Se connecter pour vérifier ses messages privés 
 FAQ
   Rechercher   Membres   Profil         Connexion 
 
Les pieds dans le plat.

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Star Wars RPG Index du Forum -> Galaxie principale -> Reste de la Galaxie -> Bordure Extérieure -> Endor -> Sanctuaire du Nouvel Ordre Jedi -> Labyrinthe d'Arbo
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Anaru
Nouveau

Hors ligne

Inscrit le: 15 Juil 2011
Messages: 28
Niveau: 0
Rang: Padawan

MessagePosté le: 04/05/2013 21:18:58    Sujet du message: Les pieds dans le plat. Répondre en citant

Sa quetarra fichée sur l'épaule, notre zélosienne leva la paume de sa main face à ses amandes dans l'espoir de protéger ses prunelles de l'incidence lumineuse qui fusait au travers de la canopée forestière. La différence de cette intensité avec celle qui régnait au sein du vaisseau, dont elle venait de descendre, avait de quoi troubler ses mirettes si sensibles aux variations lumineuses, néanmoins, cette gêne ne dura qu'un temps. Anaru avança de sa démarche nonchalante et avenante, une main glissant négligemment sur les cordes de son instrument, unique bien d'intérêt, l'autre restant irrémédiablement planquer au fond de sa bure de padawan, maintenant qu'elle n'avait plus à plisser son regard. L'adolescente laissa dépasser de sa gauche un groupe de Jedi à peine plus âgé que sa propre personne qui semblait particulièrement pressé, elle les jaugea un instant du regard pour pousser un soupir dans un bref air de dépit.

Elle regrettait que de cette arrivée s'en suive un départ pour le moins imminent des maitres et chevaliers vers une destination aux lugubres desseins, Vonlan avait été de ceux-ci par conséquent. Ayant quant à elle adhéré l'Ordre depuis peu, ses dons encore sur les voies de l'émancipation, il avait été hors de question que notre jeune plante accompagne son mentor vers cette sombre entreprise, ce qu'elle déplorait. En soit affronter des hordes à coup bottes n'avait pour notre demoiselle rien de fort plaisant, cependant, l'idée d'abandonner son maitre à ce dessein ne lui sied guère, sentence qui avait le don de l'inquiéter, qui plus est. La zélosienne avait malgré tout conscience que de part son rang de maitre, Vonlan devait avoir un répondant des plus confirmé, si ce n'était affirmé, mais elle ne pouvait éradiquer ces arrières pensées de sa conscience. Après tout, elle n'avait jamais eu l'occasion d'apercevoir quelles étaient les limites de son mentor, ni d'entrevoir l'étendue de ses capacités.
  

Secouant de la tête comme pour les chasser de l'esprit, la miss continua de suivre le flot vivant de padawan qui tout comme elle, venait irrémédiablement d'être mis sur la touche; si cette idée au départ l'avait pour le moins renfrogné, voir rebuté, son optimiste s'était interposé pour lui susurrer qu'il ne tenait qu'à elle de bouger son petit derrière si elle désirait que cela ne se réitère. Estimant avoir suffisamment glandé depuis ses dernières années, et cela à juste titre ! notre verdoyante padawan comptait fort bien remuer la terre de ses racines, et de s'appliquer méticuleusement à sa formation dès que le moment opportun se présenterait, bien que celui-ci risquerait de tarder, songea t'elle finalement en jugeant les tonnes de caissons entreposées.

L'heure était à la réhabilitation pour notre demoiselle, elle, ainsi que ceux qui n'allait pas prendre part aux combats. Si au début l’installation lui avait semblé pour le moins apocalyptique, un ordre certain avait finalement réussi à s'instaurer. Il faut avouer que notre jeune effrontée s'était d'abord retrouvée dépassée par la succession des évènements, c'est qu'en quelques semaines qu' elle avait quitté son statut miteux sur Nar Shaadaa pensant s'enraciner sur la planète de glace, et pourtant la voilà à présent sur Endor escaladant les marches de camps en hauteur au sein d'un Ordre sur la pente douce …Il était navrant pour notre demoiselle de constater que l'Ordre du se résoudre à déserter ses illustres fresques pour se réfugier dans ce qui semblait se résumer en une sorte de super camping forestier improvisé. D'un côté, il était vrai qu'ils rejoignaient ainsi le camp de renégat qui avait décidé de se lier face à l'empire, toutefois, à quel point s'étendrait leur confidence mutuelle ?
  

  
Enfin faut il croire que la Force avait finalement exaucé son souhait le plus intime ? Déboucher sur Endor avait de quoi plaire à la zélosienne, n'en doutons point ! La neige, les wampas tout ça c'était bien sympa, néanmoins il avait été inconcevable pour notre verdoyante jeunesse qu'elle puisse continuer à se les geler sur la planète de glace. Passer d'un climat aussi irritant pour son organisme tel que Hoth pouvait l'être, à un monde aussi bienséant qu''Endor avait effectivement de quoi aviver son caractère pour le moins avenant. Ce genre de plaisir simple la contentait grandement, que demander de plus, si ce n'était que son maitre rentre la tête encore sur les épaules ? Notre chlorobionte s'en satisferait.

  

En ces instants, il lui paraissait étrange de pressentir toute ces effusions de sentiments qui émanaient des âmes alentours, entre excitation et appréhension, fatigue ou exaspération. Anaru n'était pas restée insensible à ces effluves sensorielles, et c'est en attendant que la tempête se calme que notre mutine zélosienne s'en était allée se réfugier dans le havre du labeur. Entre autre, s'était elle retrouvée au beau milieu d'étagères vides qu'il lui incombait de remplir d'ouvrages et autres manuscrits, sous le regard vigilant d'un des rares maitres qui n'avaient eu à repartir avec le reste de l'ordre.

- Hep ! Sort les mains de tes poches et vient te rendre utile !

Lui avait lancé la céréeniene en l'attrapant par l'arrière du col pour planter une pile de livre dans les bras de notre zélosienne qui, après avoir entrouvert ses lèvres circonspectes, s'était contentée de hausser d'une épaule pour la suivre intriguée, jusqu'à un bâtiment qui s'avérait être mieux loti que les innombrables cabanes en bois dans lesquelles l'Ordre s'était désormais installé. Rien de fort passionnant comme tâche, quoiqu' Anaru ne pouvait s'empêcher d'être dubitative devant tout cette étendue de connaissance. C'était pas sur Nar Shaadaa que la demoiselle aurait ou en voir autant passer sous ses mirettes. Non ! Puisque pouvoir lire des livres dont les pages n'étaient ni déchirées, ni manquantes ou illisibles à cause d'un rond jaunâtre d'une bière ayant généreusement coulée dessus était en soit une douce utopie, dont avait maintes fois rêvassé notre jeune initiée. Sans doute eu t'elle passer un bon moment avec la céréeniene, quoiqu' il du lui arriver de s'extirper quelques minutes afin de satisfaire les méandres incommensurable de sa curiosité - il était clair que débarquer en plein village ewok avait de quoi l'intriguer – Aussi, s'éclipsait elle cinq minutes dans un coin, un de ces fameux bouquin en main, pour le parcourir du regard, se promettant d'y refourrer son bout de nez dès que le moment opportun s'éveillerait. Mais aussi diligente que cette audience naturelle à explorer des lignes noircies puisse paraître, il demeure incurable que notre fougère finisse par mettre ses racines là où elle aurait du s'en abstenir ! Ah ! Douce providence ! qui surgissait alors de l'ombre pour lui taper sur les doigts pour la congratuler d'un :

- C'est pas d'ton âge, va donc me chercher la pile là bas si tu t’ennuie.

Présentement l'ennui était devenue une de ces notion abstraite dont notre plante avait dés lors oublié l'éloges et les subtilités.

_________________________
Boîte De Pandore
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 04/05/2013 21:18:58    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Super PNJ
Nouveau

Hors ligne

Inscrit le: 25 Oct 2008
Messages: 2 622
Niveau: 100

MessagePosté le: 18/05/2013 20:21:25    Sujet du message: Les pieds dans le plat. Répondre en citant

Endor, finalement.
Vonlan Qos était soulagé de revoir cette boule verte perdue au milieu de l'espace.
Il avait un moment douté de la possibilité d'un tel événement, lorsque, aux commandes d'un petit chasseur Jedi, il avait harcelé la flotte impériale autour de la Forge stellaire.
Il ne comprenait toujours pas comment il s'en était sorti vivant.
La volonté de la Force n'était pas toujours facile à suivre.

En attendant, il était de retour. Un retour qui avait été lui-même chaotique. Les gros vaisseaux de la rébellions encore en état s'étaient chargés d'accueillir les transports survivants de la Forge et les chasseurs encore en état de voler, pour les rapatrier tant bien que mal vers leur nouveau camp.
Le problème, c'est que chacun avait embarqué où il avait pu, et il faudrait sans doute longtemps avant que tout le monde ne retrouve sa place. Recenser les pertes s'annonçaient long et fastidieux.
Mais le Maître Jedi était d'ores et déjà conscient que le Conseil de l'Ordre comptait dorénavant de nombreux sièges vacants. Nombre de valeureux maîtres avaient disparu pendant la bataille de la Forge stellaire. Certains étaient bel et bien retournés à la Force, d'autres, comme rien moins que le Grand Maître Korr, avaient tout simplement disparu, au sens propre.
Malgré tout, la vie devrait continuer. Et l'Ordre ne pouvait fonctionner avec un Conseil tronqué.
Il faudrait aviser. Bien entendu.

Pour le moment pourtant, Vonlan pensait à un sujet un peu moins déprimant. A la padawan qu'il avait laissée sur Endor. Et il avait bien fait. En constatant la boucherie qu'avait été la bataille, il se demandait même comment des maîtres avaient pu y emmener leurs padawans, et comment ceux-ci avaient pu survivre. Car certains avaient survécu.
Quoi qu'il en soit, Anaru était restée en sécurité sur Endor, et il avait hâte de reprendre sa formation. Nul doute qu'elle devait s'ennuyer ferme sur la lune forestière. Il n'y avait plus personne sur place pour dispenser un enseignement quelconque. A moins, bien sûr qu'elle n'ait participé à l'installation du camp Jedi. Mais ce genre de travail n'est jamais très passionnant.
Et Endor formait un tel terrain de jeu pour un Jedi et son padawan. Autrement plus accueillant que Hoth. Mais pas moins dangereux pour autant.
Vonlan sourit. Ils allaient bien s'amuser.

L'atterrissage allait quelque peu contrecarrer ces plans. Ou en tout cas, les retarder. Maître qos fut assailli dès qu'il eut mis le pied sur la planète. Il y avait machin qui était introuvable, un des bâtiments du camp ne tenait pas debout, des objets disparaissaient des entrepôts et, apparemment, il était le seul à pouvoir régler ça.
Pendant quelques jours, et comme la plupart des maîtres Jedi encore en vie, il fut emporté par un tourbillon de tâches urgentes à accomplir.
Il avait, bien entendu, demandé des nouvelles d'Anaru immédiatement, mais il ne put aller la voir aussi tôt qu'il l'aurait voulu. Elle avait forcément appris le retour des premiers vaisseaux de la Forge et devait se poser des questions.
Finalement, il parvint à s'échapper et à rejoindre la bibliothèque où, semblait-il, elle était cloitrée pour aider l'archiviste (une des rares maîtres à ne pas être partie au combat).

Vonlan trouva la Zélosienne perchée sur une table en train de lire un des ouvrages qu'elle était censée ranger.


-Ce n'est pas comme ça que nos Archives retrouveront leur lustre d'antan... J'ose espérer que c'est un ouvrage qui peut t'aider dans ta formation, jeune fille.
Bonjour Anaru, j'espère que tu vas bien. Dis moi, comment ça s'est passé ici?
Non, attends, on va aller se balader. La forêt doit être magnifique, je rêve de la visiter depuis que j'ai entendu le nom d'Endor, il y a bien longtemps. Et puis on sera plus tranquille pour parler.


Ils quittèrent le bâtiment et s'enfoncèrent rapidement dans la végétation gigantesque d'Endor.

-Bien, maintenant, je t'écoute. Raconte-moi les aventures passionnantes que tu as vécues en mon absence.

Vonlan ne pouvait pas s'en empêcher, il utilisait toujours des mots et un ton moqueurs. Il savait pertinnemment qu'elle n'avait pas pu vivre d'aventures palpitantes, bien sûr. Mais il n'en attendait pas moins un compte-rendu de ses faits et gestes, notamment pour savoir si elle avait réussi à s'exercer malgré tout.
Tout en marchant et en écoutant sa padawan (et oui, il a beau être un homme, il arrive à faire plusieurs choses à la fois), il réfléchissait à la suite à donner à la formation de la jeune fille. Elle avait apparemment réussi à améliorer sa concentration. Comme quoi, les livres, ça sert.
Il faudrait sûrement reprendre l'entraînement au sabre. Et travailler un peu le physique. Il se demandait si elle n'avait pas maigri.
Cette pensée s'imposant à lui, il coupa Anaru au milieu d'une phrase, sans état d'âme.


-Dis donc, tu manges correctement? Tu as l'air mal nourrie... Tiens, d'ailleurs, j'ai un petit creux. On va se chercher de quoi se faire un petit repas. Ca doit bien se trouver dans une jungle quand même. Allez ma grande, prochain exercice! Je te laisse le choix, chasse, ou cueillette?

By Senara
senara sabre laser

Consignes: Donc, ta mission, si tu l'acceptes (et même dans le cas contraire) est de... trouver à manger!
Tu as donc le choix entre : 1) trouver du gibier (le traquer, le chasser, le tuer, etc)
ou 2) trouver des fruits ou légumes (les traq... enfin, les trouver, les cueillir, etc)
Maître Qos se chargera de l'option que tu auras délaissée.
Dans un cas comme dans l'autre, ce ne sera pas facile bien entendu, et tu devras user de la Force (avec un GRAND F bien sûr) pour y arriver)
Bon RP
(et si jamais tu veux que je fasse une formation plus "sérieuse", n'hésite pas à me le dire, je sais pas pourquoi, j'ai tendance à partir un peu en n'importe quoi avec ce maître Jedi)
Et désolée pour l'attente!


 
_________________________
Ceci est le PNJ à tout faire du Staff !

Il est là pour vous aider quand vous êtes bloqué dans le RP de quelques manières (formation, missions, etc...)
Revenir en haut
Anaru
Nouveau

Hors ligne

Inscrit le: 15 Juil 2011
Messages: 28
Niveau: 0
Rang: Padawan

MessagePosté le: 31/05/2013 22:06:48    Sujet du message: Les pieds dans le plat. Répondre en citant

Son derrière juché en équilibre sur un bout de table, une jambe ballotant dans le vide d'une modeste négligence, un coude sur ses genoux fermement croisés, ses doigts enfouis sur sa joue droite pour retenir sa tête inclinée vers le bas, Anaru donna un coup sec de l'index sur la page d'un livre afin que cette dernière retrouve sa place alors qu'un souffle aérien venait de la soulever, perturbant odieusement sa lecture. Et alors que notre demoiselle terminait de jeter son œil averti sur l'archiviste qui semblait l'avoir oublié pour sournoisement perpétuer son exaction didactique, elle réprima un sursaut lorsqu'une voix quelque peu railleuse s'éleva dans l'ombre d'une omoplate. Un instant bref de réflexion lui confirma qu'effectivement, c'était bien à elle qu'on s'adressait ... Fichtre … Une voix masculine et mordante que la padawan connaissait d'ailleurs, avait elle songé après mûre introspection ... La zélosienne se redressa derechef et se tourna avec prudence vers la source de cette écoute, un sur-cil courbé amplifiant son air intrigué, mais soupçonneux, qui s'illustrait à ce moment-ci sur ses traits. Quelle ne fut pas la surprise qui saisi ainsi notre jeune fougère lorsqu'elle reconnue le visage halé de son maitre. Spontanément, Anaru, referma le livre, se leva pour pivoter vers ce dernier qui arrivait à sa hauteur, et se retint d'élancer une observation, plus espiègle que malicieuse afin de rebondir à sa pique, qui se perdit dans le large sourire épidémique qu'elle lui adressa, ceci pour finalement hausser une épaule de son étrange nonchalance végétale, avant de répondre vaguement:

- Ça va ...

Bien avant d'avoir eu le temps ou bien même la possibilité de fournir une réponse bien plus constructive, la padawan se laissa entrainer par son maitre qui, à la manière d'une tornade, l'attira au dehors, déposant au passage son bouquin là où elle l'avait déniché, à savoir ? De manière hasardeuse, sur le dessus d'une des quelconques piles qui s'étalaient le long d'une table longiligne, et sortit sur les talons du kiffar, une multitude de question se prononçant en son esprit. Les dernières péripéties de son mentor et l'état d'esprit qui en ressortait l'intriguaient. Mais peut être était ce ni l'instant, ni l'enjeu pour proférer de telles indiscrétions? Ainsi s'efforçait elle de retenir sa langue alors qu'ils pénétraient entre les strates arborées, s'enfonçant au milieu des horizons arbustifs de la planète.

Ses amandes avaient finalement dérivé sur la souche d'un arbre dont l'écorce était submergée par une colonie d'insecte se suivant en une file méticuleuse, Anaru redressa son visage pour planter de manière pour le moins prononcée ses prunelles de ce vert inhumain qui était sien, en fronçant théâtralement ses dernières à l'écoute de ce que venait de prononcer son maitre, et pressentant, ou ressentant, l'ironie de ses avances, elle retint ses commissures de lèvres de s'élargir. ... Pas grand chose … Songea t'elle instinctivement, quoiqu'un susurre lui inculquait de développer, elle apposa ses yeux sur le côté dans une rapide réflexion, puis entama du timbre éloquent de la jeunesse :


- Baaaah, j'ai du passer un certain temps avec l'archiviste ...

Fit elle en se caressant innocemment la tempe du bout du doigt, non sans lever les yeux au ciel d'un air presque fautif, pour reprendre dans la foulée avec un embrun de sérieux:

- Du coup ... J'ai effectivement eu la possibilité de potasser deux trois trucs qui me sont tombés sous la main …

Anaru exécuta la même mimique consciencieuse que précédemment pendant qu'elle retenait d'une main le branchage d'un feuillage, puis amorça une tirade des plus … passionnante, au sein de laquelle elle s'évertua à énumérer ou de cataloguer à ce quoi elle avait pu s'atteler ces derniers jours. Ponctuant ici et là des bribes de commentaires ou de réactions qui avaient éventuellement pu s'éveiller en son sibyllin d'esprit. Qu'il s'agisse de simples connaissances contextuelles, d'applications aux arts Jedi, à l'Information ou bien à tout savoir profane, un large spectre de données avait vu la lumière au sein de son affable petite cervelle éveillée, d'ailleurs, aussi incroyable que cela puisse apparaître, incarner les rats de bibliothèque lui avait plu … Enfin, vous recommanderait elle d'éviter de le blâmer sur les toits.

Soulevant sa poitrine pour quérir une inspiration, elle fit une brève pause levant son regard, dont l'iris contemplant des oiseaux rougeâtres aux allures reptiliennes s'enfuyant à leur arrivée, se rétracta tandis que sa fresque auditive s’enlisait, dérivant alors sur différents exercices, divers études vers lesquelles la zélosienne avait isolé le temps de se tourner afin de se dépêtrer de l'engourdissement de ses membres qui étaient venu la titiller, si ce n'était la tirailler, après avoir achevé ces longues heures à porter des amas de pages reliées ou à se placer sur la pointe des pieds afin d'espérer atteindre le haut des étagères. Entre autre, il s'agissait de survivre face au souffle incestueux de la boule à facette ou de parvenir à décoller son fessier du sol à l'aide de la Force, et … sans les pieds, oui.


- Celui la, c'est l'archiviste qui m'a proposé l'idée, et d'ailleurs ...

Ainsi allait elle perpétuer sa lancée, ainsi se retrouva t'elle momentanément coupée, muette et pantoise, sa parole alors usurpée par son kiffar de mentor qui mua aussi sec de sujet qu'il interrompu sa narration. Anaru regarda son ventre avec curiosité; un peu comme si elle venait de découvrir son existence pour le moins mystérieuse jusqu'alors. En tant que zélosienne, Anaru n'avait jamais eu l'inquiétude d'avoir à suivre un régime aussi régulier qu'un humain pour satisfaire ses besoins substantiels, la faim en soit n'était pas ce que l'on pouvait appeler une notion bien connue ou définie; si jamais la fatigue se fait sentir, mademoiselle se contente d'aérer, de sortir son nez retroussé, et cela lui suffisait amplement. Pour le reste, le grignotage avait de quoi pourvoir à des besoins annexes, largement relayés au second plan. Les fonds de verres rempli de ces quelques substances inconnues qu'on servait aux clients en cantina aussi ...
Notre padawan était peu dispendieuse.


- Pas tellement … Non ?

Avait elle maugréé dans un murmure à sa propre intention. S'apercevant qu'elle s'était arrêtée, la zélosienne enjamba une souche morte, sautant par dessus son tronc déchu, accéléra le pas pour revenir à la hauteur de son maitre. Ce ne fut qu'ensuite qu'elle considéra pleinement la proposition de ce dernier. Étrange comme ultimatum, ne pouvait elle s'empêcher de penser, voyant bien là les prémisses d'une belle galère à venir, tel que pouvait le présumer le regard spéculatif que jetait la padawan sur l'humain.

- Très bien ...

Murmura t'elle en guise de conclusion, tandis que ses bras s'élevait par dessus sa tignasse d'émeraude, les attachant consciencieusement, pour pivoter ensuite vers le maitre Jedi qu'elle avait dépassé, le toisant d'un rictus déterminé, et lancer à la volée:

- La cueillette!

En soit, il aurait été pour le moins farfelu que notre novice décide par soi même de s'incliner vers le premier choix. L'idée d'Anaru chassant et dépeçant une bestiole étant une vision des plus incongrue, puisque encore impromptue ou improbable de par sa modeste qualité végétale.

Anaru commença ainsi à s'enfoncer dans la forêt, furetant ici et là du regard buissons et pieds végétaux, en quête de baies, noix, racines, champignons ou tout autres miels que la lune forestière avait la bonté de procréer sous sa canopée nourricière. Quelles genres de denrées comestibles existaient ils dans ces bois? cogitait en boucle l'esprit de l'adolescente qui descendait un talus raide dont les feuilles mortes de la litière se soulevaient sur son passage. Aucune idée, jugea t'elle en premier lieu. Néanmoins, il y avait bien ce machin rond que les Ewoks mangeaient souvent ... C'était comestible pour les humains ce truc? Non? ... Il aurait été étrangement grotesque d'empoisonner son maitre après l'avoir si longtemps espéré songea t'elle sombrement. Par souvenance, elle en avait aperçu au réfectoire. La question étant maintenant de savoir, où allaient ils les ramasser? La zélosienne se remémora leur nom: des baies du soleil ...

C'était déjà un début, songea Anaru, tandis qu'elle avançait vers une prairie clairsemée par d'intrigantes vignes sauvages aux étranges mâchoires d'apparences immobiles. Elle leur jeta un coup d'oeil soupçonneux, et décida instinctivement à faire le tour, s'approchant d'un arbre isolé mais massif qui a lui seul offrait plus du tiers de l'ombrage à cette parcelle de végétation ouverte. La zélosienne s'arrêta devant, leva son nez afin de fureter ce qui pouvait fortuitement pousser sur les entrenoeuds de son de axe, pour apercevoir ces sortes de pomme de pin d'où elle aurait pu extraire des pignes, enfin, lui semblait elle. Si cela ne présentait rien de fort consistant pour son maitre affamé, ces graines auraient toutefois pu convenir à un quelconque assortiment pour la créature qu'il était en train de quérir. Elle grimaça en y pensant. Encore fallait il que cela soit au goût du kiffar … D'ailleurs, peut être aurait elle du s'inquiéter de son avis à ce sujet … Enfin, espérait elle, qu'il ne s'empresse d'incarner les fines bouches. Néanmoins, désireuse d'avoir les mains libres afin de prolonger son expédition, Anaru concréta des plus inutile de s'empêtrer de ses graines, puis décida de perpétuer son repérage.

La padawan jeta un regard aux alentours, se demandant comment son maitre comptait'il qu'elle se démène pour qu'elle puisse rameuter ces quelques denrées comestibles. Ici, l'idée mielleuse d'entamer un sprint jusqu' au réfectoire pour rapporter des fruits flâna dans sa petite tête d'effrontée. Après tout n'avait il pas omit de préciser la manière de procéder ? Songea t'elle éprise d'une pointe d'espièglerie. Quoique un brin amusée et inopinément tentée par la douceur de l'éventualité, elle s'en détourna. Pourtant, se visualisant à farfouiller toute la forêt en vain, un brin de torpeur finit par s'emparer de ses vacuoles dont une plasmolyse dorsale vint à crisper feu son petit sourire mutin.

Ne pouvant se résoudre à une telle extrémité, l'adolescente s'activa, redoublant d'attention, soulevant tiges, feuilles, rameaux ou racines, songeant pertinemment qu'une telle méthode était obsolète. Ses amandes se posèrent finalement sur le tronc de notre majestueux conifère, apercevant alors à ce qui devait éventuellement ressembler à un champignon. Inclinant son minois, elle s'arrêta nette, examina le champignon avec insistance, regardant ses piques en excroissance qui parsemaient l'intrigant organisme … pour lui concéder un de ces regard prononcé et méticuleux, sous lequel la zélosienne tiqua, subitement prise d'un de ces élan subjectifs qui intimait à la prudence. Oui, ce genre de ... ressentiment paraissant narquoisement vous soumettre: Mais tente si tu l'oses! Ou alors était ce la vue d'une drosophile subitement happée par la masse glaireuse dont l'une des excroissance venait de s'étendre de manière exponentiellement déconcertante qui insuffla en elle, l'idée affable; et cordiale; de s'en soustraire. Grimaçant devant le funeste destin de notre drosophile empruntant maintenant les voies spongieuses de la liquéfaction, se frottant par la suite la tempe du revers de sa main en soupirant de dépit, Anaru se détourna définitivement de l'arbre pour marmonner vaguement dans un équivalent de barbe, selon l'amère possibilité où, elle pût en être affublé d'une.


- Mouais ... Mmh, on s'en passera.

Elle s'éloigna de la clairière, pour retourner dans le sous bois. Dérivant finalement au pied d'un arbre, notre fougère s'adossa à sa place, à savoir affalée au pied de ce dernier, son minois calé entre deux tapis de mousse auxquels notre fieffée effrontée usurpait toute portée photosynthétique, dans le dessein de se mettre au point. Au sein de la Force, on lui avait appris à différencier ce qui l'entourait, à analyser ce qu'elle percevait, à ressentir l'écho même de la Force et à distinguer ce qui présentait un danger direct ou non, qu'il s'agisse d'instinct ou après mûre introspection. Sous cette lumière de lucidité, elle étendit alors ses perceptions, essayant de percevoir ce qui l'entourait ... Allant des fraiches hautes herbes, aux arbres imposants, des insectes fourmillants, aux reptiles somnolents ou encore aux symbioses des microorganismes orchestrant leur conversion particulaire ... Peu à peu, et avec application, sa réserve s'envolait tandis que son esprit s'élevait. Anaru s'attarda sur certains points de son milieu, y déplaçant son essence vers cette impression que notre zélosienne ressentait ... Elle prenait son temps la demoiselle, analysant la teneur des sensations qu'elle percevait, parfois floue, parfois limpide ... Faible, et pourtant puissante par moment, jusqu'à la découverte d'éléments intéressants qui eurent la faculté de retenir son attention.

Ainsi assise et avachie sur son tronc, la fougère ayant une idée en tête, savait ce qu'il lui incombait de trouver, plutôt que de rechercher dans un honteux hasard un quelconque arbuste aux propriétés méconnues, Anaru s'était donc penchée vers un type bien précis. D'ailleurs finit elle par isoler ce pourquoi son esprit flânait, de cela elle en était presque persuadée : trois massifs d'arbrisseaux susceptibles de détenir ses fameuses baies qu'elle avait vu. Il y avait bien cet arbre fruitier qu'elle s'était empressée de déceler, l'un des seul qu'elle savourait particulièrement, qui devait trôner, là-bas, dans une autre de ces clairière isolée, mais de celui la, elle s'attarderait sur son sort plus tard.

D'un pas décidé, la zélosienne s'attela à rejoindre le premier massif à baie, ayant relancé son essence vers la Force afin de déterminer précisément la trajectoire à emprunter. Débouchant enfin devant, elle poussa un soupir de soulagement, pour entreprendre ensuite une inspection détaillée de l'organisme. Il s'agissait bien de ces plants pourvus de ces grosses baies jaunes-orangées. Elle en attrapa une, la détailla de son œil vigilant, l'approcha de son nez retroussé, la senti, la calcula à nouveau du regard, la malaxa doucement entre ses doigts. Tout ce cirque pour concréter que malheureusement, ces baies-ci n'étaient pas mûres. Elle pesta. Déçue mais pas dépitée pour autant, elle tourna le dos au buisson, et s'en alla dénicher le second arbuste, non sans espérer que celui-ci se démontre plus clément que le premier.

L'air se chargeait, en particules et en humidité, le sol forestier avait dérivé sur un substrat instable, fagneux et vaseux, alors que la jeune novice avançait, dérivant alors sur cet environnement des plus marécageux. Ce fut un bruissement d'aile qui attisa, si ce n'était son attention, mais sa curiosité. Anaru posa ses appuis sur les branches et morceaux de troncs qui jonchaient le tapis de Dorine qui bordait un faible ruisseau à l'eau sombre et stagnante enfin de s'en rapprocher. Chrysosplenium oppositifolium énonça mentalement la zélosienne sous la souvenance d'une tierce illustration. Discrètement, elle enjamba d'une traitre le cours d'eau après avoir cradossé une bonne partie de ses bottes dans la terre insatiablement boueuse, sous laquelle ses pieds s'enfonçaient. Elle finit alors par apercevoir un volatile dont la taille majestueuse n'avait rien à envier à celle d'un ewok. Réduisant instinctivement l'impact de ses mouvements, de sa démarche ainsi que de sa présence, Anaru se pencha pour mieux l'observer, sans bouger afin d' éviter de l'effrayer.

Bien qu'intriguée, notre demoiselle ne perdait pas le nord, cela fut pourquoi, son attention se manifesta inévitablement vers ce que semblait becter l'oiseau, dont le bec remuant la terre extrayait à coup sec des morceaux de racines apparentes de l'arbre au pied duquel il s'était perché. Était ce par sa présente furtivité? Par sa propre nature botanique qui influait au tétrapode ailé un ordre de menace moindre? Ou un je-m'en-foutisme exacerbé issu de ce dernier? Quoiqu'il en soit, l'oiseau ne bougea pas d'un cil lorsque la petite padawan s'approcha de celui-ci, plongeant sa main dans la litière forestière.

C'est fou ce qu'elle aimait cette odeur, se surprit'elle à songer. Cette odeur fraiche de terre humide, saturée par une flore fongique invisible qui emplissait ses narines alors qu'elle s'appliquait à déterrer doucement la plante d'origine inconnue, mais qui avait; peut être! la bonté de présenter une faculté comestible, elle n'en était pas sure. Sans arracher ou abimer les restes des plants qui l'entourait. Anaru en prit deux morceaux, considérant inutile d'en extraire davantage. Elle rapprocha prudente la poignée de son nez retroussé, fermant les yeux pour la sentir, autant pour ses sens olfactifs que ceux qui ses vouaient à des voies plus éthérées. N'y pressentant rien d'anormal ou d'inquiétant, la zélosienne garda les morceaux par simple curiosité. Surtout qu'on aille pas lui demander de quoi il s'agissait.

Ceci en poche, ses mains terreuses et ses pieds en équilibre sur une branche morte qui présentait la prévenance d'éviter qu'elle ne s'envase, Anaru dédia sa conscience vers les baies qu'elle s'était destinée à rapporter, se remémora le lieu où son esprit avait cru sentir leur essence et s'enticha à les débusquer. Une fois à portée, elle avisa tout sourire les fameuses baies dont la vue de leur splendide teinte orange sombre, suppliait d'en apposer ne serait qu'une seule sur la chaleur de ses papilles. Pour peu qu'on soit humain. La zélosienne en sélectionna suffisamment pour les tenir dans le creux de ses deux mains, contenu qu'elle déposa ensuite dans une large feuille qu'elle venait de ramasser, jugeant à juste titre que se trimballer dans la jungle d'Endor les mains liées et prises, était d'une commodité laissant à désirer. Son pactole convenablement protégé, la padawan s'empressa ensuite d'isoler l'arbre qui l'intéressait le plus ardemment, traversant à revers l'épaisse végétation pour remonter un dénivelé qui se scindait en une clairière, quoique encore humide et boueuse, mais stable. Et en bordure siégeait, un pommier.

Au moins ne reviendrait elle pas les mains vide, estima t'elle du haut de son optimisme invétéré. Victorieuse, un sourire carnassier s'exprima sur les traits de la zélosienne, qui déposa son trésor au pied de l'arbre, qu'elle escalada sans vergogne, et cueilli doucement un premier fruit pour croquer à pleine dent dedans. Voilà prés de dix ans que la miss attendait de pouvoir à nouveau faire cela.




Aaah mais fait toi plaisir. Fait comme tu le sens, je ne vois pas d'inconvénient à ce qu'il reste ainsi, à l'inverse, ses airs débonnaires me font bien sourire. À toi de voir si tu souhaites le raffermir, ou non, je m'adapterais.
Bref, en espérant que ce soit bien à ce quoi tu espérais.

_________________________
Boîte De Pandore
Revenir en haut
Super PNJ
Nouveau

Hors ligne

Inscrit le: 25 Oct 2008
Messages: 2 622
Niveau: 100

MessagePosté le: 09/07/2013 13:24:53    Sujet du message: Les pieds dans le plat. Répondre en citant

Anaru avait légèrement tiqué devant l'exercice incongru donné par Maître Qos. mais elle s'était finalement décidée pour la cueillette.
Avec un sourire en coin, le Kiffar l'avait regardée partir à travers la jungle avant de masquer sa présence dans la Force pour la suivre discrètement.
Il ne se faisait aucun souci quant à sa propre capacité à attraper un gibier comestible en moins de temps qu'il n'en faut pour dire "Rylen Korr". Et l'intérêt de la chose était de voir comment la zélosienne allait exécuter sa nouvelle "mission".
La padawan montra très vite une habileté dans l'usage de la Force qui fit grand plaisir à son maître. Au moins, son absence ne semblait pas avoir porté trop de préjudice à la jeune plante. Elle se débrouillait plutôt bien. Quand elle ne se laissait pas distraire.
Mais sur ce point aussi, elle avait beaucoup progressé. Les longues heures passées avec l'archiviste rigoriste avaient dû laisser des traces.
Au bout d'un moment, Anaru avait réussi à rassembler de quoi faire quelque chose qui ressemble à un repas, et Vonlan Qos s'apprétait à partir à son tour en quête de sa contribution au dîner quand un frémissement dans la Force le fit se figer.
C'était encore loin et faible, mais ça approchait indéniablement, et à grande vitesse. Et ce n'était pas amical. Et ça fonçait droit sur Anaru qui n'avait pas encore pris conscience du danger.
Vonlan marmonna un juron entre ses dents. Il était perché en haut d'un arbre et même de là, il ne voyait pas très loin. Anaru était à plusieurs mètres en-dessous, en train de savourer sa pomme. Et la menace était de plus en plus proche, de plus en plus forte.
Il finit enfin par l'identifier. Il s'agissait d'un des prédateurs les plus redoutables de la lune forestière, un borra. Il semblait fou, de rage ou de douleur, et détruisait tout ce qui gênait son passage.
Et Anaru serait bientôt la prochaine sur sa liste.
Vonlan entama alors une descente express, à mi-chemin entre la chute contrôlée et la désescalade, pour tenter d'atteindre sa padawan avant le monstre lancé.
Est-ce que la zélosienne avait entendu son maître? Ou est-ce qu'elle avait perçu finalement une turbulence dans la Force? En tout cas, elle sembla sortir de sa méditation gustative et regarda autour d'elle.

C'est à ce moment-là, comme de par hasard, que les arbres qui bouchaient la vue à l'extrémité Sud de la petite clairière explosèrent, laissant apparaître un cauchemar de trois mètres de haut, au moins, écumant et grognant, qui marqua un temps d'arrêt en contemplant cette proie que le hasard lui offrait, avant de se jeter sur elle.
Entre le tank et la padawan, l'espace se réduisait à grande vitesse. Et elle, elle était désarmée et avait les mains encombrées.

Et puis, quelque chose percuta le borra, suffisament fort pour le faire dévier légèrement de sa trajectoire. Le monstre et son assaillant passèrent à moins d'un mètre d'Anaru, continuèrent sur leur lancée un moment, avant de s'arrêter et de se désolidariser.
Le borra s'était immobilisé et regardait autour de lui, tentant sans doute de comprendre ce qui s'était passé. Et Vonlan Qos s'était placé entre le fauve et sa padawan, sabre en main, prêt à l'affronter si besoin.
Pourtant, il espérait bien ne pas avoir à en arriver là. Il utilisait la Force pour projeter vers la bête des ondes apaisantes, et lui inspirer l'envie d'aller voir ailleurs si ils y étaient.
Le mastodonte frissonna une ou deux fois, puis fit demi-tour et commença à s'éloigner.
Les deux Jedis purent alors remarquer sa patte arrière droite blessée, qui expliquait sans doute sa folie meurtrière. Un animal blessé est toujours dangereux.
Vonlan Qos se détendit légèrement, estimant que le danger était passé. Il entama un demi-tour pour s'adresser à sa padawan quand un cri couvert par un rugissement retentirent.
Sans même se retourner, le Jedi plongea sur le côté et, dans le même mouvement, ralluma son sabre qu'il plaça en parade dans son dos.
Les griffes du Borra le manquèrent de peu et la lame laser entailla la chair de la bête qui rugit à nouveau.


-J'en ai connu, des gros chats, mais toi, t'es vraiment un cas... d'abord, t'es pas beau, ensuite, t'es pas fûté... Tu aurais mieux fait de repartir... Au moins, tu aurais eu une chance de survie. Je suis sûr que tu n'es même pas bon à manger... Tu dois être filandreux et amer...

Tout en tenant ce discours absurde avec une bête folle de rage et de douleur (et qui, même si ça n'avait pas été le cas, n'aurait pas été capable de lui répondre), le kiffar la maintenait à distance d'Anaru et avait commencé un jeu de massacre dans les règles de l'art.
Bientôt, des tâches de sang s'étalèrent sur l'herbe de la clairière, puis une patte coupée net s'envola dans les airs.
Encore quelques minutes, et la bête s'écroula, morte, aux pieds du kiffar. Le tableau était impressionnant. Le maître Jedi semblait presque frêle, malgré sa musculature impressionnante face au monstre qu'il venait d'abattre.
Vonlan regarda alors Anaru, toute trace de son éternelle bonne humeur disparue.
Il venait, pour la première fois, de montrer à sa padawan de quoi il était capable en combat. Mais il aurait préféré l'éviter.


-Je suis désolé, Anaru, je ne m'attendais pas à ce que tu rencontres un tel danger lors d'une simple promenade en forêt. Cette créature nous rappelle, à moi autant qu'à toi, qu'un Jedi se doit d'être toujours prêt à toute éventualité. Mais comment être prêt sans arme? Il est temps que tu construises ton propre sabre-laser, Anaru. Et que tu apprennes à t'en servir.
J'aurais voulu faire ça dans le respect de nos traditions, mais les temps troublés que nous vivons nous interdisent de nous rendre sur une planète pour que tu cherches toi-même ton cristal. Heureusement, l'Ordre en possède une réserve, tu te serviras dedans.
Viens, nous rentrons à la base. Et si tu as des questions en chemin, je t'écoute.



By Senara
senara sabre laser

Pour la fabrication de ton sabre, j'ouvrirai un nouveau sujet après que tu aies répondu ici, et j'y enverrai aussi Eolianea, ce sera plus simple à gérer pour moi, et vous pourrez discuter ensembles pendant que vous fabriquerez vos sabres.
Donc, tu réponds ici, ce que tu veux, et ensuite, on continuera ailleurs.
Bon RP

_________________________
Ceci est le PNJ à tout faire du Staff !

Il est là pour vous aider quand vous êtes bloqué dans le RP de quelques manières (formation, missions, etc...)
Revenir en haut
Anaru
Nouveau

Hors ligne

Inscrit le: 15 Juil 2011
Messages: 28
Niveau: 0
Rang: Padawan

MessagePosté le: 16/07/2013 21:22:52    Sujet du message: Les pieds dans le plat. Répondre en citant

Bon, c'était pas tout. Mais mademoiselle avait un maitre Jedi affamé à retrouver. Elle croqua une dernière fois dans sa pomme, avala d'une traite sa bouchée, sauta à pied joint à terre devant son trésor comestible déposé plus tôt et s'empressa de le ramasser pour se redresser aussitôt d'un geste ample de la main qu'elle ne termina pas, laissant ce dernier mouvement en suspend …

Peu après que ses glandes surrénales aient de manière prématurée influé une dose des plus généreuse d'un équivalent botanique en adrénaline dans son organisme, un fracas assourdissant avait percé feu le silence forestier, et sans raison apparente, ses battements s'emballèrent … Anaru grimaça, décrochant le rictus d'un sourire crispé, tourna le dos au tronc de l'arbre, ses amandes soupçonneuses, pointées vers la droite, pivotant sur sa gauche et finirent leur parade vers l'arrière … Derrière le tronc à vrai dire … Ses yeux s'écarquillèrent devant la vision hirsute qui s'offrait à elle.


:: Qu'est ce … :: Piqua Anaru d'abord prise de stupeur devant ce truc grand, gros, cuirassé et furieux qui chargeait aveuglément sur une padawan soudainement miniaturisée dont les canines se resserrèrent. Lorsque l'idée de tenter de se protéger avec la Force eu la bienséance de lui parvenir au lobe frontal, ses mains quelque peu occupées, lui firent rapidement sentir qu'elle n' aurait de toute manière ni le temps, ni la possibilité d'envoyer paitre ce mastodonte de 3,5 tonnes de quelque façon que ce soit. Son centre nerveux qui s'efforçait alors de joindre le joystick et la commande des pieds, l'intimant promptement à se bouger le fessier au moins pour éviter de finir en compote de pomme, et ce, à juste titre; élabora mentalement un plan des plus ingénieux, plan qui se résumait à envoyer sa victuailles qui obstruait insolemment ses mains dans le bec de l'animal dans l'espoir de ... de pas grand chose en fait, s'admonestait l'hémisphère gauche. Ce schéma indubitablement voué à l'échec, la zélosienne obéit à un dernier réflexe et commença à reculer, pour éventuellement tenter d'esquiver l'obus.


Pour une raison encore méconnue, la bestiole vira de trajectoire, mais la padawan suffisamment proche du souffle qu'apportait l'élan monstrueux de l'animal, se senti happée par sa cinétique, tituba puis s'enfonça entre les broussailles qui craquèrent sous son poids. Ce fut à cet instant-ci, un vrombissement sonore s'élevant, sous-joncé d'une faible odeur d'ozone, qu'Anaru devina la présence de son maitre. Était'il vraiment très affamé? Était-ce là sa manière de débusquer le gibier?

Grommelant, l'adolescente s'efforça de se redresser pour suivre d'un regard alerte l'endroit où se tenait le kiffar quelque mètre plus loin, sabre à la main. C'était à regretter les wampas songea t'elle sombrement, en dévisageant l'épaisse bestiole, tandis qu'elle se relevait en s'appuyant sur une souche morte.

Elle jugea préférable d'attendre un signe de Vonlan avant d'entreprendre toute action, ne serait ce pour le rejoindre, pourtant Anaru ne demeura guère stoïque pour autant, la zélosienne profita de cet instant de répit afin de se recentrer, peu désireuse d'être une fois encore surprise. Curieuse, la padawan jaugea l'animal du regard ainsi que de manière plus éthérée, pour remarquer cette douleur sourde qui en émanait, Anaru ne pu retenir d'exprimer une moue d’empathie à son encontre. Mais son attention, retourna vers son maitre, une fois que ce dernier lui fit face. Elle inclina sobrement du minois dans sa direction, entama un premier pas et s'arrêta net, ses miroirs d'âmes ayant dévié dans le dos de l'humanoïde. Notre demoiselle entrouvrit ses lèvres, s'apprêtant à prévenir son maitre du regain de confiance qu'éprouvait l'animal, néanmoins Quos avait déjà réagit, et déjà, une teinte rougeâtre nuançait la verdure forestière, laissant la gorge de sa padawan muette et vide de toute sonorité.

Du bas du lieu où elle se situait, la verdure sur patte ne savait guère quoi penser, quelle attitude adopter entre éblouissement des prouesses martial de son mentor et l'a répulsion qui s'en résultait à chaque coup de lame qu'il dessinait. Si la demoiselle n'était guère empressée de faire de même, ni même hâtive, au fond d'elle même, Anaru se surprise à vouloir un jour parvenir à une telle maitrise, ne serait-ce que pour sa propre défense que pour pouvoir manifester une tierce utilité dans cette galaxie aux aboies. Une fois que Maitre Quos eu terminé de parfaire son travail d’orfèvre, la zélosienne chassa sobrement une brindille et rejoint ce dernier sans moufeter.


- Non.

Fit alors tranquillement la padawan en guise de réponse, qui sachant dès lors à quoi s'attendre, suivit le kiffar sans demander son reste. 

_________________________
Boîte De Pandore
Revenir en haut
Super PNJ
Nouveau

Hors ligne

Inscrit le: 25 Oct 2008
Messages: 2 622
Niveau: 100

MessagePosté le: 13/08/2013 20:20:32    Sujet du message: Les pieds dans le plat. Répondre en citant

Pas de question.
Pour occuper le temps sur le trajet de retour à la base, Vonlan se lança dans un quasi monologue.
Il désignait régulièrement à sa padawan une plante ou une trace dans la jungle, indiquant de façon décousue: "ça, c'est du Jubia, en décoction, ça fait dormir" ... "Des traces de falos, comestible, mais difficile à tuer, peut se montrer dangereux"... etc.
Tout ça au milieu d'une leçon d'histoire de l'Ordre.
Enfin, ça avait commencé comme une histoire de l'Ordre... Ça avait bifurqué à un moment vers un récit de la bataille de la Forge, avec analyse stratégique et tout et tout. Il y avait eu aussi des conseils épars sur les techniques de combat, l'usage de la Force, la méditation...
Le tout formant un fouillis d'informations toute plutôt importantes, mais noyées dans la masse.
Il avait probablement perdu Anaru et son déficit d'attention au milieu du discours. Mais le principal était qu'elle ne se perde pas en route.

Ils atteignirent le camp Jedi assez rapidement. Maître Vonlan commença à avancer vers un bâtiment qui semblait un peu plus solide que le reste du nouveau sanctuaire, mais fut intercepté au bout de quelques mètres par un chevalier suivi d'un autre padawan.

-Maître Qos, ce padawan doit être entendu par le Conseil le plus rapidement possible. Il revient de Dagobah.

-Vraiment? Maintenant?... Ca tombe plutôt mal... M'enfin... Anaru, continue jusqu'à l'armurerie là-bas et demande Maître Od'Hun. Il te dira ce dont tu as besoin pour faire ton sabre. Je te rejoins dès que possible. Et sois gentille avec les autres padawans s'il y en a!

Alors que sa padawan s'éloignait, Vonlan se tourna vers l'autre padawan, que le chevalier avait planté là sans plus de cérémonie.

-Bon, suis-moi bonhomme, on va passer au Conseil, on va écouter ce que tu as à dire, prendre la bonne décision au bon moment, et te renvoyer à ta formation. Et t'inquiète pas va, on a encore jamais mangé personne.

Sur ces mots pas forcément rassurants, Vonlan Qos partit vers la salle du Conseil. A charge pour le padawan de le suivre.



1) Anaru, tu peux maintenant te rendre sur ce sujet: http://star-wars-rpg.xooit.com/t4894-Armurerie-Jedie.htm#p53354 et y retrouver Eolianea pour faire ton sabre. Au moins trois posts chacun pour la fabrication, vous êtes chaleureusement invités à interagir entre vous.
Super PNJ fera peut-être quelques apparition au milieu, selon comment ça évolue. Lethos (le fameux padawan mystère qui doit parler au conseil) vous rejoindra après.

2)Lethos: je t'ai catapulté ici pour faire un lien entre ta formation sur Dagobah et la fabrication de ton sabre. Tu as ainsi un premier aperçu d'une condisciple que tu retrouveras bientôt à l'armurerie (lien du sujet un peu plus haut). Pour le moment, tu suis Vonlan au Conseil et tu dis ce que tu as à dire (à la suite de ce post, on va pas recréer un autre sujet).
Quand tu as fini, tu pourras directement aller poster à l'infirmerie, je posterai la réaction du Conseil par la suite (mais vu que je repars bientôt, ce sera plus simple pour toi de poster sans attendre).

J'espère que j'ai été claire, s'il y a des questions, MP ou CB ^^


By Senara
senara sabre laser

_________________________
Ceci est le PNJ à tout faire du Staff !

Il est là pour vous aider quand vous êtes bloqué dans le RP de quelques manières (formation, missions, etc...)
Revenir en haut
Lethos
Niveau 1

Hors ligne

Inscrit le: 13 Avr 2013
Messages: 157
Niveau: 0
Rang: Padawan

MessagePosté le: 31/08/2013 13:17:47    Sujet du message: Les pieds dans le plat. Répondre en citant

Arrivé sur Endor, Lethos n'avait pu que constater le contraste entre la lune forestière et Dagobah, la lumière était partout, le coté obscur n'était plus omni présent comme sur Dagobah, après s'être tant bien que mal habitué à cette présence, il sentit un poid en moins sur ces épaules, comme si il était liberé, il aurait surement moins de mal à faire appel à la Force, il faisait égalemment plus chaud, le climat était un peu moins humide que sur la planète marécage. En sortant du vaisseau, Lethos sentit une petite excitation naitre en lui qu'il s'empressa de calmer, après tant de jours, il était enfin arrivé au sanctuaire de l'ordre jedi, il s'avança vers le bâtiment principal, de tous cotés il voyait des jedi s'affairer, deviser ou simplement méditer. Il entra dans le batiment, cherchant quelqu'un qui pourrait l'aider quand il fut accosté par un homme. Lethos devina à la bure qu'il portait qu'il devait etre un chevalier jedi. 


-Qui es tu? C'est la première fois que je te vois ici.


Lethos sentait une certaine méfiance émaner des propos du chevalier jedi, ce qu'il comprenait parfaitement. 


-Je suis le padawan du Maitre jedi Cliv Tolon, c'est un Nautolan. Je reviens de la planète Dagobah avec des informations pour le conseil, des informations très importantes.


Il sentit le doute disparaitre chez le chevalier tandis que ce dernier l'invitait à le suivre. Il parcoururent le temple de long en large, Lethos en profita pour mémoriser la disposition des salles du temple, ça lui éviterait de se perdre. Ils sortirent finalement du temple pour avancer vers la foret, deux personnes en sortait, un humain et une zélosienne. Le chevalier s'adressa rapidement à l'humain qui, Lethos le devinait, était maitre jedi. Il dégageait la même chose que maitre cliv, une aura de puissance, Lethos n'avait aucun mal à le distinguer. Puis le chevalier partit, le laissant avec le maitre jedi, la zélosienne était elle aussi partie. Le maitre jedi s'adressa à lui, le prévenant qu'il allait être conduit devant le conseil. A cette annonce, Lethos sentit une boule de stress envahir petit à petit son etre. Le conseil, il allait etre présenté devant la plus haute instance de l'ordre, et cela lui faisait un peu peur. Il se hata de calmer sa respiration, inspirer, expirer, maitriser ses battements de coeur, petit à petit la technique fonctionna et il sentit le calme l'envahir à nouveau. Ils arrivèrent devant une grande porte, Lethos inspira, il était pret.
On le fit entrer dans la salle du conseil, une salle sphérique, et aussitôt le tract revint à la charge, les membres du conseil étaient là, certains par l'intermédiaire d'un hologramme, d'autre en chair et en os. Et tous dégageaient une aura, une aura intimidante et appaisante à la fois, ils le dévisageaient tous, attendant son récit. Il inspirra puis se lança dans son monologue.


-Je m'appelle Lethos, je suis le padawan de maitre Cliv Tolon, un nautolan. Il a décidé de me prendre comme padawan à la suite de notre première rencontre sur ma planète natale. Je l'avais retrouvé blessé près de ma maison, ma famille l'a soigné et recueilli. Quelques jours après son départ, il m'a contacté à travers la Force pour me dire de le rejoindre sur Dagobah, si je souhaitais devenir jedi. Là bas Il a commencé à m'ouvrir à la Force, en me demandant de ressentir mon environnement à travers elle. Puis il m'a entrainé dans une grotte où j'ai été confronté à des visions obscures qui tentaient de m'éloigner, de me faire basculer dans le coté obscur. Puis j'ai appris à utiliser la force avec mon corps. Il m'a entrainé un peu au maniement de la vibrolame. Puis un autre jedi, Zaalbar nous a rejoints, au meme instant nous avons été attaqués par une horde d'araignées. Nous avons réussi à les repousser une première fois puis nous avons du battre en retraite. Nous sommes arrivés dans une autre grottes où deux siths nous ont trouvés et attaqué, maitre Zaalbar a combattu le seigneur sith tandis que maitre Cliv testait son apprenti. Ensuite il m'a demandé de le combattre. J'ai réussi à le vaincre en concentrant la Force dans un petit espace puis en la relachant, un peu comme une déflagration de force. Maitre cliv s'est chargé de l'achever, j'étais épuisé. Puis il m'a laissé chercher un cristal dans cette grotte. Quand je l'ai trouvé nous somme sortis et nous sommes tombés sur un vaisseau de l'empire. Maitre Zaalbar est allé à l'interieur et s'est occupé des personnes qui s'y trouvaient, deux soldats impériaux sont rentrés dans le vaisseau et ont été eux aussi maitrisés. Seulement à ce moment là deux autres soldats sont arrivés, j'ai réussi à assommer le premier, le deuxième m'a entrainé plus loin du vaisseau, mais j'ai finalement réussi à le battre lui aussi, j'ai trouvé sur lui un datapad endommagé. Pendant ce temps, maitre Cliv a combattu un autre seigneur sith. Il m'a ensuite confié à maitre Zaalbar me demandant de vous raconter ce qui s'était passé. Voici le sabre du seigneur sith. Maitre Cliv pense qu'il y a sur Dagobah quelque chose que l'Empire voudrait avoir, les araignées nous ont attaqués parce que les siths les avait dérangé, de plus le vaisseau n'était pas dissimuler. Les siths convoitent quelque chose sur Dagobah.


Au fur et à mesure qu'il avait parlé, son stress s'était évanouis, il avait regagné en confiance. Aucun des maitres jedi ne le coupa dans son récit. Une fois son récit terminé, on le fit sortir et on l'emmena à l'infirmerie.




suite du rp: http://star-wars-rpg.soforums.com/t4894-Armurerie-Jedie.htm#p53957
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: 15/08/2018 18:05:09    Sujet du message: Les pieds dans le plat.

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Star Wars RPG Index du Forum -> Galaxie principale -> Reste de la Galaxie -> Bordure Extérieure -> Endor -> Sanctuaire du Nouvel Ordre Jedi -> Labyrinthe d'Arbo Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Created by MOONCLAW/MAËVAH(EU-Sinstralis/EU-Illidan) phpBB template "WarMoonclaw01"
forked end designed by Knarf, Kyopé, Rylen, Mufus, Lyash, Lyzs & Gelmir
Traduction par : phpBB-fr.com