »


Formation de base : (Close Combat.)
Formation lvl1 : (Close Combat.)
Formation lvl2 : Tireur d'élite.


Second compte : Baron Rissk !
Revenir en haut
Korax Endatoménès
Imperium

Hors ligne

Inscrit le: 16 Mai 2016
Messages: 128
Niveau: 1
Rang: Major
Autre: Chevalier

MessagePosté le: 16/08/2016 23:32:31    Sujet du message: Un vieux fou pour guider le talent Répondre en citant

Le paquetage, éternel compagnon du soldat, était lourd mais la gravité de Cathar était moins élevée que sur Yaga Minor, ce qui rendait le barda supportable. Il était composé d'un duvet avec un fin matelas intégré enroulé au dessus d'un sac massif contenant un nécessaire de cuisine, des provisions et quelques fringues de rechange. Et Korax suivit son maître dans sa "randonnée". Le soleil était écrasant, ils marchaient dans des plaines à perte de vue (pour Korax, c'est à dire pas très loin). Ce n'était pas la marche le plus épuisant, mais la chaleur, la recrue avait l'impression de se déplacer dans un four (impression détestable). Il ne se plaignait pas, de crainte de décevoir une nouvelle fois le vieux chevalier; mais il peinait à le suivre à travers la campagne de Cathar. Au bout de plusieurs heures de marche, alors que le soleil commençait à décliner, le maître s'arrêta enfin aux abords d'une forêt.

- Gamin, tu vas aller me chercher du petit bois pour le feu, lui ordonna Barristan en s'asseyant sur la souche d'un arbre récemment coupé, restes sur tes gardes, les forêts sur Cathar sont bien plus dangereuses que les plaines, même si elles se font plus rares... 

Et évites de te perdre surtout ! 


Korax posa son paquetage au sol proche de son maître. Il tituba un peu puis se réhabitua à la légèreté. Il se dirigea vers la foret. Il repensa à ce que lui avait demandé le chevalier, chercher du bois; il était exténué et commençait à avoir faim. Il ne devrait pas se perdre, il venait d'une planète forêt; il suffisait de rester en bordure et retenir de quel côté était le camp. Il se mit donc en route ramassant les branches qui trainaient au sol. Il en prit six grosses, pour faire une base qui durerait plusieurs heures. Il ramassa aussi des brindille en des feuilles sèches pour lancer le feu. Normalement ça devrait suffire. Il fallait maintenant rentrer au camp de fortune; il s'en souvenait: à gauche face à la forêt. Il faisait très sombre la nuit sur cette planète, il n'y voyait pas grand chose. Il ferma les yeux, la vision à travers le Force devrait l'aider. Il ferma les yeux, visualisant les alentours. Il rentra d'un pas rapide, n'ayant qu'une envie, manger. Personne ne se mettra entre lui et son repas. Au camp, Barristan était assis les yeux fermés. Korax ne s'occupa pas de son maître et fit un cercle avec quelques pierres et y disposa méthodiquement les buches, les brindilles et les feuilles sèches. Avec des allumettes trouvées dans sont paquetage, il alluma le feu et commença à préparer une ration.
_________________________
Ordre et Progrès.


Korax




[url=http://star-wars-rpg.soforums.com/t6581-Fiche-de-Korax-Endatom-n-s.htm[/url]
Revenir en haut
Hivernus
Imperium

Hors ligne

Inscrit le: 15 Mai 2015
Messages: 725
Niveau: 2
Rang: Seigneur de Guerre

MessagePosté le: 19/08/2016 21:19:36    Sujet du message: Un vieux fou pour guider le talent Répondre en citant



~ Chevalier Wilhelm Barristan ~



Barristan s'était assoupi quelques minutes à peine après le départ de son apprenti. Il faillait dire qu'avec l'âge, le vieil homme ne s'améliorait pas. Lentement mais sûrement, le dos courbé du chevalier penchait de plus en plus vers l'avant. Ce fut finalement l'odeur d'un repas venant titiller ses narines qui le ramena à la vie.
Dans un geste brusque, l'homme releva la tête et étira ses bras, comme si sa micro-sieste n'avait fait que prolonger son état de fatigue. Il entreprit de se lever afin de faire quelques pas, il avait les membres engourdis. Barristan constata avec étonnement qu'il faisait nuit. Il s'était laissé surprendre ! Le chevalier marmonna quelques insultes dans sa barbe, en s'éloignant légèrement du campement de fortune. Puisque ses facultés naturelles ne lui permettaient pas de surveiller efficacement les alentours, il projeta ses sens dans la nature environnante, à la recherche d'une éventuelle menace. Heureux de constater que rien ne viendrait les déranger, le grincheux à la barbe bien fournie retourna auprès du feu et s'installa en face de Korax. Celui-ci n'avait visiblement aucun regret à manger sa pitance dans son coin, sans prévenir son maître. Quelle fâcheuse erreur !


- Et bien mon garçon... En retard mais premier servi ! Je vois que l'on ne perd pas de temps lorsqu'il s'agit de se restaurer ! Lâcha soudainement Barristan en plantant son regard noir dans celui de l'apprenti. Tu as bien raison... Le temps c'est de l'arg... Mais qu'est-ce que je raconte moi... C'est de qui déjà ce dicton ? DOnOs ? Hmm. Passons ! Tu devrais avoir honte gamin, le vieillard que je suis se sent offensé. Et un vieux sensitif contrarié, il faut s'en méfier ! Crois moi...

L'homme ricanait dans sa barbe, manquant de répandre le bouillon fumant un peu partout. Une fois calmé, le chevalier soupira, puis souffla sur la ration militaire sous forme liquide afin de la refroidir un tant soit peu. Les rations impériales n'étaient vraiment pas ce qu'il se faisait de meilleur... Et rien qu'une gorgée de ce bouillon manqua de faire vomir le sensitif. Néanmoins, il devait avouer que la chaleur qui se répandait dans son organisme réchauffait ses vieux os. Si les journées sur Cathar étaient chaudes, les nuits incarnaient le contraire. Étrangement, les grillons semblaient s'en accommoder, car la fraîcheur du soir ne les empêchait pas de chanter à tout va.
Bercé par le chant de ces insectes des plaines, le chevalier avala son ragoût dans le silence le plus total. Il lui arrivait de temps à autre de boire comme un véritable sauvageon, la barbe alors dégoulinante de soupe. Une fois repu, Barristan utilisa l'étoffe de sa cape pourpre pour s'essuyer. Le Molosse Zobérien lâcha alors plusieurs aboiements furieux et sautillait dans tous les sens.


- J't'aurai bien donné un morceau d'apprenti, mais il semblerait que notre aspirant-chevalier soit bien plus coriace que ça. Indiquait le sensitif à son chien de garde, sarcastique. Assis !

Le Molosse Zobérien s’exécuta dans la seconde. Le sensitif lâcha un clin d'oeil complice à son élève et offrit le reste de la petite marmite à son animal "domestique". Ce dernier ne se fit pas prier et s’empiffra, la langue claquante, à l'affût de la moindre goûte de ration. Il était presque à l'image de son maître. Les chiens ne font pas des chats comme on dit !

- Bon... Il est temps de récupérer un peu. Je prends le premier tour de garde. Profites-en pour te reposer gamin. Continua sèchement Barristan, il avait repris son air sérieux et rigide.

Une fois le gosse couché, le vieil homme en profita pour aller vider sa vessie, en sifflotant un air particulièrement joyeux, le long d'un arbre assez éloigné du camp. Histoire de ne pas dormir avec des odeurs désagréables. Il se nicha ensuite entre plusieurs racines épaisses et s'emmitoufla dans sa longue et chaude cape. Depuis sa position, il avait un champ de vision dégagé sur pas moins de vingt mètres de largeur. Il serait difficile de le surprendre de ce côté là. De toute façon, retranché comme il l'était dans l'obscurité grandissante, entre les racines, il fallait déjà pouvoir le trouver. Le chien insectoïde, quant à lui, se coucha près du feu de camp, profitant de sa douce chaleur.
Les heures passèrent, sans qu'il ne se passe quelque chose de particulier. Les braises crépitaient dans le calme le plus total et les flammes dansantes semblaient retenir toute l'attention du chevalier. Il luttait de toutes ses forces contre sa fatigue, mais elle eût finalement raison de lui. Il aurait apparemment ronflé une bonne partie de la nuit, alertant alors les animaux des alentours, et compromettant ainsi sa couverture. Les grognements insistants du Molosse Zobérien finirent par le réveiller.


- Bon sang ! Nom d'un Bantha ! Nous sommes attaqués ! Maugréa le chevalier en s'extirpant de sa position, encore somnolent.

Douze soldats en armure blanche traversaient silencieusement le brouillard, armes braquées vers le campement. Il était difficile de voir quoi que ce soit à cette heure matinale, mais le vieillard utilisa ses dons dans la Force pour découvrir la position exacte des dangers potentiels. Il parvint à visualiser peu à peu la végétation luxuriante, les arbres, la brume fraîche qui venait fouetter son visage endurci par les intempéries... Et enfin les silhouettes armées ! Ils semblaient progresser le long de la forêt, ils ne tenaient visiblement pas à être surpris d'un côté comme de l'autre. L'homme se tourna alors vers son apprenti, s'accroupissant.

- Je compte une douzaine d'individus armés. Je n'arrive cependant pas à savoir si leurs intentions sont pacifiques ou belliqueuses. Chuchota Barristan en massant ses tempes douloureuses. L'exercice, bien que simple à réaliser, l'avait épuisé plus qu'il ne l'était déjà.

- Rendez vous ! Hurla alors une voix au loin. Vous êtes encerclés ! Ne nous forcez pas à tirer ! Jetez vos armes !

Loin d'être impressionné, le vieillard se contenta de ricaner dans sa barbe. Néanmoins, il acceptait de coopérer et jeta son arme à terre.

- S'ils pensent que nous sommes désarmés... Ils vont être surpris ! Murmura t-il en levant les bras, en signe de reddition. Il affichait un sourire en coin. N'oublies pas ce que je t'ai enseigné gamin.

Il faisait bien évidement référence à la Force. Un sensitif n'est jamais totalement désarmé lorsqu'il peut s'aider de la Force. Et pourtant, les deux impériaux n'étaient pas prêts d'arriver au bout de leurs surprises. Plusieurs soldats s'empressèrent de les rejoindre... Et se stoppèrent en approchant le maître et son apprenti. Les soldats en question portaient les armures blanches des troupes de choc impériales. Des stormtroopers ! Et visiblement, ceux-ci s'étaient rendu compte de leur erreur, puisqu'ils se dévisagèrent entre eux afin de savoir quelle attitude ils devaient adopter. Ils venaient de reconnaître l'uniforme des chevaliers impériaux.

- Boss, vous feriez mieux de venir. Vous n'allez pas me croire... Lâcha finalement l'un des soldats de choc dans son comlink.

Le reste du détachement impérial ne tarda pas à rejoindre le campement. Le chef du groupe s'approcha à grandes enjambées des individus interpellés et se figea, comme s'il avait vu un fantôme. Barristan haussa un sourcil. Ces soldats étaient vraiment intrigants.

- Chef... ? Vous allez bien ?

- Affirmatif soldat. Se décida enfin à répondre le chef. Nous nous sommes trompés visiblement... Toutes mes excuses messieurs. Avec ce brouillard, on ne voit pas grand chose, et puis, on a failli se perdre deux fois dans cette foutue forêt. J'ai l'impression qu'on tourne en rond !

- Du calme... Du calme. Vous devriez commencer par ôter ces casques, j'ai l'impression qu'ils ne vous sont pas d'une très grande utilité...

Le chevalier se retint d'éclater de rire. Nul doute qu'ils devaient tirer une tronche d'enfer sous leurs casques. Une bande de rigolos ! Voilà ce qu'ils étaient ! Ils se regardaient tous, penauds, incapables de répondre quoi que ce soit. Ils avaient peut-être peur des conséquences. Qui oserait défier ouvertement un chevalier impérial ?

- Peut-être que vous pourrez commencer par les bonnes manières messieurs... Continua alors Barristan en époussetant sa cape, sur laquelle s'accrochaient fermement plusieurs feuilles mortes.

- Hmpf. A vos ordres Monsieur... Le responsable du détachement ravala sa salive, avant de saluer militairement, comme le veut la coutume. Sergent Hafez au rapport. Nous avons été chargés de retrouver les déserteurs et de les ramener à la base... Morts ou vifs. Mais je vous l'ai dit, impossible de se repérer dans cette forêt. En plus, ces p'tits enfoirés ont des autochtones dans leurs rangs, ils connaissent mieux l'endroit que mes hommes.

- Et bien ! Soyez rassuré Sergent ! Nous prenons en charge cette "fâcheuse affaire". Vous "méritez" bien de prendre un peu de repos. Répondit avec une simplicité renouvelée le sensitif.

- Vraiment ? Et bien... Ce ne serait pas de refus en effet. Mes gars et moi-même, on vous remercie ! Venez boire un coup avec nous un de ces jours !

Les soldats impériaux ne mirent pas longtemps à déserter l'endroit, bien contents d'être débarrassés de cette mission problématique. Le Molosse Zobérien lâcha un ultime grognement, comme s'il était dépité par l'attitude nonchalante et inappropriée des troupes de choc. Barristan ne manquerait pas de leur coller un rapport sur le dos, à ces idiots de première catégorie. Mais pour l'instant, ils avaient quelques déserteurs à traquer.

- Cela ne m'étonnerait même pas qu'ils se perdent à nouveau ! Il faudrait qu'ils apprennent à mettre leurs yeux en face des trous ! Peuh ! Ricana le chevalier. Visiblement, il avait un problème avec les forces armées impériales. Rassembles tes affaires, on lève le camp.




Les heures passaient, et le petit groupe s'enfonçait toujours plus profondément dans les bois. Les sacs pleins à craquer et secoués dans tous les sens faisaient un boucan d'enfer. Ils devaient être repérables à des kilomètres à la ronde. A tel point que le chevalier se décida à faire une halte. L'homme essuya son front couvert de sueur, reprenant par la même occasion son souffle. S'il ne retrouvait pas ses poumons d'antan avec toutes ces balades de santé, il songerait à changer de carrière ! Le sensitif s'empara de sa gourde et la porta à ses lèvres. Après s'être réhydraté, il décida de poser son lourd paquetage à terre et entreprit d'inspecter les lieux. Des yeux débutants et peu observateurs n'obtiendraient probablement rien de la nature, mais lorsque l'on est aussi expérimenté que le vieux Barristan, on parvient à tomber sur des détails insignifiants.
Le vieillard s'agenouilla donc et fit signe à Korax de venir le rejoindre. Il gratta le temps de quelques battements de cœur le sol, entre deux fougères. Des traces de pas, bien que légèrement effacées, étaient toujours visibles. Les fuyards marchaient en file indienne.


- Ils sont passés par là, il y a environ une heure. La piste est fraîche. Nous sommes sur le point de les rattraper. Lâcha finalement Barristan en guise de conclusion. Tu vois gamin, la nature est bien plus utile à l'homme que l'homme à la nature. J'pourrais sûrement t'apprendre deux trois trucs... Quand on aura débusqué ces déserteurs bien sûr. Attends... Je sens une odeur étrange...

Le chevalier gratta à nouveau la terre légèrement retournée à cet endroit et en vint à la renifler. Il fronçait doucement les sourcils, comme s'il était contrarié. Lorsqu'il pivota la tête pour faire face à son apprenti, il lança d'un air perplexe :

- Hmm. Probablement des excréments d'origine animal... Mais je n'arrive pas à découvrir l'espèce en question. Quoi qu'il en soit, ces individus que nous recherchons sont probablement à sa recherche. Amusant non ? Une bête traquée par des déserteurs, eux-mêmes chassés. Cela n'a aucun sens !

Il fut donc décidé par la suite de laisser de côté tout l'équipement superflu, à savoir la quasi-totalité du barda, laissé à la garde du Molosse Zobérien, lui-même trop encombrant et pas assez discret. Les deux sacs furent entreposés dans le creux d'un arbre et dissimulés sous un tas de branchages. L'imposant chien insectoïde, obéissant à souhait, adressa un aboiement en guise d'adieu provisoire et se coucha prêt du tronc. Il était prêt à remplir sa tâche. Les deux chevaliers impériaux marchèrent une heure de plus avant de tomber sur la position des déserteurs. La bonne humeur de Barristan avait cédé sa place à une attitude professionnelle et rigide. D'un simple mouvement de la main, il fit comprendre au natif de Yaga Minor de se coucher à terre, et l'imita.
Devant eux, cinq anciens soldats de l'armée impériale montaient un camp provisoire. Deux Cathars dont les vibro-lames pendaient dans le dos -sûrement les autochtones tant détestés par le sergent et ses hommes- étaient occupés à dépecer leur prise. Ils avaient donc finalement eu raison de la proie. Le vieux sensitif n'avait jamais vu de telle bête mais elle avait des allures d'herbivore. Il y avait aussi un imposant Rattataki -à en juger sa couleur pâle et ses tatouages tribaux- affairé à monter les tentes, et deux humains armés de blasters qui montaient la garde. Que du beau monde.


- Bon, le plan est simple... Chuchota le chevalier sans s'arrêter de fixer les racailles de seconde zone. Toi, tu les contourne et tu prends les deux félins, moi je m'occupe des autres. Tu ne fonces dans le tas qu'à mon signal. On essaye de neutraliser sans tuer, sauf si il n'y a pas d'autres choix. Pigé ?

Bien. Allez oust !


Le vieil homme guetta du coin de l’œil la progression de son jeune protégé. Une fois qu'il fut prêt et en position, Barristan utilisa la Force pour faire léviter un bout de bois et le projeta à la figure d'un des deux humains faisant le planton. D'un bond inopiné, il se lança dans la bataille, arme au poing. La lame argentée de son sabre-laser vrombissait, prête à en découdre. Sur le visage du chevalier impérial, il n'y avait plus l'ombre d'un sourire.
_________________________
« Les empires naissent et s'effondrent... mais le Mal demeure éternel. »


Formation de base : (Close Combat.)
Formation lvl1 : (Close Combat.)
Formation lvl2 : Tireur d'élite.


Second compte : Baron Rissk !
Revenir en haut
Korax Endatoménès
Imperium

Hors ligne

Inscrit le: 16 Mai 2016
Messages: 128
Niveau: 1
Rang: Major
Autre: Chevalier

MessagePosté le: 20/10/2016 16:34:38    Sujet du message: Un vieux fou pour guider le talent Répondre en citant

Après avoir mangé, Korax alla se coucher pendant que son maître prenait le premier tour de garde. Le confort était spartiate mais la journée tellement épuisante que le jeune apprenti s'endormit facilement. Il fut réveillé en pleine nuit par un cri humain près du camp. C'était son maître, qui apparemment venait d'être réveillé par son monstre de compagnie. Le monstre insectoïde en question grognait, visiblement alerté par des intrus. La recrue se leva, mit son masque et observa les alentours. Barristan semblait avoir aperçu quelque chose; Korax regarda dans la même direction et aperçut des points blancs, progressant à travers les sous bois.

- Je compte douze individus armés. Je n'arrive cependant pas à savoir si leurs intentions sont pacifiques ou belliqueuses. Chuchota Barristan.

*Sans doute des stormtroopers.* Se dit il, en corrélation avec le fait qu'il était sur une planète impériale.

Soudain une voix, légèrement modifiée leur cria:


- Rendez vous ! Vous êtes encerclés ! Ne nous forcez pas à tirer ! Jetez vos armes !

*C'est bien des troopers* pensa-t-il.

Voyant son maître poser son maître poser son arme, le jeune homme fit de même, la main tendue vers la vibro-épée pour pouvoir, avec l'aide de Force, l'attirer en cas de marave... Son maître avait visiblement le même plan car il lui chuchota:


- S'ils pensent que nous sommes désarmés... Ils vont être surpris ! Il affichait un sourire en coin.N'oublies pas ce que je t'ai enseigné gamin.

Le réveil avait été dur et, en temps normal, notre Korax aurait été un zombie mais il avait vite repris ses esprits au vu de la situation. Il n'était pas sûr de pouvoir attirer son katana à haute fréquence. Mais sait-on jamais, avec un peu de bol... Et de la chance, il en a, enfin habituellement... Les soldats s'approchèrent et, à la vue des deux chevaliers, se figèrent. Korax sentait la confusion et la stupeur s'imposer dans l'esprit des soldats.

*Soit les chevaliers font peur, soit ils ont autorité sur les soldat* se dit le jeune sensitif. *Après réflexion, je dirais les deux.*

- Boss, vous feriez mieux de venir. Vous n'allez pas me croire... Dit un stormtrooper dans son comlink.

Le soldat qui semblait être le chef s'approcha avec les autres troopers. Ils eurent la même réaction que leurs compagnons. Décidément l'uniforme des chevaliers inspirait la terreur dans les rangs de leur propre camp. Avec son masque, Korax semblait être impassible mais, en vérité, il riait silencieusement. Les troupes de choc impériales étaient vraiment ridicules en ce moment. Un des soldats brisa le silence:


- Chef... ? Vous allez bien ? 

Le chef finit par répondre:

- Affirmatif soldat. Nous nous sommes trompés visiblement... Toutes mes excuses messieurs. Avec ce brouillard, on ne voit pas grand chose, et puis, on a failli se perdre deux fois dans cette foutue forêt. J'ai l'impression qu'on tourne en rond !

- Du calme... Du calme. Répliqua Barristan. Vous devriez commencer par ôter ces casques, j'ai l'impression qu'ils ne vous sont pas d'une très grande utilité...

Les troopers ne répondirent pas, trop apeurés et confus. Le jeune sensitif luttait pour ne pas éclater bruyamment de rire. C'était quand même la piquette, les soldats devaient avoir des belles têtes de vainqueurs sous leurs casque. La scène tournait au comique. Le vieux chevalier semblait lui aussi se retenir de rire. Il leur dit, un sourire amusé caché dans la barbe:

- Peut-être que vous pourrez commencer par les bonnes manières messieurs...

Les soldats se mirent au garde à vous extrêmement rapidement, comme s'ils venaient de se faire piquer par un insecte. Les strormtroopers ressemblaient déjà plus à des soldats et moins à des clowns (ou à des soldats républicains suivant les orientations politiques). La discipline commençait à s'imposer parmi les troopers et tout le monde reprenait peu à peu son sang froid.

*Ah tout de même ! La discipline revient, il était temps !* Pensa la recrue.

- Hmpf. A vos ordres Monsieur... dit le chef de ce qui était visiblement une section. Sergent Hafez au rapport. Nous avons été chargés de retrouver les déserteurs et de les ramener à la base... Morts ou vifs. Mais je vous l'ai dit, impossible de se repérer dans cette forêt. En plus, ces p'tits enfoirés ont des autochtones dans leurs rangs, ils connaissent mieux l'endroit que mes hommes. 

- Et bien ! Soyez rassuré Sergent ! Nous prenons en charge cette "fâcheuse affaire". Vous "méritez" bien de prendre un peu de repos. Répondit Barristan en dissimulant mal son ironie.

Les chef le remercia chaleureusement:


- Vraiment ? Et bien... Ce ne serait pas de refus en effet. Mes gars et moi-même, on vous remercie ! Venez boire un coup avec nous un de ces jours !

Et les soldats partirent. Le manque de professionnalisme et de discipline des soldats aurait dû mettre l'apprenti chevalier dans une rage noire mais la scène était tellement ridicule qu'il s'était bien marré sous son masque. Les troopers avaient visiblement plus inspiré la pitié à Korax qu'a son maître...

- Cela ne m'étonnerait même pas qu'ils se perdent à nouveau ! Il faudrait qu'ils apprennent à mettre leurs yeux en face des trous ! Peuh ! Rassembles tes affaires, on lève le camp.

Korax rassembla ses affaires, roula son sac de couchage et mit son sac sur son dos. Et les deux chevaliers recommencèrent à marcher. Le manque de sommeil visible des deux chevaliers ainsi que les saletés de racines sortant du sol ralentissait leur progression à travers la forêt. Au moins, les arbres les protégeaient du soleil. Les deux humains faisaient un boucan épouvantable avec le bazar qu'ils avaient sur le dos. Au bout d'un moment, le maître se décida à faire une pause. Il était temps, l'élève sentait à peine ses jambes. Pendant que son instructeur inspectait le sol, le jeune sensitif s'assit sur une souche pour soulager ses jambes du poids de son corps. Au bout de quelques minutes, le vieux chevalier lui fit signe de venir. Il y avait au sol des traces de pas presque invisibles. Barristan lui explique la situation:

- Ils sont passés par là, il y a environ une heure. La piste est fraîche. Nous sommes sur le point de les rattraper. Tu vois gamin, la nature est bien plus utile à l'homme que l'homme à la nature. J'pourrais sûrement t'apprendre deux trois trucs... Quand on aura débusqué ces déserteurs bien sûr. Attends... Je sens une odeur étrange...

Après quelques secondes à inspecter la terre il reprit:

- Hmm. Probablement des excréments d'origine animale... Mais je n'arrive pas à découvrir l'espèce en question. Quoi qu'il en soit, ces individus que nous recherchons sont probablement à sa recherche. Amusant non ? Une bête traquée par des déserteurs, eux-mêmes chassés. Cela n'a aucun sens !

Son maitre décida de laisser les paquetages cachés à la garde de sa monstruosité de compagnie. Ils cachèrent donc les sacs avec des branchages et des feuilles. Puis les deux humains reprirent leur route. Ils étaient encore visibles de loin mais au moins ils étaient silencieux. Avec de la chance, les déserteurs ne les verraient pas et les chevaliers pourraient mener une attaque surprise. Et il marchèrent ainsi près d'une heure, silhouettes sombres dans un océan d'arbres. Puis Korax entendit des bruits d'origine non animale, des éclats de voix se répercutaient dans la forêt; ils s'approchaient. Quelques minutes après, le jeune homme originaire de Yaga Minor aperçut une clairière que son maître devait voir depuis longtemps. Dans la clairière, il y avait un campement un peu moins rudimentaire que celui dans lequel il avait passé la nuit. Il y avait des tentes et un feu. Et le camp était habité... Cela devait être les déserteurs, deux humains étaient armés d'armes à distance, un alien indéterminé s'occupait des tentes et deux Cathars découpaient un animal; sans doute celui qu'ils pistaient. Les deux Cathar avaient des vibroépées courtes dans le dos. Les deux chevaliers étaient accroupis derrière les arbres quand Barristan lui chuchota:

- Bon, le plan est simple... Toi, tu les contourne et tu prends les deux félins, moi je m'occupe des autres. Tu ne fonces dans le tas qu'à mon signal. On essaye de neutraliser sans tuer, sauf si il n'y a pas d'autres choix. Pigé ?

Le gaucher acquiesça.

-Bien. Allez ouste ! 

Le sensitif s'écarta donc, à l'abri derrière des branches et contourna la clairière pour être à portée de saut des deux cathars. Il dégaina sa longue vibroépée et se prépara à bondir. Il comptait se servir du tronc couché derrière lequel il se tenait courbé pour se propulser. Il vit quelque chose percuter un des deux déserteurs humains et son maitre sortit de sa cachette. Comme prévu, il bondit, épée au poing. Les déserteurs, surpris par l'attaque, mirent quelques secondes à réaliser qu'ils étaient attaqués. Voyant l'armure de Barristan, les deux traitres humains blémirent. Les cathars furent les plus rapides pour sortir leurs armes. Korax qui chargea en hurlant:

-Vous allez payer votre traitrise !

Les parjures n'étaient visiblement pas préparés à une telle attaque. La recrue enclencha le petit interrupteur sur le manche de son arme et visualisa ses opposants à travers la Force en ne se souciant pas du combat qui se déroulait à quelques mètres de là. Le premier félin faisait la taille de Korax mais il semblait beaucoup plus fort, en effet, il était beaucoup plus large d'épaules. Le deuxième alien devait faire pas loin de deux mètres mais était plus frèle. Le jeune sensitif commençait à apprécier son arme. C'était un grand sabre dont la lame faisait à peu près un mètre. Le fait qu'il n'ait qu'un seul tranchant ne gênait pas l'apprenti qui ne savait pas frapper en armant un coup. Il décida de prendre l'avantage pour ne pas se faire encercler et donna un coup horizontal, se laissant guider par la Force. Le "petit" Cathar esquiva le coup, pris de vitesse. Le grand attaqua d'estoc à gauche du chevalier, du bon côté pour parer. Le grand Cathar fit un bond en arrière pour éviter la riposte. L'autre ennemi l'attaqua, toujours à sa gauche.

*Pourquoi me frappent-ils à gauche? Ils devraient savoir que frapper un gaucher de ce côté là n'est pas une bonne idée.* Pensa Korax. *À moins que... Ils doivent avoir appris à frapper de ce côté là car la majorité des gens sont droitiers et craignent les coups à gauche. Voilà pourquoi, en faisant confiance à la Force, je ne frappe quasiment qu'à leur gauche.*

Après quelques passes d'armes, le natif de Yaga Minor commença à s'épuiser et sentit la rage grandir en lui. Dans le combat, il était clairement dominé et était obligé de reculer en permanence pour ne pas se faire encercler. De plus, les coups du petit Cathar étaient imparables car trop puissants. Tandis qu'il résistait tant bien que mal aux coups d'épée et à son humeur, son instinct lui disait avec insistance de regarder à droite. Pendant une esquive, il regarda, et vit le matériel pour monter les tentes dont les bâches étalées par terre. Il se calma d'un coup quand il eut établi son plan. Il se déporta sur la gauche pour que le petit Cathar soit entre lui et les bâches, et enchaîna les coups pour le faire reculer. Le Cathar arriva sur la tente et manqua de tomber mais, Korax l'aida un peu. La main tendue vers la toile, il l'attira légèrement vers lui et le Cathar prit un billet de parterre. Le grand Cathar assistait médusé à la scène. En essayant de se relever, le félin prit un magnifique coup de pied dans la tête. Le gaucher avait frappé comme on frappe dans une balle pour l'envoyer le plus loin possible. Sa botte renforcée rencontra la mâchoire de l'alien et son nez qui fit un bruit de gâteau sec tombant par terre. Le traitre s'effondra, inanimé. Barristan avait dit qu'il ne fallait pas tuer, mais il n'avait rien dit à propos de dents ou de nez cassés. L'autre réalisa (enfin! Ces Cathars n'étaient décidément pas très intelligents) ce qui venait de se passer et chargea l'apprenti en braillant:

-Je vais te buter, enfoiré !

Certes, énervé, son adversaire serait infatigable et frapperait plus fort mais il perdrait en précision et ferait moins attention. L'humain esquiva la charge facilement et s'écarta du parjure pour ne pas avoir à subir son courroux. Le déserteur chargea une nouvelle fois. Le gaucher esquiva, de justesse, cette fois. Par réflexe, il ramena son arme à sa gauche. Le manche de l'épée heurta quelque chose, le plexus du félin. L'alien tomba au sol, essayant de reprendre son souffle et lâcha son arme. Le chevalier en profita pour écarter l'épée du Cathar et mettre la pointe de la sienne devant les yeux de son ennemi qui, reprenant ses esprits, se rendit. Tenant toujours son prisonnier en respect, il tourna la tête pour voir où en était son maître.
_________________________
Ordre et Progrès.


Korax




[url=http://star-wars-rpg.soforums.com/t6581-Fiche-de-Korax-Endatom-n-s.htm[/url]
Revenir en haut
Hivernus
Imperium

Hors ligne

Inscrit le: 15 Mai 2015
Messages: 725
Niveau: 2
Rang: Seigneur de Guerre

MessagePosté le: 03/11/2016 23:06:02    Sujet du message: Un vieux fou pour guider le talent Répondre en citant



~ Chevalier Wilhelm Barristan ~




Par la Force ! Barristan se sentait presque vivre une seconde jeunesse. Il fallait dire qu'entre les courses à pied dans les plaines et les forêts, et ça, il y avait de quoi retourner quelques temps en arrière. Son imposante musculature, développée durant de longues années, ne semble pas avoir oublié les entraînements douloureusement imprégnés dans l'esprit du vieux chevalier. Celui-ci sentait un flot d'adrénaline se répandre dans ses veines, et cette sensation agréable semblait le galvaniser.
La lame argentée de son sabre fendait l'air en vrombissant, déviant apparemment sans grande difficulté les tirs lasers des blasters. D'un simple bond, le chevalier impérial arriva à hauteur du premier déserteur et plaqua sa main sur la poitrine du malheureux. A l'aide d'une poussée de Force, l'homme vola littéralement sur plusieurs mètres et acheva sa course dans un fourré. La riposte ne se fit pas attendre, une nouvelle volée de tirs vint arroser sa position. Les traits lasers labourèrent le sol où quelques instants plus tôt se trouvait encore le vieillard, sans toutefois trouver de cible, ne laissant alors place qu'à quelques cratères fumants. Le sensitif avait préféré disparaître dans la nature, abandonnant visiblement à son sort son apprenti, confronté à deux guerriers Cathars particulièrement redoutables. Le second homme ricanait, vidant son chargeur entre les arbres et les buissons qui l'entouraient. Il fut bientôt rejoint par son comparse Rattataki, dont le visage était bien moins jovial. Ce dernier s'attendait à livrer un illustre combat ! Il avait toujours rêvé d'ajouter à son tableau de chasse un sensitif, quel qu'il soit. Quelle déception...


- Hé vieillard ! Tu n'as pas honte de laisser un gosse tout seul, en notre compagnie ? Tu fais un mauvais grand-père ! Lâcha l'humain en ricanant de plus belle, son arme braquée sur les taillis les plus proches. Où est-ce que tu te caches ?

Aucune réponse à l'horizon, à croire que le chevalier était réellement parti. Si l'humain était bien décidé à rester planté là, le Rattataki, lui, semblait déjà s'intéresser à l'autre assaillant. Les lames qui s'entrechoquaient semblaient appeler la sienne, et c'est en affichant un léger sourire sur son visage couturé et tatoué qu'il s'apprêtait à rejoindre un combat déjà perdu d'avance pour le gosse. Et pourtant, un cri étouffé suivi du bruit sourd d'un corps qui tombe le fit se retourner. Penché au dessus de la masse inerte du provocateur, une silhouette revêtue d'une armure pourpre semblait dévisager le nouvel adversaire qui se présentait à lui.

- Ici. Répondit avec une simplicité extrême Barristan en se redressant rapidement.

La lame argentée s'activa à nouveau et ne tarda pas à rencontrer celle de l'alien, qui souriait de toutes ses dents, comme s'il se sentait déjà victorieux. Un comportement qui n'étonnait guère le chevalier, durant toute sa vie, il avait été confronté à des individus plus louches les uns que les autres. Les Rattataki faisaient sans doute partie de cette vaste catégorie de personnages étranges aux yeux du vieil homme.
Le sensitif para habilement la vibro-lame de son opposant et exécuta une pirouette si rapide que l'autre n'eut pas le temps de voir sa jambe se redresser. Brutalement touché au menton, le colosse aux tatouages tribaux recula de quelques pas, chancelant. S'il était âgé, Barristan n'en restait pas moins un formidable combattant. Enfin c'est ce qu'il croyait. En percutant le menton de son adversaire, le vieil homme sentit sa jambe craquer et, incapable de se repositionner correctement, vint épouser le sol. Il fallait que cela lui arrive dans un moment aussi crucial ! Bon sang... Quelle poisse !
Il n'avait pas le temps de se relever, ni de remettre en état sa patte folle, le Rattataki profitait de cet instant de faiblesse pour relancer l'attaque. Notre homme eût tout juste le temps d'utiliser à nouveau la Force pour repousser temporairement son ennemi, profitant de ce bref instant de répit pour se dégager de sa position inconfortable. Revenant une nouvelle fois à la charge, l'imposant alien fit pleuvoir les coups et visait les parties les plus vulnérables du chevalier, qui était peu à peu acculé contre un arbre. S'il avait pu compter sur l'effet de surprise avec les deux premiers renégats, celui-ci se révélait bien plus coriace !
Les étincelles qui se matérialisaient à chaque fois que les deux armes se retrouvèrent en contact ne semblaient pas déranger Barristan, bien trop concentré sur sa défense. Le déserteur multipliait les attaques, contraignant le vieil homme à reculer toujours plus... Jusqu'à ce que son dos heurte l'arbre en question.
La vibro-lame du Rattataki vint fendre l'air horizontalement et laissa au chevalier tout juste le temps de baisser la tête afin d'éviter de finir délesté de celle-ci. L'arme du colosse resta coincée dans l'écorce du vénérable arbre qui subissait actuellement un assaut des plus improbables sur cette planète paisible, à la grande joie du vieillard, qui voyait là l'occasion de contre-attaquer. En quelques mouvements, le sensitif parvint à se dégager et envoya sans ménagement sa jambe au contact du combattant adverse. Le choc fut si violent que le Rattataki recula, légèrement secoué. Un "crac" assourdissant rappela toutefois l'impérial à l'ordre. Une douleur vive lui monta jusqu'à la tête et un grognement s'échappa de sa barbe fournie. Il semblait bien qu'il venait de remettre en place son membre défaillant sans le vouloir. La chance lui souriait !
Les deux protagonistes se tenaient à distance respectable désormais. Le front couvert de sueur et haletant, Barristan détaillait silencieusement le déserteur alien. Il n'avait pas combattu d'adversaire aussi coriace depuis sa dernière confrontation avec ses camarades de la Chevalerie, il y avait de ça des années. Mais le vieil homme avait désormais un avantage sur son opposant, celui-ci était désarmé.
Un frémissement dans les buissons, et puis plus rien. De légers frissons vinrent dresser les poils du sensitif. Instinctivement, il se retourna pour renvoyer les tirs du renégat éjecté quelques instants plus tôt dans les fourrés. L'assaillant s'écroula définitivement, le plastron de son armure fumant et crépitant, alors que son comparse aux tatouages primitifs chargeait de plus belle. L'impact fut rude et les deux combattants roulèrent sur plusieurs mètres. Le Rattataki l'emportait sur le chevalier, malgré sa robustesse et commença à le ruer de coups. Le sang gicla à plusieurs reprises, venant maculer l'uniforme impérial du déserteur et l'armure du sensitif. L'homme projeta son esprit dans la Force afin de retrouver son sabre, qu'il avait perdu lors du choc. Ses sens se heurtèrent dans un premier temps à de nombreux cailloux et branchages avant de tomber sur un objet froid et métallique.
Le poing de l'alien rebondissait une nouvelle fois sur le visage du chevalier impérial lorsque l'arme quitta son nid de terre pour rejoindre la main de son propriétaire. Une lame argentée vint transpercer la gorge du déserteur et lui arracha un cri de douleur. Le regard de l'alien se voila et son corps, privé de toute volonté, vint écraser de tout son poids le vieux gaillard. Quelques battements de cils suffirent à l'homme pour repousser le cadavre mais c'est en grimaçant qu'il se releva avec peine.


- Et bien... Rien de mieux qu'une mise en situation pour... Retrouver sa vigueur d'antan ! En vint à conclure Barristan en esquissant l'ombre d'un sourire. Les traits de son visage, déformés par la douleur et les coups, ne lui permettaient pas de rire. Tu t'en sors bien gamin... Bien mieux que ces deux là en tout cas...

Il désignait bien évidement les corps étendus et sans vie du Rattataki et de l'un des deux humains. Le vieux chevalier traîna sa patte folle jusqu'à l'autre individu, qu'il avait rapidement mis hors d'état de nuire. On apprenait aux chevaliers impériaux à combattre férocement et à prendre l'avantage à l'aide de capacités martiales, mais parfois, la discrétion et les actions rapides étaient bien plus efficaces. Ce que Barristan n'hésitait pas à mettre en application lorsqu'il en avait l'occasion. Les longs combats n'avaient jamais été son truc.

- Surveilles les deux félins, je me charge de l'autre. Ordonna alors le vieux combattant en retournant le corps de l'humain à l'aide de sa botte.

La poitrine du déserteur se soulevait à intervalles réguliers, il était donc bien vivant. Tant mieux ! Il n'avait pas besoin d'un troisième mort sur la conscience. Si tuer n'avait jamais été à proprement parler un problème, lorsqu'il pouvait épargner des vies, il le faisait volontiers. L'homme était en effet persuadé que le rôle premier des chevaliers impériaux était avant tout de conserver la vie, et non pas la prendre. Sa main gantée vint machinalement essuyer son front dégoulinant de sueur et barbouillé de son propre sang.

- Contrôle, ici le Chevalier Barristan Wilhelm, la mission du Sergent Hafez est un succès, nous avons interpellé les déserteurs. Glissa le sensitif à l'émetteur intégré à son gantelet en cortosis. Nous requérons l'envoi d'un transport et d'une unité médicale aux coordonnées transmises.

Un réponse affirmative ne tarda pas à arriver à l'oreille du vieillard, qui se dressait toujours au dessus de son prisonnier. Une petite paire de claques suffit à réveiller le malheureux, dont le visage se figea en une expression d'horreur. Il est vrai que l'image d'une barbe hirsute et sanglante au réveil ne devait pas être chose courante. Il fut vite remis sur pied par le chevalier impérial, qui lâcha au passage plusieurs jurons, appuyé sur sa jambe douloureuse.

- Et bien Messieurs... Qu'attendez-vous pour assister votre camarade ? Hmm ? Grogna Barristan, qui souffrait de ses multiples contusions au visage.

A la vue du sabre qui avait déjà coûté la vie à deux des leurs, les captifs s’exécutèrent sans broncher. Ils se rendaient peut-être compte de l'erreur qu'ils venaient de commettre en désertant. Il était trop tard pour eux, on ne pouvait pas revenir en arrière. Suite à l'injonction du vieux grincheux, toute la colonne se mit en marche. Korax avait été chargé de couvrir les arrières du groupe. Barristan, en bon connaisseur des lieux, ouvrait la marche. Il fallut un bon quart d'heure de "randonnée" pour arriver à la souche, autour de laquelle le Molosse Zobérien guettait toujours le retour de son maître. Il fut décidé de confier les paquetages aux prisonniers, dont les bras et les épaules étaient déjà alourdis par le Cathar inconscient. Certains semblaient bien moins robustes que d'autres visiblement... La troupe put se remettre en marche, dans le même agencement que précédemment. Le chien de garde insectoïde, quant à lui, trottinait joyeusement sur l'un ou l'autre flanc du groupe, bien trop heureux de pouvoir se dégourdir les pattes. Ses nombreux passages d'un côté à l'autre venaient gêner la progression des détenus, qui juraient à voix basse...

Barristan avait accordé une pause à toute la troupe, qui se reposait à la lisière des bois. Sous le regard inquisiteur du chevalier impérial, les déserteurs s'étaient accordés un moment de répit, et se désaltéraient tranquillement, le fessier posé sur l'herbe. Comme à son habitude, le monstre insectoïde humait l'air, à la recherche d'un intrus à attaquer, ou d'un truc à se mettre sous la dent. Il ne tarda pas à grogner à l'arrivée soudaine de plusieurs véhicules impériaux. Les répulseurs de ceux-ci venaient d'ailleurs perturber la quiétude de l'endroit.
Escorté par deux scout troopers montés sur des Motojets, une Forteresse Flottante HAVr A9 rasait de près les herbes hautes des plaines et sa silhouette imposante privait de toute lumière les pauvres végétaux. Lorsque la passerelle de l'immense blindé s'abaissa, une escouade entière de stormtroopers se déploya et vint s'emparer des ex-soldats faits prisonniers. Un médecin militaire à l'uniforme couleur olive se chargea de prodiguer les premiers soins aux multiples blessés et Barristan semblait être le plus récalcitrant de tous. Une fois que tout le monde fut installé à bord du transport blindé, une secousse vint avertir les passagers du départ.


- Et bien gamin... Je dois t'avouer que tu commences à m'impressionner. Je crois que tu as mérité une bonne nuit de repos. Demain, viens me rejoindre à la salle d'entraînement aux premières lueurs de l'aube. Jusque là, tu peux disposer de ton temps libre à ta convenance... Ajouta à voix basse le vieux sensitif à son "protégé".




Barristan avait profité de l'absence du natif de Yaga Minor pour préparer une petite surprise. Les préparatifs se prolongèrent durant une bonne partie de la nuit, et c'est donc les yeux cernés qu'il se présentait à la salle d'entraînement. Malgré son visage toujours aussi salement amoché, il ne semblait pas dissimuler le sourire qu'il avait aux lèvres. L'homme passait une main dans sa barbe fournie, se laissant emporter par la relative quiétude de la salle. Le grondement de l'eau en contrebas ne semblait nullement perturber sa connexion privilégiée avec l'endroit.
Quatre autres chevaliers vinrent s'asseoir à ses côtés, et rejoignirent le vieillard dans sa méditation "contemplative". Cet exercice jugé ridicule et inutile pour certains avait pourtant son lot d'avantages : il permettait en effet de renforcer l'esprit de cohésion des frères et sœurs d'armes tout en permettant à chacun de se purifier des sentiments qui pouvaient compromettre leurs missions.
Les cinq combattants d'élite ne tardèrent pas ressentir un frémissement dans la Force. Une nouvelle présence venait briser le silence. Korax. Comme un seul homme, les chevaliers quittèrent leur position en tailleur et un capuchon pourpre vint dissimuler leurs visages inexpressifs. Ils avaient fier allure dans leurs armures écarlates, on ne pouvait pas le nier. Un sourire bienveillant de la part de Barristan invitait l'aspirant-chevalier à venir le rejoindre. Les quatre autres chevaliers flanquaient désormais le jeune homme, et l'accompagnaient dans un silence religieux jusqu'au maître de cérémonie.


- Il est temps pour toi pour rejoindre officiellement la Chevalerie Impériale mon garçon... Tu as montré que tu étais digne de continuer ta formation en notre compagnie. Mais il te faudra au passage prêter serment d'allégeance... A genoux. Commença doucement le vieux sensitif avant de reprendre sur un ton plus solennel. Repètes après moi : Sur mon honneur et mon sang, je jure d'offrir ma loyauté éternelle à l'Impérium... Puisse ce serment me lier dans la vie et dans la mort à mes frères et soeurs d'armes... Longue vie à la Chevalerie Impériale ! Longue vie à l'Impérium !

Une fois que ce fut fait, les chevaliers activèrent leurs armes et les lames argentées des sabres présentés devant les capuchons vinrent illuminer d'une lueur mystique les visages.

- Te voilà officiellement intégré à nos rangs gamin. Félicitations. Puisque j'ai commencé ta formation, je demeurerai ton maître jusqu'à ce que celle-ci prenne fin et que tu sois fait chevalier... Il est temps pour toi de faire connaissance avec les membres de ta nouvelle famille !



Passage lvl1 et gain du statut "Écuyer Impérial". Félicitations à toi !
Penses à vérifier quotidiennement tes MPs, tu vas avoir un message dans les jours à venir ;)

_________________________
« Les empires naissent et s'effondrent... mais le Mal demeure éternel. »


Formation de base : (Close Combat.)
Formation lvl1 : (Close Combat.)
Formation lvl2 : Tireur d'élite.


Second compte : Baron Rissk !
Revenir en haut
Korax Endatoménès
Imperium

Hors ligne

Inscrit le: 16 Mai 2016
Messages: 128
Niveau: 1
Rang: Major
Autre: Chevalier

MessagePosté le: 29/12/2016 20:48:11    Sujet du message: Un vieux fou pour guider le talent Répondre en citant

Après le combat, les deux chevaliers escortèrent les traitres à travers la forêt; Barristan menait le convoi et Korax surveillait les arrières. Ils revinrent rapidement à la cachette de leurs sacs, la monstruosité de son maître montant toujours la garde. Le vieux chevalier boitant légèrement, ce furent les parjures qui portèrent les sacs, en plus du Cathar K.O.. C'était amusant pour l'apprenti, de voir ces guerriers, si fiers peu de temps avant, marchant courbés, l'air dépités et n'en revenant toujours pas de s'être fait vaincre à cinq contre deux. De plus, les prisonniers n'avaient pas d'échappatoire au vu de la masse qu'ils portaient sur les épaules. En tout cas, s'ils fuyaient, ils n'iraient pas loin. L'adrénaline commençant à descendre, le gaucher faisait plus attention à ce qui l'entourait. La journée était relativement fraiche en comparaison avec la précédente. La forêt était composée de feuillus aux troncs épais et de buissons aux feuilles rondes. Étrangement, il n'y avait que peu de ronces et il n'y avait pas de champignons; ça n'était peut-être pas la saison. Le convoi progressait plus rapidement qu'à l'aller; Barristan devait sans doute se souvenir du chemin.

Quelques minutes plus tard, ils arrivèrent en lisière de la forêt et se reposèrent quelques minutes. Entendant un bourdonnement, le jeune sensitif se retourna et vit arriver un transport impérial escorté par deux scout-troopers sur motojet. Il se souvint qu'il avait étudié le moteur de la motojet scout. Ce moteur était léger et puissant, donnant à la bécane une grande agilité ainsi qu'une bonne vitesse. Le transport ouvrit sa porte, laissant place à une division de stormtroopers et à un médecin. Les déserteurs reçurent les premiers soins puis furent emmenés dans le transport. Korax monta dans le transport et s'installa à l'arrière, près de la sortie tandis que son maître recevait de force les premiers soins. Les prisonniers étaient assis à l'avant, le plus loin possible de la porte. Enfin, Barristan entra, et s'installa en face de son élève. Les banquettes étaient un peu dures, mais comme le transport était bien insonorisé et qu'il ne vibrait pas, le trajet ne fut pas trop désagréable.

Le transport laissa les deux sensitifs à la base de la chevalerie et repartit pour la ville. Le vieux chevalier donna une permission à son apprenti pendant l'après midi. Le gaucher installa ses affaires dans un des dortoirs indiqué pour les hommes. Dans le dortoir, contenant une vingtaine de lits, seul un lit était occupé. Les lits étaient les mêmes qu'à l'internat de son université, ils étaient fermes mais relativement confortables. Pour aller jusqu'au dortoir, le jeune homme n'avait croisé personne, comme le jour précédent. Ensuite, il se dirigea vers la cantine de la base (il était déjà une heure de l'après-midi à la pendule du dortoir) en se fiant à la Force mais aussi et surtout aux plans accrochés aux murs de pierre de la base. Après avoir un peu tourné en rond, il arriva enfin à la cantine. La salle était relativement grande, elle contenait une vingtaine de tables rectangles de dix places chacune et un comptoir derrière lequel attendait un cuisinier. Le jeune homme enleva son masque, l'attacha à sa ceinture, mit ses lunettes et prit un plateau. Le cuistot lui donna une assiette du plat du jour. Dans la cantine, seules trois tables étaient occupées, l'une était occupée par son maître et quatre autres chevaliers assez vieux, la deuxième était occupée par deux chevaliers visiblement un peu plus agés que Korax et la troisième, à l'écart des deux autres, n'était occupée que par une femme aux mains robotiques et aux cheveux rouges, il n'y avait que des humains. La femme ressemblait à ce qu'on lui avait décrit des Sith. Il s'installa finalement avec les deux chevaliers les plus jeunes, un homme d'une trentaine d'années, la peau bronzée, les cheveux frisés et portant une fine moustache et une femme, plutôt jolie, qui devait avoir un peu plus de vingt ans, qui avait la peau claire et les cheveux châtains et qui se tenait beaucoup plus droite que son compatriote, traduisant une éducation privée ou militaire. Ils discutèrent pendant le repas. L'homme s'appelait Lamorak et la jeune femme Geniev. Ils étaient les seuls chevaliers de leur promotion à ne pas encore avoir été affectés à une mission. Ils proposèrent à Korax de s'entraîner avec eux. Le rendez-vous fut fixé à seize heures à la salle d'entraînement.

Après avoir rendu son plateau, le gaucher retourna à son dortoir et s'assit sur son lit pour méditer et se reposer un peu. Il ferma les yeux, se vida peu à peu de toutes ses émotions et laissa son esprit vagabonder et se mêler à la Force qu'il sentait autour de lui. Quand il rouvrit les yeux, il regarda l'horloge, il lui restait près d'une demi-heure. Juste assez pour aller à la salle d'entraînement en se perdant une ou deux fois. Il s'équipa et partit. Il atteint la salle en question, située à l'autre bout du complexe, en dix minutes sans se perdre une fois, un exploit. La salle était vide, il était en avance, il décida donc de s'asseoir et de méditer encore un peu, pour être en pleine forme pour l'entrainement. Il voulait aussi se tester et voir s'il était capable de sentir la présence des autres chevaliers à leur arrivée. Son esprit reprit son vagabondage, ses muscle se relâchèrent et il reprit l'exercice qu'il avait quitté quelques minutes avant.

Au bout d'un moment, impossible de savoir combien de temps les yeux fermés, il sentit comme un frémissement dans sa méditation comme une ombre lorsque qu'on a les yeux fermés sous le soleil. Il ouvrit les yeux, se leva et ne vit qu'une des deux personnes qu'il attendait, c'était Geniev qui l'aborda:


-Lamorak est toujours en retard ! Bon... Commençons sans lui. Un combat à l'épée te tente ? Épée éteinte naturellement.

Korax répondit par l'affirmative et tira sa lame, son adversaire fit de même. La vibroépée de la jeune femme était de taille standard, un mètre, donc vingt centimètres plus courte que celle du gaucher qui était plus adaptée à sa grande taille. Ils engagèrent le combat par un choc des deux lames. La combattante était vive et rapide et se battait de façon très aggressive. Le jeune sensitif parait tant bien que mal le flot d'attaques et manqua plusieurs fois d'être désarmé. Le combat s'équilibra lorsque Korax put placer quelques attaques. Ces attaques étaient visiblement déstabilisantes pour son adversaire qui, comme ses adversaires de la matinée, n'était pas habituée à combattre un gaucher. L'arrivée de Lamorak fit perdre une seule seconde son attention à Geniev, une seconde de trop car le gaucher donna à ce moment là un violent coup dans sa lame qui tomba au sol. Il avait gagné, en trichant peut être un peu, mais il avait vaincu.

-Bien joué ! Dit la jeune femme. Maintenant, passons à la Force, essayons d'attirer nos armes dans notre main.

Pendant deux heures, les trois Impériaux réalisèrent l'exercice en boucle. Korax, ayant l'arme la plus lourde, a plus de mal à attirer son arme mais au bout d'un moment, le geste rentre. Le gaucher réalise ensuite l'exercice de plus en plus loin ou sans regarder. Suite à cela, ils se séparèrent et le jeune homme retourna au dortoir. Il remplaça les batteries de son masque, qu'il n'avait pas changées depuis un mois, et mis les anciennes à charger. Ensuite, il se doucha dans les douches des hommes, vides comme quasiment toutes la base. Il se rhabilla, regarda son réveil et voyant l'heure, se mit en route vers la cantine.

Il retrouva facilement la salle, pris un plateau et des victuailles et s'assit à une table. Le jeune homme avait vu le dernier chevalier sortir pendant qu'il entrait dans la salle, en effet, il était près de vingt et une heure, le remplacement des batteries et la douche lui ayant pris près d'une heure et demie. Il mangea donc rapidement, rendit son plateau et retourna à son dortoir. Après une telle journée, le gaucher était épuisé. Il régla son réveil sur cinq heure et demie, se déshabilla, restant en caleçon (tout de même) et se coucha. Il n'eut pas de soucis pour s'endormir, ses deux combats l'avaient éreinté.

Son réveil fit son travail et le réveilla à l'heure convenue. Il s'habilla et d'équipa rapidement, sa lame accrochée dans son fourreau à sa hanche droite et sa cape soigneusement fermée par une broche en forme de phénix sur son épaule gauche; puis fit un détour par la cantine pour récupérer quelques barres énergétiques pour tenir jusqu'au prochain repas. Il se dirigea ensuite vers la salle d'entraînement où son maître l'attendait.

Il y avait une atmosphère étrange dans l'immense salle à son arrivée. La lumière était éteinte et cinq chevaliers étaient assis en tailleurs. Dès qu'il posa un pied dans la salle, les cinq hommes (ou femmes difficile à dire à cette distance) se levèrent. Il reconnut Barristan en zoomant avec ses macrolunettes, celui-ci lui fit signe d'approcher. Korax s'éxecuta et pendant qu'il se dirigeait vers son maitre, il fut flanqué par les autres chevaliers. On aurait dit une cérémonie obscure d'une secte quelconque. Barristan lui demanda de s'agenouiller et de prêter serment. Le gaucher, à genoux, répéta d'une voix forte, comme pour s'imprégner de ses propres paroles:


-Sur mon honneur et mon sang, je jure d'offrir ma loyauté éternelle à l'Impérium. Puisse ce serment me lier dans la vie et dans la mort à mes frères et soeurs d'armes. Longue vie à la Chevalerie Impériale ! Longue vie à l'Impérium !

Korax était ému, il pouvait enfin servir le régime auquel il devait tout et en plus, dans la partie la plus préstigieuse de son armée. Il faisait partie de la Chevalerie Impériale !
_________________________
Ordre et Progrès.


Korax




[url=http://star-wars-rpg.soforums.com/t6581-Fiche-de-Korax-Endatom-n-s.htm[/url]
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: 22/10/2018 04:31:30    Sujet du message: Un vieux fou pour guider le talent

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Star Wars RPG Index du Forum -> Galaxie principale -> Cathar -> Nids de Kiltik Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: 1, 2  >
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  

Index | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Created by MOONCLAW/MAËVAH(EU-Sinstralis/EU-Illidan) phpBB template "WarMoonclaw01"
forked end designed by Knarf, Kyopé, Rylen, Mufus, Lyash, Lyzs & Gelmir
Traduction par : phpBB-fr.com