Se connecter pour vérifier ses messages privés 
 FAQ
   Rechercher   Membres   Profil         Connexion 
 
Welcome Home

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Star Wars RPG Index du Forum -> Galaxie principale -> Kamino -> Tipoca City -> Garnison
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Tarek
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 22/06/2011 11:19:52    Sujet du message: Welcome Home Répondre en citant

_________________________________________________________________________________

    Croiseur classe Victoire II, "Colibri".
    Salle d'interrogatoire.

_________________________________________________________________________________

La lumière éblouissante braquée dans ses yeux picotait affreusement la rétine de Tarek.
Lorsqu'il tentait de détourner le regard, une main ferme lui saisissait le crâne pour l'obliger à regarder. La bouche encore pâteuse des coups qu'on lui avait infligé pour le calmer lorsque le Commandant avait ordonné qu'on lui passe les fers en attendant de savoir ce qu'il faisait sur cette planète, il avala sa salive et tenta de discerner la vague forme humaine qui se cachait derrière le contre-jour de la lampe.

    - Bonjour. Je suis Alazar Fus, Agent de l'Empire et chargé des interrogatoires sur ce beau Croiseur. Je ne sais pas qui vous êtes ni pourquoi nous vous avons trouvé sur cette planète, mais je gage volontiers que je ne vais pas tarder à le savoir. Dans tous les cas, je vous invite à faire preuve de la plus grande collaboration, sans quoi vous risquer de petits... tracas...


La voix nasillarde commençait déjà à énerver Tarek, dont l'humeur n'était pas vraiment à la rigolade depuis qu'on l'avait mis aux arrêts. D'ailleurs, il avait bien fallu une quinzaine d'hommes pour immobiliser les deux anciens commandos, et la moitié d'entre eux était certainement partie à l'infirmerie pour divers problèmes de fractures nasales. Le Mandalorien aurait voulu saisir son interlocuteur à la gorge pour lui faire passer son air arrogant et ses menaces à peine voilées, mais les bracelets liant ses mains l'en empêchaient. Il était à la merci de cet homme dont il ne connaissait désormais que le nom.

    - Je suis Lieutenant de l'Empire, alors ne vous avisez pas de lever ne serait-ce que le petit doigt sur moi, articula-t-il froidement.


La remarque fit tiquer l'Impérial. Piqué au vif, il s'approcha de Tarek, occultant momentanément la lumière. Cette courte pause permit au Mando'ad de détailler le visage d'Alazar. L'homme était plutôt âgé (dans la soixantaine d'années), ses traits tirés et son visage sec lui donnaient un air sévère. Il n'était pas vraiment famélique, juste mince et filiforme. Ses longs doigts crochus ressemblaient à des serres de corbeau, et son léger air voûté accentuait la ressemblance. Fus ne se gêna pas pour observer Tarek sous toutes les coutures également, puis s'autorisa enfin à parler.

    - J'ai vu quantité de Lieutenants Impériaux dans ma vie, et je ne garde en mémoire aucun souvenir de vous. Soit vous me mentez, ce qui serait fort désagréable, soit vous dites vrai et dans ce cas la seule explication est que vous avez déserté. Dans ce cas là, cela est encore plus préjudiciable, puisque puni par un passage devant la Cour Martiale et sanctionné par la peine de Mort. Vous avez donc deux minutes pour me dire si je me trompe ou non et, le cas échéant, m'expliquer pourquoi. Je vous écoute...


Tarek mit de l'ordre dans ses pensées. Plus de vingt ans sans voir personne d'autre que son ami Haras, sa femme Mooka, sa fille Zy et les étranges créatures qui se désignaient sous le nom de Cho'ma, ça avait de quoi vous ramollir les neurones. Lorsqu'il se sentit prêt à tous expliquer brièvement, il se racla la gorge et commença à raconter.

    - Je suis le Lieutenant Tarek Zan, matricule CD-01, nom de code « Buir ». Je suis chef de l'Escouade Nu-67, 56ème Compagnie, 3ème régiment d’Assaut des Forces Spéciales de l’Empire. Il y a plus de vingt ans de cela, mes hommes et moi avons quitté la frégate d’assaut « Revanche » en perdition lors d’un guet-apens tendu par la CSI. Certains de mes camarades se sont sacrifiés pour nous permettre d’en réchapper. Malgré cela, nous avons été touchés, et, même si nous avons réussi à passer en vitesse supraluminique, nos propulseurs d’hyperdrive nous ont lâchés au milieu de nulle part. Enfin tout du moins ici, dans cette région non cartographiée. Trois d’entre nous seulement ont survécu au crash ; mon fidèle ami Haras, ma femme Mooka, et moi-même. Pendant vingt ans nous avons attendu que quelqu’un vienne pour nous ramener dans le monde civilisé. Alors comprenez-moi, Agent Fus ; imaginez ce que vous ressentiriez à ma place si après tout ce temps, alors que le destin vous sourit enfin, on vous mettait aux fers comme un vulgaire trafiquant.


L’Impérial sembla perplexe. Une histoire comme celle-ci était des moins ordinaires. Il avait raison de douter de sa véracité, en revanche certains indices le chiffonnaient. Le matricule, notamment, correspondait à un type que l’on n’utilisait plus depuis la fin de la Guerre des Clones, de même que la compagnie qu’il avait cité avait été rattachée à une autre, pour en former une nouvelle, il y avait de cela presque dix ans.

    - On a gagné…

    - Pardon ?

    - Nous avons gagné la Guerre, Lieutenant. L’Empire a su mettre un terme à la menace Séparatiste ainsi qu’à la félonie des Jedi, qui défendaient avec toute la bonne foi du monde la corruption du système. La Galaxie est désormais en paix, administrée par le puissant Empereur.


Fus s’avança pour détacher les menottes de Tarek. Ce dernier se frotta les poignets en se demandant sérieusement s’il n’allait pas fracturer la mâchoire de l’autre pour se venger de ce qu’on lui avait fait subir. Mais considérant le fait qu’au mieux ils étaient deux alliés sur ce croiseur contre une garnison complète de soldats Impériaux, il préféra s’abstenir et se contenta d’écouter Alazar. Ce dernier lui raconta l’histoire par le début, durant de très longues minutes, multipliant les hyperboles pour vanter les louanges de l’Empire et ses conquêtes, véritables boucheries camouflées en acte de pacification. Tarek, qui avait oublié d’être bête, était stupéfait par la puissance qu’avait gagné l’Empire. Visiblement, il ne restait de sa République chérie qu’un gouvernement fantoche dirigé d’une main de fer par celui qui se faisait appeler pompeusement l’Oméga. Fus semblait intimement convaincu de ce qu’il racontait, et le Mando’ad eut de la pitié pour lui, qui ne se rendait pas compte à quel point le régime l’avait embrigadé. Il n’osa pas poser de question sur l’Ordre 66, mais le meurtre de Jedi qui avait eu lieu sous ses yeux corroborait avec les dires d’Alazar ; les Jedi avaient été éradiqués. Il se doutait –du moins il l’espérait- que certains avaient réussi à fuir. L’idée lui vint que Mooka était peut-être la dernière représentante de cet ordre qui avait été des siècles durant gardien de la paix dans la Galaxie. Même s’il ne les appréciait pas, Tarek ne pouvait nier ni leur efficacité, ni leur don pour les négociations. Lorsqu’il eut enfin fini son monologue, Fus s’accorda une pause en fixant le Mandalorien.

    - Des questions, Lieutenant ?

    - Oui; que sont devenus les Commandos de l’Armée Clone ?

    - Ceux qui ne sont pas morts au combat ont été réintégrés à de nouvelles sections d’assaut. Ils forment désormais l’élite de l’Empire.

    - Et les Cuy’val Dar ?


L’autre sembla ne pas comprendre la question. Sûrement qu’il ne connaissait pas le Mando’a et qu’il n’avait jamais entendu prononcer ce nom.

    - Les quoi ?

    - Les Cuy’val Dar ; les Mandaloriens affectés à la formation des clones. Que sont-ils devenus ?


Fus tiqua.

    - Certains ont trahi l’Empire en s’opposant au nouveau régime. Ils ont été capturés et jugés en Cour Martiale, puis exécuté pour leur félonie. Les autres sont encore en poste sur Kamino. Mais pourquoi cette question ?


Bien qu’il se doutât quelque peu de la réponse, il avait besoin d’en avoir le cœur net. Tarek prit quelques secondes avant de lâcher :

    - Je suis un Cuy’val Dar…



_________________________________________________________________________________

    Kamino.
    Quai de débarquement n°09-A.

_________________________________________________________________________________

La navette se posa en douceur sur l’appontement. Lorsque l’appareil fut immobilisé, Tarek et les hommes autour de lui se levèrent et se dirigèrent vers la passerelle, qui s’abaissa dans un chuintement pneumatique. Un air frais et iodé s’engouffra alors dans l’habitacle.
Kamino.
Tarek frissonna alors qu’une flopée de souvenirs affluait à son cerveau. Il revit ses amis, ses hommes, ses supérieurs. Des myriades d’images frappèrent son esprit tandis qu’il avançait à pas lents sur la rampe métallique de la navette. Son corps se gorgea du vent qui lui fouettait le visage, de la bruine qui ruisselait sur ses cheveux nus. Il tendit ses mains, paumes vers le ciel, et ferma les yeux un instant pour s’imprégner de la puissance que dégageait cette planète qu’il n’avait pas revue depuis vingt ans. Lorsqu’il rouvrit les yeux, il constata que les hommes s’étaient arrêtés et le regardaient bizarrement. Il leur adressa un regard de fer qui les incita à se remettre en marche sans prêter plus attention à son étrange comportement. L’une des portes du complexe Kaminoan s’ouvrit à leur arrivée, et l’un des natifs de la planète vint les accueillir le plus chaleureusement qu’il pouvait dans cet univers d’un blanc glacial. Alazar, à qui l’ont avait confié la tâche de s’occuper du cas de Tarek jusqu’à Kamino, s’arrêta tandis que les autres hommes se dispersaient dans le complexe pour effectuer des tâches bien précises telles que l’établissement de rapports ou encore la réception de matériel à ramener rapidement sur le Croiseur, stationné en double-file en orbite.


    - A partir de maintenant, Lieutenant, c’est mon supérieur qui décidera de votre sort. Je doute qu’il vous accorde le droit de garder votre grade de Lieutenant, du moins pas tant que vous n’aurez pas fait vos preuves et suivi l’entraînement standard. Ces vingt années dans ce trou paumé ont du vous rouiller les articulations et émousser vos réflexes. Un stage de « mise à niveau », si je puis dire, risque de vous être de la plus grande utilité, à vous ainsi qu’à votre compagnon, qui devrait vous y rejoindre sous peu, le temps de finir les contrôles de routine qui incombent à un ex-commando. Attendez ici, je vais vous envoyer quelqu’un. Sur ce, Lieutenant, je vous souhaite bonne chance et vous dis, sans doute, à bientôt.


Tarek hocha la tête en signe d’approbation, lui serra la main, et regarda Alazar s’éloigner. Au final, ce dernier n’était pas un mauvais bougre ; juste un homme endoctriné par un dogme un peu trop insistant. Et le Mandalorien avait tout intérêt à garder contact avec lui, car il était son seul repère dans cet Empire au visage si différent de celui qu’il avait connu.
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 22/06/2011 11:19:52    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Valiant
Imperium

Hors ligne

Inscrit le: 24 Mar 2008
Messages: 1 276
Niveau: 5
Rang: Grand Moff
Autre: Ex-Général Impérial / Ex-Général Empire Démocrate / Ex-Général Républicain

MessagePosté le: 23/06/2011 09:37:12    Sujet du message: Welcome Home Répondre en citant

Un rapport étrange était arrivé sur le bureau du capitaine Syll.On avait retrouvé un soldat égaré vingt ans après.
Le responsable des formations de Kamno n'avait jamais entendu parler de ce trou paumé dont il avait déjà oublié le nom sur lequel on avait trouvé ce fameux Tarek Zan.
Il avait fait partie du 56ème Compagnie, 3ème régiment d’Assaut des Forces Spéciales de l’Empire , cela faisait belle lurette que cette compagnie avait été dissoute faute de combattant.
Le revenant se prétendait "Cuy'Val Dar", un nom venant du passé, du temps ou la République pas encore l'Empire florissant d'aujourd'hui avait utilisé une bande de mercenaire Mandaloriens pour former les clones à devenir des soldats.
Syll soupira, tout cela datait de l'époque ou il combattait en tant que Space Marines Commando , la grande armée de l'époque était constitué de soldats de chairs et de sang, pleins de conviction, par de "sans ventre" modifié génétiquement pour obéir.
"Sans ventre" c'est ainsi que l'on avait surnommé les premiers clones , car il n'avait pas eu de mère qui les avait porté des mois durant, leur gestation se limitait à un cylindre de clonage sur Kamino.
Quant au fameux Cuy'val Dar, la plupart avait démissionné ou  tout simplement déserté lors de la sécession de l'ex général Hell pour rejoindre les renégats, les ennemis juré de l'Empire.
Que faire de ce Mandalorien Quinquagénaire boiteux?
Un simple soldat? vu son age et son handicap c'était impossible?
Un agent administratif en tant que Mandalorien il risquerait de lui cracher au visage.
Un formateur sur Kamino? i avait perdu 20 années sur un trou perdu il n'était pas au fait des avancées technologique à quoi servirait un instructeur dépassé?
Une bonne retraite, voila tout ce que l'Empire pouvait lui donner.
Syll fut tenter de faire transmettre directeent cet ordre par un de ces aides de camp, toutefois Tarke avait survécu des années durant sur une planète primitive, il avait survecu à la première guerre contre les séparatistes de l'époque, il méritait toutefois un entretien.
De plus cela ne déplairai pas à un vieux guerrier comme Syll de rencontrer un de ces Mandaloriens, ne disait on pas à l'époque qu'ils étaient les meilleurs guerriers de la galaxie?

Sur le quai de débarquement Tarek semblait seul et perdu, pourtant il avait vécu assez d'années ur Kamino pour ne pas paraitre dépaysé, n soldat vint à sa rencontre.Il avait reçu l'ordre de conduire l'ex sergent auprès du responsable des formations.
Le clone fut un peu surpris de voir un vieillard avec une prothèse qui semblait tout droit sortir d'un atelier Jawa.
On ne l'avait informé de rien sur ce nouvel arrivant, juste un matricule sans plus d'explication.
Le clone portait un uniforme neuf sous son bras, c'était un cadeau de bienvenue de la part d'Alazar.


-Unité CD 01? je suis chargé de vous conduire au capitaine Syll, veuillez me suivre s'il vous plait.
Mais avant cela, veuillez enfiler ça.


Le soldat tendit le treillis d'entrainement que l'on affectait à toutes nouvelles recrues dans la Grande Armée Impériale, une simple tenue anonyme, sans distinction, sans galon.
C'était l'étape précédente, l'entrainement, la formation avant la dotation de la célèbre armure blanche.
Le clone laissa quelques minutes au quinquagénaire pour s'habiller avant de l'inviter de nouveaux à le suivre.
Sur Kamino c'était plus ou moins l'effervescence, la formation des soldats s'était accéléré, une loi impériale avait ordonné l'arrêt du clonage, arrêt validé par la sénatrice Raven Scott, les derniers nés arrivaient à la fin de leur entrainement "flash" et le reste des soldats étaient des unités organiques humaines et non humaines , engagés volontaires ou conscrit de l"opération "main de fer".
Quelle pouvait être la place d'un vieux Mandalorien parmi ceux ci?
Au bout de quelques minutes et après avoir crisé une demi douzaine de patrouilles de sécurité , le clone laissa Tarek devant le bureau du capitaine, la porte était ouverte signe que l'officier attendait sa visite.
Le bureau du responsable des formations étaient plutôt dans le style Kaminoens des murs blancs, des meubles en duracier,
Dans un coin de la pièce une armure verte présentant de nombreuses rayures et traces d'impact tout comme le soldat qu'il l'avait porté, elle avait supporté de nombreuses batailles dans toutes la galaxie.
Derrière son bureau, Syl portait toujours son camouflage sur son visage, c'était sa façon à lui de dissimuler ses cicatrices, il était hors de question pour lui de subir des opérations de chirurgies réparatrice, son propre visage ressemblait à un champ de bataille.
Il fixa l'ex sergent, les deux hommes se ressemblaient en quelque sorte, fait du même bois, originaire de la bordure extérieure, orphelin très tot, Syll avait menti sur son age pour s'engager dans l'armée Républicaine lors de ses 16 ans et depuis l'armée était devenu sa vie, pas de femme, pas d'enfant, les guerres ne lui en avaient pas laissé le temps mais en avait il eu vraiment l'envie de toute façon?
Cela faisait plus de deux ans qu'il était en poste à Kamino depuis cette maudite blessure qu'il avait obligé à abandonner son unité, son supérieur de l'époque l'avait convaincu qu'il serait plus utile à former les "vers luisants" car c'est ainsi que l'on surnommait les nouvelles recrues à cause de leur armure blanche immaculée.
Et c'est ainsi que le capitaine était devenu responsable des formations sur Kamino derrière un bureau.Et c'est de derrière ce même bureau qu'il s'adressa à Tarek tout en lisant ses états de service.



-Asseyez vous Buir!
Je me demandais justement ce que j'allais bien pouvoir faire de vous.
Que pensez vous pouvoir apporter à la Grande Armée au vu de votre handicap et votre grand age?
 

Syll l'avait appelé par son nom de code, après avoir été porté disparu pendant 20 ans, on en pouvait rester sergent et le capitaine avait décidé de tester ce qui restait de motivation chez le Mandalorien.
C'était son angle d'attaque habituel...

_________________________

http://star-wars-rpg.soforums.com/t3527-Paquetage-du-general.htm

RP Gammer mai 2008

-Formation de base:close combat lvl1-
-Formation Lvl2: tireur d'élite lvl3-
-Formation Lv4:Corps à corps-Lv5-
Revenir en haut
Tarek
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 30/06/2011 10:48:26    Sujet du message: Welcome Home Répondre en citant

Un soldat en armure était venu chercher Tarek peu après qu’Alazar ait disparu dans les couloirs lumineux du centre Kaminoan. Le Mando’ad avait détaillé du regard son vis-à-vis, constatant avec étonnement les changements qui avaient été opérés sur les armures depuis qu’il en avait vu pour la dernière fois. Il était indéniable que certains points avaient eu droit à des améliorations tant fonctionnelles qu’ergonomiques ; les armures du début de la Guerre des Clones étaient pour le moins inconfortables, même si personne ne s’en plaignait vraiment. Les casques eux-mêmes avaient évolué, et les formes n’avaient quasiment plus de ressemblance avec les casques Mandaloriens dont elles étaient originellement issues. Zan avait suivi le soldat –clone ou humain, il était impossible de le dire-, à l’intérieur du bâtiment, jusqu’à déboucher à un vestiaire où il avait pu se changer pour enfiler la tenue qu’on lui avait remise. Il l’avait enfilée de mauvaise grâce, car il trouvait ça dégradant qu’un ancien Lieutenant soit traité comme une vulgaire recrue, mais n’avait pas poussé la mauvaise volonté au-delà du bougonnement ; il était clair qu’il ne faisait pas bon de protester ouvertement contre l’Empire tant qu’il serait sur la planète où résidaient le plus gros de ses forces militaires. Une fois vêtu de son nouvel habit, qui recouvrait sa prothèse artisanale, Tarek emboîta de nouveau le pas au soldat jusqu’à une porte dont rien ne pouvait augurer que la pièce sur laquelle elle donnait contenait plus que les autres dizaines de pièces aux portes identiques qu’ils avaient croisé en marchant. Zan allait toquer à la porte, mais il remarqua qu’elle était entrebâillée et se dit que, puisqu’on lui manquait de respect, il n’avait pour l’instant aucune raison d’en avoir pour celui qui l’accueillait ainsi. Il pénétra donc dans l’enceinte de la pièce, aménagée de façon très spartiate, et dans laquelle était planté un bureau d’un blanc passé, surmonté d’une plaque de transparacier qui n’avait plus de transparent que le nom, vu la pile de dossiers qui s’amoncelaient dessus. Derrière, un homme au visage dur, recouvert de cicatrices, et maquillé de peintures de camouflage, se tenait légèrement voûté, plissant les yeux dans une fausse décontraction pour lire les états de services de Tarek.

    - Asseyez-vous « Buir »! Je me demandais justement ce que j'allais bien pouvoir faire de vous. Que pensez-vous pouvoir apporter à la Grande Armée au vu de votre handicap et votre grand âge?


Bien que l’ordre sec eut plutôt donné envie à Tarek d’apprendre la déférence à ce gradé ingrat, le Mando’ad ne put se départir des règles militaires instaurées depuis des éons, avisant les galons de Capitaine de son interlocuteur, et consentit à se plier à l’injonction. Il tira à lui le fauteuil situé en face du bureau, et planta dès qu’il le put son regard de métal dans celui du militaire. En vérité, la question l’avait troublé. Lui-même se l’était posée depuis sa sortie de la salle d’interrogatoire sur le Colibri jusqu’à son arrivée ici, sur Kamino. Boîteux, il n’était pas d’une grande utilité, au combat du moins. Mais il se refusait à une quelconque carrière administrative.

    - « Buir »… Cela fait vingt ans que l’on ne m’a pas appelé comme ça… Vingt longues années passées à errer sans but sur cette planète perdue. J’aurais pu devenir fou, mais Haras, mon ami, ma femme ainsi que ma fille m’ont permis de tenir le coup. Vingt ans en tentant de me maintenir quotidiennement en forme par des exercices inscrits à jamais dans mes gènes. Je suis un Mando’ad, Capitaine. La Guerre coule dans mon sang. Ma vie a été dévouée au combat. J’ai tué plus d’adversaires qu’aucun des soldats présents sur cette base. J’ai vécu des moments atroces et des victoires triomphales. J’ai sauvé des vies et j’en ai sacrifié tant d’autres. J’ai visité des dizaines de mondes, combattu aux côtés de populations toutes différentes les unes des autres. J’ai infiltré, exfiltré, saboté et réparé, j’ai assassiné comme j’ai protégé. Alors je vous en prie, Capitaine, ne jugez pas que je ne sois d’aucune utilité à l’Armée ; mon expérience peut être mise à profit des nouvelles générations de soldats, clones comme humains, à l’instar du métier que j’exerçais il y a deux décennies. Mais estropié, il va de soi que je suis un piètre combattant. Si vous souhaitez constater de quoi est capable Tarek Zan, il me faut retrouver la jambe que j’ai perdu, sans quoi je resterai un minable naufragé, dépassé et inapte au combat.
    Quant à mon âge, je crois qu’il serait dans votre intérêt de ne pas vous y fier. Un Mandalorien nait Guerrier et meurt Guerrier, peu importe son âge. J’ai connu des grand-mères qui pourraient dérouiller n’importe lequel de vos sergents instructeurs…


Tarek avait l'intention de défendre sa motivation jusqu'au bout. Après sa diatribe, il se tut dans l'attente d'une réponse, et se contenta d'observer son interlocuteur. Ses mains d'abord; très marquées, parcourues des veines à fleur de peau, quelques traces de brûlures. Le corps ensuite; des épaules larges, des pectoraux visibles à travers le veston, des bras marqués par les entraînements intensifs. La tête pour finir; un visage taillé à la serpe, aux traits durs et aux multiples cicatrices, des cheveux courts parfaitement ordonnés, un regard perçant et marqué par la Guerre. Tous ces indices avaient apporté suffisamment de preuves à Tarek pour qu'il en déduise sans trop se tromper qu'il avait à faire à un homme comme lui, un Vétéran. Mais pourquoi un soldat de la sorte se retrouverait à l'administratif, ici ? Une faute professionnelle ? Peu probable; dans l'armée, surtout au vu du visage qu'elle avait prit, il y avait peu de places pour l'erreur. Simple choix, alors ? Non; un homme qui a autant goûté au combat ne peut décider, de son propre chef, de quitter le champ de bataille, malgré les horreurs qui s'y déroulent. Il ne restait alors que peu de solutions envisageables, et le Mando'ad se prit à croire que Syll avait lui aussi un handicap physique qu'il s'efforçait de lui cacher. Cette pensée rendit le Capitaine plus avenant aux yeux du Cuy'Val Dar, et il consentit à écouter son verdict avec un peu plus de respect que précédemment.
Revenir en haut
Super PNJ
Nouveau

Hors ligne

Inscrit le: 25 Oct 2008
Messages: 2 435
Niveau: 0
Rang: Faire de la pub pour dominer le monde
Autre: Forum

MessagePosté le: 06/07/2011 14:01:13    Sujet du message: Welcome Home Répondre en citant

Syll écouta avec attention les paroles du vieux rescapé. Femme, enfant, vingt ans sans combat a vivre la "dolce vita" sur une planète paisible. Quelque part Syll enviait cet homme pour qui la galaxie devait encore être un lieu mouvementé mais plus ou moins paisible. Seul sur sa planète il avait évité de voir les  attaques aux gaz, les planètes vitrifiés, les enfants de ses ennemis crucifiés pour en faire des recrues de la CSI et tant d'autres atrocités...
M'enfin, au moins son enthousiasme restait intact.
Savait il au moins ce qu'il allait combattre ? La guerre d'aujourd'hui n'était plus celle d'hier.. Les opérations de destructions avait laissé place a celle de "réhabilitation" les destructions sauvages a des "opérations anti-terroristes" et les massacres de populations civiles des "opérations de pacification" dans le cadre d'un conflits global et silencieux avec leur ennemis d'hier.
le capitaine Syll se leva de son fauteuil en camouflant la raideur de sa jambe pour se diriger vers un mur semblable au autre qui divisa en deux parties révélant une magnifique baie vitrée donnant sur l’océan en furie de Kamino.



-Nous avons développé un grand nombre de prothèses mécaniques au cours de ses dernières années. Coruscant I et II ont laissé beaucoup de pauvre gens comme vous. Mais leur prix est toujours élevé et au vu de la situation économique de l'Empire nous ne pouvons pas vous en offrir de la sorte...
  

Les faits étaient la. L'Empire préférait se concentrer sur la recherche en armement que sur le soin de ses vétérans. De toute façon la moitié étaient des clones fabriqué a la chaine dont personne ne se souciait. le reste pouvais compte sur leur pension d'invalidité et la reconnaissance d'avoir servit glorieusement l'Empire.Syll hésita. Le quotat de formateur etait deja remplie. Quand a en faire a nouveau un bleu.. Dehors dans le chaos un Aiwha plongea comme un missile dans l'eau a la recherche de proie et ressortit une dizaine de mètres plus loin avec un poisson de la taille d'un TR-TT qu'il avala d'un seul coup. Une prise que seule l'expérience permettait de faire. Syll regarda le majestueux animal voler jusque a sa disparition dans une déferlante avant de retourner au cas du vétéran.
Vingt ans tout de même.. Une sacrée paye..


-Mais nous avons peut être un moyen de voir si vous avez encore le niveau pour servir l'Empire.
  

Syll s'approcha de son bureau et gribouilla une feuille de route a l'attention de Tarek avant de faire lâcher un ordre bref dans son interphone. Un luisant rentra alors se stationnant a la hauteur du quinquagénaire.


-Vous l'emennez au secteur six pour entrainement. Lâchez le dans la bataille du Sénat et ramenez moi son test. Rompez.
  

Le clone hocha simplement la tête et invita sans en dire plus le mandalorien a le suivre a travers le complexe. Le secteur six n'était pas tres loin du bureau de Syll et permettait aux instructeurs de montrer le "feu" aux jeunes luisant. Développé a la toute fin de la République sur de vielle technologie les équipements du secteur six projetait le sujet dans des environnement ultra détaillé reconstituant les grandes batailles ou divers scénarios catastrophes. L'image, le son, les odeurs et meme la douleurs pouvaient etre ressentit via des batteries d'équipement réglables. Ainsi  chaque paramètre pouvais etre modifié en fonction du choix du sergent instructeur. Vu brouillé, oreille arraché, entrainement a la détection de gaz de combat ect.. Le guide de Tarek lui expliqua de façon concise la chose et le guida jusque aux équipement du secteur six. Leur apparence de gros cercueil n'inspirais pas la confiance mais pourtant assurait le bon déroulement de ses test. Il l'invita a prendre place et écouter le scénario. Coruscant luttait contre l'ennemie. Les forces de la CSI avançait a grande vitesse vers le sénat quand le transport de Tarek avait été abattu par un droide Hellfire. Les objectifs de Tarek étaient simples : Rejoindre le sénat, protéger les V.I.P et le bâtiments et si cela s’avère impossible évacuer.

HRPG :
Une carte des alentour du Sénat, la CSI est en nombre, Coruscant est dans un chaos total tu trouvera pret du crash un blaster et une radio. Je te mettrais des bâtons dans les roues au fils des post.



By :

_________________________
Ceci est le PNJ à tout faire du Staff !

Il est la pour vous aider quand vous êtes bloqué dans le RP de quelques manières (Formation, bloqué en mission ...)
Aidez le à dominer le monde !
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: 22/10/2017 21:57:02    Sujet du message: Welcome Home

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Star Wars RPG Index du Forum -> Galaxie principale -> Kamino -> Tipoca City -> Garnison Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Legende

Nouveaux messages Nouveaux messages
Pas de nouveaux messages Pas de nouveaux messages
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets. Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.

Partenaires

Annuaires et top sites


Index | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB Fr © 2001 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com - Thème : Lyzs
Reproduction INTERDITE