Se connecter pour vérifier ses messages privés 
 FAQ
   Rechercher   Membres   Profil         Connexion 
 
Premier contact avec les Sith
Aller à la page: 1, 2  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Star Wars RPG Index du Forum -> Galaxie principale -> Reste de la Galaxie -> Bordure Extérieure -> Muunilinst
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Tohmas Nobren
Nouveau

Hors ligne

Inscrit le: 29 Mai 2015
Messages: 15
Niveau: 0
Rang: Novice
Autre: Culte du Krath

MessagePosté le: 31/05/2015 17:35:06    Sujet du message: Premier contact avec les Sith Répondre en citant

Il était quatorze heure, heure locale, quand le vaisseau de Tohmas Nobren atterrit au spatioport de Muunilist. Il passa sans problème le contrôle de routine effectué par un droïde B1. Peu de temps après, Tohmas était dans la rue, slalomant dans la foule entre les immeubles verdâtres d'Harnaidan, la capitale, au volant d'un airspeeder mis aux services des enseignants de l'Institut. La plupart de citoyens vacant à leurs occupations étaient des Muun, majoritairement des cadres du Clan Bancaire InterGalactique. Tohmas avait toujours trouvé que ces personnes s'intéressaient trop à l'argent, voyant l'accumulation de ce dernier plus comme une fin que comme un moyen. C'était une faiblesse qu'il refusait de ressentir. Il marcha ainsi pendant quelques temps jusqu'à atteindre sa destination : l'Institut Hego Damask II, du nom d'un important financier du CBIG. Tout sur Muunilist faisait référence au monde des finances et chaque bâtiment, chaque boulevard portait le nom d'un quelconque banquier. La spécialité de l'Institut était l'analyse des marchés financiers de la Bordure Médiane. Les fonds alloués à l'histoire n'était pas aussi importants que ceux consacrés aux domaines financiers, mais l'intérêt des Muun pour tout ce qui donne une apparence de richesses et la diversité des placements en vue d'une optimisation fiscale poussaient les indigènes à se doter d'un certain service historique chargé d'étudier les antiquités. Tohmas n'avait jamais eu à se plaindre de son métier ici. L'absence de censure Jedi et l'accès aux planètes de la Bordure Extérieure fournit par la CSI lui donnaient un excellent espace de travail.

L'Institut Hego Damask II se trouvait en périphérie de la capitale. Le très vaste campus avait été en partie réquisitionné par l'Armée Séparatiste, afin d'installer des véhicules lourds près de la ville. En se rendant aux bâtiments d'étude, Tohmas traversait un véritable nid à droïdes : la route qui y donnait accès était flanquée de tanks droïdes Hailfire et de motojets de IG Lanciers. Depuis la dernière fois qu'il avait quitté Muunilist, cette dernière s'était largement plus armée, preuve de la domination militaire de la CSI après la chute de l'Empire. Tohmas s'arrêta devant l'Institut, gara l'airspeeder et pénétra dans l'imposant bâtiment des sciences historiques. Quelques collègues le reconnurent et le saluèrent, ainsi que quelques étudiants et étudiantes. Tohmas n'était pas le professeur le plus populaire de l'Institut, mais ses travaux sur les Sith avaient redoublé d'intérêt pour tout le monde ces derniers temps à cause de l'avènement et la chute du dernier Empire Sith en date. C'était sans doute là une mode passagère, mais Tohmas comptait bien s'assurer que les Sith restent un sujet de discussion pour longtemps.

Les banalités et informations échangées avec ceux que Tohmas croisa sont si insignifiantes qu'il est inutile de les noter ici. D'ailleurs, quelques minutes après, Tohmas lui-même avait oublié les trois quarts des nouvelles. Il retint cependant le dernier quart : des informations sur les dernières élections au Sénat et un rapide compte-rendu des dernières données délivrées par le gouvernement à propos des études sur les Vestiges de l'Empire. La Confédération surveillait ces rivales, même si ce qui restait de l'orgueilleux Empire de G.Man puis de l'Omega ne représentait plus grand chose à l'échelle galactique. Cela rassura Tohmas de savoir qu'aucun potentiel arriviste s'élevait sur l'échiquier géopolitique. À présent, c'était à nouveau la CSI face à la République, comme au temps de la Guerre des Clones. Les deux allaient-ils entrées dans une nouvelle guerre ouverte ? Probablement. Tohmas allait devoir tirer le meilleure partie de ce conflit !

Il monta les étages du bâtiment jusqu'à son bureau. La poussière s'était accumulée depuis son dernier départ pour Korriban. Il activa le droïde nettoyeur qui se chargea du ménage. Pendant ce temps, Tohmas s'assit et consulta sur son ordinateur ces messages. Une invitation à une soirée de responsables du monde de la vente aux enchères, une cérémonie de remise de diplômes pour quelques élèves en science politique appliquée aux affaires financières inter-systèmes, une demande en mariage de la part d'une étudiante,... Vraiment sans intérêt... Il se versa un verre de grog et prépara des œufs de rikknit de Néo-Plympto. Il n'avait pas mangé depuis le début du voyage en hyperespace et la faim commençait à se faire sentir.

À présent, il était temps de se mettre au travail. Il analysa les derniers comptes-rendus des recherches effectuées dans toute la Galaxie en matière d'archéologie Sith. Il nota surtout des avancements concernant Félucia et le rapport d'étude d'une ancienne base impériale Sith sur Begeren. C'était agréable de voir que d'autres faisaient avancer les connaissances sur les Sith. Tohmas pensa à ces historiens Républicains, limités dans leurs recherches par les censeurs Jedi. Il eut presque de la pitié pour eux. Après cette consultation, il s'attela à inspecter les rapports planétaires récents, notamment ceux de la police, à propos d'activité d'adeptes de la Force sur Muunilist. Si une secte s'était formée ici, elle pourrait le mener directement au recruteur proche des Sith.

La plupart des rapports n'avaient aucun intérêt. L'essentiel concernait des charlatans se faisant passer pour des maîtres de la Force. Ils étaient démasqués et enfermés en prison pendant quelques jours, avant d'être jetés dans la rue. Cependant, Tohmas remarqua quelques rapports sortant du lot, indiquant des activités étranges autour de laboratoires scientifiques privés dans la ville médiane. Les descriptions correspondaient à ce que Tohmas savait des pouvoirs de la Force. Le nombre de rapports indiquait clairement que ce n'était pas des coïncidences, mais bien "quelque chose". Il se leva, prit quelques affaires et quitta son bureau. Il allait tirer cette affaire au clair et, si possible, engager son premier contact avec l'Ordre Sith.
_________________________
Casier de Tohmas Nobren
Par le savoir, j'obtiens le pouvoir !
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 31/05/2015 17:35:06    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Lord Necrus
Nouveau

Hors ligne

Inscrit le: 09 Déc 2013
Messages: 90
Niveau: 0
Rang: Initié
Autre: Chef du culte Krath

MessagePosté le: 01/06/2015 10:05:10    Sujet du message: Premier contact avec les Sith Répondre en citant

Les affaires sont les affaires comme on dit, et Abric Keto était justement là pour ça. Après s'être entretenue avec une partie du clan bancaire sur des fonds secrets déposer par un individu inconnu sur un compte bancaire secret et in-traçable il partie vers les laboratoire. Il n'avait pas l'habitude de recevoir des ordres mais son neveu lui avait donné de faire ça pour lui. Le jeune homme lui avait révélé une pensé, une sorte d'idée ancré dans ça tête qui ne pouvait s'en défaire. Abric faisant totalement confiance ne remit pas la parole de son neveu en doute et s’exécuta. Ce fut ainsi qu'Abric Keto pu débloquer une certaine somme d'une plate forme fiscale protéger, qu'il transféra immédiatement sur un compte spéciale et protéger. LEs échanges avec le clan bancaire sont simple et rapide. Ils ne cherchent généralement pas à savoir d'où vient l'argent et où il part. Ce son des banquier pas des agents du fisc. Du coup les transactions étaient aisé et sans danger.

Une fois son opération fini il devait encore mené à bien une autre petite mission qui allait s’avérer elle, légèrement plus compliqué ou disons technique. Ce fut dans un laboratoire de la capitale de Muunlist qu'Abric rencontra un chef de projet. Il ne venait pas étudier ou encore discuter physique mais plutôt chercher une commande. Le scientifique avait été payé par l'ancien sénateur de Koros Major afin qu'il lui rassemble et emballe un certain nombre de pièce, très précise. Dans quel but ? Abric ne pouvait savoir, le scientifique lui même n'avait pas l'air de comprendre à quoi pouvait servir tout ce matériel, ce qui était sur c'était que pour Necrus tout ces pièces avait beaucoup d'importance, au moins autant que l'argent qui avait sur le compte bancaire secret que l'ancien sénateur venait de vider il y a peu de temps. L'affaire était conclue, le scientifique venait d'être payé sous la table, et les hommes d'Abric commencèrent à charger les pièces dans un vaisseau.

Non loin de là un homme encapuchonné regardait le manège des serviteurs charger le vaisseau du diplomate. Caché dans sa ruelle, attendant la bonne personne il regardait son transport se remplir petiot à petit espérant qu'il reste un petit peu de place. L'homme prenait l'air, il en avait marre de rester enfermé dans son bureau toute la journée à voir des pseudo utilisateurs de la force passer devant lui sans qu'aucun de lui paraissent vraiment intéressant. Si Abric Keto faisait des affaires en toute légalité sur Muunlist, l'individu à capuche lui faisait des recherches de potentiels sensitifs incognito et secrètement.

Pourquoi a-t-il été envoyé ici, sur un monde séparatiste par son Lord ? Il ne le comprend pas vraiment mais c'était la quatrième planète qu'il faisait en une semaine et même si la politique de recrutement de son culte était de faire vite et discrètement l'homme commençait à se lasser de son bureau au temple, de ses livres et ses recherches. Peut être allait-il avoir de la chance, peut être allait-il trouver quelqu'un afin qu'ils puissent partir pour Dromund Kaas ?
Revenir en haut
Tohmas Nobren
Nouveau

Hors ligne

Inscrit le: 29 Mai 2015
Messages: 15
Niveau: 0
Rang: Novice
Autre: Culte du Krath

MessagePosté le: 01/06/2015 15:28:34    Sujet du message: Premier contact avec les Sith Répondre en citant

Le professeur gara son airspeeder de service à quelques dizaines de mètres des laboratoires privés. Il était plus prudent de ne pas se faire immédiatement remarqué par des utilisateurs de la Force. Tohmas Nobren s'approcha discrètement. Il maudis sa stupidité de n'avoir emporter aucune arme avec lui. Autour de lui, la ville médiane s'agitait. Les gangs qui hantaient la ville basse d'Harnaidan sortaient souvent de leurs cloaques pour mener leurs activités criminelles de toute sorte. Il tombait en effet régulièrement des crédits depuis les hauteurs des tours de finances et les gangsters se disputaient les meilleurs poubelles. Ce jour là, la tension montait dans les ruelles et il ne faisait pas bon de rester à découvert. Ce n'était que maintenant que Tohmas se rendait compte du danger.

S'approchant des laboratoires scientifiques, il s'interrogea sur le contenu des travaux qui s'y déroulaient. La plupart des laboratoires se trouvaient dans la ville haute ou au moins dans des sections plus pacifiées de la ville médiane. L'endroit était à l'écart des commerces et autres activités de la vie quotidienne, loin des regards indiscrets, mais tout de même rapidement accessible pour s'y rendre ou en faire sortir des biens. Lorsqu'il se trouva devant les laboratoires, Tohmas nota immédiatement deux choses. D'abord, les laboratoires se fondaient dans le décors : ils ressemblaient à des bâtiments comme les autres, ni trop misérables, ni trop opulents. Ensuite, l'endroit n'était pas abandonné : il y avait des vigiles qui patrouillaient en petit nombre et un vaisseau posé sur une plate-forme atterrissage à quelques mètres de l'entrée. Des serviteurs y chargeaient des caisses, sous la surveillance d'un intendant et de quelques scientifiques. Tohmas s'attarda sur le vaisseau. Ce n'était pas un cargo, mais un appareil d'un tout autre type. L'historien n'y connaissait pas grand chose en vaisseaux spatiaux, mais il reconnut des détails de conception et de style typiquement Tétan. Cinnagar avait été le second cœur de la Confrérie des Sith d'Exar Kun avec Yavin IV. Tohmas avait passé des journées entières à étudier des holo-projections de vaisseaux Sith lancés sur Coruscant par le Culte Krath près de quatre mille ans plus tôt.

Cependant, la présence d'un vaisseau Tétan ici ne signifiait pas que l'endroit avait effectivement un lien avec l'Empire Sith. Il était trop tôt pour en tirer de telles conclusions. Toutefois, Tohmas sentait en son for intérieur qu'il était sur la bonne piste. Était-ce un message de la Force ? Peut-être bien. Tohmas n'arrivait pas à le déterminer. Mais il était certain qu'aucune des personnes qui chargeaient le vaisseau ne maîtrisait la Force. Si quelqu'un dans ces laboratoires était en contact avec des Sith, comment faire pour qu'il le remarque lui, un pauvre intrus que les vigiles se dépêcheraient de jeter au loin ? Il eut alors une idée... Prenant son courage à deux mains, Tohmas s'approcha des scientifiques. Son plan avait plus de chances de fonctionner avec eux. L'historien se plaça droit devant eux. Ces derniers lui lancèrent un regard surpris et interrogatif.

"Un vagabond ?" se demandèrent-ils ?

Tohmas s'exclama bien fort pour que chacun l'entende... parler en langue sith :

Vinos ! Buti sis zo Tétan kraud ? «Bonjour ! Est-ce un vaisseau Tétan ?»
_________________________
Casier de Tohmas Nobren
Par le savoir, j'obtiens le pouvoir !
Revenir en haut
Lord Necrus
Nouveau

Hors ligne

Inscrit le: 09 Déc 2013
Messages: 90
Niveau: 0
Rang: Initié
Autre: Chef du culte Krath

MessagePosté le: 02/06/2015 15:54:00    Sujet du message: Premier contact avec les Sith Répondre en citant

Personne ne l'avait ou senti venir. Cet homme c'était introduit dans les labos et était tranquillement sur la plate-forme atterrissage sans que personne ne lui dise rien. On aurait pu penser que la sécurité dans ce genre d'endroit, un laboratoire privé avec de gros moyens, était bien meilleure ou restreinte mais apparemment non.

Tandis que les hommes du l'ancien sénateur, aujourd'hui en période transitoire ou du moins attendant une opportunité, étaient en train de charger le vaisseau, encapuchonné lui attendait désespérément un signe lui indiquant que sa mission ici était finit. En plus de devoir trouvé des sensitif et de les recruter il assurait la protection de l'homme d'affaire qui venait d'acheter toute une cargaison de pièce divers. Malgré tout, celui qui avait été pris pour un vagabond par les deux trois scientifiques qui observais si le chargement se passait bien pu, sans opposition et sans se faire remarquer, s'approcher du vaisseau.

L'homme qui portait une capuche et qui surveillait la scène de loin senti une présence dans la force, quelqu'un était sensitif sur la passerelles, il jeta un regard et vit un homme plutôt grand parler à Abric Keto. Près à bondir et à le tuer il préféra attendre, son intuition lui disant qu'il pourrait s'agir de sa porte de sortie.

Quand l'étranger parla l'ancien langage sith, demandant si c'était bien un vaisseau de classe Tétan, l'ancien sénateur fit une légère et petit risette avant de reprendre u visage froid et autoritaire. Dos à l'homme, tournant simplement la tête de coté pour se faire entendre il lui répondit :

- Monsieur je ne sais pas quelle langue vous parler mais je ne vous comprend pas. Ici vous êtes dans une zone privé et vous n'avez pas votre place. Je vous conseil d'aller parler ce langage ailleurs, dans cette ruelle par exemple , il pointa du doigt la ruelle ou se trouvait son protecteur, sûrement que quelqu'un pourra le comprendre.
Dans le cas contraire je serais obligé de vous faire expulser par la sécurité. Au revoir .


Si l'homme n'était pas idiot il ferait ce qu'on venait de lui dire sans réfléchir ni broncher.

Dans la ruelle sombre, l'adepte encapuchonné observait en silence et caché dans l'ombre. Il avait vu que l'homme d'affaire auquel il état rattaché venait d'envoyé l'étranger vers lui mais il se demandait si c'était pour le tuer ou le recruter ...
Revenir en haut
Tohmas Nobren
Nouveau

Hors ligne

Inscrit le: 29 Mai 2015
Messages: 15
Niveau: 0
Rang: Novice
Autre: Culte du Krath

MessagePosté le: 02/06/2015 16:49:27    Sujet du message: Premier contact avec les Sith Répondre en citant

Tohmas jubilait ! Lorsqu'il avait parlé la langue Sith, tous l'avaient regardé affichant une face signifiant clairement "Encore un fou...". Gardant leurs positions, les gardes passèrent la main sur la ceinture, agrippant fermement leurs blasters. Tohmas fut alors convaincu qu'il allait se faire jeter au loin, jusqu'à ce qu'un homme, dos tourné vers lui, ne prenne la parole. L'historien jugea plus sage de ne pas s'approcher du mystérieux personnage. Voir un visage suffisait parfois à se retrouver avec une décharge de blaster dans la poitrine. Quand l'inconnu eut fini ses phrases, Tohmas sourit en son for intérieur. Cet homme avait reconnu l'ancienne langue du peuple Sith ! Cet homme savait des choses sur les Sith ! Il y avait fort à parier qu'il était en contact avec ces derniers. Peut-être était-ce même lui le recruteur d'utilisateurs de la Force dont parlaient les rumeurs.

Tohmas se calma. Pour l'instant, il n'avait pas assez d'éléments pour arriver à de telles conclusions. Après tout, il ne voyait qu'un mystérieux personnage, reconnaissant des mots simples en Sith, près d'un vaisseau Tétan, dans lequel on chargeait une cargaison depuis des laboratoires privés et discrets. Il était possible, même probable, que tout ceci n'est absolument rien à voir avec l'Ordre Sith. L'inconnu venait de lui indiquer une ruelle sur sa gauche, où "quelqu'un serait mieux à même de comprendre ce langage". Plusieurs possibilités se présentaient alors : le recruteur de sensibles à la Force qu'évoquaient les rumeurs était dans la ruelle, ce qui pouvait amener Tohmas vers l'Ordre Sith, ou bien des tueurs au service du ou des maîtres des lieux attendait en renfort ici et on l'envoyait directement à l'abattoir, ou encore cette ruelle pouvait mener nul part et on l'envoyait ainsi balader. Dans tous les cas, il ne lui restait que trois solutions : aller dans la ruelle à ses risques et périls, attendre sur place et ainsi ne pas suivre le conseil de l'inconnu, sans doute une mauvaise idée, ou manifester sa peur et tenter de prendre la fuite, sachant que si des Sith étaient derrière tout cela, fuir signerait peut-être son arrêt de mort pour en avoir trop vu.

Encore une fois, Tohmas rassembla son courage. Il acquiesça à l'inconnu, préférant ne rien dire, puis alla jusqu'à la ruelle. Cette dernière était sombre, froide et humide, et il était impossible de voir ce qu'elle accueillait sans y pénétrer. Pour ainsi dire, tout ce que détestait Tohmas ! Il fit quelques pas en avant et, au bout de quelques mètres, il distingua une forme humanoïde dans les fumées brumeuses, choses malodorantes communes à tous les endroits exiguës de la ville médiane. Plissant les yeux et attendant quelques secondes, l'historien nota plus de détails à propos de la forme : c'était un homme encapuchonné, vêtu de sombres couleurs, surtout de noir. Sans doute était-ce ce "quelqu'un qui serait mieux à même de comprendre ce langage"... Tohmas lança d'une voix plus assurée qu'il avait espéré :

- Zhol buti zo zyemus naktis kia byloti tave khutrai iv tave zarchas Tsis tauta is getve. " C'est une belle soirée pour parler la langue de l'ancien peuple Sith dans les rues. "
_________________________
Casier de Tohmas Nobren
Par le savoir, j'obtiens le pouvoir !
Revenir en haut
Lord Necrus
Nouveau

Hors ligne

Inscrit le: 09 Déc 2013
Messages: 90
Niveau: 0
Rang: Initié
Autre: Chef du culte Krath

MessagePosté le: 06/06/2015 13:05:30    Sujet du message: Premier contact avec les Sith Répondre en citant



Ez'zio Kenway - Adepte krath - spécialisation assassin sith



Adossé au mur de la ruelle, Ez'zio regardait d'un oeil interrogatif la scène qui se passait non loin de lui. Un homme, un étranger, dont personne pouvait expliquer la présence en ces lieux, était en train de discuter avec l'homme d'affaire, aussi influent dans la galaxie que dans le Krath, qu'il devait protéger.

Ca ne lui plaisait pas plus que ça d'être sur Muunlist, surtout pour faire du recrutement. Heureusement il avait une double mission celle de faire de la protection rapproché et pas de n'importe qui. Cette tache lui convenait bien mieux, elle rentrait plus dans son domaine de compétence.

La conversation fut courte, elle se solda par un geste du bras d'Abric Keto, montrant du bout des doigts la ruelle sombre ou ce trouvais Kenway. De toute évidence l'homme d'affaire venait d'envoyé l'étranger vers l'assassin, dans quel but ? Un meurtre, net et rapide ? ou un recrutement?
La seconde option était bien plus envisageable pour l'adepte Krath puisqu'il avait senti depuis l'arrivé de l'homme son affinité dans la force. Plus l'étranger se rapprochait de lui plus Ez'zio pouvait percevoir la force en lui. Restant sur la défensive il recula pour se mettre totalement dans l'ombre, préparant son arme pour une futur attaque.

L'étranger entra dans la ruelle et passa dans l'ombre. Il s'arrêta et dit dans l'ancien langage sith :

- C'est une belle soirée pour parler la langue de l'ancien peuple Sith dans les rues.

L'adepte connaissait la langue pour l'avoir apprise avec le krath, mais il fut tout de même étonné de l'entendre de la bouche de l'étranger. Il fit un petit raisonnement simple dans sa tête : * Cet homme a une affinité avec la force et en plus il sait parler l'ancien langage, ça ne peux être qu'un signe de la force pour le recrutement ! *

Toujours sur ses gardes il répondit dans le même langage :

- Toutes les occasions sont bonnes pour parler la langue de l'ancien peuple sith. La question est de savoir où et comment vous l'avez apprise ?






Désolé si les posts sont court et peu fournis mais il n ' y a pas des masses à dire . Je te propose une conversation rapide puis tu partira avec Ez'zio et Abric pour Dk afin de commencer ta formation .
Revenir en haut
Tohmas Nobren
Nouveau

Hors ligne

Inscrit le: 29 Mai 2015
Messages: 15
Niveau: 0
Rang: Novice
Autre: Culte du Krath

MessagePosté le: 08/06/2015 10:49:31    Sujet du message: Premier contact avec les Sith Répondre en citant

Maintenant, il n'y avait plus le moindre doute. Tohmas se trouvait face à un utilisateur de la Force, un adepte du Côté Obscur et un homme au minimum en contact avec l'héritage Sith. Il pouvait sentir la Force vibrée tout autour de lui, telle une aura de puissance, quand il prononçait les mots des Sith. À présent, l'historien devait faire en sorte de sortir vivant de cette entrevue et d'entrer en contact avec l'Ordre Sith grâce à cet individu. Tohmas n'avait pas le droit à l'erreur : c'était un adepte du Côté Obscur qui lui faisait face et celui-ci n'hésiterait pas à se débarrasser de lui si ses réponses ne lui convenaient pas.

Gardant une mine assurée et une voix constante, il répondit cette fois-ci en basic. L'individu capuchonné n'était probablement pas là pour jouer. Il était temps de se montrer plus sérieux maintenant qu'il avait attiré son attention.

- Toutes les occasions, vraiment ? Si vous le dîtes... Le langage Sith a cependant un pouvoir mystique intense et je pense qu'un simple novice dans la Force tel que moi - bien qu'au potentiel certain - ne soit pas digne de prononcer les mêmes mots que les grands Seigneurs Sith de l'ancien temps en chaque occasion. Mais je me montre impoli en ne répondant pas de suite à votre interrogation, Messire. En vérité, c'est assez simple : j'ai appris la langue Sith à l'Université d'Anaxes. Les langues anciennes de la Bordure Extérieure ne sont pas ses spécialités, mais quelques enseignements de la langue Sith sont délivrés par une poignée de professeurs n'étant pas effrayés par les menaces des censeurs Jedi. C'est donc de la manière la plus classique que j'ai appris le Sith. Oh, bien sûr, c'était nécessaire pour mes activités ! Voyez-vous, je suis historien à l'Institut Hego Damask II, où j'enseigne l'histoire de la plus grande civilisation galactique et de ses glorieux héritiers, de Freedon Nadd à Dark Bane, où le puissant Ordre Sith se cacha dans l'ombre pour ne réapparaître que dernièrement. Je fais de nombreuses recherches sur tous ces grands seigneurs, sur leurs empires, bâtis par la passion, la force, le pouvoir et la victoire. Je reviens d'ailleurs de Korriban où j'étudiais les merveilles laissées par les Rois et Seigneurs Sith. Quelle magnifique planète, n'est-ce pas ? Là-bas, on y sent le Côté Obscur de la Force vibrer avec plus d'intensité que nulle autre planète que j'ai visité ailleurs dans la Galaxie ! Enfin, peut-être n'ai-je pas assez voyagé !
_________________________
Casier de Tohmas Nobren
Par le savoir, j'obtiens le pouvoir !
Revenir en haut
Lyzendra
Nouveau

Hors ligne

Inscrit le: 29 Juin 2015
Messages: 6
Niveau: 0
Rang: Novice
Autre: Culte du Krath

MessagePosté le: 06/07/2015 23:21:59    Sujet du message: Premier contact avec les Sith Répondre en citant

Lyzendra identifia rapidement la planète de sa vision. Muunilinst l'une des planètes les plus riches de la galaxie, grâce à la présence du clan bancaire intergalactique. C'est d'ailleurs ce détail qui lui avait permis d'identifier cette planète dans sa vision.

Il était encore tôt sur cette planète quand le vaisseau transportant Lyz atterrit au spatioport de Muunilinst. Après avoir passé tous les droïdes de contrôle sans problème, elle se retrouva dans les rues bordé du bâtiment en marbre au style ancien. Par où commencer, Lyz avait identifié la planète mais maintenant comment retrouver la personne qu'elle recherchait.

* Me voilà bien ! Comment trouver une ombre sur une planète ? Je ne me vois pas demander : Bonjour auriez-vous vu une ombre ayant un rapport avec les sith dans le coin ? Quelle galère !*

Il fallait déjà qu'elle se restaure elle n'a rien manger depuis la veille et elle commençait à avoir un creux à l'estomac. Elle se dirigea dans les rues principales et ne tarda pas à tomber sur un établissement qui semblait bien rempli.

* Rien de mieux que de se fondre dans la masse pour récolter quelques informations. *

Elle commanda un repas frugal et elle s'installa pour manger, et écoutez ce qui se disait aux alentours. Elle entendit beaucoup de choses inutiles, cet incroyable ce que les gens peuvent déblatérer comme banalités quand il parle avec l'un de leurs semblables, elle eut droit à des conversations sans intérêt et sans but comme la vie de beaucoup d'être vivant à son avis. Mais elle entendit aussi parler d'activités étranges qui se seraient passé dans des laboratoires privés de la ville médiane. Elle finit son repas et décida d'aller faire un tour là-bas dans l'après-midi, elle continua son excursion dans la ville à la recherche d'autres informations mais sans succès. Elle se rendit donc dans la ville médiane.

Sa première vision de cette portion de la ville fut des plus mauvaise, apparemment les gangs sévissait ici. Elle s'attacha à être discret et fila en direction des laboratoires. L'agitation régnait dans les rue et elle manqua plusieurs fois de tomber sur des règlements de compte entre bandes et dut faire quelque détour avant d'arriver aux laboratoires.

Les laboratoires semblait en pleine activité en effet des vigiles patrouillaient devant un bâtiment contenant un vaisseau que l'on chargeaient de caisses. Les vigiles ne semblaient pas très attentif car Lyz remarqua qu'un homme avait réussi a passer a travers leur dispositif très facilement. Cet homme de forte carrure s'approcha d'un groupe de scientifiques avant de se mettre à prononcer d'une voix forte :

- Vinos ! Buti sis zo Tétan kraud ?

Se qui ne voulait absolument rien dire pour Lyz, mais ces mots semblaient avoir un impact sur elle même si elle ne savait pas pourquoi. Quoi qu'il en soit cette homme allait surement être jeté dans la rue. Un homme en noir qui était dos à lui sembla lui répondre mais elle n'entendit pas se qu'ils se dirent. L'homme en noir pointa du doigt une ruelle proche d'où se tenait lyz. L'homme qui avait parlé le dialecte étrange, après une petite hésitation, se dirigea vers la ruelle et s'y engouffra. elle le suivit le plus discrètement possible, une fois dans la ruelle se ne fut pas difficile car celle-ci était vraiment très sombre et Lyz marchait accroupie.

Un autre homme se trouvait dans la ruelle, Lyz ne l'avait pas remarqué car celui-ci était vêtu de pied en cape en noir. Lyz se cacha derrière un conteneur.

- Zhol buti zo zyemus naktis kia byloti tave khutrai iv tave zarchas Tsis tauta is getve." dit l'homme à la forte carrure.

L'homme en noir répondit apparemment dans le même langage mais Lyzendra n'en compris pas le moindre mots. après un petit blanc l'autre homme répondit.

- Toutes les occasions, vraiment ? Si vous le dîtes... Le langage Sith a cependant un pouvoir mystique intense et je pense qu'un simple novice dans la Force tel que moi - bien qu'au potentiel certain - ne soit pas digne de prononcer les mêmes mots que les grands Seigneurs Sith de l'ancien temps en chaque occasion. Mais je me montre impoli en ne répondant pas de suite à votre interrogation, Messire. En vérité, c'est assez simple : j'ai appris la langue Sith à l'Université d'Anaxes. Les langues anciennes de la Bordure Extérieure ne sont pas ses spécialités, mais quelques enseignements de la langue Sith sont délivrés par une poignée de professeurs n'étant pas effrayés par les menaces des censeurs Jedi. C'est donc de la manière la plus classique que j'ai appris le Sith. Oh, bien sûr, c'était nécessaire pour mes activités ! Voyez-vous, je suis historien à l'Institut Hego Damask II, où j'enseigne l'histoire de la plus grande civilisation galactique et de ses glorieux héritiers, de Freedon Nadd à Dark Bane, où le puissant Ordre Sith se cacha dans l'ombre pour ne réapparaître que dernièrement. Je fais de nombreuses recherches sur tous ces grands seigneurs, sur leurs empires, bâtis par la passion, la force, le pouvoir et la victoire. Je reviens d'ailleurs de Korriban où j'étudiais les merveilles laissées par les Rois et Seigneurs Sith. Quelle magnifique planète, n'est-ce pas ? Là-bas, on y sent le Côté Obscur de la Force vibrer avec plus d'intensité que nulle autre planète que j'ai visité ailleurs dans la Galaxie ! Enfin, peut-être n'ai-je pas assez voyagé !

Lyzendra n'arrivait pas à y croire les deux hommes dans la ruelle semblaient êtres en relation, de quelque façon que ce soit, avec les sith. C'était une chance inattendue, mais comment faire maintenant pour se joindre à la conversation sans risque. Si l'homme en noir était un sith et qu'elle surgissait comme cela à l'improviste au milieu d'une ruelle elle risquait de se faire tuer sans sommation. Pour le moment elle ne semblait pas être repérée.

*Je vais attendre de voir comment cela tourne.*

_________________________
http://star-wars-rpg.soforums.com/t5769-Casier-de-Lyzendra.htm
Revenir en haut
Super PNJ
Nouveau

Hors ligne

Inscrit le: 25 Oct 2008
Messages: 2 552
Niveau: 100

MessagePosté le: 11/07/2015 19:07:16    Sujet du message: Premier contact avec les Sith Répondre en citant

L’après-midi avait touchée à sa fin. L’intensité du soleil déclinait, et accompagnant le crépuscule, une légère bruine avait commencé à s’abattre sur la ville médiane. Les nuages s’y succédaient en y déversant l’un après l’autre quelques ondées éparses. La pluie ne posait guère de problèmes dans les affaires et les gens encore au dehors s’afféraient à terminer leur besogne sans trop se presser. C’était le cas des quelques individus qui s’activaient à proximité d’un laboratoire scientifique. N’ayant cure de l’averse, ils continuaient à charger un vaisseau qui s’y était posé.

Pris par le travail, ces gens-là ignoraient que deux paires d’yeux étaient en train de les observer à travers l’obscurité ...

Il aurait été bien futile de penser incapables les services de police de Muunilinst ! Les rapports mentionnant des activités suspectes aux alentours des laboratoires scientifiques privés de la ville médiane avaient fait l’objet d’une attention toute particulière. Car il était clair que si un particulier comme Tohmas Nobren avait eu des doutes sur ce qu’y s’y tramait réellement, alors la Direction Centrale des Renseignements Séparatistes et les autorités locales étaient rapidement arrivés aux mêmes constatations ... Il avait été décidé de surveiller la chose avec la plus grande prudence et les autorités avaient appliqué une procédure d’école.

Sept policiers avaient étés envoyés « en planque ». L’équipe ainsi formée se divisait en deux groupes : deux hommes sur les toits et les quatre autres dans un Van-Speeder maquillé en véhicule utilitaire de dératisation. Le binôme avait pour charge l’observation visuelle tandis que le groupe dans le véhicule se chargeait d’enregistrer les conversations à l’aide d’un dispositif d’écoute prêté par le DCRS.

A ce stade de l’enquête rien ne laissait présager que l’affaire soit en lien avec les Siths. On observait des activités de frets suspectes qu’on pensait être liées à de la contrebande. L’équipe dépêchée sur place n’avait pas vocation à intervenir. On était là sur un travail de collecte d’informations.

Mais participer à une mission de renseignement n’était pas une raison pour ne pas être promptement équipé ! Le binôme en position sur les toits se décomposait d’un « spoteur » équipé d’une macro-jumelle, et d’un tireur d’élite don la dotation était un fusil de précision. Vêtus de noir et encagoulés, ils observaient le remue-ménage qui se déroulait en contre bas. Celui qui tenait les jumelles était un Sélonien, il se retourna vers son comparse et lui chuchota à voix basse :

« - Et dire que je pourrais être tranquillement en train de boire un bon Whisky Corellien dans une cantina au lieu de me geler les miches sur ce toit jusqu’à pas d’heure … »

Le tireur d’élite ne bougea pas. Imperturbable, il restait l’œil rivé dans le réticule de son fusil. Son coéquipier était un ami de bonne date mais il avait la mauvaise manie de se déconcentrer rapidement. Le sniper se contenta de répondre avec agacement :


« - Et à quoi tu pensais quand tu t’es engagé ? … Gros malin ! »

« - A dire vrai quand j’ai signé je pensais plus aux femmes … L’uniforme tout ça … Il n’y a pas à dire ça attire les minettes ! »

« - La protection des populations, intervenir dans l’urgence, être au service des autres … Tout ça n’a pas joué ? »


« - Je t’en donnerais du « protection de la population » et « situation d’urgence » ! On est sur un toit, il pleut et on regarde des mecs empiler des cartons dans un vaisseau ! Et le pire c’est que je te parie 1 000 Crédits que c’est rien d’autre que du trafic de turbocompresseurs ... »

Le tireur d’élite allait rétorquer quelque chose lorsqu’il remarqua de l’agitation chez ceux qu’ils surveillaient. Visiblement un individu venait de faire irruption. Il s’entretint succinctement avec une personne qui semblait être le chef avant que ce dernier ne lui désigne une ruelle. Le policier activa son comlink et contacta l’équipe dans le speeder garé à quelques ruelles d’ici.

« - On a du mouvement. Un nouveau venu : humain, la petite trentaine, grande taille, assez baraqué. »


Soudain les formes devinrent floues dans la lunette du fusil. Le sniper grommelât et essuya l’optique sur laquelle de la buée c’était agglutinée. C’était les aléas de travailler à l’extérieur par temps humide … Au moins pouvait-il se consoler à l’idée que la nuit qui était tombée ne dévoilerait pas sa position par un reflet inopportun de la lunette ... Il s’agissait d’un viseur optique. Ce dernier était dépourvu de senseurs, évitant de ce fait les dysfonctionnements techniques ou électroniques dus à une trop grande sophistication.

Son arme en tant que telle était un « Kisteer 1284 ». Il s’agissait d’une carabine à projectile. Bien que supplantées par les armes à énergie, les armes à feu avaient l’avantage de ne pas laisser de trainée de plasma à la suite d’un tir. Cela permettait en outre de ne pas pouvoir remonter jusqu’au tireur : un avantage considérable pour les snipers. La faible capacité de pénétration des balles était pondérée par la robustesse du matériel, sa précision, ainsi que par plusieurs circuits amplificateurs qui permettaient d’augmenter significativement la cadence de tir.

Le comlink grésilla, c’était l’équipe du van qui répondait.


« - Reçu. Ce n’est pas l’endroit rêvé pour une promenade : gardez ce gars à l’œil. C’est louche. »

« - Le nouveau venu est en mouvement. Il se dirige maintenant vers la ruelle. » annonça le spoteur.

Le sniper plaça son réticule sur la tête du professeur et suivit ses déplacements. En effet, l’homme quitta le lieu où se chargeait le transport et pénétra dans une ruelle qui était littéralement plongée dans l’obscurité. Le policier activa la vision nocturne de sa lunette et remarqua la présence d’un homme encapuchonné. Lui et son compagnon furent témoin d’un bref échange entre les deux hommes. Le Sélonien contacta la seconde équipe par radio.

« - Je compte maintenant deux individus dans la ruelle. Ils discutent ... Le second gars porte une capuche, c’est un humanoïde … Je ne peux pas en dire plus … Tout en tenant ses macro-jumelle, le spoteur orienta de son bras libre l’appareil d’écoute en direction des deux individus suspects. Il s’agissait d’une parabole orientable : un dispositif d’écoute prêté par le DCRS et relié aux terminaux que manipulaient ses quatre confrères dans le Speeder. Le Sélonien avait une oreillette branchée directement sur la parabole. Il perçu  le monologue de Tohmas : visiblement l’homme se présentait, parlait de l’Université d'Anaxes etc … Le sujet récurrent du monologue était les Siths ... Le policier se retourna vers le sniper. Sa traditionnelle gaité avait disparue. Il fallait dire qu’il venait de perdre 1 000 Cr dans un pari stupide. Ça sent le Sith ! Je ne comprends pas vraiment ce qui se passe mais ils parlaient une langue bizarre puis le grand gaillard a commencé à parler des Siths. Le mec en face reste imperturbable ! »

Le tireur d’élite caressa la gâchette de son fusil, ne décrochant pas son réticule de la tête de Tohmas.

« - Permission d’engager ? »

L’équipe du van répondit immédiatement :


« - Négatif. On a enregistré la discussion et pour l’instant rien ne nous permet de corroborer vos soupçons. On ne va pas abattre ces deux types parce qu’ils ont une discussion au sujet des Siths … Soyons sérieux … »

Le sniper ne décrocha pas pour autant son doigt de sa gâchette. Tel un prédateur, il restait rivé sur sa cible. La haine des Séparatistes à l’égard des Siths était grande et ce depuis la trahison de l’Omega … Le Sélonien remarqua l’attitude de son coéquipier mais n’alla pas dans le sens de ses camarades. Lui aussi sentait que cette affaire était louche à plein nez. Mieux valait abattre ces deux gus au premier geste suspect et prétexter « avoir vu une arme » que de laisser cette racaille dans les rues au risque de voir survenir un attentat !


« - Vise le mec à capuche, je pense que c’est un recruteur. L’autre n’est peut-être qu’une recrue … »

Le sniper hocha de la tête et lâcha Norben du viseur. Il calibra sa lunette sur la nouvelle cible : l’homme encapuchonné. Mais alors qu’il était en train de régler son optique une forme passa entre lui et sa cible.

« - Putain j’ai quelqu’un dans le viseur ! On a une troisième personne dans la ruelle : sexe féminin, une humaine. »


Le spoteur chercha à l’aide de sa macro-jumelle et remarqua une jeune femme en contre bas qui semblait espionner la discussion. Le tireur n’était pas sur un toit très élevé et la jeune femme c’était placé sans le savoir en plein dans son axe de tir. Le Sniper serra des dents de colère.

« - Bordel elle ne bouge pas … Lyzendra obstruait totalement la visée du tireur d’élite. Je n’ai pas de fenêtre de tir, je répète fenêtre de tir compromise. »

L’équipe du Speeder renchérit immédiatement.

« - Mais on vous a dit de ne pas tirer bordel ! »


Le tireur se releva et se décala de manière à pouvoir replacer son fusil sur sa cible. Malheureusement en bougeant il avait révélé sa position et l’homme a la capuche c’était évaporé dans l’obscurité ! Il ne restait déjà plus que Norbren et Lyzendra dans la ruelle !


« - merd* on est repéré ! »
s’esclaffa le Sélonien.

Et déjà le transporteur allumait ses moteurs : il allait décoller … L’opération était compromise ! Le sniper ramena son viseur sur Norbren tandis que son comparse s’équipa d’un portevoix et s’écria depuis le toit :


« - POLICE PERSONNE NE BOUGE ! »

Mufus 
 

 

 

_________________________
Ceci est le PNJ à tout faire du Staff !

Il est là pour vous aider quand vous êtes bloqué dans le RP de quelques manières (formation, missions, etc...)
Revenir en haut
Tohmas Nobren
Nouveau

Hors ligne

Inscrit le: 29 Mai 2015
Messages: 15
Niveau: 0
Rang: Novice
Autre: Culte du Krath

MessagePosté le: 13/07/2015 19:00:21    Sujet du message: Premier contact avec les Sith Répondre en citant

Les choses s'étaient passées si vite. Tohmas venait de sentir une présence derrière lui - une capacité propre à la Force ou un simple pressentiment, il n'aurait su le dire. Il allait se retourner, courir vers l'individu et se jeter dessus. Ainsi, il pourrait potentiellement sauver sa vie, mais également prouver sa valeur à l'homme encapuchonné, que ce soit une épreuve de sa part ou non. Avant qu'il n'est pu faire le moindre geste, l'homme en lien avec l'Ordre Sith eut un bref regard derrière Tohmas, en hauteur. Soudain, il s'éclipsa dans la ruelle comme une ombre. L'historien fut tenté de le suivre, bien que la tâche pourrait s'avérer ardue, mais par réflexe, il se retourna : l'individu qu'il avait senti tentait peut-être de le tuer.

En un éclair, il remarqua une femme. Sa première pensée, très primaire, fut consacrée à ses formes et son beau visage. Puis, il sentit quelque chose en elle de plus profond quand son regard croisa le sien. Il eut à peine le temps de vérifier qu'elle ne pointait pas d'arme sur lui qu'il vit un van-speeder apparaître au dessus du vaisseau Tetan. Le professeur, vivant dans l'Espace séparatiste depuis de nombreuses années, reconnut immédiatement un véhicule de police. D'ailleurs, la phrase fétiche et plutôt ringarde des policiers - "POLICE PERSONNE NE BOUGE ! - fut rapidement prononcer.

- Sudas ! jura-t-il.

Il mit les mains en l'air et chuchota à la jeune femme :

- Je ne sais pas qui tu es, mais tu viens de nous mettre dans le pétrin, ma belle !
_________________________
Casier de Tohmas Nobren
Par le savoir, j'obtiens le pouvoir !
Revenir en haut
Lyzendra
Nouveau

Hors ligne

Inscrit le: 29 Juin 2015
Messages: 6
Niveau: 0
Rang: Novice
Autre: Culte du Krath

MessagePosté le: 13/07/2015 21:09:03    Sujet du message: Premier contact avec les Sith Répondre en citant

Les choses tournaient mal. Lyzendra était en train d'espionner les deux hommes lorsqu'elle vit l'homme encapuchonner lever les yeux. Elle se retourna dans la direction où il regardait, un homme se trouvait sur le toit du bâtiment en face de la ruelle. Il était en train de se déplacer. Quand elle se retourna de nouveau l'individu vêtu de noir avait disparu et le deuxième homme la regardait avec insistance.


* Et merd** ! je suis décelé ! *


Cette à ce moment qu'elle entendit le bruit caractéristique d'un speeder et ...


- POLICE PERSONNE NE BOUGE !


L'homme en face d'elle les bras en l'air, jura enfin elle supposait elle n'avait pas compris.


- Je ne sais pas qui tu es, mais tu viens de nous mettre dans le pétrin, ma belle !


Elle leva les bras également avant d'ajouter.


- Tu te moques de moi .! Qui parle des shits en pleine rue ? Si j'ai pu entendre votre petite conversation, je me demande bien qui d'autre la entendu ... mon beau.


Elle prononça ces mots avec tout le mépris dont elle était capable, puis elle se retourna pour faire face au nouveau problème qui s'annonçait.

_________________________
http://star-wars-rpg.soforums.com/t5769-Casier-de-Lyzendra.htm
Revenir en haut
Tohmas Nobren
Nouveau

Hors ligne

Inscrit le: 29 Mai 2015
Messages: 15
Niveau: 0
Rang: Novice
Autre: Culte du Krath

MessagePosté le: 13/07/2015 23:10:58    Sujet du message: Premier contact avec les Sith Répondre en citant

Tohmas Nobren fut assez décontenancé par la réponse de la jeune femme. D'un côté, il trouvait sa remarque amusante, d'un autre, elle venait de le mettre encore plus en colère. Toujours en chuchotant, il cracha :

- Ce n'était pas mon plan de parler des Sith en pleine rue ! C'est le superviseur des ouvriers qui m'a amené vers l'homme à la capuche !

D'ailleurs, que se passait-il pour les scientifiques, la main-d'oeuvre et leur chef qui chargeaient des caisses dans le vaisseau Tétan ? Il avait du mal les voir depuis la ruelle où il se trouvait. Il regarda en détails les policiers. Il reconnut les symboles de la CSI et remarqua que beaucoup d'officiers dans la van-speeder n'étaient pas assez grands et minces pour être des Muun. Il s'agissait sûrement là de forces confédérées envoyées ici depuis d'autres planètes de la CSI. Deux possibilités se présentaient donc : soit ces policiers étaient des unités d'élite chargées de traquer les Sith, dans ce cas leur cible était l'homme encapuchonné et les acheteurs des laboratoires privés, soit la CSI avait renforcé sa présence policière dans la Bordure Extérieure, contrôlant plus sévèrement les agissements des petits criminels plutôt que les banquiers du CBI. La situation n'était pas si grave s'il s'agissait de la seconde solution - Tohmas trouverait bien une excuse facile -, mais si c'était la première solution, alors il allait avoir du mal à expliquer sa situation, tout en finissant pas emprisonné - ou exécuté - à la fin de son interrogatoire.

Une troisième possibilité germa dans son esprit. Il fallait en être certain avant de se retrouver seul devant les enquêteurs séparatistes. L'historien demanda à la femme :

- Dis-moi, ce ne serait pas après toi qu'ils en auraient ? Après tout, tu n'as pas la dégaine d'une personne honnête...
_________________________
Casier de Tohmas Nobren
Par le savoir, j'obtiens le pouvoir !
Revenir en haut
Super PNJ
Nouveau

Hors ligne

Inscrit le: 25 Oct 2008
Messages: 2 552
Niveau: 100

MessagePosté le: 16/08/2015 05:28:03    Sujet du message: Premier contact avec les Sith Répondre en citant

La pénombre arrangeait bien des situations tout comme l'agencement des immeubles de la ville médiane. C'est sans conteste la raison principale pour laquelle les quelques gangs de la ville basse d'Hairnadan se plaisaient à exercer leurs activités criminelles en ces lieux comme le feraient les voyous des bas-étages de Coruscant ou de Taris. La surpopulation dans des quartiers fermés amenait logiquement un surplus de délinquance, avec à la clé la présence obligatoire du marché noir qui sévissait sur toutes les planètes concernées par ce fléau sociologique. Il n'y a pas moyen de nier qu'il était bien mieux de résider sur Dantooine ou sur Alderaan...

Bien qu'elle ait quelques points communs avec la Capitale de la République, Muunilinst n'était tout de même pas comparable à Triple Zéro. Les gangs y étaient plus rares, moins violents et bien plus discrets. Les ravages des délinquants n'avaient pas le même écho médiatique que sur Coruscant, là où des territoires de plusieurs dizaines de kilomètres -ce qui ne représentait pas grand chose à l'échelle de la planète-ville- étaient parfois sous le contrôle de groupuscules criminels qui vivaient grâce au commerce de la drogue ou des armes. Cependant, la richesse provenant des activités florissantes du Clan Bancaire Intergalactique avait tout de même mis à l'écart un très faible pourcentage de Muuns et d'étrangers qui avaient cru pouvoir se forger une belle et nouvelle vie sur Muunilinst. Comme toujours certaines personnes n'y trouvaient pas leur compte ou étaient tout simplement rejetées par le système en place. Désabusées, elles finissaient par tomber sur des individus odieux qui profitaient de leurs faiblesses en leur promettant de l'argent et une place à leurs côtés. Pour quoi faire? Cela ne les importait guère: ils voulaient tout simplement avoir un rôle dans la société, un rôle qui leur permettait de se sortir du gouffre dans lequel ils avaient été jetés en pâture par les gens de la haute société. Les gangs leurs offraient une revanche. Une vengeance, même. C'était une chance à ne pas laisser passer.

En parvenant jusqu'ici, Tohmas Nobren aurait du se douter que son chemin rencontrerait celui des gangs d'Hairnadan, à moins que la Force ne lui ait fait aucun signe particulier. Ce qui n'était pas le cas de la police de la cité qui n'avait pas tardé à réagir afin de stopper le jeune professeur et l'étrange inconnue qui se trouvait non loin de lui. La situation leur avait échappé, et voilà que l'homme encapuchonné s'était volatilisé ! Lui-seul pouvait permettre à Nobren de prendre contact avec les Sith. Avait-il sauvé sa peau tant qu'il en avait la possibilité? A y réfléchir de plus près, Tohmas aurait peut-être dû faire la même chose...

La situation était digne d'un holodrame mais il ne fallait pas baisser les bras: il y avait encore un mince espoir de se sortir de ce pétrin. Le signal fut soudain et bref, mais il était intelligemment programmé pour laisser la possibilité à Nobren et à l'inconnue de déguerpir de cette ruelle avant de se faire descendre par le sniper positionné sur le toit. Ils n'avaient surement pas une assez bonne visibilité pour savoir ce qu'il se passait là-haut, mais l'on aurait dit que quelqu'un avait fait diversion, leur laissant suffisamment de temps pour disparaître. Tohmas, lui, fut agrippé par une main inconnue qui vint lui arracher l'épaule droite: le geste était assez significatif, il était invité à rebrousser chemin. Dans la pénombre, impossible de distinguer l'apparence de l'homme -si c'en était bien un...- mis à part le fait qu'il était de petite taille. Sa voix, rauque et fatiguée, n'inspirait pas confiance et pourtant, c'était la seule issue qui s'offrait au professeur d'histoire.


-Suivez-moi, Monsieur le Professeur... Dépêchez-vous ... !

Il n'y avait visiblement aucun danger en provenance de cet homme, du moins fallait-il attendre de voir où il comptait amener Tohmas. Dans l'obscurité profonde, le mystérieux inconnu emprunta une série de ruelles encore plus étroites que celle où Nobren avait rencontré son homologue encapuchonné. L'allure était rapide, preuve qu'il savait où il mettait les pieds. Cette donnée pouvait rassurer le jeune professeur au moment de se demander si c'était la bonne solution. Mais devait-il vraiment suivre un illustre inconnu dont il ne savait rien?

C'était le seul choix qui lui restait actuellement. Il ne pouvait rien faire d'autres.
Rylen  Jedi

_________________________
Ceci est le PNJ à tout faire du Staff !

Il est là pour vous aider quand vous êtes bloqué dans le RP de quelques manières (formation, missions, etc...)
Revenir en haut
Tohmas Nobren
Nouveau

Hors ligne

Inscrit le: 29 Mai 2015
Messages: 15
Niveau: 0
Rang: Novice
Autre: Culte du Krath

MessagePosté le: 26/08/2015 10:40:11    Sujet du message: Premier contact avec les Sith Répondre en citant

Tohmas Nobren se retrouvait à courir derrière un homme, dont il ne savait pour ainsi dire rien, excepté qu'il le connaissait assez pour l'appeler "professeur" - même s'il avait pu le savoir en entendant sa conversation avec l'encapuchonné. Tohmas n'appréciait pas cette situation. Il ne contrôlait plus rien. Son premier contact avec l'Ordre Sith tournait au fiasco total. Des individus entraient de nul part en scène et quittaient aussi rapidement qu'ils étaient venus. La police de Muunilist était sans aucun doute à ses trousses. Que pouvait-il faire pour s'échapper ? Faire confiance à son guide ? Peut-être n'était-ce qu'un bandit, un gangster de la ville basse. Pouvait-il réellement lui confier sa vie, toute son existance ? Non. Ce n'était pas sa manière de pensée et ce n'était pas la manière de penser des Sith.


Tohmas jeta un coup d’œil derrière lui. Rien. Ils s'étaient suffisamment éloignés des policiers. Sans doute avaient-ils porté leurs efforts sur la traque des ouvriers et des scientifiques devant les laboratoires et de cette femme, sortie de l'ombre. Après tout, peut-être les forces de l'ordre ne s'étaient aventurés dans les parages que pour sa capture. Dans ce cas, les policiers ne chercheraient pas pendant des heures dans la ville basse. Ils devraient cuisiner la femme pour lui révéler où se trouve ses éventuels complices. Une chose était certaine : si les policiers en avaient après elle, alors Tohmas était tiré d'affaires : la femme ne pourrait les guider jusqu'à lui. Toutefois, la présence de forces confédérées non-Muuns dans les rangs des troupes d'intervention policière semblait indiquer que les Séparatistes traquaient des Sith. Encore une fois, maintenant qu'il était suffisamment éloigné des "lieux du crime", Tohmas n'avait plus trop d'inquiétudes à se faire. Ils poursuivront les hommes près du vaisseau Tétan et l'encapuchonné. La chasse à celui-ci s'annonçait difficile et cela donnait tout le temps à Tohmas pour quitter le secteur. Enfin, si les policiers n'étaient que de simples forces de l'ordre, sans objectif autre que la traque aux voleurs et aux criminels, alors Tohmas était totalement tiré d'affaires ; ils n'iraient pas fouiller toute la ville basse pour quelques fuyards et se contenteront de quadriller les environs immédiats du laboratoire.


À présent que le problème des policiers étaient réglés - du moins temporairement -, il était temps de s'occuper du dernier souci. Son guide l'amenait toujours plus profondément dans la ville basse. L'historien ne connaissait pas Harnaidan comme sa poche, mais avait tout de même quelques repères. De plus, il avait pris soin de regarder rapidement un plan du secteur des laboratoires, quand il avait localisé l'endroit où des rapports décrivaient des activités d'adeptes de la Force. Il se rendit compte que son guide le menait droit jusqu'aux bas-fonds. Pourquoi ? Avait-il si peur des policiers ? Croyait-il que ces derniers étendraient leurs recherches à tout ce secteur de la ville basse ? Cela ne tenait pas debout. Tohmas avait remarqué son pas rapide et sûr. L'homme connaissait le chemin et quiconque savait se déplacer dans la ville basse de Harnaidan connaissait les méthodes de la police locale. Mais bon, ces policiers étaient à peine en majorité des Muuns. Ce n'était pas forcément des forces locales, comme lui même avait conclu sa réflexion. Le professeur inspecta la tenue de son guide, afin d'en savoir plus sur lui. Quand il passa dans un endroit éclairé, Tohmas remarqua les bottes en cuir grossier, la veste en tissu commun, son pantalon de pilote et son blaster lourd de bonne qualité dans son holster. L'homme dégageait de légères odeurs d'épice. Ces détails permirent à Tohmas Nobren de mieux saisir la situation.


Son guide était un humain des basses classes de Muunilist. Amateur d'épices, il était devenu un voleur, un petit criminel des bas-fonds. Pour payer son épice et survivre dans les canyons urbains, il s'était placé sous la coupe d'un baron du crime, expliquant la présence du blaster de qualité sur un homme s'apparence aussi pauvre. Ce baron du crime des bas-fonds avait sans doute lui aussi entendu parlé des activités étranges aux laboratoires, surtout l'espèce de trafic qui s'y déroulait. Voulant sa part du gâteau, le boss avait envoyé un espion, un laquais sans grande valeur surveiller l'endroit. Avec les bonnes informations, tout bon cerveau criminel était capable de tirer des crédits de presque n'importe quelle affaire. Le laquais avait vu l'arrivée de Tohmas, entendu sa conversation avec l'encapuchonné et assisté à l'intervention des policiers. Cet homme semblait plus intelligent qu'il en avait l'air. Pour ne pas décevoir son patron, il avait fait échappé le professeur et maintenant il le conduisait directement au baron du crime. Ainsi, le boss aurait des informations directement tirées d'une personne impliquée dans l'affaire, d'après ce qu'en avait vu l'espion. S'il en sortait des crédits, tant mieux. Si l'historien s’avérait inutile, le boss n'avait qu'à le faire exécuter.


Tohmas Nobren souriait. Son guide était un futé. Pas étonnant qu'il ait survécu dans les bas-fonds de Harnaidan, malgré son amour trop prononcé de l'épice. Cependant, il avait mal évalué le professeur. Tohmas Nobren avait pris la décision de devenir un Sith, d'intégrer l'Ordre d'adeptes du Côté Obscur le plus puissant de l'histoire de la Galaxie. Lui non plus n'était pas un tendre et n'avait pas l'intention de servir de bouclier d'un laquais devant son boss. Tohmas Nobren s'approcha de son guide, n'augmentant que légèrement la cadence de ses pas. Les bas-fonds n'étaient plus très loin. Il fallait agir vite.

D'un geste, il tendit le bras vers le holster de l'homme et arracha le blaster. Suivant ses réflexes de militaire appris à l'université d'Anaxes, il désactiva la sécurité et pointa l'arme sur son guide, dans une posture de soldat Anaxesi. L'homme tourna un visage surpris vers Tohmas, puis son arme et enfin comprit la scène.

- Mais... Mais qu-qu-que faîtes-vous ? Là-bas je vous ai tiré du pétrin ! Je vous amène dans un endroit sûr, okay ! Je-J'avais l'intention de vous parler lorsqu'on y sera. On-On pourra discuter tranquillement... loin des policiers ! On réglera cette situation ! On réglera le problème... enfin, y'a pas de problème, hein ? Je veux dire...

- Vous me prenez vraiment pour un idiot ? l'interrompit l'historien. Vous pensez réellement que je ne réaliserais pas que vous me conduisez dans les bas-fonds ?

- Oui, oui ! Les bas-fonds, pour être en sécurité ! Il faut pas écouter les types de là-haut. Les bas-fonds, c'est plein d'endroits sûrs ! S'il-vous-plaît, rendez-moi mon baster...

Tohmas savourait ces instants. Enfin, il reprenait le contrôle ! Enfin, il avait la situation bien en mains ! Il menait la danse. C'est lui qu'on suppliait en ce moment. Il aurait pu apprécier les implorations de l'homme encore une vie, mais les policiers n'étaient pas non plus totalement absents du secteur, sans compter les ouvriers et scientifiques du laboratoire, l'encapuchonné et tous les autres gangsters du genre de sa victime. Il fallait quitter l'endroit rapidement... sans laisser de témoins.

Tandis que le laquais continuait ses suppliques, le professeur pressa la détente. Le blaster cracha une décharge laser qui le percuta en pleine poitrine. L'homme poussa un cri et s'écroula, les mains crispées sur sa blessure. Tohmas Nobren s'approcha et tira une ultime décharge dans son crâne. Le laquais était mort. Tohmas Nobren, enseignant-chercheur à l'Institut Hego Damask II de Muunilist et aspirant Sith venait de faire sa première victime. Sa première pensée fut une certaine satisfaction. C'était le premier d'une longue liste de meurtres à accomplir sur la difficile route du pouvoir. Ensuite, il réalisa son acte : il venait d’ôter la vie à un homme. Peut-être avait-il une famille, au moins des amis. Jamais il ne réalisait ses rêves, jamais il n'aura connu une autre vie que celle qu'il avait mené jusqu'à maintenant. Un sentiment de dégoût envers lui-même emplit le cœur de Tohmas. Un meurtre ! Il avait tué quelqu'un !

Il allait vomir dans un coin, mais se retint. Il repensa à ses rêves de richesses, de connaissances et de pouvoir. La voie des Sith, celle qui lui permettrait d'obtenir ce qu'il désirait, impliquait la mort des faibles qui se dresseraient sur sa route. C'était une vérité simple qu'il avait apprise dans ses études sur l'histoire des Sith et qu'il avait fait sienne. Les forts prennent ce qu'ils veulent et les faibles sont écartés, asservis ou purement et simplement détruits. Tohmas venait de tuer un faible. Rien de plus normal. Il comptait lui nuire, mais n'était pas assez fort. À présent, il n'était plus qu'un tas de chairs sur le sol en durabéton. L'historien se tint au-dessus de sa victime et médita quelques instants. Il fallait graver cette mort, cette événement dans sa mémoire. C'était une marche de plus d'escalader, sur la voie des Sith. Il devait en tirer des enseignements, accepter pleinement le meurtre des faibles et ne plus se laisser distraire par une autre exécution de la sorte. Enfin, il s'en alla, laissant le corps là où il se trouvait dans la ruelle. Inutile de le cacher : cela paraîtrait plus suspect qu'autre chose une fois le cadavre découvert. En chemin, il rangea le blaster sous sa veste.


Prudemment, il retournait vers les laboratoires. Il prit un large détour pour ne pas se retrouver nez à nez avec les policiers, s'ils étaient encore dans le secteur. Finalement, il retrouva son airspeeder de l'Institut, un appareil comme un autre de la ville médiane, sans intérêt pour les policiers. Avant de monter devant, il s'approcha des laboratoires, se plaçant à un bon point de vue. La police n'avait pas quitté les lieux. Le van-speeder était posé juste devant les laboratoires. De nombreux agents se trouvaient encore à l'extérieur des bâtiments. Quelques ouvriers étaient regroupés dans un coin, les menottes aux poignets. Une main-d’œuvre peu coûteuse pour les scientifiques, dont les policiers s'étaient vite désintéressés, bien conscients qu'ils ne savaient pas grand chose sur le trafic qui se déroulait ici. Le superviseur et les scientifiques avaient quant à eux disparus. Peut-être étaient-ils rentrés dans les laboratoires ? En tout cas, le vaisseau Tétan s'était lui aussi volatilisé. Avait-il pris la fuite ou bien la police l'avait déjà ramené à son QG ? Tohmas ne vit aucune trace de l'encapuchonné ou encore de la femme mystérieuse. Il était inutile de rester ici plus longtemps. Le professeur retourna à son airspeeder et décolla.


En quelques dizaines de minutes, il parcourut le chemin inverse. Il gara l'airspeeder de service sur sa place de parking. Sa résidence était au 46e étage d'une des nombreuses tours d'habitation de Harnaidan. Tohmas entra dans un turbo-élévateur et indiqua le numéro de l'étage. Une fois au 46e, il alla rapidement vers son appartement. En chemin, il croisa un voisin Muun, quelqu'un de sympathique qui prit de ses nouvelles depuis son départ pour Korriban. Ils échangèrent ainsi des politesses – le Muun ignorant qu'il parlait désormais à un meurtrier –, puis poussa la porte de sa résidence. L'endroit n'était pas très riche, mais suffisait comme logement. Tohmas était souvent en déplacement et n'avait donc pas d'intérêt à se doter d'une résidence très travaillée. Il ferma derrière lui, puis s'assit sur son canapé, simple et confortable. Il se détendit, prenant conscience de sa fatigue. Tohmas n'était pas un petit gabarie, mais restait un professeur, un intellectuel qui méprisait l'exercice physique au profit des recherches et de la réflexions. Il s'allongeait de tout son long et sombrait dans le sommeil, avant même de repenser à son incongrue soirée.
_________________________
Casier de Tohmas Nobren
Par le savoir, j'obtiens le pouvoir !
Revenir en haut
Super PNJ
Nouveau

Hors ligne

Inscrit le: 25 Oct 2008
Messages: 2 552
Niveau: 100

MessagePosté le: 04/09/2015 23:59:09    Sujet du message: Premier contact avec les Sith Répondre en citant

Muunilinst s'était réveillée brusquement, comme si une divinité là-haut avait brandi sa canne en forme d'éclair afin de secouer les Hommes dans leur sommeil permanent. L'onde de choc s'apparentait à une vague géante qui s'était abattue sur la planète des Muuns en quelques centièmes de secondes, un évènement d'une telle ampleur qu'il était difficile de le cacher. Et pourtant, cette catastrophe naturelle ne put être ressentie que par ceux qui se servaient encore de leurs sens, c'est à dire ceux que la vie avait choisi pour être au dessus du lot. Lorsqu'une catastrophe naturelle s'apprêtait à s'abattre sur le commun des mortels, seuls les animaux pouvaient ressentir le danger et se préparer à l'éventualité d'une mort prochaine. Les Hommes, eux, avaient depuis très longtemps perdu cet instinct de survie animal, bien trop domestiqués par la société et par l'assistanat depuis leur naissance pour pouvoir parvenir à se sauver par leurs propres moyens. Seule une poignée d'eux s'était préservée de cette décadence en ayant suivi un chemin différent, celui qui les avait mené à la compréhension et à l'étude de la Force.

La Force. Voilà ce qui distinguait ces personnes et ce qui les sortait du troupeau de moutons domestiqués. Seuls ceux qui ressentaient la Force avaient pu ce jour-là, sur Muunilinst, ressentir l'onde de choc qui avait traversé ses méandres d'un bout à l'autre. Quelque chose de notable s'était produit sur la planète Séparatiste pour que la Force s'agite de cette manière. Un nouveau né sensitif? C'était très souvent le cas en pareilles circonstances. Et seuls les êtres talentueux et puissants dans la maîtrise de la Force étaient dès lors capables de se faire une idée précise de ce qui avait pu se passer. Néanmoins il n'y avait pas eu de naissance en cette nuit ténébreuse. Seulement un meurtre. Mais pas n'importe lequel. C'était un assassinat de sang-froid qui avait fait naître une Ombre aussi noire que le Mal lui-même. Une Ombre qui avait attiré la convoitise d'un homme mystérieux mais puissant de la cité d'Hairnadan. Le genre de personnes qui ne faisaient jamais la Une de l'Holonet mais qui tiraient les ficelles dans la plus grande des discrétions, sans que personne ne soit tenu au courant de ses agissements.

Un blocus autour d'un monde paisible de la Bordure Médiane? Ne cherchez pas plus loin: un seul homme était derrière tout ça. Mais vous n'en saurez jamais rien, car il manipulait l'opinion et faisait en sorte que les gens moyens croient ce que lui voulait qu'ils croient. C'était le Roi sur l’échiquier, l'arbitre d'un match de Pazaac. Mais il était surtout un être puissant dans la Force. Tellement puissant que personne n'avait jamais entendu parler de lui. Pas même les Seigneurs Sith eux-mêmes.

Le jour suivant se leva sur Muunilinst. La pluie était au rendez-vous, rendant le ciel tellement maussade que sortir de son chez-soi devenait un véritable supplice. Au milieu du silence de cathédrale qui régnait à l'intérieur de l'appartement du professeur, l'ordinateur de Tohman Nobren s'agita brusquement. Le son spécifique aux nouveaux messages l'avertit que quelqu'un tentait de le joindre:


"Monsieur Nobren,
J'ai eu vent de votre étude de la culture Sith et de leur histoire légendaire. Il s'avère que je m'intéresse à vous et à vos recherches depuis de très longues semaines et c'est à ce titre que j'aimerais vous rencontrer afin que l'on discute plus en profondeur de vos travaux en vue d'un éventuel soutien financier. Je vous invite à mes appartements privés, vous me trouverez au 500 Rue du Clan Bancaire Intergalactique tout près du siège social de la firme. J'occupe le dernier étage de l'immeuble, vous n'aurez pas de mal à me trouver. Venez pour 20 heures.

Au plaisir de vous rencontrer.
Hego Damak"

Depuis qu'il avait perdu toute trace des individus rencontrés la veille, Nobren n'avait plus trop d'alternatives: que faire pour rejoindre les Sith, la raison de sa venue sur Muunilinst? Si cet Hugo Damak lui était inconnu, peut-être était-ce une piste à creuser pour se rapprocher de son but ultime. Mais pour le savoir, il fallait se jeter dans l'inconnu et accepter ce rendez-vous aussi mystérieux qu'intéressant: sur le monde des Muuns, on n'invitait jamais un étranger pour de mauvaises raisons. C'était toujours pour un intérêt bien plus important...
Rylen  Jedi

_________________________
Ceci est le PNJ à tout faire du Staff !

Il est là pour vous aider quand vous êtes bloqué dans le RP de quelques manières (formation, missions, etc...)
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: 21/04/2018 14:09:56    Sujet du message: Premier contact avec les Sith

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Star Wars RPG Index du Forum -> Galaxie principale -> Reste de la Galaxie -> Bordure Extérieure -> Muunilinst Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: 1, 2  >
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  

Index | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Created by MOONCLAW/MAËVAH(EU-Sinstralis/EU-Illidan) phpBB template "WarMoonclaw01"
forked end designed by Knarf, Kyopé, Rylen, Mufus, Lyash, Lyzs & Gelmir
Traduction par : phpBB-fr.com